close
  • Hu chevron_right

    Après la victoire d'Emmanuel Macron, la Macronie n'a pas la même analyse du scrutin

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 25 April - 12:35 · 1 minute

POLITIQUE - Si les uns se réjouissent d’un “score sans appel” , d’autres nuancent la victoire de leur candidat. Peu de temps après les résultats dimanche soir puis ce lundi matin, la Macronie était divisée entre ceux qui affichaient un enthousiasme certain, et les autres, plus prudents, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Invité sur le plateau de France 2, dimanche soir, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand se réjouissait du score d’Emmanuel Macron “non seulement inédit pour un président réélu sans cohabitation mais surtout par son ampleur.” De son côté, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire prenait la victoire d’Emmanuel Macron avec plus de pincettes : “Je ne considère pas que les près de 19 millions de Français qui ont voté pour Emmanuel Macron lui ont dit : ’c’est super, on continue, tout va bien.” Un son de cloche similaire à celui de la ministre du Travail, Elisabeth Borne , dont le nom est parfois murmuré pour Matignon.

Élu avec 58% des voix, Emmanuel Macron a adressé un mot dimanche soir à ceux qui lui ont donné leur vote sans pour autant adhérer à son programme : “Nombre de nos compatriotes ont voté ce jour pour moi, non pour soutenir les idées que je porte mais pour faire barrage à l’extrême droite (...) Ce vote m’oblige pour les années à venir. ”

À voir également sur le HuffPost : Emmanuel Macron réélu: le soulagement et la joie de ses militants

  • Hu chevron_right

    Présidentielle 2022: ils ont voté en se bouchant (vraiment) le nez

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 24 April - 17:51 · 2 minutes

POLITIQUE - Une carte d’électeur, une pièce d’identité... et une pince à linge. Voilà l’attirail en vogue pour ce dimanche 24 avril, jour de second tour de la présidentielle , avant de se rendre aux urnes . Plusieurs électeurs ont effectivement choisi de se boucher le nez (véritablement) au moment de glisser leur bulletin dans l’enveloppe et de choisir entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron pour gouverner le pays.

“Le vote qui pue”, expliquent ces militants, dont la plupart lient leurs publications sur les réseaux sociaux au “collectif Ibiza” . C’est ce groupe d’activistes écolos, - dont les membres les plus connus ont clairement appelé à faire barrage à l’extrême droite en votant, à contre-cœur, pour le locataire de l’Elysée - qui a perturbé une conférence de presse de la cheffe de file du Rassemblement national pendant l’entre-deux-tours.

“Pour la démocratie”, ”à voté dégoûté”, fleurissent ainsi sur Twitter pour accompagner les selfies de grimaces et autres votants gantés, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Filmée, par Ouest-France, à son arrivée dans son bureau de vote, une habitante de l’Orne a justifié sa démarche en expliquant vouloir “montrer” que ”ça pue pour notre avenir.” “Aujourd’hui, on a vraiment le choix entre la peste et le choléra”, a ainsi dénoncé cette mère de famille de 34 ans, pince à linge sur le nez.

Le signe supplémentaire que l’affiche du second tour de l’élection présidentielle désespère certains, en plus de ne pas passionner les foules. Selon les premières estimations basées sur les données à midi et 17 heures, l’abstention, ce dimanche, pourrait s’établir autour des 28%. Ce chiffre serait le deuxième plus élevé pour un second tour, après le record de 1969 à 31,1%.

À voir également sur Le HuffPost: Comment les résultats de l’élection présidentielle sont conçus par les instituts de sondage?

