close
  • Hu chevron_right

    Soldat tué au Mali: "Le risque fait partie du métier", expliquaient les militaires sur place

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 17:27 · 2 minutes

GAO - Un 53ème soldat français a été tué au Mali. Lors d’une attaque au mortier ce samedi 22 janvier contre le camp de Gao , dans le nord du Mali, le brigadier Martin, grièvement blessé, a succombé à ses blessures. Neuf autres soldats français ont été “légèrement blessés” mais “leur état n’inspire aucune inquiétude”, a précisé l’état-major des Armées dans un communiqué.

Le camp de Gao a été la cible peu avant 17h, heure de Paris, de “plusieurs tirs indirects” d’obus de mortiers, partis d’une position située à une distance de “cinq à six kilomètres au nord-est”, a indiqué le porte-parole de l’état-major des Armées, le colonel Pascal Ianni, à l’AFP.

Mi-décembre, Le HuffPost s’était rendu cette base militaire , où 2.500 militaires sont affectés. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus , un monument aux morts au Mali est présent dans le camp, sur la place d’armes.

“Le risque zéro n’existe pas”

Des officiers de l’état civil gèrent toute l’administration des militaires... Qui peut aller parfois jusqu’au décès. Un risque qui est présent dans l’esprit des soldats en opération extérieure. Car s’ils estiment être bien préparés à faire face à tout type de menace, le risque zéro n’existe pas. Avant de partir, ils ont la possibilité de mettre par écrit leurs souhaits si le pire devait arriver. Chacun évoque cette éventualité, ou non, avec ses proches.

Au Sahel, il s’agit du 53e militaire français tué au combat depuis 2013. Trois l’avaient été l’an dernier, un quatrième soldat étant mort accidentellement. Alexandre Martin, âgé de 24 ans, était engagé depuis septembre 2015 dans l’armée de Terre. Après des missions en Guyane, en Martinique et à Djibouti, il participait depuis le 19 octobre à l’opération Barkhane.

Quatre soldats français ont déjà été blessés mardi au Burkina Faso lors de l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED) au passage de leur véhicule. Les relations exécrables entre la junte au pouvoir à Bamako et Paris posent la question du maintien d’une présence française et européenne au Mali, même si l’option d’un retrait est peu évidente, entre campagne présidentielle et présidence française de l’Union européenne.

À voir également sur Le HuffPost : En patrouille avec les militaires de Barkhane au Mali

  • Hu chevron_right

    Comment Christiane Taubira a converti la Primaire populaire en arme politique

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 16:36 · 4 minutes

Christiane Taubira photographié à Nantes le 10 janvier (illustration)

POLITIQUE - Le chiffre donnerait le tournis à n’importe quelle formation politique. Ce dimanche 23 janvier, quelques heures avant la clôture des inscriptions, la Primaire populaire faisait savoir que le seuil des 400.000 inscrits avait été franchi. Fustigée par les différentes formations de gauche ayant déjà investi leurs candidats, l’issue de l’initiative acceptée par Christiane Taubira pourra difficilement être ignorée par Jean-Luc Mélenchon , Anne Hidalgo ou Yannick Jadot le 30 janvier au soir.

Et pour cause: la Primaire populaire compte 100.000 inscrits de plus que “l’investiture populaire” mise en place par le candidat insoumis et presque 300.000 votants supplémentaires que ceux de la primaire écolo. Et que dire de l’écart entre ce potentiel corps électoral et les 22.480 socialistes qui ont désigné Anne Hidalgo au mois d’octobre. Un possible booster de légitimité que Christiane Taubira, considérée comme favori de ce scrutin , compte saisir après avoir d’abord hésité.

“Aujourd’hui est un jour décisif. Jamais, dans une élection présidentielle en France, des centaines de milliers de citoyennes et de citoyens n’avaient décidé de s’organiser eux-mêmes pour choisir leur candidat”, a tweeté ce dimanche l’ancienne ministre de la Justice, glissant un petit tacle discret aux candidats de gauche qui se sentent “offusqués” par l’initiative, “comme à chaque fois que le peuple s’invite à la table”.

Se donner le beau rôle

Une façon pour Christiane Taubira de mettre en cause la légitimité de ses concurrents, à l’heure où les partis traditionnels ne font plus recette et qu’aucun des candidats de gauche ne paraît à ce stade capable d’accéder au second tour.

Cette position, consistant à se donner le beau rôle dans un contexte morose, agace fortement dans les rangs écolos. “C’est moche ce populisme bon teint alors que c’est d’éducation populaire dont la société a besoin”, a répliqué Alexis Braud, bras droit de Yannick Jadot, qui a pris l’habitude ces derniers jours de tirer à boulets rouges sur le “vaste mensonge” qu’est devenu à ses yeux la Primaire populaire. Mais les critiques émises par les différentes écuries de gauche à l’endroit de cette initiative sont elles audibles?

