close
  • Hu chevron_right

    Météo-France place 17 départements en vigilance orange aux orages

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 20 May - 08:20 · 1 minute

17 départements de la région parisienne et des Hauts-de-France ont été placés en alerte orange aux orages par Météo-France. 17 départements de la région parisienne et des Hauts-de-France ont été placés en alerte orange aux orages par Météo-France.

MÉTÉO - Après le beau temps, la pluie. Météo-France a placé 17 départements de la région parisienne et des Hauts-de-France en vigilance orange aux orages ce vendredi 20 mai au matin, en raison de possibles “phénomènes localement violents”.

Les départements concernés jusqu’à 18 heures sont le Val-de-Marne, la Seine-et-Marne, l’Essonne, les Yvelines, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine, Paris, le Val-d’Oise, l’Oise, l’Eure, la Marne, la Seine-Maritime, l’Aisne, les Ardennes, la Somme, le Nord et le Pas-de-Calais.

Météo-France prévoit de violentes rafales de vent pouvant dépasser les 100 km/h et des cumuls de pluie pouvant atteindre localement 10 à 30 mm en moins d’une heure. De la grêle est également possible.

Les orages qui se dirigent actuellement vers le bassin parisien devraient traverser la zone de vigilance “d’ouest en est entre la fin de matinée et la fin d’après-midi”, indique Météo-France dans son bulletin. “D’autres orages, plus organisés, concernent actuellement la Mayenne et la Sarthe et remontent vers les zones en vigilance orange”, est-il ajouté.

Les préfecture des Hauts-de-France et des départements d’île-de-France ont rappelé les précautions à prendre durant les orages: mettre à l’abri les objets exposés au vent ou à la pluie, éviter de se déplacer, notamment en forêt et près des cours d’eau; ne pas s’abriter sous les arbres, éviter d’utiliser téléphones et appareils électriques.

À voir également aussi sur le Huffpost: La France n’est pas le seul pays à être touché par des températures élevées

  • Hu chevron_right

    Variole du singe: un premier cas suspect signalé en Île-de-France

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 19 May - 18:50 · 3 minutes

La variole du singe a été détectée dans plusieurs pays européens et américains au mois de mai 2022.  La variole du singe a été détectée dans plusieurs pays européens et américains au mois de mai 2022.

SANTÉ - Premier soupçon dans l’Hexagone. Après plusieurs cas signalés au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal ou en Suède, la France s’ajoute à la liste des pays d’Europe où cette maladie endémique se propage.

Un premier cas suspect de variole du singe a été identifié ce jeudi 19 mai en Île-de-France annonce la Direction générale de la Santé (DGS) dans une note transmise aux professionnels de santé, indiquent Le Parisien et franceinfo.

Pour l’heure, aucune information officielle sur le profil du cas suspecté n’a été dévoilée, ce dernier devant encore réaliser un test PCR pour s’assurer qu’il s’agit bel et bien de la variole du singe. “La vigilance est requise devant tout cas évocateur” et “cette situation sanitaire est inédite et évolutive”, précise la DGS, qui appelle les professionnels de santé à signaler tout cas suspect à l’Agence régionale de santé.

À 17 heures, Santé Publique France a publié un document permettant de définir ce qu’est un cas suspect, probable ou confirmé de la variole du singe, ou “orthopoxvirose simienne”. Le document précise aussi ce qu’est une personne contact à risque, tout comme la conduite à suivre pour limiter au maximum la propagation du virus en France.

Plusieurs cas recensés en Europe, aux États-Unis et au Canada

Quand le virus gagne l’être humain, c’est principalement à partir de divers animaux sauvages, rongeurs ou primates par exemple. La transmission d’un humain à l’autre est limitée, explique l’ Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Ses symptômes ressemblent, en moins grave, à ceux que l’on observait dans le passé chez les sujets atteints de variole: fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, dorsales, au cours des cinq premiers jours. Puis apparaissent des éruptions cutanées (sur le visage, la paume des mains, la plante des pieds), des lésions, des pustules et enfin des croûtes.

On l’a identifiée pour la première fois chez l’homme en 1970 en République démocratique du Congo (ex-Zaïre) chez un garçon âgé de 9 ans vivant dans une région d’où la variole avait été éliminée depuis 1968.