  • Hu chevron_right

    Taubira appelle à voter pour Macron "sans condition" et "sans plier la nuque"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 19 April - 18:18 · 1 minute

Christiane Taubira le 10 janvier 2022 par REUTERS/Stephane Mahe Christiane Taubira le 10 janvier 2022 par REUTERS/Stephane Mahe

PRÉSIDENTIELLE 2022 - Elle avait appelé à voter Mélenchon au premier tour, elle appelle aujourd’hui à voter Macron, “sans condition” et “avec exigence”. Dans une tribune du Monde publiée ce mardi 19 avril, Christiane Taubira veut vous inciter à ne pas céder aux sirènes de l’abstention lors du second tour de la présidentielle qui opposera le président sortant à Marine Le Pen.

Car “en face, l’extrême droite reste l’extrême droite”, écrit l’ancienne garde des Sceaux . “Les citoyens seront inégaux devant les risques et menaces, eu égard aux dangers qui pèseront sur l’Etat de droit, sur nos libertés et sur nos droits déjà bien malmenés, sur l’institution judiciaire et sur le code pénal”. C’est pourquoi “Il faudra voter Macron. Sans condition. Sans pourtant plier la nuque. Avec exigence”, estime-t-elle.

“Des opportunités de grandeur et de hauteur”

Celle qui avait gagné la primaire populaire , sans pouvoir recueillir les 500 signatures , espère que pour un second mandat, gagné grâce aux voix de gauche, Emmanuel Macron dirigera le pays autrement. Ces cinq nouvelles années fourniront “des opportunités de grandeur et de hauteur”. “Une nouvelle présidence verticale serait insensée et grotesque”, poursuit-elle.

C’est ainsi que Christiane Taubira appelle à réformer le mode de scrutin des législatives, en y introduisant la proportionnelle, afin d’éviter cet effet de verticalité. “Une réforme institutionnelle – qui permettrait l’expression législative, représentative enfin, et la délibération citoyenne, respectée enfin – serait le meilleur gage pour rétablir des lieux républicains de confrontation, de dialogue et d’arbitrage démocratique, socialement acceptable.”

“Ce serait un nouvel espace ouvert pour la combativité, l’effort de conviction, le frottement des idéaux, les frictions inhérentes au contrat social, l’esquisse au moins d’un destin commun. Cela ressemble au pari de Pascal: ‘Si vous gagnez, vous gagnez tout ; si vous perdez, vous ne perdez rien’”, conclut-elle.

À voir également sur Le HuffPost: Débat de l’entre-deux-tours : ces moments que Marine Le Pen ne veut pas revivre

  • Hu chevron_right

    L’abstention, synonyme de désengagement ou nouveau comportement démocratique? - BLOG

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 19 April - 08:18 · 4 minutes

“Voter est un droit, c’est aussi un devoir civique”, rappelle chaque carte d’électeur en lettres blanches sur fond bleu marine. Reste qu’année après année, l’abstention est devenue massive, s’élevant à plus de 65% au second tour des dernières régionales ce 27 juin. “Voter est un droit, c’est aussi un devoir civique”, rappelle chaque carte d’électeur en lettres blanches sur fond bleu marine. Reste qu’année après année, l’ abstention est devenue massive, s’élevant à plus de 65% au second tour des dernières régionales ce 27 juin.

PRESIDENTIELLE - Avec un taux de 26% l’abstention ne dépasse pas son record de 2002 établi à 28,4%. L’ élection présidentielle est la seule, depuis 5 ans, à réussir à mobiliser plus de la moitié de la population française. C’est chez les jeunes que l’ abstention est la plus forte, principalement chez les 25-34 ans avec 46 % d’abstention. “Voter est un droit, c’est aussi un devoir civique”, rappelle chaque carte d’électeur en lettres blanches sur fond bleu marine. Reste qu’année après année, l’ abstention est devenue massive, s’élevant à plus de 65% au second tour des dernières régionales ce 27 juin. Droit de vote à 16 ans, consultation citoyenne lancée par l’Assemblée nationale pour comprendre l’abstention, prise en compte du vote blanc, vote obligatoire, vote électronique… tout semble sur la table pour éviter de revivre le taux record d’abstention des dernières élections. Quoi qu’il en soit, la récurrence de l’abstention peut être considérée comme un révélateur d’une crise de la démocratie participative.

