close
  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 155

    Angélique Andthehord · Thursday, 7 October - 22:01 edit · 1 minute

Puisque les moniteurs qui m'empêchaient d'écrire à mes parents m'empêchaient aussi de voir la directrice et que les filles de mon dortoir ne voulaient pas parler avec moi, le soir, dans mon lit, je cachai la tête sous mes couvertures pour pleurer et mis tout dans mon livre imaginaire ; priant l'adulte qui prendrait la suite de mon existence de ne pas m'abandonner.

Quant à Éric… C'est ça, une belle histoire d'amour ? Moi, j'étais venue en colonies de vacances le cœur sur la main, prête à l'offrir à un garçon gentil qui aurait voulu être mon amoureux. Arrivée là, les garçons avaient trahi ma confiance, ils m'avaient fait offrir mon cœur à un garçon méchant qui ne voulait pas être mon amoureux. Moi qui avais tant besoin d'amour et de réconfort ! Il avait jeté mon cœur à terre et l'avait piétiné tous les jours. Tous les jours, il m'avait demandé mon amour, tous les jours je lui avais donné et, à chaque fois, il m'avait déchiré le cœur en me demandant de baisser ma culotte et de lui montrer mon papafe. Il ne me donnait pas de fessées comme ma mère mais le simple fait de me demander de baisser ma culotte, je le vivais comme une agression. Je savais que le jour où il m'aurait aimée, il ne m'aurait plus fait l'injure de me demander cela mais ce jour n'était jamais arrivé. Tous les jours, j'avais accepté de lui donner mon amour et pour moi, il n'y avait rien eu en retour, rien du tout, que du malheur.

Fallait pas m'demander d'dire qu'chuis amoureuse d'Éric. Moi, j'ai qu'une parole.


extrait de : PRIÈRE DU SOIR


#colonie #injustice #enfants #moniteurs #amour #tristesse #solitude #vacances #méchant