close
  • chevron_right

    Les chiens du maître

    🔸 Jérôme Nathanaël 🔸 · Tuesday, 10 May - 00:17 edit · 1 minute

Les chiens du maître, ré-intronisé pour les cinq prochaines années monarque absolu par la bêtise du peuple non souverain bien manipulé, endoctriné, abasourdi !

Ils sont venus à l'investiture du roi soleil, les uns dans l'attente d'effacer leurs ardoises judiciaires, les autres pour éviter quelques enquêtes, tous dans l'espérance de quelque juteuse et confortable prébende, qui leur assure prestige et privilège, en attendant un futur transfert de pantouflage à la tête d'une entreprise internationale, d'une fondation, d'un cabinet conseil...

Rien n'a changé depuis la nuit des temps, imaginez d'autres costumes, et nous voilà à la cour de Gengis Khan ou de Charlemagne, mais ceux-là ont en plus les moyens techniques de démultiplier à l'infini leur emprise et surveillance sur les contestataires et l'habileté des lois qu'ils ont lentement tissé autour du peuple comme une toile vénéneuse pour le soumettre et l'anesthésier.

Au nom de la souveraineté pleinière que je tiens de mon essence humaine libre, je les déclare définitivement et irrévocablement illégitimes !

Je ne suis pas et ne serai jamais leur sujet. J'ai toute ma vie choisi la liberté plutôt que la compromission et pourtant les occasions ne m'ont pas manqué d'être de ce côté obscur de la société. J'ai même eu plusieurs fois à subir une sorte de mort sociale et l'effondrement de mes projets pour avoir refusé d'être embrigadé un jour au Parti Socialiste, un autre au RPR, tant leur système ne survit que par les talents qu'ils achètent avec leurs bonbons empoisonnés, et que j'ai toujours refusé, car il m'est impossible, pour quelques oripeaux, de renoncer à ce qui me parait juste et honorable.

Il serait grand temps que les peuples ouvrent les yeux et refusent définitivement ces systèmes de gouvernance pseudo-démocratiques qui ne sont en fait que des grands tours d'illusionnistes destinés à faire perdurer les injustices et les dominations, hier par la naissance, aujourd'hui par la voie des urnes, qui n'est qu'une sorte de cooptation bien organisée dans l'entre-soi de la nomenklatura et donc cela revient finalement au même.

C'est toujours une infime partie de la population qui se partage richesses et moyens d'action, s'attribuant ce qui revient à tous et chacun !

© Jérôme Nathanaël - 10 mai 2022

initialement publié ici : https://jeronath.net/chiens-du-maitre

  • Pictures 1 image

  • visibility
  • chevron_right

    [Mon actualité] Nouveau site internet - de Standard Notes à Bludit !

    🔸 Jérôme Nathanaël 🔸 · Monday, 9 May - 12:04

Depuis un an, mon site internet jeronath.net était hébergé sur listed.to, plate-forme d'hébergement de blog que Standard Notes propose à ses utilisateurs payants. Après plusieurs essais de CMS, j'ai finalement décidé de migrer mon site chez mon hébergeur avec Bludit. La suite ici : jeronath.net/nouveau-site-internet

  • chevron_right

    Réflexe pavlovien et réélection du bon maître !

    🔸 Jérôme Nathanaël 🔸 · Wednesday, 4 May - 13:03 edit · 5 minutes

Voilà un peu plus d'une semaine, M. Macron était réélu pour cinq ans à la présidence de la République française avec 58,54% des votes exprimés contre 41,46% pour Mme Le Pen. Au terme d'une campagne où le candidat Macron a joué les absents, refusant de débattre et de rendre compte de son bilan, pour laisser toute sa place au président Macron, fort de sa stature de président de l'Europe et de valeur refuge dans un monde instable, la Macronie pouvait se réjouir d'un deuxième tour tant espéré face à Mme Le Pen. Il suffisait alors d'activer dans la population le bon vieux réflexe pavlovien de défense de la République devant le péril fasciste pour l'emporter.

