close
  • Le chevron_right

    Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise : ambition présidentielle et guerre de position

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Monday, 17 January - 14:27 · 36 minutes

Depuis début 2016 et sa création ex nihilo par Jean-Luc Mélenchon en vue de la présidentielle de 2017, La France insoumise est devenue un mouvement qui dépasse la seule figure de son leader, même si elle lui reste jusqu’à présent fortement dépendante. Cette formation occupe une position originale dans l’espace français, s’affirmant comme une force d’opposition dans ce que Gramsci appelait la « guerre de position » , c’est-à-dire le travail de lutte largement idéologique préparatoire à la conquête du pouvoir. Si lors de la précédente campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon avait opté pour une stratégie en deux temps, consolidant sa base de gauche en 2016 avant de tenter de l’élargir lors des quelques mois de 2017 avec une stratégie populiste plus poussée pour espérer la victoire finale, en sera-t-il de même pour la campagne en cours plus classiquement ancrée à gauche dans un climat général qui a évolué ? Au lendemain du premier meeting politique immersif, qui s’est tenu à Nantes ce 16 janvier, rétrospective sur cinq ans d’offensive insoumise.

La France insoumise : le pari de la stratégie populiste (2016-2017)

Le 10 février 2016, Jean-Luc Mélenchon déclare au 20h de TF1 être candidat pour l’élection présidentielle de 2017, annonçant à demi-mots le lancement du nouveau « mouvement » qui le portera dans cette tâche, La France insoumise (LFI) : « Je propose ma candidature, c’est le peuple qui va en disposer. Je ne demande la permission à personne, je le fais hors cadre de partis. Je suis ouvert à tout le monde : les organisations, les réseaux, mais les citoyens d’abord. Et vous savez, je m’inspire, à ma manière, de la méthode qui a été celle de Monsieur Bernie Sanders, j’ai loué la même plate-forme internet que lui. […] Tout le monde peut se joindre à moi pour travailler sur le programme et agir. […] Je ne m’occupe que d’une chose. Je veux représenter et incarner la France insoumise et fière de l’être, celle qui n’a pas de muselière ni de laisse. Et à ceux-là qui m’ont souvent entouré et accompagné, je leur dis « Allez, ouvrons la marche ! » […] C’est pas une affaire de gauche ou de droite, c’est une affaire d’intérêt général et de représentation de l’indépendance de la France. »

Plusieurs des caractéristiques essentielles de la campagne insoumise qui suivra [1] sont perceptibles. Une volonté gaullienne de se placer au-dessus des luttes partisanes pour s’adresser directement aux Français, un ton résolument conquérant visant à agiter les affects de joie et de combat, une grande ouverture à la force militante, une prétention à dépasser les divisions idéologiques classiques au nom d’un « intérêt général » moins clivant qu’une encombrante « lutte des classes », et une place décisive accordée au numérique [2] . La dimension rhétorique de la campagne insoumise en 2017 est également révélatrice d’un tournant [3] , qui après avoir cherché à fédérer à gauche en 2016, adopte une grammaire sensiblement amendée. Les analyses statistiques mettent en relief les mots employés par Jean-Luc Mélenchon : 669 occurrences pour « Gens », 443 pour « France » et « Français(es) » ou encore 210 pour « Peuple » loin devant « Gauche » (59), « Capital », « capitalisme », « capitalistes » (33) et « Ouvriers » (14) [4] .

Ces termes utilisés montrent bien que, comme préfiguré au moment de l’annonce de sa candidature, Jean-Luc Mélenchon se place nettement moins qu’en 2012 dans le vocabulaire traditionnel de la gauche. Il lui préfère des notions que le théoricien populiste Ernesto Laclau qualifie de « signifiants vides », plus ouverts à interprétation et jugés plus susceptibles d’agir puissamment sur les affects de masses de plus en plus éloignées de la culture de gauche. Ce choix se comprend par l’influence des expériences sud-américaines – tout particulièrement celle de Hugo Chávez au Venezuela – sur Jean-Luc Mélenchon, tandis que Syriza, Podemos ou Bernie Sanders ont tous expérimenté entre 2014 et 2016 une stratégie populiste avec des résultats probants. Au niveau national, un quinquennat « socialiste » très impopulaire avait perdu de nombreux pans de la population de « la gauche » et la lutte pour la réhabilitation de cette dernière est jugée plus coûteuse par la direction insoumise qu’un abandon relatif de ses marqueurs traditionnels.

Mais au-delà de la rhétorique populiste, le programme « L’Avenir en commun » , issu d’un important et volumineux travail collectif, s’inscrit clairement dans l’espace de la gauche même si le terme en est notablement absent. Il reprend de nombreuses mesures du programme du Front de gauche (FG) de 2012 élaboré avec les communistes – « L’Humain d’abord » – et comporte une série de propositions dont la filiation est sans équivoque : retraite à 60 ans, augmentation du salaire minimum (SMIC) et de l’Impôt sur la fortune (ISF), renforcement des services publics et de la sécurité sociale, sortie du nucléaire [5] , suppression du pacte de responsabilité et du crédit d’impôt compétitivité, etc. De nouvelles propositions sont également avancées, comme la planification écologique ou la prise en compte de la condition animale. Jean-Luc Mélenchon insiste également dès l’annonce de sa candidature sur la prépondérance de la question européenne pour l’applicabilité de son programme : « [Le peuple français] entend au moins une chose. Il ne peut rien faire de tout ce que je viens de dire tant qu’il est ficelé dans les traités européens, parce que pour faire tout ce que je dis, il faut de l’emploi, du service public, un État qui existe, il faut des gens formés et éduqués, et rien de tout ça nous ne pouvons le faire dans le cadre des traités donc il faut en sortir. » Avec ces propos, Jean-Luc Mélenchon s’inscrit dans le sillage de l’attitude critique du Parti communiste français (PCF) vis-à-vis de l’Union européenne (UE) , loin des positions de soutien inconditionnel du Parti socialiste (PS) ou des biens nommés Europe Écologie-Les Verts (EELV).

Jean-Luc Mélenchon en meeting à Toulouse le 16 avril 2017, à une semaine du premier tour de l’élection présidentielle © Wikimedia

Le programme n’en demeure pas moins incarné par un homme : Jean-Luc Mélenchon. Si l’élection présidentielle tend à la personnalisation extrême de luttes politiques et idéologiques, le candidat insoumis se prête volontiers à l’exercice et s’assume pleinement comme « premier de cordée » – utilisant l’expression dès 2016 , avant Emmanuel Macron. Dans un rapport d’identification à des grandes figures de l’histoire de France comme Robespierre, Jaurès ou Mitterrand [6] , Jean-Luc Mélenchon prétend incarner la gauche vivante , loin de la croyance selon laquelle les idées circuleraient presque par elles-mêmes. On doit noter que le programme comme la stratégie du candidat ont été décidés par le haut de l’appareil – à savoir par Jean-Luc Mélenchon et son cercle rapproché – alors que la base insoumise pouvait s’auto-organiser largement pour mener la campagne sur le terrain et les réseaux, selon un fonctionnement que le sociologue Manuel Cervera-Marzal qualifie d’ « anarcho-césariste » et qui sera amené à s’inscrire dans la durée .

À l’issue d’une campagne quasi-unanimement saluée [7] , le candidat insoumis récolte 19,6 % des voix exprimées et manque de peu d’atteindre un second tour où il était donné vainqueur contre Marine Le Pen et François Fillon . En 5 ans, Jean-Luc Mélenchon a attiré 3 millions de voix supplémentaires pour atteindre un total de plus de 7 millions de suffrages. Comme le montre l’enquête électorale Ifop du 23 avril 2017 (date du premier tour de l’élection présidentielle), les électeurs de Jean-Luc Mélenchon en 2017 sont issus de manière écrasante du camp de la gauche [8] , la principale avancée depuis 2012 provenant des anciens électeurs de François Hollande : 26% des 28,6% obtenus par le candidat socialiste au premier tour de 2012, soit un peu plus de 7% du corps électoral de cette élection. Ce constat permet ainsi de montrer que, par-delà la stratégie populiste, le score de Jean-Luc Mélenchon doit à l’électorat classique de la gauche. Il s’inscrit dans de logiques de continuité touchant les déçus du hollandisme, favorisées par le phénomène du vote utile alors que dans les semaines qui ont précédé le premier tour les sondages donnaient Jean-Luc Mélenchon nettement devant Benoît Hamon.

Institutionnalisation post-présidentielle : prendre l’Assemblée ?

À partir de la formation du groupe parlementaire insoumis consécutive aux élections législatives, c’est autour de ses députés que La France insoumise prend corps publiquement. Entre 2012 et 2017, une des faiblesses de Jean-Luc Mélenchon avait été de n’avoir pas de groupe à l’Assemblée nationale, dont il était lui-même absent à la suite de son pari raté d’aller défier Marine Le Pen à Hénin-Beaumont [9] . La nouvelle équation électorale permet au leader de la France insoumise de diriger et d’animer un groupe parlementaire [10] , démontrant au passage que cette forme plus collégiale n’est pas contradictoire avec son processus d’incarnation propre, puisqu’au contraire il le nourrit et le renforce à la fois. Les insoumis, en rangs rapprochés, s’attachent ainsi à développer une ligne originale et indépendante des autres forces politiques.

Le groupe parlementaire insoumis permet à plusieurs de ses membres de gagner en notoriété et en influence. Ainsi, les jeunes députés Adrien Quatennens, Ugo Bernalicis, Mathilde Panot et eurodéputée Manon Aubry, ou encore la députée Danièle Obono ont pu s’exprimer assez largement dans l’espace médiatique et à l’Assemblée nationale. D’anciens compagnons de Jean-Luc Mélenchon comme Éric Coquerel, Manuel Bompard ou Alexis Corbière sont également députés et bénéficient d’une certaine audience, tandis que Clémentine Autain, porte-parole du parti Ensemble ! depuis 2013, a été tête de liste de LFI dans la région Île-de-France.


Neuf des dix-sept députés insoumis le 18 juillet 2017 à l’Assemblée nationale. Autour de Jean-Luc Mélenchon, on retrouve de gauche à droite Jean-Hugues Ratenon, Caroline Fiat, Bastien Lachaud, Bénédicte Taurine, Adrien Quatennens, Danièle Obono, Ugo Bernalicis et Loïc Prud’homme © Wikimedia

Le cas de François Ruffin est plus spécifique. Fondateur et rédacteur en chef du journal Fakir depuis 1999, François Ruffin a contribué à impulser le mouvement Nuit debout au printemps 2016 à la suite du succès populaire de son documentaire Merci patron ! pour lequel il a obtenu le César du meilleur film documentaire en 2017. Élu député en Picardie au terme d’une campagne à la ligne nettement populiste menée hors organisation, il a finalement décidé de rejoindre le groupe insoumis à l’Assemblée nationale. Cependant, à la différence des autres députés insoumis, il ne doit pas sa notoriété et son ascension politique à Jean-Luc Mélenchon et dispose par conséquent d’une plus grande marge de manœuvre et suit une trajectoire propre, comme l’atteste par exemple le fait qu’il ait mis plus d’un an à apporter son soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon pour 2022 – il se décide finalement le 17 décembre 2021 et apportera son soutien actif à la campagne de Jean-Luc Mélenchon au cours des premiers mois de 2022.

À la suite des élections de 2017, parallèlement à l’investissement de l’arène parlementaire , l’ « anarcho-césarisme » déjà présent au sein de LFI ira en s’intensifiant, les militants insoumis – en baisse drastique après les élections législatives – n’ayant « pas de devoirs ni de droits », pour reprendre une nouvelle fois une expression de Manuel Cervera-Marzal [11] . En effet, les militants ne peuvent contester la ligne décrétée par le haut et ne bénéficient ni d’argent, ni de locaux, ni de directives de la part de l’organisation, affectant nécessairement le travail de terrain des militants et la force de frappe idéologique de la formation. Entre les moments présidentiels, les militants sont ainsi beaucoup moins nombreux et leurs actions locales éparpillées sont dépourvues de véritables moyens matériels et organisationnels et donc moins efficaces.

En dépit de la faible capacité insoumise sur le terrain par rapport au poids électoral de son leader au premier tour des présidentielles, La France insoumise va connaître un destin notable dans son incarnation parlementaire. Il est souvent rappelé que Jean-Luc Mélenchon est coutumier de la fondation d’organisations politiques pour amoindrir l’importance de La France insoumise au sein de l’ensemble. Pourtant, tous les groupes créés jusqu’au Parti de gauche en 2009 étaient des tendances au sein du Parti socialiste, dans des alliances plus ou moins précaires avec d’autres groupes et donc par essence fragiles [12] . À l’inverse, la nature organisationnelle de La France insoumise s’approche d’un « parti-mouvement » du fait qu’elle est une organisation politique présentant des candidats aux élections à rhétorique mouvementiste et réunissant des particularités structurelles inhabituelles chez les partis : gratuité de l’adhésion et absence de cotisations, absence de droit de tendance et de statuts, absence d’échelons intermédiaires…

Cette forme hybride s’explique par l’attachement historique de Jean-Luc Mélenchon à la forme parti et par les bouleversements récents qui ont traversé l’arène politique. Sociabilisé à la politique durant le dernier tiers du XX e siècle à un moment où le PCF et le PS étaient encore des lieux importants de la transformation sociale, ce dernier n’a en effet jamais abandonné l’héritage de la gauche de parti, comme semble le confirmer sa tentative lors de sa sortie du PS en 2008 de fonder un « parti creuset » avec le Parti de gauche (PG). Néanmoins, le désamour généralisé des Français pour les partis politiques ( 88% n’ont pas confiance dans ces institutions [13] ), conduit à infléchir cette matrice. La stratégie militante doit parfois primer sur les affiliations. La volonté de construire une unité à la base dans une perspective révolutionnaire citoyenne et de lancer une initiative qui ait vocation à rassembler une majorité sociale et non un camp prédéfini, témoigne d’un objectif de plus grande ampleur : non plus seulement rassembler un électorat, mais soulever un peuple constituant.

D’une opposition privilégiée à de cinglants revers électoraux (2017-2021)

Pendant quelques mois après la victoire d’Emmanuel Macron et de son parti La République en marche (LREM), La France insoumise a pu apparaître comme la principale force d’opposition au macronisme, comme en atteste par exemple le débat qui opposa Jean-Luc Mélenchon au Premier ministre en exercice Édouard Philippe , le 28 septembre 2017 dans « L’émission politique » sur France 2. Ce phénomène s’explique tout d’abord par un facteur externe, la stratégie macroniste visant à affaiblir Les Républicains (LR) pour récupérer une partie de leur base électorale [14] . Ensuite, la puissante dynamique de campagne de Jean-Luc Mélenchon en 2017 et son résultat électoral final contribue à faire de La France insoumise un pôle déterminant de la gauche d’opposition. Le Parti socialiste avait occupé cette position pendant les quatre décennies précédentes mais il traverse alors la pire crise de son histoire avec la disqualification de l’ère Hollande, le score très faible de son candidat Benoît Hamon (6,4%) et les nombreux départs vers le macronisme.

Le 16 octobre 2018, à quelques mois de la prochaine échéance électorale des européennes, va pourtant entacher l’image de La France insoumise : ses locaux sont perquisitionnés par la police [15] . L’équipe de Jean-Luc Mélenchon filme la scène de confrontation avec les policiers qui les empêchent de rentrer et la diffuse sur les réseaux sociaux. L’effet est néanmoins opposé à celui espéré d’indignation devant ce qui est vécu comme un procès politique. Le tollé est immense face à une phrase que Jean-Luc Mélenchon prononce dans la vidéo : « La République, c’est moi ! ». S’il voulait signifier qu’en tant que chef de file et député élu d’un parti d’opposition il représentait davantage la République que des forces de l’ordre au service d’un exécutif autoritaire, la formule ne manque pas d’exaspérer. Jean-Luc Mélenchon, qui était déjà perçu et critiqué par beaucoup comme mégalomaniaque, est durablement discrédité, et l’ensemble de La France insoumise pâtit de cette séquence médiatique.

À l’arrivée, le constat est sans appel : avec très peu d’élus locaux et sans d’échelons intermédiaires, la face visible de La France insoumise tient à celle de ses députés, nationaux et européens, dont la réélection est conditionnée à une future dynamique de campagne favorable.

Cet événement, couplé au choix de faire des élections européennes un référendum « anti-Macron », plutôt qu’un moment permettant une politisation autour des enjeux européens, aboutit à un faible score pour LFI (6,31%). La liste emmenée par Manon Aubry récolte 5 millions et demi d’électeurs de moins que Jean-Luc Mélenchon deux ans plus tôt : seuls 37% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon en 2017 votent pour la liste insoumise . La France insoumise obtient néanmoins six eurodéputés qui seront actifs, efficaces et parfois victorieux dans leur fonction au sein du Groupe de la Gauche au Parlement européen (GUE/NGL) comme l’illustre par exemple le rôle décisif joué par l’eurodéputé insoumis Younous Omarjee dans l’interdiction de la pêche électrique industrielle finalement adoptée par le Parlement européen.

Par la suite, comme l’a montré Valentin Soubise dans son article « La France insoumise a-t-elle cherché à enjamber les élections municipales ? », la formation de Jean-Luc Mélenchon ne prend aucune ville d’importance – à l’inverse d’EELV qui l’emporte notamment à Lyon, Bordeaux, Strasbourg ou Grenoble, ou de façon plus significative pour le député Mélenchon le candidat socialiste à Marseille – dans une stratégie délibérée, se méfiant de « chefferies locales » susceptibles de concurrencer le leadership de la direction en place. En conservant les fonds et les ressources du parti pour l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon semble sous-estimer l’importance de l’enracinement local pour politiser les populations ainsi que les conséquences de victoires aux élections intermédiaires dans les représentations collectives et les dynamiques de campagnes présidentielle et législative.

Même si l’on observe que les franges électorales que LFI souhaite conquérir ou renforcer en priorité votent relativement peu voire très peu aux élections intermédiaires (les nouveaux « jeunes » (18-24 ans) qui pour la plupart n’étaient pas en âge de voter à la précédente élection présidentielle de 2017, les anciens « jeunes » (24-29 ans) et les classes populaires « urbaines »), ce choix de Jean-Luc Mélenchon et de ses proches semble difficilement compréhensible. Il peut toutefois s’éclairer si l’on s’attarde sur le repoussoir des récents choix stratégiques du PCF, qui, selon leur interprétation, s’est progressivement transformé, à partir des années 1980, de force nationale d’opposition et d’alternative en un parti d’élus locaux en quête d’alliances électorales avec un PS de plus en plus libéral compatible.

Les dernières élections en date – régionales et départementales de juin 2021 – devraient pourtant nuancer cette méfiance électoraliste. Les partis socialiste et communiste se raffermissent, sur fond d’abstention élevée et de « prime aux sortants ». Si la stratégie insoumise ne peut, à la lumière de cette conjoncture, être entièrement disqualifiée, ces revers électoraux n’en portent pas moins la marque claire de la rupture avec le PCF et de la dislocation du Front de gauche. L’absence d’alliances partisanes stables finit par jouer en la défaveur de La France insoumise et déstabilise l’ascension du parti-mouvement. À l’arrivée, le constat est sans appel : avec très peu d’élus locaux et sans d’échelons intermédiaires, la face visible de La France insoumise tient à celle de ses députés, nationaux et européens, dont la réélection est conditionnée à une future dynamique de campagne présidentielle favorable.

