close
  • chevron_right

    Le pass sanitaire va devenir obligatoire en Autriche dès lundi

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 6 November - 20:28 · 2 minutes

Un pass sanitaire avec le drapeau autrichien.

OBLIGATION - L’Autriche va imposer à partir de lundi 8 novembre l’obligation d’être vacciné ou guéri du Covid-19 pour pouvoir accéder aux restaurants, hôtels et lieux culturels, alors que le pays fait face à une hausse des cas de contamination .

Les nouvelles restrictions entreront en vigueur lundi avec une période de transition de quatre semaines pour inciter les habitants à se faire vacciner, a déclaré vendredi 6 novembre le chancelier Alexander Schallenberg.

“Personne ne veut diviser la société, mais c’est notre responsabilité de protéger la population de notre pays”, a-t-il souligné lors d’une conférence de presse.

Selon la nouvelle réglementation, un test négatif au Covid-19 ne sera plus suffisant pour les services ou prestations impliquant un contact étroit avec la clientèle comme les coiffeurs, et seuls ceux qui sont vaccinés ou guéris pourront assister à des rassemblements de 25 personnes ou plus.

Mesures similaires dans la Saxe

En Allemagne, la région de la Saxe, dans l’est du pays, particulièrement concernée par la reprise épidémique dans le pays, va généraliser à partir de lundi 8 novembre l’obligation d’être vacciné ou guéri récemment du Covid-19 pour accéder aux restaurants et lieux culturels fermés.

Le gouvernement de cet Etat-région situé en ex-RDA a adopté vendredi cette nouvelle règle dite “2G”, pour “geimpft” (vacciné) ou “genesen” (guéri), qui entrera en vigueur dès lundi, ont annoncé les autorités locales.

Seront concernés les salles de restaurants, les lieux culturels ou espaces évènementiels clos.

L’Autriche, qui compte environ neuf millions d’habitants, a enregistré plus de 9300 nouveaux cas vendredi, un nouveau record quotidien pour l’année 2021.

Outre les services de soins intensifs qui se remplissent dans les hôpitaux, l’Autriche, très dépendante du tourisme, redoute d’être placée par les autres pays sur la liste des pays à éviter en raison de la rapide propagation du coronavirus.

Quelque 64 % de la population a été complètement vaccinée, soit moins que la moyenne de 67 % dans l’ensemble de l’Union européenne.

Jeudi 4 novembre, Vienne avait déjà annoncé des mesures similaires. L’Autriche déplore plus de 11.450 morts du Covid-19.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi la France a commandé 50.000 doses de pilules anti-Covid

  • chevron_right

    Allemagne: une attaque au couteau fait plusieurs blessés dans un train

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 6 November - 11:10

Une attaque au couteau fait plusieurs blessés dans un train ICE en Allemagne (Photo d

ALLEMAGNE - Plusieurs personnes ont été blessées ce samedi 6 novembre dans un train ICE en Bavière en Allemagne lors d’une attaque au couteau dont l’auteur présumé, un homme, a été interpellé, a annoncé la police locale.

“Selon les premières informations, plusieurs personnes ont été blessées”, a précisé la police de Neumarkt in der Oberpfalz (Bavière) dans un communiqué, assurant qu’“il n’y a désormais plus aucun danger”. Le train à grande vitesse ICE a été immobilisé en gare de Seubersdorf.

>> Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost: À Tokyo, un homme déguisé en Joker et armé d’un couteau terrorise les passagers du métro

  • chevron_right

    Covid: pourquoi l'Allemagne est rattrapée avant la France, par une nouvelle vague

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 4 November - 16:47 · 5 minutes

Covid: pourquoi l

CORONAVIRUS - L’homme malade de l’Europe? Si l’on exclut le Royaume-Uni, l’Allemagne est l’un des pays d’Europe qui fait face à la remontée la plus sévère des cas de Covid . Le pays, qui a longtemps fait figure de modèle comparé à l’hexagone pour son bilan face à la pandémie, fait aujourd’hui pâle figure. En cause un taux de vaccination inférieur à tous les autres pays d’Europe de l’Ouest, comme l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni ou la France.

