close
  • Hu chevron_right

    Les résultats de la présidentielle 2022 en direct dans une fiction d'Arte.tv

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 24 April - 05:56 · 4 minutes

Félix Moati est l Félix Moati est l'un des héros de la fiction "Jour de gloire" tournée et diffusée en direct sur Arte.tv (ici en photo lors du festival d'Angoulême, le 26 août 2021)

TÉLÉVISION - “Je me suis dit que c’était absolument infaisable, et c’est précisément pour cela que j’ai eu envie de le faire”. L’ambivalence de Félix Moati est à l’image de l’extraordinaire de ce projet. Ce dimanche 24 avril à partir de 19h sur Arte.tv , l’acteur sera l’un des héros de la fiction Jour de gloire , plan séquence de plus d’une heure tourné et diffusé en direct, et forcément largement infusé par la tension de ce second tour de l’élection présidentielle où chaque Français retient son souffle.

Pendant 1h05, on va suivre les retrouvailles “intimes et poétiques” de deux frères que tout oppose. Après avoir raté l’enterrement de sa mère parce qu’il vivait à Melbourne depuis cinq ans, Félix (Moati) retrouve son frère aîné Julien (Campani) dans leur village natal: ils parcourent les rues qui les ont vus grandir, vont boire un verre au bar Paradiso, passent par la mairie où le cadet tient absolument à glisser son bulletin dans l’urne avant de s’installer dans le salon de leur maison d’enfance pour découvrir, comme tous les Français, le visage du nouveau président. Non sans bouleverser leur fraternité.

Tout se joue en direct

Derrière ce projet complètement fou il y a le duo de réalisateurs Jeanne Frenkel et Cosme Castro qui pratiquent ce qu’ils ont appelé le “méta cinéma” depuis bientôt sept ans. Avec eux une soixantaine de personnes en tout, des acteurs aux techniciens, est impliquée dans ce “dispositif de mise en scène assez incroyable” pour relever le “projet le plus ambitieux de leur carrière”.

Aucune partie n’est enregistrée, aucune scène ne peut être rejouée, tout se joue en direct sous les yeux des spectateurs - même la musique interprétée en live par Flavien Berger. “Ça ressemble à un saut dans le vide”, sourit la comédienne Julia Faure, qui a déjà travaillé avec le binôme au théâtre, tout comme Kamel Abdessadok qui décrit “quelque chose de vertigineux”.

"Jour de gloire" sera tourné et diffusé en direct depuis un petit village du Lot-et-Garonne

Car si “tout est très écrit comme au cinéma” et répété depuis une dizaine de jours, insiste Jeanne Frenkel, il faut composer avec des inconnues qu’ils ne maîtrisent pas. La météo, notamment, pourrait compliquer le tournage s’il venait à pleuvoir sur le petit village du Lot-et-Garonne qu’ils ont choisi pour décor naturel (et dont ils préfèrent taire le nom pour éviter la venue de curieux le soir même). Et évidemment le résultat de cette élection qui va impacter l’épilogue de leur film. Si plusieurs scénarios sont prévus en fonction de la victoire de l’un ou l’autre candidat, il faudra aussi faire avec l’émotion des acteurs à ce moment précis.

“Le réel va faire effraction dans la fiction”

“Si Marine Le Pen gagne, il sera difficile de ne pas filmer un effondrement. On aura pendant cette heure la même anxiété que n’importe qui à ce moment-là”, souffle Félix Moati, fébrile à l’idée de voir “le réel faire effraction dans la fiction”. Mais c’est justement ce qui fait le sel de ce projet pour le producteur Florent Peiffer: “Tout l’enjeu c’est de voir comment le réel va impacter la fiction et comment cela va se ressentir dans le jeu des acteurs.”

Avec ce projet hors norme, diffusé en direct sur arte.tv, Youtube, Facebook mais aussi dans une trentaine de salles de cinéma en France de 19h à 20h05 ce dimanche 24 avril, Arte entend “proposer des récits singuliers et explorer de nouvelles formes d’écritures”. Et permettre au passage aux spectateurs lassés par les chaînes d’info de découvrir le résultat de cette présidentielle 2022 d’une autre façon plus poétique.

La fiction Jour de gloire sera ensuite disponible en replay pendant trois ans, de quoi ressentir à nouveau l’atmosphère électrique ces quelques minutes suspendues cruciales de notre histoire contemporaine.

