close
  • chevron_right

    JO de Tokyo: ce poisson près de l'or sur le 10 km en eau libre

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 11:20 · 1 minute

JEUX OLYMPIQUES - Le 10 km femmes en eau libre a bien failli couronner un gagnant inattendu aux Jeux olympiques de Tokyo . Alors que la bataille faisait rage à deux tours de l’arrivée ce mercredi 4 août dans les eaux d’Odaiba, un poisson a soudainement surgi de nulle part en tête de peloton.

Cet événement est aussi survenu dans la course des hommes disputée ce jeudi. Les deux sauts, impressionnants, ont été immortalisés sur NBC puis partagés sur Twitter comme vous pouvez le voir dans les deux séquences ci-dessous (montrant l’épreuve des femmes jusqu’à 10 secondes puis celle des hommes).

S’il n’est pas facile au vu des images de savoir à quelle famille appartient ce genre de poisson, BroBible avance deux hypothèses. Il s’agirait soit d’un bar, soit d’une perche. Comme le souligne le média, ces deux espèces sont assez répandues dans la baie de Tokyo, située juste à côté du parc marin d’Odaiba.

À l’issue de l’épreuve chez les femmes, c’est la Brésilienne Ana Marcela Cunha qui s’est imposée, suivie de la Néerlandaise Sharon van Rouwendaal, et de l’Australienne Kareena Lee.

La Française Lara Grangeon a de son côté terminé à la neuvième place. “J’ai tout donné, ça n’est pas ce que j’espérais au fond de moi parce que physiquement et mentalement, j’étais prête”, a-t-elle livré après l’épreuve.

À voir également sur Le HuffPost: Après des JO de Tokyo cauchemardesques, Simon Geschke consolé par son chien

  • chevron_right

    L'idée géniale de ces élèves américains pour les parents en fauteuil roulant

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 11:10 · 2 minutes

Des élèves d

PARENTALITÉ - Leur invention changera la vie de nombreux parents handicapés. Dans le cadre d’un cours sur le bien être social, des élèves d’une école américaine ont inventé un moyen pour les parents handicapés de promener leur bébé en toute sécurité, avec une poussette adaptée pour fauteuil roulant.

L’idée est venue alors que Chelsea King, enseignante au lycée Bullis situé dans le Maryland, cherchait un moyen sûr pour que son mari handicapé depuis trois ans puisse promener leur nouveau-né en toute sécurité.

″Être parent est déjà assez difficile, mais lorsque vous avez un handicap physique, en particulier un handicap qui est encore assez récent … Nous avons immédiatement commencé à faire des recherches pour trouver des moyens de rendre la parentalité accessible à Jeremy , et honnêtement, nous n’avons pas trouvé grand-chose”, regrette Chelsea dans un article du média américain Today .

En apprenant cette histoire, le professeur Matt Zigler, également enseignant au lycée Bullis, a décidé avec son groupe de dix élèves, d’imaginer un nouvel objet pour aider les jeunes parents. Et c’est ainsi qu’a été créé le “wheestroll” (contraction de “wheelchair” (fauteuil roulant) et de “stroller” (poussette)). Cet appareil est composé d’un siège auto pour bébé , fixé par un support et maintenu au fauteuil roulant par deux pieds. Ses atouts: solide et simple à fabriquer.

Accessible et abordable

Les élèves de Bullis ont, grâce à ce projet, remporté deux prix au Make:able 3D Printing Challenge 2021 , une compétition internationale qui sélectionne les meilleures conceptions de produits conçus par des élèves de plusieurs pays.

“Le wheestroll a été le plus réussi des projets que nous ayons réalisés au cours des trois années de cours”, a commenté Matt Zigler, auprès de Today . “Je pense que cela a beaucoup à voir avec le fait que c’était quelqu’un de notre communauté et donc les élèves étaient vraiment motivés.”

