close
  • Hu chevron_right

    Renaud Muselier quitter Les Républicains

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 24 November, 2021 - 07:54 · 1 minute

Réélu président de la région Provence-Alpes-Côte d

POLITIQUE - “La conséquence, elle est simple: je vais quitter Les Républicains.” Ce mercredi 24 novembre, le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur Renaud Muselier , réélu en juin avec l’étiquette LR et le soutien de la gauche, a annoncé qu’il quittait Les Républicains.

En cause: un soutien des cadres du parti à Éric Ciotti, un candidat à l’investiture LR pour la présidentielle de 2022 qu’il juge beaucoup trop proche de l’extrême droite. “On a un moment très important pour l’avenir de notre famille politique. Mais si on ne défend pas ce que l’on croit juste, ce contre quoi on s’est battu... Et toute ma vie je me suis battu contre le Front national, mais là on dit qu’il ne faut pas toucher à Ciotti...”, a-t-il expliqué au micro de LCI.

Plus d’informations à suivre...

À voir également sur le HuffPost : En hommage à de Gaulle, les Républicains posent pour une photo de famille post-débat

  • Hu chevron_right

    La droite doit "combattre Zemmour de toutes ses forces", plaide Estrosi

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 24 October, 2021 - 02:09 · 1 minute

Estrosi appelle la droite à

POLITIQUE - Éric “Zemmour ce n’est pas De Gaulle, c’est à peine sa rature”: le maire ( ex-LR ) de Nice Christian Estrosi appelle la droite, dans une tribune au Journal du dimanche ce 24 octobre, à “combattre de toutes ses forces” le polémiste d’extrême droite.

Face à l’émergence médiatique de “cette version de l’extrême droite corrigée des variations saisonnières”, Christian Estrosi estime que “c’eut été à la droite, dont il entend siphonner les électeurs, de mener la riposte”. Mais “elle a hélas déserté ce combat”, regrette-t-il.

“Lorsque j’entends Éric Zemmour se réclamer (de De Gaulle) et affirmer qu’il reconstruit le RPR, je ne ris plus. C’est l’indignation qui me submerge”, écrit l’édile niçois.

“Au nom de l’avenir”

Pour l’instant pas candidat à la présidentielle, mais donné par les sondages au coude-à-coude avec Marine Le Pen pour disputer le second tour, “Éric Zemmour prétend que Pétain a sauvé les juifs de France. Honte à lui”, poursuit Chistian Estrosi.

“Éric Zemmour plaide pour la confusion des droites et certains, au sein de mon ancienne famille politique, pactisent avec cette folie. Il n’y a pas de continuum entre la droite républicaine et l’extrême droite, il y a une irréversible différence de nature”, affirme le fondateur du mouvement “La France audacieuse”.

“Il est le partisan d’une nationalité racialisée, rejetant de la communauté nationale quiconque n’aurait pas la peau suffisamment blanche. La droite, si elle avait un tant soit peu de courage, aurait pu et dû rappeler l’attachement des dirigeants du RPR puis de l’UMP au droit du sol”, argue Estrosi.

“Gaullistes, il ne nous faut pas simplement affirmer que nous n’avons rien à voir avec lui, ni avec ses anathèmes, c’est trop peu”, juge celui qui a quitté Les Républicains en mai dernier. “Il faut les combattre de toutes nos forces, au nom du passé, au nom de l’avenir”.

À voir également sur Le HuffPost: Au meeting d’Hidalgo, l’optimisme pour oublier le faux départ

  • Hu chevron_right

    Valérie Pécresse pourra voter pour elle-même au congrès LR, contrairement à Xavier Bertrand

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 14 October, 2021 - 18:25 · 1 minute

Contrairement à Xavier Bertrand, Valérie Pécresse pourra voter pour elle-même au congrès LR (Valerie Pecresse durant le second tour des régionales et départementales le 27 juin 2021 à Velizy-Villacoublay par REUTERS/Sarah Meyssonnier)

POLITIQUE - Valérie Pécresse, candidate à l’investiture des Républicains pour la présidentielle , a déclaré ce jeudi 14 octobre qu’elle allait adhérer de nouveau au parti qu’elle avait quitté en 2019, dans une interview à l’hebdomadaire Le Point .

“Je vais adhérer à nouveau aux Républicains . C’est la conséquence logique du fait que j’ai accepté depuis le début de jouer collectif. C’est une question de cohérence”, indique Valérie Pécresse qui en a “informé le patron des Républicains Christian Jacob dans la journée”, selon Le Point .

