close
  • chevron_right

    Les Russes sont les idiots les plus stupides de la planète ! – Le Saker Francophone

    eyome · Thursday, 24 September, 2020 - 20:53

Les Russes sont les idiots les plus stupides de la planète ! – Le Saker Francophone

"Nous ne voyons pas d'autres explications"...

#France, #Politique, #Russie, #fr, #Navalny, #Empoisonnement, #EncoreManqué, #SapristiEnRusse

  • Hu chevron_right

    Navalny va mieux mais ne peut plus se servir de ses mains

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 19 September, 2020 - 15:34 · 3 minutes

RUSSIE - Des moments de “désespoir” et des jambes “tremblantes” : l’opposant russe Alexeï Navalny est revenu ce samedi 19 septembre sur sa convalescence et ses moments difficiles pour réapprendre à s’exprimer et à marcher dans l’hôpital berlinois où il est soigné pour son empoisonnement présumé avec un agent neurotoxique.

“Je vais vous raconter comment se déroule mon rétablissement. Il n’y a plus d’obstacles sur ma route, mais elle sera encore longue”, a-t-il écrit dans un message sur Instagram assorti d’une photo le montrant debout, en jogging, en train de descendre un escalier.

Le 20 août, ce féroce critique du Kremlin avait été victime d ’un malaise à bord d’un avion le ramenant à Moscou depuis la Sibérie.

Après avoir passé deux jours dans un hôpital russe malgré les protestations de ses proches, il avait été transporté en Allemagne et hospitalisé dans le coma à Berlin.

Un laboratoire militaire allemand a conclu début septembre à son empoisonnement par un poison neurotoxique de type Novitchok , conçu à des fins militaires à l’époque soviétique, ce que Moscou réfute, tandis que les conclusions allemandes ont été confirmées par des laboratoires suédois et français.

“Où trouver les mots?”

“Mes problèmes actuels ― le fait qu’un téléphone soit aussi inutile qu’une pierre dans mes mains ou que cela devienne un spectacle quand je me sers de l’eau ― sont des broutilles”, a indiqué Alexeï Navalny, samedi sur Instagram.

Car il y a encore “peu de temps”, le militant anti-corruption raconte qu’il ne “reconnaissait personne” et ne pouvait répondre au médecin qui venait l’aider à s’exprimer chaque matin.

“Cela me désespérait car je comprenais ce que voulait le docteur mais je ne savais pas où trouver les mots”, décrit Alexeï Navalny. Désormais, il dit retrouver progressivement l’usage de son cerveau.

“Je suis maintenant un gars qui a les jambes qui tremblent quand il prend l’escalier mais qui se dit en revanche ‘Voici un escalier! On s’en sert pour monter, mais je ferais mieux de trouver un ascenseur’”.

“Avant je serais resté debout à regarder bêtement dans le vide”, ajoute l’opposant de 44 ans, remerciant les médecins de l’avoir fait passer d’“un homme techniquement vivant” à une personne ayant “toutes les chances” de pouvoir à nouveau utiliser adroitement Instagram.

Pas d’enquête en Russie

Mardi, Alexeï Navalny avait déjà fait preuve d’humour dans son premier message publié depuis son malaise: il y annonçait avoir pu respirer seul, sans assistance, pendant toute une journée.

“Ca m’a beaucoup plu, c’est un procédé étonnant et sous-estimé par beaucoup. Je le recommande”, avait-il commenté avec ironie, publiant une photo le montrant assis sur son lit d’hôpital en compagnie de son épouse et de ses enfants.

Pour l’heure, les autorités russes n’ont pas ouvert d’enquête sur cette affaire, malgré les appels en ce sens et les menaces de sanctions européennes.

Le Kremlin , par la voix de son porte-parole, s’est dit jeudi “limité” pour enquêter, faute d’avoir accès à des indices sortis de Russie et aux analyses effectuées en Allemagne.

De leur côté, les partisans de Alexeï Navalny soutiennent que l’agent innervant de type Novitchok, identifié en Allemagne comme le poison utilisé contre l’opposant, a été détecté sur une bouteille qu’ils avaient retrouvée dans sa chambre d’hôtel, le jour des faits, fin août, à Tomsk en Sibérie.

Ils ont expliqué avoir pris cette bouteille et d’autres indices et les avoir emportés en Allemagne car ils étaient convaincus que les autorités russes n’enquêteraient pas.

À voir également sur Le HuffPost: La Russie déclassifie les images de “Tsar Bomba”, la plus grosse bombe thermonucléaire jamais testée

  • Hu chevron_right

    Affaire Navalny: les Novitchok, des agents neurotoxiques hérités de la Guerre froide

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 2 September, 2020 - 16:15 · 5 minutes

En 2018, en Grande-Bretagne, les autorités avaient déjà été confrontées aux Novitchok, ces agents neurotoxiques de fabrication russe considérés comme les gaz les plus mortels au monde. 

RUSSIE - Un nom déjà tristement célèbre. Ce mercredi 2 septembre, les autorités allemandes ont annoncé dans un communiqué avoir la preuve “sans équivoque” de l’empoisonnement d’Alexeï Navalny -le principal opposant à Vladimir Poutine- par des agents de type Novitchok.

Des agents neurotoxiques innervants bien connus, notamment pour avoir été utilisés en 2018 contre l’ancien espion russe exilé au Royaume-Uni Sergueï Skripal et sa fille Ioulia .

