close
  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 163

    Angélique Andthehord · 10:52

Il se passa exactement ce que je viens d'énumérer, à commencer par un soir à la colonie.

Dans le dortoir, toutes les filles étaient assises dans leurs lits, soit à se parler à voix basse entre copines, soit à lire, à écrire ou à jouer à des jeux qu'elles avaient apporté et rangé dans leurs tables de nuit. Il avait été spécifié, avant le séjour, que nous n'avions pas le droit d'apporter jeux et jouets, mais bon…

Moi, j'étais assise dans mon lit à ne rien faire parce que, moi, dans le dortoir, ma seule activité potentielle, c'était pleurer. Alors, quand je ne pleurais pas, je ne faisais rien.


extrait de : CE QUI EST DIT EST DIT


#colonie #injustice #colère #vacances #tristesse #solitude #filles #folie

  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 162

    Angélique Andthehord · Yesterday - 08:20

Chuis pas une sorcière pis d't'façon, la magie, ça n'existe pas. Dommage !

Ma colère passée, je tournai la tête de l'autre côté, sur ma droite. Éric était toujours là. Il regardait tour à tour moi et le buisson, l'air un peu inquiet, comme s'il soupçonnait que quelque chose ce fût manigancé à son insu ; puis il s'en retourna au portique sans ajouter mot. Il avait l'air tout drôle, on aurait dit qu'une guêpe lui avait frôlé le museau.

Quant à moi, où retournai-je, exactement ? Aucune idée. Moi, j'étais dans mes pensées. Il ne me restait plus à passer qu'un soir à la colonie, puis une journée entière, encore un autre soir à la colonie et le lendemain matin, on bouclait les valises, on montait dans le car et c'était fini. Que pouvais-je encore espérer en si peu de temps ? Qu'allait-il se passer ?


extrait de : BUISSON


#colonie #justice #colère #désir #vacances #magie #sorcière #sorcellerie #inquiétude

  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 161

    Angélique Andthehord · 2 days ago - 07:07 edit

Nous reprîmes notre marche en silence mais fais gaffe quand même ! Je me taisais mais je sentis la colère de la guêpe remonter dans mes veines. Pas question, cette fois, bien entendu, de sortir de mes gonds et de faire peur à Éric. Franchissant la rangée d'arbres nous ramenant à l'aire de jeux, je détournai la tête, cherchant sur quoi jeter ma colère. L'aire de jeux ?… Non ! Je tournai la tête encore plus, vis la lisière du bois, avec ses arbres, ses buissons… un buisson, sur lequel s'arrêta mon regard.

J'imaginai alors Éric emmêlé dans les branches du buisson, bras et jambes écartelés, maintenus par les branches du buisson et moi, je l'aurais embrassé de force sur la bouche et il n'aurait pas pu m'en empêcher. Ç'aurait été mérité. De toute la force de ma colère, je jetai un sort sur le buisson pour que ça se réalisât de cette façon. Mais bon…


extrait de : BUISSON


#colonie #justice #injustice #colère #désir #baiser #amour #vacances #magie #sorcière #sorcellerie #tristesse

  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 160

    Angélique Andthehord · 3 days ago - 09:12

Éric me regarda un moment, gravement, en silence ; puis me répondit méchamment :

« Eh ben j't'embrasserai pas sur la bouche parce que je t'aime pas. J'ai regardé… tous les jours de la colonie et chuis pas amoureux de toi. T'as perdu ! »


extrait de : BUISSON


#colonie #justice #injustice #enfants #moniteurs #portique #colère #réconciliation #amour #tristesse #solitude #vacances #baiser #méchant

  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 159

    Angélique Andthehord · 4 days ago - 07:53

*- Eh ben… moi, j'me dis qu'en principe, puisque j'ai été ton amoureuse pendant toute la colonie, normalement, j'mériterais qu'tu m'embrasses sur la bouche.

- Tu veux que j't'embrasse sur la bouche ? »

demanda Éric d'un ton grave.

