close
  • chevron_right

    Inégalité à venir, construite dans le présent

    Lous · Tuesday, 23 June, 2020 - 08:40 · 1 minute

En ce moment je suis à l'étude d'un nouveau bâtiment de production dans l'industrie, et quelque chose vient de me sauter au yeux. En parcourant les plans je m'aperçoit que la place dédiée aux vestiaires hommes est d'environ 100 mètres carré alors pour les vestiaires femmes n'est que de 30 mètre carré. Quand on sait que normalement il faut plus de place pour les femmes (car pas d'urinoir au mur en rang d'oignons, entre autre) on en conclu vite que ces locaux n’accueilleront qu'une ou deux femmes, peut-être 3 pour environ 7 hommes. Si on affine, la structure le coté hommes est bien mieux conçu et fonctionnelle (sens de circulation sale vers propre ect ...) là ou celle des femmes n'est pas du tout prévu pareil (exiguë, on retourne sur ses pas ...) Je me dit que cela correspond à la réalité de cette structure à l'instant T, admettons, mais cela nous donne aussi une contrainte pour l'avenir !

Car si un bâtiment neuf en 2020 ne prévoit pas de place pour les femmes dans l'effectif de l'entreprise cela bloque d'ores et déjà la part future qu'elles pourraient y prendre. Si le dirigeant vient à vouloir plus de femmes (si il change, si le métier évolue on peut imaginer plein de scénario) rien que son bâtiment sera un frein a cette évolution, alors même qu'il sera tout neuf !

Dans le doute j'ai fait le commentaire sur le plan pour signaler que des locaux mieux conçu (60% de place pour les femmes et 50% pour les hommes) permettrais cette évolution possible (souhaitable et inéluctable je pense). On m'a gentiment envoyé promener que ce n'était pas un sujet ...

Comme quoi les inégalités sont nombreuses et leur présence est promise à durée car beaucoup de choix actuel ne vont pas dans le bon sens, et nous traînerons ces choix pendant encore de longues années.

  • favorite

    1 Like

    Timothée Jaussoin

  • chevron_right

    Covid à la rose (verte)

    Lous · Thursday, 21 May, 2020 - 08:36 edit · 3 minutes

Covid à la rose (verte)

Après des années de politique de droite, même si F. Hollande a fait figure de président "de gauche" sur le papier sa politique n'était franchement pas ce que beaucoup à gauche attendaient d'un socialiste (qui avait l'intégralité des pouvoirs en mains), le Covid-19 semble initier des politique nettement plus à gauche. Ce qui hier n'était pas possible, pour les tenants d'un libéralisme galopant, le devient de plus en plus. La liste est longue, plan de relance, soutient économique, chômage partiel, création de dette ... Sur quoi notre pays, comme d'autre, s'est reposé pour affronter la crise ? Sur les valeurs de la gauche !

  • Une grande partie des dettes africaine est "suspendue", autant dire annulée, et vu ce que l’Europe à pris à l'Afrique n'est-ce pas la moindre des choses ?

  • La mise en avant et la découverte pour certains des circuits courts et au juste prix. Ceci n'est pas nouveau pour la plupart des militants écolo-gauchiste comme on dit, mais l'explosion de la demande auprès des producteurs montre bien que de nouveaux clients sont arrivés, vont-ils rester ? On l'espère !

  • Une organisation commune pour l'approvisionnement en masque et la distribution, le partage de ceux qui en avait avec ceux qui n'en avait pas. Beaucoup de pays parlent du revenu universel (le chômage partiel n'en était-il pas un embryon ?).

  • Une revalorisation des métiers sous-considérés jusque là (éboueurs, caissier-caissière, livreurs, soignants-es ...), déjà avant la revalorisation salariale qu'il va inévitablement falloir prévoir, ces métiers ont fait un bond important dans la reconnaissance sociale qu'on leurs accorde.

  • Une vrai solidarité, pas celle de nanti faisant leur bonne œuvre afin de bien dormir, celle de tous les gens envers les autres, cela est aller de petit geste a de plus grande chose mais les bénévoles habituels ont vus leurs rangs renforcés.