La construction d’une ligne politique : l’alternative insoumise à gauche

Depuis les élections législatives de 2017 et la constitution de son groupe parlementaire, La France insoumise est désormais une force identifiable. Très actifs dans leur activité de députés, les élus insoumis ont joué un rôle important au cours du mandat d’Emmanuel Macron en prenant position sur les grands sujets qui ont émaillé le quinquennat, et souvent de manière originale relativement aux autres formations politiques. Ainsi, si La France insoumise s’oppose comme les autres partis de gauche à la réforme des retraites du gouvernement et à la casse de l’hôpital public, Jean-Luc Mélenchon a soutenu les gilets jaunes dès le mois de novembre 2018 [16] alors que la Confédération générale du travail (CGT) et une grande partie de la gauche avait alors une attitude de défiance, estimant la pureté du mouvement insuffisante, émaillé par des comportements perçus comme d’extrême-droite. À l’occasion de la répression féroce du mouvement par le gouvernement, les députés insoumis ont quant à eux dénoncé les violences policières, à l’instar d’ Ugo Bernalicis qui a déposé plainte en janvier 2019 contre le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner au nom de la liberté de manifester.

Clémentine Autain, Éric Coquerel et Adrien Quatennens à la marche du 21 septembre 2017 contre la réforme du code du travail © Wikimedia

Plus récemment à l’ère du Covid-19 [17] , les insoumis ont pris parti pour la levée des brevets sur les vaccins et contre la restriction des libertés fondamentales, s’opposant à partir de novembre 2020 à la loi sécurité globale puis en 2021 à l’imposition du pass sanitaire , mesure jugée « autoritaire », « absurde » et « dangereuse », instaurant une « société du contrôle permanent » encore renforcée par le pass vaccinal. De nombreux insoumis ont également participé aux manifestations de l’été 2021 contre le pass sanitaire, sans autres consignes de la direction que celles de ne pas se joindre aux anti-vaccins.

Cette préoccupation marquée de La France insoumise face à la montée des prérogatives policières contraste avec le positionnement sécuritaire des trois candidats se réclamant de la gauche à l’élection présidentielle à venir Anne Hidalgo, Yannick Jadot et Fabien Roussel. En refusant l’alternative, pro ou anti-police, Jean-Luc Mélenchon et les députés insoumis dénoncent les violences policières tout en affirmant la nécessité d’une « police républicaine » chargée de faire respecter les lois des représentants de la nation . Dans son récent ouvrage Génération Mélenchon , le jeune député insoumis Adrien Quatennens considère ainsi : « Il y a un problème dans la police, et ça n’est pas parce que c’est la police qu’il ne faut pas le dire et travailler à y remédier. Ce ne serait pas lui rendre service. Un policier républicain peut tout à fait comprendre cela. Je les appelle à lire nos propositions avec attention et à les critiquer si nécessaire. Non seulement La France insoumise a toujours été présente dans les moments difficiles et les hommages, mais surtout, nous formulons des propositions concrètes et sérieuses, notamment grâce à l’excellent travail d’Ugo Bernacilis qui coordonne pour nous les questions de sécurité et de justice [18] . »

La diabolisation à l’heure de l’ « islamo-gauchisme » (2020-2021)

Le 16 octobre 2020, le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty est assassiné pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves. L’affaire entraîne une déferlante médiatique, renforcée quelques jours plus tard par l’attaque de la basilique Notre-Dame de Nice par un islamiste tuant trois personnes. Les réactions populaires sont puissantes et nombreuses, de même que celles du personnel politique, et cela de façon transpartisane bien que différenciée d’une formation à l’autre. Jean-Luc Mélenchon s’interroge par exemple sur le travail de la police, alors que Samuel Paty avait été l’objet de menaces pendant plus d’une semaine avant son assassinat, et dénonce la récupération politique du drame : « Il est absolument invraisemblable que d’aucuns en profitent aussitôt pour déclencher des polémiques, insulter, agresser, proposer des surenchères : à ce rythme-là, il n’y aura plus de pays. »

Lors des cérémonies entourant la mort de Samuel Paty, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer offre l’illustration d’une telle récupération, en lançant l’alerte le 22 octobre face « aux ravages de l’islamo-gauchisme » qui sévirait selon lui dans les universités françaises. Début 2021, la ministre chargée de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal demande au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) d’ouvrir une enquête sur l’islamo-gauchisme dans l’Université. Le CNRS refuse considérant le terme comme non-scientifique et purement polémique. Si le terme d’ « islamo-gauchisme » n’a pas été inventé par le gouvernement macroniste mais par l’alt-right , il a été popularisé depuis l’intervention de Jean-Michel Blanquer afin de disqualifier a priori toute critique de l’action du gouvernement relative à la lutte contre le terrorisme et le « séparatisme », et dans une volonté de siphonner les voix des sympathisants de droite en 2022. Les macronistes mobilisent l’hydre islamiste pour mieux détourner l’attention après les fortes mobilisations sociales contre la réforme des retraites, le mouvement des Gilets jaunes et alors qu’ils sont sévèrement critiqués sur leur gestion de la crise du Covid. C’est pourtant sans compter sur leur complaisance à l’égard de certains cadres dirigeants du Moyen-Orient, dont témoigne la récente remise de la Légion d’honneur à plusieurs hommes d’affaires du Golfe , passée inaperçue dans les médias.

Gérald Darmanin, alors ministre de l’Action et des Comptes public, futur ministre de l’Intérieur, le 29 avril 2019 © Wikimedia

Après le durcissement du pouvoir macroniste sur la question musulmane, la période est à la normalisation des idées d’extrême-droite, banalisées et reprises par une partie grandissante de la classe politique et médiatique [19] . En plus de la percée d’Éric Zemmour, l’arrivée au second tour de la primaire des Républicains d’Éric Ciotti, proche du polémiste, fait désormais peser sur la candidature de Valérie Pécresse un lourd poids idéologique . C’est aussi dans ce contexte que La France insoumise et son leader Jean-Luc Mélenchon participent à la marche contre l’islamophobie le 10 novembre 2019 et sont pointés du doigt comme anti-républicains. Au cours de la campagne des élections régionales et départementales de 2021, Raphaël Enthoven renchérit, déclarant qu’il voterait pour Marine Le Pen dans l’hypothèse d’un second tour contre Jean-Luc Mélenchon [20] , tandis que Manuel Valls met les deux personnalités et partis sur le même plan ou encore que la candidate de droite en Île-de-France Valérie Pécresse fait le choix de ne mettre qu’un nom sur son tract d’entre-deux-tours, celui de Jean-Luc Mélenchon, dénonçant le danger de la liste d’union de la gauche comprenant l’« extrême-gauche » insoumise.

On peut pourtant considérer, à l’instar de Valentin Soubise , qu’en-dehors d’actes symboliques comme la reconnaissance récente du terme d’ « islamophobie », la position républicaine défendue par Jean-Luc Mélenchon se manifeste par une large continuité et que la diabolisation dont lui et La France insoumise font l’objet sont donc plus largement dus à la conjoncture politique extérieure. Ces derniers défendent en effet une vision de la République, attachée à la réalisation d’un universalisme concret hérité des Lumières selon lequel tous les humains méritent l’égalité politique et économique. Cet universalisme est, par essence, un anti-identitarisme, qui n’empêche pas Jean-Luc Mélenchon d’envisager la rencontre d’identités ouvertes, comme le souligne le choix de miser pour la campagne en cours sur le concept de  « créolisation » [21]. Reste à déterminer, dans ce climat idéologique qui tend en faveur de l’extrême-droite, comment appréhender l’élection présidentielle à venir.

Vers 2022 : l’Union populaire entre populisme et humanisme

Alors qu’Anne Hidalgo et Arnaud Montebourg préparent un possible ralliement à la candidature de Yannick Jadot ou de Christiane Taubira afin de bénéficier de l’aura unitaire et d’être susceptible de dépasser Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, le leader insoumis tente de nouveau de convaincre les communistes de le soutenir [22] . Ce soutien se ferait dans le cadre d’une alliance électorale et de la conclusion d’un programme commun de gouvernement. Dans cette logique, Jean-Luc Mélenchon rejette le projet de primaire populaire à gauche pour 2022 compte tenu des divergences programmatiques [23] (politique économique et sociale, traités européens, la politique étrangère, etc) et de la date très tardive de l’élection du candidat unique par rapport à la présidentielle.

Les tenants de l’union à tout prix risquent d’ailleurs d’être surpris, puisque selon un récent sondage Elabe « 85% des sympathisants de gauche souhaitent une candidature unique de la gauche ». Précision d’importance, ce même sondage signale « qu’invités à choisir la personne qu’ils jugent la meilleure pour incarner une candidature unique de la gauche, 33% des sympathisants de gauche citent Jean-Luc Mélenchon, 21% Christiane Taubira, 11% Yannick Jadot et 10% Anne Hidalgo. » À droite, si le camp est profondément désuni – on ne compte pas moins de six candidats, Valérie Pécresse, François Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan, Florian Philippot, Marine Le Pen et Éric Zemmour –, il n’en caracole pas moins en tête des sondages. Avant donc le problème de l’union, l’échec de la gauche est fonction de son poids électoral qui, arithmétiquement confondu, avoisine à peine les 20% selon un dernier sondage Elabe . Paradoxalement, ce marasme à gauche pourrait bénéficier à Jean-Luc Mélenchon pour accéder au second tour grâce au vote utile, mais l’handicaperait alors pour une victoire finale.

La campagne insoumise se veut une nouvelle fois à la pointe du numérique [24] , les meetings immersifs du 16 janvier parachevant cette course à l’innovation politique. Elle s’inscrit désormais sous l’égide de « L’Union populaire », mouvement qui s’appuie sur les structures de La France insoumise sans s’y confondre et qui comporte toujours des marqueurs populistes et un programme nettement à gauche [25] . Au-delà de l’attrait de la nouveauté, on peut interpréter ce changement principalement comme volonté de démarquer le soutien circonstancié à Jean-Luc Mélenchon d’une quelconque adhésion contraignante à une organisation pouvant s’installer durablement dans le temps. Mais alors que la campagne présidentielle peine à véritablement se lancer, quel sera le ton adopté par le candidat Mélenchon dans une dernière ligne droite encore marquée par la crise du Covid ?

Une campagne peut être perçue de deux façons différentes : un créneau de politisation et une possibilité de victoire électorale.

L’engouement autour des potentialités de succès des différents candidats tend néanmoins à faire oublier un élément essentiel. Une campagne peut en effet être perçue de deux façons différentes : une possibilité de victoire électorale et un créneau de politisation [26] . Alors que les partis d’extrême-gauche privilégient exclusivement la deuxième option et que les « partis de gouvernement » tendent lourdement vers la première, les campagnes présidentielles de Jean-Luc Mélenchon visent une combinaison entre ces deux éléments : remporter l’élection grâce à une forme d’éducation populaire. Les meetings du tribun-professeur en témoignent, s’efforçant de faire réfléchir sur des problèmes actuels et de donner une profondeur historique aux luttes contemporaines, articulant ainsi passé, présent et avenir.

Ces deux dimensions se traduisent plus précisément dans la polarité entre stratégie populiste et discours humaniste, qui structurent la récente Union populaire. Discours clivant s’adressant à un peuple sur de larges bases, tout en maintenant l’horizon d’un programme économique très ancré à gauche. Le populisme de gauche, loin alors d’être démagogique, peut coïncider avec la progression de valeurs et d’idées humanistes, promouvant une logique de solidarité entre les êtres humains. Pour un humanisme populiste, tel est donc peut-être l’audacieux pari de Jean-Luc Mélenchon qui, à rebours de la moralisation du politique à l’œuvre dans les rangs de la gauche traditionnelle, tente de politiser la morale.

[1] Voir par exemple les deux documentaires « Mélenchon, l’homme qui avançait à contre-courant » et « Mélenchon, la campagne d’un insoumis » respectivement de Gérard Miller et Anaïs Feuillette pour le premier et de Gilles Perret pour le second, qui ont pu suivre la campagne présidentielle insoumise de 2016-2017 de l’intérieur pendant plusieurs mois.

[2] Ce dernier point est central tactiquement et trop souvent sous-estimé par la gauche radicale française. Au nombre des illustrations les plus marquantes de ce pari numérique, on peut tout d’abord faire mention des deux meetings hologrammes en live de Jean-Luc Mélenchon tenus les 5 février et 18 avril 2017 – première du genre au niveau mondial dans l’arène politique. Dans un article récent de Libération (12 janvier 2022) qui accordait sa une et un entretien à Jean-Luc Mélenchon, Rachid Laïreche parle ainsi de l’insoumis – qui avait lancé l’usage du minitel en politique à l’époque de François Mitterrand – comme le « candidat du futur ». En 2016-2017 Mélenchon avait également son blog et sa propre chaîne youtube sur laquelle étaient diffusées ses interventions publiques et qui a vu naître l’émission « La revue de la semaine » où, seul face à la caméra, Jean-Luc Mélenchon revient sur plusieurs thèmes d’actualité dans des vidéos de quelques dizaines de minutes. La chaîne youtube de Jean-Luc Mélenchon a aujourd’hui plus de 600 000 abonnés. Enfin, on pense à la plate-forme jlm2017.fr par laquelle des milliers de personnes se sont inscrites pour rejoindre La France insoumise d’un simple clic et sans payer une somme d’argent – caractéristique alors seulement partagée avec En Marche – et ont pu s’organiser pour mener la campagne sur le terrain et sur les réseaux sociaux. Dans son ouvrage, le sociologue Manuel Cervera-Marzal estimait qu’ « en mai 2017, [les militants insoumis] étaient probablement entre 40 000 et 80 000. » : Manuel Cervera-Marzal, Le Populisme de gauche. Sociologie de la France insoumise , La Découverte, Paris, 2021, p. 188.

[3] Tournant rendu possible par le fait que, contrairement à 2012 et tel que souhaité par Jean-Luc Mélenchon et ses proches, la direction de campagne bénéficiait d’une liberté de décision indépendante de machine partisane, en l’espèce le Parti communiste français (PCF), dont les militants ont néanmoins choisi de soutenir la candidature Mélenchon et d’agir en ce sens. Voir Manuel Cervera-Marzal, Le Populisme de gauche… , op. cit. , « Adieu “camarades”, bonjour les “gens”», pp. 273-280.

[4] https://www.parismatch.com/Le-Poids-des-Mots ; cité par Manuel Cervera-Marzal, Le Populisme de gauche… , op. cit. , p. 275.

[5] Du fait de la participation du PCF historiquement pro-nucléaire au Front de gauche, le programme de 2012 mentionne en cas de victoire la mise en place d’un « grand débat » sur la question énergétique, sans rien trancher en amont.

[6] Sur l’importance pour Jean-Luc Mélenchon de cette question de l’incarnation, on renvoie à son livre d’entretien biographique : Jean-Luc Mélenchon, Le Choix de l’insoumission . Entretien biographique avec Marc Endeweld , Paris, Seuil, 2016, et plus particulièrement au chapitre 3 intitulé “Mitterrand, un guide ?”, pp. 91-140.

[7] Les électorats des cinq plus « gros » candidats ont en effet majoritairement consacré la campagne de Jean-Luc Mélenchon comme étant la meilleure – à l’exception de celui de Marine Le Pen où Jean-Luc Mélenchon arrive en deuxième place derrière leur championne.

[8] 45% des gens qui se disent de gauche en 2017 ont voté pour Mélenchon, contre seulement 3% de droite. On peut néanmoins noter que 16% des personnes se plaçant au centre ont choisi de voter pour Jean-Luc Mélenchon. Panel Ipsos, vague 14, 30 avril-2 mai 2017 ; cité dans Pascal Perrineau (dir.), Le Vote disruptif. Les élections présidentielle et législatives de 2017 , Paris, Presses de SciencesPo, 2017, p. 201.

[9] Hénin-Beaumont était alors une circonscription socialiste sur un territoire – le Nord-Pas-de-Calais – où Marine Le Pen avait obtenu à l’élection présidentielle 23,29% des suffrages exprimés contre 17,90% au niveau national (Jean-Luc Mélenchon y récoltant lui 12,21% très proches de ses 11,10% au niveau national). Aux élections législatives, Marine Le Pen arrive largement en tête du premier tour avec 42,36 % des voix devant le candidat socialiste Philippe Kemel (23,50%) et Jean-Luc Mélenchon pour le Front de gauche (21,48%). C’est finalement Philippe Kemel qui l’emporte d’extrême justesse (50,11%) avec le soutien de Jean-Luc Mélenchon, privant la dirigeante du Front national d’un poste de députée. On peut noter que Marine Le Pen est finalement devenue députée en 2017 en étant confortablement élue (58,60%) dans cette même circonscription. Jean-Luc Mélenchon devient quant à lui facilement député dans une circonscription populaire largement gagnable à Marseille  (59,85%) où il est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle (24,82%).

[10] Le 12 octobre 2021, alors que la campagne présidentielle s’accélère, Jean-Luc Mélenchon cède son poste de dirigeant du groupe parlementaire insoumis à Mathilde Panot qui devient ainsi à 32 ans « la plus jeune femme de l’histoire de l’Assemblée nationale à atteindre ce statut » .

[11] Voir Manuel Cervera-Marzal, Le Populisme de gauche…, op. cit. , chap. 5, « Des militants sans droits et sans devoirs », pp. 179-216. Selon des calculs du sociologue, les militants insoumis seraient passés de 40 000 à 80 000 en mai 2017 à seulement environ 6000 en mai 2019 (p.188).

[12] Sur cette longue période dans la vie politique de Jean-Luc Mélenchon, on renvoie à la biographie de Lilian Alemagna et Stéphane Alliès, Mélenchon. À la conquête du peuple , Paris, Robert Laffont, 2018.

[13] Selon une enquête menée par le Cevipof de janvier 2016. Les partis politiques arrivent ainsi en dernière position des institutions testées, derrière les banques, les syndicats et les médias.

[14] D’une façon analogue, au moment des élections européennes de 2019 Emmanuel Macron mettra en scène l’affrontement entre sa formation et le Rassemblement national (RN) afin de se poser comme rempart face à la menace fasciste.

[15] Dans son récent ouvrage Génération Mélenchon (Seuil, Paris, 2021), le député insoumis Adrien Quatennens revient pendant tout un chapitre sur l’affaire « Lawfare » dans laquelle s’inscrivent les perquisitions : « Chapitre 10 : L’enquête creuse », pp. 185-208. Son livre est par ailleurs riche en informations pour qui s’intéresse à La France insoumise et à Jean-Luc Mélenchon.

[16] Si ces prises de position n’ont pas été récompensées électoralement lors du scrutin européen qui a eu lieu durant le mouvement, il sera intéressant d’observer leurs retombées pour l’élection présidentielle à venir alors que le mouvement des Gilets jaunes est resté populaire jusqu’au bout.