Depuis le 6 mai, date de signalement des premiers cas au Royaume-Uni, l’OMS indique suivre de près ces infections qui semblent avoir été transmises au sein de la communauté homosexuelle. Depuis des cas de variole du singe ont été signalés au Portugal, en Espagne, en Italie, en Suède ainsi qu’aux États-Unis et au Canada.

La transmission secondaire, c’est-à-dire interhumaine, peut résulter de contacts étroits avec des sécrétions infectées des voies respiratoires, des lésions cutanées d’un sujet infecté ou d’objets récemment contaminés par des liquides biologiques ou des matières provenant des lésions d’un patient.

“Il est probablement trop tôt pour tirer des conclusions sur le mode de transmission ou supposer que l’activité sexuelle était nécessaire à la transmission”, a toutefois prévenu Michael Skinner, virologue à l’Imperial College London, auprès de l’organisme Science media centre (SMC).

À voir également sur Le HuffPost: À Wuhan, la visite très surveillée de l’OMS dans le marché berceau de la pandémie de Covid-19

  • Hu chevron_right

    Valérie Pécresse a "repris son souffle" après sa défaite et revient sur le terrain de l'Île-de-France

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 13 May - 15:29 · 2 minutes

Photo d'illustration de Valerie Pécresse, dans un bureau de vote de Vélizy-Villacoublayle 10 avril 2022. REUTERS/Gonzalo Fuentes Photo d'illustration de Valerie Pécresse, dans un bureau de vote de Vélizy-Villacoublayle 10 avril 2022. REUTERS/Gonzalo Fuentes

POLITIQUE - Elle est de retour et elle a “beaucoup appris”. En retrait depuis sa défaite cinglante à la présidentielle, Valérie Pécresse est revenue ce vendredi 13 mai sur la scène publique dans son costume de présidente de la région Île-de-France.

“En politique, soit on gagne, soit on apprend. On va dire que j’ai beaucoup appris”, a déclaré en souriant Valérie Pécresse en marge de l’inauguration de la Biennale d’architecture et de paysage (Bac) de Versailles. Au premier tour de la présidentielle, elle n’avait recueilli que 4,78% des suffrages, le pire score de la droite pour cette élection.

Un mois après sa défaite, l’ex-candidate des Républicains a indiqué avoir “repris (son) souffle”. “Je suis partie marcher dans la nature, c’est ce qui ressource le mieux, je vous assure”, a-t-elle ajouté.

Dans son discours, Valérie Pécresse a affirmé sa détermination à “accélérer le rythme de la transition écologique” pour la région, en plaidant pour “une écologie des résultats” et non “punitive”.

L’objectif du Pécressethon presque atteint

Le score de Valérie Pécresse le 10 avril, inférieur à 5% des voix ne lui permet pas d’obtenir un remboursement de ses frais de campagne pour lesquels elle s’est “endettée personnellement à hauteur de cinq millions d’euros”.

L’appel de dons qu’elle a lancé pour combler ce trou, qui devait s’interrompre lundi, a été prolongé jusqu’au 31 mai, avec l’objectif de réunir le million d’euros qui manque, les sommes promises jusqu’à présent atteignant les 4 millions, selon son entourage. Selon BFMTV , 2,5 millions d’euros ont été réunis grâce à des donateurs privés, tandis que le parti a déboursé 1,5 million d’euros.

“Sa famille politique, un certain nombre, a contribué de manière significative”, a déclaré le président LR du Sénat Gérard Larcher sur franceinfo jeudi 12 mai. Un nom cependant n’apparaitra pas dans la liste des contributeurs: celui de Nicolas Sarkozy.

L’ancien président de la République a voulu contribuer à hauteur de 2000 euros, selon les révélations de la presse. Un don que Valérie Pécresse a refusé , sur fond de tensions avec l’ancien chef d’État. “Elle ne demande pas la charité, mais la solidarité et l’amitié”, avait fait savoir son entourage à l’AFP.

Valérie Pécresse est restée totalement silencieuse à propos des élections législatives. Gérard Larcher a cependant déclaré avoir pu constater “au travers d’un certain nombre de messages, qu’elle comptait s’impliquer aux côtés des candidats d’Île-de-France.”

