close
  • chevron_right

    Tests payants: comment les professionnels de santé peuvent vérifier si vous êtes vacciné

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 15 October - 09:52 · 3 minutes

Un soignant réalisant un test de dépistage du Covid (photo d

COVID-19 - Le gouvernement veut convaincre les derniers récalcitrants. Depuis ce vendredi 15 octobre, près de 7 millions d’adultes partiellement ou non vaccinés doivent désormais débourser entre 22 et 44 euros pour chaque dépistage leur permettant d’obtenir le pass sanitaire .

Même si des exceptions restent possibles (prescription médicale, cas contact, test positif récent, contre-indication au vaccin), la mesure vise clairement à pousser les réticents vers la piqûre, tout en allégeant la facture: le coût des tests va en effet s’envoler à 6,2 milliards d’euros cette année, après 2,2 milliards en 2020.

Les personnes vaccinées seront donc exonérées de payer leur test PCR ou antigénique, sur simple présentation d’un certificat de vaccination. Mais quels justificatifs faudra-t-il présenter exactement?

QR code, certificat de vaccination...

À en croire le site du Service Public , il sera possible de bénéficier de la gratuité sur présentation d’un de ces justificatifs: un certificat de vaccination, de contre-indication ou de rétablissement du Covid ; une pièce d’identité pour les mineurs (ou un justificatif pour les élèves majeurs jusqu’en classe de terminale) ; un justificatif de cas contact ou une prescription médicale de moins de 48h.

Pour le premier justificatif - à savoir le certificat de vaccination -, le ministère de la Santé précise dans un dossier de presse qu’il pourra être présenté “sous forme d’un QR papier ou numérique via l’application TousAntiCovid”, ajoutant que “le professionnel de santé pourra vérifier l’authenticité de la preuve via TAC Vérif”.

Pour rappel, TAC Vérif est l’application qu’utilisent notamment les restaurateurs ou les personnels à l’entrée des lieux soumis au pass sanitaire pour vérifier la validité de ce dernier.

Mais ce système - tel qu’il existe aujourd’hui - peut poser question. En effet, lorsque l’on scanne un QR code via TAC Vérif , les seules informations qui apparaissent sont les noms et prénoms, la date de naissance et la validité (ou non) du pass sanitaire. En revanche, il n’est pas possible de savoir si le pass est valide grâce à la vaccination ou via un test anti-Covid.

En théorie, une personne en possession d’un test négatif de moins de 72h pourrait alors se refaire tester gratuitement si le professionnel de santé ne vérifie que la validité de son pass sanitaire via TAC Vérif.

Des alternatives

Il est toutefois possible de savoir si une personne est vaccinée ou non en passant par l’application TousAntiCovid, dans la rubrique “Ouvrir mon carnet” -. C’est là que l’on trouvera les informations sur le type de vaccin effectué, le nombre de doses réalisées ainsi que leur date. Mais une fois le QR code ouvert pour être scanné, ces informations disparaissent.

Dans ce cas, faudra-t-il donc que le professionnel de santé regarde le certificat sur votre smartphone ou sur papier pour s’assurer que vous êtes bien vacciné avant de scanner le QR code?

Sollicitée par Le HuffPost à ce sujet, la Direction générale de la santé (DGS) annonce que “les professionnels de santé pourront lire les informations détaillées des certificats sanitaires en utilisant le mode ‘TAC Verif+’, accessible aux personnels de santé habilités”.

Pour accéder à ce mode, les professionnels de santé devront se connecter à un portail dédié et s’authentifier avec leur numéro de carte professionnelle de santé (CPS). Ils obtiendront alors un QR code qu’ils devront scanner via l’application TAC Verif pour avoir accès au mode “TAC Vérif+”.

Il s’agit d’un mode avec “des fonctionnalités supplémentaires”, précise la DGS. En plus des indications habituelles, les personnels de santé auront également accès “aux informations permettant de vérifier le certificat sanitaire des personnes et le statut vaccinal des personnels de santé soumis à l’obligation vaccinale”.

“Ces traitements sont pleinement conformes aux règles nationales et européennes sur la protection des données personnelles et soumis au contrôle de la CNIL”, tient à préciser la DGS, qui ajoute que “les seuls professionnels de santé habilités sont: les pharmaciens, les infirmiers, les médecins, les chirurgiens-dentistes, les masseurs-kinésithérapeutes, les sages-femmes, les laboratoires.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi les tests Covid vont devenir payants à partir du 15 octobre