close
  • Hu chevron_right

    Euro 2022: face à l'Allemagne, les Bleues ont des raisons d'espérer

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 27 July - 10:06 · 3 minutes

Les footballeuses Françaises à l'entraînement avant leur match en demi-finale contre l'Allemagne le 27 juillet 2022. Les footballeuses Françaises à l'entraînement avant leur match en demi-finale contre l'Allemagne le 27 juillet 2022.

EURO 2022 - Pour la première fois de leur histoire, les Bleues vont jouer en demi-finale de l’ Euro de football ce mercredi 27 juillet en Angleterre . Un défi de taille pour les joueuses de Corinne Diacre qui affrontent l’ Allemagne , nation la plus titrée de la compétition avec huit victoires en douze éditions.

Si les statistiques globales donnent un net avantage à la Nationalelf -les Allemandes ont remporté deux Coupes du monde , six victoires de suite entre 1995 et 2013 à l’Euro et sont championnes olympiques 2016-, un coup d’œil aux chiffres plus récents permet de ne pas écarter d’emblée une victoire pour les Françaises.

Depuis quelques années, l’équipe allemande a perdu de sa superbe avec des éliminations en quarts à l’Euro 2017 et à la Coupe du monde 2019, où elle était pourtant la favorite. Quant aux dernières rencontres avec les Françaises, le jeu est quasi égal.

Trois des deux derniers matchs gagnés par la France

Depuis 2012, les deux équipes se sont affrontées à dix reprises. Les Bleues ont gagné trois fois, perdu autant de matchs, et quatre rencontres se sont soldées par un nul, selon les chiffres de la FFF. Encore plus encourageant, sur les trois derniers matchs, les Françaises l’ont remporté à deux reprises en 2018 (3-0) puis en juin 2021 (1-0).

À cela s’ajoute la pépite de l’équipe de France Delphine Cascarino. La Lyonnaise a rayonné lors du quart de finale contre les Pays-Bas, avec une omniprésence et une vitesse qui lui ont permis de s’illustrer. Reste dans les esprits sa reprise à la 27e minute, qui se termine malheureusement dans le poteau.

Camille Abily, entraineuse-adjointe de l’OL, veut croire à la victoire des Bleues. “On n’est pas favoris sur les derniers résultats en compétition officielle mais sur les derniers résultats amicaux on a fait des résultats plutôt favorables donc ça nous donne un bon espoir”, a-t-elle déclaré sur Franceinfo . “Le football allemand est une référence (...) mais je pense que ce soir on a une carte à jouer”, a-t-elle ajouté.

L’Allemagne en grande forme

“On a souvent parlé de la supériorité allemande, mais il n’y a pas de complexe à avoir”, a aussi évacué la défenseuse de l’équipe de France Wendie Renard en conférence de presse. “On est en demi-finales, ça va être difficile, un combat. Elles ne sont pas contentes de nous jouer aussi, je pense”.

“Mes joueuses ne doutent pas, elles sont confiantes et aussi conscientes de ce qu’elles n’ont pas réussi à faire en termes d’efficacité au dernier match”, a également assuré la sélectionneuse Corinne Diacre. Son homologue allemande Martina Voss-Tecklenburg juge que ce sera un match à “50/50”.

Les Bleues savent qu’elles auront fort à faire. Depuis le début de la compétition, les Allemandes dominent avec une première place en phase de groupe puis une victoire 2-0 face à l’Autriche en quarts. Les Françaises, elles, se sont fait peur lors de leur dernier match face aux Pays-Bas: malgré plusieurs occasions , il a fallu un penalty en prolongation pour concrétiser. Les vainqueures affronteront en finale l’Angleterre à Wembley dimanche 31 juillet.

À voir également aussi sur le Huffpost: Arsenal va jouer en blanc contre Nottingham Forrest, et c’est plus que symbolique

  • Hu chevron_right

    En Allemagne, les victimes LGBT du nazisme seront commémorées au Parlement, une première

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 23 July - 07:37 · 2 minutes

Premier pas historique avant le 27 janvier 2023: le drapeau arc-en-ciel a été hissé au sommet du Reichstag pour le Christopher Street Day, jour de la célébration de la communauté LGBT+ en Allemagne. Premier pas historique avant le 27 janvier 2023: le drapeau arc-en-ciel a été hissé au sommet du Reichstag pour le Christopher Street Day, jour de la célébration de la communauté LGBT+ en Allemagne.