Nous avons en effet constaté entre les deux tours l'efficacité de la surenchère médiatique des gardiens du temple de la bien-pensance, se déchaînant d'un commun accord pour jeter l'efficace opprobre sur la malfaisante ennemie de la République. Et pour ne pas se couvrir des salissures de la collaboration avec le mal absolu, même les victimes du président candidat, les éborgnés, les sans-droits, les exclus pour désobéissance, se sont dressés pour reconduire leur maître, suivant d'une foulée quasi unanime les soi-disant leaders insoumis de gauche ou de droite qui battaient le rappel. Une affreuse mascarade grinçante s'est dressée pour repousser une candidate bien plus proche des revendications sociales du peuple que le programme du candidat-président, ramassis de belles paroles pondues par des communicants grassement payés, n'ouvrant que sur le vide abyssal d'un projet méprisant les intérêts des "gens qui ne sont rien", tout en étant la majorité des Français. Il a suffi de reprocher à Marine Le Pen d'être la fille de M. Le Pen, de vouloir soumettre à référendum des propositions sur les questions de nationalité et d'immigration et d'exiger une application plus stricte de la loi sur la reconduite à la frontière des immigrés et délinquants en situation irrégulière, pour lui tailler le costume d'extrême droite fascisante qui déclencherait chez le peuple bien endoctriné le réflexe requis. Je le redis ici encore une fois : entre deux maux, il ne reste malheureusement qu'à choisir le moindre, et je persiste à penser qu'il aurait été plus facile de contrôler et de combattre le pouvoir fragile de Marine Le Pen que celui de Macron, adossé à toutes les puissances politiques et financières du moment, résolu à mettre en place l'agenda liberticide du Forum de Davos.

Je tiens à rappeler que M. Giscard d'Estaing, un des plus actifs partisans de la construction européenne, promoteur d'une Europe fédérale, déclarait le 21 septembre 1991 au Figaro Magazine : "Ce déplacement dans l’origine des immigrés exprime une modification de la nature socio-économique de l’immigration. Bien que dans cette matière sensible il faille manipuler les mots avec précaution, en raison de la charge émotionnelle ou historique qu’ils portent, ce type de problème actuel auquel nous aurons à faire face se déplace de celui de l’immigration (« arrivée d’étrangers désireux de s’installer dans le pays ») vers celui de l’invasion (« action d’entrer, de se répandre soudainement « selon la définition donnée par Littré)." Il recommandait à cette occasion de «revenir à la conception traditionnelle de l'acquisition de la nationalité française: celle du droit du sang, comme le modèle allemand». Et il proposait déjà de soumettre cela à référendum ! Je n'ai rien vu d'autre chez Marine Le Pen et si ces propos de Giscard d'Estaing avaient à l'époque suscité un vif débat dans la classe politique française, nul ne se serait permis de l'accuser d'être d'extrême droite... Mais depuis, au jeu d'échecs de la politique, la défense Chirac Le Pen 2002 est devenue un coup de maître indispensable en cas de danger de mat.

Pour autant la fête des macronistes pourrait ne pas durer bien longtemps. Dés le soir de sa réélection M. Macron, tandis qu'il paradait sur le Champ de Mars au son de l'hymne européen, beau symbole de la dissolution de la France au profit d'une Europe atlantiste qui se prépare à la guerre, s'est empressé d'envoyer ses forces de l'ordre, dotées du "monopole légitime de la violence", réprimer les déçus d'un grand soir qui s'était absenté... Il est vrai que derrière la beauté apparente du résultat, si on regarde les votes par rapport aux inscrits, se prépare à la guerre, s'est empressé d'envoyer ses forces de l'ordre, dotées du "monopole légitime de la violence", réprimer les déçus d'un grand soir qui s'était absenté... Il est vrai que derrière la beauté apparente du résultat, si on regarde les votes par rapport aux inscrits, se cache une réalité différente, 43,63 % pour Macron, 22,38% pour Le Pen et l'abstention plus les votes blancs ou nuls s'élevant à 34%. Toujours par rapport aux inscrits, les scores du premier tour donnent 20,1% pour Macron, 16,7% pour Le Pen, 15,8% pour Mélenchon et 26,3% d'abstention. Il n'est donc pas impossible qu'avec de tels scores, les législatives de juin ne deviennent le troisième tour des perdants et nous réservent quelques surprises, les alliances pour les postes battant grand train, à gauche comme à droite, les ultimes appétits électoraux promettant quelques compromis étrangement introuvables jusqu'ici.

