close
  • Hu chevron_right

    Covid-19: la mairie de Paris va proposer de confiner trois semaines la capitale

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 21:13 · 2 minutes

Devant la tour Eiffel, à Paris, en septembre 2020. (photo d

PARIS - La mairie de Paris va proposer au gouvernement un confinement de 3 semaines dans la capitale afin “d’avoir la perspective de tout rouvrir” à son issue, y compris bars, restaurants et lieux culturels, a affirmé le premier adjoint Emmanuel Grégoire ce jeudi 25 février sur Franceinfo.

Plutôt qu’un confinement le week-end, une mesure “très contraignante sur le plan de l’impact sociétal et assez peu efficace sur le plan sanitaire”, le premier adjoint préfère “un confinement tout court” à Paris de façon à “vraiment redonner de l’oxygène et avoir la perspective dans trois semaines de tout rouvrir”, tout en conservant des mesures de protection sanitaire.

“On ne peut pas s’imposer de vivre dans une semi-prison pendant des mois. Il faut maintenant prendre des décisions courageuses”, a déclaré l’adjoint de la maire PS Anne Hidalgo après l’annonce par le Premier ministre Jean Castex de la mise sous “surveillance renforcée” de Paris, comme 19 autres départements , face à la remontée épidémique.

Ces territoires pourront faire l’objet de mesures de confinements locaux à partir du week-end du 6 mars si la situation continuait à se dégrader, après “concertations avec les élus”, a ajouté le chef du gouvernement.

“Des demi-mesures avec des mauvais résultats”

Si la méthode du gouvernement d’engager le dialogue entre préfets et élus locaux “est la bonne”, Emmanuel Grégoire estime que “la situation actuelle, qui nous semble un tout petit peu attentiste, est la pire parce que ce sont des demi-mesures avec des mauvais résultats”.

La mairie, également favorable à “un retour au télétravail de façon obligatoire” et à des mesures “ciblées, avec discernement et à durée limitée” vis-à-vis des commerçants, entend faire remonter ses propositions au gouvernement en début de semaine prochaine, après dialogue avec l’Agence régionale de santé (ARS) et la préfecture de police au cours du week-end.

Interrogé ce jeudi soir sur les déclarations d’Emmanuel Grégoire, l’entourage du Premier ministre a décliné tout commentaire, renvoyant simplement à “la concertation préfet/élus”.

L’adjointe à la Santé Anne Souyris (EELV) a dit à l’AFP craindre une “explosion des chiffres” du Covid-19 dans la capitale avec la rentrée scolaire lundi et la progression du variant britannique, alors que le taux d’incidence y est déjà supérieur au seuil d’alerte maximale.

À voir également sur Le HuffPost : Skier à Montmartre n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît

  • Hu chevron_right

    En Belgique, les masques distribués par l'État retirés car possiblement toxiques

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 20:54 · 2 minutes

En Belgique, les masques distribués par l

BELGIQUE - Les autorités sanitaires belges recommandent de ne plus utiliser les millions de masques de protection en tissu fournis au printemps 2020 par le gouvernement, en raison du risque d’inhalation de substances toxiques , a appris l’AFP ce jeudi 24 février de source officielle.

“Il n’est actuellement pas recommandé d’utiliser les stocks de masques Avrox”, peut-on lire dans un courrier au ministre de la Santé Frank Vandenbroucke rendu public par le Conseil supérieur de la Santé (CSS).

Le ministre a décidé de se conformer à cet avis, selon son cabinet, et les Belges sont donc invités à ne plus porter ces masques, jusqu’à communication des résultats d’une enquête complémentaire sur leur toxicité potentielle.

Présence de nanoparticules d’argent et de dioxyde de titane

Il s’agit des masques contre le coronavirus dont la société luxembourgeoise Avrox avait fourni à la Belgique 15 millions d’exemplaires en juin, après la première vague de la pandémie.

Ces équipements étaient disponibles gratuitement dans les pharmacies du pays, mais n’ont pas eu le succès escompté. Selon la presse belge, seul un tiers environ du stock a été distribué.

Sur ces masques lavables, le CSS épingle la présence de nanoparticules d’argent et de dioxyde de titane, qui est “un cancérigène possible (catégorie 2B)”.