[17] Dans sa fascination pour les nouvelles technologies, Jean-Luc Mélenchon a profité du confinement dû à la pandémie pour tenir le 28 novembre 2020 un meeting en réalité virtuelle, poursuivant ainsi sa stratégie de communication numérique de 2016-2017.

[18] Adrien Quatennens, Génération Mélenchon , « Chapitre 13 : La République, c’est nous ! », Seuil, Paris, 2021, pp. 267-268.

Dans le même chapitre, Adrien Quatennens distingue nettement sa formation de l’extrême-gauche : « On nous colle volontiers l’étiquette “extrême-gauche”. Non pas qu’il s’agisse d’une insulte, mais cette caractérisation politique ne correspond tout simplement pas à ce que nous sommes. Le programme “L’Avenir en commun” n’est pas un programme d’extrême-gauche. C’est un programme de gouvernement, certes de rupture […]. Nous qualifier d’extrême-gauche, c’est aussi manquer de respect à tout un courant politique qui existe en France et qu’on ne peut pas rayer d’un trait de plume. Il y a une extrême-gauche revendiquée en France. Elle a ses partis. Ils s’appellent Lutte ouvrière, Nouveau parti anticapitaliste. Ce sont des camarades que nous retrouvons régulièrement dans les luttes, mais ça n’est pas La France insoumise. » (p. 248)

[19] Voir notamment Philippe Corcuff, La grande confusion. Comment l’extrême-droite gagne la bataille des idées , éditions Textuel, coll. « Petite Encyclopédie critique », 2021.

[20] Comparant Jean-Luc Mélenchon à Hugo Chávez, Raphaël Enthoven reprend un des principaux axes utilisé en 2017 pour discréditer la figure insoumise alors que le successeur de Hugo Chávez Nicolás Maduro réprimait durement l’opposition vénézuélienne.

[21] Jean-Luc Mélenchon vient de se rendre en Martinique sur les terres du créateur de ce concept, Édouard Glissant, afin de prôner une plus grande autonomie des Antilles qui traversent une grave crise politique sur fond d’immenses difficultés économiques et sanitaires.

[22] Pour les élections législatives et suivantes, il est difficile de déterminer si un soutien communiste à Jean-Luc Mélenchon et un bon score de ce dernier serait plus profitable aux résultats du PCF qu’une visibilité accrue de leur secrétaire national et candidat doublée d’un faible score (Fabien Roussel est crédité d’environ 2%).

[23] Contre les idées reçues sur le fait que la « division » des candidatures se réclamant de la gauche seraient principalement dues à une guerre d’ego, voir la vidéo d’Usul et Ostpolitik sur la question : « Union de la gauche : une guerre d’ego ? » , 19 avril 2021.

[24] On pense notamment à l’application « Action populaire », aux comptes facebook et tik tok de Jean-Luc Mélenchon comptant chacun plus d’un million d’abonnés, ou encore le lancement de « l’émission populaire » et de « Allo Mélenchon » (dont le nom semble s’inspirer de celle de l’ancien président vénézuélien Hugo Chávez « Aló Presidente ») sur la chaîne Twitch du candidat insoumis qui répond en direct à des questions des internautes. Le meeting « immersif » que Jean-Luc Mélenchon vient de réaliser à Nantes (dimanche 16 janvier) – première mondiale dans le domaine politique annoncée par un trailer – souligne bien cette dimension de la nouvelle campagne.

[25] L’affiche de campagne sur fond bleu ressemble à celle de 2017, de même qu’à celle utilisée par François Mitterrand en 1981 avec le fameux slogan « La force tranquille », poursuivant la stratégie populiste consistant à s’éloigner des marqueurs traditionnels de la gauche, en l’espèce le rouge ou plus récemment le vert pour l’écologie. Le programme de Jean-Luc Mélenchon reprend et approfondit celui de 2017 « L’Avenir en commun » : 4 « cahiers de l’Avenir en commun » ont été publiés en amont du programme sur les thèmes « Démocratie et libertés, vite, la 6e République ! », « La Planification écologique », « Le Progrès social et humain » et « Pour une France indépendante ». Un livret thématique sur l’éducation vient également de sortir (13 janvier 2022) en complément du programme de « L’avenir en commun ». L’équipe insoumise réalise également l’auto-documentaire qu’elle diffuse en plusieurs vidéos d’une trentaine de minutes sur youtube sur « les coulisses de la présidentielle » : « 2022 : Nos pas ouvrent le chemin ».

[26] Cette vision duale contredit par exemple la tribune récemment publiée dans Libération par Geoffroy de Lagasnerie, intitulée sans équivoque « Le seul intérêt de participer à une élection présidentielle, c’est de la gagner. »

  • Le chevron_right

    Andrés Arauz : « L’ignorance des mécanismes financiers à gauche est inquiétante »

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Friday, 14 January - 17:30 · 30 minutes

Cryptomonnaies , NFT, tokens … On ne compte plus les innovations financières rendues possibles par la blockchain , dont la popularité a explosé ces derrières années. Cet enthousiasme s’explique par les aspirations libertariennes à une monnaie libérée des États… mais aussi, plus largement, par un rejet des Banques centrales perçues comme des institutions au service des élites financières. Andrés Arauz, ex-directeur de la Banque centrale d’Équateur puis candidat à la présidence du pays, revient sur ces enjeux dans cet entretien-fleuve. Il est mené par Evgeny Morozov, auteur d’ouvrages de référence sur le numérique et fondateur du site The crypto syllabus , avec lequel Le Vent Se Lève a noué un partenariat. Traduction par Florian Bru.

Evgeny Morozov – Les NFT, des tokens et autres DAO [organisation autonome décentralisée] ont le vent en poupe, entre autres innovations liées à la blockchain . Une étrange forme de populisme vaguement de gauche surfe sur cette vague. Pour citer, en substance, un investisseur américain de premier plan : « tout est déjà financiarisé – arrêtons donc de nous plaindre et passons à l’action, nous devrions tous trouver un moyen de faire tourner la financiarisation en cours à notre avantage ». Que pensez-vous de cet enthousiasme à l’égard de ces produits de la blockchain ?

Andrés Arauz : Il est important d’inscrire ces processus dans le contexte de la crise financière de 2008, puisqu’elle n’a pas seulement donné naissance au Bitcoin, mais aussi à l’assouplissement quantitatif et aux politiques monétaires non conventionnelles. La création de monnaie par les Banques centrales paraissait alors infinie – avant que la pandémie ne vienne pousser cela encore bien plus loin.

Toute cette monnaie n’a pas été utilisée pour la satisfaction de besoins concrets ; elle n’a pas été utilisée pour mettre à niveau notre système énergétique. Elle est allée ailleurs. Une partie s’en est allée vers le Dow Jones et les marchés boursiers. Une autre est à destination d’usages complètement neufs dans la cryptosphère , comme les NFT.

« Continuons à injecter de la monnaie là-dedans. Si nous arrêtons de pédaler, le vélo s’effondre. Donc continuons ainsi jusqu’à ce que quelque chose se passe » : il est difficile de combattre la financiarisation quand de telles postures politiques sont aussi répandues. C’est une bulle si grande que nul ne se risquera à la faire éclater, et elle continuera à grossir jusqu’à provoquer un bouleversement. Par conséquent, les vendeurs de NFT et de cryptomonnaies innovantes vont probablement continuer à connaître du succès tant que la politique par défaut est de continuer à alimenter le système en monnaie.

Pour parler plus spécifiquement de la génération Z , je crois percevoir une certaine excitation jusque chez les jeunes d’Amérique latine, qui sortent du lycée ou de l’université mais ne veulent rien savoir du travail réel et productif… Ils ne parlent que d’une chose : comment obtenir leurs propres NFT, ou acheter du Bitcoin pour pouvoir se faire de l’argent sur le court terme. On perd ainsi un immense réservoir de talents, d’êtres humains qui investissent leur intelligence et leurs efforts dans la poursuite de la financiarisation dans sa dimension proprement équatorienne – c’est-à-dire, l’offshorisation .

Evgeny Morozov Pensez-vous qu’il y a un sens pour les progressistes à tenter de « chevaucher le tigre » ? Des penseurs sérieux à gauche, par exemple Michel Feher en Belgique, affirment que la lutte n’est plus dans l’usine Volkswagen mais dans l’application Robinhood. Pensez-vous que quelque chose de progressiste puisse sortir de telles expériences ?

Andrés Arauz – À ce propos, trois choses. Premièrement, les gens de gauche, comme tous les êtres humains, peuvent jouer au casino et parfois gagner de l’argent. Je ne vois pas de problème au fait d’agir individuellement pour se faire un peu d’argent.

Mais deuxièmement, il faut comprendre les processus en cours plutôt que de les ignorer. Et l’ignorance à gauche sur ces sujets m’inquiète réellement. La gauche se contente de condamner moralement le Bitcoin, les NFT, la finance, les banques… sans chercher à comprendre les mécanismes internes de ce système. Une chose positive qui est advenue avec le monde des cryptos est la popularisation des mécanismes de la finance. Nous devrions utiliser cette popularisation de la bulle spéculative amenée par le monde des cryptos pour tenter de mieux comprendre la financiarisation du monde conventionnel. Cela devrait être une tâche majeure pour la gauche.

Les données financières sont un sujet central ; les gouvernements devraient mobiliser toutes leurs ressources pour fonder sur elles leur souveraineté numérique.

Et puis troisièmement : si nous jouons selon les règles du jeu du capital financier, il n’y aura aucun moyen de gagner cette bataille. Ce que nous devons faire, c’est continuer à se battre pour les institutions régulatrices qui définissent les standards et les règles du jeu.

Il y a des investisseurs institutionnels, mais qui régule les investisseurs institutionnels internationaux ? Nous devons changer les lois, nous devons prendre le contrôle des banques centrales, nous devons nous assurer que les personnes qui travaillent comme régulateurs financiers sont ne sont pas liées aux banques privées… Nous devons commencer à exiger des régulations autour des conflits d’intérêt pour les personnes qui sont en charge de ces institutions.

Evgeny Morozov Quel est le lien entre la souveraineté monétaire et la souveraineté numérique ? Qu’est-ce que cela signifierait en termes de politiques concrètes pour un pays comme l’Équateur, mais aussi internationalement ? Qu’est-ce que cela signifie pour la propriété de la stack , des données, pour les lois antitrust ? Quelles sont les conséquences en termes de politiques publiques de penser ces deux formes de souveraineté comme étant imbriquées ?

Andrés Arauz – Les données financières – les données de l’argent , comme je les appelle – sont un sujet central ; les gouvernements devraient mobiliser toutes leurs ressources pour fonder sur elles leur souveraineté numérique. Je ne m’attarderai pas sur le cas de l’Équateur, car c’est un trop petit pays pour tenter de faire cela. L’Inde, en revanche, a promulgué des normes nationales autour des données financières. Ils ont dit à Visa que si elle voulait continuer à travailler en Inde, toutes les données sur les transactions financières des citoyens indiens utilisant Visa devraient être stockées en dans le pays. Il faut qu’elles soient physiquement localisés là-bas, avec du personnel indien pour les réguler, de sorte qu’elles soient soumis aux demandes d’information des autorités dans le cadre d’enquêtes judiciaires.

Bien sûr, cela bouleverse le jeu puisque, tout d’un coup, les données deviennent un actif de l’économie intérieure. Si elles sont utilisées à bon escient, avec une anonymisation correcte, une propriété commune et une prise en compte de la vie privée dès la conception, tout cela peut être utilisé pour construire un système très complet de connaissances qui peut servir aux universitaires, à la société civile, aux institutions gouvernementales, au secteur privé, etc. Cela permet de fournir davantage de services à la société, et de meilleure qualité. Et l’on évite ainsi la monopolisation de toutes ces données par des acteurs extérieurs à l’économie intérieure.

Quelque chose de similaire a été ébauché au Brésil, mais sans succès. Évidemment, ce qui a été mis en place en Chine est allé un cran plus loin, pas seulement avec la domiciliation des données mais également leurs propres applications et interfaces. Pour réfléchir au futur de la souveraineté numérique, nous devons penser aux aspects politiques et économiques non seulement des données sur les transactions financières mais aussi aux services de messagerie les plus importants et même aux interfaces utilisateur des applications. C’est quelque chose qui doit être fait par tout pays qui voudrait conserver ne serait-ce qu’un minimum de souveraineté.

Evgeny Morozov Les succès putatifs de la Chine dans cette sphère ont été très critiqués en Occident. Appuyés sur le très décrié système de crédit social, elle est parvenue à se déconnecter de l’économie mondiale dominée par les États-Unis. Même les entreprises de FinTech l’ont utilisé pour promouvoir l’inclusion financière, qui est l’un des éléments-clés de votre travail. Alors, avons-nous quelque chose à apprendre de la Chine ?

Andrés Arauz – Oui, nous avons à coup sûr à apprendre de la Chine, parce que leur système fonctionne depuis des décennies. Le gouvernement chinois, à son entrée dans l’OMC au début des années 2000, a poussé avec succès pour retarder l’introduction des cartes de crédit étrangères dans ses marchés. C’est pourquoi Union Pay a un monopole en Chine. Les Chinois ont été très intelligents à propos des normes, en particulier dans les systèmes bancaire et marchand, auxquelles ils exigeaient que l’on se conforme.

Ils ont à présent leur propre système de cartes de crédit qui est numériquement souverain et propriété de l’État. Ce système peut se penser hors de Chine. Pourquoi si peu de pays dans le monde refusent-ils d’accepter Visa et MasterCard comme systèmes de paiement ? Comment peut-il n’y avoir aucune alternative à leur monopole ? Bien sûr, il peut y en avoir, mais nous devons les imaginer et les construire de manière intelligente. Évidemment, les gouvernements jouent un grand rôle ici. À rebours d’une démarche de privatisation de la monnaie, ils devraient exercer une politique proactive pour étendre la souveraineté numérique et financière dans la sphère des paiements.

Bien sûr, la même chose est arrivée avec les fournisseurs chinois comme AliPay, ou WeChat. Ils sont à présent supervisés par une chambre de compensation de la Banque centrale, la Banque populaire de Chine. De cette façon, non seulement les données, mais également les politiques qui concernent leur déploiement dans le pays sont surveillés par le gouvernement.

Mon intention ici n’est pas de justifier les aspects totalitaires du Parti communiste chinois ! Simplement, il y a des solutions aux monopoles mondiaux (et majoritairement étasuniens) si on les conçoit de manière appropriée et que l’on utilise des techniques d’anonymisation.

Evgeny Morozov Comme responsable politique, vous vous êtes montré enthousiaste quant à l’utilisation de technologies numériques à des fins progressistes. Alors que vous étiez en fonction, vous avez introduit une monnaie numérique contrôlée par l’État en Équateur, ce que nous pourrions aujourd’hui appeler une monnaie centrale numérique ( Central Bank Digital Currency , CBDC). Pourriez-vous expliquer les raisons derrière l’initiative de cette monnaie numérique ? Quels objectifs progressistes devait-elle servir ?

NDLR : Pour une analyse de l’expérience politique équatorienne menée sous Rafael Correa (2007-2017), lire sur LVSL notre entretien avec Guillaume Long, ex-ministre des Affaires étrangères : « Comment la Révolution citoyenne d’Équateur a été trahie »

Andrés Arauz – Cette aventure a commencé en 2009 alors que la crise financière mondiale faisait rage. Nous nous attendions à ce que l’économie équatorienne coule, avec une crise de la balance des paiements arrivant peu après. En tant que pays dollarisé, nous dépendons des flux de dollars – ils nous sont littéralement livrés en avion depuis le bureau de la Réserve fédérale à Miami. Nous avions peur qu’à cause de la crise, le flux de dollars soit gelé, alors mêmes que nos revenus d’exportation étaient en train de s’effondrer.

Tout d’abord, nous pensions qu’il nous fallait un moyen de paiement national. Et parce que nous étions dollarisés, nous savions qu’abandonner le dollar pour le remplacer par une monnaie nationale ne serait pas possible pour des raisons politiques. Comment faire, donc, pour accéder à des moyens de paiement nationaux sans que le dollar reparte à la hausse ?

De toute évidence, l’alternative était une monnaie électronique. À l’époque, nous l’appelions monnaie mobile, et elle était inspirée des expériences kényane et philippine. Nous avons ensuite décidé que cela ne pourrait pas être seulement un projet mené par les entreprises de télécommunications, et par conséquent, dans sa conception et sa régulation, elle devait faire partie d’un projet monétaire mené par notre Banque centrale.

La deuxième raison avait à voir avec l’économie politique du système de paiement lui-même. Il était clair pour nous que si nous donnions un compte à la Banque centrale à chaque citoyen d’Équateur, nous pourrions briser de nombreux monopoles nationaux du secteur bancaire privé. Cela permettrait aussi une inclusion financière massive à court terme. Ouvrir un compte à chaque citoyen était, d’une certaine manière, un effort pour modifier les relations entre les banques privées et le gouvernement.

La troisième raison avait trait à nos efforts politiques pour transformer et faire de la Banque centrale non plus une institution élitaire mais une institution populaire. Si la Banque centrale, tout d’un coup, commence à ouvrir des comptes pour tous les citoyens d’Équateur, qu’ils soient ruraux ou urbains, pauvres, riches, jeunes ou vieux, hommes ou femmes – l’inclusion financière des femmes est plus difficile – alors cela pourrait aider à démocratiser la Banque centrale. Si les citoyens commençaient à se poser des questions – « Qu’est-ce que c’est que ça, cette Banque centrale qui m’a donné un compte, déjà ? » -, alors ils commenceraient à parler de cette institution au dîner, en déjeunant dans la rue, dans le bus…

Le simple fait d’avoir cette discussion sur ce que la Banque centrale devrait améliorer, quelles régulations sont bonnes et lesquelles ne le sont pas, même les discussions plus critiques sur ce que l’État fait de leur argent et de leurs données – était pour nous un grand succès, car cette discussion mènerait inéluctablement à une nation plus démocratique. Finalement, la Banque centrale pouvait sortir de l’ombre, ne plus être l’institution des élites avec leur savoir exclusif, mais de citoyens normaux, avec leur savoir profane.

Evgeny Morozov L’Équateur est non seulement le premier pays à avoir développé une monnaie centrale numérique, mais sa Banque centrale a été la première à publier les standards de sa plateforme de monnaie numérique et à développer une interface de programmation [API] pour que les citoyens puissent développer de nouvelles solutions pour l’accessibilité financière dans les zones rurales, le transport, les applications internet, entre autres. Pourriez-vous nous parler de cette expérience et de ce qui l’a motivée ?

Andrés Arauz – C’était, peut-être, l’un des aspects les plus prometteurs du système de monnaie électronique que nous avons conçu en Équateur. Nous étions engagés, même si c’était difficile, à en faire un système ouvert d’innovation où la Banque centrale rendrait son interface de programmation disponible. Nous voulions que des développeurs, issus des universités, des entreprises etc., se connectent pour développer de meilleures innovations et plateformes, pour que la monnaie électronique puisse circuler dans tout le pays. Ce fut un succès. En quarante-huit heures, des équipes venues de tout le pays ont proposé quatorze prototypes, allant d’une monnaie électronique qui pourrait être utilisée par les citoyens avec un protocole de type USSD assez primitif pour transférer de l’argent par SMS à une application, pour payer son ticket de bus quotidien.