  • Un service public fort, car oui les hôpitaux ont tenu bon malgré les coups de boutoir qu'ils reçoivent depuis longtemps.

  • De la sécurité "de gauche" avec des hommes sur le terrain, les policiers n'ont-ils pas mieux protégé les maisons et appartements désertés que les jolis caméra qui surveillaient des trottoirs désert ? Ce constat peut clairement faire pencher la balance des prochains investissement vers plus d'humain.

  • Des espaces verts en ville qui dans le rayon du kilomètres (merci pour les chemins vert par exemple !) ont permis aux gens de se promener un peu afin d'échapper quelques minutes à un enfermement délicat dans des petits logements souvent trop petit.

Les gens engagés depuis toujours dans la solidarité, association citoyenne, aide alimentaire, ont continués discrètement mais efficacement leurs actions, inexorablement ils aident ! Pendant que certains on fait des campagnes de communication plus politique autour de nouvelles actions qu'ils méprisaient quelques mois en arrière. Même si la démagogie est flagrante on peut se prendre à rêver d'une réelle prise de conscience, notre ministre de l'économie peut-il devenir le nouveau Montebourg ?

La question qui va se poser bientôt est assez simple, redonne-t-on le pouvoir à cette droite qui se donne des airs de gauche sociale ou donne-t-on le pouvoir à des gens engagés depuis toujours dans ces actions et dont la sincérité n'est plus à prouver ?

Aujourd'hui et surtout demain nous avons l'occasion de renforcer ce mouvement vers un monde plus social et solidaire, il reste tant à faire car le confinement a aussi mis en exergue les inégalités de lieux de vie et d'accès aux espaces verts. Les enfants de certains quartiers n'ont pas de parc ni de jeux en extérieur à moins de plusieurs kilomètres de chez eux, nous pouvons avec des politiques locale ambitieuses corrigé ce problème, même si on souhaite ne jamais revoir un confinement les gens apprécieront les efforts que les politiques peuvent faire dans ce sens. Une ville plus verte et plus solidaire et plus autonome est indispensable pour l'avenir.

Bises à tous et soyez bon envers les autres !

  • Pictures 1 image

  • visibility
  • chevron_right

    Changement social - "Grand" débat

    Lous · Tuesday, 15 January, 2019 - 06:56 · 2 minutes

Changement social - "Grand" débat

Bonjour à tous, même si je n'y crois pas je pense qu'il est important de faire des propositions réalistes et intelligentes, comme cela si le débat n'aboutis sur rien la faute sera imputable au gouvernement.

Une proposition sociale simple et qui serait, à mon sens, peu coûteuse, dans l'immédiat, mais socialement juste sur du moyen/long terme ce serait d'indexer tous les salaires sur le SMIC.

  • Limiter la volonté inflationniste des grands groupe, car la balance intérêts/conséquences serait moins bonne.
  • Faire en sorte que les salaires de tout le monde évolue, ce qui est rarement le cas quand le salaire n'est pas au SMIC
  • Améliorer la lisibilité réformes/aides/salaires, je m'explique beaucoup d'aide sont exprimées en SMIC (1,2, 1,5 SMIC ...), pareil pour les réformes fiscale (CSG ...) mais qui sait combien il touche de SMIC ?
  • Éviter la démoralisation des gens (nombreux) qui sont proches du SMIC et qui voit inévitablement le SMIC se rapprocher de leur salaire sans que le leur ne bouge (Il y a 10 ans le SMIC était autour de 9€ et quelqu'un qui avait 10€ était payer 10% de plus, la même personne aujourd'hui est au SMIC ...)
  • Le salaire des élus exprimer en SMIC leur mettrais peut-être dans la vue la réalité des gens "normaux"

Cette mesure serait simple à mettre en œuvre, il suffit de convertir tous les salaires en fraction de SMIC sur les contrats de travail, il faut aussi supprimer les différents SMIC pour simplifier la lecture pour tous. On peut même imaginer que certains avantages soient exprimés en fraction de SMIC (prime ou autre bonus), il serait parlant de dire qu'untel à eut 3400 SMIC de prime de départ ... Le système est applicable aux retraites, au chômage ... Les revalorisation aurait un caractère automatique et universel intéressant.