Peut-être allons nous, à l'occasion de ces ententes cordiales opportunes, sortir enfin du train-train des insultes et des réflexes binaires qui ont émaillé cette campagne présidentielle dans les médias et sur les réseaux sociaux ! Ces réactions ont été plus souvent proches de celles de chimpanzés en colère que d'êtres humains capables de pensée et de dialogue. Réfléchir à la complexité de la situation du pays, pratiquer un peu de rigueur intellectuelle et historique en se défiant de la fabrique du consentement largement à l'oeuvre dans les médias, exiger la vérité sur les dérives autoritaires et mafieuses du pouvoir macronien et proposer une stratégie de sauvegarde face à ses dangers, m'a valu moult insultes et invectives, et je suis devenu à mon tour le fascho de service ! l'évaluation de la pensée d'un individu se résumant aujourd'hui aux 280 signes d'un tweet ! Je crois n'avoir jamais ressenti aussi amèrement le recul d'intelligence de mon pays et l'exacerbation des haines et des ruptures entre ses habitants. Il m'a fallu une semaine de silence pour retrouver le goût de m'exprimer sur les réalités de cette période électorale.

@ Jérôme Nathanaël - 3 mai 2022

  • Pictures 1 image

  • visibility
  • favorite

    1 Like

    eyome

  • chevron_right

    Saint-Macron (humour noir)

    🔸 Jérôme Nathanaël 🔸 · Saturday, 23 April - 00:16 edit

𝗦𝗮𝗶𝗻𝘁-𝗠𝗮𝗰𝗿𝗼𝗻 𝗾𝘂𝗶 𝗲̂𝘁𝗲𝘀 𝘀𝘂𝗿 𝘁𝗲𝗿𝗿𝗲 !

Protégez nous de votre bras puissant !
Soyez patient devant notre bétise, nous qui ne sommes rien,
Donnez nous aujourd'hui notre leçon quotidienne d'obéissance aveugle,
En échange de vos lumières impérissables qui nous éclairent le chemin de la démocratie,
Faites taire ces bruits de botte de la dictature référendaire et du suffrage proportionnel,
Débarrassez nous de toute velléité à la pensée libre qui nous rendrait malades et fragiles,
Accordez nous la béatitude définitive des sots !

© Jérôme Nathanaël - 20 avril 2022

  • favorite

    1 Like

    westlab

  • chevron_right

    Débat 2ème tour - Pontifiez il en restera toujours quelque chose !

    🔸 Jérôme Nathanaël 🔸 · Saturday, 23 April - 00:13 edit · 3 minutes

Et bien je pensais pouvoir regarder le débat entre Marine le Pen et Néron mais j'ai craqué au bout de 10mn. Rien que de voir la tête de l'autocrate et son aspect pontifiant et mensonger, j'ai envie de vomir. J'atteins là je l'avoue ma limite... je vais me mettre un bon film.

De toute façon ma conviction est faite et je l'ai exprimée à de nombreuses reprises : cet homme est extrêmement dangereux. J'espère que les Français vont faire preuve de prudence mais j'avoue en douter.
Ce type et toute sa clique, c'est-à-dire toute la bien-pensance qui se partage les pouvoirs politique, économique, judiciaire et médiatique, pense à peu prêt comme lui : les petites gens du peuple sont des imbéciles qui devraient se trouver bien contents que les bons, les grands, les intelligents s'occupent de bien leur gérer leur monde à leur place et ne leur demandent que d'obéir.

Et bien j'affirme et je l'affirmerai jusqu'à mon dernier souffle : il y a en l'homme du génie potentiel, que le travail sur soi, dans une volonté de bonification permanente et de libération des talents propres à chacun, peut amener à désirer une manière de vivre plus aimante et plus en capacité de partager dans la paix et la bienveillance les magnificences de notre monde...
Pour rendre possible cela, il faut aussi des conditions de liberté et de bien-être social qui soient propices à l'expérience d'autre chose que le manque, la peine, la rancœur et la jalousie qui pourrissent l'intime de celui qui en est trop longtemps affecté. Et il faut la possibilité de dialoguer et construire à plusieurs, de manière directe, interactive et non par délégation, la vie collective.

