close
  • Me chevron_right

    Israël envoie l’armée contre sept ONG palestiniennes et provoque un tollé

    news.movim.eu / Mediapart · Friday, 19 August - 18:52

En pleine campagne électorale, le ministre de la défense israélien a donné son feu vert à une opération militaire en Cisjordanie contre sept organisations majeures de la société civile palestinienne. Des consuls européens et des experts de l’ONU réaffirment leur soutien aux organisations ciblées.
  • wifi_tethering open_in_new

    This post is public

    www.mediapart.fr /journal/international/190822/israel-envoie-l-armee-contre-sept-ong-palestiniennes-et-provoque-un-tolle

  • Me chevron_right

    Amnesty: «Israël considère les Palestiniens comme un groupe distinct et inférieur»

    news.movim.eu / Mediapart · Thursday, 4 August - 08:17

«Discriminations raciales» et inégalités d’accès aux droits pour les Palestiniens: le président d’Amnesty International France répond aux objections soulevées quant à la caractérisation d’Israël comme système politique d’apartheid, au regard du droit international.
  • wifi_tethering open_in_new

    This post is public

    www.mediapart.fr /journal/international/030822/amnesty-les-lois-et-pratiques-institutionnelles-en-israel-considerent-les-palestinien-nes-comme-un

  • Th chevron_right

    In Letter to Biden, Shireen Abu Akleh's Family Demands a Meeting and an End to Israeli Impunity

    news.movim.eu / TheIntercept · Friday, 8 July - 14:01 · 5 minutes

The family of slain journalist Shireen Abu Akleh has asked to meet President Joe Biden during his upcoming visit to Jerusalem, accusing the White House of an “abject response” to the apparent killing of a U.S. citizen by Israeli forces.

“Dear Mr. President,” the family’s letter , sent to Biden on Friday morning, began, “We, the family of Shireen Abu Akleh, write to express our grief, outrage and sense of betrayal concerning your administration’s abject response to the extrajudicial killing of our sister and aunt by Israeli forces on May 11, 2022, while on assignment in the occupied Palestinian city of Jenin in the West Bank.”

The letter, which was provided to The Intercept by the family, reminded the American president that Abu Akleh was not just “a prominent, beloved Palestinian journalist” and “a role model and a mentor” to women in her community. “She was also a United States citizen.”

The family, including Abu Akleh’s brother Anton and his children, demanded that Biden make time during his visit to the Middle East next week to meet with them, “and hear directly from us about our concerns and demands for justice.”

The U.S. “has been skulking toward the erasure of any wrongdoing by Israeli forces.”

They also described their anger and disappointment at a lack of support from the Biden administration, and suggested that instead of using its leverage over Israel to demand a credible investigation of the fatal shot that witnesses said was fired from an Israeli military convoy, “the United States has been skulking toward the erasure of any wrongdoing by Israeli forces.”

“In the days and weeks since an Israeli soldier killed Shireen, not only have we not been adequately consulted, informed, and supported by U.S. government officials, but your administration’s actions exhibit an apparent intent to undermine our efforts toward justice and accountability for Shireen’s death,” the renowned Al Jazeera correspondent’s relatives wrote.

The family provided links to a half-dozen painstaking examinations of the video and audio evidence of the killing — conducted by the Washington Post , CNN , The Associated Press , the New York Times , Bellingcat , and the United Nations Human Rights Office — which all concluded that the fatal shot had likely been fired from the Israeli Defense Forces, or IDF, raiding party.

“All available evidence suggests that Shireen, a U.S. citizen, was the subject of an extrajudicial killing,” the Abu Akleh family told Biden, “yet your administration has thoroughly failed to meet the bare minimum expectation held by a grieving family — to ensure a prompt, thorough, credible, impartial, independent, effective and transparent investigation that leads to true justice and accountability for Shireen’s killing.”

The family urged Biden to direct the Department of Justice to use the Human Rights and Special Prosecutions Bureau and the FBI to investigate the killing of Abu Akleh.