De plus cela pallierait à un défaut actuel des augmentations qui ne font que limiter la perte de pouvoir d'achat d'une personne au lieu de l'augmenter. Je m'explique, si quelqu'un à une augmentation de 3% tout les 3 ans (1% par an ~) sont salaire n'augmente pas mais il ne fait que moins diminuer avec une inflation moyenne de 1,5%, alors que si son salaire suit le SMIC et que en plus il a un bonus de 3% tout les 3 ans son salaire augmentera bien de 3% par rapport au coût de la vie.

Voilà une première idée que je pense intéressante à défendre, n'hésitez pas à réagir et/ou partager.

  • chevron_right

    Un entretien de Daniel Mermet avec Juan Branco, avocat, auteur de Crépuscule (2018).

    Lous · Monday, 7 January, 2019 - 20:39 edit

Même si dans le lot d'affirmation il y a probablement des exagérations, je pense que l'ensemble du propos se tient et les faits ont tendances à donner raison à M. Branco.

Je partage pas entièrement ses propos, mais ils sont suffisamment important pour que chacun les écoutes et s'en fasse sa propre opinion. Néanmoins je suis entièrement d'accord sur le fait que notre système de république est à bout de souffle (ce matin M. Griveaux sur France Inter nous a bien montré qu'ils sont aux abois).

Je vous invite à écouter l'entretien qu'il à eut avec Daniel Mermet.

Prenez le temps de lire son écrit/livre (j'ai toujours du mal à qualifier de livre un texte de 100 pages)

  • Juan Branco désosse Macron

    Léché, lâché, lynché. La règle des trois « L » est bien connue parmi ceux qui connaissent gloire et beauté. C'est ce qui arrive à Emmanuel Macron.

  • Pictures 1 image

  • visibility
Bonne année à tous et à toutes, j'espère que les réseaux sociaux libre gagneront encore du terrain en 2019 (Mastodon, Diaspora, Movim et tout le fediverse).
Je souhaite aussi que les minorités (LGBTQ+++, étrangers de toute couleur ...) gagnent en sécurité et en égalité.
Bises à tous, aimez vous les uns les autres pendant toute l'année, chassez la haine et ne gardez que l'amour !
  • chevron_right

    Propos sur le Tacot du Mayet par Georges Felastre

    Lous · Sunday, 30 December, 2018 - 21:13 · 7 minutes

Propos sur le Tacot du Mayet

Pendant la deuxième Guerre Mondiale, Raoul DAUTRY, ex Ministre des Transports de la IIIéme République, donnait des cours à Paris. Il avait connaissance des pressions exercées par les Allemands afin qu'un certain nombre de voies ferrées fort peu utilisées fussent démontées, et que le métal fut récupéré. Devant ses étudiants, je me souviens qu'il tempêtait : "c'est une véritable entreprise de déséquipement national".

L'Allier subit quelques conséquences de ces pressions, mais de façon curieuse. Il fut décidé de fermer la ligne Gannat-Saint Pourçain et les rails ainsi disponibles furent expédiés ... en Afrique du Nord, pour permettre le lancement du fameux Transaharien, jusqu'à Colomb Béchar ! Ainsi notre voie ferrée avait été contrainte d'abandonner les plantureuses et verdoyantes prairie Bourbonnaises pour un voyage exotique, à travers les dunes sableuses et le reg aride du désert...

Vint après guerre le temps de l'automobile. Sa vogue envahissante bouleversa les traditions et modifia les calculs de rentabilité. On s'attaqua aux lignes secondaires, aux "chemins de fer d'intérêt local", qui ne présentaient plus d'intérêt, aux "chemins de fer économiques", qui ne l'étaient plus. Mais ces décisions ne furent-elles pas parfois un peu hâtives ?

La Montagne Bourbonnaise n'avait pas été oubliée par la desserte ferroviaire, au début de notre siècle. Elle avait été plutôt gâtée, reliée qu'elle était avec Roanne et le bassin de la Loire, Vichy et le Val d'Allier.