C'est pourquoi je suis et resterai libertaire, n'acceptant stratégiquement la démocratie élective que comme un pis-aller provisoire où le seul enjeu est de choisir le pouvoir qui fera subir au peuple l'emprise la moins forte et donc lui laissera le plus de chance d'échapper à celle-ci.
Je redoute donc que le pouvoir macronien, un des plus manipulateurs, un des plus méprisants et violents que la France aie eu à subir depuis le milieu du vingtième siècle, n'en reprenne pour cinq ans. Tous les complices zelés ou aveugles, qui auront participer à la réélection du système mafieux en place, qui se seront gargarisés de mots pour se donner bonne conscience, en croyant que pour être dans le camp du bien il suffisait de pousser des cris d'orfraie et d'assigner l'autre au camp du mal, risquent bien dans cinq ans de devoir assumer la responsabilité de ce qui va s'abattre sur la France.

Je vois venir l’assujettissement complet de la France aux visées impérialistes des États-Unis avec les risques de guerre qui les accompagnent.
Je vois venir une gouvernance qui exerce une surveillance généralisée sur sa population et organise la mort sociale de celui qui protesterait, à l'image du crédit social à la chinoise.
Je vois venir la pérennisation de la répression brutale de tous mouvements sociaux et la mise au pas définitive des médias et même la fin de la liberté d'expression y compris sur les réseaux sociaux.
Je vois venir la fin de la monnaie et son remplacement par la monnaie électronique dont la valeur dépendra du curseur informatique de la Banque Centrale Européenne.
Je vois venir la disparition de la France et de sa culture, que le pouvoir ressortira comme une valeur suprême en cas de besoin, par exemple pour repousser au nom de l'universalisme français et des droits de l'homme de prétendus représentants d'une droite "extrême".
Je vois "l'extrême centre" macronien, comme il se décrit, devenir l'extrême élite et l'extrême totalitarisme d'un nouveau genre.

L'avenir du pays est sombre. Il le serait un peu moins avec un projet plus populaire et plus de démocratie mais les français sortiront-ils de l'hypnose macronienne ?

© Jérôme Nathanaël - 20 avril 2022

  • chevron_right

    Suppression du corps diplomatique !

    🔸 Jérôme Nathanaël 🔸 · Saturday, 23 April - 00:05 edit · 1 minute

𝗦𝘂𝗽𝗽𝗿𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗿𝗽𝘀 𝗱𝗶𝗽𝗹𝗼𝗺𝗮𝘁𝗶𝗾𝘂𝗲 𝗽𝗮𝗿 𝗱𝗲́𝗰𝗿𝗲𝘁 𝗮̀ 𝗾𝘂𝗲𝗹𝗾𝘂𝗲𝘀 𝗷𝗼𝘂𝗿𝘀 𝗱𝘂 𝘀𝗲𝗰𝗼𝗻𝗱 𝘁𝗼𝘂𝗿 !

La suppression par décret du corps diplomatique, le deuxième au monde par sa qualité et son ancienneté, à quelques jours du second tour, suscite une forte indignation dans une large partie de la classe politique et des fonctionnaires.

Faut-il y voir un fait du prince tout puissant ! décidé sans doute à remplacer ce corps issu exclusivement du Ministère des Affaires Étrangères par des nominations à son bon plaisir, puisque le décret précise qu'à partir de 2023, les diplomates seront choisis parmi des hauts fonctionnaires venant de toutes les administrations ou du secteur privé.

On connaît l'appétence sans fin de Macron pour le secteur privé et tous les cabinets conseil tels Mac Kinsey auxquels ce gouvernement a eu recours depuis 5 ans. Le rapport sénatorial récemment paru suite à une longue enquête porte d'ailleurs un titre évocateur : "Un phénomène tentaculaire : l'influence croissante des cabinets de conseil sur les politiques publiques."

Gageons que Macron réélu n'hésitera pas à confier la représentation de la France à l'étranger à certains de ses amis du Forum Mondial de Davos et du Club des Global Young Leaders, où il côtoie Amélie de Montchalin, Najat Vallaud-Belkacem et nombre des dirigeants des grands cabinets conseil et de grandes banques !

Pour paraphraser le titre d'un des premiers livres de Michel Houellebecq, il s'agit là de "l'extension du domaine de la mafia" !

© Jérôme Nathanaël - 21 avril 2022

  • chevron_right

    MacKinsey Gate un scandale d'État !