“Notre objectif c’est ensemble de battre Emmanuel Macron”

“Aujourd’hui, je demande à tous les membres de Libres, qui partagent comme moi les valeurs de la droite, d’adhérer à LR pour construire ensemble le parti de la reconquête et de l’alternance. Et cette ligne je me l’applique à moi-même. Notre objectif c’est ensemble de battre Emmanuel Macron”, a-t-elle ajouté.

Valérie Pécresse avait pris ses distances avec LR dès 2017 en créant le mouvement Libres!

Son rival Xavier Bertrand, qui a annoncé lundi sa participation au congrès de LR pour désigner le candidat de la droite à la présidentielle, a annoncé mardi qu’il ne reprendrait pas sa carte d’adhérent au parti.

Les militants désigneront le candidat LR le 4 décembre parmi Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Philippe Juvin ou encore Eric Ciotti.

À voir également sur Le HuffPost: Éric Zemmour à la primaire? Ces jeunes LR ne ferment pas tous la porte

  • Hu chevron_right

    Présidentielle 2022: Philippe Juvin veut "un accord politique avec Xavier Bertrand"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 26 August, 2021 - 16:44 · 7 minutes

Le docteur Philippe Juvin, chef des urgences à l

POLITIQUE - À huit mois de la présidentielle, la droite est plus morcelée que jamais. Entre ceux qui sont candidats à une primaire (Valérie Pécresse, Éric Ciotti depuis ce jeudi 26 août, sans doute Michel Barnier ce soir sur TF1), Xavier Bertrand qui ne souhaite pas s’y associer et ceux qui entretiennent encore le suspense comme Laurent Wauquiez ou Bruno Retailleau, les électeurs ont de quoi être perdus.

Philippe Juvin, chef des urgences à l’hôpital Georges Pompidou à Paris et maire LR de La Garenne-Colombes fait partie de la première catégorie. Dans cette primaire, si elle a lieu (réponse le 25 septembre au plus tard), il entend faire entendre une autre voix et compte sur son parcours de médecin, atypique en politique et utile en temps de pandémie . Fait rare de ce côté de l’échiquier, il se veut le candidat “des services publics”, sans toutefois augmenter le nombre de fonctionnaires, et plaide pour des dons de vaccins aux pays d’Afrique de toute urgence.

Politiquement, Philippe Juvin propose à Xavier Bertrand un “accord politique” qui s’appuierait sur les sondages du mois de janvier 2022 pour départager le président des Hauts-de-France et le vainqueur de la primaire. Entretien.

Eric Ciotti vient de se déclarer candidat à la primaire. Comment recevez-vous cette candidature ?

C’est une très bonne nouvelle. Il a une expertise sur les questions de sécurité, ce qui permettra au débat de prendre de l’ampleur.

Y aura-t-il une primaire chez LR ?

Je ne suis pas devin, mais si nous voulons être au second tour de la présidentielle, puisqu’aucun candidat ne se détache naturellement, la logique voudrait qu’il y en ait une. La primaire permet aussi de mettre des idées nouvelles sur la table, c’est l’une des raisons de ma candidature.

Vous voulez être “le candidat des services publics”, ce n’est pas fréquent à droite…

La droite s’est caricaturée sur les services publics. Dans un esprit de “père Fouettard”, elle proposait 500.000 fonctionnaires en moins en 2017. Quant à la gauche, elle créait des postes sans se soucier de leur efficacité. J’ai vu les services publics paupérisés pendant la crise, des gens qui n’ont pas pu être soignés, sans parler de la sécurité ou de l’école . Il y a une autre épidémie dont personne ne parle, c’est celle de l’ignorance. Il y a un décrochage intellectuel du pays. Le niveau scolaire s’effondre et notre pays a raté des évolutions scientifiques pour faire face à cette épidémie. Où est notre vaccin?

Il faudra investir dans les infrastructures vétustes de notre pays. 10% des ponts posent des problèmes de sécurité et une gare sur deux est délabrée.

Combien de postes de fonctionnaires proposez-vous en plus ?

Il s’agit plus de redéploiement que de créations de postes. En mettant fin à la bureaucratie, aux doublons, j’estime que l’on peut redéployer 300.000 fonctionnaires directement au contact des Français. En tant que médecin, je passe 30% de mon temps à chercher des lits pour les malades, quand je préférerais être à leur chevet. Les Français verront la différence. Il faudra aussi investir dans les infrastructures vétustes de notre pays. 10% des ponts posent des problèmes de sécurité et une gare sur deux est délabrée.

