close
  • chevron_right

    At DuckDuckGo, we've been rolling out search updates that down-rank sites associated with Russian disinformation.

    eyome · Friday, 11 March - 19:47

Après Mozilla qui se sont dit que Firefox devait privilégier les sites avec des infos sûres et vérifiées 🤡

On a Duckduckgo qui s'inquiète qu'on lise des sites pas bien comme ils veulent.

Il va falloir d'urgence arrêter de mêler technologie et idéologie.

Duckduckgo va maintenant faire doublon avec Google, il n'a plus grand intérêt.

Pour ceux qui veulent un moteur qui casse pas les couilles, utilisez des méta-moteurs, comme Searx par exemple.

#Fr, #Duckduckgo, #Politique, #Ideologie, #Russie, #Ukraine, #OTAN, #UE, #Logiciel, #FreeSoftware.

  • chevron_right

    Luminar Neo : l’outil de retouche photo boosté par l’IA est disponible

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Friday, 18 February - 18:00

lancement-luminar-neo-158x105.jpgLuminar Neo

Skylum annonce la disponibilité de son nouvel éditeur de photo. Basé sur l’intelligence artificielle, Luminar Neo se veut simple d’utilisation.

Luminar Neo : l’outil de retouche photo boosté par l’IA est disponible

  • chevron_right

    LibreOffice, Mastodon : l’UE offre 200 000 € pour sécuriser certains logiciels libres

    news.movim.eu / Numerama · Monday, 24 January - 15:19

LibreOffice

La Commission européenne met en place un programme de chasse aux bugs pour certains logiciels libres que ses services utilisent fortement. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • chevron_right

    Au fait, pourquoi GitHub s’appelle GitHub ?

    news.movim.eu / Numerama · Sunday, 23 January - 20:13

La fin de l'article va vous surprendre. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • chevron_right

    Log4j : la Maison-Blanche réunit le gratin de la tech pour discuter de la sécurité de l’open source

    news.movim.eu / Numerama · Thursday, 13 January - 18:13

Une réunion doit évoquer la manière de sécuriser l'open source, avec, en filigrane, la question du financement de projets cruciaux pour la tech. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • chevron_right

    Wank : comment des hacktivistes ont infiltré un ver dans les ordinateurs de la Nasa en 1989

    news.movim.eu / Numerama · Monday, 10 January - 06:13

[Les 5 affaires qui ont marqué la cybersécurité] En 1989, un ver informatique baptisé Wank s'est répandu dans le réseau de l'agence spatiale américaine de la Nasa. Une affaire qui constitue une des premières manifestations d'hacktivisime. [Lire la suite]

Voitures, vélos, scooters... : la mobilité de demain se lit sur Vroom ! https://www.numerama.com/vroom/

  • chevron_right

    Les élèves seront désormais sensibilisés à la sobriété numérique et à l'écoconception

    news.movim.eu / Numerama · Wednesday, 17 November, 2021 - 17:52

Des dispositions dans la loi visant à réduire l'empreinte environnementale du numérique en France visent à sensibiliser les jeunes à la sobriété numérique et aux enjeux environnementaux dans l'informatique. Pour les ingénieurs, un module sur l'écoconception est aussi prévu au programme. [Lire la suite]

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo !

L'article Les élèves seront désormais sensibilisés à la sobriété numérique et à l’écoconception est apparu en premier sur Numerama .

  • Hu chevron_right

    Scribe, le logiciel dédié à la police, fait un flop (coûteux)

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 31 October, 2021 - 14:21 · 3 minutes

Le logiciel censé

POLICE-JUSTICE - Une chimère et un gouffre financier. Ce dimanche 31 octobre, nos confrères de France Inter révèlent que le logiciel Scribe, qui était censé révolutionner le dépôt de plainte pour les policiers, a été abandonné. Et ce après quatre ans de développement et quelque 12 millions d’euros dépensés.

Un véritable fiasco auquel ne goûtent pas du tout les syndicats de la police nationale. Ni les principaux intéressés d’ailleurs, les enquêteurs, à qui avait été promis en 2017 un outil intuitif, moderne, simple à prendre en main. “C’est pour nous “LE” projet le plus symbolique car il touche au principal outil des enquêteurs : le logiciel de rédaction des plaintes”, s’agace en résumé un responsable syndical auprès de France Inter.

Au sortir d’un Beauvau de la sécurité qui était annoncé comme devant déboucher sur une amélioration des conditions de travail au sein de la police et de la gendarmerie, le symbole n’est d’ailleurs pas reluisant.

Pourtant, tout avait bien commencé en novembre 2017, relatent encore nos confrères. Un nom trouvé au terme d’un concours interne par un policier, un prestataire (Capgemini, vainqueur de l’appel d’offre initial) qui promettait un déploiement du nouveau logiciel sous deux ans, et la promesse, donc, d’une révolution au sein de la police, lassée par un LRP (le logiciel devant être remplacé) si complexe à utiliser.

Sauf qu’à l’heure où Scribe aurait dû être mis en fonction, les retards s’accumulaient déjà, rapportent encore France Inter, au point que le chef de projet décidait de jeter l’éponge, s’en allant avec la moitié de son équipe. Pire, en 2021, Capgemini réalise qu’une faille énorme se trouve au cœur même de l’architecture du projet et que celui-ci ne sera jamais opérationnel. Coût du fiasco: 11,7 millions d’euros, d’après la police nationale, en comptant notamment les fonctionnaires détachés.

Résultat, depuis que Gérald Darmanin et une nouvelle équipe sont arrivés au ministère de l’Intérieur, à l’été 2020, un nouvel appel d’offre se prépare, contraignant le projet à repartir de zéro (et sans aucun recours judiciaire possible).

Une part des sommes promises par Emmanuel Macron en marge de la conclusion du Beauvau de la Sécurité devrait donc être allouée à cette nouvelle tentative. Avec une date de livraison désormais prévue pour 2024.

À voir également sur le HuffPost : Violences policières: pas de nouvelle institution de contrôle indépendante, mais plus de transparence