Pas pour le maire socialiste de Marseille, Benoît Payan, qui a d’ores et déjà fait savoir dans Libération qu’il soutiendra celui ou celle qui sortira vainqueur de ce processus. “Et je ne donnerai mon parrainage qu’à la femme ou l’homme qui en sera sorti majoritaire”, prévenait la semaine dernière l’architecte du Printemps marseillais, une coalition hétéroclite réalisée -dans la douleur et en dehors des partis- lors des élections municipales (pour rappel, LFI et EELV n’avaient rejoint l’aventure qu’au second tour).

Pour l’élu marseillais, les partis sont ”à bout de souffle” et la gauche ne peut sérieusement rester sourde à ce qui ressortira d’un scrutin qui réunit plusieurs centaines de milliers de citoyens.

C’est également ce que pense Christiane Taubira. “Je suis celle qui accepte les risques d’une investiture citoyenne, celle qui accepte de constater qu’à l’échelle des candidats et des partis l’union n’a pas été réalisée, et que la seule perspective, c’est la Primaire populaire”, a-t-elle déclaré mardi 18 janvier sur France inter, alors que tous ses concurrents de gauche se sont désolidarisés du processus. Ce qui a eu pour effet mécanique de laisser l’ancienne garde des Sceaux seule dans une compétition que ses détracteurs jugent taillée pour elle.

Or, si rien ne garantit à ce stade qu’elle gagnera, une issue positive lui permettra d’asseoir sa candidature, renforcée par le résultat d’un vote à 400.000 participants, dans un contexte où Anne Hidalgo est en incapacité de remplir une salle de 1200 places dans un département pourtant présidé par le Parti socialiste.

Un appui citoyen incontestable qui trancherait cruellement avec la sinistrose qui mine la gauche, et qui permettrait à Christiane Taubira de poursuivre l’aventure. Au grand dam de ceux qui ne voulaient ni d’une candidature supplémentaire, ni de la Primaire populaire.

À voir également sur Le HuffPost: Présidentielle: ce que Taubira peut apporter de plus à gauche selon ses sympathisants

  • Hu chevron_right

    Creuse: Un syndicaliste appelle à tuer des loups, une enquête ouverte

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 14:31 · 4 minutes

Le représentant syndical a appelé à tuer les prédateurs, qui appartiennent pourtant à une espèce protégée (photo d

RURALITÉ - “La solution, il n’y en a qu’une: c’est le poison et le plomb.” Ce dimanche 23 janvier, la secrétaire d’État en charge de la Biodiversité, Bérangère Abba , a annoncé l’ouverture d’une enquête après les propos d’un représentant syndical agricole qui invitait les éleveurs à protéger leurs troupeaux des loups en tuant ces animaux.

Passée relativement inaperçue, l’affaire a pris de l’ampleur après un tweet de l’activiste et journaliste Hugo Clément. Dans son message, le jeune homme de 32 ans relayait une prise de parole de Florian Tournade , président de l’antenne creusoise de Coordination rurale, un syndicat d’agriculteurs.

″Nous, on invite les agriculteurs à prendre leur fusil de chasse et, quand ils voient un loup, de le tuer et de le faire disparaître. Et de ne rien dire”, déclarait le syndicaliste dans cette séquence à l’origine tournée par des journalistes de France 3 Nouvelle-Aquitaine . Hugo Clément, lui, demandait une réaction aux autorités locales ainsi qu’à la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili et donc à Bérangère Abba.

En effet, le loup est une espèce protégée en France. Le fait d’appeler donc à le tuer et à ensuite dissimuler ce délit est illégal. Le fait de tuer un loup est puni par la loi d’un maximum de trois ans de prison et 150.000 euros d’amende.

Après des attaques de brebis semblant avoir été commises par des loups à Féniers entre fin décembre et la mi-janvier (des analyses ADN sont en cours, mais les indices concordent), la préfecture de la Creuse a autorisé jeudi 20 janvier les agriculteurs à pratiquer des tirs d’effarouchement . C’est-à-dire qu’une poignée de personnes désignées ont le droit d’utiliser des munitions non létales pour effrayer le prédateur, si et seulement si celui-ci tentait de s’en prendre à un troupeau. Et ce pendant un mois, sur la commune de Féniers uniquement.

“Le plomb et la chaux” offerts

Et alors que certaines organisations syndicales dénoncent des conditions de tir trop drastiques et réclament de pouvoir se défendre, le représentant local de la Coordination rurale va donc beaucoup plus loin. Il appelle les agriculteurs à tuer les bêtes et à faire disparaître les traces pour ne pas être incriminé. Et précise: “La coordination rurale remboursera le plomb et le sac de chaux.”

Ce qui a donc fait réagir les autorités. “Au-delà de l’image surréaliste d’un représentant syndical prônant l’usage des armes et la dissimulation de preuves pour s’affranchir des règles de droit, tuer ou appeler à tuer une espèce protégée est illégal et constitue un délit”, écrit Bérangère Abba sur Twittter, précisant qu’une enquête est ouverte.

Une réaction saluée par Hugo Clément, qui a remercié la secrétaire d’État, toujours sur Twitter. De la même manière, le député anciennement porte-parole de Yannick Jadot, Matthieu Orphelin , s’est félicité de la réponse du gouvernement.