The letter was sent days after the State Department released an oddly vague statement , on the Fourth of July holiday, reporting that “an extremely detailed forensic analysis” of the bullet that killed the journalist, carried out in Israel by unnamed “independent, third-party examiners,” overseen by the regional U.S. security coordinator, Lt. Gen. Michael Fenzel, was unable to determine if the shot had been fired from an Israeli rifle.

According to the State Department, the American general’s review of other information gathered by Israeli and Palestinian officials led him to the conclusion “that gunfire from IDF positions was likely responsible for the death of Shireen Abu Akleh.” Fenzel, however, “found no reason to believe that this was intentional but rather the result of tragic circumstances,” the statement added.

As the Abu Aklehs noted in their letter to Biden, the U.S. has offered no explanation of how the American general determined that no Israeli soldier intended to fire at the journalist, who was wearing a blue vest marked “PRESS,” but the statement seemed to exactly echo a claim the Israeli military has made repeatedly. “The IDF investigation conclusively determined that no IDF soldier deliberately fired at Ms. Abu Akleh,” Israel’s military said in a statement released the same day.

The U.S. has offered no explanation of how the American general determined that no Israeli soldier intended to fire at the journalist.

The journalist’s family also pointed out that just one day after State Department spokesperson Ned Price “announced that Shireen’s killing was likely unintentional,” he admitted, during questioning by reporters, that the U.S. security coordinator’s review of the evidence was “not a law enforcement investigation” and his conclusion about intent was simply “a judgment.”

“Nonetheless,” the family wrote to Biden, “your administration deemed it necessary to include and perpetuate the baseless and damaging conclusion that the killing was not intentional, seemingly choosing political expedience over actual accountability for a foreign government’s killing of a U.S. citizen.”

The Abu Aklehs went on to demand that the State Department retract the July 4 press statement and turn over to them any forensic report prepared by the ballistic experts, and reveal their identities. Price, the State Department spokesperson, told reporters that the forensic experts were not Americans but came from one of the seven other NATO countries that help train Palestinian Authority security forces.

While Price declined to say what country the experts came from, Israel’s military insisted in its own statement that “Israeli experts examined the bullet” in the presence of representatives of the U.S. security coordinator. The Israelis added that their ballistic examination was looking for evidence that the bullet had been fired from a specific weapon which was examined in the lab. That statement appears to indicate that Israel has identified the soldier from the Duvdevan commando unit who fired in Abu Akleh’s direction from the convoy during the raid.

The family also reminded Biden that 57 members of Congress and 24 senators had signed letters asking for the U.S. to be directly involved in investigating the killing of Abu Akleh, given that Palestinians and Israelis do not trust each other to conduct a credible and independent investigation.

“We reaffirm these demands on behalf of our beloved Shireen as your administration’s actions to date have not only fallen woefully short of ‘full accountability’ but they amount to express acceptance for Shireen’s killing,” the family wrote. “Your administration’s actions can only be seen as an attempt to erase the extrajudicial killing of Shireen and further entrench the systemic impunity enjoyed by Israeli forces and officials for unlawfully killing Palestinians.”

The post In Letter to Biden, Shireen Abu Akleh’s Family Demands a Meeting and an End to Israeli Impunity appeared first on The Intercept .

  • Hu chevron_right

    Obsèques de Shireen Abu Akleh en Israël: la police ouvre une enquête après son opération critiquée

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 14 May - 13:39 · 5 minutes

En Israël, la police ouvre une enquête après son opération aux obsèques de Shireen Abu Akleh (AP Photo/Maya Levin) En Israël, la police ouvre une enquête après son opération aux obsèques de Shireen Abu Akleh (AP Photo/Maya Levin)

ISRAËL - La police israélienne a annoncé ce samedi 14 mai l’ouverture d’une enquête après le tollé international provoqué par l’intervention de ses membres lors des funérailles de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, dont le cercueil a failli tomber après les coups de matraque contre les porteurs.

Des milliers de Palestiniens ont participé aux obsèques de la journaliste américano-palestinienne de la TV Al Jazeera , tuée mercredi d’une balle dans la tête alors qu’elle couvrait un raid militaire israélien dans le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967. Elle portait un gilet pare-balles siglé “presse” et un casque de reportage.