« Eh ben… j'mérite.

- Tu veux que j't'embrasse sur la bouche ?

- Eh ben… oui. »


extrait de : BUISSON


#colonie #justice #amour #vacances #baiser

  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 158

    Angélique Andthehord · 5 days ago - 07:13

Le lendemain, je n'en reparlais même pas mais c'est Éric qui relança la conversation là-dessus en revenant du milieu de la clairière :

« Moi, je t'montrerai pas.

- Mais j'm'en fiche. J't'ai dit qu'c'était pas ça qu'était important, pour moi.

- Ah ! non, j'te montrerai pas. Pas question.

- Mais puisque j'te dis qu'c'est pas ÇA que j'veux.

- Ah, non ? Alors, qu'est-ce que tu veux ? »

demanda-t-il en s'arrêtant de marcher et se tournant vers moi.

« Eh, ben… p't-être aut'chose.

- Quoi ? Dis ! Qu'est-ce que tu veux ?


extrait de : BUISSON


  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 157

    Angélique Andthehord · 7 days ago - 11:33

« Qu'est-ce que tu voudrais qu'y ait, pour toi ? De quoi tu parles ?

- Eh ben… ch'sais pas, moi, j'me dis qu'normalement, comme j't'ai montré… tout l'temps, y d'vrait y avoir kek'chose pour moi.

- Qu'est-ce que tu veux dire ? insista-t-il, le sourire jusqu'aux oreilles.

- Eh ben… ch'sais pas, moi, par exemple, moi, je t'ai montré… et pas toi.

- Tu voudrais que je te montre… ?!

- Nan, c'est pas c'que j'ai dit.

- Tu voudrais que je te montre… ?!

- Mais non, ça m'intéresse pas, moi. C'était juste un exemple.

- Je te montrerai pas. Pas question !

- J'm'en fiche. C'est pas ça, que j'veux.

- Regarde même pas par là !

- Mais j'm'en fiche, j't'ai dit. C'est pas ça qu'est important, pour les filles. »


extrait de : BUISSON


#justice

  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 155

    Angélique Andthehord · Thursday, 7 October - 22:01 edit · 1 minute

Puisque les moniteurs qui m'empêchaient d'écrire à mes parents m'empêchaient aussi de voir la directrice et que les filles de mon dortoir ne voulaient pas parler avec moi, le soir, dans mon lit, je cachai la tête sous mes couvertures pour pleurer et mis tout dans mon livre imaginaire ; priant l'adulte qui prendrait la suite de mon existence de ne pas m'abandonner.

Quant à Éric… C'est ça, une belle histoire d'amour ? Moi, j'étais venue en colonies de vacances le cœur sur la main, prête à l'offrir à un garçon gentil qui aurait voulu être mon amoureux. Arrivée là, les garçons avaient trahi ma confiance, ils m'avaient fait offrir mon cœur à un garçon méchant qui ne voulait pas être mon amoureux. Moi qui avais tant besoin d'amour et de réconfort ! Il avait jeté mon cœur à terre et l'avait piétiné tous les jours. Tous les jours, il m'avait demandé mon amour, tous les jours je lui avais donné et, à chaque fois, il m'avait déchiré le cœur en me demandant de baisser ma culotte et de lui montrer mon papafe. Il ne me donnait pas de fessées comme ma mère mais le simple fait de me demander de baisser ma culotte, je le vivais comme une agression. Je savais que le jour où il m'aurait aimée, il ne m'aurait plus fait l'injure de me demander cela mais ce jour n'était jamais arrivé. Tous les jours, j'avais accepté de lui donner mon amour et pour moi, il n'y avait rien eu en retour, rien du tout, que du malheur.

Fallait pas m'demander d'dire qu'chuis amoureuse d'Éric. Moi, j'ai qu'une parole.


extrait de : PRIÈRE DU SOIR


#colonie #injustice #enfants #moniteurs #amour #tristesse #solitude #vacances #méchant