Ce nouvel objet représente aussi un moyen de garantir une certaine indépendance aux parents handicapés . “C’est vraiment spécial de pouvoir sortir et partager une promenade ensemble en famille”, a partagé Chelsea.

Et pour rendre le “wheestroll” accessible et abordable à tous les parents handicapés, le professeur Zigler a même réalisé une vidéo d’instructions complète (visible plus haut), donnant la liste des pièces et les instructions étape par étape, pour que chacun puisse reproduire sa poussette adaptée à la maison.

À voir également sur Le HuffPost: Relier une trottinette électrique à un fauteuil roulant, la bonne idée de cette Française

  • chevron_right

    Covid-19: Nombre record de contaminations à Tokyo et au Japon pendant les JO

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 10:43 · 2 minutes

Alors que les Jeux olympiques se déroulent actuellement, le Japon et la capitale Tokyo voient le nombre de contaminations bondir (photographie prise fin juillet à l

CORONAVIRUS - Tokyo a enregistré ce jeudi 5 août un nouveau record de cas de covid-19 , passés pour la première fois au-dessus des 5.000 nouvelles infections quotidiennes, alors que le gouvernement japonais doit étendre les restrictions à huit départements japonais supplémentaires, trois jours avant la fin des Jeux olympiques qui se déroulent dans la capitale.

La capitale du pays a recensé jeudi 5.042 nouveaux cas de covid-19, moins d’une semaine après avoir franchi pour la première fois la barre des 4.000 nouveaux cas quotidiens.

Un rythme jamais vu

Sous l’effet de la propagation du variant Delta , plus contagieux, le nombre de nouvelles infections atteint aussi des records à l’échelle nationale, dépassant les 14.000 pour la première fois mercredi.

“Les infections se répandent à un rythme que nous n’avions jamais connu auparavant”, a constaté ce jeudi le Premier ministre Yoshihide Suga à l’occasion d’une réunion de son gouvernement sur la crise sanitaire. “Avec la rapide hausse des cas, le nombre de patients dans des conditions sévères, qui avait été contenu (jusqu’ici, ndlr ), est en train d’augmenter”, a averti Yoshihide Suga.

Le Japon avait été relativement épargné par la pandémie jusqu’à présent, avec quelque 15.000 morts depuis l’apparition du coronavirus sur son sol (pour une population nationale de 126 millions d’habitants), le tout sans confinements drastiques. Mais la vaccination dans le pays a démarré lentement, et à l’heure actuelle moins d’un tiers des Japonais sont totalement vaccinés.

“Quasi-état d’urgence”, mais est-ce suffisant?

Six départements, dont ceux de Tokyo et Osaka, dans l’ouest du pays, sont actuellement sous état d’urgence jusqu’au 31 août, un dispositif permettant surtout au gouvernement de demander aux bars et restaurants de fermer plus tôt et de ne pas servir d’alcool, des consignes qui ne sont pas toujours respectées.

Un “quasi-état d’urgence” s’applique pour d’autres départements de l’archipel, et le gouvernement a décidé jeudi d’inclure huit départements supplémentaires à ce dispositif.

Mais des experts sanitaires s’interrogent sur l’efficacité de ces mesures, encore plus légères que celles prévues par l’état d’urgence. “Nous devrions vraiment introduire un nouveau genre de mesures pour faire face à cette situation”, a ainsi estimé Koji Wada, professeur de l’Université internationale de la santé et du bien-être.

Cette flambée survient alors que les Jeux olympiques de Tokyo battent leur plein. Mais l’événement, qui se déroule presque entièrement à huis clos et avec de nombreuses restrictions pour tous les participants, a plutôt contenu les infections sur son périmètre.

À ce jour, les organisateurs ont recensé 353 cas de covid-19 parmi les quelques dizaines de milliers de personnes impliquées dans les JO (sportifs et encadrement, volontaires, officiels, journalistes) depuis le 1er juillet. Malgré les craintes de l’opinion publique japonaise, les JO n’ont pas contribué à aggraver la situation sanitaire dans le pays, selon les organisateurs.

