close
  • chevron_right

    US seizes 33 Iranian state-run media sites accused of election disinformation

    news.movim.eu / ArsTechnica · Wednesday, 23 June - 16:55

A website message that says

Enlarge / Website seizure notice that appears on presstv.com.

On Tuesday, the US government said it seized 33 websites run by a branch of the Iranian government that spread disinformation in the US before the 2020 presidential election. The US also seized three websites that it said were operated by an Iraqi terrorist organization.

Yesterday's Department of Justice announcement said the 33 Iranian sites were used by the Iranian Islamic Radio and Television Union (IRTVU), which is owned or controlled by the Islamic Revolutionary Guard Corps Quds Force (IRGC-QF). The DOJ said the IRTVU "targeted the United States with disinformation campaigns and malign influence operations."

"Visitors to leading Iranian media sites like Press TV and Al-Alam, the country's main English- and Arabic-language broadcasters, as well as the Al-Masirah TV channel of Yemen's Huthis, were met with single-page statements declaring the website 'has been seized by the United States government' accompanied by the seals of the Federal Bureau of Investigation and the US Commerce Department," the AFP wrote . The US also "took over the domain name of the news website Palestine Today, which reflects the viewpoints of Gaza-based Islamic militant groups Hamas and Islamic Jihad," The Washington Post reported .

Read 14 remaining paragraphs | Comments

index?i=VuIg23jTTOQ:kuvcnqyusno:V_sGLiPBpWUindex?i=VuIg23jTTOQ:kuvcnqyusno:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • chevron_right

    Élection américaine : Twitter contredit Donald Trump dans ses tweets

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Saturday, 26 December, 2020 - 09:00 · 1 minute

Twitter, le canal de communication préféré du président américain, a épinglé des étiquettes d’information sur les tweets concernant l’élection présidentielle et son résultat depuis le 3 novembre, le jour du vote. Elles appelaient à la prudence lorsque Donald Trump clamait que l’élection avait été faussée (ce qui n’a jamais été prouvé) ou quand il assurait qu’il avait remporté le vote. Le réseau social expliquait alors que d’autres sources n’étaient pas arrivées à la même conclusion.

La nouvelle étiquette de Twitter

Changement de ton cette semaine. Désormais, à chaque fois que Donald Trump tweete qu’il a remporté l’élection ou que les résultats ont été truqués, Twitter indique que « les responsables électoraux ont certifié Joe Biden comme le vainqueur de l’élection présidentielle américaine ». Un message que voient tous les abonnés au compte du président.

Cette nouvelle étiquette ne fait effectivement que dire la vérité . Le collège électoral, qui s’est réuni le 14 décembre, a voté pour le candidat démocrate à 306 voix contre 232 pour le président sortant. Un vote qui reflète les résultats des citoyens américains du 3 novembre. Une fois le vote des grands électeurs entérinés, il n’y a plus grand chose à faire d’un point de vue juridique pour Donald Trump, si ce n’est entretenir la flamme chez ses partisans sur Twitter.

Mais malgré cette étiquette, il est peu probable que l’actuel locataire de la Maison Blanche (jusqu’au 20 janvier prochain, date de l’investiture de Joe Biden) en tienne compte. Malgré l’évidence, Donald Trump devrait poursuivre ses attaques et jeter le doute sur la probité des résultats de l’élection .

Élection américaine : Twitter contredit Donald Trump dans ses tweets

  • chevron_right

    US gov’s CISO takes leave to help Trump search for election fraud

    news.movim.eu / ArsTechnica · Monday, 16 November, 2020 - 18:57

Four men sitting in front of computers in a workplace.

Enlarge / These Trump allies are part of a group hunting for voter fraud. From left to right, Thomas Baptiste, Matthew Braynard, Camilo Sandoval, and Witold Chrabaszcz on November 14, 2020 in Vienna, Virginia. (credit: Getty Images | The Washington Post)

The US government's chief information security officer (CISO) is taking time off from his official duties to help President Trump's so-far-fruitless search for election fraud.

Camilo Sandoval worked on Trump's 2016 campaign and has been the federal CISO , a position in the White House's Office of Management and Budget, since October of this year. But Sandoval is now spending his days working for the newly formed Voter Integrity Fund, which is reportedly "run by government employees and former Trump campaign staffers who are analyzing voter data in six key states."