ALLEMAGNE - Le Parlement allemand commémorera pour la première fois l’année prochaine les victimes du régime nazi , qui ont été persécutées et tuées pour leur orientation sexuelle ou leur identité de genre , a déclaré vendredi 22 juillet le président du Bundestag.

Le 27 janvier, journée internationale de commémoration de l’ Holocauste , les députés allemands placeront ces victimes “au centre de la cérémonie de commémoration”, a déclaré Baerbel Bas au quotidien Tagesspiegel , évoquant également “un symbole important”.

L’Allemagne célèbre la Journée de commémoration de l’Holocauste chaque 27 janvier depuis 1996 par une cérémonie solennelle au Bundestag, avec un discours d’un survivant et des commémorations dans tout le pays.

“Malheureusement, il n’y a plus de survivants” pour le mémorial des victimes LGBT , a déclaré Baerbel Bas, ajoutant que les autorités parlementaires étaient en discussion étroite avec la Fédération des gays et lesbiennes d’Allemagne (LSVD). “Il y a encore beaucoup trop de discrimination et de haine contre les homosexuels”, a souligné la présidente du Bundestag dans ce même entretien.

Un drapeau arc-en-ciel en haut du Reichstag

Les militants s’efforcent depuis des années d’obtenir une commémoration parlementaire officielle des victimes persécutées par les nazis en raison de leur identité sexuelle ou de genre. Une pétition, signée par des organisations de victimes, des universitaires et d’autres personnalités de la société civile, a été présentée en faveur de cette demande en 2018.

Si l’ancien président allemand Roman Herzog a cité les personnes homosexuelles parmi les victimes des nazis lors du premier événement en 1996, “ces victimes n’ont pas encore eu leur propre mémorial”, a déclaré Henny Engels, membre du conseil d’administration de la LSVD.

Le groupe a “salué” la décision du président du Bundestag. “Pour tirer les bonnes leçons de toutes ses différentes facettes, l’histoire doit être maintenue vivante de manière exhaustive”, a déclaré Henny Engels.

Dans cette même démarche, le drapeau arc-en-ciel a été hissé pour la première fois au sommet du Parlement allemand ce samedi 23 juillet pour le Christopher Street Day, jour de la célébration de la communauté LGBT+ outre-Rhin.

Des drapeaux ont ainsi été placés aux portails et sur la tour du bâtiment du Reichstag. Un drapeau arc-en-ciel devrait également flotter à la Chancellerie fédérale allemande, selon Tagesspiegel.

À voir également sur Le HuffPost: Variole du singe : pourquoi la communauté gay s’inquiète

  • Hu chevron_right

    Après dix jours de suspense, la Russie rouvre le robinet de gaz alimentant l'Europe

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 21 July - 05:42 · 2 minutes

Après dix jours de suspense, la Russie rouvre le robinet de gaz alimentant l'Europe (photo prise le 14 juin 2022 en Allemagne) Après dix jours de suspense, la Russie rouvre le robinet de gaz alimentant l'Europe (photo prise le 14 juin 2022 en Allemagne)

INTERNATIONAL - “Il fonctionne.” Le gazoduc Nord Stream reliant la Russie à l’Allemagne a redémarré ce jeudi 21 juillet après dix jours de maintenance, a indiqué à l’AFP la société éponyme gestionnaire de l’équipement, sans toutefois préciser la quantité de gaz en cours d’acheminement.

Le gouvernement allemand craignait que ce pipeline ne soit pas rouvert par Moscou après ces travaux. Ce gazoduc est, en effet, au cœur de la confrontation entre Européens et Russes depuis le début de la guerre en Ukraine .

Selon des données transmises par Gazprom à Gascade, l’opérateur allemand du réseau, la pipeline devrait livrer 530 GWh durant la journée. C’est seulement “30%” de ses capacités, a fait remarquer sur Twitter jeudi le président de l’Agence allemande des réseaux, Klaus Müller.