Il y avait d’autres exemples d’inclusivité, comme des plateformes pour les personnes handicapées, malvoyantes, qui pouvaient utiliser le système de paiement avec une aide audio. Et de nombreuses autres, y compris des initiatives pour les coopératives, etc. Donc, en quarante-huit heures, nous avons montré que le réservoir de talents disponibles était immense. Tout ce qu’il nous fallait faire était de rendre un bien public largement disponible par un API ouvert.

C’est ce qu’il faut faire si vous voulez avoir de vraies FinTech qui ne soient pas basées sur les privilèges ou dépendant de grandes banques. On ne devrait pas avoir des CBDC avec simplement une Banque centrale qui développe l’application, les protocoles, les systèmes de paiement. Je ne peux pas imaginer une Banque centrale qui aurait un bureau rempli d’agents chargés de clientèle essayant d’installer des services et des systèmes de point de vente sur chaque bus dans chaque pays. Il faut que ce soit un service ouvert de type plateforme, afin que de nombreux innovateurs et entreprises puissent s’y arrimer et profiter d’une plateforme universellement disponible.

Evgeny Morozov Selon vous, y a-t-il une chose que vous auriez dû faire différemment dans la conception de la monnaie numérique équatorienne ?

Andrés Arauz – Peut-être aurions-nous dû ajouter un aspect de crédit à ce système. C’est-ce qu’on appelle le nano-crédit, qui a une dimension encore plus petite que le micro-crédit ; cela revient concrètement à prêter à un citoyen 30 ou 50 ou 100 dollars, à rembourser à un terme indéfini – ce peut être 10 ans, 30 ans, 50 ans – et d’avoir ce nano-crédit disponible dans la plateforme électronique, de sorte que quand il y a besoin de créer de la monnaie, elle soit créée, et de la monnaie pourrait circuler dans ce système en tant que moyen de paiement. C’est une vraie alternative au système bancaire conventionnel.

La Banque de France (…) se place donc délibérément sous la hiérarchie de JP Morgan

Evgeny Morozov Vos premiers travaux saisissaient certaines des contre-dynamiques de nombreux processus qui étaient jusqu’alors célébrés de manière acritique. Les institutions en place, en particulier celles du système financier mondial, survivent à de nombreux défis auxquels leur hégémonie fait face. Comment évaluez-vous les premières réponses institutionnelles aux cryptomonnaies et ce qui les motive ?

Andrés Arauz – Tout d’abord, l’avènement du Bitcoin a changé le système de nombreuses manières radicales. Même s’il est rapidement devenu un instrument spéculatif, ses bénéfices considérables en termes de paiement sont toujours présents. Quelqu’un qui achète du Bitcoin en Thaïlande peut l’encaisser en monnaie domestique au Pérou sans toucher les grandes institutions bancaires. C’est un grand changement.

La dimension transfrontalière de ces paiements est la partie la plus critique. Le Bitcoin fait trembler les fondations du système existant au point que SWIFT s’inquiète de perdre son monopole sur les paiements transfrontaliers. SWIFT, bien sûr, est une coopérative possédée par les grandes banques privées. Ce système canalise la plupart des transactions transfrontalières mondiales, effectuées par les grandes banques correspondantes dans le monde, comme JP Morgan ou le Wolfsberg Group, qui est le groupe de treize banques d’envergure mondiale qui font des transactions internationales par le Conseil de stabilité financière.

NDLR : pour une analyse du système SWIFT, lire sur LVSL l’article d’Eugène Favier-Baron, Victor Woillet, Sofiane Devillers Guendouze et Yannick Malot : « SWIFT : une arme géopolitique impérialiste »

Si vous ajoutez à cette analyse une lecture géopolitique, vous constatez que le gouvernement des États-Unis et les régulateurs belges possèdent – pour aller vite – une connaissance totale des transactions transfrontalières. Une fois que vous créez une alternative, comme le Bitcoin ou d’autres cryptomonnaies, qui permettent des paiements internationaux qui ne sont pas enregistrés dans la base de données Swift, alors les pièces centrales du système capitaliste commencent à trembler. C’est la raison pour laquelle des alternatives comme TransferWise ou PayPal ont été créées ; on peut aussi penser aux initiatives philanthropiques comme la Better Than Cash Alliance, qui inclut entre autres Visa et MasterCard et qui vise à diminuer l’usage du liquide.

Les institutions internationales y donnent aussi beaucoup d’importance. La BCE porte l’alternative d’une monnaie numérique de Banque centrale mais JP Morgan avance que, puisqu’ils sont la plus grande banque en termes de transactions internationales, il vaudrait peut-être mieux avoir la JPM Coin (une monnaie privée émise par la banque) pour servir cette fonction. Il y a donc beaucoup d’initiatives en ce moment, mais elles constituent toutes une réponse au Bitcoin.

Evgeny Morozov Comment voyez-vous l’entrée d’entreprises comme Facebook dans cet espace ? Pensez-vous qu’il y ait toujours un avenir pour le Libra de Facebook – ou le Diem, son nouveau nom ? Ou bien ces efforts sont-ils en train d’échouer ?

Andrés Arauz – Je suis convaincu qu’il existe un avenir pour tout cela. Certains sont optimistes quant à la capacité de la société civile de vaincre Facebook. Ceci, toutefois, passe outre une question plus large : Diem est une tentative géopolitique, au nom des États-Unis, pour préserver l’hégémonie du dollar. Et si Facebook échoue, un autre – PayPal ou Google – le fera.

Les récentes auditions au Congrès montrent que les États-Unis ont besoin de trouver une solution face à la montée en puissance de la Chine. Des systèmes de paiement numériques chinois ont émergé avec succès, d’abord avec le soutien de capitaux privés mais progressivement re-centralisés dans une sphère dirigée par l’État. Cependant, l’internationalisation de ces instruments atteindra bientôt une échelle globale grâce aux FinTechs chinoises comme Alibaba, Baidu et Tencent. Facebook a l’outil pour s’y confronter et étendre l’hégémonie étasunienne : WhatsApp, qui est déjà une sorte de bien mondial, même s’il n’est pas public.

Evgeny Morozov Quelles autres considérations géopolitiques devrions-nous avoir à l’esprit si nous réfléchissons au futur des systèmes de paiement mondiaux ?

Andrés Arauz – Traditionnellement, la monnaie est organisée de façon hiérarchique, avec des banques qui ont des comptes chez d’autres banques qui ont elles-mêmes des comptes chez d’autres banques, et elles sont organisées hiérarchiquement autour du monde. Par exemple, les transactions entre gouvernements sont menées par les Banques centrales et presque chaque Banque centrale a un compte au Système fédéral de réserve. Donc, pour l’argent public, la banque de la Réserve fédérale de New-York est au plus haut sommet. L’argent privé a de « méga banques » au sommet : JP Morgan, HSBC, Santander, Citibank et d’autres.

Dans la conception originale de la hiérarchie monétaire, les institutions gouvernementales ; comme la Fed ou le FMI, ou bien la BCE, sont toujours au sommet. De nos jours, on voit d’étranges tendances. Par exemple, la Banque de France a récemment mené une expérience avec l’Autorité monétaire de Singapour et, au lieu qu’elles soient au sommet de la hiérarchie de leur transaction, elles ont traité avec du JPM Coin, un passif émis par JP Morgan. Elles se placent donc délibérément sous la hiérarchie de JP Morgan.

Plus haut vous vous situez dans la hiérarchie monétaire, plus vous avez de pouvoir géopolitique ; vous avez également le pouvoir financier de créer de la monnaie et de vous assurer que les gens mènent leurs transactions avec vos billets, passifs, titres ou tokens … La présence de JP Morgan au sommet nous en dit beaucoup à propos de l’équilibre des pouvoirs dans le monde actuel.

Evgeny Morozov Lors des élections présidentielles équatoriennes de l’année dernière, vous vous êtes opposé à la « Loi de privatisation de la Banque centrale », une réforme qui pourrait laisser le gouvernement sans réels outils pour alléger les dettes de l’économie nationale (principalement celles des ménages et entreprises locales). Cette loi a été promue un an après que l’Équateur a obtenu un accord de 6,5 milliards de dollars avec le FMI en échange de réformes structurelles. Pouvez-vous revenir sur le contexte de la mise en place de cette loi et sa signification ?

Andrés Arauz – Je vais vous répondre en évoquant l’architecture monétaire qui prévaut. Dans toute économie a minima souveraine, une Banque centrale se trouve au sommet ; en dessous, des banques privées, et ensuite des institutions plus modestes, régionales, rurales ou sectorielles. Encore en-dessous : des clients, des citoyens, particuliers ou entreprises qui ont des comptes dans ces institutions. Chacune d’elles, la petite ou la grande banque, a un compte à la Banque centrale, qui a aussi des comptes dans les banques internationales.

Quel est le contenu de cette loi ? Elle pose que l’argent du gouvernement équatorien – par exemple les fonds de la sécurité sociale ou les comptes des entreprises publiques – déposé à la Banque centrale aurait un statut inférieur aux comptes que les banques privées possèdent à la même Banque centrale. Cela voulait également dire que la monnaie que la Banque centrale avait à l’étranger devrait être destinée à l’usage des banques privées. En fait, la loi privatise le système de réserves internationales de l’Équateur, qui appartient à l’État.

La loi force le gouvernement à sacrifier tous ses bénéfices de l’exportation du pétrole, les devises étrangères qui entrent, afin de subventionner la fuite de capitaux du secteur privé. Cela a d’importantes conséquences. Pour l’économie dans son ensemble, le seul moyen d’assumer cette subvention permanente de la fuite des capitaux privés est de continuer à s’endetter. Et c’est pour cela que le prêt du FMI est le corollaire de cette politique de privatisation de la Banque centrale : les fonds du FMI seront utilisés pour payer la fuite des capitaux du secteur privé. Une Banque centrale plus hétérodoxe, alternative ou démocratique, comme celle que nous avions avant cette loi, tenterait de maintenir les liquidités dans l’économie nationale et de les recycler pour le bénéfice du peuple équatorien.

Evgeny Morozov Pensez-vous que les pays du Sud souhaitant échapper au consensus de Washington peuvent passer outre les CBDC ?

Andrés Arauz – Les CBDC sont un outil nécessaire pour tout pays en développement qui veut établir une forme de contrôle sur son économie. Le débat sur les caractéristiques technologiques des CBDC, bien qu’important, n’est pas le sujet principal.

Ce qui importe bien plus est la gouvernance de l’entité qui va gérer ces CBDC – c’est-à-dire la Banque centrale. La Banque centrale n’est-elle qu’une institution gérée par des banquiers privés ? Alors, laissez-moi vous dire ce qui va se passer : ce sera une plateforme liée aux comptes des grandes banques privées, puisque ce sont celles qui ont les capacités technologiques pour organiser une telle chose. Mais pour des CBDC qui aspirent à une approche alternative, plus hétérodoxe, il vous faut quelque chose de similaire à ce que nous avons fait en Équateur.

Au XXIe siècle, les Banques centrales, en tant qu’institutions publiques, devraient faire l’objet de discussions constantes autour de la manière dont elles rendent des comptes, de leur transparence, de leur architecture institutionnelle

Evgeny Morozov – Que pensez-vous de l’adoption du Bitcoin comme monnaie officielle au Salvador ?

NDLR : Lire sur LVSL l’article de Hilary Goodfriend : « Rien ne va plus au paradis salvadorien du Bitcoin »

Andrés Arauz – Le Bitcoin n’est qu’un vernis superficiel pour éviter de discuter de ce qu’il se passe vraiment là-bas.

Une innovation intéressante a été mise en place par le gouvernement : le portefeuille Chivo . Ce n’est pas qu’un projet libertarien, c’est un portefeuille universel, émis pas l’État, pour chaque citoyen. Il permet des transactions qui ne sont pas uniquement en Bitcoin, mais également en dollars américains, c’est-à-dire qu’il facilite un système d’échanges commerciaux au sein de l’économie nationale. Chivo tente de faire ce que l’on a fait en 2009, contourner le dollar américain pour les paiements intérieurs et le remplacer par des moyens de paiement électroniques nationaux…

Je suis sûr que de nombreux autres pays suivront dans ce sillage, parce que la pandémie en a forcé beaucoup à distribuer de la monnaie gratuite aux individus, comme des chèques aux États-Unis. D’un autre côté, comme la discussion autour d’un revenu de base universel gagne du terrain, beaucoup dépendra de la manière dont le gouvernement interagit financièrement et monétairement avec ses citoyens pour délivrer des subventions. Cela mènera inévitablement sur le chemin des CBDC. Et s’il y a un minimum de décence dans des pays comme l’Espagne, le Mexique ou le Brésil, l’option publique devrait être soulevée.

Evgeny Morozov – Il est rafraîchissant de vous entendre vous concentrer sur le portefeuille Chivo plutôt que sur le Bitcoin en tant que tel dans le système salvadorien. Beaucoup à gauche ignorent complètement le portefeuille et se concentrent sur la critique du Bitcoin…

Andrés Arauz – Nayib Bukele [ le président salvadorien NDLR] ne figure pas au nombre de mes alliés politiques. Mais je perçois les mérites de ce portefeuille. Bien qu’il puisse encore avoir des défauts, je comprends ce qu’il souhaite mener à bien. Il fait face à une pénurie d’échanges internationaux et doit être créatif, autrement il ne pourra pas continuer à faire tourner la machine. L’alternative serait de s’agenouiller et de supplier le FMI d’accorder un prêt, mais depuis quand est-ce une solution progressiste ?

Ainsi, je pense qu’il y a du mérite à tenter cette expérimentation : je vois une entreprise étatique qui est une alternative à celle des États-Unis. Le gouvernement Bukele a créé une subvention de 30 dollars pour inciter les citoyens à utiliser le portefeuille Chivo ; ils ont éliminé les frais bancaires et les amendes, placé ces distributeurs de monnaie partout dans le pays. Cela a de toute évidence ouvert la voie à l’innovation dans les pays progressistes, qui pourraient compléter ces expériences avec des interfaces de programmation ouvertes où les gens pourraient développer d’autres types d’initiatives autour de cette interface.

Evgeny Morozov Revenons à ce que vous disiez autour de la démocratisation des Banques centrales. Le gouvernement auquel vous avez participé en Équateur a hérité de l’ère néolibérale une Banque centrale indépendante. Cependant, votre gouvernement ne concevait pas l’action de la Banque centrale comme neutre, bien au contraire. Vous avez souhaité ouvrir ces enjeux à la discussion et faire délibérer la population à propos de son rôle…

Andrés Arauz – Absolument, nous étions parfaitement conscients que l’indépendance et l’autonomie des Banques centrales était une construction néolibérale, qui en a fait une institution élitaire au service du capital financier – et plus spécifiquement du capital financier international. Nous étions sortis de la crise financière de 1999, dans laquelle un tiers du système bancaire avait coulé ; il était détruit et les banquiers s’enfuyaient avec l’argent des gens qu’ils mettaient sur des comptes offshore à Miami et ailleurs.

Ainsi, la Banque centrale n’était pas l’institution la plus appréciée. Au contraire, elle était vue comme une complice des banquiers corrompus. Nous avons donc fait de notre mieux pour réduire l’indépendance de la Banque centrale et en faire une composante centrale du pouvoir exécutif, en en faisant une institution démocratique, qui rendrait des comptes.

Mais nous voulions aussi en faire une force pour la démocratisation du système financier. Notre initiative pour la monnaie électronique était une tentative de démocratisation du système de paiement national. Quand j’ai travaillé pour la première fois à la Banque centrale, les banques avaient accès à ce système de paiement. Nous l’avons ouvert et rénové pour que près de 400 coopératives, caisses populaires et petites institutions rurales puissent directement avoir un compte à la Banque centrale. Notre pari était qu’à long terme, la Banque centrale deviendrait une force pour réguler le capital et mettre en place un nouvel ensemble d’institutions autour de l’argent public : en d’autres termes, une économie alternative socialiste qui promouvrait la vision du Buen Vivir (bien vivre) qui est inscrite dans notre constitution.

Evgeny Morozov Vos remarques offrent un contraste intéressant avec la manière dont beaucoup de « crypto-enthousiastes » pensent le rôle des Banques centrales. Il semble qu’ils aient identifié certains des nombreux problèmes du modèle néolibéral. Mais au lieu de le soumettre à une forme de contestation démocratique et de délibération citoyenne, ils portent des solutions individualistes. Les « crypto-enthousiastes » ont certainement permis une forme de délibération autour de ces questions, mais on est bien loin de la contestation politique de la finance que vous esquissiez…

Andrés Arauz – J’ai de la sympathie pour la critique des Banques centrales en général parce que dans le monde, les Banques centrales ont été conçues comme des institutions du néolibéralisme et les gardiennes des privilèges du capital financier et des banquiers privés. Et je suis sympathisant d’une alternative technologique ou technique construite pour les éviter et les contourner entièrement.

Néanmoins, ce que nous savons tous est qu’à la fin, le système de la monnaie fiduciaire sera toujours là. Même la dimension spéculative de la cryptosphère est ancrée au système de la monnaie fiduciaire, par exemple quand vous échangez des cryptomonnaies pour des dollars, des euros ou une autre monnaie locale de votre choix : vous devez interagir avec les banques conventionnelles et le système des Banques centrales.

Au XXIe siècle, les Banques centrales, en tant qu’institutions publiques, devraient faire l’objet de discussions constantes autour de la manière dont elles rendent des comptes, de leur transparence, de leur architecture institutionnelle ; répondent-elles à des intérêts privés ? Qui sont ceux qui y travaillent ? Leurs choix sont-ils au bénéfice de la majorité de la population ? Et ainsi de suite. Les ignorer totalement est un très mauvais pari. Nous devons construire une large alliance de mouvements populaires, alternatifs, partants de la base, autour de la monnaie et de la finance, avec des alternatives technologiques, mais nous ne pouvons pas ignorer l’importance radicale que possèdent les Banques centrales dans toute économie.

Evgeny Morozov Quelles formes alternatives de Banques centrales peut-on concevoir ?

Andrés Arauz – Nous devons entrer au cœur du système et le combattre. Récemment j’étais à un séminaire, invité par l’Assemblée constituante du Chili, pour discuter de ce qu’ils devraient faire à propos de la Banque centrale. C’est une discussion tabou : il s’agissait presque d’une réunion secrète, parce que les militants craignent de parler de changer la Banque centrale, comme s’il s’agissait d’une institution de l’ombre dont personne ne pourrait discuter.

Pourquoi s’en tenir au récit majoritaire selon lequel c’est uniquement par les experts que ses paramètres et ses normes devraient être établis, à Bâle ou à Washington ?

Je pense que l’on peut démocratiser la Banque centrale sans affecter la stabilité macroéconomique ou la valeur de la monnaie. Et le faire libérera des leviers, pour permettre aux gens ordinaires de vivre décemment.