À voir également sur Le HuffPost: Les résultats de Valérie Pécresse sont les pires à la présidentielle pour la droite

  • Hu chevron_right

    Un pic de pollution prévu vendredi à Paris et en Île-de-France

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 24 March - 17:15 · 1 minute

Un épisode de pollution aux particules est attendu le 25 mars 2022 en Île-de-France.

POLLUTION - La qualité de l’air se dégrade en Île-de-France. Airparif, association qui surveille la qualité de l’air dans la région, annonce “de forts niveaux de particules” ce vendredi 25 mars, “du fait de conditions météorologiques défavorables à la dispersion et à une accumulation de la pollution depuis plusieurs jours”.

Comme l’illustrent les cartes d’Airparif, une grande partie de l’Île-de-France était déjà en rouge ce jeudi 24 mars, synonyme de “mauvaise” qualité de l’air. Vendredi, toute la région sera donc concernée.

“Réduire la vitesse”

En raison de cette alerte, l’adjoint aux transports à la mairie de Paris, David Belliard, a annoncé sur Twitter que “le stationnement résidentiel sera gratuit” toute la journée de vendredi dans la capitale. De son côté, la préfecture recommande d’éviter de prendre la voiture , de privilégier les véhicules non polluants ou le covoiturage, réduire la vitesse ou encore à penser au télétravail.

Si prendre la voiture vous est indispensable, prenez garde puisque les vitesses maximales seront réduites de 20km/h, passant à 110km/h sur les autoroutes, 90km/h sur les autoroutes et les voies rapides limitées à 110km/h, et à 70km/h sur les routes limitées nationales limitées à 90km/h ou à 80km/h.

“Le vent attendu ce week-end devrait permettre une amélioration”, précise le communiqué de la préfecture, qui n’exclut pas des “mesures restrictives” dans le cas contraire.

À voir également sur Le HuffPost: Face à la pollution, New Delhi ferme ses écoles pour une semaine

  • Hu chevron_right

    Grève RATP: le trafic des bus et tramways très perturbé vendredi

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 24 March - 16:05 · 3 minutes

En raison d

TRANSPORTS - Des difficultés inégales. En raison d’un mouvement de grève ce vendredi 25 mars, le trafic RATP sera fortement perturbé pour les bus et les tramways, mais quasiment normal pour les métros et RER. Les grévistes se mobilisent notamment pour les salaires et contre l’ouverture à la concurrence, a annoncé la régie de transport mercredi 23 mars.

Les métros circuleront normalement sauf sur les lignes 2, 7, 8, 9 et 13 où de légères perturbations sont à prévoir. Les RER A et B rouleront eux aussi normalement.

L’impact s’annonce en revanche beaucoup plus fort sur le réseau de bus où environ 30% des lignes seront interrompues, tandis qu’un bus sur deux sera en service sur le reste du réseau. Côté tramway, le T8 sera fermé et un train sur deux ou trois circulera sur l’ensemble des autres lignes.

Des négociations en cours

Les perturbations seront bien moins importantes que lors de la première journée de grève du 18 février qui avait vu la quasi totalité des lignes de métro fermer ou fonctionner seulement aux heures de pointe. Le mouvement de grève, qui portait initialement sur les salaires, est venu se greffer à une autre journée de revendication contre l’adaptation à l’ouverture à la concurrence.

La direction négocie actuellement avec les syndicats un accord sur le temps de travail des 15.000 conducteurs de bus parisiens et 1.000 conducteurs de tramways pour s’intégrer au “cadre social territorial” (CST) qui imposera les mêmes règles d’organisation et de temps de travail à toutes les entreprises à partir du 1er janvier 2025, date de fin du monopole de la RATP sur le réseau de surface.

“Le CST est un intermédiaire entre ce que prévoit la convention collective du transport urbain et les dispositions actuelles qui régissent le temps de travail des personnels de la RATP”, a précisé Jean Agulhon, DRH du groupe. Le but des négociations est “de se rapprocher le plus possible, sans l’atteindre” des conditions de travail prévues par le CST. Une quarantaine de réunions ont déjà eu lieu “et elles doivent aboutir à un accord en avril”, a expliqué le DRH.