Ce serait en outre dix points de moins qu’avant les travaux. Arguant de l’absence d’une turbine en maintenance au Canada, Gazprom a déjà réduit à 40% des capacités les livraisons via Nord Stream depuis mi-juin. Le géant gazier russe avait assuré qu’il ne pouvait pas garantir la reprise des livraisons via ce gazoduc en maintenance jusqu’à jeudi matin.

Une seconde turbine bientôt en maintenance?

Le groupe invoquait l’absence de cette turbine, nécessaire selon l’entreprise pour faire fonctionner une station de compression. Un “prétexte”, selon Berlin, qui dénonce des décisions “politiques”. L’Allemagne était donc suspendue à la décision de Moscou concernant le redémarrage du pipeline, après ces travaux de maintenance prévus de longue date.

Le président russe Vladimir Poutine a quant à lui soufflé le chaud et le froid sur les perspectives pour Nord Stream dans les prochaines semaines.

Il a laissé entendre que le gazoduc pouvait redémarrer jeudi matin, mais que si la Russie ne recevait pas la turbine manquante, il fonctionnerait à 20% de sa capacité dès la semaine prochaine. Car, selon le président russe, une seconde turbine doit à son tour faire l’objet d’une maintenance fin juillet.

À voir également sur Le HuffPost: Crise de l’énergie : en 1973, les (gros) efforts des Français pour éviter la pénurie

  • Hu chevron_right

    Zelensky limoge cinq ambassadeurs ukrainiens à l'étranger

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 10 July - 13:24 · 1 minute

Zelensky limoge cinq ambassadeurs ukrainiens à l'étranger (Volodymyr Zelensky le 6 juillet à Kiev. Par Alexey Furman/Getty Images) Zelensky limoge cinq ambassadeurs ukrainiens à l'étranger (Volodymyr Zelensky le 6 juillet à Kiev. Par Alexey Furman/Getty Images)

UKRAINE - Une “simple rotation”? Volodymyr Zelensky a limogé samedi 9 juillet l’ambassadeur ukrainien en Allemagne, ainsi que d’autres envoyés à l’étranger, a annoncé la présidence sur son site internet.

Il s’agit des ambassadeurs ukrainiens en Allemagne, en Inde, en République tchèque, en Norvège et en Hongrie, selon un décret. Les raisons de cette décision ne sont pas mentionnées. Toutefois, Il s’agit d’une “simple rotation comme le veut l’usage”, a assuré le président Zelensky, cité par RFI . On ne sait pas encore si ces diplomates se verront confier de nouveaux emplois.

Andriï Melnik, en poste à Berlin, avait jugé ouvertement et à plusieurs reprises que le soutien de l’Allemagne à son pays était timide et hésitant à envoyer des armes à Kiev.

Selon RFI, le président ukrainien a appelé les diplomates ukrainiens à redoubler d’effort pour obtenir pour le pays un soutien international et une aide militaire .

Relations tendues entre l’Allemagne et l’Ukraine

L’Ukraine et l’Allemagne ont des relations délicates, alors que Berlin est très dépendant de l’énergie russe . Samedi 9 juillet, le Canada a décidé, malgré les sanctions frappant la Russie, de restituer à l’Allemagne des turbines destinées au gazoduc russe Nord Stream, actuellement dans des ateliers de Siemens près de Montréal.

L’Ukraine avait instamment prié le Canada de ne pas rendre les turbines qui se trouvent actuellement dans des ateliers du groupe Siemens près de Montréal, au Québec.

Le groupe gazier russe Gazprom avait invoqué ces travaux pour justifier mi-juin une réduction de ses livraisons à l’Allemagne via le gazoduc Nord Stream.

À voir également sur Le HuffPost: Face à un risque de crise alimentaire mondiale, Zelensky demande la fin du blocus russe des ports ukrainiens

  • Hu chevron_right

    L'Allemagne inquiète face à la pénurie de gaz russe

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 9 July - 13:05 · 5 minutes

Face aux craintes de pénurie de gaz, l'Allemagne se prépare à devoir prendre des mesures de restrictions très sévères (photo d'illustration montrant la station de Lubmin, au nord-est de l'Allemagne, à l'arrivée du gazoduc Nord Stream II). Face aux craintes de pénurie de gaz, l'Allemagne se prépare à devoir prendre des mesures de restrictions très sévères (photo d'illustration montrant la station de Lubmin, au nord-est de l'Allemagne, à l'arrivée du gazoduc Nord Stream II).