À voir également sur le HuffPost : À Tokyo, l’ouverture des Jeux olympiques n’enthousiasme pas les habitants

  • chevron_right

    Vaccin et intérêt général: Macron piégé par l'individualisme qu'il a promu

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 10:23 · 7 minutes

Le président Emmanuel Macron est vu dans les tribunes pendant la minute de silence lors de la cérémonie d

L’invocation de l’intérêt général apparaît de plus en plus comme la pierre angulaire de la rhétorique vaccinale de l’exécutif. Aux antipodes de la philosophie qui a présidé à ses décisions et celles des familles politiques dont il est issu, elle ne doit pas éluder une trentaine d’années d’us et coutumes politiques tournés vers la satisfaction d’individualismes et d’intérêts particuliers multiformes qui ont contribué au délitement du lien social.

Si autant de Français battent le pavé contre la vaccination, c’est qu’ils ont intériorisé la quintessence individualiste du message politique dominant, notamment le droit à “disposer de son corps”.

Piqué au vif par la montée inédite du mouvement anti-pass sanitaire et anti-vaccination, le ministre de la santé Olivier Véran déclare à l’Assemblée nationale, le 21 juillet: “Il est question de liberté et de ce qu’est la liberté individuelle face aux exigences du bien commun, de l’intérêt général et de la santé publique”. Quatre jours plus tard, le président de la République Emmanuel Macron a des mots semblables lors de son déplacement en Polynésie française. “La liberté où je ne dois rien à personne n’existe pas (…) Ma liberté ne s’arrête que là où celle de l’autre commence mais elle repose sur un sens du devoir réciproque”, martèle-t-il.

Bien qu’animée de bonnes intentions eu égard à la gravité de la situation sanitaire, cette phraséologie bien ciselée est loin de refléter les orientations de l’actuel exécutif et celles des précédents.

Posture libérale et individualisme macronien

Affichant une certaine frilosité lorsque d’autres homologues occidentaux se hâtèrent à la mise au point d’un vaccin contre le virus du Covid-19 pour atteindre l’immunité collective, Emmanuel Macron se contenta de prôner la “responsabilité individuelle”. Jusqu’à la fin de l’hiver 2020, celle-ci constitua le leitmotiv de sa stratégie sanitaire: “Nous avons besoin du sens de responsabilité de chacun (…) La réussite dépend du civisme de chacune et chacun d’entre nous”, insistait-il.

L’on peut, dès lors, se demander dans quelle mesure la posture libérale du chef de l’État ne dicta pas, dans une sorte d’élan auto-persuasif, cette référence appuyée à la souveraineté individuelle. Bien qu’il ne se réclama jamais ouvertement du libéralisme -ses écrits n’en font pas mention-, le chef de l’État se plaît à se jouer de ce positionnement que lui prêtent les analystes politiques, se donnant volontiers à voir comme adepte d’un réformisme tous azimuts, prompt à détricoter le code du travail, refondre l’assurance-chômage et le régime des retraites…

Emmanuel Macron se contenta de prôner la “responsabilité individuelle” jusqu’à la fin 2020, un leitmotiv de sa stratégie sanitaire.

Libéral ou non, Emmanuel Macron n’en demeure pas moins un adepte de la “société des individus” théorisée par Norbert Elias. Il aime à vanter la réussite, quitte à s’attirer les foudres des classes laborieuses, des retraités, des chômeurs… Sa très controversée réplique à l’endroit d’un horticulteur sans travail, “je traverse la rue, je vous trouve un emploi”, résume à elle seule toute la quintessence d’une pensée qui vise à redéfinir le contrat social moins sur l’affirmation de l’intérêt général que sur la promotion de l’individu.