Depuis la fin de l’été, les mauvais chiffres se sont accumulés pour Berlin. Un taux d’incidence qui a explosé au mois d’octobre, pour atteindre aujourd’hui les 146 cas de Covid pour 100.000 habitants, contre 61 en France. Même constat sur le front des urgences: avec 2325 personnes en soins intensifs atteintes de Covid le 4 novembre, les records du mois de juin dernier sont dépassés.

Les chiffres ne sont pas bons, et la tendance n’incite guère à l’optimisme, y compris sur le front des décès liés au coronavirus. Il y a eu 75 morts du Covid en Allemagne le 15 octobre, 109 morts le 21 octobre, 165 morts le 3 novembre... en France, Outre-mer compris, hormis une courte remontée au mois de septembre, le bilan quotidien n’a pas dépassé les 60 morts depuis le début de l’été.

L’Allemagne, relativement épargnée par l’épidémie par rapport à ses voisins, est revenue à des niveaux qu’elle connaissait au printemps 2021. La situation est donc plus que sérieuse pour le gouvernement, et le patron du Robert Koch Institut (l’agence sanitaire allemande) la qualifie sans ambiguïté: “La quatrième vague se développe exactement de la manière que nous redoutions.”, a-t-il ainsi déclaré lors d’un point presse le 3 novembre.

Un taux de vaccination en panne

Car le défaut dans la cuirasse allemande est connu. Le pays n’a pas assez vacciné. Il se place même, avec l’Autriche et la Suisse, dans le peloton de queue de pays d’Europe de l’Ouest, avec 66,9% de la population totale ayant reçu un “schéma vaccinal complet”, c’est-à-dire les deux injections pour les vaccins Moderna et Pfizer. En France, le taux de vaccination est de 73,9%, et ces quelques points font toute la différence.

Taux de vaccination dans les Länders allemands

“Nous vivons une pandémie massive des non-vaccinés”, a ainsi rugi, mercredi 3 novembre, le ministre allemand de la Santé Jens Spahn, mettant en cause cette partie de la population toujours réfractaire à la vaccination. Car si en France, le mouvement “ antivax ” existe, il est autrement plus massif outre-Rhin. Et de surcroît, très sûr de ses opinions.

Un sondage , réalisé par les autorités allemandes auprès de 3000 personnes non vaccinées le 18 octobre, ne laisse guère de doutes sur les efforts qu’il faudra fournir pour faire monter le taux de vaccination. 65% des personnes interrogées ont ainsi déclaré qu’elles ne voulaient “en aucun cas” se faire vacciner, et 23% ont déclaré qu’elles ne le souhaitaient “plutôt pas”. Cela laisse un maigre 10% de sondés se disant “plutôt prêt” à se faire vacciner...et 2% le souhaitant ardemment. Pour eux, ne pas être vaccinés est un choix.

Le gouvernement allemand tente de faire pression sur cette population, en particulier les 18-59 ans, qui sont seulement vaccinés à 72%, contre 86,8% pour les plus de 60 ans, d’autant qu’ils sont aujourd’hui le plus touchés par le Covid. Mais la tâche n’est pas aisée, d’abord parce qu’à la différence de la France, l’Allemagne a jusqu’ici adopté des règles différentes en fonction de chacune de ses régions, ou Länder, en vertu de sa constitution fédérale.

Nombre de malades du covid par classe d

Le casse-tête des Länder

Concrètement, si le pass sanitaire est utilisé dans tout le pays, il n’est pas forcément nécessaire d’être vacciné dans certains Länder, mais un test négatif suffit, par exemple pour aller au restaurant ou au musée. Même souveraineté des régions allemandes en ce qui concerne les écoles: le choix ou non d’imposer le masque aux élèves leur revient. Face à la montée de cette nouvelle vague, nombre de gouvernements locaux ont néanmoins décidé de durcir les règles en vigueur.

Ces différences régionales vont de pair avec une politique moins autoritaire que d’autres pays par Berlin, notamment lorsqu’on les compare celle suivie par Paris. Les soignants n’ont ainsi pas été contraints de se faire vacciner pour continuer à travailler, et il n’en est toujours pas question, comme l’a réaffirmé le ministre allemand de la Santé lors de son point presse. Ce dernier a préféré concerter ses efforts sur un autre aspect qui inquiète les autorités: celui de la troisième dose.