Ethics rules require federal employees to keep political activity and government work separate. Sandoval said he isn't breaking any rules, the Washington Post reported yesterday :

Read 11 remaining paragraphs | Comments

index?i=U9jvdFVvmuM:Gbd557hKs_4:V_sGLiPBpWUindex?i=U9jvdFVvmuM:Gbd557hKs_4:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • chevron_right

    As Trump falsely claims victory, Twitter and Facebook counter misinformation

    news.movim.eu / ArsTechnica · Wednesday, 4 November, 2020 - 17:13

Election workers in Detroit sitting at a table and counting ballots.

Enlarge / Election workers count absentee ballots for the 2020 general election at TCF Center on November 4, 2020 in Detroit, Michigan. (credit: Getty Images | Jeff Kowalsky)

As President Trump falsely claimed that he has won re-election despite the fact that votes are still being counted, Twitter and Facebook took steps to counter Trump's attempts to spread misinformation.

"Once President Trump began making premature claims of victory, we started running notifications on Facebook and Instagram that votes are still being counted and a winner is not projected," Facebook said . "We're also automatically applying labels to both candidates' posts with this information."

Trump gave a speech in which he claimed "we did win this election" and called the continued counting of legally cast votes "a major fraud on our nation." He said he will take the election to the Supreme Court and that "we want all voting to stop."

Read 8 remaining paragraphs | Comments

index?i=PELV0G5ta8k:PMG8n2yZArU:V_sGLiPBpWUindex?i=PELV0G5ta8k:PMG8n2yZArU:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • chevron_right

    How Facebook, Twitter, YouTube, and Reddit are handling the election

    news.movim.eu / ArsTechnica · Tuesday, 3 November, 2020 - 12:46 · 1 minute

How Facebook, Twitter, YouTube, and Reddit are handling the election

Enlarge (credit: Aurich Lawson / Getty Images / Apologies to the Simpsons)

At long last, we are here at the deadline: after endless months, with roughly 100 million early votes cast, Election Day is finally upon us. There is very little we can project with certainty about the outcomes, except this: it's going to be ugly on social media.

The early vote turnout has been massive, but we probably have more than another 50 million votes yet to go on the big day. Polls begin closing at 7pm Eastern time on Tuesday and cascade over the next six hours from there, until when Alaska and Hawaii wrap up at 1am (EDT) Wednesday. The combination of high turnout, above-average amounts of mail-in voting, and COVID precautions at polling places means we may wait hours, days, or even weeks beyond that point to learn the final results in many states . As if that weren't enough turmoil, President Donald Trump is reportedly planning to declare himself the victor even if large numbers of votes in key states are not yet counted.

The future being what it is, though, tens of millions of us won't be sitting next to broadcast or cable news—or waiting for the first printing of the morning paper—to find out what happened. We'll be glued to our phones and laptops, scrolling through social media apps. So in the face of rampant disinformation, both foreign and domestic, what are those platforms doing to make sure you can trust what you see?

Read 24 remaining paragraphs | Comments

index?i=R4_R0f3dJ7s:Jn-Otq4-BBM:V_sGLiPBpWUindex?i=R4_R0f3dJ7s:Jn-Otq4-BBM:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • chevron_right

    Facebook aurait favorisé Donald Trump et les Républicains en contournant ses propres règles

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Monday, 2 November, 2020 - 11:30 · 1 minute

Crédits : Pixabay.

L’enquête nous vient du Washington Post. Elle révèle que pendant les derniers mois de la campagne présidentielle américaine qui se termine demain, le réseau social Facebook aurait permis au camp Trump et à de nombreux conservateurs d’ outrepasser les limites fixées par la plateforme dans le cadre de sa lutte contre la désinformation. Documents internes et révélations anonymes à l’appui, le journal dévoile ainsi que l’entreprise de Mark Zuckerberg craignait que l’opinion populaire ne lui prête un parti-pris trop anti-conservateur. Pour palier ce problème, la plateforme aurait ainsi épargné au président américain et à ses alliés plusieurs pénalités pour fake-news , notamment sur Instagram. Ces sanctions auraient possiblement valus aux principaux intéressés un « shadowban » temporaire des moteurs de recherche de la plateforme, rappelle le Washington Post .