    🔸 Jérôme Nathanaël 🔸 · Saturday, 23 April - 00:02 edit · 6 minutes

McKinsey Gate : toujours pas d'enquête du Parquet national financier !

Comme pour les négociations et la mise en place de l'embargo sur le pétrole russe, dont le New York Times révélait le 14 avril 2022, repris par le Figaro le 15 avril 2022, que l'Union européenne attendait l'après-second tour de l’élection présidentielle française, pour éviter de favoriser la candidature de Marine Le Pen, il semblerait qu'il faille également attendre que M. Macron soit stabilisé sur son trône pour 5 ans avant que le Parquet financier ne puisse se saisir de ce qu'on peut d'ores et déjà appeler le McKinsey Gate.

Le problème est que les magistrats s'en plaignent, dans une tribune collective parue sur le site de Marianne le 04 avril 2022 qui titre "McKinsey : nous, magistrats, trouvons anormal que le parquet ne déclenche pas d'enquête". Je cite un extrait de leur tribune : "L’ampleur et la dimension des informations révélées par le rapport de la commission d’enquête sénatoriale sur les cabinets de conseil publié le 17 mars dernier a le mérite d’éclairer les citoyens sur l’état de délabrement de nos institutions, gravement menacées depuis plusieurs années par des dérives susceptibles de relever du champ pénal, et à tout le moins, osons le dire, de donner à voir un État possiblement frappé par la corruption." On comprend alors qu'il n'y ait aucune directive d'instruire par le parquet général qui dépend du gouvernement.

Je rappelle qu'en 2017, le pouvoir en place, le président Hollande et le parquet général dépendant du ministère de la Justice, avaient fait pression sur les magistrats pour diligenter l'ouverture d'une enquête préliminaire dans l'affaire Fillion, qui était bien moins grave et sur des sommes beaucoup plus faibles. Nous le savons aujourd'hui grâce au témoignage officiel de l’ex-procureur Eliane Houlette devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, consacrée à “l’indépendance du pouvoir judiciaire”, en juin 2020. Il fallait urgemment écarter l'importun trop bien placé dans les sondages et qui risquait de faire capoter l'élection habilement orchestrée de l'Élu suprême.

Cette fois, il semble donc que, devant l'énormité des montants incriminés, plusieurs milliards, il faille a contrario attendre, afin à nouveau de ne pas entraver la campagne mensongère de l'Élu et sa possible réélection. J'apprends par ailleurs que notre bon ministre de la Justice, M. Dupond-Moretti, encore récemment soupçonné de prise illégale d’intérêts dans deux dossiers juridiques, a vu son affaire déclarée close le 15 avril dernier, le jour même où il annonçait son ralliement officiel à son bon et généreux maître. On comprend dès lors que le parquet général qui devrait déclencher l'instruction, mais dépend du bon ministre, traîne des pieds devant une tâche si ingrate.

Ainsi donc, tout est bien dans le meilleur des mondes, les apparences sont adoucies, l'Élu se voit délester d'un lourd et périlleux handicap, ses chances de pouvoir continuer à tisser sa toile vénéneuse sur la France ne sont pas altérées, le peuple ne prendra pleinement conscience de l'énormité de la corruption d'État, et de la machination pour la masquer, que bien plus tard, peut-être dans trois ans comme pour l'affaire Fillion.

Et voilà qu'ensuite les soutiens de M. Macron, c'est-à-dire toute cette classe politique qui espère manger dans sa main dans quelque temps, tout en jouant éventuellement le théâtre de l'opposition, nous appellent à "sauver la République" devant le péril fasciste que serait censé incarner Marine Le Pen, coupable pour l'éternité d'être la fille de Jean-Marie Le Pen dont on connaît bien sûr les odieux propos, et coupable d'appeler à plus de fermeté dans le traitement de l'immigration.

Je rappelle à ce propos que M. Macron a durant son mandat élargi les possibilités du regroupement familial aux frères et soeurs, et non uniquement au conjoint et aux enfants. La notion de frère et soeur est dans certains pays aussi large que le besoin bien compréhensible d'échapper à l'horreur de la guerre ou de la misère, et l'organisation administrative beaucoup plus floue que les rigueurs de l'État français par rapport à ses citoyens. En conséquence je n'ose imaginer ce que cela pourrait à terme déclencher comme problèmes endémiques dans une France tellement appauvrie que beaucoup n'y mangent déjà plus à leur faim. Mais passons...

