close
  • chevron_right

    Ce que l'on sait de l'enquête sur la disparition de Delphine Jubillar

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 18 June - 19:44 · 3 minutes

Photo prise le 22 décembre 2020 montrant la maison de Cagnac-les-Mines.

DISPARITION - L’enquête dans la disparition de Delphine Jubillar avance. Son mari, Cédric, a été mis en examen et écroué ce vendredi 18 juin, six mois après la disparition de l’infirmière de 33 ans et mère de leurs deux enfants.

Dans une conférence de presse d’une heure, le procureur Dominique Alzeari a donné de nombreux détails sur l’enquête.

La “disparition criminelle est privilégiée”, il y a une “présomption d’homicide” et les recherches de la mère de famille se poursuivent à “un haut niveau”, a ajouté le magistrat, mettant l’accent sur un “contexte de séparation très conflictuel” avec une violente dispute le soir du 15 décembre dont aurait été témoin leur fils de 6 ans.

Dans le détail, Cédric Jubillar avait signalé aux gendarmes la disparition de la mère de ses deux enfants de 2 et 6 ans dans la nuit du 15 au 16 décembre à Cagnac-les-Mines, près d’Albi. Le couple était en instance de divorce.

Selon la version du mari, Delphine Jubillar est sortie de la maison le 15 décembre vers 23h pour promener leurs deux chiens, en plein couvre-feu, vêtue d’une doudoune blanche et avec son téléphone portable. Les chiens seraient revenus à la maison sans elle, selon le mari.

Réveillé vers 04h par les pleurs de leur fille, Cédric Jubillar se serait alors rendu compte de l’absence de son épouse et aurait téléphoné à des amies de cette dernière, habitant le village, pensant qu’elle pouvait se trouver chez l’une d’elles. Il a ensuite appelé la police.

Lavage suspect

A l’arrivée des gendarmes vers 04h50 du matin dans la maison, “dont l’entretien est extrêmement négligé”, Cédric Jubillar était en train de faire tourner une machine à laver, avec une couette à l’intérieur, celle dans laquelle dormait la mère de famille, s’est étonné le procureur.

Le procureur a salué le travail des gendarmes de la Section de recherche de Toulouse qui ont mené “six mois d’enquête intense, des investigations multiples et complexes”. Quelque 2.500 actes et procès verbaux ont été établis depuis fin décembre et une quarantaine d’expertises, selon Dominique Alzeari.

Après la disparition, des regards accusateurs, notamment de l’entourage de Delphine, se sont rapidement portés sur le mari, critiqué pour sa consommation de cannabis, et pour tarder à terminer la maison dans laquelle habitait la famille Jubillar.

Récemment, Cédric Jubillar s’était affiché sur son compte Facebook en compagnie de sa nouvelle compagne, ce qui avait fait bondir les proches de l’infirmière. Pour le procureur, il “a eu un deuil très rapide, il a parlé très vite de sa femme au passé”.

Un homme “intrusif”, parfois “brutal et agressif”

Le peintre-plaquiste de 34 ans avait “de très grandes difficultés, affectives et matérielles, à accepter cette séparation”, selon M. Alzeari. Il a convenu être au courant que son épouse avait un “amant”, la surveillait, se montrait “intrusif” parfois “brutal et agressif”, selon le magistrat.

Et Delphine Jubillar, “qui adorait son métier, qui adorait ses enfants, n’avait aucune raison de disparaître”, a-t-il insisté, s’étonnant qu’elle puisse partir volontairement “sans son chargeur de téléphone, sans son sac à main, sans ses lunettes, dont elle avait besoin, sans son véhicule”.

A quelques jours de Noël, la France s’était émue de la disparition de Delphine Jubillar. Elle était survenue quelques semaines après la condamnation de Jonathann Daval, pour le meurtre de sa femme qu’il avait longtemps nié, en jouant le rôle du mari éploré.

A voir également sur Le HuffPost: Michel Fourniret emporte avec lui ses macabres secrets

  • chevron_right

    Mort de Delphine Jubillar: son mari Cédric mis en examen pour meurtre

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 18 June - 13:22 · 2 minutes

Cédric Jubillar participant à une battue organisée par les gendarmes pour retrouver sa femme Delphine Jubillar à Milhars, le 23 décembre 2020.