L’individualisme macronien trouve son expression éclatante dans le disruptisme précoce qui caractérise sa relation à l’action politique. Maniant parfaitement les codes de la bourgeoise au point d’être parvenu à gommer le clivage gauche-droite qui sapait sa cohésion, Emmanuel Macron sait également s’en affranchir. Membre du Parti socialiste jusqu’en 2009 et soutien de François Hollande lors de la présidentielle de 2012, il n’eut aucun scrupule à rompre la bienséance partisane en se portant candidat sans en référer à ce dernier qui lui confia le poste de ministre de l’Économie au lendemain de la démission d’Arnaud Montebourg. Un affront qui lui valut de vives critiques de la part de ses camarades: “Il porte maintenant une responsabilité historique: le fait qu’il ait choisi d’être candidat hors des primaires nous assure de manière à peu près certaine qu’il n’y aura pas de candidat de gauche au second tour”, s’indigna Benoît Hamon.

“Devenir soi”: du corps social au corps individuel

La montée de l’individualisme sous le visage d’un messianisme libérateur, sorte d’avatar des “droits de l’homme” au service d’une économie de marché sans limites, est symptomatique d’une évolution globale, exacerbée par la fin de la guerre froide et le vide idéologique et philosophique qu’elle provoqua. Jusqu’à ce grand tournant, la vie politique et syndicale encore intense et l’engagement en faveur de “grandes causes” de droite comme de gauche, qui conféraient au débat un réel intérêt, constituaient autant d’espaces de solidarité. La fin des années 1990 et l’avènement d’internet marquent un vrai changement. Il faut “devenir soi” prophétise Jacques Attali sur un mode rhétorique emprunté au développement personnel. “Je rêve d’une société où chacun pourrait exercer l’activité qu’il souhaite”, confesse au Monde du 3 avril 2015 le mentor d’Emmanuel Macron, figure emblématique de la synthèse sociale-libérale à l’œuvre depuis trois décennies.

Paradoxale et à contre-courant, l’injonction à “devenir soi” survient dans une France où aucun des gouvernements successifs ne parvint à vaincre un chômage endémique qui n’eut de cesse de dégrader le niveau de vie de la population et d’accroître les inégalités sociales et territoriales. Une évolution qui a exacerbé le sentiment de défiance à l’égard des autorités tandis que la crise de la représentation (fragmentation politique, abstentionnisme) s’est amplifiée et que les “affaires” politico-financières (Dumas, Tibéri, Cahuzac, Balkany, Fillon, Sarkozy, Benalla…) ont connu une explosion record sous l’effet d’une médiatisation grandissante de la vie politique.

Libéral ou non, Emmanuel Macron n’en demeure pas moins un adepte de la “société des individus” théorisée par Norbert Elias.

Cet appel politique à l’émancipation du soi, sur fond de déréglementation économique, s’accompagne d’un surinvestissement des sujets sociétaux comme le développement durable, la satisfaction des revendications communautaires multiformes (mémorielles, culturelles…), la laïcité, la PMA/GPA, la fin de vie. Il flatte l’individu, caresse son ego, donnant à voir la réalité sous le prisme de représentations particularistes et catégorielles. Au centre de ces représentations, l’importance accordée au droit à “disposer de son corps” comme forme absolutisée de la liberté individuelle, tient lieu de point de crispation paroxystique tant elle interpelle les consciences et aiguise les sensibilités. Plus que sociétal, ce credo revêt désormais une importance médicale décisive. Plusieurs années après la loi Leonetti qui avait proscrit l’acharnement thérapeutique et reconnu le droit du malade à refuser un traitement et la loi Claeys-Leonetti qui a permis à ce dernier à demander une sédation jusqu’au décès, la dernière proposition de loi du député Olivier Falorni “donnant le droit à une fin de vie libre et choisie” ou encore l’adoption en juin de la PMA montrent toute l’importance de cette évolution qui prend ancrage dans l’édifice institutionnel français.