Or, poursuit la lettre au ministre datée de mardi, “il est recommandé de ne pas utiliser de textiles contenant du dioxyde de titane dans la fabrication de masques buccaux”.

Un traitement à base de nitrate d’argent

Concernant l’argent, sa présence, même sous forme de minuscules particules, expose à un risque en fonction du “degré d’inhalation”, et il convient d’agir là aussi “avec précaution”.

Les autorités sanitaires expliquent que ces masques ont été “traités avec un biocide PT 9 à base de nitrate d’argent” (permettant de combattre les moisissures).

L’attribution à Avrox de ce vaste marché public avait suscité une polémique au printemps dernier, et le parquet de Bruxelles enquête depuis huit mois sur les conditions d’attribution du contrat, estimé à plus de 30 millions d’euros.

Plusieurs fédérations belges du textile et de la mode, dont Creamoda, ont reproché à la firme luxembourgeoise de ne pas avoir respecté les exigences sanitaires en matière de fabrication.

Jeudi la firme s’est à nouveau défendue de toute irrégularité, assurant que ses masques “respectent scrupuleusement toutes les réglementations nationales et européennes”.

Le ministère belge de la Santé avait lui-même estimé en juin que les masques ne présentaient pas de danger, a rappelé l’agence Belga.

À voir également sur Le HuffPost: Emmanuel Macron tire la sonnette d’alarme sur le covid-19 en arrivant au Conseil européen

  • Hu chevron_right

    En Argentine, des tornades de moustiques apparaissent

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 20:33 · 1 minute

INSOLITE - Ce n’est pas encore le film “Sharknado”, mais il y a de quoi appuyer sur la marche arrière. Jeudi 25 février, dans le nord-est de l’Argentine , des nuées de milliers de moustiques ont été filmées par des internautes...en train de se mêler à des tourbillons provoqués par la chaleur, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

Une vision pas franchement rassurante, due à une saison chaude (l’Argentine se situe dans l’hémisphère sud) aux températures particulièrement élevées et avec un très fort taux d’humidité dû aux précipitations. Résultat, les moustiques pullulent sur la côte atlantique du pays. Heureusement pour les Argentins, comme le rapporte le site d’informations Clarin.com , cette espèce de moustique est inoffensive, et pas non plus particulièrement vive. Il reste que durant quelques jours, le ciel sera un peu plus gris dans le pays.

À voir également sur Le HuffPost: En Australie, ce mouton secouru avec 35 kilos de laine sur le dos

  • Hu chevron_right

    Peugeot a changé son logo

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 20:14

Peugeot a changé son logo

AUTOMOBILE - La même marque, mais plus le même lion. Le constructeur automobile Peugeot a dévoilé ce jeudi 25 février lors d’une conférence de presse son nouveau logo.

Une tête de lion stylisée et en relief grâce à des jeux d’ombres remplace désormais l’emblématique lion sur ses pattes arrières montrant les griffes. Depuis 1905, c’est la 11e fois que la marque change de logo . La dernière datait de janvier 2010.

Ce nouvel emblème ornera pour la première fois la Peugeot 308 3 en mars prochain lors de sa présentation officielle, puis directement dans les concessions à partir de l’automne prochain.

Peugeot change de Logo

À voir également sur Le HuffPost: À Choisy-le-Roi, les salariés de Renault n’ont pas l’intention “d’accepter les restructurations”

  • Hu chevron_right

    En Russie, Alexeï Navalny transféré de sa prison vers un lieu inconnu

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 19:40 · 3 minutes

Alexeï Navalny transféré de sa prison vers un lieu inconnu (Photo prétexte de manifestants en Allemagne réclamant la libération de Navalny en Russie) 

RUSSIE - L’opposant russe Alexeï Navalny a été transféré ce jeudi 25 février de sa prison moscovite, où il était incarcéré depuis son arrestation à son retour en Russie mi-janvier , vers une destination inconnue, a annoncé son équipe.

“Ils n’ont dit à personne où il a été transféré”, a déclaré à l’AFP une de ses avocats, Olga Mikhaïlova, suggérant qu’il pourrait être parti vers la colonie pénitentiaire où il purgera une peine de deux ans et demi d’incarcération.

Navalny probablement dans une colonie, mais laquelle?