DISPARITION - Le mari de Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans disparue depuis six mois dans le Tarn, a été mis en examen vendredi pour le “meurtre aggravé” de la mère de deux enfants.

“Il est mis en examen pour meurtre aggravé. C’est incohérent à ce stade du dossier”, a dit à l’ AFP Jean-Baptiste Alary, l’avocat de Cédric Jubillar. L’intérimaire de 33 ans avait été arrêté “hors de son domicile” deux jours plus tôt et placé en garde à vue.

En instance de divorce, Cédric Jubillar avait signalé la disparition de son épouse dans la nuit du 15 au 16 décembre du domicile familial de Cagnac-les-Mines, une ancienne cité minière de 3000 habitants, près d’Albi.

Après une première procédure pour “disparition inquiétante”, une information judiciaire avait été ouverte à Toulouse pour “enlèvement, détention ou séquestration”, les enquêteurs privilégiant la piste criminelle.

Recherches intensives

Les gendarmes de la Section de recherche ont sondé lacs et rivières, mené des battues dans les champs et les bois autour du village de Cagnac-les-Mines, une ancienne cité minière de 3000 habitants, où la jeune femme habitait, avec son mari et ses deux garçons, une maison qui a été plusieurs fois perquisitionnée.

Cédric Jubillar avait été entendu fin avril en “qualité de partie civile” par les juges. Il avait participé samedi à Albi à une marche blanche réunissant 80 personnes en honneur de la jeune femme.

“Pour nous toutes, collègues de Delphine, cette marche est une façon de lui dire qu’elle nous manque terriblement, que l’on pense à elle chaque jour, que l’on garde espoir qu’elle nous revienne”, avait alors déclaré Michelle Andrieu, l’une des infirmières qui travaillait avec Delphine Jubillar.

“Un climat parfaitement serein” lors de son audition fin avril

Selon la version des faits du mari, Delphine Jubillar est sortie de la maison le 15 décembre vers 23h pour promener leurs deux chiens, en plein couvre-feu, vêtue d’une doudoune blanche et avec son téléphone portable. Les chiens seraient revenus à la maison sans elle, selon le mari.

Réveillé vers 04h par les pleurs de leur fille, Cédric Jubillar se serait alors rendu compte de l’absence de son épouse et aurait téléphoné à des amies de cette dernière habitant le village, pensant qu’elle pouvait se trouver chez l’une d’elles. Il a ensuite appelé la police.

A l’issue de son audition par les juges en tant que partie civile fin avril, l’avocat de Cédric Jubillar avait assuré que tout s’était déroulé “dans un climat parfaitement serein”. “La qualité de partie civile a été confirmée et aucune mise en cause n’est envisagée”, avait souligné le pénaliste tarnais Me Jean-Baptiste Alary.

A voir également sur Le HuffPost: Michel Fourniret emporte avec lui ses macabres secrets

  • chevron_right

    Dans le Tarn, des feux contre le gel intoxiquent une vingtaine de personne

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 14 April, 2021 - 05:33 · 1 minute

Des brasero allumés dans des vignobles de Chablis, le 28 avril 2017

MÉTÉO - Une vingtaine de personnes ont été intoxiquées ce mardi 13 avril après la mise en oeuvre de feux de brasero par des arboriculteurs de deux communes du Tarn craignant pour leurs vergers déjà touchés par les gelées de la semaine dernière , a indiqué la préfecture.

“D’importants dégagements de fumées ont été causés par l’incendie de 150 tonnes de paille alimenté par du gasoil (...), avec des fumées qui se sont étendues sur 5 km” autour d’Ambres et de Lavaur, a souligné la préfecture dans un communiqué.

“Huit personnes ont été prises en charge par les sapeurs-pompiers et 13 personnes se sont présentées aux urgences pour des problèmes d’intoxication”, a-t-elle ajouté, précisant que les fumées avaient également provoqué une forte gêne de la circulation.