CRISE DE L’ÉNERGIE - L’inquiétude est palpable outre-Rhin. L’eau chaude de la douche, la température des bureaux et pourquoi pas l’éclairage des feux de circulation, face aux craintes de pénuries de gaz , l’Allemagne et l’ensemble du pays, des municipalités aux grandes entreprises, se préparent à toutes les restrictions.

Le gouvernement est sur le qui-vive à l’approche d’une échéance cruciale: l’arrêt total à partir de ce lundi 11 juillet du gazoduc Nord Stream en raison d’une maintenance de routine. La pause doit durer dix jours mais l’Allemagne craint que la Russie , dans le contexte de la guerre en Ukraine , ne stoppe pour de bon les livraisons via ce pipeline qui fournit une part essentiel de son approvisionnement.

Chômage partiel et télétravail envisagés

“Aucun scénario ne peut être exclu”, a prévenu le ministre de l’Économie, Robert Habeck, selon lequel Moscou utilise “l’arme du gaz” contre l’Europe pour tenter de saper le soutien à l’Ukraine . Par conséquent, le secteur industriel, les collectivités et administrations cherchent tous les moyens de réduire leur consommation énergétique.

“Il est possible que nous introduisions à nouveau plus de télétravail pour une durée limitée, comme lors de la pandémie. Mais cette fois-ci pour économiser de l’énergie dans l’intérêt national”, a expliqué dans la presse Carsten Knobel, le patron du groupe Henkel, l’un des poids lourds de la bourse de Francfort.

Et le spécialiste des lessives et adhésifs n’est pas le seul à s’inquiéter. L’industrie chimique est particulièrement vulnérable, car dépendant fortement du gaz. L’organisation du secteur VCI dit se préparer “au scénario du pire”. Le géant BASF, dont le site de Ludwigshafen, dans l’ouest du Paris, est une véritable ville dans la ville, réfléchit à mettre une partie des salariés en chômage partiel, en cas d’arrêt des livraisons de gaz russe qui font tourner ses turbines.

Problème technique réel ou excuse diplomatique russe?

Moscou, arguant d’un problème technique, a déjà réduit ces dernières semaines de 60% les livraisons de gaz via Nord Stream, une décision dénoncée comme “politique” par Berlin. Les réserves de gaz se remplissent donc difficilement. À ce rythme, “nous courons à la pénurie de gaz”, a prévenu Robert Habeck qui a vanté les mérites de ses proches douches plus courtes et plus froides.

“Si nous ne recevons plus de gaz russe (…) les quantités actuellement stockées ne suffiront que pour un ou deux mois”, alerte Klaus Müller, le président de l’Agence fédérale des réseaux.

D’où l’appel à prendre les devants car les consommateurs “seront choqués lorsqu’ils recevront un courrier de leur fournisseur d’énergie” avec un “triplement” de la facture à la clé, selon le responsable.

Au vénérable Bundestag, où siègent les députés, on a adopté jeudi un plan d’économie: plus de chauffage au-dessus de 20 degrés l’hiver et plus d’eau chaude dans les bureaux individuels.

De nombreuses villes ont déjà diminué la température de l’eau des piscines ou l’éclairage urbain. La municipalité d’Augsbourg, en Bavière, envisage même d’arrêter certains feux de circulation. Une coopérative immobilière près de Dresde, en Saxe (est), a décidé de couper l’eau chaude la nuit dans ses 600 logements, provoquant une polémique nationale.

Jeudi, c’est le premier groupe immobilier allemand, Vonovia, qui a annoncé son intention de limiter à 17 degrés la température du chauffage central la nuit dans son parc de 350.000 logements.

Charbon polluant plutôt que nucléaire

L’Allemagne dépendait début juin à 35% du gaz russe pour ses importations, contre 55% avant la guerre en Ukraine. Le chauffage des foyers est toujours assuré à plus de 50% avec du gaz. Reste de fait à savoir si ces mesures suffiront à passer l’hiver?