Là aussi, le pays est à la traîne sur ses propres prévisions: depuis l’été, lorsque la troisième injection est devenue possible pour tous les adultes de plus de 12 ans, le gouvernement prévoyait que 15 millions de personnes recevraient le rappel d’ici à la fin de l’année: on est aujourd’hui très loin du compte, avec environ 2 millions de personnes.

Nombre de vaccinations en Allemagne. bleu clair: 1ère vaccination, bleu foncé: 2e vaccination, bleu sombre: 3e vaccination

Le manque d’enthousiasme de la population est en cause, mais aussi une certaine désorganisation logistique. Depuis le mois de septembre, le pays a mis en “pause” les centres de vaccination, pour faire reposer l’effort de vaccination, désormais plus limité en quantité, sur les médecins, les pharmaciens et les infirmiers. Une organisation qui n’a pas fait ses preuves.

Pour remédier à la situation Jens Spahn a proposé, le 1er novembre dans une interview à la presse locale, de “rouvrir” les fameux centres... Pour le plus grand déplaisir des Länder, responsables, là encore, de la mise en place de la vaccination sur le terrain. La mesure exigerait un important travail logistique, déclencherait l’ire des médecins, mais pour beaucoup, le vrai problème n’est pas là.

“Le problème”, a ainsi réagi le Ministre de la Santé du Land de Brandebourg, “ce n’est pas la manière dont est organisée la vaccination, mais le fait que de moins de moins de personnes se fassent vacciner.” Autrement dit, le problème en Allemagne n’est pas de pouvoir se faire vacciner, mais bien de le vouloir.

À voir également sur Le HuffPost: La baisse des taxes sur la bière pression déclenche la joie des députés britanniques

  • chevron_right

    Les adieux d'Emmanuel Macron à Angela Merkel à Vougeot

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 3 November - 23:12 · 2 minutes

INTERNATIONAL - Emmanuel Macron a salué avec émotion ce mercredi 3 novembre le “parcours exceptionnel” d’ Angela Merkel en lui remettant, à Vougeot (Côte-d’Or) les insignes de grand-croix de la Légion d’honneur, le grade le plus élevé.

À leur arrivée à Beaune, le président et la chancelière ont visité les célèbres Hospices de Beaune, joyau architectural du XVe siècle de style gothique flamboyant. Et accessoirement lieu de tournage de “La Grande Vadrouille”, alors qu’Angela Merkel est une fan de Louis de Funès.

Une très sobre cérémonie a ensuite eu lieu au château du clos de Vougeot, où a été organisée la visite d’adieu de la chancelière qui achève son mandat à la tête de l’Allemagne après 16 ans de pouvoir .

“Merci d’avoir accepté ce jeune président impétueux qui voulait tout bousculer”, “merci de cette patience et de cette indulgence à mon égard”, lui a encore dit Emmanuel Macron, dans un bref discours qui a donné à la cérémonie un tour plus personnel. “Tu as accepté cette énergie, peut-être parfois cette insolence avec beaucoup de bienveillance et de sagesse et de cela j’ai appris”, a-t-il poursuivi.

Une allusion aux quelques différends qui sont survenus entre eux, lorsque la chancelière, qui a travaillé avec quatre présidents français, lui a reproché des propos trop brutaux, par exemple lorsque le Français avait jugé l’Otan en ”état de mort cérébrale”.

“Nous avons ensemble bousculé beaucoup de choses et fait beaucoup pour l’Europe, avant la crise et après la crise”, a-t-il encore ajouté. “Depuis que tu es chancelière, la France a appris à te connaître et à t’aimer”, “durant toutes ces années, tu as contribué à garder l’Europe unie malgré tous les chocs”, “c’est un magnifique destin européen”, a-t-il conclu.

Semblant heureuse de recevoir cette distinction, Angela Merkel a elle aussi remercié son hôte. “Ce qui était bien avec tous les présidents c’est qu’on a partagé les mêmes valeurs, même si au début on avait souvent des idées différentes. On a souvent réussi à se mettre ensemble et à faire plus que ce qu’on aurait pu faire tout seul”, a-t-elle souligné.

À l’issue, elle a pris dans les bras Emmanuel Macron sous les applaudissements de la vingtaine de personnes présentes. Le président lui a offert plusieurs cadeaux, dont le document attestant de sa première visite en France lorsqu’elle était porte-parole adjointe d’une délégation de RDA en 1990, avant la réunification.