S’abstenir vient du latin abstinere qui signifie tenir éloigné. Le verbe tire ses originaires du vocabulaire stoïcien (“Supporte et abstiens-toi” - Épictète) et chrétien. Le terme abstention est emprunté à l’italien astensióne , de même sens. À l’origine, c’est un terme du vocabulaire religieux, que l’on pouvait rapprocher du mot abstinence. Il désigne l’action de se priver de certains biens matériels (aliments, boissons) ou de certains plaisirs (notamment la chair). C’est également un mot juridique qui concerne depuis le milieu du XIX e siècle le fait de ne pas s’exprimer dans un vote. Le verbe pronominal s’abstenir est celui qui conservera la plus large part de sens non électoral, avant abstention.

De la condamnation à l’acceptation

Les premières définitions que l’on trouve de l’abstention condamnent cette attitude. Dans l’article encyclopédique du Larousse de 1866, l’abstention telle qu’on la définit aujourd’hui “peut avoir pour unique cause la négligence, l’indifférence [et] doit être condamnée d’une façon absolue comme un égoïste oubli des devoirs envers la société́ ”.

Les Larousse de 1922 et de 1928 ajoutent la preuve et le blâme: “L’abstention politique qui a pour cause la négligence ou l’indifférence prouve un oubli égoïste et blâmable des devoirs du citoyen” .

L’abstention sera peut-être le 24 avril prochain le premier parti de France.

Le Grand Larousse encyclopédique de 1960 poursuit dans la même lignée: “ L’abstention (...) traduit donc soit le désintérêt des citoyens pour les affaires publiques, soit le désir d’éluder une responsabilité; l’un et l’autre sont signes et facteurs d’un mauvais fonctionnement des institutions démocratiques. La loi belge sanctionne pénalement le fait de ne pas voter” .

Ce n’est finalement que récemment que les dictionnaires ont adopté une définition plus neutre: attitude politique de quelqu’un qui ne vote pas (Robert).

L’abstention, une forme d’expression citoyenne

Jusqu’en 1997, l’inscription sur les listes électorales était une démarche volontaire nécessitant l’implication du citoyen. Le vote est un droit mais c’est aussi un devoir engageant, pris en pleine conscience, vis-à-vis de la société, hérité du contrat social et des Lumières. Ce problème de conscience peut expliquer que les abstentionnistes ont du mal à assumer leur choix amenant les sondeurs à en sous-évaluer la prévision. Quoi qu’il en soit, la réponse à l’abstention ne peut pas être uniquement négative car, au fondement même du pacte démocratique, elle nous interroge. Qu’est-ce qu’être citoyen aujourd’hui? Comment faire entendre sa voix dans un monde bruyant? Est-ce que l’abstention est synonyme de désengagement ou un nouveau comportement démocratique? Elle nous oblige à prendre en considération l’évolution de l’expression démocratique. Les citoyens ont montré ces derniers temps qu’ils avaient envie de s’engager via des actions de démocratie participative. Oui, l’engagement est bel et bien là, mais le vote n’en est plus la représentation. L’expression citoyenne est devenue protéiforme, l’abstention en fait partie. Cela peut-il durer?

Le dimanche 28 août 2021, Jean-Luc Mélenchon, dans son discours prononcé dans la Drôme devant ses militants soulignait: “L’abstention est décidemment un piège à cons” . Au-delà de l’expression imagée, les pouvoirs publics sont inquiets face au désintérêt des Français pour les élections. Et si jusqu’à présent, les élections présidentielles conservaient l’intérêt des votants, ils semblent de plus en plus nombreux à ne pas souhaiter exprimer leur suffrage même pour ce grand rendez-vous. L’abstention sera peut-être le 24 avril prochain le premier parti de France.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi ils n’ont pas voté au 1er tour de la présidentielle