À la sortie du cercueil de l’hôpital Saint-Joseph à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville également occupé par Israël, la police a fait irruption dans l’enceinte de l’établissement et chargé une foule brandissant des drapeaux palestiniens.

Le cercueil a failli tomber des mains des porteurs frappés par des policiers armés de matraques avant d’être rattrapé in extremis, selon des images retransmises par les télévisions locales.

Des violences “inacceptables”

“Le commissaire de la police israélienne, en coordination avec le ministre de la Sécurité publique, a ordonné une enquête sur l’incident. Les conclusions seront présentées au commissaire dans les prochains jours”, a indiqué la police dans un communiqué. Elle a répété que les policiers “avaient été exposés à la violence des émeutiers, ce qui les a poussés à recourir à la force”.

Les images de la charge de la police circulant en boucle sur les réseaux sociaux ont provoqué un tollé international.   “Nous avons été profondément troublés par les images de l’intrusion de la police israélienne au sein du cortège funéraire”, a dit le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken.

L’Union européenne a condamné “l’usage disproportionné de la force et le comportement irrespectueux de la police israélienne”.

La représentation française à Jérusalem a jugé “profondément choquantes” les “violences policières”, et l’Espagne a dénoncé comme “inacceptables” le “recours à la force disproportionné”. Le patron de l’ONU, Antonio Guterres, s’est dit “profondément troublé”.

33 blessés et six arrestations

“Les forces d’occupation ne se sont pas contentées de tuer Shireen (...) mais elles ont terrorisé ceux qui l’ont accompagnée vers sa dernière demeure”, a dénoncé le Qatar.

Pour la Fondation Desmond Tutu, les scènes de l’intervention policière “font froid dans le dos, rappelant la brutalité infligée aux personnes endeuillées lors de funérailles de militants contre l’apartheid” en Afrique du Sud.

“Si vous n’arrêtez pas ces chants nationalistes, nous devrons vous disperser en utilisant la force et nous empêcherons les funérailles d’avoir lieu”, a déclaré dans un mégaphone un policier israélien en direction de la foule dans l’enceinte de l’hôpital vendredi, selon une vidéo de la police. Celle-ci a accusé la foule de Palestiniens d’avoir “jeté des bouteilles en verre et d’autres objets” sur les policiers.

Le Croissant-Rouge palestinien a fait état de 33 blessés et la police israélienne de six arrestations. La foule de Palestiniens a pu ensuite accompagner le cercueil vers une église de la Vieille Ville où une messe a été célébrée, puis au cimetière.

“Le meurtre” de la journaliste de 51 ans a été condamnée à l’unanimité par le Conseil de sécurité de l’ONU, qui a réclamé “une enquête transparente et impartiale”.

Qui a tué Shireen Abu Akleh?

L’Autorité palestinienne, la télévision du Qatar Al Jazeera et le gouvernement du Qatar ont accusé l’armée israélienne d’avoir tué la journaliste. Israël, après avoir affirmé qu’elle avait “probablement” succombé à un tir palestinien, a ensuite dit ne pas écarter que la balle ait été tirée par ses soldats.

Selon “les premiers résultats” de l’enquête du procureur palestinien à Ramallah “la seule origine du tir contre Shireen est les forces d’occupation”. Avant lui, l’armée israélienne a indiqué qu’il n’était pas possible de déterminer dans l’immédiat l’origine du tir qui pouvait aussi bien être d’origine palestinienne qu’israélienne.

Israël a réclamé que lui soit remise la balle en vue d’un examen balistique, et proposé que des experts palestiniens et américains soient présents lors de cet examen. Mais le président palestinien Mahmoud Abbas a refusé une enquête conjointe avec Israël. “Les autorités israéliennes ont commis ce crime et nous ne leur faisons pas confiance.”

Samedi, Hussein al-Cheikh, un ténor de l’Autorité palestinienne, a déclaré sur Twitter “accueillir la participation de tous les organismes internationaux à l’enquête sur l’assassinat de Shireen Abu Akleh”.

Ces derniers mois, l’armée israélienne a lancé plusieurs opérations à la recherche de suspects palestiniens dans le camp de réfugiés de Jénine, un bastion des factions armées palestiniennes d’où étaient originaires des auteurs d’attaques meurtrières en Israël.

