close
  • chevron_right

    André Gorz et une autre décroissance

    François Brutsch · Wednesday, 3 August - 21:29 edit

  • Une décroissance qui ne sacrifierait pas les pauvres ? Redécouvrir André Gorz

    Sommes-nous condamnés à choisir entre une croissance qui épuiserait les ressources de la planète et une décroissance qui sacrifierait les pauvres ? Le première option conduirait les sociétés occidentales à leur perte. La seconde condamnerait les plus modestes, déjà victimes de l'atonie de la croissance engendrée par le néolibéralisme, à voir leur niveau de vie diminuer encore davantage. Il est de bon ton, dans le monde médiatique, de blâmer la consommation de masse des citoyens, et de songer à des instruments politiques pour la restreindre ou la réorienter - sans dire un mot des structures productives ni des dynamiques d'accumulation du capital qui ont pourtant institutionnalisé cette consommation de masse. C'est l'un des grands mérites de la philosophie d'André Gorz que de les prendre en compte.