À voir également sur Le HuffPost: Cette phrase du discours de Mélenchon a inspiré les plus jeunes sur Tiktok

  • chevron_right

    Arte fera vivre le résultat de la présidentielle avec Jour de gloire, une fiction en direct

    news.movim.eu / Numerama · Monday, 18 April - 06:45

Un film d’une heure, tourné et diffusé en direct le soir du second tour de l'élection présidentielle 2022 : c’est le projet un peu fou d’Arte, avec Jour de gloire. On vous dit tout sur cette fiction avec Félix Moati (The French Dispatch) et Julia Faure (Mytho). [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    "Serviteur du peuple" sur Arte: quand Volodymyr Zelensky jouait au président

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 8 April - 19:00 · 3 minutes

Volodymyr Zelensky dans Volodymyr Zelensky dans "Serviteur du peuple", disponible sur Arte.tv

SÉRIES - La France a failli avoir Coluche, les États-Unis ont élu Ronald Reagan, et l’Ukraine a choisi Volodymyr Zelensky . Mais voilà, avant de devenir président de l’Ukraine , celui-ci a eu une carrière bien différente de ses fonctions actuelles: il était humoriste et acteur.

À 44 ans, il a connu le succès populaire à la télé avant de rencontrer la victoire aux urnes et d’être élu en 2019. À la fois producteur et présentateur, Volodymyr Zelensky, s’est fait connaître en Ukraine avec sa société de production, Studio Kvartal 95, et ses émissions de divertissement. Il a également gagné l’édition ukrainienne de Danse avec les Stars en 2006, et prêté sa voix à l’ours Paddington pour le doublage du film en Ukraine.

Mais c’est sa carrière d’acteur qui a propulsé Volodymyr Zelensky sur le devant de la scène. Et notamment en 2015, année au cours de laquelle il a interprété un professeur d’histoire dans la série Serviteur du peuple. Arte diffuse ce vendredi 8 avril le premier épisode de la saison 1 à 22h25. Tous les épisodes, eux, sont déjà disponibles sur la plateforme Arte.tv.

3 saisons

La série, qui compte au total trois saisons, a été diffusée à la télévision Ukrainienne sur la chaîne 1+1 de 2015 à 2019, et a rencontré un grand succès. Elle est la série télévisée la plus regardée d’Ukraine. Les épisodes ont été mis à disposition gratuitement sur YouTube, et cumulent, avec la diffusion télé, près de 20 millions de spectateurs.

Mêlant comique et politique, Serviteur du peuple raconte l’histoire de Vassili Goloborodko, professeur d’histoire de 37 ans, à Kiev. Un jour, ce dernier s’insurge contre le pouvoir en place, rongé par la corruption, et qualifie les dirigeants de l’Ukraine, ainsi que les candidats à la prochaine présidentielle “d’enfoirés”. Mais il est filmé par ses élèves, qui s’empressent de diffuser la vidéo sur Internet, vidéo qui devient virale. Porté par la vague de soutien qu’il reçoit alors, Vassili Goloborodko se présente aux élections présidentielles, qu’il gagne avec 67 % des suffrages.

Un rôle prémonitoire, puisqu’en 2018, fort du succès de la série, Volodymyr Zelensky se lance réellement dans la campagne présidentielle ukrainienne. Il fonde un parti politique auquel il donne le nom de la série, Serviteur du Peuple, et construit son programme sur les mêmes revendications que son personnage: la lutte contre la corruption des élites. Une stratégie payante: Zelensky est largement élu président le 21 avril 2019, avec 73,2% des suffrages.

D’acteur à chef de guerre

Mais si Volodymyr Zelensky a été plébiscité par les Ukrainiens en 2019, trois ans plus tard, ils ne sont plus que 23% à approuver l’action de l’ancien comédien devenu président. Selon une étude publiée par Razumkov en février, 55% de la population estimait que leur président ne serait pas un bon chef de guerre en cas d’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Quelques semaines plus tôt, Volodymyr Zelensky, se défendait face à ces critiques, affirmant “qu’aucun président de l’Ukraine n’est préparé à une guerre avec la Russie”. Depuis, il s’efforce de résister.

Dans le courant du mois de février, dans une vidéo publiée sur Facebook, il assurait: “Nous avons tenu bon et repoussons avec succès les attaques ennemies. Les combats continuent dans de nombreuses villes et régions du pays, mais [...] c’est notre armée qui contrôle Kiev et les villes clés autour de la capitale.”