Huit véhicules et 32 sapeurs-pompiers ont été engagés pour éteindre l’incendie, ainsi que quatre ambulances pour secourir les personnes intoxiquées par les dégagements de fumées, selon la même source.

“Le règlement sanitaire départemental prévoit que les foyers de plein air utilisés en vue d’assurer la protection des cultures et vignobles contre les gelées ne peuvent être alimentés par des combustibles de nature à provoquer des fumées opaques ou des produits de combustion toxiques”, a rappelé la préfecture.

Le gel, qui a couvert une large partie de la France la semaine dernière, s’annonce comme l’un des pires des dernières décennies , de nombreuses cultures, vignes et vergers en particulier, ayant été frappées du nord au sud du pays.

Le Premier ministre Jean Castex a promis samedi “des enveloppes exceptionnelles” pour aider les agriculteurs à faire face à “probablement la plus grande catastrophe agronomique de ce début de XXIe siècle”, selon le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie.

À voir également sur Le HuffPost: En Indonésie et au Timor oriental, des inondations meurtrières font plus de 150 morts

  • chevron_right

    Contact publication

    CNT 31 · Thursday, 22 October, 2020 - 09:25


#Sivens : il y a 6 ans l’ #État tuait

https://iaata.info/Sivens-il-y-a-6-ans-l-Etat-tuait-4449.html?s=09

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014 Rémi #FRAISSE à été tué par le jet d’une grenade offensive sur les lieux où l’État tentait d’imposer la construction d’un inutile #barrage.

Faisons de cette journée de commémoration une journée de luttes.

Dimanche 25 octobre 2020 :

- 11h30 rendez-vous sur le parking de Pique Rouge pour se rendre à la maison forestière.
- 12h00, pique nique sorti du sac à la maison forestière de Sivens.
- 13h30 prises de paroles :
- une intervention portera sur les violences policières ;
- l’autre évoquera le projet de méga scierie de #Lannemezan qui prévoit la coupe à blanc de forêts entières.
- 14h00 nous nous rendrons en cortège vers la zone humide pour un #hommage à la #mémoire de #Rémi qui sera suivi d’une déambulation botanique.

#répression #assassinat #police #écologie #lutte #société #politique #social #actu #actualité #Tarn
  • chevron_right

    Contact publication

    CNT 31 · Wednesday, 23 September, 2020 - 18:19


#Montauban. Après 7 jours de grève reconductible, les salarié-e-s de Biofusion ont fait plier leur patron.

3% d’augmentation de salaire, revalorisation de la grille des salaires, prise en charge à 100 % par la mutuelle d’entreprise, trois jours de congé supplémentaire pour enfant malade, prime #Covid de 1500 € …

Seul l’action direct et l’auto-organisation des travailleur-euses payent. Vive la #grève.

https://www.ladepeche.fr/2020/09/23/fin-du-conflit-social-aux-laboratoires-danalyses-medicales-biofusion-apres-une-semaine-de-greve-9091478.php

https://revolutionpermanente.fr/Greve-chez-Biofusion-Pour-un-un-service-de-depistage-de-qualite-et-accessible-a-toutes-et-tous

#syndicalisme #lutte #social #société #économie #politique #actualité #solidarité #Tarn-et-Garonne
  • chevron_right

    Contact publication

    CNT 31 · Wednesday, 2 September, 2020 - 09:25

#Montauban. Les #GiletsJaunes du #Tarn-et-Garonne préparent leur rentrée sur les ronds-points

La nouvelle association tarn-et-garonnaise Citoyen-ne-s et gilets jaunes a tenu sa deuxième assemblée générale dimanche après-midi. L’occasion de préparer la rentrée dans le département et d’organiser les #manifestations à venir.

https://www.ladepeche.fr/2020/08/31/tarn-et-garonne-lassociation-citoyen-ne-s-et-gilets-jaunes-prepare-sa-rentree-sur-les-ronds-points-9041339.php

Le 12/09 dans la rue !
Le 17/09 en #grève et dans la rue !

#GJ #manifestation #lutte #politique #social #société