On ignore évidemment quels comptes ont précisément bénéficié de ces passe-droits accordés par Facebook, mais plusieurs informations concordantes font d’ores et déjà état de Donald Trump Jr., le fils aîné de l’actuel président, ainsi que de plusieurs groupes politiques conservateurs. À noter que de son côté, Donald Trump a régulièrement exprimé son mécontentement auprès de Facebook, en accusant notamment l’entreprise d’être anti-Républicains. En 2016 déjà, lors des dernières élections présidentielles américaines, Facebook s’était retrouvé dans l’œil du cyclone, après que plusieurs organisations aient accusé le réseau social de n’avoir pas su empêcher la prolifération des fake news sur sa plateforme. Quatre ans plus tard, l’entreprise de Mark Zuckerberg avait ainsi durcit son règlement pour les élections de 2020 , en limitant par exemple les publicités politiques sponsorisées, et en renforçant son programme de fact-checking. Autant d’améliorations qui semblent n’avoir pas suffit, à seulement quelques heures de l’annonce du nouveau président des États-Unis.

Rubies DTRUM02 Masque Donald...
90 Commentaires
Rubies DTRUM02 Masque Donald...
  • amusante Masque en carton de Donald Trump

Facebook aurait favorisé Donald Trump et les Républicains en contournant ses propres règles

  • chevron_right

    L’équipe Trump aurait exploité Facebook pour dissuader les Afro-Américains de voter

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Wednesday, 30 September, 2020 - 07:47 · 2 minutes

Tumisu de Pixabay

Au lendemain du premier débat entre le candidat démocrate Joe Biden et le candidat républicain Donald Trump et un mois avant l’élection présidentielle américaine 2020, force est de constater que toute la lumière n’a pas été faite sur la campagne présidentielle de 2016. En témoigne cette nouvelle information dévoilée par la chaîne britannique Channel 4 News qui affirme avoir eu accès à des données montrant que l’équipe de campagne de Donald Trump s’est servie des données personnelles d’utilisateurs Facebook pour réaliser des publicités ciblées. Channel 4 s’est en effet procuré un fichier de base de données sur les électeurs provenant de la campagne de 2016 de près de cinq téraoctets. Il  contiendrait des informations sur environ 200 millions d’électeurs américains. La nature de ces informations est très diverse, allant de la profession aux revenus en passant par l’origine ethnique. Les données ont ensuite permis à l’équipe de campagne de catégoriser les électeurs, notamment en fonction de leur affiliation politique.

Une catégorie en particulier a attiré l’attention de la chaîne britannique, baptisée sans ambages « dissuasion ». Ce groupe était ciblé sur les réseaux sociaux avec des spots destinés à dissuader les électeurs concernés d’aller voter. D’après Channel 4, il y avait une part disproportionnée d’électeurs afro-américains dans ce groupe. Au total, 3,5 millions de Noirs Américains étaient dans cette liste. L’équipe de campagne de Donald Trump aurait déboursé en tout 44 millions de dollars en publicités sur Facebook dont 55 000 pour cette campagne ciblée sur les Afro-Américains. Difficile d’affirmer avec certitude si cette méthode a été efficace, étant donné qu’il existe d’autres facteurs qui expliquent la faible participation de la communauté noire à l’élection présidentielle américaine de 2016 (déception post-Obama, faiblesse de la candidature Clinton etc.).

Les réseaux sociaux ont eu un rôle considérable dans l’élection de 2016 et c’est toujours le cas en 2020. Les millions de publicités qui pullulaient déjà à la télévision américaine ont déferlé sur Twitter et sur Facebook. Ce dernier assure avoir tiré des leçons du passé, en particulier du scandale « Cambridge Analytica » qui a entraîné une méfiance accrue des citoyens et des politiques envers le réseau social. Si Facebook a mis à jour sa réglementation, on ne peut cependant pas garantir à 100% que le réseau social a les moyens de la faire appliquer. Récemment, une ex-employée avait dénoncé l’inaction de Facebook contre la désinformation .

Journal du Geek