L’association de défense OneVoice a quant à elle fait savoir qu’elle allait déposer une plainte pour “incitation à commettre une destruction d’espèce protégée”.

À voir également sur le HuffPost : Le chien de cette famille était en réalité un renard qui mangeait les poules des voisins

  • Hu chevron_right

    Marine Le Pen réclame la démission des élus RN partis chez Éric Zemmour

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 14:02 · 2 minutes

La candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, photographiée le 18 janvier à Paris (illustration)

POLITIQUE - Si elle assure “avoir le cuir tanné” en la matière, Marine Le Pen se serait bien passée de ces défections. Ce dimanche 23 janvier sur le plateau de “Dimanche en politique” sur France 3, la candidate s’est exprimée sur le choix fait par plusieurs élus et responsables RN de rejoindre Éric Zemmour .

“Toutes ces petites manœuvres politiciennes, j’y apporte peu d’intérêt”, a réagi la députée du Pas-de-Calais, estimant que les élus qui ont quitté la navire lepéniste, les eurodéputés Gilbert Collard et Jérôme Rivière, devaient “rendre leur mandat”.

“C’est la moindre de l’honnêteté à l’égard des électeurs”, insiste Marine Le Pen, rappelant que “les électeurs qui ont voté pour la liste Rassemblement national (aux élections européennes, NDLR), ont voté pour les idées du Rassemblement national, pas pour celles d’Éric Zemmour”.

Durant l’émission, la candidate a également fustigé la façon dont les intéressés ont géré leur sortie. “La manière dont ils le font, l’absence de courage -ne serait-ce que de me passer un coup de téléphone pour me dire ‘on s’en va’- c’est ce qui dégoûte les Français de la politique”, déplore Marine Le Pen, qui voit aussi dans ces départs “une cohérence” car “ce sont des gens qui depuis le début de la campagne me reprochent de faire du pouvoir d’achat une priorité”.

Quant à l’hypothèse d’un ralliement prochain de Marion Maréchal à Éric Zemmour, Marine Le Pen affirme être sereine. “Marion a indiqué qu’elle soutiendrait le candidat le mieux placé. Aujourd’hui, je suis mieux placée qu’Éric Zemmour : je suis aujourd’hui entre 17 et 18%, il est aujourd’hui entre 11 et 12%”, tranche-t-elle, alors que l’entourage du candidat de Renconquête! multiplie les appels du pieds en direction de l’ancienne députée du Vaucluse.

À voir également sur Le HuffPost: Le déplacement de Zemmour à Calais ne s’est pas fini comme prévu

  • chevron_right

    C’est encore mieux en allemand l’explication du plan du digital identity wallet de l’Union Pfizeuropéenne !

    eyome · 13:24

Look! Digital e-Identity Wallet! What a surprise!

Aussi surpris que pour la création du pass-vaccinal.

Et on le sera encore d'avantage lors de la création des euro-numériques.

Et on le sera encore d'avantage lorsque tout cela sera rassembler au même endroit.

Et alors : "Oh ! Mais c'est un système de crédit social !?"

La surprise ! La surprise pour tout le monde !!!

Et vos gueules les comploplotistes !

(Marrant que la Présidente de la Grosse Commission fasse son discours en Allemand d'ailleurs, marrant !...)

#France, #Politique, #fr, #UE, #Frexit, #Covid, #Vaccin, #PassVaccinal, #CréditSocial.

  • chevron_right

    Mobilisation dans tout #Paris cet après-midi pour soutenir l’action du Président @EmmanuelMacron à la tête du conseil de l’REGIONAL INDICATOR SYMBOL LETTER E + REGIONAL INDICATOR SYMBOL LETTER UFLEXED BICEPS

    eyome · 12:54

Yeah, ils étaient au moins 10 dans tout Paris !

Les zolis drapeaux bleus étoilés, méticuleusement masqués à l’extérieur, ils étaient tous là, à l’exception de Gestesbarrières (mis de côté pour la vidéo je présume).

Et évidemment, le fameux slogan : #changerleurope

“Et tu boucles, boucles, boucles ce refrain qui te plait…”

Et le meilleur commentaire...😄

#France, #Politique, #Fr, #UE

  • chevron_right

    Non Madame, ce n’est pas un « chèque en blanc »:

    eyome · 12:52

si le #passevaccinal devait être maintenu sans raison médicale valable, vous pourrez saisir le conseil d’Etat pour qu’il annule la décision du Gouvernement: nous vivons dans un état de droit!

Le culot !

#France, #Politique, #Fr, #Covid, #Vaccin, #PassVaccinal, #CréditSocial

  • chevron_right

    A l’hôpital, un quart des patients positifs au Covid-19 ont été admis pour un autre motif

    eyome · 12:51

Les mecs étaient gravement malades et ils ne le savaient même pas ! Que l’on donne à ces gens un Doliprane, vite !

Je constate de plus avec inquiètude que le comploplotisme gagne LCI, mais que fait le CSA !?

#France, #Politique, #fr, #Covid, #Vaccin, #PassVaccinal, #CréditSocial.