La cérémonie s’est achevée par une embrassade émue entre les deux dirigeants, qui se sont serrés dans les bras. Ils ont ensuite dîné au château, avec leur époux et épouse respectifs.

À voir également sur Le HuffPost: Angela Merkel assiste depuis les tribunes à la nouvelle séance du Bundestag

  • chevron_right

    En Allemagne, une mine de charbon qui engloutit les villages

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 31 October - 09:21 · 5 minutes

Le village de Lützerath à 200 mètres du gouffre de Garzweiler.

ALLEMAGNE – Au bord du gouffre. C’est littéralement la situation du petit village de Lützerath, dans la région rhénane en Allemagne , menacé par l’expansion de la mine de charbon de Garzweiler . Cette mine à ciel ouvert est déjà à l’origine de l’expropriation de près de 50.000 habitants ces 15 dernières années.

Le même sort pourrait prochainement être réservé au dernier résident de Lützerath. Pour éviter cela, le mouvement “Alle Dörfer Bleiben” (“tous les villages doivent survivre”) va investir les lieux ce dimanche 31 octobre, alors que, hasard du calendrier, la COP26 s’ouvre à Glasgow. L’objectif est de barrer la route au géant énergétique RWE, qui a aussi planifié la destruction de cinq autres localités environnantes.

Christopher Laumanns, l’un des membres du collectif “Alle Dörfer Bleiben” , a accepté de répondre aux questions du HuffPost. La famille de son père est d’ailleurs originaire de Keyenberg, l’un des autres villages menacés, où il vit aussi en partie.

Il décrit une situation urgente, alors qu’il “ne reste que 200 mètres entre le village et la mine. Les excavatrices de RWE creusent actuellement directement vers le village jour et nuit. RWE veut exproprier le dernier fermier de Lützerath, Eckardt Heukamp, ​​pour ensuite démolir sa ferme et le reste du village. Il résiste à son expropriation devant le tribunal.”

La mine à ciel ouvert de Garzweiler s’enfonce dans le sol à une profondeur de 400 mètres et s’étend sur une superficie de 48 km2. Elle l’une des plus grandes mines de charbon d’Europe, mais aussi le site le plus polluant de tout le continent.

Une “petite victoire” pour Lützerath

C’est dans l’ouest de l’Allemagne, à une petite heure de Cologne, que se situe  Lützerath. L’endroit est devenu presque fantôme. Tous les habitants ont déserté le lieu de gré ou de force, mis à part Eckardt Heukamp. Il est le dernier agriculteur du village et aurait pu être exproprié à son tour dès le 1er novembre.

Mais “Alle Dörfer Bleiben” a fait part d’un retournement de situation le 28 octobre. “Eckardt a fait appel de la première décision de justice devant une juridiction supérieure. RWE a maintenant déclaré qu’il s’abstiendra de toute destruction jusqu’à ce que la juridiction supérieure décide, au plus tard jusqu’au 7 de janvier 2022. C’est une petite victoire pour nous”, commente Christopher.

En revanche, le collectif rappelle dans un communiqué que l’engagement de RWE ne s’applique pas aux autres propriétés de Lützerath. Les membres de “Alle Dörfer Bleiben” s’attendent à ce que les travaux de démolition aient lieu dans un futur proche.

Le rassemblement organisé par le mouvement est tout de même maintenu, plusieurs milliers de personnes sont attendues selon l’un des organisateurs.

“La manifestation est une version agrandie de nos ‘promenades de village’ hebdomadaires, où nous faisons le tour du village menacé et les alentours”, explique Christopher Laumanns. En effet, la destruction du village Lützerath est loin d’être un cas isolé en Allemagne.

“C’est comme le Mordor ici ! ”

Le paysage lunaire de la mine de Garzweiler s’impose au milieu des terres fertiles rhénanes. Des forêts ont été rasées, des cimetières déplacés, des maisons détruites et plusieurs milliers de personnes ont été expropriés. Au total, une vingtaine de villages ont été rayés de la carte.

Ce processus de destruction au profit de l’expansion de la mine est rendu possible par une loi datant de 1937, toujours en vigueur. Par souci d’indépendance énergétique, cette loi a été adoptée sous l’ère nazie et autorise l’État allemand de faire primer l’exploitation du sol sur le droit à la propriété.