Les gaz les plus mortels jamais créés

Les Novitchok ne représentent pas un mais une centaine de gaz innervants. Ils ont été développés par l’union soviétique dès les années 70-80 dans les dernières décennies de la Guerre froide. Ils sont présentés comme les gaz les plus mortels jamais créés. Certaines de ces substances peuvent être cinq à huit fois plus puissantes que le gaz VX , qui a notamment tué l’an dernier en Malaisie un demi-frère de Kim Jong-Un .

On ne connaît pas d’autre origine que les autorités russes au Novitchok, ce qui signifie deux choses: soit le Kremlin est impliqué dans leur utilisation, ou il a perdu le contrôle d’une partie de ses stocks.

“La science et le mode d’action exacts des agents Novitchok ne sont pas entièrement compris à ce stade puisqu’il s’agit de la génération la plus récente de ces agents innervants”, explique la chimiste et criminologiste Michelle Carlin, de l’université de Northumbrie, citée par le HuffPost Royaume-Uni .

Voici les modèles moléculaires de certaines de ces substances mortelles.

Selon plusieurs médias russes, ces agents ont été conçus par les chercheurs soviétiques de “l’Institut public de chimie organique et de technologie (GNIIOKhT). Créé en 1924, l’Institut a été classé entreprise stratégique par décret présidentiel en 2004, se spécialisant dans... la destruction des stocks d’armes chimiques russes.

Des agents simples et pourtant très élaborés

Novitchok signifie “nouveau venu” en russe et il porte bien son nom: ces substances ont été créées de telle façon qu’elles ne sont pas concernées par la Convention sur l’interdiction des armes chimiques signée en 1993 et entrée en vigueur en 1997. Ces dernières sont interdites sur la base de leur structure chimique. Un nouvel agent créé après ce Traité n’est donc pas soumis aux traités antérieurs, explique la revue Science Direct . Les Novitchok auraient également été imaginés pour être indétectables par un équipement standard et pour passer outre les équipements de protection chimique classiques.

Les Novitchok sont très élaborés mais aussi très simples. “Ils ont été conçus comme des ‘armes binaires’, expliquait le colonel Hamish de Bretton-Gordon, ancien chef du régiment britannique des produits chimiques, des radiations biologiques et des armes nucléaires, au Daily Express au moment de l’empoisonnement de Sergueï Skripal. Cela signifie qu’ils sont constitués de deux ingrédients relativement inoffensifs -qui ne figurent donc pas non plus sur la liste des produits interdits- et qui ne deviennent mortels que lorsqu’ils sont mélangés.

L’agent est donc plus facile à transporter et à manipuler, et la durée de conservation est beaucoup plus longue que pour les autres agents neurotoxiques.

Dispersés sous la forme d’une poudre

Les agents innervants sont des contaminants qui s’attaquent au système nerveux, en particulier à des enzymes qui assurent la communication avec les muscles. Ils “provoquent un ralentissement du cœur et une restriction des voies respiratoires, entraînant la mort par asphyxie”, explique Gary Stephens, expert en pharmacologie et professeur à l’Université de Reading, cité par le HuffPost britannique. Ils peuvent être dispersés sous la forme d’une poudre ultra-fine.

La principale voie d’exposition est l’inhalation, bien que l’absorption peut également se produire par l’exposition de la peau ou des muqueuses. Les effets sont rapides, généralement dans les 30 secondes à deux minutes, précise Science Direct .

Le colonel Hamish de Bretton-Gordon expliquait encore Daily Express que le Novitchok utilisé en 2018 à Salisbury était si puissant que Skripal n’avait eu probablement qu’à toucher quelques particules alors qu’il ouvrait un colis pour être immédiatement contaminé.

Des stocks de Novitchok suffisants pour “anéantir une ville de taille moyenne”

Ce nom, Novitchok, est devenu célèbre dans les années 1990 lorsqu’un scientifique soviétique appelé Vil Mirzayanov a été jugé pour avoir révélé son existence. Dans une interview accordée au New York Times , le scientifique affirmait que ce poison était beaucoup plus puissant que n’importe quelle autre substance aux États-Unis -et que son existence était si secrète qu’elle n’avait été découverte que dix ans après sa création.

Mirzayanov racontait aussi que les Novitchok n’ont apparemment pas été développés en grandes quantités. “Les Russes n’en ont peut-être pas assez pour tuer plusieurs centaines de milliers de personnes. Mais cela suffirait à anéantir une ville de taille moyenne. Et de préciser qu’il y aurait des “coûts cachés” en cas d’utilisation massive du produit, comme des “mutations qui pourraient se déclarer dans les générations futures”.

Selon un rapport publié en 2014 par l’organisation américaine Nuclear Threat Initiative , ONG travaillant à réduire la menace des armes de destruction massive, la Russie aurait possédé des milliers de tonnes de Novitchok. Le pays est censé avoir détruit tous ses stocks d’armes chimiques déclarés.

Il existe toutefois des antidotes aux poisons Novitchok tels que l’Atropine, la Pralidoxime ou le Diazepam. Mais la revue Science Direct précise que certains ont été conçus en particulier pour résister aux antidotes.

À voir également sur le HuffPost : La Russie déclassifie les images de “Tsar Bomba”, la plus grosse bombe thermonucléaire jamais testée