Pourriez-vous soutenir Xavier Bertrand qui ne souhaite pas participer à la primaire?

Je veux un accord politique avec Xavier Bertrand. Il ne va pas à la primaire, c’est son choix, il faut le respecter. Mais nous ne pouvons pas avoir deux candidats au premier tour. Si je gagne la primaire, je passerai un accord politique avec lui. En janvier, s’il est devant dans les sondages, on le soutient; s’il est derrière, c’est lui qui nous soutient.

Jean Castex a annoncé ce matin une 3e dose de vaccin pour les plus de 65 ans, à commencer par les résidents des Ehpad le 12 septembre. Est-ce une bonne idée?

À terme, il est probable que tout le monde ait besoin d’une troisième dose, même les plus jeunes, car, avec le temps, l’efficacité du vaccin diminue. La question, c’est quand? Sans doute immédiatement pour les plus de 80 ans. Mais plus on attendra pour les autres, plus on pourra vacciner l’Afrique. Avec moins de 2% de vaccinés, l’Afrique va fabriquer des variants, ce qui va entretenir la pandémie. L’excédent de doses achetées par les pays occidentaux suffit à vacciner l’Afrique. Il faut s’en préoccuper, car il ne sert à rien d’être dans un îlot de vaccinés.

Jean-Luc Mélenchon dit que l’utilité d’une 3e dose n’est pas prouvée . Quel est votre avis?

Il aurait mieux fait de dire “ce n’est pas prouvé pour tout de suite”. Pour moi, à 57 ans, il a raison, c’est inutile aujourd’hui. Je vais perdre l’efficacité de mes deux doses dans les semaines ou mois qui arrivent, je ne sais pas encore quand. Dans quelques mois, ce sera probablement indispensable. Mais d’ici là, vaccinons l’Afrique.

Comme d’habitude, ils vont se réveiller en catastrophe pour faire des recommandations sur les purificateurs d'air à l'école et ce sera trop tard.

La rentrée approche, Jean-Michel Blanquer encourage les collectivités locales d’installer des purificateurs d’air à l’école. L’avez-vous fait dans votre commune?

Il a raison: les écoles maternelles et élémentaires sont sous la responsabilité des communes. J’équipe la totalité de mes écoles en analyseurs de CO2: on a passé les commandes avant l’été, elle en auront toutes à la rentrée. La question-clé - et c’est là où ils ne sont pas sérieux - c’est que je demande depuis des semaines à l’Education nationale de la documentation sur d’autres appareils: les purificateurs d’air. Je reçois beaucoup de propositions de vendeurs mais c’est au ministre de m’expliquer quels appareils acheter. Les maires sont abandonnés. Comme d’habitude, ils vont se réveiller en catastrophe et ce sera trop tard. Il faudra passer les appels d’offres et les vendeurs seront en rupture de stock.

Jean-Michel Blanquer nous dit qu’il y a une nouveauté à l’école: les autotests. Ce qui est incroyable c’est qu’il le découvre maintenant. L’Angleterre le fait depuis février et je le demande depuis un moment. Ils sont sûrement tous intelligents au gouvernement, mais il leur manque une chose: ils n’ont jamais été maires .

Emmanuel Macron estime que la crise sanitaire va durer jusqu’en 2022. Pensez-vous la même chose?

Oui, bien sûr. Tant que le monde entier n’est pas vacciné, on peut avoir un nouveau variant. L’Afrique sera peut-être vaccinée en 2022. Ça nous emmène en 2023. Oui, nous en avons pour longtemps.

Peut-on faire campagne pendant une pandémie?

Il y a eu des campagnes pendant la guerre, des élections dans d’autres pays. Il faut que la démocratie fonctionne. On va s’adapter, comme on a adapté notre vie sociale. La lutte contre l’épidémie ne doit pas être arrêtée, p as plus que la vie politique et démocratique.

Valenciennes, Biarritz, la Corse… Vous vous êtes beaucoup déplacé cet été. Dans quel état est le pays à huit mois de la présidentielle?

Le sentiment que j’ai est celui d’une immense inquiétude sur la capacité des responsables politiques à faire autre chose que du commentaire. Beaucoup d’élus commentent l’actualité, comme le ferait un sociologue ou un journaliste. Ce n’est pas ce qu’on attend d’eux. Je vois aussi le scepticisme envers les politiques en raison de l’homogénéité des parcours. C’est une autre raison de ma candidature: un parcours différent des autres et une méthode nouvelle.

Le duel Macron-Le Pen peut-il être déjoué?

