close
  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 85

    Angélique Andthehord · Saturday, 17 July, 2021 - 07:02

Jeudi arriva enfin. Quel plaisir de se glisser dans des vêtements tous propres ! Je mis mon linge sale en boule, le plus sale au milieu et hop ! en route pour la machine à laver, ni vu ni connu et qu'on n'en parle plus !

Notre dortoir avait trois portes, une en face de mon lit qui donnait sur le couloir, une à ma gauche (quand j'étais assise sur mon lit) qui donnait sur la lingerie et une derrière moi, sur ma gauche, qui donnait dehors mais que nous n'ouvrîmes jamais. Et à ma droite, il y avait les lits de toutes les autres filles de mon dortoir. En somme, moi, en arrivant à la colonie, j'avais pris le premier lit, à côté des portes.

Ce jeudi-là, ça tombait bien, mon linge sale n'avait pas beaucoup de trajet à faire avant de disparaître. Le problème, c'est qu'il ne disparut pas si bien que ça parce que les femmes de ménage, dans la lingerie, signalèrent aux monitrices un vêtement particulièrement sale.


extrait de : LE MONITEUR DES CABINETS


#enfance #colonie #tourment #catastrophe #honte #humiliation #dortoir #discrétion #soulagement