Ce dernier devrait entrer en vigueur le 1er juillet afin de permettre à la RATP d’être en ordre de marche pour remporter des appels d’offre via sa filiale CAP Ile-de-France sur les douze lots du marché de bus de Paris et de sa proche banlieue.

La direction ne veut plus parler des salaires

Pour l’instant, la direction propose de rallonger le temps de travail de 40 minutes par jour, la suppression de six jours de repos par an, le tout compensé par une hausse de salaire d’environ 70 euros par mois, selon les syndicats.

“Ce chiffre est très éloigné du dernier chiffre communiqué aux organisations syndicales”, a réagi Jean Agulhon, sans préciser le montant avancé par la direction. L’entreprise se moque un peu de nous”, insiste Arole Lamasse, secrétaire général de l’Unsa-RATP pour qui “les conditions de travail des machinistes vont être bouleversées” et les compensations ne suffisent pas.

La CGT continue elle de demander la suspension du processus et le “maintien d’un monopole public”. Les syndicats demandent également le dégel de la valeur du point (gelé depuis 2012) comme vont y avoir droit les fonctionnaires. Mais la PDG du groupe public Catherine Guillouard l’a rappelé début mars: “pour nous, (les négociations sur les salaires) sont terminées”.

À voir également sur L e HuffPost : Des RER B et D évacués entre Gare du Nord et Châtelet

  • Hu chevron_right

    Valérie Pécresse attaquée en justice sur ses liens supposés avec Alstom

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 21 February - 17:58 · 3 minutes

Valerie Pecresse, le 17 février 2022 à Mouilleron-le-Captif.

POLITIQUE - Valérie Pécresse soupçonnée de prise illégale d’intérêts. Les élus écologistes d’ Île-de-France Mobilités (IDFM) ont annoncé, ce lundi 21 février, saisir le procureur de la République du parquet de Paris contre la présidente de région et de cette autorité des transports.

Ces élus, parmi lesquels David Belliard, adjoint (EELV) de la maire PS de Paris Anne Hidalgo et soutien de Yannick Jadot , candidats comme Valérie Pécresse à l’élection présidentielle, “pensent” que cette dernière a commis depuis son élection fin 2015 “une infraction de prise illégale d’intérêts”, ont-ils expliqué lundi lors d’un point-presse.

Ils ont décidé de s’appuyer sur l’article 40 du code de procédure pénale, qui impose à “toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire” ayant connaissance d’un crime ou d’un délit de le signaler au procureur de la République.

Accusée d’avoir “invisibilisé” des actions d’Alstom

Cette action fait suite à la parution d’articles de presse dans lesquels “il est indiqué”, selon les Verts, que Valérie Pécresse “détiendrait avec son mari des actions Alstom. Une situation qui, si elle était avérée, serait incompatible avec sa fonction de présidente d’IDFM”, affirment-ils.

Selon un article du média en ligne Blast paru en janvier, la candidate LR à la présidentielle a “invisibilisé” des actions d’Alstom qu’elle détenait en commun avec son époux afin qu’elles n’apparaissent plus dans ses déclarations d’intérêts.

Jérôme Pécresse travaillait chez Alstom jusqu’au rachat des activités énergie du groupe par General Electric début novembre 2015.

Un mois après, Valérie Pécresse est élue à la tête de la région et crée rapidement, selon Blast , une fiducie, montage aussi connu sous le terme anglo-saxon de trust, pour qu’une banque gère ce portefeuille d’actions à leur place.

Depuis, IDFM a commandé près de 2,4 milliards d’euros de matériel roulant à Alstom, soulignent les élus écologistes.

“Or, Mme Pécresse ne s’est pas abstenue de participer pendant cette période à l’examen des dossiers et au choix des entreprises soumises au vote du CA [...] qui ont abouti au choix de l’entreprise Alstom comme fournisseur de l’autorité organisatrice, [...] alors qu’elle et son époux étaient détenteurs d’actifs financiers de cette entreprise”, affirment-ils.

Une “manœuvre à quelques semaines de l’élection”

Sollicité par l’AFP, l’entourage de Valérie Pécresse a indiqué que la candidate LR à la présidentielle avait demandé à son avocat de déposer une plainte pour dénonciation calomnieuse.