Eva Merkatcheva, militante de défense des droits humains et membre d’une commission officielle d’aide aux détenus, a indiqué à l’AFP qu’il n’y avait “pas d’autre variante” qu’un départ en colonie pénitentiaire, mais ne pas savoir dans laquelle il aurait été envoyé.

La justice russe a confirmé la semaine dernière la sentence de l’opposant de 44 ans, dans une affaire de fraude datant de 2014 que lui et de nombreuses capitales ou ONG dénoncent comme politique.

Il a été arrêté le 17 janvier, à son retour d’Allemagne où il a passé quasiment cinq mois en convalescence pour se remettre d’un empoisonnement dont il accuse le Kremlin. Un proche collaborateur d’Alexeï Navalny, Léonid Volkov, a affirmé sur Twitter que la famille de l’opposant n’avait pas non plus été informée du lieu où il se trouve.

L’arrestation de l’opposant a provoqué en Russie d’importantes manifestations, auxquelles les autorités ont répondu par l’arrestation de plus de 10.000 personnes . La plupart de ses collaborateurs ont aussi été arrêtés.

Amnesty ne considère plus Navalny comme “prisonnier de conscience”

La semaine dernière, Alexeï Navalny a aussi été condamné à une amende pour “diffamation” envers un vétéran de la Deuxième guerre mondiale et plusieurs autres affaires judiciaires l’attendent, notamment une enquête pour escroquerie, passible de dix ans de prison.

Mercredi, Amnesty International a annoncé ne plus considérer Alexeï Navalny comme un “prisonnier de conscience” en raison de propos passés haineux, une décision qui a provoqué de nombreuses condamnations et l’indignation des proches de l’opposant, affirmant que l’ONG a cédé à une campagne organisée.

La polémique a encore enflé jeudi avec la diffusion, sur le compte YouTube de deux spécialistes russes des canulars téléphoniques, d’un appel sur Zoom entre trois dirigeants d’Amnesty et les humoristes se faisant passer pour Léonid Volkov.

“Nous sommes conscients que ce qui s’est passé a fait beaucoup de dégâts”, dit durant l’appel Denis Krivocheïev, directeur adjoint d’Amnesty International pour l’Europe et l’Asie centrale.

Julie Verhaar, secrétaire générale par intérim d’Amnesty International, a ensuite publié sur Twitter un message remerciant Léonid Volkov avant de l’effacer.

“Franchement, - et je déteste dire cela - ce seul appel Zoom est à mon avis suffisant pour qualifier d’inapte le leadership d’Amnesty”, a réagi Léonid Volkov.

Vladimir Kouznetsov, alias Vovan, l’un des deux humoristes russes, a déclaré à l’AFP que l’appel avait eu lieu hier, se disant surpris de la facilité avec laquelle le canular a été organisé.

À voir également sur Le HuffPost: De la Russie à la Birmanie, l’UE multiplie les sanctions internationales... sans grand résultat?

  • Hu chevron_right

    Thierry Henry quitte le CF Montréal pour des "raisons familiales"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 19:16 · 4 minutes

Thierry Henry quitte le CF Montréal pour des

FOOTBALL - Thierry Henry a démissionné ce jeudi 25 févrir du club de Montréal 15 mois seulement après son arrivée , nouveau contretemps dans la jeune carrière d’entraîneur du meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France qui souhaite retrouver sa famille dont il a été éloigné par la pandémie.

“C’est avec le cœur lourd que j’ai décidé de prendre cette décision”, a expliqué le champion du monde 1998 dans un communiqué publié par le club canadien, pensionnaire du Championnat nord-américain de football (MLS).

“La séparation est trop douloureuse pour moi et mes enfants. Je dois donc prendre la décision de retourner à Londres et quitter le CF Montréal”, a-t-il détaillé, invoquant les “restrictions en place” pour lutter contre le Covid-19 qui l’ont éloigné de ses proches.

Un départ “malheureux et prématuré”

C’est un nouveau frein dans la carrière d’Henry sur les bancs de touche: l’ex-attaquant d’Arsenal, 43 ans, n’avait été nommé qu’en novembre 2019 à Montréal et n’aura passé qu’une saison complète aux commandes du club québécois.

Ce poste était pour Henry seulement le deuxième en tant qu’entraîneur N.1, après une première expérience catastrophique à Monaco en 2018-2019, où il ne sera resté que 20 matches et 100 jours.