C'était reconnaître le rôle important de cet aimable bastion de hautes terres, réservoir d'hommes. Le Thermalisme, le textile en plein essor créaient une activité intense à l'époque. L'économie de la Montagne et celle des plaines se complétaient, s'épaulaient l'une l'autre. Cette solidarité s'était exprimée par le tacot. Il remplissait à cette époque une mission primordiale dans la vie de la région.

Mais sans jamais se prendre tout à fait au sérieux. L'on avait baptisé les locomotives de prénoms féminins : Germaine, Gertrude. Les wagons de voyageurs trahissaient un souci pointilleux de l'égalité tarifaire. Dans chaque voiture, une cloison séparait une seconde classe, qui occupait les deux tiers de l'espace, et une première. Mais cette séparation comportait un vide, dont les contours étaient calculés pour permettre de loger un poêle, à cheval sur les deux compartiments. En hiver, le contrôleur arrivait, posait son seau à charbon, vérifiait les billets et remplissait enfin le fourneau avec une pelle. Il s'essuyait soigneusement les mains et continuait sa ronde. Mais on pouvait admirer le désir de justice absolu de la compagnie !. La moitié du corps de poêle devait chauffer les deux tiers du wagon affectés au Secondes, tandis que l'autre moitié des calories allaient aux Premières, qui bénéficiaient de plus de chaleur puisqu'elles étaient cantonnées dans un seul tiers wagon. Ainsi, pendant la saison froide, le prix du ticket payé par l'usager incluait une quantité de degrés centigrades strictement proportionnelle au sacrifice financier consenti.

Le petit chemin de fer joua un rôle très particulier lorsque VICHY devint capitale... Les gens des Ministères se rendirent très vite compte des services qu'il pouvait rendre, en ces temps d'essence rare et de communications difficiles. Ils se mirent à l’emprunter... pour se procurer du ravitaillement. Les samedis et les dimanches, la gare de Cusset connaissait une animation insolite. Jamais de mémoire de cheminot, on avait eu à traiter autant de voyageurs... L'endroit était réputé moins surveillé que VICHY, et les expéditions alimentaires préféraient partir de là.

Pour ces jours de pointe, le convoi comprenait une bonne douzaine de wagons, et cela créait des problèmes. Il fallait prévoir deux locomotives, une devant et une derrière. On ne peut pas dire que les conducteurs du train s'accomodaient avec aisance de ce bizarre attelage. Les départs en particulier donnaient lieu à des incidents, ponctués de jurons des employés de service. La machine de tête démarrait plus vite que celle de queue, ou bien l'inverse. Le convoi s'étirait de façon inquiétante, ou était brusquement comprimé entre les locos. Ce manque de synchronisation était devenu légendaire, et le moment du départ était attendu par les badauds comme une attraction.

Le trajet Cusset-Lavoine prenait trois, quatre ou cinq heures (40 kms !) selon la forme manifestée par les chaudières et suivant la longueur des arrêts. Dans les rampes un peu rudes, le train se traînait lamentablement, calait parfois repartait en crachotant comme il pouvait après avoir repris de l'élan et fait patiner avec rage les roues motrices sur les rails. Quant au retour à Cusset-Vichy, la plus large fantaisie présidait. Entre 6 et 9 heures du soir ! Le problème dépendait principalement du départ de Lavoine, au sujet duquel l'imprécision la plus totale régnait. Les mauvaises langues affirmaient qu'une idylle était l'explication rationnelle de cet horaire arbitraire. Le chef de gare de Cusset, qui était un homme, aurait été amoureux du chef de gare de Lavoine, qui était une femme. Le moyen le plus commode pour se dire leur tendresse était somme toute le train. Pour honorer sa passion montagnarde, le fonctionnaire de la plaine accompagnait souvent le convoi, geste qui donnait à son penchant affectif une allure de conscience professionnelle. Il lui arrivait alors, parvenu au terminus, de rêver à des voyages sans retour et d'oublier les suggestions du Chaix.

Ainsi, après guerre, la dure décision de fermeture a frappé le tacot de la montagne. Rentabilité ridicule ! Les chiffres ont raison. Du moins pour une époque donnée. Mais qui peut vraiment prévoir de quoi demain sera fait ? Et les économistes ont essuyé des échecs notables lorsqu’ils se sont aventurés dans des prévisions de conjoncture.