Christopher explique que “Lützerath fait officiellement partie du grand village Immerath, qui a déjà été détruit.” Les anciens résidents ont été emmenés dans des “villages de remplacement”. Ils ont reçu des compensations financières qui dépendent de “la manière dont chaque personne négocie avec la société minière RWE. L’entreprise veille par des contrats à ce que les gens ne divulguent pas combien d’argent ils ont perçu”.

“C’est comme le Mordor ici !”, décrivait une ancienne villageoise d’Immerath à Sky News en juin 2021. Immerath était située au sud de Garzweiler et hébergeait 900 habitants. Son église , classée monument historique, a aussi été démolie.

Cette dynamique ne semble pas près de s’arrêter. RWE a dans son viseur les quelque 600 millions de tonnes de charbon qui sommeillent encore sous les villages environnants, alors que l’Allemagne prévoit de sortir du charbon en 2038.

COP26 : Lutter pour l’objectif de 1,5 degré

Garzweiler n’exploite pas n’importe quel type de charbon: le lignite . Surnommé “le pire des charbons” pour ses importantes émissions de CO2, il est ensuite envoyé dans les centrales allemandes pour produire de l’électricité.

Le charbon est devenu le principal contributeur du réseau électrique allemand - représentant 27% de la production, rappelle Le Dauphine . Une dépendance au combustible fossile sujet de controverse. “Le paradoxe sous-jacent est le projet de l’Allemagne d’éliminer progressivement le charbon d’ici 2038 tout en ayant signé l’accord de Paris sur le climat. C’est beaucoup trop tard et cela rendrait impossible pour l’Allemagne d’atteindre ses objectifs climatiques”, ajoute Christopher Laumanns.

“Alle Dörfer Bleiben” rappelle aussi que l’Institut allemand pour la recherche économiqu e DIW a récemment mis en garde. Selon DIW, la mine de Garzweiler devrait fermer d’ici la fin de 2026 au plus tard, si l’Allemagne veut contribuer au maintien de la limite de 1,5 degré sur le réchauffement climatique.

À voir également sur Le HuffPost: Un dinosaure envahit l’Onu pour appeler le monde à “ne pas choisir l’extinction”

  • chevron_right

    Merkel assiste en tribunes à la séance de rentrée du Bundestag

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 26 October - 13:27 · 1 minute

ALLEMAGNE – Les députés allemands ont fait leur rentrée au Bundestag. La nouvelle chambre des députés a tenu ce mardi 26 octobre sa première session depuis les élections législatives du 26 septembre. L’actuelle Chancelière a pris place pour la première fois dans la tribune d’honneur.

Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo, les 736 nouveaux élus allemands du Bundestag ont tenu leur première session. Cette assemblée aura la responsabilité de désigner officiellement le nouveau chancelier, très probablement Olaf Scholz , lorsque son Parti social-démocrate (SPD), vainqueur du scrutin, aura bouclé ses négociations de coalition avec les écologistes et les libéraux.

Mais en attendant de voir son successeur s’installer à la chancellerie, Angela Merkel a pris place à la tribune d’honneur du parlement. Son gouvernement n’est plus en charge que des affaires courantes et elle-même, pour la première fois en 31 ans, n’a pas brigué de mandat de député.

Dans son fiel électoral de la mer Baltique, c’est la candidate sociale-démocrate (SPD) de 27 ans, Anna Kassautzki, qui a ravi le siège aux conservateurs de la CDU.

À voir également sur Le HuffPost: Allemagne: Merkel exhorte les partis au dialogue après les élections

  • chevron_right

    Moustaches et barbes ont leurs Jeux olympiques en Allemagne

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 24 October - 14:54

INSOLITE - Pays-Bas, Italie, Autriche, Suisse... la compétition est internationale et la pression était à son comble dans la petite ville bavaroise d’Eging am See, en Allemagne . Une centaine de concurrents s’étaient réunis samedi 23 octobre pour participer au “Jeux olympiques de la moustache et de la barbe”, dans une ambiance excessivement poilue , comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

Dali, Mousquetaires, “whiskers”: les catégories étaient nombreuses et ont permis de démontrer que les goûts et les couleurs sont multiples. Mais c’est souvent affaire de patience et de soin: l’allemand Ralph Schulz, primé par le jury pour sa moustache de style impérial, dit ainsi la porter depuis sept ans. Il faut parfois souffrir pour être beau.