  • Hu chevron_right

    Présidentielle 2022: Le Pen et Macron mis en garde sur l'utilisation de données personnelles

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 17 April - 07:30 · 1 minute

Le Pen et Macron mis en garde sur l Le Pen et Macron mis en garde sur l'utilisation de données personnelles (Photo d'illustration par AP Photo/Bob Edme, File)

PRÉSIDENTIELLE 2022 - Pas question d’oublier certaines règles éléments a-t-il été rappelé à Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Les deux candidats en lice pour le second tour de l’élection présidentielle se sont fait taper sur les doigts samedi 16 avril par la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale (CNCCEP). Cette dernière leur a rappelé les règles en vigueur en matière de protection des données personnelles .

Dans un communiqué publié samedi, la Commission rappelle, sans citer nommément les candidats, “qu’un fichier d’adresses professionnelles comportant des données personnelles ne saurait en principe être utilisé à des fins de propagande ou de démarchage”.

Cette règle aurait dû être respectée selon la CNCCEP, alors que tous les candidats à la présidentielle “ont été sensibilisés par la CNIL”.

Les deux candidats déjà épinglés

Ce n’est pas la première fois depuis le début de la campagne que la CNCCEP rappelle à l’ordre des candidats. À la mi-avril, elle a sommé Marine Le Pen de s’expliquer sur des chiffres liés à l’immigration avancés dans sa profession de foi. Le texte avait finalement été publié “avec des réserves” car la candidate a refusé de changer ces chiffres qu’elle source “ministère de l’Intérieur”, mais introuvables par la Commission.

La Commission pointe d’ailleurs également du doigt dans son communiqué de samedi, le service public pour “des manquements à la neutralité”. Elle rappelle ainsi qu’il est “interdit que les moyens du service public soient utilisés à des fins de propagande électorale, qu’il s’agisse de soutenir ou de critiquer un candidat”.  Un message adressé en filigrane à Emmanuel Macron?

Il a été reproché au président-candidat d’avoir utilisé son compte Twitter pour faire campagne , alors qu’il s’agit de son compte de président de la République.

À voir également sur Le HuffPost: Présidentielle 2022: À Marseille, Emmanuel Macron tente de convaincre la France écolo

  • Hu chevron_right

    Au meeting de Macron à Marseille, on a surtout rencontré des convaincus

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 16 April - 19:21 · 2 minutes

MEETING - Les organisateurs s’attendaient à davantage de monde. À Marseille , ce samedi 16 avril, Emmanuel Macron a tenu un meeting ensoleillé pour l’entre-deux-tours, dont le succès est plutôt mitigé.

Alors que la ville s’est rangée aux côtés de la France Insoumise au premier tour de l’élection présidentielle - Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête avec plus de 31% des suffrages exprimés- peu d’habitants de la cité phocéenne avaient décidé de venir jusqu’au Pharo, lieu emblématique de Marseille, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Quelques Marseillais, emmenés par les Jeunes Avec Macron (JAM comme ils se surnomment) et beaucoup de délégations venues du Sud et même de Lorraine ou de Paris sont venues grossir le “cordon militant” autour de la scène où le président de la République s’est exprimé. Juste derrière, des pelouses verdoyantes mais parsemées, assez loin, il faut le dire, des 5000 personnes attendues.

Un technicien chargé de l’aménagement du site confiait que la veille au HuffPost que “les organisateurs ont songé à avancer le barrièrage” avant de se raviser. Quelques personnes s’en étonnent quand d’autres au contraire se rassurent: “Il y a plus de monde qu’à Avignon, chez Le Pen !”

Macron joue la carte verte

Peu de prises de risque donc pour un président-candidat qui s’adresse à une audience acquise; ce samedi Emmanuel Macron a choisi de surtout parler des enjeux écologiques de son prochain quinquennat.