Peu d'années passèrent, après l'arrêt de mort du tacot du Mayet... et l'on se mit bientôt à évoquer, en pleine civilisation de consommation et de loisirs, qu'ici ou là on se prenait à regretter la disparition de chemins de fer analogues... Sur le plan touristique, limitées à des trajets plus courts, les lignes de ce type auraient connu un grand succès. Elles auraient fait le bonheur des visiteurs, des enfants. Il fut tenté une expérience, en Vivarais, et le petit train de l'Ardèche fut une réussite. On recréa un circuit en Montagne Bourbonnaise.

Dans le cadre du contrat de pays en gestation, pour le canton du Mayet, il est projeté d'utiliser au moins l'ancien tracé de la ligne comme sentiers pédestres, ou pistes de promenade à cheval. La présence parallèle du petit chemin de fer sur une partie du parcours, n'aurait pas déparé (hormis le frayeur possible des montures !) Elle aurait fourni, à l'imagination un aliment pour camper un Far West à usage personnel,un train de Santa Fé, ou même le "Tchou tchou train" cher à Duke Ellington. Le tourisme aurait pu donner, sur des sections limitées, la fameuse rentabilité, au nom de laquelle on avait détruit ce que d'autres avaient patiemment construit à coup de tunnels, de remblais, de ponts...

Qui peut dire ce qui nous attend en matière d'énergie, de transports ? Certes, il semble qu'un certain pessimisme conduise à minorer les réserves mondiales de pétrole. En théorie, elles devraient nous permettre de "tenir" pendant quelques décennies. En pratique, il y a ... la politique, le Moyen Orient, les Arabes, la rivalité des deux grands, la réaction des pays sous développés et surpeuplés.

En tout cas, on peut affirmer, sans beaucoup s'avancer, qu'au plus tard dans 50 ans, si les savants n'ont pas trouvé, une solution de rechange en matière énergétique, ce sera la catastrophe.

Le monde est condamné à trouver un nouvel équilibre. Qui peut raisonnablement affirmer que notre tacot de la Montagne ne sera jamais regretté ?

Sans se montrer passéiste impénitent et rétrograde, il est sagede que Raoul Dautry n'avait peut-être pas tort de d'indigner contre toutes les formes de "déséquipement national". Les froids techniciens n'ont pas toujours raison lorqu'ils prévoient, formules mathématiques à l'appui, un avenir précis pour le destion des hommes et de leurs œuvres.

Georges FRELASTRE - Conseiller Général de Vichy.

Extrait du "Courrier de la Montagne Bourbonnaise - Hiver 1979-80 N°11

J'ai trouver ce document par hasard, et je l'ai lu avec une conviction que cela ne présentait aucun intérêt, et finalement cette lecture m'a touché. L'auteur écrit des chose dont on parle encore, et pour certains depuis peu, en 1979 ! Que de vérité dans ces lignes, et quel tristesse que l'avenir lui ait en grande partie donné raison. Le projet de trajet de randonné sur l'ancien tracé n'a pas vu le jour (ou cela n'a pas perduré). De nombreux ouvrages d'arts sont encore visible (surtout des viaducs) comme le viaduc des Peux vers le village de Laprugne.

  • Pictures 1 image

  • visibility
  • favorite

    1 Like

    piererobin

Bilan démocratique ? Institutions, République ...
Le mouvement des gilets jaunes révèle un problème de notre constitution qui devient insupportable pour une majorité de nos concitoyens.

La cinquième, comme on dit, n'est pas un système démocratique, et oui ça fait mal et ça va à l'encontre de tout ce qu'on nous enseigne à l'école mais c'est malheureusement le constat réaliste qu'il faut en faire.

Pourquoi me direz-vous ? Simplement parce que lors de sa rédaction il fallait un pouvoir fort et capable de manœuvrer le pays sans opposition, résultat c'était idéal en 1958 mais depuis du temps à passer et les gens voudraient pouvoir agir plus fréquemment qu'une fois tout les cinq ans.
Il n'y a aucun contre pouvoir (en dehors des médias et des réseaux sociaux), le Sénat ne sert à rien (c'est une maison de retraite dorée), l'Assemblée Nationale n'est qu'une caisse enregistreuse des lois du Roi, bref tout cela manque de Démocratie et il devient dur de maquiller tout ça.