Avec Montréal, le Français a signé une saison 2020 assez mitigée: l’équipe de l’Impact Montréal, rebaptisée par la suite CF Montréal, a notamment été sortie en quarts de finale de la Ligue des champions de la Concacaf, la confédération d’Amérique centrale et du nord, et été éliminée en barrages des play-offs de MLS fin 2020.

Le directeur sportif du club canadien, Olivier Renard, a néanmoins regretté cette démission, évoquant un départ “malheureux et prématuré” après des débuts “prometteurs”.

“Une année extrêmement difficile personnellement”

Mais l’ex-attaquant de Barcelone, consultant pendant plusieurs années pour la télévision anglaise et père de trois enfants dont deux sont âgés de moins de dix ans, a préféré faire le choix des retrouvailles familiales en mettant fin à son bail au Québec, où il avait initialement signé pour deux ans plus une en option.

“La dernière année a été extrêmement difficile pour moi personnellement. En raison de la pandémie mondiale, je n’ai pas pu voir mes enfants”, a-t-il expliqué.  Cette décision n’a “rien à voir avec le (domaine) sportif”, a confirmé en conférence de presse Olivier Renard.

Thierry Henry était pourtant revenu en janvier à Montréal. “On a essayé de trouver les meilleures solutions mais c’est compliqué, il a des enfants en bas âge”, selon Olivier Renard.

La piste de Bournemouth n’était “qu’une rumeur”

L’ancien adjoint de Roberto Martinez à la tête de la sélection belge avait été cité ces dernières semaines parmi les candidats potentiels à une nomination au poste d’entraîneur de Bournemouth (D2 anglais), mais ce club a récemment confirmé que l’intérimaire Jonathan Woodgate allait finir la saison comme entraîneur.

“Bournemouth n’était qu’une simple rumeur”, a affirmé de son côté le président du CF Montréal Kevin Gilmore. “Il n’y a pas eu la moindre discussion” avec le club anglais, “ni de son côté (Thierry Henry) ni du nôtre”, a-t-il assuré.

Dans un entretien à l’AFP réalisé en janvier, Henry avait déjà évoqué ses difficultés à évoluer loin de sa famille, en raison notamment des restrictions ayant obligé le club de Montréal à jouer la plupart de ses matches aux Etats-Unis.

“Quand tu t’entraînes et que tu peux rentrer à la maison, même en période de Covid, comme dans le championnat français, (ça va), mais nous on a dû jouer à l’extérieur et à un moment donné sur le plan mental, ce n’est pas toujours évident”, avait-il glissé, avouant avoir ”énormément appris” sur le plan “humain”.

Devant Raymond Kopa, Michel Platini ou encore Zinédine Zidane et plus récemment Olivier Giroud (44 buts), Henry reste le meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France, avec 51 buts en 123 sélections entre 1997 et 2010.

Mais à l’image de son exil en MLS et de son échec à Monaco, le célèbre avant-centre d’Arsenal, qui a longtemps vécu à Londres, est souvent resté à distance de la France.

À voir également sur Le HuffPost: Il imite les célébrations des footballeurs et cartonne sur TikTok

  • Hu chevron_right

    Castex exclut "à ce jour" des "mesures de relâchement" là où l'épidémie faiblit

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 18:42 · 2 minutes

Le Premier ministre Jean Castex, lors d

SANTÉ - Pas de relâchement. C’est le message qu’a voulu faire passer le Premier ministre Jean Castex , lors de son point presse du 25 février en présence du ministre de la Santé, Olivier Véran .

L’évolution générale de l’épidémie de coronavirus “ne nous permet pas, à ce jour, d’envisager des mesures de relâchement”, a-t-il prévenu, le ton grave, avant de justifier sa décision ainsi: “Même les pays qui ont confiné durement observent une reprise des taux d’incidence”. Et ce, alors même que dans certains départements, “l’ épidémie recule ou circule moins fortement”, a-t-il précisé.

Le choix de la territorialisation

“Nous avons fait le choix de la territorialisation”, a rappelé le Premier ministre, et “s’il y a lieu au cas par cas de prendre des mesures complémentaires, nous nous adapterons à la réalité”, a-t-il soutenu. En effet, lors de ce point presse, Jean Castex n’a annoncé aucun confinement national, qu’il “faut tout faire pour retarder”.