À voir également sur Le HuffPost: En Israël, découverte d’une usine à vin vielle de 1500 ans

  • Hu chevron_right

    L'une des principales figures de la chaîne Al-Jazeera tuée par l'armée israélienne

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 11 May - 07:13 · 4 minutes

Le corps de Shireen Abu Akleh, tuée ce mercredi 11 mai, transporté à la morgue. Le corps de Shireen Abu Akleh, tuée ce mercredi 11 mai, transporté à la morgue.

CISJORDANIE - La journaliste Shireen Abu Akleh, une des plus connues de la chaîne de télévision panarabe al-Jazeera , a été tuée ce mercredi 11 mai, dans la matinée, par un tir de l’armée israélienne alors qu’elle couvrait des affrontements armés en Cisjordanie occupée, ont affirmé des témoins et des responsables palestiniens.

Le ministère palestinien de la Santé et la chaîne al-Jazeera ont annoncé le décès de cette journaliste par un tir de l’armée israélienne lors de ces affrontements à Jénine, bastion des factions armées palestiniennes dans le nord de la Cisjordanie occupée. Un photographe de l’AFP sur place a aussi fait état des tirs de l’armée israélienne et vu le corps de la reporter qui portait un gilet pare-balles.

Un autre journaliste a été blessé lors de ces affrontements, ont indiqué des sources hospitalières et un photographe de l’AFP sur place.

“Al-Jazeera condamne ce crime odieux”

Palestinienne, chrétienne et âgée d’une cinquantaine d’années, Shireen Abu Akleh avait travaillé à La Voix de la Palestine , Radio Monte-Carlo, avant de rejoindre la chaîne al-Jazeera, où elle s’est fait connaître à travers le Moyen-Orient pour ses reportages sur le conflit israélo-palestinien.

Dans un communiqué, al-Jazeera a affirmé que Shireen Abu Akleh a été tuée “de sang froid” par les forces israéliennes, précisant que la journaliste portait une veste qui l’identifiait comme journaliste.

“Al-Jazeera condamne ce crime odieux, qui a pour objectif d’empêcher les médias de faire leur travail”, indique la chaîne qatarie, appelant la communauté internationale à “tenir pour responsables les forces d’occupation israéliennes pour avoir intentionnellement ciblé et tué Shireen”.

Les autorités qataries ont de leur côté indiqué que la journaliste d’al-Jazeera avait été tuée après avoir reçu une balle “au visage” alors qu’elle portait un gilet “presse”.

Pour sa part, l’armée israélienne a indiqué dans un communiqué avoir mené au cours des dernières heures, des opérations dans le camp palestinien de Jénine, et d’autres secteurs de Cisjordanie, afin “d’appréhender des personnes soupçonnées de terrorisme”.

“Durant ces activités de contreterrorisme dans le camp palestinien de Jénine, des dizaines d’hommes armés palestiniens ont ouvert le feu et lancé des objets explosifs en direction des forces israéliennes, menaçant leur vie, a indiqué l’armée israélienne. Les soldats ont répliqué. Des personnes ont été atteintes.”

Selon ce communiqué, “l’armée mène une enquête sur ces événements et envisage la possibilité que les journalistes ont été atteints par des hommes armés palestiniens”.

Heurts entre policiers israéliens et des Palestiniens

Le décès de la journaliste Shireen Abu Akleh intervient près d’un an jour pour jour après la destruction de la tour Jalaa, où étaient situés les bureaux de la chaîne qatarie dans la bande de Gaza, lors d’une frappe aérienne israélienne en pleine guerre entre le mouvement islamiste palestinien Hamas et l’Etat hébreu.

Cette guerre de 11 jours avait fait 260 morts côté palestinien parmi lesquels de nombreux combattants et des enfants, et 14 décès en Israël, incluant un soldat et deux mineurs. Un an après la dernière guerre à Gaza, la tension demeure entre l’État hébreu et le Hamas, qui a “salué” les attaques en Israël.

Mercredi, un cadre du Hamas, Ghazi Hamad, a accusé les forces israéliennes d’avoir “intentionnellement tué” la journaliste d’al-Jazeera, ce que l’armée a nié.