Alors qu’elle aurait pu prolonger la durée de vie des dernières centrales nucléaires en activité et en fin de vie, Berlin prévoit finalement un recours accru aux centrales à charbon , bien plus émettrices de gaz à effet de serre. Le pays achète en outre des milliards d’euros de gaz naturel liquéfié auprès d’autres producteurs, comme le Qatar, ou les Etats-Unis. Mais si les livraisons de gaz russe s’arrêtent, l’Allemagne devra faire des “choix de société très difficiles”, a prévenu le ministre de l’Économie.

Le pays n’évitera pas une récession, avec une chute estimée de 6,5% du PIB entre 2022 et 2023, selon les principaux instituts économiques. Avec des conséquences en chaîne pour l’économie européenne: BASF produit, par exemple, des substances chimiques indispensables aux secteurs pharmaceutique, alimentaire, automobile.

L’État allemand s’apprête à débloquer des milliards pour renflouer le premier fournisseur de gaz du pays (et premier client de Gazprom). Le groupe Uniper, qui doit acheter les quantités manquantes aux prix exorbitants du marché, a effectivement déposé vendredi sa demande de sauvetage par les pouvoirs publics.

Ces mesures s’accompagneront d’une “très, très grosse vague de hausse de prix pour les consommateurs allemands”, a prévenu le PDG Klaus-Dieter Maubach. Secousse symbolique du séisme qui menace: la flambée des prix de l’énergie a provoqué en juin le premier déficit commercial mensuel du pays depuis des années.

À voir également sur le HuffPost : En 1973, les (gros) efforts des Français face à la crise de l’énergie et aux pénuries

  • Hu chevron_right

    Greenpeace interpelle les dirigeants du G7 depuis les montagnes en Allemagne

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 26 June - 14:57 · 1 minute

G7 - Des militants de Greenpeace ont installé un symbole de paix géant au sommet d’une montagne avant le sommet du G7 en Allemagne , ce samedi 25 juin, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Le symbole de la paix, projeté sur le Waxenstein, une montagne proche du luxueux château Elmau, résidence cinq étoiles où se déroule le sommet. L’action visait à envoyer un message pour la paix et contre l’utilisation des combustibles fossiles.

“10 militants de Greenpeace manifestent sur le Waxenstein près de Garmisch-Partenkirchen à l’occasion du sommet du G7 à Elmau. Un feu de montagne en forme de signe de paix d’un diamètre de 60 mètres a brûlé sur la pente.”

“Les revenus du charbon, du pétrole et du gaz financent la guerre de Vladimir Poutine contre l’Ukraine et ce sont les émissions de charbon, de pétrole et de gaz qui aggravent la crise climatique et conduiront à davantage de crises et de conflits dans ce monde”, a déclaré Lisa Göldner, militante de l’ONG Greenpeace, à l’agence Reuters. “Ceux qui veulent la paix devraient cesser d’utiliser les combustibles fossiles”, a-t-elle ajouté.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie figure en tête de l’ordre du jour du sommet du G7, qui doit débuter dimanche 26 juin. Ce sommet de trois jours, qui a lieu chaque année, réunit les chefs d’État de sept des économies les plus avancées du monde, dont la France.

À voir également sur Le HuffPost: Devant le Louvre, Greenpeace dénonce un partenariat entre TotalEnergies et le musée

  • Hu chevron_right

    Voici le château d'Elmau qui accueille le G7 en Allemagne

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 26 June - 10:12 · 4 minutes

INTERNATIONAL - Au pied des montagnes bavaroises, dans un décor de conte de fées, le château d’Elmau se présente comme une bulle de luxe et de haute sécurité pour les dirigeants du G7 qui s’y retrouvent à partir de ce dimanche 26 juin et jusqu’à mardi, comme vous pouvez le constater dans notre vidéo en tête d’article.

Posée sur un alpage vert émeraude, la résidence cinq étoiles classée monument historique offre une vue unique sur le massif du Wetterstein et son célèbre Zugspitze, point culminant de l’Allemagne à presque 3000 m d’altitude.

