close
  • chevron_right

    Boris Johnson a annoncé la fin de l'essentiel des restrictions en #Angleterre à partir du 27 janvier :

    eyome · 4 days ago - 21:09

  • Fin du port du masque obligatoire
  • Suppression du #PassSanitaire
  • Le télétravail ne sera plus recommandé officiellement

Covidiste parmi les plus convaincus, Johnson n'a pourtant pas pour objectif d'emmerder les Anglais.

#France, #Politique, #fr, #UE, #Covid, #Vaccin, #PassVaccinal, #CréditSocial

  • chevron_right

    Munster : fausse agression au centre de vaccination, l'homme s'est blessé volontairement

    eyome · 4 days ago - 21:04

Encore un coup des nazis de France.

#France, #Politique, #fr, #UE, #Covid, #Vaccin, #PassVaccinal, #CréditSocial

  • So chevron_right

    Evolution de la balance commerciale de la France depuis le Monde d'Avant (1971)

    eyome · news.movim.eu / souverains · 4 days ago - 20:06

https://upload.movim.eu/files/4e0380294004332196b38409cf9ba20466a737a3/G6O1kQeUDqwi/Capture.PNG

Léger décroché depuis 2003, notre balance étant impactée par "des opérations liées à l'activité de la base spatiale de Kourou (lancement de satellites) est modifiée. Les séries depuis 1991 intègrent ce changement qui a plus fortement minimisé les exportations et donc pénalisé la balance commerciale"...

Kourou qui a, semble-t-il, un énorme impact sur la balance commerciale de la France. Puisque depuis lors, on ne s'en remet pas, et plus ça va plus c'est pire. Saloperie d'eur... De Kourou...

#France, #Politique, #fr, #UE, #Euro, #KourouExit, #Souverains, #Souverainisme

  • So chevron_right

    Le #SMIC britannique va dépasser celui français à partir d'avril 2022

    eyome · news.movim.eu / souverains · 6 days ago - 19:35

"Alors qu'il a été lancé en 2015. Il va passer à 11€30/heure, contre 10€57 en #France. (JT 20H Fr2)"

La catastrophe du Brexit continue.

#France, #Politique, #fr, #Brexit, #Frexit, #UE.

  • So chevron_right

    La production du moteur d'Ariane 6 transférée de la France à l'Allemagne

    eyome · news.movim.eu / souverains · Thursday, 13 January - 22:08

Les 600 "départs volontaires" pourront se consoler en se disant que cela renforce la "solidarité européenne" ainsi qu'évident la fameuse "souveraineté européenne".

Ouf !

#France, #Politique, #fr, #UE, #Souverains, #Souverainisme.

  • So chevron_right

    L'euro a 20 ans, par Jacques Sapir

    eyome · news.movim.eu / souverains · Tuesday, 21 December - 18:12 · 3 minutes

Des dirigeants européens, Jacques Delors et Romano Prodi, avaient affirmé à l’époque que l’euro allait favoriser la croissance européenne. Certains avaient même prétendu que la monnaie unique devait engendrer, de par sa seule existence, un taux de croissance plus élevé de 1 % à 1,5 %.En fait, la croissance fut constamment plus faible dans la zone euro que dans les autres pays développés. Les écarts furent importants par rapport aux pays européens qui sont restés hors de la zone euro, comme la Norvège, la Suède et la Suisse ou le Royaume-Uni. Ce fut aussi le cas pour la France. Le statistiques de l’INSEE montrent bien le freinage important de la croissance, et ce dès avant la crise de 2008-2009. Ce freinage a été fort bien décrit dans l’ouvrage collectif publié par Biböw et Terzi en 2007 [1]. Les données disponibles montrent que la crise de 2008-2009 a de plus cassé la croissance, et que les politiques mises en œuvre à partir de cette crise ont eu un effet très délétère sur l’économie. Les pertes en richesse furent importantes. Si l’on calcule le PIB sans l’effet de l’euro, ce dernier était en 2017 plus élevé de 12,5% que le PIB «réel» obtenu avec l’euro. On constate aussi que l’écart s’est accru progressivement à partir de 2003 et qu’il avait atteint, en sommes cumulées, 2025 milliards d’euros en 2017, soit environ 94% de la valeur du PIB réel pour cette année. L’euro nous aurait donc, sur 20 ans, fait perdre l’équivalent d’une pleine année de PIB. Ce n’est hélas pas tout.