Depuis 1981, les élections ont été remportées par quelqu’un qui n’était quasiment jamais donné gagnant en septembre...

À voir également sur Le HuffPost : À peine réélu, Bertrand a plus parlé ”à la France” qu’aux “Hauts-de-France”

  • Hu chevron_right

    Présidentielle 2022: Eric Ciotti candidat via une primaire à droite

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 26 August, 2021 - 07:00

Eric Ciotti candidat à la présidentielle 2022 via une primaire à droite (Photo prise en mai 2016 par REUTERS/Eric Gaillard)

PRÉSIDENTIELLE 2022 - Le député LR des Alpes maritimes Eric Ciotti a annoncé ce jeudi 26 août qu’il serait candidat à la primaire de la droite, “pour porter des idées de droite” dans la course à la présidentielle de 2022, sur BFMTV/RMC.

“Mon cap est à droite et mon objectif est simple, que la France reste la France”, a affirmé Eric Ciotti qui veut “porter un projet pour plus d’autorité, plus de liberté, plus d’identité” dans cette primaire pour laquelle Valérie Pécresse et Philippe Juvin sont déjà candidats déclarés, en dépit du refus de Xavier Bertrand de se soumettre à tout processus de départage.

>> Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost: Pour Éric Piolle, l’union de la gauche avant 2022 n’est pas une fin en soi

  • Hu chevron_right

    Pass sanitaire: Au Sénat, Retailleau et LR menacent de faire dérailler le calendrier

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 24 July, 2021 - 13:14 · 2 minutes

Patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau menace de faire dérailler le calendrier d

CORONAVIRUS - Ce samedi 24 juillet, le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau a mis la pression sur le gouvernement et la majorité à l’Assemblée nationale en brandissant la menace d’un désaccord entre sénateurs et députés qui ferait dérailler le calendrier du projet de loi anti- Covid .

Le Sénat dominé par la droite a entamé ce samedi l’examen des articles du nouveau texte anti-Covid qui prévoit l’obligation vaccinale pour les soignants et l’extension controversée du pass sanitaire . Les sénateurs ont rejeté des amendements, notamment de la gauche, qui visaient à supprimer ce dispositif phare.

Les sénateurs inquiets du signal envoyé par le gouvernement

Dès le passage du projet de loi en commission, ils ont apporté des modifications substantielles, présentées comme autant de lignes rouges. Ils ont notamment conditionné l’extension du pass au rétablissement de l’état d’urgence sanitaire .

Bruno Retailleau a mis “en garde le gouvernement”: “Si les députés veulent rayer le travail du Sénat”, la majorité de droite de la Haute assemblée demandera à ses représentants de ne “pas rendre conclusive” la future commission mixte paritaire (CMP) qui doit réunir députés et sénateurs probablement dimanche matin.

Dans le schéma idéal de l’exécutif, la CMP devra trouver un accord sur un texte commun, en vue d’une adoption définitive du projet de loi d’ici la fin du weekend, pour une application du pass étendu début août. Un désaccord ferait dérailler ce calendrier très contraint, en obligeant à une nouvelle navette parlementaire.

Or un amendement gouvernemental a envoyé “un très mauvais signal à la Haute assemblée”, a relevé Nathalie Goulet (Union centriste). Il proposait de gommer la déclaration de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 octobre, voulue par les sénateurs en commission.

Des mesures “extrêmement graves” qui doivent rester exceptionnelles

Le gouvernement a cherché ainsi, sans succès, à revenir à la version originale de son texte qui prévoyait la prorogation jusqu’au 31 décembre du régime transitoire de sortie progressive de l’état d’urgence.

“Le gouvernement veut situer son action en dehors de l’état d’urgence sanitaire”, a relevé le rapporteur LR du texte Philippe Bas. “L’urgence, c’est la réalité, sinon nous n’avons aucune raison d’être ici (...) Sortons de cette espèce d’euphémisation (...) nous sommes en train de prendre des mesures extrêmement graves”, a complété le sénateur de la Manche.

Le secrétaire d’état au Numérique Cédric 0 a rappelé qu’il était “classique” que le gouvernement défende sa position mais que “cela ne préjugera évidemment pas des discussions que nous pourrons avoir avec l’Assemblée nationale au sein de la CMP”.

Sur 265 amendements déposés, 215 restaient à examiner à la mi-journée.