  • Le chevron_right

    Présidentielle : vers un clivage liberté / sécurité sanitaire ?

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Monday, 10 January - 21:03 · 12 minutes

À l’automne dernier, on pensait la crise sanitaire enfin terminée grâce à la vaccination quasi-générale. Mais voilà que le sujet est une nouvelle fois revenu sur le devant de la scène à la suite des déclarations du chef de l’État et des débats autour du passe vaccinal. En choisissant de cliver autour du vaccin, Emmanuel Macron espère serrer les rangs derrière lui et affaiblir ses adversaires politiques, quitte à faire monter encore le niveau de tension. Si cette stratégie peut fonctionner, elle n’en demeure pas moins fragile, à condition pour les opposants de proposer un plan alternatif face au virus.

Après plus d’un an de confinements et de couvre-feux à répétition, puis six mois de vie contrainte au passe sanitaire, la patience des Français n’a pas cessé d’être mise à l’épreuve. Mais, bon an, mal an, la crise sanitaire semblait progressivement s’éloigner il y a encore un mois. En témoignait la campagne présidentielle, centrée autour d’enjeux plus traditionnels : identité, pouvoir d’achat, environnement, sécurité… Jusqu’à ce que le variant Omicron ne se propage et que le gouvernement ne décide de renforcer encore la pression sur ceux qui refusent les injections régulières de vaccin.

Dans un contexte de crise de nerfs provoquée par la cinquième vague, les quelques millions de non-vaccinés, d’ores-et-déjà fortement hostiles à Emmanuel Macron, étaient une cible parfaite.

Sur fond de records de contaminations, la tension politique est fortement montée à partir de l’annonce, au début des vacances de Noël, de la transformation du passe sanitaire en passe vaccinal et de la réduction de la durée entre les doses de vaccin. À la rentrée, les débats houleux à l’Assemblée nationale et les déclarations du président de la République, annonçant vouloir « emmerder » les non-vaccinés « jusqu’au bout » et considérer que « les irresponsables ne sont plus des citoyens », ont achevé de polariser le débat politique autour des questions sanitaires. Désormais, il est vraisemblable que l’élection présidentielle doive en grande partie se jouer sur cet enjeu.

Le « camp de la raison » contre les complotistes ?

Comme cela a été remarqué par la plupart des observateurs de la vie politique, les propos du chef de l’État ont été mûrement réfléchis. En effet, dans un contexte de crise de nerfs provoquée par la cinquième vague, les quelques millions de non-vaccinés, d’ores-et-déjà fortement hostiles à Emmanuel Macron, étaient une cible parfaite. Une bonne partie de l’électorat, principalement les plus âgés, les voient en effet comme les responsables des contaminations et de la surcharge des hôpitaux. En focalisant l’attention sur cette minorité de citoyens, le gouvernement réalise d’ailleurs un autre coup politique : éviter d’aborder la question de la destruction de l’hôpital, du caractère liberticide des mesures prises au nom de la santé et des nombreux ratés et mensonges qui ont caractérisé sa « stratégie » depuis deux ans.

Sur le fond, l’opprobre quotidienne des non-vaccinés n’a pourtant pas lieu d’être. D’abord, en ce qui concerne les contaminations, les vaccinés propagent tout autant le virus que les non-vaccinés, d’autant plus que ces derniers sont déjà largement exclus de la vie sociale. Par ailleurs, si des centaines de milliers de personnes sont testées positives chaque jour, les formes graves sont beaucoup moins fréquentes qu’auparavant, à la fois en raison du vaccin et de la dangerosité bien plus faible du variant Omicron. Comme le soulignait par exemple récemment le journaliste David Pujadas , alors même qu’Omicron se diffuse tous azimuts, les décès et les réanimations augmentent peu, tandis que la durée d’hospitalisation chute. Enfin, comme l’expliquent de nombreux soignants, la surcharge des services de santé était antérieure au Covid et s’explique surtout par les politiques d’austérité et le manque de personnel, phénomène qui s’est singulièrement aggravé ces derniers mois. Dès lors, si les non-vaccinés sont évidemment plus susceptibles de finir à l’hôpital, il s’agit là d’un risque personnel et les accuser d’être les seuls responsables de l’engorgement des hôpitaux est tout à fait mensonger.

Ces éléments permettent d’ailleurs de comprendre la position du gouvernement sur l’obligation vaccinale. Après tout, si les non-vaccinés sont si dangereux, pourquoi ne pas rendre le vaccin obligatoire ? À cette question, les macronistes rétorquent que les sanctions seraient trop compliquées à mettre en œuvre, ce qui rendrait la mesure inopérante en pratique. Or, au regard de la grande créativité en matière de mesures répressives durant ce quinquennat, des appels odieux à refuser de soigner les non-vaccinés ou encore des amendes bientôt en vigueur pour ces derniers en Grèce (100 euros/mois) et en Autriche (600 euros tous les trois mois) , cette réponse paraît peu convaincante.

Le pouvoir a besoin des non-vaccinés, du moins jusqu’à l’élection présidentielle.

Ainsi, tout porte à croire que le pouvoir en place a besoin des non-vaccinés, du moins jusqu’à l’élection présidentielle. La stratégie mise en place actuellement rappelle d’ailleurs celle observée durant le mouvement des gilets jaunes, où Emmanuel Macron avait focalisé l’attention sur les violences d’une infime minorité de casseurs pour justifier la répression et éviter de répondre aux demandes de justice fiscale et de démocratie directe, populaires dans l’opinion. Comme il y a trois ans, l’usage d’un vocabulaire très violent et l’instauration de mesures qui accroissent la colère (répression policière à l’époque, passe vaccinal aujourd’hui) permet d’envenimer la situation afin que des violences décrédibilisent les contestations et permettent au Président de se poser en chef du parti de l’ordre. Et qu’importe si cela conduit à des menaces de mort sur des parlementaires ou à des attaques contre des pharmacies ou des centres de vaccination…

Des oppositions désemparées ?

En plus de servir d’écran de fumée pour cacher l’état de l’hôpital, le passe vaccinal vise également à fracturer les oppositions. En effet, étant donné que son socle électoral est faible, Emmanuel Macron a besoin d’affaiblir autant que possible ses concurrents pour la présidentielle. Or, si les électeurs macronistes soutiennent à une large majorité le passe vaccinal ( 89% selon un sondage IFOP conduit les 4 et 5 janvier ), ce n’est guère le cas chez les autres formations politiques. De manière générale, deux groupes émergent : celui des électeurs socialistes et républicains, plutôt en accord avec la politique actuelle (respectivement 71% et 72% pour le passe vaccinal), et celui des électorats de la France Insoumise (opposé à 72%) et du Rassemblement National (contre à 58%), qui rejettent majoritairement le passe. Quant à EELV, les enquêtes d’opinion indiquent une très forte division sur le sujet, avec environ 50% des sympathisants de Yannick Jadot dans chaque camp.

En semant la zizanie, Emmanuel Macron semble avoir réussi à torpiller la candidature de Valérie Pécresse, qui vise le même électorat que lui.

À ce titre, les débats enflammés à l’Assemblée nationale ont permis d’observer la difficulté dans laquelle se trouvent les oppositions . Ainsi, le groupe socialiste, qui défend depuis plusieurs mois l’obligation vaccinale, s’est retrouvé très fracturé lors du vote : 7 de ses députés ont voté pour, 10 ont voté contre et 3 se sont abstenus. De même, alors que Valérie Pécresse avait déclaré que son parti « ne s’opposerait pas au passe », les votes des députés LR se sont dispersés en trois blocs quasi-équivalents : 28 pour, 24 contre et 22 abstentions. Des divisions internes qui promettent de durer avec l’examen de la loi au Sénat, qui s’ouvre lundi 10 janvier, où la droite est majoritaire, et suite à la proposition du député LR Sébastien Huyghe d’instaurer une « franchise médicale particulière pour les non-vaccinés ». En semant la zizanie, Emmanuel Macron semble donc avoir réussi à torpiller la candidature de Valérie Pécresse, qui vise le même électorat, plutôt âgé et aisé, que lui.

Si cette opération de déstabilisation a bien fonctionné auprès des deux partis historiques, la France Insoumise et le Rassemblement National ont eux clairement choisi l’opposition au passe. Toutefois, alors que les députés insoumis se sont illustrés par des propositions alternatives en matière sanitaire (grand plan pour l’hôpital public, gratuité du masque FFP2, installation de purificateurs d’air et de capteurs CO2 dans les écoles…), le parti de Marine Le Pen s’est contenté de dénoncer la politique gouvernementale sans proposer une autre voie. Des nuances complètement ignorées par la majorité LREM, qui a immédiatement accusé les deux partis d’irresponsabilité et de sympathie à l’égard des antivax, sans preuves à l’appui. Le discours du gouvernement est donc désormais bien rodé : selon eux, La République en Marche représente le camp de la raison scientifique, tandis que ses adversaires sont soit trop divisés pour pouvoir prétendre gouverner le pays, soit caractérisés par un complotisme qui les décrédibilise quasi-immédiatement.

Une stratégie payante ?

Cette tactique sera-t-elle efficace pour remporter l’élection ? Il est encore trop tôt pour le dire. Selon les sondages, le passe vaccinal partage aujourd’hui la population française en deux moitiés égales, l’une opposée, l’autre favorable. Si des différences apparaissent suivant le secteur d’activité (les commerçants et artisans étant largement opposés au passe) ou le niveau d’éducation (les diplômés du supérieur y étant plus favorables que les autres), la position des Français sur le passe, et plus généralement les mesures « sanitaires », dépend surtout de l’âge. Ainsi, d’après un sondage de IFOP , seuls un tiers (33%) des 18-24 ans sont favorables au passe vaccinal, contre 69% des 65 ans et plus, avec une hausse corrélée à l’âge pour les tranches intermédiaires. Cet impact déterminant de l’âge, également visible dans une enquête sur la réaction des Français aux propos du Président à l’égard des non-vaccinés , s’explique assez facilement : les plus âgés, plus menacés par le virus, ont tendance à approuver une mesure présentée comme protectrice, alors que les jeunes, qui courent moins de risques et ont une vie sociale plus intense, se considèrent plus facilement « emmerdés ».

Or, malgré de multiples tentatives de communication pour séduire les jeunes (vidéo avec McFly et Carlito, compte TikTok, affiches à la Netflix…), Emmanuel Macron mise avant tout sur le vote des retraités, chez qui l’abstention est faible et la demande de stabilité et d’ordre élevée. Dès lors, la stratégie du gouvernement semble très bien calibrée pour attaquer Valérie Pécresse, dont l’électorat est en grande partie composé de personnes âgées. À l’inverse, la position de la France insoumise, outre qu’elle s’articule autour du primat de la liberté sur la sécurité, peut aussi se lire comme une tentative de séduction des jeunes, chez qui Jean-Luc Mélenchon réalise généralement ses meilleurs scores. Pour les autres candidats, la gêne que suscite ce clivage liberté/sécurité sanitaire les conduit à changer de thématique, en espérant mettre leurs enjeux favoris au centre du débat. C’est notamment le cas d’Éric Zemmour, qui, bien qu’opposé aux mesures actuelles , reste très silencieux sur le sujet, préférant parler d’islam, d’immigration ou d’identité. Comme il l’a récemment déclaré à des militants , le candidat d’extrême-droite y voit en effet « un piège d’Emmanuel Macron » afin de « voler l’élection ».

Étant donné combien la population est partagée entre les opposants aux mesures et les inquiets du Covid, seul un discours global sur une politique alternative de santé publique sera en mesure de convaincre largement.

Plus généralement, s’il est maintenant certain que l’enjeu sanitaire sera au cœur de cette campagne présidentielle, la perception des Français sur la crise sanitaire devrait encore évoluer fortement dans les trois prochains mois. Les records de contamination finiront-ils par démontrer l’inefficacité du passe à ceux qui le voyaient comme un bon outil ? Le fait qu’une grande partie de la population aura été touchée par le virus sans formes graves conduira-t-elle à relativiser sa dangerosité ? Quel pourcentage de vaccinés refuseront la troisième dose ? La stratégie du tout-vaccin sera-t-elle remise en cause au profit d’une panoplie de mesures, mobilisant notamment les récents traitements développés contre le Covid ? Autant de questions qui se poseront inévitablement et dessineront d’autres clivages que celui que le gouvernement cherche à instaurer en fonction du statut vaccinal.

Ainsi, il est possible que le calcul du gouvernement se retourne contre lui d’ici les élections d’avril, si les électeurs réalisent que les mesures mises en place, et en particulier le passe vaccinal, n’ont qu’une très faible plus-value sanitaire. Et s’il est encore trop tôt pour dire quel candidat bénéficierait le plus d’un tel retournement de situation, il est certain que, pour rassembler une majorité, les différents partis en compétition devront éviter toute action ou parole qui puisse les faire passer pour des antivax, faute de finir avec un score similaire à celui de Florian Philippot. Par ailleurs, étant donné combien la population est partagée entre les opposants aux mesures et les inquiets du Covid, seul un discours global sur une politique alternative de santé publique sera en mesure de convaincre largement. Avec 70% des Français estimant que le Ségur de la santé n’a pas été suffisant (contre seulement 17% qui pensent l’inverse), la question de l’avenir du service public hospitalier constitue par exemple un angle d’attaque pour la gauche face aux tenants de l’austérité et de l’immigration zéro. Voilà peut-être la ligne politique permettant de réunir enfin la protection des libertés fondamentales et l’impératif de santé publique.

  • Le chevron_right

    Quand le capitalisme se rêve un destin cosmique

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Saturday, 8 January - 06:35 · 16 minutes

Nous ne partagerons plus le ciel des siècles passés. Si l’âge spatial est parvenu à conserver le spectacle de la voûte céleste pendant plus de soixante ans, l’occupation humaine de la banlieue terrestre change profondément de visage depuis trois ans : le lancement des méga constellations de satellites démultiplie le nombre d’objets en orbite basse, au grand dam des astronomes et de la préservation de l’environnement spatial. Derrière cet arbre, une forêt d’industriels et de gouvernements se préparent à étendre leurs intérêts commerciaux et stratégiques dans l’espace.

La menace des méga constellations

Les chiffres sont vertigineux. Alors que seuls 378 satellites rejoignaient leur orbite en 2017 et 375 en 2018, pour atteindre le chiffre de 2063 satellites actifs en 2019, une augmentation brutale est survenue depuis. En 2020, 1 283 satellites sont lancés dans l’espace, et plus de 1800 en 2021, selon l’ Outer Space Objects Index . Le nombre de satellites actifs dépasse ainsi les 5000 fin 2021. En deux ans, le nombre de satellites a plus que doublé. Ramené à 2010, leur nombre a presque quintuplé et cette augmentation n’est pas près de s’arrêter.

Deux raisons majeures expliquent ce tournant. La première est technique : le développement des petits satellites CubeSat permet de lancer de maximiser le nombre d’objets envoyés par lancement. Plusieurs dizaines de satellites peuvent rejoindre leur orbite en un seul envoi. Cependant, la raison principale est de nature économique : plusieurs grandes entreprises du spatial se sont lancés dans l’aventure des méga constellations.

Derrière ce nom grandiloquent se cache le déploiement de dizaines de milliers de petits satellites de communication évoluant en orbite basse et censés apporter Internet à toute la population du globe. À la manœuvre se trouvent les hommes les plus riches de la planète. La constellation la plus avancée est sans conteste Starlink , portée par Elon Musk et offrant déjà des abonnements grâce à ses plus de 1 600 satellites. Malgré quelques déboires, OneWeb , propriété de Sunil Mittal et du gouvernement britannique au sein d’un consortium public-privé, tente de suivre avec ses plus de 300 satellites lancés sur un total prévisionnel de 648. En revanche, Jeff Bezos est en retard, puisque son projet de méga constellation Kuiper n’a toujours pas quitté terre, malgré les succès récents de son entreprise Blue Origin dans le tourisme spatial. On peut compter également sur le Canada avec Telesat (298 satellites actifs, 1671 prévus en totalité), le projet chinois Guowang , ou les récentes demandes d’autorisation envoyées par Astra (pour 13 620 satellites) et Hughes Net (1 440 satellites) auprès de l’ US Federal Communications Commission, e n novembre 2021.

L’ère des méga constellations n’en est qu’à ses balbutiements : Starlink prévoit la mise en orbite de 12 000 satellites d’ici 2025 et 40 000 à terme, tandis que la Chine veut envoyer 13 000 satellites en orbite basse. Si tous ces projets devaient aboutir, 80 000 satellites orbiteraient autour de la Terre en 2050, soit une multiplication par 40 par rapport à 2019. En comptant sur une durée de fonctionnement de 5 à 7 ans pour un satellite Starlink , le rythme des lancements va lui aussi considérablement augmenter dans les décennies à venir.

Les astronomes se sont émus de la situation : les observations terrestres sont compromises par l’occupation toujours plus dense de l’orbite basse et le nombre de lancements attendus chaque année pour renouveler la flotte. La communauté scientifique a d’abord tenté d’en appeler à Elon Musk, lequel a estimé que de telles observations allaient devenir obsolètes et ne méritaient pas de remettre en cause son grand projet – apporter Internet à toute l’humanité et devenir le premier trillionnaire de l’histoire – avant d’accepter de réduire la pollution lumineuse de ses satellites, sans grands résultats. Les scientifiques ont alors lancé un appel en janvier 2020 demandant la suspension des lancements . En vain. Cet accroissement vertigineux est également une source de danger pour l’avenir du secteur spatial : plus le nombre de satellites augmente, plus le risque de collision est grand. En l’espace de deux ans, le nombre de rencontre « rapprochées », soit le passage de deux satellites à 1 km ou moins de distance, est passé d’environ 1 000 à l’été 2019 à plus de 3 500 à l’été 2021. À eux seuls, les satellites Starlink sont à l’origine de 60% de ces rencontres selon Hugh Lewis, astrophysicien à l’Université de Southampton.

Si les méga constellations devaient atteindre les tailles escomptées, un opérateur de 50 satellites recevraient 300 alertes par semaine selon Siemak Heser, PDG de l’entreprise Boulder spécialisée dans les systèmes de trafic par satellite, occasionnant des coûts de carburant, de temps et d’argent pour déplacer les satellites et éviter les collisions. L’ European Space Agency (ESA) en a déjà subi les conséquences, puisque le 2 septembre 2019, elle devait manœuvrer son satellite Aeolus pour lui éviter une collision avec un satellite Starlink . L’agence européenne déplora l’absence de réactivité de l’entreprise nord-américaine et son refus de changer de trajectoire. . La Chine a également accusé les satellites du milliardaire états-unien d’avoir mis en péril la station spatiale chinoise en construction, obligeant les autorités chinoises à la manœuvrer afin d’éviter des accidents en juillet et en octobre 2021.

Plus grave encore, les collisions dans un tel contexte risqueraient d’enclencher le syndrome de Kessler, du nom de l’astrophysicien états-unien qui l’a théorisé dès 1978. Dans ce scénario catastrophe, une collision entre deux satellites, suscitée par la saturation de l’orbite basse, produirait des débris qui à leur tour causeraient de nouvelles collisions, jusqu’à rendre inutilisable l’orbite basse et mettre en péril l’ensemble du secteur spatial.