À voir également sur Le HuffPost:  Ces touristes bloqués deux heures en haut d’une montage russe

  • chevron_right

    La tempête Aurore fait 4 morts en Pologne après son passage sur la France

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 22 October - 10:00 · 3 minutes

Photo prise le 21 octobre 2021 à Hambourg en Allemagne, où la tempête Aurore - rebaptisée Ignatz - a provoqué des dégâts. (Photo by Daniel Bockwoldt/picture alliance via Getty Images)

INTEMPERIES - La tempête Aurore a fait jeudi 21 octobre quatre morts en Pologne et causé d’importants dégâts en Allemagne, aux Pays-Bas et en République tchèque, après avoir parcouru dans la nuit le nord de la France .

Quatre personnes sont mortes et six ont été blessées en Pologne jeudi, en raison de vents violents dans le sud et sud-ouest du territoire, ont annoncé les pompiers, qui ont enregistré 3200 interventions jusqu’en début d’après-midi.

Les quatre décès sont tous survenus dans la région de Basse-Silésie (sud-ouest): une personne a été tuée lorsqu’une camionnette a été éjectée de la route tandis qu’un ouvrier est mort dans l’effondrement du mur d’une maison en construction.

Par ailleurs, “deux personnes sont mortes” à la suite de la chute d’un arbre sur la voiture dans laquelle ils se trouvaient, a dit le porte-parole des pompiers, Karol Kierzkowski, cité par l’agence de presse polonaise PAP.

Le service météorologique national a lancé une alerte aux vents violents dans quasiment toutes les régions de Pologne sauf deux.

Des blessés aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas , des mini-tornades ont été signalées, faisant quatre blessés. Des images de Barendrecht, près de Rotterdam, montrent des toits endommagés, des abris de jardins détruits et des trampolines renversés dans l’une des rues.

“On peut voir que ça a été intense”, a témoigné le maire adjoint, Nico Bults, sur la chaîne de télévision publique NOS, évoquant un épisode “impressionnant et bien sûr effrayant pour les habitants”.

Une tornade a également frappé un camping à Zelhem, près de la frontière allemande, où la chute d’une branche d’arbre a endommagé un mobile-home, ont rapporté des médias néerlandais.

Les services météorologiques ont déclenché le code jaune, le troisième plus haut niveau d’alerte, et selon NOS, la compagnie néerlandaise KLM a dû annuler plus de 60 vols, en raison à la fois des vents violents et de travaux de maintenance sur une piste d’atterrissage.

Des vents de 100km/h en Allemagne

En Allemagne, la tempête, baptisée Ignatz, a fait souffler des vents jusqu’à 100 km/h, dès les premières heures de la journée, sur une grande partie de son territoire.

Dans le Centre et l’Est, au moins 50.000 foyers sont privés d’électricité, dans les Länder (Etats régionaux) de Saxe, Saxe-Anhalt, Thuringe. Dans ces trois régions, la circulation des trains a été suspendue jeudi en début d’après-midi. Elle était fortement perturbée dans le reste de l’Allemagne, la compagnie nationale Deutsche Bahn appelant à reporter les déplacements.

Il a également été conseillé aux marcheurs d’éviter de se promener en forêt en raison des risques de chute d’arbres. Un navire de passagers a également été légèrement endommagé après avoir heurté un pont sur la Moselle, près de Coblence, sans faire de blessés.

En République tchèque, la tempête qui a balayé les régions de l’ouest, a laissé 270.000 foyers sans électricité et a provoqué des perturbations dans les transports en raison d’arbres tombés sur plusieurs routes et voies ferrées. Le vent a aussi endommagé des toits et des poteaux, tandis qu’à l’aéroport de Prague, les passagers de certains avions ont dû rester à leur bord, plus longtemps que prévu, parce que le vent empêchait d’approcher les escaliers de débarquement.

La France, balayée dans la nuit de mercredi à jeudi par des vents ayant atteint 175 km/h par endroits, 250.000 foyers ont été privés de courant. Ce vendredi 22 octobre, seuls 17.000 d’entre eux étaient encore sans électricité.

À voir également sur Le HuffPost: Arbres tombés, toitures arrachées... Les images des dégâts de la tempête Aurore