Depuis le 22 mars dernier, Israël a été la cible d’une série d’attaques ayant fait au moins 18 morts. Deux de ses attaques ont été perpétrées par des Arabes israéliens, et quatre d’entre elles par des Palestiniens, dont trois jeunes originaires de Jénine, où l’armée israélienne a multiplié les opérations ces dernières semaines.

Dans la foulée de ces attaques anti-israéliennes, trente Palestiniens incluant des assaillants, ont été tués dans des incidents avec l’armée israélienne.

Dans ce contexte, des heurts entre policiers israéliens et des Palestiniens ont fait près de 300 blessés sur l’esplanade des Mosquées, située dans la partie palestinienne de Jérusalem, occupée depuis 1967 par Israël.

À voir également sur Le HuffPost: Évasion de prison par un tunnel de six palestiniens en Israël

  • Hu chevron_right

    En Israël, chasse à l'homme après une nouvelle attaque meurtrière

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 6 May - 08:50 · 4 minutes

En Israël, chasse à l'homme après une nouvelle attaque meurtrière REUTERS/Ronen Zvulun En Israël, chasse à l'homme après une nouvelle attaque meurtrière REUTERS/Ronen Zvulun

ISRAËL - La police israélienne mène ce vendredi 6 mai une chasse à l’homme au lendemain d’une attaque fatale à trois personnes dans la grande banlieue de Tel-Aviv, perpétrée le jour de l’anniversaire de la création de l’État hébreu.

Cette attaque - la sixième visant des Israéliens depuis le 22 mars - est survenue à Elad, dont une partie des 50.000 habitants sont des juifs ultra-orthodoxes, dans le centre du pays.

La police a lancé un appel pour obtenir des informations sur la cachette des assaillants, diffusant les photos et les noms de deux Palestiniens soupçonnés d’avoir commis cette attaque qui a aussi fait quatre blessés, dont trois grièvement, selon la Magen David Adom (MDA), l’équivalent israélien de la Croix-Rouge.

“Les terroristes et leurs soutiens paieront le prix”

Les deux hommes recherchés, Assad Youssef Al-Rafai, 19 ans, et Tzabhi Amad Abu Shakir, 20 ans, sont originaires du village de Rummanah, dans le nord de la Cisjordanie occupée, selon un communiqué de la police.

“La scène de l’attaque était complexe”, a expliqué le secouriste israélien Alon Rizkan, de la MDA. Lui-même a vu un homme de 40 ans mort près d’un rond-point, puis un autre homme inconscient dans un parc adjacent, dont le décès a finalement été prononcé, et un autre à ses côtés qui a succombé à ses blessures.

Les trois victimes de l’attaque sont Yonatan Habakuk, 44 ans et Boaz Gol, 49 ans, tous deux habitants de Elad, et Oren Ben Yiftah, 35 ans, habitant de Lod (centre), a annoncé sur Twitter le Premier ministre israélien Naftali Bennett, ajoutant que “les terroristes et leurs soutiens paieront le prix”.

Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a annoncé le bouclage jusqu’à dimanche de la bande de Gaza et de la Cisjordanie occupée afin “d’éviter la fuite de terroristes” vers ce territoire palestinien.

Attaque “odieuse” et “ignoble”

Jeudi soir, alors que des hélicoptères survolaient la ville d’Elad, des femmes penchées par-dessus leurs balcons ont observé des responsables des pompes funèbres emporter les corps des victimes.

Les mouvements islamistes armés palestiniens du Hamas et du Jihad islamique ont “célébré” une attaque “héroïque”, sans la revendiquer, dans des communiqués séparés. Il s’agit d’une “réaction” aux tensions récentes à Jérusalem. De son côté, le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné “le meurtre de civils israéliens” qui “mènent à une détérioration de la situation”, selon l’agence palestinienne Wafa.

L’attaque a aussi été condamnée par le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, qui l’a qualifiée de “particulièrement odieuse” selon ses services. Ainsi que par Emmanuel Macron qui dénonce une “attaque ignoble”.