La gestion des débris est un serpent de mer depuis plus de 20 ans, sans solution durable. La situation est alarmante. Selon les estimations de l’ESA, 5 400 débris de plus de 1 mètre, 34 000 de plus de 10 cm, 900 000 de plus de 1 cm et 128 millions de débris de plus de 1 mm sont en orbite, sachant que tous présentent une menace pour les objets et les astronautes envoyés dans l’espace. Qui plus est, en dessous des 10 cm, ces débris sont indétectables. Ainsi, la Station spatiale internationale a récemment été touchée : en mai 2021, le bras mécanique Canadarm 2 était transpercé par un débris.

Devant un tel défi, aucune solution durable n’émerge. Les tentatives juridiques n’ont pas dépassé le stade des recommandations et des guides de bonne pratique, que ce soit par les agences spatiales dès les années 1990, ou des organisations internationales telle l’ Inter-Agency Space Debris Coordination Committee dont le travail fut validé en 2007 par le Comité des Nations Unies pour l’utilisation pacifique de l’espace extra-atmosphérique. Pour autant, aucun traité international contraignant n’impose le respect de l’environnement spatial.

Les solutions techniques recommandées par la s oft law spatiale reposent sur le désorbitage des satellites hors service, c’est-à-dire leur renvoi dans l’atmosphère pour ne plus encombrer les orbites, l’installation de capacités de manœuvre et la diminution des débris lors des lancements. Cependant, elles ne sont pas respectées par l’intégralité des acteurs du spatial 1 .

Quand bien même ces préconisations seraient imposées au secteur, la situation resterait préoccupante puisque c’est bien l’augmentation phénoménale du nombre de satellites qui interroge. Ces solutions techniques pourraient même participer au problème puisqu’adoptées, elles justifieraient une augmentation toujours plus grande des lancements. Derrière le solutionnisme technologique 2 caractéristique d’un secteur dominé par les ingénieurs, le menace de l’ effet rebond risque de condamner l’accès à l’espace si aucune solution internationale, juridique et contraignante n’est trouvée.

Le capital à l’assaut de l’espace

Le cas des méga constellations est emblématique de l’évolution actuelle du secteur spatial. Alors que le lancement de dizaines de milliers de satellites menace le développement de l’exploration spatiale et l’avenir de l’astronomie terrestre, la volonté de grandes entreprises l’emportent sur toutes autres considérations. Les risques pesant sur l’environnement spatial et l’appropriation du ciel par les grands intérêts économiques contrastent péniblement avec les paroles lénifiantes prononcées par ces mêmes industriels à la COP 26.

L’assaut des entreprises spatiales est remarquable depuis une quinzaine d’années. Dès 2009, Planetary resources faisait sensation : l’entreprise états-unienne fondée entre autres par Eric Schmidt et Larry Page, respectivement directeur général et co-fondateur de Google (avant que Page ne succède à Schmidt), entendait préparer la future exploitation des ressources spatiales, notamment minières. Elle est rachetée en 2018 par ConsenSys qui abandonne ces projets. Deep Space Industries , créée en 2013, nourrit les mêmes desseins avant d’être rachetée par Bradford Space en 2019 qui maintient les recherches en la matière.

Les grands majors du secteur lorgnent également sur la promesse d’une nouvelle ruée vers l’or spatial : Jeff Bezos défend ainsi la « Grande inversion ». Lors du 32 e Space Symposium tenu à Colorado Springs en avril 2016, il déclarait : « A un moment dans le futur, nous commencerons à profiter des matériaux utiles éparpillés dans l’espace. […] Finalement, la Terre peut devenir un espace de résidence et d’industrie légère, et nous pouvons envoyer toute notre industrie lourde en dehors de la planète, à la place qu’elle devrait occuper. » De l’autre côté de la planète, les industriels japonais ont envoyé un rapport au gouvernement intitulé Lunar Industry Vision. Toward the Planet 6.0 Era dans lequel ils défendent la création d’un « écosystème industriel lunaire » . La troisième recommandation de ce rapport signale l’ennemi à abattre : le droit international de l’espace. En effet, les industriels invitent le gouvernement à « développ[er] un cadre réglementaire permettant d’accélérer l’investissement privé en direction des activités commerciales lunaire ».

Or, le texte fondateur du régime juridique cosmique : le Traité de l’espace ratifié en 1967, reste ambigu quant à la légalité de telles activités. En effet, son article 1 proclame l’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les corps célestes, « apanage de l’humanité ». Les débats de l’époque, s’appuyant sur le Traité de l’Antarctique de 1959 et le statut de la haute mer, conçoivent l’espace comme res communis omnium : non pas res nullius susceptible d’appropriation mais « bien commun de tous », dont l’utilisation nécessite une coordination internationale. Cependant, la voie tracée par le Traité de l’espace n’a pas abouti à la création d’une instance de coordination internationale, ne laissant à l’humanité qu’une promesse inachevée.

Pour autant, seule l’alliance entre gouvernements et industriels autorisent l’évolution actuelle. Selon le Traité de l’espace, l’État de lancement est responsable des activités menées dans l’espace 3 . C’est la raison pour laquelle, en dépit de la liberté d’accès et d’utilisation de l’espace, tout projet d’activités spatiales doit d’abord être validé par des autorités gouvernementales qui en assument la responsabilité légale sur le plan international.

Plusieurs gouvernements entendent profiter de l’aporie juridique autour de la commercialisation des ressources spatiales pour développer le secteur industrialo-spatial, en défendant une réinterprétation du Traité de l’espace. Dès 2015, le Space Act signé par Barack Obama autorise les ressortissants états-unien à s’approprier les ressources de l’espace afin de les commercialiser. Le texte de loi prétend pourtant respecter le Traité de l’espace, malgré son article 2 qui stipule que l’espace « ne peut faire l’objet d’appropriation nationale par proclamation de souveraineté, ni par voie d’utilisation ou d’occupation, ni par aucun autre moyen. » D’où l’on voit les limites des actes performatifs, qui cachent bien mal une réécriture unilatérale du droit de l’espace.

Les États-Unis ont ouvert une brèche dans laquelle se sont engouffrés plusieurs pays depuis. Le Luxembourg espère devenir le port de l’espace en Europe. Ce petit pays lance son grand projet en juillet 2017 avec la loi sur l’exploration et l’utilisation des ressources de l’espace, qui autorise l’appropriation des ressources spatiales dès son premier article. Les Emirats-Arabes-Unis emboîtent le pas en décembre 2019 suivis par le Japon en juin 2021 4 .

À ces prétentions unilatérales s’ajoutent les Accords Artemis , ouverts à la signature par les États-Unis aux pays souhaitant participer aux missions Artemis. Leur ambition est de ramener les humains sur la Lune et de préparer la création d’une base lunaire permanente d’ici la fin de la décennie. Depuis octobre 2020, treize pays ont rejoint Washington dans cette aventure qui porte un nouveau coup de semonce au droit international de l’espace, puisque la section 10, intitulée « Space resources », reproduit cette contradiction d’une extraction et d’une utilisation de ressources spatiales qui ne constitueraient pas une appropriation nationale. Mise en parallèle avec l’autorisation de commercialisation défendue dans les législations nationales récentes, il est clair que ces accords encouragent le développement d’une industrie spatiale et extractiviste.

Vers l’impérialisme cosmique

Doit-on déplorer cette évolution ? Après tout, l’exploration spatiale semble profiter de ce nouvel élan alors que les gouvernements investissent à nouveau dans le secteur et que la machine à rêver est relancée. Les fantasmes d’espace refleurissent, ce dont témoignent les nombreux films et séries qui lui sont dédiés : Interstellar , Startrek , Gravity , For All Mankind et tant d’autres. Thomas Pesquet suscite un engouement réel en France, tandis que les astronautes et taïkonautes attirent les regards et que l’on s’interroge sur l’identité de la première femme à bientôt poser le pied sur la Lune. Les projets démesurés d’un Elon Musk achèvent ce tableau en promettant bientôt la colonisation de Mars.

Cependant, derrière l’exploration spatiale, les enjeux stratégiques ont toujours occupé une place prépondérante. Jusque-là, en raison du Traité de l’espace, ces activités restaient cantonnées aux projets secrets, à l’espionnage et aux soutiens tactiques. Pourtant, une rupture nette a accompagné les nouvelles ambitions économiques : la guerre ouverte s’est invitée au cœur de l’espace. Ainsi, Donald Trump a ajouté une nouvelle branche aux armées : la Space Force en 2019, tandis que la France a complété ses forces et institué une Armée de l’air et de l’espace dotée d’un haut-commandement de l’espace. La destruction récente par les Russes d’un ancien satellite à l’aide d’un missile, le 15 novembre 2021, s’inscrit dans une logique de démonstration de force déjà ancienne : la Chine détruisait un satellite en 2007, les États-Unis en 2008 et l’Inde en 2019.

La création de branches armées dans l’espace rompt avec le principe de l’utilisation pacifique de l’espace, stipulé dans l’article 4 du Traité de 1967 : « Tous les États parties au Traité utiliseront la Lune et les autres corps célestes exclusivement à des fins pacifiques. » Si le droit international ne dispose pas d’autorité coercitive et n’est pas toujours respecté, il constitue cependant un terrain de dialogues entre États. Il pose les règles du jeu et définit la norme à partir de laquelle mesurer les écarts et manquements. En considérant désormais l’espace comme un champ de bataille parmi d’autres, justifiant la création d’armées spécifiques, les États font bouger la norme internationale sur une pente dangereuse, qui pourrait conduire à terme à abandonner l’article 4 du Traité de l’espace.

Il n’est certainement pas anodin que les États modifient leur conception stratégique de l’espace au moment où des projets économiques d’envergure obtiennent un cadre juridique escompté. S’il n’avait été question que d’installations scientifiques sur la Lune intégrées à des missions internationales, on aurait pu s’attendre à un certain immobilisme stratégique. Or, il s’agit plutôt d’accompagner et de protéger les intérêts économiques projetés par les États et les industriels.

Ainsi, les Accords Artemis prévoient la création de « Zones de sécurité » : ces espaces permettront aux États de s’assurer un certain contrôle sur les parcelles occupées par leur activité économique – sans préciser l’étendue de ces zones de sécurité, leur durée ni même leur définition exacte. Il est même entendu que leur nature et leur existence évolueront dans le temps. D’aucuns ont dénoncé une rupture du deuxième article du Traité de l’espace instaurant la non-appropriation de l’espace, tel le directeur de Roscosmos dénonçant une « invasion » de la Lune sur twitter en mai 2020.

Les appétits privés de grands industriels se combinent aux enjeux énergétiques stratégiques des gouvernements. La Lune est riche en hélium-3, un gaz léger et non-radioactif qui pourrait participer à l’avènement de la fusion nucléaire sur Terre. Si les possibilités réelles offertes par l’hélium-3 continuent de faire débat parmi les scientifiques, les États anticipent dès à présent cette manne potentielle : la Chine aurait notamment lancé Chang’e 4 en décembre 2018 afin de déterminer les quantités de cette ressource lunaire, jugée capitale pour l’avenir 5 .

Le général John Raymond, à la tête de la Space Force , est encore plus explicite : dans son discours officiel du 29 septembre 2020, le militaire envisage l’avenir des intérêts états-uniens dans l’espace. Colonisation et industrie lunaire sont à l’ordre du jour, et de tels enjeux économiques nécessitent la protection de l’armée. L’espace deviendra ainsi la future frontière militaire, tandis que devront circuler des patrouilles spatiales. Un an plus tard, le 21 septembre 2021, les mêmes scénarios bellicistes sont envisagés : « L’espace est clairement un territoire de combats et nous sommes convaincus que si la dissuasion échoue, nous allons devoir nous battre pour gagner la bataille de la supériorité spatiale. »

Loin d’annoncer une ère de paix, le développement des activités économiques dans l’espace renforce dès à présent les tensions géopolitiques. Pis, elles annoncent pour l’humanité le retour à des maux que la Charte des Nations Unies entendait bannir : si l’espace demeure encore res communis omnium , l’appétit des États et de leurs industries est tel que la Lune et les corps célestes pourraient bientôt devenir de facto de nouvelles terra nullius , poussant les gouvernements des grandes puissances à préparer leurs armées pour les conquêtes futures. Si l’histoire ne repasse pas les plats, il est pourtant pure folie d’offrir un tel terrain de querelles aux puissances nucléaires qui nous gouvernent.

[1] Voir l’ ESA’s Annual Space Environment Report , 27 mai 2021.

[2] Concept développé par Evgeny Morozov .

[3] Traité sur les principes régissant les activités des États en matière d’exploration et d’utilisation de l’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes, article VII.

[4] Act on Promotion of Business Activities Related to the Exploration and Development of Space Resources , qui entre en vigueur en décembre 2021.

[5] Voir Véronique Langrand, « L’affrontement mondial pour la conquête de l’énergie du futur, l’hélium-3 » , École de guerre économique, 16 mars 2021.

  • Le chevron_right

    Souveraineté numérique : découvrez l’événement co-organisé par Le Vent Se Lève

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Thursday, 6 January - 18:48 · 4 minutes

Menaces pour nos démocraties, enjeux écologiques, souveraineté économique et politique industrielle… Le 15 janvier, nous vous donnons rendez-vous pour une journée de réflexion sur les enjeux politiques de la souveraineté numérique. Au programme : quatre tables rondes qui balaieront les enjeux géopolitiques, démocratiques, et écologiques que charrient désormais les choix industriels et politiques en matière de numérique. L’événement est co-organisé par Le Vent Se Lève, Le Vent du Changement, l’Institut Rousseau et le Portail de l’Intelligence Économique. Il aura lieu toute la journée à l’Université Panthéon-Sorbonne. L’inscription est obligatoire et peut être effectuée ici .

Infos pratiques

📆 Quand ? Le samedi 15 janvier 2022 , toute la journée.

🎯 Où ? À l’ Université Panthéon Assas , 12 Place du Panthéon, 75005, Paris – Amphithéâtre IV.

Un passe sanitaire valide vous sera demandé pour accéder au lieu des conférences.

Table ronde n°1 : Géopolitique du numérique | 9h30-11h

Les GAFAM sont-ils autre chose que le versant numérique des enjeux géopolitiques contemporains, ou contribuent-ils à les modifier ? Il est aujourd’hui clair que les GAFAM ne sont aucunement des entités non-étatiques. Dans quelle mesure sont-ils l’instrument de la géopolitique des États, et comment contribuent-ils à influer celle-ci ? Il s’agit dans cette conférence de désenchanter la vision naïve des GAFAM qui prédomine, comme une production technologique immanente issue de la coopération entre États et entreprises : montrer l’ensemble des rapports de force qui sont à l’oeuvre… et l’accroissement de la domination des centres géopolitiques sur les périphéries, que permet la constitution de « centres numériques » par rapport à des « périphéries numériques ».

Avec les interventions de :

Tariq Krim , Entrepreneur et pionnier du web français. Fondateur de netvibes, jolicloud et polite. Initiateur du mouvement slow web. Ancien vice président du Conseil national du numérique.

Ophélie Coelho , Chercheuse indépendante et membre du conseil scientifique de l’Institut Rousseau.

Julien Nocetti , Enseignant-chercheur à l’Académie de Saint-Cyr et spécialiste de la diplomatie du numérique.

Table ronde n°2 : Démocratie et numérique | 11h30-13h

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication numérique bouleversent les stratégies et tactiques conventionnelles du marketing et de la mobilisation politique. Qu’on songe à l’influence des réseaux sociaux révélé par l’affaire Cambridge analytica ou aux logiques de désintermédiation apparentes entre leader politique et électeurs à l’image de ce que font Alexandria Ocasio-Cortez, Barack Obama, Emmanuel Macron, Donald Trump et Salvini, notre époque impose de nouvelles grilles d’analyse des relations entre sphère publique et conquête du pouvoir à l’ère numérique. Un des problèmes les plus criants auxquels nous sommes aujourd’hui confronté est la crise que ces technologies provoquent dans le modèle jusqu’alors dominant de conception de la démocratie : la parole journalistique auparavant garante d’une relation transparente et critique avec les différentes formes de pouvoir politique, semble aujourd’hui secondarisé par rapport aux nouvelles formes d’interactions et commentaires massifiés des réseaux sociaux.

Avec les interventions de :

Diana Filippova , Romancière et essayiste, auteure de Technopouvoir. Dépolitiser pour mieux gouverner, (Les liens qui libèrent, 2019).

Fabienne Greffet , Maître de conférence en Sciences Politiques, spécialiste des campagnes électorales en ligne et du militantisme numérique.

Table ronde n°3 : Droit, régulation et extraterritorialité | 14h-15h30

Le modèle américain de projection juridique de sa puissance sur les territoires étrangers semble aujourd’hui dépendre pour l’essentiel de l’hégémonie mondiale des gafam. L’affaire Pierucci, l’affaire Snowden et le récent scandale des écoutes d’informations transitant par les câbles sous-marins scandinaves ou encore le système de paiement électronique SWIFT, dessinent toutes le contour d’une crise du modèle unipolaire post-89. Face au rapport de force entre les blocs numériques russes et chinois, nous assistons impuissants à un alignement passifs des États nations européens sur l’idée éculée d’un nouveau monde libre suivant une vision naïve des rapports de force en jeu, et qui laisse de nombreux citoyens insatisfaits en regard de la violence que l’allié américain impose à la souveraineté industrielle et numérique de ces États. Quelles solutions alternatives ?

Avec les interventions de :

Juliette Alibert , Avocate spécialisée dans les Droits de l’Homme, affiliée à la Maison des lanceurs d’alerte et au collectif Interhop.

Jean-Baptiste Soufron , Avocat spécialisé dans la défense des droits numériques, ancien secrétaire général du Conseil national du numérique.

Table ronde n°4 : Écologie et numérique | 16h-17h30

La « transition numérique » est-elle réellement compatible avec la transition écologique ? L’impact environnemental du numérique est longtemps demeuré une tâche aveugle de l’écologie politique. Aujourd’hui, il n’est plus possible de nier que l’industrie du numérique contribue à l’accroissement de C02 dans l’atmosphère – que l’on pense à l’énergie consommée par les serveurs informatiques ou aux conditions polluantes dans lesquelles s’effectue l’extraction de métaux rares. Dans ces conditions, comment penser une réorganisation de l’industrie numérique soumise à une régulation environnementale ? Un tel changement de paradigme est-il concevable dans un monde où les chaînes de valeur sont globalisées et dominé par une technologie numérique américaine ?

Avec les interventions de :

Gauthier Roussilhe , Chercheur spécialisé dans les enjeux environnementaux de la numérisation.

Richard Hanna , Chargé de mission interministérielle numérique écoresponsable à la DINUM.

Adrien Jahier, Consultant et auteur d’une note pour l’Institut Rousseau sur la sobriété numérique.

  • Le chevron_right

    Qui sont les artistes contestataires à Cuba ?