La transubstantiation du corps social en corps individuel pose problème. Comment parviendra-t-on à rétablir “l’intérêt général” lorsque l’on s’est ingénié des années durant à prôner l’individualisme à coup d’incitations et de lois qui ont empiété jusque sur le terrain de la santé ? Si autant de Français battent le pavé contre la vaccination, c’est qu’ils ont intériorisé la quintessence individualiste du message politique dominant et notamment le droit à “disposer de son corps”. Dès lors, la recherche louable et salutaire de l’immunité collective au travers d’une vaccination laissée à l’appréciation de chacun s’avère un chemin semé d’embûches qui renvoie l’exécutif à ses contradictions et incohérences.

“La France face au défi de l’identité” de Maxime Ait Kaki, éditions du cygne, en savoir plus ici

À voir également sur Le HuffPost : “La liberté où je ne dois rien à personne n’existe pas”, lance Macron après les manifestations

  • chevron_right

    JO de Tokyo : Cette championne australienne appelle à l'aide pour retrouver son bouquet olympique perdu dans un TGV

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 09:49 · 3 minutes

Jessica Fox, médaillée d

INSOLITE - Vérifiez bien sous vos sièges quand vous prenez le train, vous pourrez faire une heureuse. La quadruple médaillée olympique Jessica Fox recherche activement le bouquet de fleurs et la mascotte qui lui ont été décernés lorsqu’elle était sur le podium en tant que championne de canoë aux JO de Tokyo , le 29 juillet dernier.

La plus Française des championnes australiennes a laissé un message sur son compte Twitter en mentionnant la SNCF pour l’aider à retrouver ces objets auxquels elle tient, souvenirs de la victoire qui a fait d’elle la première championne olympique de canoë de son pays. “Bonjour @SNCF, ma mère a pris le train 9835 voiture 13 de Paris CDG à Marseille le samedi 31/7 à 17h58 et elle a oublié mes bouquets de victoires olympiques avec les mascottes de Tokyo2020. Pouvez-vous m’aider à les retrouver? Merci”, a-t-elle publié ce 4 août.

Une Australienne née à Marseille

La mère de l’athlète n’est par contre pas totalement inconnue du public français. Il s’agit, en effet, de la médaillée de bronze française des JO 1996 , l’ancienne kayakiste Myriam Jérusalmi, née à Marseille, qui est restée l’entraîneuse de sa fille. Jessica Fox tient également sa passion de son père, le Britannique multiple champion du monde de kayak Richard Fox.

Née aussi dans la Cité phocéenne , l’athlète australienne a attisé la curiosité de nombreux internautes français. En effet, il est rare de voir une athlète australienne écrire en français sur les réseaux sociaux. Mais les réponses à son tweet restent pessimistes, et beaucoup d’entre eux affirment que le bouquet et la mascotte ne seront certainement jamais retrouvés: “Bonne chance pour retrouver un objet oublié dans un wagon. Une fois j’ai oublié un chapeau Stetson auquel je tenais énormément, je pense qu’il n’a pas été perdu pour tout le monde. Cela étant dit je vous souhaite sincèrement de retrouver vos objets”, écrit un utilisateur. “Pas sûr que la SNCF participe aux retrouvailles”, affirme un autre.

Jessica Fox, qui est certainement régulièrement en France avec sa maman, s’est résignée au fait de ne pas retrouver ses précieux présents japonais. En effet, l’athlète aussi doit bien connaître le TGV et le coin des objets perdus .

La SNCF a toutefois répondu en lui demandant si elle s’était bien rendue sur leur site internet: “Bonsoir Jess. Tout d’abord Bravo pour votre médaille! Nous comprenons que ces objets vous sont précieux et nous ferons tout pour vous aider à les retrouver! En premier lieu, avez-vous bien fait une déclaration de perte sur notre site?”, ont-ils tweeté. Il ne reste plus qu’à Jessica Fox de croiser les doigts.