M. Macron et les députés LREM, désolé pour les autres mais vous n'êtes que des figurants du grand cirque Républicain, ont un responsabilité énorme dans la crise actuelle, ils ont suscité beaucoup d'espoir de changement "le nouveau monde" et finalement ils ont fait comme avant en pire peut-être.
Si demain la France bascule sous la férule d'un dirigeant autoritaire, ou dans le chaos, les responsables sont à chercher dans les 20 dernières années mais largement aussi dans les 3 ou 4 qui viennent de s'écouler.
M. Hollande et M. Macron vous pouviez faire évoluer nos institutions, vous en aviez le pouvoir et la légitimité au lendemain de vos élections, n'avoir rien fait dans ce sens vous rend complice de la situation actuelle.

On voit bien que depuis le départ de M. Jospin, les français ne sont plus écoutés, une grève ne sert plus à rien, un blocage non plus car la force et la violence feront le ménage.
La seule option que nos dirigeants entendent c'est la violence, c'est triste, mais on ne peut pas dire aux gens "restez calme" car en vrai ça revient à leur dire "taisez-vous" et ce n'est pas possible.

Quand aux forces de l'ordre, méfiez-vous du peuple qui gronde, car sans vos boucliers et vos matraques vous n'êtes que des hommes, et pour l'instant vous affrontez des petits groupes ou des personnes peu organisées.
Mais si vous continuez vos actes violents au delà du raisonnable (oui je sais les ordres et ce genre de choses, mais attention à ne pas faire du zèle ou à trop bien obéir) vous pourriez tomber sur des groupes plus gros, mieux préparés, plus radicaux et à ce moment là je pense que le rapport de force ne sera plus le même et je crains les dérapages irréversible que pourrait entraîner ce genre de situation.
Et non je ne vous plaindrais pas car c'est votre métier, et quand on devient CRS ce n'est pas pour enfiler des perles ou compter les pâquerettes, vous ne faites que votre travail et si il ne vous plaît pas en ce moment faites comme beaucoup d'entre nous : changez !

Une solution de sortie de crise serait de créer et d'inventer une 6éme République, avec quelques outils sympathique qui obligerait les élus à tenir leurs engagements, car non M. Macron ne tient pas beaucoup plus ses promesses que ces prédécesseur. On pourrait sur le principe du referendum d'initiative populaire faire une motion de censure populaire par exemple.
On pourrait aussi imaginer que l'Assemblée prépare les lois en concertation avec les citoyens pendant l'année et que nous soyons consulter par référendum (type QCM) pour valider plusieurs réforme d'un coup.
Pourquoi pas remplacer l'accès au Sénat actuel par un accès via un tirage au sort pour 2 ans, contre une indemnité identique à ce qu'on les Sénateurs aujourd'hui, et n'avoir la possibilité d'y siéger que 2 fois dans sa vie. Dans le même temps il faudrait renforcer le Sénat pour obliger au consensus avec l'Assemblé et non que celle-ci puisse trancher.
Il s'agit là de mesure simple et franchement réalisable sans se mettre le peuple à dos (les Sénateurs c'est autre chose).

En même temps, si si on peut le faire pour de vrai, on peut travailler la justice fiscale, remettre l'impôt à plat, tout revoir.
Pourquoi pas de la TVA sociale ? Pas 1 ou 2 points mais 10 à répartir selon les produits (oui ça complique la taxe mais c'est à creuser).
Une autre piste serait de donner les salaires en super-brut et de transférer les charges-sociales sur l'impôt sur le revenu.
Il faut impérativement réfléchir pour rendre la fiscalité plus claire, plus directe, plus juste.
Un point qui devient crucial aujourd'hui c'est de combattre l'optimisation et la fraude, on en peut plus voir des joueurs de foot payé plus que des multinationale ce n'est pas logique, mais pour cela il faut que la fiscalité soit plus simple.

Bon je vais m'arrêter là mais je pourrais écrire un livre et devenir Président si je continuais.
  • favorite

    1 Like

    leyokki