C’est dans ce paysage mêlant prairies, vaches replètes, chalets en bois fleuris de géraniums et rivières cristallines que l’Allemagne avait déjà accueilli en 2015 les principaux dirigeants de la planète. Angela Merkel était l’hôte de ce sommet et, flanquée de ses invités, dont Barack Obama et François Hollande. Elle avait posé pour les photographes sur fond de cimes enneigées.

L'ex-Chancelière allemande Angela Merkel le 8 juin 2015 au château d'Elmau entourée des membres du G7. L'ex-Chancelière allemande Angela Merkel le 8 juin 2015 au château d'Elmau entourée des membres du G7.

À l’époque, il était déjà question de sanctions envers la Russie , qui avait annexé la Crimée en 2014 et menait son offensive dans le Donbass, à l’Est de l’Ukraine. Le sujet sera à nouveau sur la table, alors que l’Ukraine réclame davantage de soutiens militaire pour combattre l’armée russe sur son sol.

Dispositif sécuritaire d’envergure

Le très sobre et réservé Olaf Scholz , au pouvoir depuis décembre reçoit ses homologues des États-Unis, de France, d’Italie, du Japon, du Canada et du Royaume-Uni. Tous découvrent pour la première fois ce château situé à une centaine de kilomètres de Munich, non loin de la frontière autrichienne.

Le choix d’un hôtel retiré du monde ne doit rien au hasard. Les autorités allemandes veulent à tout prix éviter de répéter le scénario cauchemardesque du sommet du G20 en 2017 à Hambourg. Voitures incendiées, magasins pillés, affrontements entre policiers et “black blocs”, les débordements dans le grand port allemand -dont le maire était alors Olaf Scholz- avaient fait de ce G20 un “fiasco” selon les médias allemands et largement pris le pas sur les débats entre chefs d’Etat et de gouvernement.

À Elmau, une clôture métallique de 16 km de long et de jusqu’à 3 mètres de hauteur a été érigée ces dernières semaines pour empêcher l’accès à d’éventuels protestataires.

Des ouvriers installent la barrière géante le long du château d'Elmau en Bavière, le 2 mai 2022. Des ouvriers installent la barrière géante le long du château d'Elmau en Bavière, le 2 mai 2022.

Jusqu’à 18.000 policiers sont mobilisés avec des renforts venus de toute l’Allemagne, selon le ministère bavarois de l’Intérieur.

Un château au passé nazi

La résidence aux 115 chambres et suites, équipée de spas, piscines en plein air, salle de concert, cinq restaurants dont l’un dispose de deux étoiles au Michelin, placera donc les dirigeants dans une bulle. Outre quelques chemins de randonnée, une seule petite route permet d’accéder au château. Barrée par la police, elle ne laissera passer que de rares véhicules officiels.

Les sept dirigeants ont été transportés par hélicoptère depuis l’aéroport international de Munich jusqu’à Elmau. Ils pourront à leur arrivée découvrir l’histoire particulière de ce lieu, exemplaire de la façon dont l’Allemagne a fait face à son passé nazi après-guerre.

Situé à plus de 1000 m d’altitude sur la commune de Krün, le château a été bâti de 1914 à 1916 par le philosophe et théologien protestant Johannes Müller. Cet homme était devenu sous le IIIe Reich à la fois un partisan d’Hitler et un opposant à sa politique antisémite qu’il considérait comme une “honte pour l’Allemagne”.

La vaste demeure avait servi à partir de 1942 de centre d’accueil pour les soldats de la Wehrmacht qui venaient se reposer après la bataille. Après la chute du Reich, le château, saisi par les États-Unis, a servi d’hôpital militaire américain, puis de refuge pour des survivants de l’Holocauste.

Le château d’Elmau est situé à une quarantaine de kilomètres de la ville autrichienne d’Innsbrück et à 18 kilomètres de Garmisch-Partenkirchen, la station de sport d’hiver où un grand centre de presse accueillera des centaines de journalistes du monde entier.

L’État régional de Bavière, l’un des plus prospères du pays, espère comme en 2015 d’importantes retombées touristiques. Non loin d’Elmau se trouve aussi le château de Neuschwanstein, le plus visité d’Allemagne, construit par le roi Louis II de Bavière et devenu le logo du studio américain Walt Disney .