À voir également sur Le HuffPost: JO de Tokyo: Simone Biles pousse les athlètes à parler du problème de la santé mentale

  • chevron_right

    Comment Meghan Markle veut aider les femmes à retrouver du travail après le Covid

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 09:41 · 2 minutes

SOLIDARITÉ - Mercredi 4 août, la duchesse de Sussex Meghan Markle a marqué son 40e anniversaire avec une vidéo dans laquelle elle demande à ses amis d’aider les femmes à reprendre le travail après la pandémie.

Dans la courte vidéo que vous pouvez retrouver au-dessus , on peut voir l’ancienne actrice et épouse du prince Harry plaisanter avec la comédienne Melissa McCarthy, deux mois après avoir accouché de son deuxième enfant, Lilibet.

“Parce que je fête mes 40 ans , je demande à 40 amis de donner 40 minutes de leur temps pour aider à guider une femme qui se prépare à retourner sur le marché du travail”, dit ensuite la duchesse. “Je pense que si nous le faisons tous, et que nous consacrons 40 minutes à un geste de ce genre, cela provoquera un effet d’entraînement”, a-t-elle ajouté. Des millions de personnes à travers le monde ont perdu leur emploi en raison de la pandémie de Covid-19.

“Plus de 2 millions de femmes rien qu’aux États-Unis et des dizaines de millions dans le monde ont perdu leur emploi à cause du COVID, et je pense que si nous le faisons tous, et si nous nous engageons tous à consacrer 40 minutes à ce type de service, il peut y avoir des répercussions”, poursuit-elle avant de demander si son amie Melissa McCarthy est d’accord pour l’accompagner sur son projet. “Oui, quarante fois pour” lui dit-elle enjouée.

Meghan Markle s’engage pour les petites filles

Dans la vidéo, on peut voir à un moment le prince Harry jongler. Le couple habite désormais une région huppée de Californie , près de certaines des célébrités américaines les plus riches. Après avoir annoncé qu’ils quittaient la famille royale britannique, Harry et Meghan avaient accordé en mars de cette année un entretien-choc à l’animatrice de télévision Oprah Winfrey .

Entre autres révélations explosives, ils rapportaient qu’un membre de la famille royale, qu’ils ne nommaient pas, s’était inquiété de la couleur de peau qu’aurait leur fils Archie, avant sa naissance, sa mère étant métisse. Depuis, le prince Harry a annoncé qu’il publierait fin 2022 des mémoires retraçant ses “erreurs” et les “leçons qu’il a apprises”, selon sa maison d’édition.

Et la fondation Archewell, gérée par Harry et Meghan Markle, a annoncé que cette dernière produirait pour Netflix une série animée pour encourager les jeunes filles à s’émanciper, inspirée de personnages féminins qui ont marqué l’Histoire. Ils ont aussi signé de lucratifs partenariats avec les plateformes Netflix et Spotify.

À voir également sur Le HuffPost: Meghan Markle “dévastée” par les divisions raciales aux États-Unis

  • chevron_right

    La musique d'Aaaliyah bientôt mise en ligne? Ça ne fait pas l'unanimité

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 09:36 · 2 minutes

ΛΛLIYΛH, troisième et dernier album d

MUSIQUE - Disparue il y a vingt ans, Aaliyah est de nouveau au coeur de l’actualité. Ce mercredi 4 août, un mystérieux site internet créé par son ancienne maison de disque Blackground Records a vu le jour, indiquant que la musique de la chanteuse de R&B allait bel et bien arriver.

Où ça? Sur les plateformes de streaming. Tenue à distance depuis toujours des Deezer, Spotify et autres Apple Music, la discographie de l’interprète de Try Again n’y a jamais figuré, à l’exception de son premier album Age Ain’t Nothing But A Number . Elle est très attendue par ses fans.