“Nous avons entendu deux messages: le premier c’est celui qu’une bonne partie de nos compatriotes, et je sais que vous le portez aussi, nous ont fait entendre le 10 avril dernier dans les urnes, un message fort pour mettre l’environnement au coeur de notre campagne et des années à venir pour la France.”

Le ton est donné rapidement, c’est aux électeurs de gauche qu’Emmanuel Macron s’adresse, promettant notamment de nommer un Premier ministre “directement chargé de la planification écologique”, concept cher à Jean-Luc Mélenchon. Le président sortant a ensuite exposé son bilan écologique: la réduction du plastique, les différents sommets mondiaux consacrés à l’environnement, etc. Il balaie les critiques: “Nous n’avons pas rien fait pendant ces cinq années, comme j’entends parfois certains le résumer avec caricature”.

Face à lui, des militants convaincus de faire le bon choix en matière d’écologie, en votant Emmanuel Macron: “Regardez Marine Le Pen, l’écologie n’existe pas dans son programme”. Et de souligner que de tous les programmes, c’est celui d’Emmanuel Macron “le plus réaliste”.

Les militants présents à Marseille soulignent aussi l’importance du programme nucléaire d’Emmanuel Macron, “indispensable pour décarboner tout en produisant de l’énergie.”

À voir également sur Le HuffPost: À Marseille, Macron drague les écolos

  • Hu chevron_right

    Robert Ménard, soutien de Marine Le Pen, en retrait jusqu'au second tour

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 16 April - 07:40 · 2 minutes

(Robert Menard, maire de Beziers en mars 2018 par PASCAL GUYOT / AFP) (Robert Menard, maire de Beziers en mars 2018 par PASCAL GUYOT / AFP)

ENTRE-DEUX-TOURS - Le maire de Béziers Robert Ménard, proche de Marine Le Pen , votera bien le 24 avril en faveur de la candidate RN à la présidentielle malgré ses “désaccords”, et ne s’exprimera plus d’ici au second tour , a-t-il indiqué à l’AFP, confirmant une information du Monde .

“J’ai des désaccords avec Marine Le Pen que je n’ai jamais cachés. Je n’entends plus les répéter à chaque intervention médiatique. J’ai donc décidé de ne plus prendre la parole jusqu’au 2e tour”, a-t-il déclaré.

“Ce n’est pas pour autant un ralliement à Emmanuel Macron. Je voterai pour Marine Le Pen ” le 24 avril, a ajouté l’ancien président de Reporters sans frontières. Il est en accord avec le président candidat sur les sujets de la vaccination contre le Covid et de la politique internationale, pas sur l’immigration et la sécurité.

Robert Ménard a récemment montré des divergences avec Marine Le Pen, par exemple sur son projet d’interdiction du voile dans l’espace public. “C’est une erreur” et “pas possible à mettre en œuvre”, selon lui.

Divergences sur la guerre en Ukraine

Dernièrement, il a également pu encore prendre ses distances avec la candidate sur la guerre en Ukraine. À la suite de la conférence de presse tenue par Marine Le Pen, mercredi 13 avril sur sa vision de la diplomatie française, il a dit sur RTL ne pas être d’accord sur “un rapprochement stratégique entre l’OTAN et la Russie (…) dès que la guerre russo-ukrainienne sera achevée”.

“Aujourd’hui, il y a des bombes qui tombent sur des gens, vous n’allez pas leur parler d’un rapprochement avec les types qui sont les auteurs de massacres, de viols, de crimes contre l’humanité. Sur ce point-là, c’est un vrai désaccord.” Et de poursuivre: “Je lui ai dit hier encore: qu’est-ce que tu vas t’afficher avec [le premier ministre hongrois, Viktor] Orban ? Orban, ce n’est pas un modèle de démocratie”.

“Si on doit être d’accord à 100 % avec un candidat, on n’est d’accord avec personne, a ajouté Robert Ménard. Je fais le pour et le contre. Sur Emmanuel Macron, je trouve qu’il y a des trous noirs dans ce qu’il a fait sur les cinq ans qui valent que je ne vote pas pour lui”.