À voir également sur Le HuffPost: Ben Stiller rencontre Volodymyr Zelensky à Kiev

  • Hu chevron_right

    Macron sans majorité à l'Assemblée peut-il s'inspirer de nos voisins européens?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 22 June - 04:30 · 7 minutes

Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Naples, le 27 février 2020 Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Naples, le 27 février 2020

ÉLECTIONS - La planète Jupiter désormais dans l’ombre de ses lunes. Le deuxième tour des élections législatives a laissé place à une Assemblée nationale morcelée et privé la Macronie d’une majorité. Avec seulement 246 sièges, il manque à Ensemble une quarantaine de parlementaires pour permettre au gouvernement d’Élisabeth Borne d’avancer sans souffrir.

Alors que la Nupes a appelé à la démission de la Première ministre et que certains observateurs craignent une dissolution, le locataire de l’Élysée tentait  de ménager la chèvre, le chou, et l’ensemble du potager parlementaire. Emmanuel Macron recevait ainsi, ce mardi et mercredi 22 juin, les chefs de parti “afin d’identifier les solutions constructives envisageables au service des Français”.

Pas question donc de faire table rase, mais plutôt dans l’immédiat de chercher un consensus autour d’une “union nationale”, a plaidé François Bayrou . Selon ce dernier, le président lui-même trouverait la situation “stimulante” et serait intéressé par “les défis actuels”.

Pour y répondre, Emmanuel Macron pourra notamment amplement piocher dans sa besace européenne, en allant par exemple s’inspirer de certains voisins.

“En Europe, la France est minoritaire avec son modèle ultra-présidentiel. Autour de nous, on a plutôt affaire à la culture du consensus parlementaire et aux coalitions pour gouverner”, constate Mathieu Gallard, directeur d’étude pour Ipsos France, interrogé par Le HuffPost . Et cette culture n’est pas nouvelle, entre 2004 et 2018, il y a eu pas moins de 17 grandes coalitions gouvernementales dans des pays européens.

Le Graal du modèle allemand

N’en déplaise à Christian Jacob, le patron des LR, qui assurait ce mardi matin ne pas avoir de “vocation d’allemand”, le modèle berlinois reste celui qui est le plus stable en matière de parlementarisme. L’exécutif actuel, avec Olaf Scholz dans le rôle du chancelier, s’est construit avec les Verts, les sociaux-démocrates, et les Libéraux. Chacun a dû faire des compromis sur certaines mesures tout en en défendant d’autres dans le programme commun.

Différence notable cependant, la notion de coalition est tellement implantée outre-Rhin que les tractations durent longtemps après les résultats, et sont souvent déjà évoquées en amont du scrutin via des accointances programmatiques. Ce qui n’est guère possible à l’heure actuelle en France.

Autre détail très allemand qui pourrait jouer dans la balance, les grandes coalitions ne sont pas sans risques pour les “petits” qui les rejoignent. Après avoir rejoint la CDU d’Angela Merkel en 2005 et 2013, le SPD a perdu une partie de son électorat.

À l’inverse -comme le montre cette étude très fouillée signée Marco Morini et Matthew Loveless pour les presses universitaires de Cambridge- dans les coalitions en Europe, les partis dominants sont généralement récompensés dans les élections qui suivent. “De fait, il pourrait être dangereux pour les LR par exemple de rentrer dans une alliance formelle. Dans ce type de configuration, c’est le ‘junior partner’ qui souffre le plus”, abonde Mathieu Gallard.

Quand l’Espagne casse son bipartisme

Au-delà des éventuels gains politiques que peuvent générer des alliances, ces dernières s’avèrent quasi-inévitables en cas de blocage, rappelle cependant le spécialiste.

En Espagne, à force de patience, Ciudadanos (centre) et Podemos (gauche) ont réussi au mitan des années 2010, à se faire une place entre le PP (droite) et le PSOE (gauche). “Il faut se rappeler qu’en Espagne , il y a eu quatre élections législatives en quatre ans parce que ni le PP ni le PSOE ne voulaient conclure de coalition avec Podemos ou Ciudadanos qui venaient les concurrencer à gauche et sur le centre droit. Cela n’a pas été facile d’accepter ce changement de donne, mais à force de blocage les partis finissent par céder”, abonde Mathieu Gallard.