Son oncle, également connu comme étant son ancien manager, Barry Hankerson se bat pour y remédier. Des discussions avec les héritiers de l’artiste entamées de longue date ont laissé entendre, au mois d’août 2020, que son catalogue serait disponible “dans un futur proche”.

Capture d

Vingt jours avant la date d’anniversaire de la mort de la chanteuse, décédée dans un crash d’avion le 25 août 2001, AaliyahIsComing.com laisse croire qu’un accord a été conclu. Des zones d’ombre persistent.

Au lendemain de l’apparition du site internet, les détenteurs des droits de la musique d’Aaliyah s’insurgent. Sur Instagram, ils ont partagé un communiqué pour dénoncer “une tentative sans scrupule de mettre en ligne [sa] musique sans aucune explication ni compte-rendu” à leur égard.

“Même si nous allons continuer à défendre son héritage de manière juste et légale, nous souhaitons anticiper les attaques inévitables contre notre personne venant de tous ces individus qui sortent de l’ombre pour nous soutirer de l’argent et s’approprier l’oeuvre d’Aaliyah”, poursuit le communiqué.

Il conclut: “Nous souhaitons tourner la page et accéder à un minimum de paix pour faciliter la conduite du Fonds commémoratif d’Aaliyah et l’ensemble des projets créatifs qui incarnent sa véritable essence, celle d’inspirer la force et la positivité pour les personnes de toutes croyances, races et cultures du monde entier.”

Le message a été partagé par Missy Elliott, ancienne collaboratrice et proche de la chanteuse défunte. Cependant, il ne dit pas si un accord a été trouvé ou si les héritiers comptent empêcher l’éventuelle mise en ligne de la discographie d’Aaliyah.

À voir également sur Le HuffPost : Cardi B et Megan Thee Stallion partagent le même lit aux Grammy Awards

  • chevron_right

    Covid-19: Conséquence du pass sanitaire, le record de nombre de tests battu

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 09:29 · 1 minute

Un nombre record de tests de dépistage du covid-19 ont été réalisés la semaine passée en France (photo d

CORONAVIRUS - Le nombre de tests de dépistage du covid-19 , qu’ils soient PCR ou antigéniques, a explosé la semaine dernière avec plus de 4 millions de tests réalisés, dépassant les pics atteints avant Noël 2020 et lors de la troisième vague en avril, selon les données de la Drees rendues publiques ce jeudi 5 août.

“Entre le 26 juillet et le 1er août 2021, 4.118.800 tests RT-PCR et antigéniques ont été validés (dont 54,9% de tests antigéniques), contre 3.607.400 (dont 52,4% de tests antigéniques) la semaine précédente, soit une augmentation de 511.300 tests du SARS-CoV-2 liée au déploiement progressif du pass sanitaire ”, a détaillé la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

Les 26-40 ans se font le plus tester

Les premières mesures rendant nécessaires le “pass sanitaire” (vaccination totale, test Covid-19 négatif ou certificat de rétablissement) pour accéder aux lieux accueillant au moins 50 personnes (musées, salles de spectacles, établissements sportifs, parcs d’attractions, etc...), sont entrées en vigueur le 21 juillet.

Ces mesures doivent s’étendre aux cafés-restaurants, foires et salons, avions, trains et cars longs trajets , ainsi qu’aux établissements médicaux dès le 9 août, après la décision très attendue ce jeudi du Conseil constitutionnel.

Selon les données de la Drees, “les 26-40 ans deviennent la catégorie d’âge où les tests sont les plus nombreux”, “largement devant les 41-65 ans qui occasionnaient le plus gros volume de tests jusqu’à début juillet”. En dépit d’un nombre croissant de tests réalisés, les délais d’obtention des résultats restent stables. Ces derniers sont obtenus en moins de 24 heures.

À voir également sur le HuffPost : Malgré le couvre-feu à La Réunion, ce restaurateur est prêt à tout pour retrouver ses clients