close
  • So chevron_right

    EUROPE FÉDÉRALE : L’INCROYABLE PROGRAMME DE LA NOUVELLE COALITION ALLEMANDE

    eyome · news.movim.eu / souverains · Sunday, 12 December - 10:26 edit · 2 minutes

> Europe : le grand saut fédéral, ou l’art du contre-pied Commençons par l’annonce la plus spectaculaire : pour relancer un projet européen en panne sèche, la coalition « tricolore » ne propose rien moins que la relance d’un processus « constituant », 16 ans après l’échec du précédent, dans le but d’accoucher cette fois-ci d’une « Europe fédérale ». Avec une telle ambition, le nouveau gouvernement allemand atteint en quelques mots à peine la stratosphère des idées, où l’on peut, sans craindre frottements et frictions, contempler le monde parfait selon l’idéologie ; c’est sans doute grisant, mais cela ne va pas sans poser de sérieux problèmes de crédibilité. Les têtes pensantes des partis concernés ont-elles conscience de l’état présent du projet européen ? Car il ne s’agit pas seulement pour ses partisans de le sortir de sa torpeur, mais d’enrayer une dynamique de délitement clairement engagée. Comment le grand saut fédéral qu’ils appellent de leurs vœux pourrait-il être réalisé quand l’opposition à la construction européenne s’exprime aujourd’hui de manière ouverte jusque dans les partis de gouvernement, et touche dans chaque pays de larges secteurs de l’opinion publique, à la différence de ce que l’on observait il y a vingt ans ?

Pour les enfants du couple franco-allemand : > De la France, enfin, il n’est pratiquement pas question. Seules deux lignes et demie lui sont consacrées sur les 177 pages du programme ! Y sont évoqués le Traité d’Aix-la-Chapelle et l’importance du partenariat franco-allemand, sans plus de précision. Nulle référence à un prétendu « couple » franco-allemand, moteur de « l’Europe », auquel seule la partie française, semble-t-il, ressent encore le besoin de croire. Peut-être parce que, comme il est affirmé par ailleurs, « en tant que plus grand État membre, nous assumerons notre responsabilité particulière dans un esprit de service de l’UE dans son ensemble » ! Les choses à ce sujet, ont le mérite d’être claires : l’Allemagne affecte de croire désormais qu’au sein de l’UE, la France n’est pas un partenaire plus important que les autres, en dépit de son poids. Il faut y voir une affirmation de sa prééminence selon des modalités auxquelles elle n’aurait pas songé il y a encore vingt ans, ainsi qu’une manière de minorer à l’avance les propositions françaises de relance de l’UE qui ne cadreraient pas avec ses vues, dans le domaine monétaire notamment. Les esprits qui, en France, considèrent l’UE comme un moyen pour la France de peser davantage dans le monde en seront pour leurs frais : elle pèse de moins en moins en Europe même, l’Allemagne lui contestant toute idée d’égalité avec elle en matière de leadership.

Mais faites comme d'habitude, n'écoutez pas.

#France, #Politique, #fr, #UE, #LeCoupleFrancoAllemand, #Souverains, #Souverainisme