close
  • Hu chevron_right

    Guerre en Ukraine: Lyssytchansk, ville capitale dans la guerre du Donbass

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 3 July - 14:17 · 4 minutes

Cette photo fournie par l'administration militaire de la région de Lougansk donne à voir les stigmates de la ville de Lyssytchansk ce dimanche 3 juillet 2022. Cette photo fournie par l'administration militaire de la région de Lougansk donne à voir les stigmates de la ville de Lyssytchansk ce dimanche 3 juillet 2022.

GUERRE EN UKRAINE - Au 130e jour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la guerre prend un nouveau tournant. La Russie a affirmé ce dimanche 3 juillet qu’elle avait conquis la ville de Lyssytchansk et qu’elle avait ainsi procédé à “la libération de la République populaire de Lougansk”.

Dans l’est de l’Ukraine, la prise de la ville de Lyssytchansk, au cœur d’intenses combats depuis plusieurs longues semaines, est vue comme une avancée potentiellement clé dans la bataille du Donbass .

Le ministre de la Défense russe “Sergueï Choïgou a informé” le président Vladimir Poutine “de la libération de la République populaire de Lougansk ”. Les forces russes et leurs alliés séparatistes ont pris “le contrôle complet de Lyssytchansk et d’autres villes proches dont les plus notables sont Belogorovka, Novodroujesk, Maloriazantsevo et Belaïa Gora”, selon un communiqué officiel cité par les agences de presse russes.

Conquête d’une région largement russophone

Lyssytchansk, qui comptait 100.000 habitants avant le début de l’ invasion russe le 24 février serait désormais aux mains des troupes russes, même si l’Ukraine n’a pas encore confirmé cette information. Auprès de la BBC , Yuriy Sak, porte-parole du ministère de la Défense ukrainien, a assuré que la ville n’était pas sous le “contrôle total” de l’ennemi.

Carte localisant les avancées des forces militaires russes autour de Lyssytchansk, au 2 juillet à 19 heures. Carte localisant les avancées des forces militaires russes autour de Lyssytchansk, au 2 juillet à 19 heures.

Malgré cette absence de confirmation bilatérale, la Russie semble passer une étape importante dans sa volonté de prendre des territoires considérés comme russes dans l’est de l’Ukraine. Largement russophone et en partie contrôlée par les séparatistes prorusses depuis 2014, Lyssytchansk était l’une des cibles prioritaires de Moscou après la prise de la ville voisine et tout aussi stratégique de Severodonetsk.

Séparée de Lyssytchansk par la Donets -principal affluent du fleuve Don-, Severodonetsk avait été entièrement conquise le 25 juin, ainsi que trois localités voisines: Borivske, Voronove et Syrotyne. Les forces d’Ukraine avaient choisi de se retirer de cette localité fin juin pour mieux défendre sa voisine Lyssytchansk.

Pourtant, après plus d’une semaine d’intenses combats entre forces ukrainiennes et milice populaire de Lougansk (l’armée séparatiste), la ville proche de laquelle est décédé le journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff le 30 mai est tombée.

Avec cette nouvelle prise stratégique -et à haute valeur symbolique- la Russie consolide ses positions dans l’Oblast de Lougansk, région la plus à l’est de l’Ukraine et qui partage près de 700 kilomètres de frontières communes avec la Russie.

Cap sur l’oblast de Donetsk pour la Russie?

Depuis Lyssytchansk et Severodonetsk, les forces russes vont dorénavant pouvoir avancer plus à l’ouest. Parmi les objectifs de Moscou dans cette direction: l’oblast voisin de Donetsk, qui forme avec l’oblast de Lougansk la région du Donbass .

Dans cette zone, à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de Lyssytchansk se trouvent deux villes de tailles similaires aux deux villes voisines récemment conquises. Il s’agit de Sloviansk et Kramatorsk.

Plan de situation dans les oblasts de Lougansk et Donestk en juin, avant la prise de Severodonetsk et Lyssytchansk. Plan de situation dans les oblasts de Lougansk et Donestk en juin, avant la prise de Severodonetsk et Lyssytchansk.

Deux localités déjà fortement impactées par le conflit russo-ukrainien depuis 2014. Sloviansk, ville d’un peu plus de 100.000 habitants est déjà sous le feu de l’artillerie russe et fait face à une intensification des bombardements ces dernières semaines. Avec l’avancée des troupes de Moscou depuis le nord, la ville a perdu son approvisionnement en eau et en gaz.

L’autre ville visée par la Russie est Kramatorsk. Avec un peu plus de 150.000 habitants, elle se situe à une quinzaine de kilomètre de Sloviansk et vit également au rythme quotidien des sirènes d’alerte et des bombardements. Ce dimanche, cette ville qui sert de centre administratif du Donbass sous contrôle ukrainien, a été touchée pour le deuxième jour consécutif par des roquettes Smertch, selon le maire de la ville Oleksandr Gontcharenko.

Une femme âgée marche dans les décombres d'un bâtiment endommagé par une frappe nocturne de missiles russes à Sloviansk, en Ukraine, le mercredi 1er juin. Une femme âgée marche dans les décombres d'un bâtiment endommagé par une frappe nocturne de missiles russes à Sloviansk, en Ukraine, le mercredi 1er juin.

Dès ce dimanche, Vadim Liakh, le maire de la ville de Sloviansk a observé une multiplication des tirs au lance-roquettes sur sa ville, “les plus importants depuis longtemps” selon ses propos partagés dans une vidéo Facebook. Des tirs qui ont fait “de nombreux morts et blessés” ce jour et provoqué “quinze incidents”.

Au média ukrainien Suspilne, Tetiana Ignatchenko, porte-parole de la région de Donetsk a réitéré l’appel des autorités aux habitants pour qu’ils quittent la région, alors que la ligne de front n’est plus qu’à quelques kilomètres de Sloviansk selon les derniers rapports.

À voir également sur Le HuffPost: Le Donbass ravagé par une bataille acharnée, Severodonetsk menacée