Marine Le Pen serait donc le monstre absolu dont il faudrait se préserver comme d'un péril ultime, alors qu'elle propose un programme social pour les plus faibles, en bloquant les prix de l'énergie par exemple et en baissant immédiatement la TVA à 5,5% sur les produits indispensables à une vie décente. Marine Le Pen serait donc aussi une menace pour la république, alors qu'elle permettra une amélioration de la vie démocratique par le Référendum d'Initiative citoyenne et le suffrage proportionnel pour une meilleure représentativité de l'Assemblée nationale. Certains sociologues, comparant les programmes de M. Mélenchon et Mme Le Pen, ont d'ailleurs estimé qu'ils ont 70% de propositions communes, quand celui de M. Mélenchon ne se retrouve qu'à 20% dans le programme de l'Élu !

C'est pourquoi je pense d'ailleurs que M. Mélenchon se serait honoré de proposer à Marine Le Pen la création d'un Conseil de la Résistance pour faire front contre M. Macron, comme le suggérait l'essayiste Idriss Abercane, plutôt que de beugler à trois reprises "Pas une voix pour Marine Le Pen", ouvrant ainsi la porte à la réélection de celui même dont il prétendait être le principal opposant. Il a raté une occasion historique d'avoir la stature d'un homme d'État.

Alors de qui se moque-t-on ? si ce n'est une fois de plus du peuple français, sommer d'obéir en votant pour l'Élu, ou en favorisant sa réélection par un vote blanc ou par l'abstention, pourtant décriés habituellement comme une défaite de la démocratie représentative si chère à nos élus.

Faut-il réélire M. Macron et sa bande pour le laisser continuer le massacre de notre pays, l'effondrement permanent du niveau de vie au profit d'une caste d'ultra-riches comme cela s'est révélé pendant la pandémie, et laisser nos libertés au placard pour le bien du système mafieux qui s'engraisse sur nos malheurs ?

Pour moi la situation est donc sans ambiguïté, voter Marine le Pen est la seule solution pour empêcher Macron d'avoir cinq ans, voire sept ans de plus puisqu'il veut revenir au septennat, pour noyer notre pays dans un mondialisme capitaliste dont l'Europe n'est plus qu'un relais, et préserver ce qui reste de nos conditions de vie et de nos possibilités d'action.

J'espère que les Français comprendront l'urgence de ce vote et sortiront des réflexes conditionnés par leurs maîtres.

© Jérôme Nathanaël - 21 avril 2022

Sources :

  • chevron_right

    Macron Le Pen quel est le pire danger ?

    🔸 Jérôme Nathanaël 🔸 · Tuesday, 12 April - 16:52 edit · 8 minutes

Ce matin je suis particulièrement affecté par la situation à laquelle les français sont confrontés : choisir entre Macron et Marine Le Pen comme président de la France pour cinq ans.

J'ai appelé à voter Mélenchon au premier tour, car je pensais qu'il pourrait provoquer une évolution démocratique vers plus de liberté et de possibilité pour les citoyens d'infléchir la gouvernance politique de ce pays : une constituante qui accoucherait d'une nouvelle constitution prenant en compte les revendications légitimes des français et notamment celles des Gilets Jaunes. Je ne vais pas revenir là-dessus, je renvoie à mon précédent papier pour plus de détails sur ce choix. Pour autant, je ne suis pas un partisan de la France Insoumise, pas plus que d'aucun autre mouvement politique connu. Étant libertaire, je souhaite une société sans un état dominateur car je pense, comme le dit Max Stirner que "l'objectif de l'État a toujours été le même : limiter l'individu, le dompter, le subordonner et l'asservir".

Mais je pense aussi, comme La Boétie, que "les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux", c'est-à-dire que nous désirons les tyrans car nous avons peur d'assumer la responsabilité de la liberté. Nous sentons confusément en nous que sans le garde-fou de l'autorité d'un chef sur nous, nous serions capables de tous les débordements, comme l'autre en face de nous en serait capable, et nous avons peur de ce danger au point de renoncer à notre liberté pour en être protégé.