“Après le début de son mandat de présidente de Région, ni madame ni monsieur Pécresse n’ont plus jamais été propriétaires d’actions Alstom, ni intéressés aux résultats de l’entreprise Alstom ou à l’évolution du cours de son action”, a affirmé la même source.

Après l’élection de 2015, précise son entourage, “M. Pécresse a immédiatement vendu toutes les actions Alstom [...] dont il était détenteur”. La constitution d’une fiducie auprès d’une banque française a servi à réceptionner le solde d’actions “qui étaient à cette date incessibles” et d’autres actions “dont il était attributaire certain, mais à une date différée”.

La fiducie avait pour consigne “de les vendre toutes à terme”, dès qu’elles devenaient cessibles, et à un prix fixé inférieur au cours de l’action de l’époque, ce qui a été fait en 2017, précise l’entourage selon lequel la fiducie a alors été fermée.

Valérie Pécresse n’est “pas dupe de cette manœuvre à quelques semaines de l’élection présidentielle concernant une situation qui respecte la loi et les obligations de transparence, et qui est connue depuis 2015”, dit encore son entourage.

À voir également sur Le HuffPost : “Grand remplacement”, à son meeting, Valérie Pécresse n’en est pas à sa première fois

  • Hu chevron_right

    La Cour des comptes propose d'augmenter le prix du pass Navigo

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 16 February - 14:00 · 3 minutes

Une augmentation du tarif du pass navigo est envisagée par la Cour des comptes qui cible principalement les touristes.

ÉCONOMIE - Des recettes supplémentaires sont nécessaires pour rétablir l’équilibre des finances des transports en commun d’Île-de-France mis à mal par la crise sanitaire, indique ce mercredi 16 février la Cour des comptes qui propose d’augmenter les tarifs, y compris du pass Navigo , de cibler les automobilistes ou de faire payer davantage les collectivités locales.

Si l’État a renfloué Île-de-France Mobilités (IDFM) en 2020 et 2021 (en lui apportant respectivement 1,3 milliard et 800 millions d’euros, outre un trop perçu de 274 millions remboursable cette année), sa contribution s’est essentiellement faite sous forme d’une avance remboursable, qui engage IDFM jusqu’en 2036.

“La soutenabilité de la dette d’IDFM au-delà de 2026 ne pourra être assurée sans recettes supplémentaires”, écrit la Cour dans son rapport annuel, notant que la fréquentation n’a pas retrouvé ses niveaux d’avant Covid-19 et que les dépenses d’exploitation doivent augmenter avec l’ouverture de nouvelles infrastructures.

“Des mesures doivent donc être prises, en dépenses et en recettes, pour rétablir à court terme l’équilibre financier du modèle économique des transports publics franciliens , puis le stabiliser à moyen et long terme”, juge-t-elle.

Les sages de la rue Cambon estiment difficile de reporter les investissements. Pour faire des économies, ils réclament “une réduction globale de l’offre” ciblée en fonction de la fréquentation, “tout en préservant la qualité de service”.

“Les opérateurs de transports doivent accentuer leurs efforts de productivité”, réclament-ils aussi, visant la RATP et la SNCF .

Côté recettes, ils prônent une hausse des tarifs justifiée au moins par “des extensions substantielles du réseau, en cours et à venir, et l’amélioration corrélative de la qualité de service”, en modulant “le cas échéant” l’augmentation du passe Navigo selon des critères de revenus et en ciblant les touristes.

Dissuader l’usage de la voiture

Ils appellent également de leurs vœux une “participation accrue des collectivités membres d’IDFM” (la ville de Paris, les départements et la région) et suggèrent de “faire profiter IDFM de la valorisation d’une partie de la plus-value immobilière que les collectivités territoriales et les entreprises tirent de la mise en service des gares et stations des nouvelles lignes”.

Les automobilistes franciliens pourraient aussi être mis à contribution, la Cour des comptes citant un péage urbain, une vignette ou une taxe sur le carburant. À tout le moins, “la fréquentation (des transports en commun) pourrait être accrue grâce à l’amplification des mesures (...) dissuadant l’usage de la voiture”, écrit-elle. En revanche, on ne peut selon elle pas demander plus aux entreprises qui financent la moitié des transports publics d’Île-de-France.