Sa carrière à la télévision et sur les plateaux de tournage semble bel et bien terminée au profit de son rôle de chef d’État, pour lequel il s’était entraîné sans vraiment le savoir.

À voir également sur Le HuffPost : Aux Grammy Awards, Volodymyr Zelensky s’exprime lors d’une allocution enregistrée

  • Hu chevron_right

    Dans "En thérapie" et sa saison 2 sur fond de Covid, le silence vaut plus que les mots

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 7 April - 16:30 · 3 minutes

Charlotte Gainsbourg, ici dans la saison 2 de Charlotte Gainsbourg, ici dans la saison 2 de "En thérapie".

SÉRIES - L’heure est venue de retrouver le divan de Philippe Dayan. Ce jeudi 7 avril, En thérapie fait son retour sur Arte, qui diffuse une première salve des épisodes de la saison 2 à partir de 21 heures. Mis en ligne une semaine plus tôt sur la plateforme de streaming de la chaîne franco-allemande, ils ont déjà accumulé sept millions de vues, égalant ainsi les chiffres de la première saison.

Pour la nouvelle, changement de décor. Le psychanalyste, joué par Frédéric Pierrot, a déménagé. C’est aux Lilas, en banlieue parisienne, qu’il reçoit désormais ses “patients”. Changement de casting, aussi. Mélanie Thierry et Reda Kateb, entre autres, ont laissé leur place à quatre nouveaux arrivants: Eye Haïdara (Inès), Suzanne Lindon (Lydia), Aliocha Delmotte (Robin) et Jacques Weber (Alain). Charlotte Gainsbourg, elle, a remplacé Carole Bouquet dans le rôle de la superviseuse.

Ce n’est pas tout. Un invité de marque a fait son arrivée. Outre l’épidémie de Covid-19 (trame de fond de cette saison), c’est le silence. Oui, l’absence de dialogue, les gros blancs. Et ce, alors que Philippe Dayan, plus bavard que nombre des spécialistes de sa branche dans la vraie vie, nous a plutôt habitués à la conversation dans son “cabinet”.

Vers “la parole pleine”

“On a souvent dû dégraisser un peu le texte. On en enlevait parfois jusqu’à ne plus rien mettre, a expliqué Olivier Nakache, l’un des co-créateurs du show, lors d’une conférence de presse au mois de février. [...] À écouter le silence, on en apprend davantage.” Il leur est d’ailleurs arrivé d’inscrire noir sur blanc l’expression “silence signifiant” au script pour insister sur l’absence d’échanges.

Cette pratique a, semble-t-il, été difficile pour Emmanuelle Bercot, qui signe plusieurs épisodes cette saison comme d’autres réalisateurs français de renom, à l’instar d’Arnaud Desplechin et Agnès Jaoui. Celle dont les films laissent peu de place au silence a confié ignorer ’“tout de la psychanalyse” et n’avoir “jamais vu de psy”.

Car cette pratique du silence n’est pas anodine, elle est étroitement liée à un courant de la psychanalyse. “Dans les séances d’analyse, il y a du silence, rappelle Frédéric Pierrot. Il y en a trois principaux: anxiété, angoisse, pause. Toutes ces qualités de silence sont à ressentir un peu comme en musique. Ça permet de ressentir ce qu’on appelle ‘la parole pleine’.”

Un silence révélateur

C’est à Jacques Lacan qu’on doit cette théorie, comme l’explique la psychanalyste Patricia Dahan dans la revue Champ Lacanien . D’après la doctorante de l’Université Paris Diderot, observer la place du silence, que Lacan considère comme la parole vide, est essentiel. “Cela permet de montrer que le silence fait partie de la parole, qu’il n’en est pas dissocié”, précise-t-elle.

Le silence est en effet indiscernable de la verbalisation, il est le produit de l’articulation de la parole. Dans Le séminaire , Lacan prend l’exemple d’un silence, celui de la pulsion sexuelle. Ici, il est bien corrélatif à la parole puisqu’il permet d’exprimer un dire sans les mots. “L’introduction du langage fait exister le silence de la même manière que la création du vase fait exister le vide”, ajoute la chercheuse.

Le silence serait révélateur de l’objet de la parole, mais aussi d’une parole qu’on ne peut pas dire ou qu’on ne veut pas dire, un non-dit. Ses fonctions sont diverses. Comme un vide entre deux mots, on l’imagine enfin comme un creux à l’intérieur de nous-mêmes. En thérapie sort la pioche.