L’euro a eu des conséquences funestes sur l’emploi. D’abord, lors de la période dite de «convergence» où la France, pour se «qualifier» pour l’euro, a dû mettre en place des politiques restrictives dont l’impact sur l’emploi a été dramatique. Ensuite, si la France était restée hors de l’euro et avait connu une plus forte croissance, le nombre de chômeurs serait passé de plus de 5 millions à 1,5 millions, autrement dit une réduction de 70% ! Bien entendu, ce calcul est théorique et ne tient pas compte des problèmes de formation professionnelle. Mais l’on peut penser que le nombre des «chômeurs» tel qu’estimé à travers les catégories A+B+D de Pôle Emploi se serait stabilisé autour de 1,8/2,0 millions et non de 5 millions comme aujourd’hui. Sur le commerce extérieur, les conséquences de l’euro ont été calamiteuses. Les études du FMI [2] le montrent bien. L’écart potentiel avec l’Allemagne apparaît bien dans ces études. L’économie française souffre d’une surévaluation liée à l’existence de l’euro que l’on peut estimer entre 26% et 43% avec l’Allemagne. Cela est dû à la fois à la surévaluation générale impliquée par l’existence de l’euro, mais aussi à la sous-évaluation qu’entraîne l’euro spécifiquement pour l’Allemagne. On voit que le montant de l’écart est tel qu’il ne peut être combattu par des changements dans la structure de la fiscalité (et de la parafiscalité) en France, car ces changements jouent au maximum sur 5% à 10% du coût. Ce décalage explique, dans une très large mesure, l’ampleur actuelle du déficit commercial de la France, alors que le pays était à l’équilibre, voire en léger excédent, au début des années 2000.

Le choix de rester dans l’euro est un choix essentiellement politique, qui sous-tend un objectif implicite, jamais présenté aux Français, de dissolution de la Nation dans un cadre fédéral. Il est plus que temps de remettre en cause ce choix et de forcer le gouvernement à un débat honnête sur cette question, au nom de laquelle il sacrifie aujourd’hui la vie et le futur de millions de gens.

C'est certes politique, mais aussi très idéologique. Rien de durable ne peut être construit sur du hors sol.

Tant que nous ne parviendrons pas à tirer de bilans de nos politiques appliquées ces dernières décennies, nous n'aurons aucune chance de sortir du marasme.

#France, #Politique, #fr, #UE, #Euro, #Souverains, #Souverainisme.

  • So chevron_right

    EUROPE FÉDÉRALE : L’INCROYABLE PROGRAMME DE LA NOUVELLE COALITION ALLEMANDE

    eyome · news.movim.eu / souverains · Sunday, 12 December - 10:26 edit · 2 minutes

> Europe : le grand saut fédéral, ou l’art du contre-pied Commençons par l’annonce la plus spectaculaire : pour relancer un projet européen en panne sèche, la coalition « tricolore » ne propose rien moins que la relance d’un processus « constituant », 16 ans après l’échec du précédent, dans le but d’accoucher cette fois-ci d’une « Europe fédérale ». Avec une telle ambition, le nouveau gouvernement allemand atteint en quelques mots à peine la stratosphère des idées, où l’on peut, sans craindre frottements et frictions, contempler le monde parfait selon l’idéologie ; c’est sans doute grisant, mais cela ne va pas sans poser de sérieux problèmes de crédibilité. Les têtes pensantes des partis concernés ont-elles conscience de l’état présent du projet européen ? Car il ne s’agit pas seulement pour ses partisans de le sortir de sa torpeur, mais d’enrayer une dynamique de délitement clairement engagée. Comment le grand saut fédéral qu’ils appellent de leurs vœux pourrait-il être réalisé quand l’opposition à la construction européenne s’exprime aujourd’hui de manière ouverte jusque dans les partis de gouvernement, et touche dans chaque pays de larges secteurs de l’opinion publique, à la différence de ce que l’on observait il y a vingt ans ?

Pour les enfants du couple franco-allemand : > De la France, enfin, il n’est pratiquement pas question. Seules deux lignes et demie lui sont consacrées sur les 177 pages du programme ! Y sont évoqués le Traité d’Aix-la-Chapelle et l’importance du partenariat franco-allemand, sans plus de précision. Nulle référence à un prétendu « couple » franco-allemand, moteur de « l’Europe », auquel seule la partie française, semble-t-il, ressent encore le besoin de croire. Peut-être parce que, comme il est affirmé par ailleurs, « en tant que plus grand État membre, nous assumerons notre responsabilité particulière dans un esprit de service de l’UE dans son ensemble » ! Les choses à ce sujet, ont le mérite d’être claires : l’Allemagne affecte de croire désormais qu’au sein de l’UE, la France n’est pas un partenaire plus important que les autres, en dépit de son poids. Il faut y voir une affirmation de sa prééminence selon des modalités auxquelles elle n’aurait pas songé il y a encore vingt ans, ainsi qu’une manière de minorer à l’avance les propositions françaises de relance de l’UE qui ne cadreraient pas avec ses vues, dans le domaine monétaire notamment. Les esprits qui, en France, considèrent l’UE comme un moyen pour la France de peser davantage dans le monde en seront pour leurs frais : elle pèse de moins en moins en Europe même, l’Allemagne lui contestant toute idée d’égalité avec elle en matière de leadership.

Mais faites comme d'habitude, n'écoutez pas.

#France, #Politique, #fr, #UE, #LeCoupleFrancoAllemand, #Souverains, #Souverainisme