À voir également sur le HuffPost : “De Socrate à l’agora à Francis Lalanne sur Facebook”: ce sénateur n’a pas manqué d’ironie contre les antivax

  • Hu chevron_right

    Bourguignon offre à la majorité présidentielle sa 1re victoire à une législative partielle

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 6 June, 2021 - 21:05 · 2 minutes

Bourguignon offre à la majorité présidentielle sa 1re victoire à une législative partielle (photo du 4 mai 2021)

POLITIQUE - Les candidats LREM, PS, UDI et LR favoris avant le second tour de quatre législatives partielles dans le Pas-de-Calais, l’Oise, à Paris et en Indre-et-Loire ont été élus ce dimanche 6 juin dans des scrutins marqués par une très faible participation.

Dans le XXe arrondissement de la capitale , une circonscription très ancrée à gauche, la socialiste Lamia El Aaraje l’a emporté avec 56,56% des voix sur l’Insoumise Danielle Simonnet (43,44%). Elles s’affrontaient sans avoir reçu le soutien d’autres candidats éliminés au premier tour, l’écologiste Antoinette Guhl ayant laissé ses électeurs libres de leur choix, tout comme le candidat communiste Thomas Roger.

Dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais, la ministre LREM Brigitte Bourguignon a apporté à la majorité présidentielle sa première victoire dans une législative partielle. Face à la candidate du RN Marie-Christine Bourgeois, la ministre déléguée chargée de l’Autonomie a recueilli 62,05% des voix, dans un scrutin où la participation a été encore plus faible qu’au premier tour, à 23,99%. En raison de sa présence au gouvernement, c’est le suppléant de Bourguignon, Christophe Leclercq, qui siégera à l’Assemblée nationale.

La marcheuse, élue pour la première fois députée du Pas-de-Calais en 2012 sous l’étiquette PS, a bénéficié du soutien indirect du président ex-LR de la Région, Xavier Bertrand, qui, à l’issue du premier tour, avait appelé à faire “barrage au FN”. Marine Le Pen avait riposté en l’accusant d’être un “supplétif” d’Emmanuel Macron.

Le RN très largement battu dans l’Oise

Dans la 3e circonscription d’Indre-et-Loire, où seulement 18,25% des électeurs se sont déplacés, Sophie Métadier, maire de Beaulieu-lès-Loches investie par l’UDI et LR et soutenue par LREM, a obtenu 62,93% des voix face à la socialiste Murielle Riolet (37,07%). Comme deux des trois autres élus dimanche, elle s’apprête à faire ses premiers pas de parlementaire.

L’élection a été provoquée par la démission de la députée Sophie Auconie (UDI) pour raisons de santé. Elle avait ravi la circonscription à l’ancienne ministre socialiste Marisol Touraine en 2017.

Dans la 1ère circonscription de l’Oise, sans surprise, changement de tête mais (presque) pas de nom : le neveu d’Olivier Dassault -décédé accidentellement en mars dans l’accident de son hélicoptère– a battu très largement (80,41% contre 19,59%) la candidate RN Claire Marais-Beuil, sur fond de participation en berne, à 24,34% de inscrits.

Au premier tour, Victor Habert-Dassault (LR) était arrivé largement en tête avec 58,44% des voix, en dépit d’accusations de “parachutage” sur la terre où son oncle était député depuis 2002, sa rivale engrangeant 15,27% des voix. Le jeune homme de 28 ans, avait tout de même dû affronter un second tour, en raison de la très faible participation.

À voir également sur Le HuffPost: Jean Rottner, président de la région Grand Est enfariné lors d’une manifestation

  • Hu chevron_right

    Les Républicains rendent son investiture à Muselier (sous conditions)

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 4 May, 2021 - 18:45

Ce mardi 4 mai, la Commission nationale d

POLITIQUE - Un oui, mais. Le parti Les Républicains a finalement “apporté son soutien à Renaud Muselier” pour les élections régionales en Paca , tout en soulignant qu’il ne pouvait “y avoir aucun accord, à quelque niveau que ce soit, avec LREM”, a indiqué le parti ce mardi 5 mai dans un communiqué.

Cela suppose qu’il n’y aura “aucun parlementaire En Marche et aucun membre du gouvernement sur notre liste”, a ajouté LR à l’issue d’une réunion de la Commission nationale d’investiture, pour tenter de clore la crise déclenchée par le retrait, en région Paca, de la liste LREM au profit de Renaud Muselier .

Au même moment, sur le plateau de LCI, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a assuré qu’il y aurait “bien sûr” des candidats LREM sur la liste de Renaud Muselier.

Plus d’informations à suivre...

À voir également sur le HuffPost : Castex propose de décaler les régionales à fin juin, mais à ces conditions