À voir également sur Le HuffPost : Découvrez “Nona et ses filles”, la série de Valérie Donzelli pour Arte

  • chevron_right

    Critique :

    news.movim.eu / Numerama · Thursday, 7 April - 08:03

Un an après le succès de la formidable première saison, En thérapie lance cinq nouvelles psychanalyses, au lendemain du premier confinement, en mai 2020. Une réussite en 35 épisodes, qui ausculte nos fêlures les plus profondes avec toujours beaucoup de sensibilité. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    Dans "En thérapie" et sa saison 2 sur fond de Covid, le silence vaut plus que les mots

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 31 March - 16:30 · 3 minutes

Frédéric Pierrot de retour dans son personnage du psychanalyste Dayan.

SÉRIES - L’heure est venue de retrouver le divan de Philippe Dayan. Ce jeudi 31 mars, En thérapie , aussi connue comme étant la série la plus regardée de l’histoire d’Arte.tv, fait son retour sur la plateforme gratuite, avant la diffusion des premiers épisodes de cette nouvelle saison sur la chaîne franco-allemande, le 7 avril prochain.

Changement de décor. Le psychanalyste, joué par Frédéric Pierrot, a déménagé. C’est aux Lilas, en banlieue parisienne, qu’il reçoit désormais ses “patients”. Changement de casting, aussi. Mélanie Thierry et Reda Kateb, entre autres, ont laissé leur place à quatre nouveaux arrivants: Eye Haïdara (Inès), Suzanne Lindon (Lydia), Aliocha Delmotte (Robin) et Jacques Weber (Alain). Charlotte Gainsbourg, elle, a remplacé Carole Bouquet dans le rôle de la superviseuse.

Ce n’est pas tout. Un invité de marque a fait son arrivée. Outre l’épidémie de Covid-19 (trame de fond de cette saison), c’est le silence. Oui, l’absence de dialogue, les gros blancs. Et ce, alors que Philippe Dayan, plus bavard que nombre des spécialistes de sa branche dans la vraie vie, nous a plutôt habitués à la conversation dans son “cabinet”.

Vers “la parole pleine”

“On a souvent dû dégraisser un peu le texte. On en enlevait parfois jusqu’à ne plus rien mettre, a expliqué Olivier Nakache, l’un des co-créateurs du show, lors d’une conférence de presse au mois de février. [...] À écouter le silence, on en apprend davantage.” Il leur est d’ailleurs arrivé d’inscrire noir sur blanc l’expression “silence signifiant” au script pour insister sur l’absence d’échanges.

Cette pratique a, semble-t-il, été difficile pour Emmanuelle Bercot, qui signe plusieurs épisodes cette saison comme d’autres réalisateurs français de renom, à l’instar d’Arnaud Desplechin et Agnès Jaoui. Celle dont les films laissent peu de place au silence a confié ignorer ’“tout de la psychanalyse” et n’avoir “jamais vu de psy”.

Car cette pratique du silence n’est pas anodine, elle est étroitement liée à un courant de la psychanalyse. “Dans les séances d’analyse, il y a du silence, rappelle Frédéric Pierrot. Il y en a trois principaux: anxiété, angoisse, pause. Toutes ces qualités de silence sont à ressentir un peu comme en musique. Ça permet de ressentir ce qu’on appelle ‘la parole pleine’.”

Un silence révélateur

C’est à Jacques Lacan qu’on doit cette théorie, comme l’explique la psychanalyste Patricia Dahan dans la revue Champ Lacanien . D’après la doctorante de l’Université Paris Diderot, observer la place du silence, que Lacan considère comme la parole vide, est essentiel. “Cela permet de montrer que le silence fait partie de la parole, qu’il n’en est pas dissocié”, précise-t-elle.

Le silence est en effet indiscernable de la verbalisation, il est le produit de l’articulation de la parole. Dans Le séminaire , Lacan prend l’exemple d’un silence, celui de la pulsion sexuelle. Ici, il est bien corrélatif à la parole puisqu’il permet d’exprimer un dire sans les mots. “L’introduction du langage fait exister le silence de la même manière que la création du vase fait exister le vide”, ajoute la chercheuse.

Le silence serait révélateur de l’objet de la parole, mais aussi d’une parole qu’on ne peut pas dire ou qu’on ne veut pas dire, un non-dit. Ses fonctions sont diverses. Comme un vide entre deux mots, on l’imagine enfin comme un creux à l’intérieur de nous-mêmes. En thérapie sort la pioche.