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Thursday, 6 January - 18:29 · 14 minutes

Depuis 2018, le collectif d’artistes du Mouvement San Isidro s’organise à Cuba contre le décret 349, considéré comme une attaque à la liberté artistique dans le pays. Réprimés par le gouvernement, certains ont fait le choix de l’exil tandis que d’autres sont, depuis le 11 juillet 2021, incarcérés. Le 25 juillet se tenait, à Paris, un rassemblement pour demander la libération des prisonniers politiques à Cuba et notamment de certains membres du Mouvement San Isidro. « Libertad », « Patria y vida », mais aussi pancartes arborant les emblèmes rayés du communisme et du nazisme… la confusion des slogans et des symboles utilisés lors de la manifestation interroge sur la nature du Mouvement San Isidro.

En 1959, les guérilleros prennent le pouvoir et instaurent à Cuba un gouvernement socialiste qui transformera le pays surnommé « bordel des États-Unis » en modèle de réussite révolutionnaire. L’art n’échappe pas à cette transformation. Sur la scène artistique, l’on trouve de tout. Certains artistes cubains entrent en contestation avec le pouvoir socialiste, utilisant l’art et leur statut comme un moyen et une ressource pour donner à voir ce qui est volontairement passé sous silence au sein du nouveau gouvernement, d’autres délivrent un message artistique dépolitisé ou favorable au pouvoir révolutionnaire et s’accommodent bien des structures culturelles étatiques nouvellement instaurées.

Dès 1961, des structures culturelles d’État sont en effet mises en place, les agents culturels faisant office de gardiens des bonnes mœurs. Aux échelles locales, régionales, et nationales, ils décident de l’entrée ou de la sortie des artistes au sein des institutions.

La fondation de l’Union Nationale des Écrivains et Artistes de Cuba (UNEAC) en 1961 par Nicolas Guillén en est un bon exemple. Cette première organisation permet aux membres d’accéder à du matériel artistique ainsi qu’à des espaces publiques afin d’exposer leurs œuvres, elle garantit également l’obtention d’une carte d’identité d’artiste, gage de reconnaissance sociale. Pendant cette période et jusque récemment, appartenir à ces institutions pour exister en tant qu’artiste n’était pas obligatoire. Cela garantissait des conditions matérielles et l’accès à un marché de l’art, mais l’indépendance était possible.

L’État cubain, les artistes et le socialisme

Au fil des années, la politique culturelle étatique a su s’adapter aux tendances artistiques en vogue. L’Agence de Rap est créée en 2002, la mesure n’est pas innocente. La scène musicale du Hip-Hop et du Rap étant une scène underground , la création de cette agence fût une manière de briser le potentiel contestataire et la clandestinité d’un art dans lequel une nouvelle génération s’identifiait.

L’accès aux structures culturelles est soumis à sélection. Un filtrage s’opère, et bien souvent, la formation en écoles d’art a permis d’ores et déjà de se créer un réseau favorable. Mais le réseau n’est pas suffisant, le filtre est aussi politique. Il serait faux de dire que les artistes admis doivent être acquis au pouvoir, il existe une marge de négociations, d’arrangements dans les relations entre institutions et artistes. Dévier de la ligne du gouvernement était possible mais l’été 2018 marque un durcissement de la politique culturelle. Katherine Bisquet, écrivaine et membre du Mouvement San Isidro (MSI), avait participé à la contre-Biennale de La Havane organisée en mai 2018 pour défendre l’art indépendant face à la Biennale officielle de l’État. Malgré ce positionnement, elle conservera sa place au sein de l’Union Nationale des Écrivains et Artistes Cubains (UNEAC). Ce n’est qu’en 2019, à la suite d’une prise de position publique contre le décret 349, qu’elle en sera évincée.

En juillet 2018, le décret 349 [1] vient réguler officiellement ce qui est admissible ou non de produire en tant qu’artiste. Cette nouvelle norme impose à toute personne désireuse d’être reconnue comme artiste de se faire enregistrer au sein des structures culturelles officielles reconnues par le Ministère de la Culture. Depuis le 7 décembre 2018, date d’application du décret, un artiste indépendant est par définition illégal, et les formes artistiques sont régulées suivant différents critères.

Voici les informations les plus révélatrices d’une mainmise de l’État sur l’art et les artistes cubains. En effet, toute œuvre artistique doit respecter les « symboles patriotiques », mais ne doit pas contenir de la pornographie, de la violence, un langage sexiste, vulgaire, obscène. Un individu n’a pas de possibilité de vendre ses œuvres en son nom sans être enregistré par le « Registre du Créateur des Arts Plastiques et Appliqués ». Les œuvres musicales et performances ne doivent pas dépasser un « niveaux de sons et bruits ou réaliser « utilisation abusive d’appareils ou de médias électroniques ». Tout individu ne respectant pas ces contraintes aura une contravention et pourra voir son spectacle interrompu par la police: « 1000 pesos pour les moins graves, 2000 pesos pour les plus graves ». L’appartenance à une structure officielle reconnue par l’État est obligatoire. Les galeries doivent, elles aussi, être autorisées et avoir une existence légale. À Cuba, les galeries « chez l’habitant » sont une pratique courante, mi galerie mi atelier, elles accueillent les artistes sans lieu de création. Ces galeries improvisées dans des maisons de particuliers sont rendues illégales.

Ne pas appartenir aux structures signifie ne pas avoir sa carte d’identité d’artiste et par conséquent, n’avoir ni revenus et ni possibilité d’exposer, de créer, de vendre ses œuvres. L’adoption de ce décret pose la question concrète des conditions matérielles d’existence, pour des artistes indépendants dont l’existence est tout simplement refusée.

« J’ai de la chance, ma famille qui habite à l’étranger m’aide, mais ce n’est pas le cas de tous ».

Michel Matos lors d’une visioconférence en juin 2021.

Aux origines du Mouvement San Isidro

Les racines du MSI remontent aux années 1990-2000, à Alamar, où va émerger le collectif, OMNI-ZonaFranca (1997-2009). Autrefois centre de l’expérience révolutionnaire, cette ville située à 11 km de la Havane fût construite par des micro-brigades de volontaires en attente d’un logement. Ville-modèle dans les années 1970, Alamar fût rapidement marginalisée par les lacunes du transport collectif, la dégradation du bâti, et l’absence d’activité productive.

Cette marginalisation sera à l’origine d’une production artistique active. Le collectif OMNI-ZonaFranca entend occuper l’espace par la pratique artistique et souder ses habitants autour d’une culture commune. Par le graffiti et la peinture murale, les habitants se réapproprient les murs gris et sales d’une ville plus ou moins laissée à l’abandon. Basé sur un principe d’autonomie par rapport aux institutions étatiques, le collectif est aussi un espace d’échange, de rencontre et de discussion pour les artistes qui ne fréquentent pas les grandes écoles d’art.

Le Mouvement San Isidro naitra, en parti, de ces rencontres. Il se crée en réaction à la promulgation du décret 349, dont il dénonce l’atteinte à la liberté artistique et à l’indépendance des artistes. En septembre 2018, alors que le groupe d’artistes et amis est réuni à La Havane chez Luis Manuel Otero Alcántara – l’un des leaders du mouvement – dans le quartier de San Isidro, la police vient les arrêter. Michel Matos, membre fondateur du collectif, et producteur culturel me confiera que c’est en hommage à cette soirée de répression que le mouvement fût nommé.

Renouvellement de la contestation à Cuba

Aux côtés du MSI, plusieurs organisations internationales, comme Amnesty International ou Freemuse, prennent position contre le décret. Une campagne internationale de contestation est lancée en août 2018. Le collectif d’artistes peut aussi compter sur le soutien de la diaspora cubaine en Espagne ou à Miami, force conservatrice qui saisit chaque opportunité d’attaquer le gouvernement.

Le mouvement se fait très actif sur les réseaux sociaux et multiplie les contenus sur Youtube avec des vidéos qui expliquent la contestation mais aussi des clips musicaux, « Conflicto social » par Analista, Karnal, Papa Humbertico, Papagoza, et Jamis Hill ou « Darse cuenta » de YACR par exemple.

Les militants n’ont plus peur de s’exposer à visage découvert. Certains réclament que leur nom et prénom apparaissent dans mes travaux. L’usage fait des réseaux sociaux permet d’attester d’un renouvellement des outils contestataires à Cuba. Depuis la mise en place du réseau public de Wi-Fi et de l’Internet à Cuba, entre 2015 et 2018, les artistes s’en sont saisis afin de montrer leur réalité, un visage différent de celui véhiculé par les agences de tourismes. La création d’une identité numérique, individuelle ou collective, a permis aux membres du MSI de prendre des positions publiques sur Instagram et Facebook de manière non-violente et de se rendre visible auprès de la communauté internationale. Certains membres choisiront de s’exposer comme artiste, ou contestataire, ou bien les deux à la fois ; tandis que d’autres, bien que publiant du contenu sur la répression des artistes ou les demandes de libérations ne se définiront pas comme tels.

Finalement, le positionnement en tant qu’artiste permet à ce dernier de récupérer une place d’acteur politique, et non d’observateur ou de traducteur du monde. La contestation veut se réapproprier une identité cubaine, dont le gouvernement prétend être arbitre de vérité. Finalement, qui est cubain ? Un vrai cubain doit-il être uniquement révolutionnaire. Et toute action remettant en question des décisions politiques à Cuba, est-elle contre-révolutionnaire ?

Octobre 2020 marque un tournant pour le MSI. Certains artistes décident de faire une grève de la faim et de la soif pour exiger la libération du rappeur contestataire Denis Solis, lui-même membre du MSI. Le collectif s’organise à San Isidro, chez Luis Manuel Otero Alcántara, et des solidarités s’installent avec les habitants du quartier. La presse officielle fait campagne contre ces « anti-cubains » et qualifie leur action de « nouveau show contre-révolutionnaire » [3] . L’État laisse faire, jusqu’à un certain point.

Le 26 novembre 2020, le MSI est délogé par les forces de police. En réponse, une manifestation est organisée le 27 novembre 2020 devant le Ministère de la culture. Artistes, sympathisants du MSI ou non, et plus largement, citoyens cubains, se réunissent afin de demander l’arrêt de la répression policière envers les artistes contestataires. Pour la première fois, un groupe de personnes auto-organisées, aux revendications politiques diverses, prenait possession de l’espace public et parvenaient à faire pression sur une institution gouvernementale : le Ministère de la Culture. Le dialogue ainsi ouvert ne durera pas longtemps, en quelques jours le gouvernement se ferme et jette le discrédit sur la mobilisation.

Ce nouveau mouvement, nommé 27N, est distinct du MSI bien que des membres du MSI soient sympathisants et ou acteurs dans les deux. Le 27N ne se cantonne pas aux problématiques de l’artiste à Cuba et porte des revendications plus larges. Il promeut notamment la légalisation du positionnement indépendant [4] et réclame « des libertés politiques, économiques et la légalisation des médias de communications indépendants ainsi que le droit d’association » [5] .

ONG et diasporas cubaines, ingérence étrangère dans la contestation cubaine ?

Le MSI n’est pas un parti et ne formule aucun projet politique, leur seule ligne directrice est celle de la défense de la liberté d’expression, dont les artistes sont la figure de proue. Selon eux, tout soutien à cette ligne est bienvenu. Par souci de visibilité, la question de l’affiliation partisane ne se pose pas : le collectif fait le choix de ne pas se positionner sur l’échiquier politique afin d’en saisir toutes les opportunités. On trouve donc des sympathisants du MSI de tous bords, allant des artistes promus par le gouvernement cubain (Haydée Milanés [6] , chanteuse cubaine et fille du célèbre Pablo Milanés), à l’extrême droite (Zoé Valdés, auteure cubaine exilée en France depuis 1995).

La diaspora cubaine à Miami, qui comptait parmi les plus fervents soutiens de Donald Trump, et concentre l’opposition anticastriste d’extrême droite, participe pour beaucoup à la diffusion des revendications du MSI. Une antenne du mouvement a même été créée dans le joyau de la Floride.

Une diaspora existe aussi à Paris bien qu’elle n’ait pas la même insertion dans le paysage politique. Dans l’élan international pour la libération des artistes incarcérés, une manifestation fut organisée à Paris le 25 juillet 2021. Lors de la manifestation, la chanson Patria y Vida [7] , produite à Miami, résonnait.

La stratégie de non positionnement politique du MSI donne à voir des membres aux convictions divergentes. Si Yanelis Nuñez Leyva [8] nous dit sans ambages que « le capitalisme, c’est de la merde » (entretien d’avril 2021), cette position ne représente pas la majorité au sein du MSI. Les soutiens d’extrême droite au MSI se font nombreux : Zoé Valdés qui soutient Vox en Espagne et prend position contre le communisme dans le monde, les ONG comme Centro para la Apertura y el Desarollo de América Latina (CADAL) ou Cultura Democrática affiliées à la droite voire à l’extrême droite et soutenant l’idée que le gouvernement cubain est similaire à la dictature qu’a connue l’Argentine dans les années 70.

Le soutien du sénateur américain du parti Républicain Mario Diaz-Balart [9] , est encore une illustration des sympathies de la droite vis-à-vis du MSI.

Bien que le MSI n’ait pas d’ancrage politique officiel, les sympathisants politiques majoritairement à droite et à l’extrême droite pose la question d’une possible instrumentalisation. Face à l’ampleur des soutiens et à la récupération par des dits « défenseurs de la liberté d’expression », le MSI n’a plus la maîtrise de son message. Depuis de nombreuses années, la diaspora cubaine de Miami a su s’imposer comme un allié de poids aussi bien en termes politique, diplomatique, qu’économique. Cependant, la course aux soutiens est également une question de survie pour les membres du MSI, et vient répondre au manque d’écoute à l’échelle nationale.

L’avenir de la contestation

En octobre 2021, Anamely Ramos González alors exilée au Mexique, venait aux États-Unis pour recevoir le « Premio Oxi al Coraje » [10] (Prix Oxi du Courage) au nom de Luis Manuel Otero Alcántara, toujours incarcéré, et du Mouvement San Isidro. Cette récompense hautement symbolique est une forme de consécration et de légitimation qui réactualise dans le débat public et international la question de la liberté d’expression à Cuba, notamment artistique.

Actuellement, des artistes sont toujours incarcérés. Toujours détenu dans la prison de Guanajay, Luis Manuel Otero Alcántara est en grève de la faim et de la soif. Malgré la répression et l’exil de plusieurs militants, le MSI existe et perdure toujours à Cuba.

En France, le mouvement est loin de faire l’unanimité. Le 20 novembre dernier, à l’initiative du Parti communiste français et de l’association « Cuba Si France », une manifestation était organisée place de la République à Paris en solidarité à l’encontre du peuple cubain et contre l’impérialisme américain. Lors de la manifestation, le MSI n’a pas été mentionné, ni décrié en tant que voix des États-Unis, ni salué comme un visage du peuple cubain.

Il serait peut-être trop hâtif de parier sur une stagnation du MSI au stade actuel, submergé par l’extrême-droite étasunienne et par des militants résolument anti-communistes. Cependant, bien qu’il n’ait pas pour le moment de projet politique, l’urgence et l’émergence du Mouvement du 27N obligera peut-être le MSI à se renouveler en fonction de l’actualité politique et des exigences de la population cubain. Le débat contestataire n’en est plus à s’interroger sur le statut de l’artiste. Les manifestations à Cuba opposants les soutiens du gouvernement à ses détracteurs, remet en question une division plus profonde au sein de la société cubaine qui pourra être déterminante pour l’avenir de la Révolution.

Notes :

[1] « DECRETO LEY No. 349 | Juriscuba », s. d. http://juriscuba.com/legislacion-2/decretos-leyes/decreto-ley-no-349/ .

[2] Visioconférence avec Michel Matos en juin 2021.

[3] Granma.cu. « ¿Quién está detrás del show anticubano en San Isidro? (+Videos) ». Consulté le 26 novembre 2020. http://www.granma.cu/pensar-en-qr/2020-11-24/quien-esta-detras-del-show-anticubano-en-san-isidro .

[4] « Cuba’s 27N Movement Releases Manifesto — ARC ». Consulté le 21 août 2021. https://artistsatriskconnection.org/story/cubas-27n-movement-releases-manifesto .

[5] Ibidem.

[6] ADN Cuba. « Haydée Milanés sobre el MSI: Expresan sus ideas libremente y las defienden de manera pacífica ». Consulté le 29 novembre 2021. https://adncuba.com/noticias-de-cuba/actualidad/haydee-milanes-sobre-el-msi-expresan-sus-ideas-libremente-y-las .

[7] Yotuel. Patria y Vida – Yotuel , @Gente De Zona , @Descemer Bueno , Maykel Osorbo , El Funky . Consulté le 17 août 2021. https://www.youtube.com/watch?v=pP9Bto5lOEQ .

[8] Historienne de l’art cubaine, co-fondatrice du Musée virtuel de la dissidence, exilée à Madrid.

[9] Sénateur à Miami et neveu de la première épouse de Fidel Castro.

[10] Prix délivré par les États-Unis.

  • Le chevron_right

    Don’t look up : déni politico-médiatique

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Wednesday, 5 January - 12:03 · 9 minutes

Propulsé par un casting impressionnant, le film Don’t look up : déni cosmique propose une critique radicale de notre société, en forme d’allégorie de notre réponse au changement climatique. De nombreuses critiques publiées à ce jour semblent pourtant tomber dans le travers dénoncé par le film : elles se détournent de l’essentiel et ratent le principal message de cette satire extrêmement dense.

Véritable ovni cinématographique, Don’t look up emprunte au genre satirique et aux films catastrophes pour aborder un sujet réputé impossible à traiter au cinéma : la crise climatique. Il s’agit d’un véritable tour de force, dont le succès commercial s’annonce tonitruant. À en juger par les réactions qu’il suscite et l’explosion du mot dièse #Dontlookup sur les réseaux sociaux, cette production Netflix pourrait rapidement atteindre le statut de phénomène culturel.

Aux origines du projet, nous retrouvons David Sirota, journaliste et écrivain américain, ancienne plume et conseiller de Bernie Sanders. Lors d’une conversation avec son ami réalisateur Adam McKay, Sirota encourageait ce dernier à « utiliser son talent comique au service de la cause climatique » . McKay s’est rendu célèbre en signant les comédies cultes Anchorman (1 et 2), Talladega Nights et Step brothers ( Frangins malgré eux ). Il a longtemps été l’un des principaux auteurs de l’émission satirique Saturday Night Live , véritable institution aux États-Unis, avant de se mettre derrière la caméra pour des films plus engagés. Parmi ces films, le très remarqué The Big Short ( Le casse du siècle ) sur la crise des subprimes de 2008, puis Vice , portrait au vitriol de Dick Cheney, le vice-président de Georges Bush. Un prétexte pour livrer un réquisitoire contre le système politique américain.