Il a en revanche décrété le placement en “surveillance renforcée” de vingt départements, dont toute l’Île-de-France, le Rhône, les Bouches-du-Rhône, l’Oise, le Nord, le Pas-de-Calais, la Somme, la Drôme, la Moselle, la Meurthe-et-Moselle ou encore l’Eure-et-Loir.

Ces territoires pourront faire l’objet de mesures de confinements locaux à partir du week-end du 6 mars si la situation continuait à se dégrader, après “concertations avec les élus”, a ajouté le chef du gouvernement.

Rendez-vous le 6 mars

Enfin, le Premier ministre a justifié la décision de ne pas reconfiner en janvier, qui “nous a permis de gagner du temps” pour vacciner davantage et préserver l’économie. Mais elle a “une contrepartie: être extrêmement réactif aux premiers signes de reprise” de l’épidémie.

Jean Castex a cependant voulu adresser des notes “d’espoir nous permettant d’envisager le retour à la vie normale” dans plusieurs mois, avec un cap fixé ”à la fin du printemps”. Selon lui, l’impact de la campagne vaccinale, dont les chiffres modestes ont suscité les critiques, “commence à se faire sentir dans la population la plus âgée”.

Le dépistage s’est par ailleurs “amélioré”. Et le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que la France a commandé “des dizaines de milliers de doses d’anticorps monoclonaux d’une génération supérieure”, attendus ”à la mi-mars”. Ces anticorps de synthèse sont censés épauler le système immunitaire pour neutraliser le coronavirus.

À voir également sur Le HuffPost : 20 départements en “surveillance renforcée” Covid, réponse sur de nouvelles mesures le 6 mars

  • Hu chevron_right

    Après l'agression de deux élues, Corbeil-Essonnes veut en finir avec la violence

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 18:27 · 2 minutes

INSÉCURITÉ - Pas question de se laisser intimider. Mercredi 24 février, une centaine de personnes se sont rassemblées à Corbeil-Essonnes pour soutenir leurs élus locaux, dans la foulée de l’agression de deux conseillères municipales. Dimanche soir, Clémence Bigarnet, déléguée à la promotion du sport féminin, a vu son domicile visé par un tir de mortier, alors que la voiture d’une collègue a été incendiée, selon les informations de Parisien .

“Je pense que derrière tout ça, il y a le fait que, depuis 7 mois, il y a une nouvelle équipe municipale qui fait suite à 25 ans de clientélisme à Corbeil-Essonnes”, estime le maire Bruno Piriou (DVG), qui n’entend pas se laisser “intimider” ou modifier sa politique en raison de ces agressions.

Comme vous pouvez le voir dans notre reportage vidéo en tête d’article , le rassemblement a aussi été l’occasion pour le maire de dénoncer un climat de “sordide violence”, alors que deux adolescents sont morts au cours de rixes entre bandes rivales , en début de semaine, dans le département. “Là encore, nous devons faire de l’action politique politique contre ce fléau social”, a martelé l’édile, en réaction à ces deux décès.

J'ai l'impression que c'est récurrent. Dans toutes les villes, pratiquement, il y a cette violence. Salla, riveraine

Au micro du HuffPost, plusieurs habitants nous ont aussi fait part de leur inquiétude face à l’accroissement des tensions dans certains quartiers, que les victimes en soient des élus ou de simples citoyens. Selon eux, ce climat se serait aggravé avec la crise sanitaire et économique.

Après le décès des deux adolescents, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé l’envoi de renforts de policiers et gendarmes dans l’Essonne . Mais pour d’autres, la réponse ne doit pas être uniquement sécuritaire.

“Il y a un manque de projet concret pour la jeunesse, un sentiment d’abandon”, explique Alain Bombocko, président de l’association. “Covid oblige, une partie de la jeunesse ne va pas bien, au point de se battre et de se tuer pour des histoires sordides”, renchérit à notre micro Bruno Piriou, qui invite l’État à prendre ses “responsabilités politiques” pour offrir davantage de voies d’émancipation, notamment sportives et culturelles, à la jeunesse.

À voir également sur Le HuffPost : Comme Camélia Jordana, “pas en sécurité” face à la police? On a posé la question en banlieue