Autre exemple ibérique assez parlant pour la Macronie, celui du premier gouvernement Aznar entre 1996 et 2000. Pendant quatre ans, ce dernier gouverne avec une majorité toute relative, mais bénéficie au cas par cas des soutiens des partis régionalistes. Suffisant pour mettre en place les critères de Masstricht par exemple. “On imagine néanmoins que ce modèle laisserait moins de marge à l’exécutif pour des lois clivantes”, temporise Mathieu Gallard.

L’instabilité italienne stabilisée et incarnée

Si le premier gouvernement Aznar et le modèle allemand sont des modèles de stabilité, l’histoire européenne montre que même les exécutifs fragiles peuvent fonctionner, parfois en se reposant sur un appelé providentiel.

L’Italie, habituée depuis une dizaine d’années à voir ses gouvernements tomber régulièrement, est depuis quelques jours un point de comparaison pour évoquer la France. “Je crains que nous soyons plutôt dans une situation politique à l’italienne où il sera difficile de gouverner que dans une situation allemande avec sa recherche de consensus”, a ainsi confié à Reuters , Christopher Dembik, analyste chez SaxoBank.

Mais l’histoire récente italienne, malgré ses soubresauts, se veut plutôt rassurante. Après une crise en 2018-2019 , Rome est de nouveau confronté, deux ans plus tard, à la défection de son gouvernement - cette fois en pleine crise Covid. Le président italien rappelle alors Mario Draghi dans le jeu politique, le chargeant de former un nouveau gouvernement. Celui qui vient de passer dix ans comme gouverneur de la Banque d’Italie puis en tant que président de la Banque centrale européenne accepte et fait même la quasi-unanimité derrière lui.

Outre son statut de sauveur de l’économie lors de la crise de 2008, Super Mario a bénéficié d’une espèce de statut d’homme providentiel , hors des tambouilles politiques. Une carrure rassurante au-dessus des partis.

En France, difficile d’imaginer une personnalité similaire à Mario Draghi, capable à la fois de prendre la place d’Élisabeth Borne, et de parler à tout le monde. Et pourtant, analyse chez nos confrères de TV5 Monde , le politologue, Pascal Delwit, la situation actuelle va sans doute obliger à avoir moins de verticalité dans le processus décisionnel et déplacer l’espace de la prise de décision de la présidence à l’Élysée vers le Premier ministre à Matignon et de Matignon vers l’Assemblée nationale”.

La Belgique un vrai anti-exemple?

Quand il s’agit de remettre l’Assemblée au milieu du jeu, voire d’évoquer la nécessité d’un régime plus parlementaire, deux contre-exemples arrivent immédiatement sur la table: le cas de la IIIe République française, et celui de la Belgique . Mais en sont-ils vraiment?

La Belgique, dont le système fédéral est souvent vu comme “immature”, a battu plusieurs fois le record de la plus longue période sans gouvernement: plus de 500 jours en 2011, plus de 600 en 2019, avec à chaque fois une incompatibilité fondamentale entre la N-Va, nationaliste flamande et à droite, et le PS, de gauche et Wallon. Ces deux crises se sont soldées par des alliances programmatiques bigarrées et fragiles -et sans la N- Va- mais qui ont néanmoins permis au pays d’avancer moyennant souvent l’établissement d’une “bible” de travail programmatique.

“En France, on reste traumatisé par la IIIe République qui a pourtant fonctionné de 1870 à 1958 avec des grandes lois sur la liberté de la presse ou le syndicalisme. L’instabilité ce n’est pas forcément l’inefficacité. Ça peut donner lieu à des textes plus travaillés”, abonde Mathieu Gallard.

À Bruxelles néanmoins, ce qui pourrait être en mesure d’inspirer le plus Emmanuel Macron, c’est aucun doute le Parlement européen. Premier exemple de la capacité des partis, malgré leur immense diversité, à négocier. Macron sans majorité, signera peut-être le retour de Macron l’Européen .

À voir également sur Le HuffPost: Hymne gilets jaunes et visite de Mélenchon... Les élus Nupes arrivent en masse à l’Assemblée