“Il appartient à IdFM, dans l’exercice d’une compétence qui lui est dévolue, d’explorer les leviers, aussi bien en recettes qu’en dépenses, pour tendre vers l’équilibre financier du système de transports collectifs franciliens”, répond à la Cour le Premier ministre Jean Castex .

Refusant toute nouvelle taxe, il rejette tant la hausse suggérée des contributions des automobilistes franciliens qu’une éventuelle contribution immobilière.

“Il conviendrait d’offrir à Île-de-France Mobilités de nouvelles ressources fiscales pour financer l’exploitation des projets en cours de réalisation et à venir, notamment le Grand Paris Express, comme le Premier Ministre s’y était engagé dans un courrier du 21 janvier 2020”, écrit la présidente de la région Île-de-France et d’IDFM Valérie Pécresse .

“C’est la seule voie vers un modèle de financement des transports franciliens pérenne et équilibré”, ajoute-t-elle, refusant une augmentation des contributions des collectivités locales.

Quant au directeur général d’IDFM Laurent Probst, il rejette toute augmentation des tarifs ”à très court terme, tant que le niveau de fréquentation des transports en commun ne (se sera) pas rétabli à son niveau d’avant la crise”.

À voir également sur Le HuffPost: Joséphine Baker a désormais une station du métro de Paris à son nom

  • Hu chevron_right

    BFMTV et Éric Zemmour à Montreuil? La chaine va devoir changer de lieu

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 3 February - 08:49 · 2 minutes

zemmour bfmtv

PRÉSIDENTIELLE - Éric Zemmour est persona non grata à Montreuil (aussi) . Le candidat de Reconquête à la présidentielle doit participer le 9 février à une émission politique de BFMTV. Il avait choisi qu’elle soit tournée dans la ville de Seine-Saint-Denis où il est né. Mais les propriétaires du studio ont annulé le tournage dans leurs locaux évoquant leurs “valeurs en opposition totale avec les propos du polémiste d’extrême droite”.

Après Valérie Pécresse , Éric Zemmour est le deuxième candidat reçu dans l’émission La France dans les yeux sur la chaîne d’infos en continu. Le tournage était prévu aux Chaudronneries, un espace de co-working à Montreuil. Mais, comme le rapporte Le Parisien , en découvrant l’identité de l’invité, les propriétaires du lieu ont préféré se retirer du projet.

“Le travail de nos équipes et des porteurs de projets résidant aux Chaudronneries est résolument tourné vers la recherche de nouvelles écologies sociétales et environnementales, qui placent en priorité les questions de diversité, de solidarité et d’entraide. Les échanges et les apprentissages mutuels, issus de vies et de pratiques culturelles hétérogènes, sont essentiels pour accompagner les transformations sociétales, aujourd’hui inéluctables. C’est pourquoi cet événement n’est pas envisageable aux Chaudronneries”, écrivent les responsables dans un communiqué cités dans le quotidien.

L’émission ne devrait pas être annulée pour autant, BFMTV disposant d’un plan B pour assurer le tournage, précise la même source.

Déplacements compliqués pour Zemmour

L’ancien journaliste, condamné pour provocation à la haine raciale, enchaîne les déplacements compliqués. Villepinte, Marseille, Calais et peut-être bientôt Lille... Son grand meeting prévu samedi 5 février dans la ville de la socialiste Martine Aubry fait l’objet d’un appel à la mobilisation de la part de SOS Racisme, soutenue par la municipalité.

À Montreuil également, le maire PCF Patrick Bressac a décidé de prendre la parole face à la venue “d’une personnalité qui divise et distille de la haine dans notre pays.”

Soulignant l’attachement de la ville à la “diversité” et à la “richesse humaine”, il a appelé les habitants à un rassemblement le 9 février en début de soirée, devant la mairie “là où un résistant manouche a planté le drapeau tricolore en août 1944, là où des républicains espagnols furent accueillis, là où nous avons soutenu les travailleurs migrants du foyer Bara.”

Les Montreuillois sont aussi encouragés à “témoigner de leur désir de bien vivre ensemble” en affichant au cours du weekend “partout où nous le pourrons, notre fierté de représenter ces valeurs qui font ce que nous sommes et qui portent notre idée de la France.”

À voir également sur Le HuffPost: Dans ses vœux à la presse, Marine Le Pen étrille (sans le nommer) Éric Zemmour