La démocratie, telle que pratiquée en France ou dans les pays occidentaux, n'est dans le meilleur des cas qu'un moindre mal, une étape provisoire, en attendant que les humains, par leur bonification permanente et volontaire, deviennent capables d'assumer le risque de la liberté et de l'autogestion, et inventent d'autres moyens de gérer la vie collective. J'aurai l'occasion de revenir dans un prochain article sur ces points.

J'aborde donc la question du vote pour ce deuxième tour d'une manière très différente de celle de la majorité de mes concitoyens, qui vont chercher lequel des deux candidats est le moins pire ou le plus proche de leurs convictions.
Mes critères sont différents, je n'ai pas d'a priori culturel ou politique qui me guident mais ce qui m'intéresse c'est de savoir lequel des deux candidats est le plus dangereux par rapport au progrès vers plus de liberté, par rapport à la possibilité d'agir et de faire évoluer les consciences dans les temps à venir.

Macron a prouvé par son mode de gouvernance qu'il est capable du plus grand mépris et de la plus grande des brutalités envers le peuple, je renvoie à l'épisode des Gilets Jaunes où son gouvernement a fait preuve d'une répression d'une violence inouïe, du jamais vu dans notre pays, 13 morts, 27 personnes éborgnées, 150 blessés graves, un total de 1500 blessés et, cerise sur le gâteau, des gens emprisonnés pour leurs convictions politiques. Il faut également souligner qu'il aura fallu, grâce à l'influence qu'il exerce sur les médias "mainstream" qui appartiennent à la nomenklatura qui l'a fait élire, de longs mois avant que cette répression ne trouve écho dans les informations quotidiennes, où les Gilets Jaunes ont été le plus souvent assimilés à des antisémites, des violents, autrement dit des gens dangereux pour toute la société.

Durant la pandémie, le recours maintenant connu, à coup de milliards de nos impôts, à des cabinets privés, Mac Kinsey parmi d'autres, où figurent en bonne place des personnes qui étaient dans son staff de campagne dès 2016, ainsi que les conflits d'intérêt qui lient ces mêmes groupes au Conseil Constitutionnel et au Conseil de l'Europe, rendent clairement manifeste que nous sommes face à la main mise tentaculaire d'un groupe aux intérêts complètement opposés à ceux de notre pays.
C'est ce groupe d'influence, issu en grande partie du Forum Economique Mondial de Davos, au sein duquel Macron, Amélie de Montchanin et Najat Vallaud-Belkacem, pour ne citer qu'eux, sont tous trois Global Young Leaders, qui a motivé de très nombreux pays occidentaux à avoir recours à une stratégie commune lors de la crise Covid 19.

Confinements, interdiction des traitements précoces à l'Ivermectine ou à l'Hydroxychloroquine (qui ont merveilleusement fonctionné en Afrique évitant des milliers de morts), imposition du masque inutile pour les enfants, puis vaccinations systématiques à base de thérapie génique expérimentale avec les dit vaccins à ARN messager sous AMM conditionnelle, ont été imposés aux français, sans aucun débat parlementaire, le parlement se bornant à valider la reconduction de l'état d'urgence qui permettait tous les abus de l'exécutif. Les protestations de grands médecins indépendants de renommée mondiale tel le prix Nobel Luc Montagnier, aujourd'hui décédé dans l'indifférence du pouvoir en place, sur les dangers de ces remèdes n'ont jamais été entendus, pas plus que n'a été respecté le code de Nuremberg, qui impose aux états, depuis les horreurs nazies, de respecter le libre consentement éclairé de la personne avant le recours à des produits expérimentaux, ces vaccins ARN étant en phase expérimentale jusqu'en 2023 environ.

Cette campagne de vaccination s'est imposée par ailleurs à coup de chantage à la liberté, les non-vaccinés, pourtant en règle avec la loi puisque la vaccination n'était pas obligatoire, se voyant élevés par Macron au rang de boucs émissaires et privés de leur droit constitutionnel à la liberté de circulation, avec la bénédiction coupable d'un Conseil Constitutionnel aux ordres, Laurent Fabius son président validant les dispositions conseillées par Mac Kinsey, dont son fils est un des directeurs France ! Il faut enfin rappeler que Macron, banquier d'affaires chez Rothchild, a organisé la vente de la branche alimentaire de Pfizer à Nestlé, raflant au passage 1,8 millions d'euros qui ont disparu de toute déclaration d'impôts pour s'exiler habilement dans les paradis fiscaux. L'utilisation massive du produit Pfizer serait-elle un renvoi d'ascenseur mafieux ?