À voir également sur Le HuffPost : Découvrez “Nona et ses filles”, la série de Valérie Donzelli pour Arte

  • chevron_right

    Séries Mania 2022 : qui a dit que les séries françaises étaient nulles ?

    news.movim.eu / Numerama · Monday, 28 March - 07:59

Fort d’une programmation aussi politique qu’humoristique, le festival Séries Mania a dévoilé vendredi soir les fictions choisies par les différents jurys. Une sélection éclectique, qui prime de nombreuses séries solaires. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    "En thérapie" saison 2 dévoile sa date de sortie et ses intrigues

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 17 February - 17:16 · 3 minutes

Frédéric Pierrot reprend son personnage du psychanalyste Dayan à la fin du mois de mars dans

SÉRIES - Le psychanalyste Philippe Dayan fait très bientôt son retour. À moins de deux mois de la diffusion à la télé sur Arte, on en sait un peu plus sur la nouvelle saison de la série à succès d’Éric Toledano et Olivier Nakache En Thérapie , série la plus vue de l’histoire de la plateforme de la chaîne franco-allemande.

À commencer par sa date de sortie. Les trente-cinq nouveaux épisodes doivent être mis en ligne sur Arte.tv le 31 mars. Les cinq premiers de cette nouvelle saison seront, eux, retransmis à la télévision une semaine plus tard, le 7 avril, dans la soirée. C’est “plus tôt que prévu”, a soufflé au micro Éric Toledano, lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi 17 février à laquelle Le HuffPost a assisté.

La nouvelle saison fait une ellipse dans le temps. On est cinq ans après les événements de la première saison, et plus précisément au sortir du premier confinement, au printemps 2020. Le contexte risque de parler à beaucoup de Français: nous sommes en plein dans l’épidémie de Covid-19. Et dans l’incertitude dans laquelle elle nous a plongés.

Les raisons de cette saison

C’est cette incertitude qui a motivé les créateurs de la série à renouveler leur programme. “Comment faire face à cette incertitude? Est-ce qu’on met les masques? S’il faut aller de front, il faut parler de ce qu’on est en train de vivre. Évidemment qu’il faut raconter ce moment-là, en quoi ça nous confronte”, a soulevé Éric Toledano.

Olivier Nakache a, lui, évoqué son envie de mener un projet à part sous la forme d’un collectif. “On avait envie de créer une équipe”, poursuit-il. Cette saison, plusieurs réalisateurs ont rejoint le navire. C’est le cas d’Arnaud Desplechin, Emmanuel Finkiel, Emmanuelle Bercot et Agnès Jaoui. Chacune et chacun ont réalisé plusieurs épisodes. “C’est inédit, c’est original”, continue Olivier Nakache.

Le décor n’est plus le même. Philippe Dayan (Frédéric Pierrot) a divorcé et déménagé. Il vit et accueille désormais ses patients en banlieue parisienne, aux Lilas. Ses anciens patients ont laissé la place à quatre nouveaux.

Les nouveaux patients

Il y a Inès (Eye Haïdara), une avocate dans la quarantaine. Celle-ci œuvre aussi à la défense du psychanalyste, poursuivi en justice par la famille d’un ancien patient décédé. Suzanne Lindon, elle, joue Lydia, une étudiante en architecture atteinte d’une grave maladie. Jacques Weber joue Alain, un chef d’entreprise plus touché qu’il ne le dit par le décès d’une de ses employées. Enfin: Robin (Aliocha Delmotte) campe un petit garçon, l’enfant d’un couple d’anciens patients dans la tourmente. Victime de harcèlement scolaire, il a beaucoup de mal avec le divorce de ses parents.

Charlotte Gainsbourg est, elle aussi, de la partie, mais côté psy. C’est elle qui a pris la relève de Carole Bouquet dans la saison 1. Ici, elle joue le rôle d’une analyste parisienne à succès, vers laquelle Dayan se tourne pour assurer sa supervision. Alors que tous les personnages sont adaptés de ceux déjà existants dans la version originale israélienne ( BeTipul ), celui de l’actrice française est inédit.

Série la plus vue de l’histoire d’Arte en seulement six semaines, En thérapie racontait, dans sa première saison, les séances d’un psychanalyste avec cinq patients en état de choc au lendemain des attentats du Bataclan, en 2015. Diffusée en février 2021, elle avait, un mois plus tard, cumulé plus de 36 millions de vues.

À voir également sur Le HuffPost : Découvrez “Nona et ses filles”, la série de Valérie Donzelli pour Arte