À voir également sur Le HuffPost: Ces Marseillais ne veulent pas de Macron, mais ils feront barrage à Le Pen

  • Hu chevron_right

    Ces Marseillais ne veulent pas de Macron mais, face à Le Pen, ils feront barrage

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 16 April - 06:50 · 3 minutes

CAMPAGNE - C’est l’un des enjeux du meeting marseillais d’Emmanuel Macron ce samedi 16 avril: convaincre l’électorat de Jean-Luc Mélenchon majoritaire dans la cité phocéenne et pourquoi pas quelques sympathisants du Rassemblement National.

La mission est d’importance puisqu’ici c’est le leader de la France Insoumise qui a emporté haut la main le premier tour de l’élection présidentielle, flirtant dans certains arrondissements avec 60% de votes en sa faveur.

Le 3ème arrondissement marseillais occupe la première place du podium. Dans ce quartier populaire se côtoient habitants historiques modestes et nouveaux venus branchés, deux électorats cibles de la campagne de Jean-Luc Mélenchon.
Au café de la poste, rue de la Belle de Mai, Kamel et son fils Ramzy tiennent le comptoir. Le patriarche a donné sa voix au troisième homme de l’élection quand son fils lui a préféré l’inénarrable Jean Lassalle .

“Je voterai Macron pour faire barrage à Marine Le Pen” indique sans détour Kamel précisant que dans le quartier, certains ont tout de même voté Le Pen; si peu: 13,54% des suffrages exprimés dans l’arrondissement et presque deux fois moins que la moyenne nationale.

Dans les bistrots alentour, on s’interdit de parler politique, à l’inverse de “La friche de la belle de mai” endroit associatif où se côtoient bar-restaurant, expositions et skatepark. Ici, Marin s’occupe de travailleurs précaires: “Si Marine Le Pen passe, pour tous ces gens, c’est une catastrophe. Malgré tout, il y a des gens qui n’iront pas voter, et ça c’est très grave.”

Il n’y a pas la même certitude sur la table voisine où le quinquennat Macron pèse sur la conscience électorale: “J’hésite, je ne veux vraiment pas d’Emmanuel Macron. J’irai voter, mais ce sera difficile”.

Le 11e arrondissement et Marine Le Pen en tête

Changement de décor, quelques kilomètres et deux trajets de bus plus loin. Les ruelles sont devenues de Grands Boulevards bordés de grandes enseignes. Des cités tours et des maisons résidentielles, ici on a voté à 29,96% pour Marine Le Pen, laissant Emmanuel Macron 8 points derrière. Jean-Luc Mélenchon occupe, lui, la deuxième place à 1700 voix de sa rivale d’extrême droite.

Pourtant, difficile de trouver un électeur du rassemblement National. C’est plutôt la France Insoumise qui semble occuper l’espace dans les conversations, surtout chez les plus anciens. Seul le maire, encarté chez Les républicains, témoigne du vote droitiste des habitants du 11ème arrondissement de Marseille.

Pour Sylvain Souvestre, élu en 2020 sur les 12ème et 11ème arrondissements de Marseille et membre du parti Les Républicains, il y a une part d’Histoire dans le vote lepéniste: “Il y a des cités de pieds-noirs, de gens qui sont venus et qui votaient déjà extrême, extrême gauche ou extrême droite associés à des noyaux villageois très résidentiels.” Et de faire justement remarquer “Si on associe les trois extrêmes (Zemmour, Mélenchon, Le Pen, NDLR), ils font 65% dans le 11e arrondissement marseillais”. La candidate de son parti, Valérie Pécresse a, elle, fait ici... 2,66% des votes.

À voir également sur Le HuffPost: Un référendum sur la peine de mort? Marine Le Pen dit tout et son contraire.