Nous sommes donc réellement devant un candidat, l'actuel président Macron, membre d'une très dangereuse mafia, qui n'a que faire des peuples et de la démocratie, et s'est répandue peu à peu sur l'Europe et le monde occidental. Elle suit l'agenda du Forum Economique Mondial, dirigé par Klaus Schwab, dont le livre "Covid 19 la Grande Réinitialisation" paru en juin 2020 nous donne les clés de la vision politique.
J'emprunte ci-dessous à Eric Verhaegue quelques phrases de son analyse dans "Le Great Reset : mythes et réalités" qui résument bien quel type de société la classe dirigeante qui se réunit à Davos envisage pour faire face aux défis du futur, que ce soit la crise climatique, les épidémies ou les grandes migrations.

"Schwab, qui a grandi dans l'Allemagne nazie, en retrouve ici les grands élans intellectuels, et les transposent à la société du futur, en les débarrassant de la brutalité hitlérienne, mais en conservant leur marque de fabrique : la croyance inébranlable en la supériorité d'une société fondée sur le développement technologique permanent."
et plus loin : "Le raisonnement du Great Reset est simple : coûte-que-coûte nous devons basculer dans une société de la surveillance, mais nous devons éviter (postulat bien hypocrite) qu'elle ne remette brutalement en cause nos libertés... La justification première de cette surveillance généralisée s'appuie sur la gestion de l'épidémie..."
et enfin : "Il n'est pas exclu que beaucoup, parmi les élites qui fréquentent le Forum de Davos, tiennent la démocratie en piètre estime et, qu'au vu de la victoire de Donald Trump, du Brexit et du mouvement des Gilets Jaunes, ils ne soient enclins à dévoiler leur volonté de puissance sur les corps sociaux."

Il s'agit donc de mettre en place une société de la surveillance généralisée sur le type de la chinoise et de son contrôle social, les déviants été écartés peu à peu du champ social par une sorte de mort sociale et de non accès aux libertés. Tel est le projet que défend Macron et sa gestion de l'épisode Gilets Jaunes et de la crise Covid 19 en est l'évidente preuve. De plus ce projet se renforce d'une volonté affichée de noyer la France dans une construction européenne de plus en plus éloignée du contrôle citoyen et des besoins des pays, Europe qui est par ailleurs à la botte des États-Unis, comme nous le prouvent les réactions du Conseil Européen face à la guerre en Ukraine, campagne de sanctions sans aucun souci des conséquences pour les peuples, réarmement à tout crin, globalement j'appelle cela jeter de l'huile sur le feu... Et de quel droit Mme Von der Leyen, présidente de la Commission Européenne, non élue, impose aux nations européennes la censure des médias russes, entraînant ensuite celle des artistes et de la culture russe. Interdire à Milan d'étudier Dostoïesvski contribue-t-il à faire cesser la guerre en Ukraine ?

J'en arrive à ma conclusion : je pense que le danger d'une France dirigée par une caste autoritaire, voire totalitaire, est déjà bien plus du côté de Macron que de celui de Marine Le Pen qui a un programme plus social que lui et qui souhaite redonner à la France son indépendance politique. Par ailleurs seule la malhonnêteté intellectuelle permet aujourd'hui à la bien-pensance de traiter Marine Le Pen d'extrême-droite, tout au plus peut-on la taxer de droite nationale souverainiste. Sa fermeté sur le problème de l'immigration me parait malheureusement nécessaire au regard de l'appauvrissement alarmant de notre pays et je n'ai pas trouvé d'islamophobie dans ses propos, seulement une charge lucide sur les dérives d'un islam politique radical trop longtemps toléré pour conserver une hypothétique paix sociale.

Je crois donc, dans cette circonstance totalement tragique, qu'il est plus prudent d'envisager que Marine Le Pen devienne présidente pour écarter le danger absolu que représente pour moi Macron. Il faudra par contre largement se mobiliser pour porter à l'Assemblée nationale une diversité de tendances qui soit représentative des français.

Amitiés à tous.
Jérôme Nathanaël

  • Pictures 2 image

  • visibility
  • visibility
  • favorite

    4 Like

    agentcasey, eyome, Julien, Federico