Au total, depuis le 22 mars, 18 personnes ont été tuées dans des attentats anti-israéliens, perpétrés par des Arabes israéliens et des Palestiniens.

Dans la foulée des premières attaques, les forces israéliennes ont mené une série d’opérations en Cisjordanie occupée. Au moins 26 Palestiniens, dont des assaillants, ont été tués.

Et des heurts entre policiers israéliens et des Palestiniens ont fait près de 300 blessés ces dernières semaines sur l’esplanade des Mosquées, située dans la partie palestinienne de Jérusalem, occupée depuis 1967 par Israël.

Tensions à Jérusalem

“Cette opération (à Elad) témoigne de la colère de notre peuple face aux attaques de l’occupation contre les lieux saints. La prise d’assaut de la mosquée al-Aqsa ne peut rester impunie”, a prévenu Hazem Qassem, porte-parole du Hamas, mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza, enclave palestinienne de 2,3 millions d’habitants.

“La profanation par les forces d’occupation (nom donné à la police et à l’armée israélienne par des Palestiniens) et des gangs de colons à al-Aqsa a franchi toutes les lignes rouges”, a renchéri Muhammad Hamid Abu Al-Hassan, du bureau politique du Jihad islamique.

De nouveaux accrochages ont eu lieu jeudi près de la mosquée al-Aqsa, sur l’esplanade des Mosquées où des fidèles juifs ont voulu à nouveau se rendre en nombre à l’occasion du 74e anniversaire de la création de l’Etat d’Israël selon le calendrier hébraïque, qui coïncidait avec la fin des célébrations musulmanes de l’Aïd al-Fitr.

En vertu d’un statu quo tacite, les non-musulmans peuvent se rendre sur l’esplanade ―troisième lieu saint de l’islam et lieu le plus sacré du judaïsme sous son nom de “Mont du Temple”― mais sans y prier.

Un nombre croissant de juifs s’y rendent, et le fait que certains d’entre eux y prient subrepticement suscite des craintes d’une remise en cause de ce statu quo chez de nombreux musulmans.

Au cours des dernières semaines, le gouvernement israélien a répété ne pas vouloir changer le statu quo.

À voir également sur Le HuffPost: En Israël, découverte d’une usine à vin vielle de 1500 ans

  • chevron_right

    Collectif Palestine Vaincra : suspension du décret de dissolution !

    CNT 31 · Tuesday, 3 May - 17:02

Le 29 avril 2022, le Conseil d’État a suspendu le décret de dissolution du Collectif Palestine Vaincra. Il a estimé qu’il n’était ni nécessaire, ni adapté, et portait une atteinte disproportionnée à la liberté d’expression et à la liberté d’association. Cette décision inflige un véritable camouflet à la politique liberticide du gouvernement et autorise la continuité des activités de soutien du Collectif Palestine Vaincra au peuple palestinien.

Pour en savoir, venez sur notre site web.

#dissolutionCollectifPalestineVaincra #CollectifPalestineVaincra #dissolutionPalestineVaincra #PalestineVaincra #SolidaritéPalestine #Palestine #dissolution #OffensiveLiberticide #France #fr

  • Hu chevron_right

    En Israël, des heurts sur l'Esplanade des Mosquées font une centaine de blessés

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 15 April - 07:01

Des heurts sur l Des heurts sur l'Esplanade des Mosquées en Israël font une centaine de blessés ( REUTERS/Ammar Awad)

ISRAËL - Les heurts entre manifestants palestiniens et policiers israéliens ce vendredi 15 avril au matin sur l’Esplanade des Mosquées à Jérusalem ont fait une centaine de blessés, ont indiqué les secouristes.

“Quatre-vingt-dix blessés ont été transférés” dans des hôpitaux de Jérusalem et des “dizaines” ont été traités sur le site, a indiqué à l’AFP un responsable du Croissant-Rouge palestinien. De son côté, la police israélienne a fait état d’au moins trois blessés dans ses rangs.

Des heurts sur l Des heurts sur l'Esplanade des Mosquées en Israël font une centaine de blessés ( REUTERS/Ammar Awad)

>> Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost: Des centaines de personnes au rassemblement statique pro-Palestine à Paris