Malgré les encouragements de Sirota, McKay rechignait à faire un film sur le réchauffement climatique. Le genre post-apocalyptique à la Mad Max ne le séduisait guère. Alors qu’ils continuaient de tester des idées de scénario, David Sirota se plaint du manque de couverture médiatique sérieuse sur la crise climatique : « tu sais, c’est comme si une comète géante fonçait sur la Terre et que tout le monde s’en foutait » . McKay lui répond alors : « attend, peut être que c’est ça, notre film » . Quelques sessions de travail plus tard, la base du scénario est posée.

Allégorie climatique

L’intrigue de Don’t look up (à traduire comme « ne regardez pas en haut » ) est assez simple. Deux scientifiques de second rang, Randall Mindy et Kate Dibiasky, superbement joués par Leonardo DiCaprio et Jennifer Lawrence, découvrent une comète de 10 km de diamètre se dirigeant vers la Terre. L’impact, prévu dans 6 mois et 14 jours, anéantira l’espèce humaine. Si la NASA  confirme leurs calculs, les pouvoirs politiques et médiatiques choisissent d’ignorer le problème. Que ce soit la Maison-Blanche, dirigée par la  présidente Janie Orlean (Merryl Streep) et son fils, directeur de cabinet (Johan Hill), les journalistes du premier talk-show du pays (Kate Blanchet et Tyler Perry ), les deux principaux influenceurs/ pop star du moment (Adriana Grande et Kid Cudi) ou même le prestigieux New York Herald , personne ne juge l’information suffisamment urgente, certaine ou vendeuse pour être prise au sérieux. Les deux scientifiques vont, avec l’aide du directeur du centre de Défense planétaire de la NASA, Dr. Teddy Oglethorpe (remarquable Rob Morgan), partir en croisade pour tenter d’alerter l’humanité. Ils vont se heurter à tous les verrous institutionnels et absurdités que notre société néolibérale est capable de produire. Des cométo-sceptiques qui refusent de « regarder en haut » l’astre bientôt visible à l’œil nu jusqu’aux milliardaires de la Silicon Valley (symbolisés par le PDG de la société « BASH » , personnage issu d’un savant mélange entre Steve Jobs, Elon Musk et Mark Zuckerberg), personne ne semble capable de se hisser à la hauteur de l’enjeu.

Si la taille des ficelles frise par moment le grotesque, le propos reste d’une intelligence rare. Les parallèles avec notre monde contemporain sont innombrables et les problématiques abordées d’une extrême densité. L’évolution de certains personnages, qui font face au risque de cooptation par le système, rappelle furieusement le dilemme qui se pose aux opposants de gauche souhaitant changer les institutions de l’intérieur. Faut-il avaler toutes les couleuvres pour conserver un siège à la table des négociations, ou mieux vaut-il se révolter ?

Loin d’être une satire nihiliste où tout le monde en prend pour son grade, comme le résument la plupart des critiques, Don’t look up est avant tout une dénonciation des dominants, des ultras riches et du pouvoir capitaliste. Et une invitation à regarder la comète en face pour agir enfin.

Déni médiatique (spoiler alerte)

En réalité, la société dépeinte par Adam McKay ne se contente pas d’être abrutie par les « challenges » qui fleurissent sur les réseaux sociaux et par les politiciens qui font des campagnes sur le thème Don’t look up pour convaincre la population de faire confiance au système. De manière assez notable, le film montre à quel point, lorsqu’elle dispose des bonnes informations et d’une classe dirigeante un minimum à la hauteur, l’humanité se comporte rationnellement. Elle s’unit derrière le projet de détruire la comète, annulé au dernier moment par la Maison-Blanche sur injonction du milliardaire-PDG de BASH. Les personnes qui apprennent la cause de cette volte-face (exploiter les terres rares contenues dans la comète afin d’enrichir quelques industriels) déclenchent une émeute parfaitement appropriée. De nombreux individus et collectifs entrent en lutte. Les pop stars, décriées au début du film, se rallient à la cause.

Par contre, les puissants de notre monde s’avèrent en dessous de tout. La classe politique américaine, bien sûr. Mais au-delà, les élites économiques (la bourse atteint des sommets alors que la comète devient visible à l’œil nu), le système médiatique motivé par le profit (le New York Times compris), les milliardaires de la Silicon Valley et autres partisans de la solution technologique au réchauffement climatique. Chaque scène, ou presque, contient une critique d’un de ces pouvoirs.

Le FBI et l’appareil d’État musèlent les différents lanceurs d’alertes manu militari puis à coup d’avocats et de procès, en invoquant le secret défense. Un triste rappel des agissements  de l’administration Obama, Trump puis Biden contre les lanceurs d’alertes poursuivis, voire torturés, quel que soit le parti au pouvoir.

Le PDG de BASH dispose d’un accès privilégié à la Maison-Blanche malgré son absence de légitimité démocratique ou d’expertise, car il est « le principal donateur » de la campagne de la présidente. Un exemple chimiquement pur de la corruption des politiques par le pouvoir économique et de la fascination qu’exercent les pontes de la Silicon Valley sur les classes dirigeantes. Ici, pour vendre son projet d’exploitation de la comète, le fondateur de BASH invoque la possibilité d’éradiquer la faim dans le monde. « C’est avec ce joli ruban qu’ils comptent enrober leur tissu de mensonges » , rétorquent Dr. Teddy Oglethorpe et Kate Dibiasky. Cette dernière finira par rentrer chez ses parents, pour découvrir qu’ils ont gobé la propagande du système : « Avec ton père, on est pour les emplois que la comète va apporter » . Cruel rappel du discours opposant lutte contre la crise climatique et emploi, utilisé par le capitalisme pour justifier la fuite en avant.

Dans Don’t look up , l’humanité n’est pas responsable de l’inaction qui conduit à la catastrophe. Les coupables sont les élites dirigeantes, leurs relais médiatiques et le pouvoir économique. Si le parallèle avec la crise climatique n’était pas assez complet, le film en remet une couche avec son coup de génie final : les dirigeants responsables du désastre n’en payent pas les conséquences. Ils s’échappent à l’aide d’un vaisseau spatial affrété clandestinement.

Appel à l’action

Les scientifiques lanceurs d’alertes se heurtent également à leur classe sociale. Leur découverte est mise en cause par les dirigeants car ils ne viennent pas des universités privées (Ivy League) les plus prestigieuses du pays. Ou bien ils n’occupent pas de postes suffisamment élevés dans la haute administration. Lorsqu’ils s’énervent et montrent leurs émotions à la télévision, leurs propos sont disqualifiés par les tenant de la bienséance. À ce titre, le film revêt également une critique de classe qui fait surface à de nombreuses reprises. En temps de Covid et face à la catastrophe écologique en cours, nous nous identifions facilement à la frustration causée par les élites qui prétendent que la comète est sous contrôle et qu’il faut continuer de suivre une vie normale. Surtout, don’t look up !

Même à travers l’arc des personnages, nous ressentons une mise au banc du système néolibéral. La vedette de télévision jouée par Cate Blanchett n’est pas arrivée à son poste par hasard. Elle concède être la fille d’un richissime homme d’affaires. Si elle est bardée de diplômes, elle accepte de jouer le rôle d’une dinde écervelée sur le petit écran, comme de nombreux journalistes de Fox News dans la vraie vie. Cynique, mais animée par un certain dégoût d’elle-même, elle en devient presque attachante, apparaissant également comme une victime – à un certain niveau.

L’arc narratif du professeur Mindy (DiCaprio) permet à McKay et Sirota de délivrer la morale du film. D’abord rationnel et déterminé à sauver l’humanité, il a des difficultés à être pris au sérieux. Il est un temps coopté par le système. Au point de renier ses collègues, de se couper de sa famille et d’accepter de faire la propagande du gouvernement. Les doutes qu’ils expriment sont ridiculisés par le PDG de BASH, dont les algorithmes surpuissants peuvent prédire la mort des individus : pour lui, ce sera « seul, complètement seul » . Quant à la présidente, elle sera « dévorée par un brontéroc » . De ces deux destins, le premier semble le plus probable. Mindy parvient pourtant à échapper à la prédiction, en se révoltant contre le système puis en regagnant la confiance de ses proches, par l’action. Lorsque la fin arrive, il peut se féliciter d’avoir « tout essayé » et meurt dans la joie, entouré de sa famille, tout en lâchant cette phrase à destination du public « on avait vraiment tout, n’est-ce pas ? Franchement, quand on y pense » . La présidente des États-Unis, elle, n’évitera pas sa mort violente, liée à sa condition de défenseuse absolue du système.

Si la fin relève un caractère très touchant, dramatique, voire déprimant pour une comédie inspirée des films catastrophes, on peut la voir comme un appel à l’action. À commencer par le discours tenu vis-à-vis du film. Plutôt que de débattre de la qualité de l’humour et de la prestation de Meryl Streep, il serait grand temps de regarder la comète en face et de prendre la crise climatique au sérieux…

  • Le chevron_right

    Primaire populaire : le culte de l’Union suprême

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Sunday, 2 January - 12:42 · 9 minutes

Fondée en mars 2021 par les militants Samuel Grzybowski et Mathilde Imer, la primaire populaire semble être devenue depuis peu le centre de toutes les attentions. Récemment soutenue par Anne Hidalgo et Christiane Taubira, l’initiative vise à désigner un unique candidat de gauche pour la présidentielle de 2022. L’entreprise cristallise à n’en pas douter les espérances de nombreux militants de gauche souhaitant tourner la page de l’éreintant quinquennat Macron. Pour autant, cette démarche est-elle souhaitable ?

Si la primaire populaire a connu récemment une large médiatisation, plusieurs phases se sont déjà succédées afin de constituer la liste finale des dix candidats qui s’affronteront en janvier prochain. Pendant cinq semaines, les organisateurs de la primaire ont rencontré les responsables de différents partis politiques afin de définir le « socle commun ». Le vainqueur de l’initiative devra s’engager à respecter ce lot de dix mesures s’il parvient à l’Elysée en 2022. Est venu ensuite le temps des soutiens. Chaque membre inscrit sur la plateforme a pu parrainer les personnalités politiques qu’il pensait les plus à même de représenter la gauche en 2022. De ces processus ont émergé cinq hommes et cinq femmes qui peuvent aujourd’hui espérer gagner la primaire populaire, dont les votes finaux se tiendront du 27 au 30 janvier 2022. Si certains, à l’instar de Jean-Luc Mélenchon ou de Yannick Jadot, ont décidé de ne pas participer à la primaire populaire, il sera néanmoins possible de voter pour eux car ces derniers sont officiellement candidats à l’élection présidentielle. Il semble à première vue douteux de conserver la candidature de personnes ayant refusé de participer à un scrutin. L’Union réclamant de sacrifier quelques principes, les organisateurs de la primaire populaire ont pourtant fait fi de cette réserve.

Une primaire populaire dénuée de légitimité ?

L’initiative recueille actuellement le soutien de près de 300 000 personnes, qui pourront toutes voter à la primaire. Beaucoup s’enthousiasment de ce succès et comparent ce nombre aux 122 670 électeurs ayant participé à la primaire d’Europe Ecologie les Verts (EELV) ou aux 139 742 adhérents Les Républicains (LR) ayant pris part au congrès du parti. S’il est en effet tentant de conférer une plus grande légitimité à la primaire populaire du fait de son nombre élevé de participants, il convient de garder une certaine prudence. En effet, les personnes ayant voté à la primaire écologiste ou au congrès LR n’ont pas eu simplement à donner leurs e-mails et leurs coordonnées. Ces derniers ont dû s’acquitter d’une contribution de 2€ (EELV) ou de cotisations au parti (LR). Difficile donc, de conférer à l’une des initiatives une plus grande légitimité.

Il est inévitable qu’une confrontation de légitimité se pose lors de la publication des résultats de la primaire populaire.

De même, il y a cinq ans, la primaire « de la Belle alliance populaire » organisée par le PS et ses alliés avait réuni un peu plus de deux millions de votants, tandis que celle de la droite atteignait les quatre millions. Or, ces chiffres importants n’ont pas empêché ces deux familles politiques de se diviser, comme l’ont rappelé les défections des candidats Bruno Le Maire et Manuel Valls en faveur d’Emmanuel Macron. Par ailleurs, Jean-Luc Mélenchon dispose aujourd’hui du soutien de près de 270 000 personnes ayant elles aussi simplement donné leurs coordonnées et leur adresse mail. Ainsi, il est inévitable qu’une confrontation de légitimité se pose lors de la publication des résultats de la primaire populaire. Il y a en effet fort à parier qu’aucun des sept candidats en lice – trois des dix candidats ont renoncé à se présenter – ne recueillera plus de 270 000 votes.

Le mythe de la bataille des egos

Dans une arène politique marquée par une personnification accrue, il est souvent tentant d’attribuer aux egos et aux personnalités prononcées des leaders politiques la responsabilité de l’échec de l’union de la gauche. Untel sera moqué pour son appétence à orchestrer ses colères, taxé de populiste ou de démagogue, tandis qu’un autre sera accusé de ne penser qu’à sa carrière, ou de préserver sa dignité. À partir de ce postulat, il est ensuite assez simple de suivre le fil directeur qui sous-tend l’organisation de la primaire populaire.

Le « mur des egos » n’est qu’une fable et il serait opportun de comprendre les obstacles profonds qui viennent réellement entraver l’union de la gauche.

La vision simpliste des organisateurs de la primaire populaire suppose une « gauche plurielle » quémandée, réclamée, par le peuple entier. Les responsables de l’organisation rappellent à qui veut l’entendre que 70% des électeurs de gauche souhaitent un candidat unique . Pourtant, cette symbiose inéluctable serait entravée par l’action intéressée d’acteurs politiques aux egos surdimensionnés. C’est là, précisément, que réside la justification de la primaire populaire. Supposée au-dessus des partis politiques, elle a l’ambition de dynamiter ce « mur des egos » mortifère. Faute de quoi, le pays tombera assurément dans les bras de l’extrême droite.

NDLR : Pour en savoir plus sur la « gauche plurielle », lire sur LVSL l’article rédigé par Thomas Letellier : « Le grand retour de la gauche plurielle »

Il est parfois tentant d’installer sa pensée dans le creux d’un rêve éveillé, comme pour se protéger d’une réalité difficile à affronter. Si l’exercice est répété de manière irrégulière, presque exceptionnelle, il peut même être salvateur et servir de source d’espoir quand les temps sont sombres. Pour autant, certains semblent avoir réussi avec brio le numéro d’équilibriste consistant à organiser une primaire tout en restant continuellement dans une réalité parallèle. Le « mur des egos » n’est qu’une fable et il serait opportun de comprendre les obstacles profonds qui viennent réellement entraver l’union de la gauche.

Il n’existe a priori aucune raison de penser que le résultat de la primaire populaire dirigera vers son vainqueur toutes les voix des électeurs se considérant de gauche. Les citoyens n’étant par principe pas de vulgaires pions. Une attitude salutaire aurait consisté à observer les différences sociologiques qui composent et différencient inévitablement chaque camp politique. Une rapide attention jetée aux sondages d’opinion montre que les électeurs de Mélenchon porteraient en deuxième choix leur vote sur Jadot, tandis que les électeurs de Jadot et d’Hidalgo reporteraient davantage leurs voix sur Macron que sur Mélenchon. Rien ne garantit donc au candidat gagnant de la primaire qu’il puisse bénéficier du report de vote de tous les autres électeurs de gauche. La majorité de ces personnes n’auront d’ailleurs pas participé à la primaire ; très peu se sentiront donc contraints par son résultat.

Finalement, c’est là que réside tout le paradoxe de cette initiative : la primaire populaire aura focalisé principalement l’attention médiatique sur des personnalités plutôt que sur le terrain des idées.

De manière plus globale, c’est tous les désaccords politiques qui sont gommés. On veut faire croire que la gauche pourrait, moyennant quelques maigres changements de programmes, être unie. Pourtant, des divergences réelles, fondamentales, existent au sein des camps politiques. Personne n’a par exemple semblé s’alarmer du fait que rien, ou presque, ne rassemble les programmes de politiques de Mélenchon ou de Jadot en matière de politique étrangère , que la question européenne est adressée de manière totalement différente en fonction des partis, ou que la question nucléaire marginalise EELV et la France Insoumise (FI) du reste de la gauche.

Finalement, c’est là que réside tout le paradoxe de cette initiative : la primaire populaire aura focalisé principalement l’attention médiatique sur des personnalités plutôt que sur le terrain des idées. Partant pourtant de postulat que les egos des leaders de gauche entravaient toute union, cette entreprise n’a servi que de tremplin médiatique à des personnalités en perte de vitesse tout en permettant l’émergence de nouveaux candidats.

L’illusion du consensus

C’est bien là, sur le terrain des idées, que le bât blesse. Le socle commun , brandi comme étendard d’un programme ayant la capacité d’unir tous les fronts, a été défini en seulement cinq semaines, et ne rassemble que dix mesures que chacun peut interpréter à sa guise. Le reste de la campagne a été très pauvre en débats et en propositions politiques concrètes. Si beaucoup se réjouissent de voir Christiane Taubira rejoindre l’aventure de la primaire, très peu se sont intéressés à son projet politique. D’aucuns chantent les louanges d’une femme racisée capable, selon eux, d’accéder à l’Elysée sans s’interroger sur ses prises de positions passées et son programme présent. Qui s’est inquiété, ou tout au moins a émis des réserves, quant aux propositions défendues par Taubira lors de sa candidature à la présidentielle de 2002 ? Son soutien indéfectible à l’Union Européenne, au régime présidentialiste, à la baisse des impôts sur les plus aisés ou à la retraite par capitalisation a-t-il seulement préoccupé les militants ?

NDLR : Pour en savoir plus sur la candidature de Christiane Taubira, lire sur LVSL l’article rédigé par David Fontano : « Les nouveaux habits branchés de la bourgeoisie » .

La primaire populaire apparaît ainsi comme une énième initiative de la gauche moralisatrice pour arriver au pouvoir, ou du moins pour dynamiser des campagnes en perte de vitesse. Cette gauche ne lisse pas volontairement les divergences radicales qui séparent les candidats, elle ne les voit tout simplement pas. Pour elle, tous les candidats de gauche partagent peu ou prou les mêmes mesures sociétales – au diable les questions sociales et économiques ! – et en conclut que l’Union est une réalité proche, inéluctable. Alors, une certaine gauche appelle et crie à l’Union. Elle ne le fait pas pour défendre un projet, mais avant tout pour ne pas laisser Macron gagner une seconde fois ; pour que l’extrême-droite n’arrive jamais au pouvoir.

Aucune alternative concrète n’émergera de la primaire populaire puisque la célébration de la vertu individuelle dans une démarche pacifiée, consensualiste, sera louée au détriment d’une approche agonistique salutaire.

Pourtant, un camp politique devient un bloc inerte, incapable d’attirer à lui de nouvelles personnes, s’il refuse de s’engager dans des débats prétendument stériles au nom de la protection d’une unité fantasmagorique. Cette gauche est condamnée à ne faire que peu de remous dans l’histoire puisqu’elle n’existe que pour revendiquer être contre un autre camp plutôt que d’être pour un projet. Aucune alternative concrète n’émergera de la primaire populaire puisque la célébration de la vertu individuelle dans une démarche pacifiée, consensualiste, sera louée au détriment d’une approche agonistique salutaire.