close
  • chevron_right

    Inde: le sombre avenir des habitants de l’Assam après une mousson précoce

    news.movim.eu / Mediapart · 3 days ago - 13:09

Des millions d’habitants de la vallée du Brahmapoutre ont été jetés sur les routes par des pluies torrentielles. Ils survivent dans des conditions catastrophiques. Au-delà de l’urgence, c’est l’habitabilité de cette région d’Asie du Sud qui est désormais mise en question.
  • wifi_tethering open_in_new

    This post is public

    www.mediapart.fr /journal/international/020722/inde-le-sombre-avenir-des-habitants-de-l-assam-apres-une-mousson-precoce

  • Hu chevron_right

    Ces bentos japonais sont aussi appétissants qu'esthétiques

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 23 June - 14:03 · 1 minute

CUISINE - Le pays du Soleil-levant ne nous a pas encore révélé toutes ses surprises culinaires . La créatrice japonaise Miki Matsuura, connue sur Instagram sous le pseudo nancychannel s’illustre sur les réseaux sociaux en créant des bentos artistiques , ces célèbres coffrets repas nippons. Elle s’est lancée en 2018 après une carrière de designer et d’illustratrice. Elle s’inspire de la culture japonaise et occidentale pour ses créations , comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus .

Par la suite, elle donne vie à ses réalisations dans des vidéos qu’elle poste sur les réseaux sociaux et sur son blog. Elle s’inspire de son entourage pour trouver des idées qui parlent au plus grand nombre. Ses plats font souvent référence à la pop culture ou à des personnages célèbres tels que Bruce Lee, Donald Trump ou Che Guevara. Elle reproduit aussi des couvertures de livres pour enfants dans ses bentos, notamment ceux que son enfant a pu lire.

Parfois, elle publie de petites histoires graphiques où elle se met en scène pour accompagner ses nouvelles recettes. Depuis qu’elle a rencontré le succès, elle expose ses œuvres lors d’événements publics organisés dans des magasins, des bibliothèques ou des expositions. Elle a récemment écrit un livre de recettes où sont rassemblés 160 bentos, parmi ses meilleurs, répartis en treize catégories.

À voir également sur Le HuffPost: Après la canicule, des chutes de grêle ont surpris par leur violence

  • Hu chevron_right

    Cette raie pastenague est le plus gros poisson d’eau douce du monde

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 21 June - 15:37 · 2 minutes

BIODIVERSITÉ- Le monstre du Mékong. Le plus gros poisson d’eau douce, une raie pastenague, a été répertorié par des scientifiques le 13 juin dans le fleuve du Mékong qui coule du plateau tibétain à travers la Chine , le Myanmar, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Vietnam. La découverte de ce géant rassure les scientifiques sur la qualité de l’eau du fleuve qui abrite des milliards de poissons.

“En 20 ans de recherche sur les poissons géants des rivières et des lacs sur six continents, il s’agit du plus grand poisson d’eau douce que nous ayons rencontré ou qui ait été documenté dans le monde entier”, a déclaré Zeb Hogan, un biologiste qui dirige “Wonders of the Mekong ”, un projet de conservation du fleuve, dans un communiqué.

Cette raie a en effet une envergure impressionnante de près de 4M de long. Mais c’est son poids de 300kgs qui lui permet d’obtenir le titre de “plus gros poisson d’eau douce du monde”. Elle bat ainsi le précédent record détenu par un poisson-chat géant du Mékong de 293 kg capturé en Thaïlande en 2005.

Un écosystème fragile

Quelle surprise pour le pêcheur lorsqu’il a capturé cette énorme raie. Il a tout de suite contacté l’équipe de chercheurs en charge de la protection de la biodiversité du fleuve. Les scientifiques ont accroché une balise sur l’animal avant de le relâcher. Libérée, la raie a vogué vers d’autres horizons dès le crépuscule. Parce qu’elle est partie avant la tombée de la nuit, les chercheurs ont décidé de l’appeler “Boramy”, ce qui signifie “pleine lune” en khmer, la langue locale.

Avec cette nouvelle découverte, les scientifiques se réjouissent surtout d’avoir approché une raie géante d’eau douce, une espèce en voie de disparition. “Cela signifie que l’environnement aquatique est encore plutôt sain”, a expliqué le docteur Zeb Hogan.

Protéger les écosystèmes du plateau tibétain est nécessaire car ses fleuves abritent des milliards de poissons dont dépendent des millions de personnes habitant près des berges. La surpêche, les barrages et la pollution menacent cet habitat fragile.

À voir aussi sur Le HuffPost: La mort des poissons dans le golfe de Gascogne due à un filet brisé

  • Hu chevron_right

    On connaît l'origine de la peste noire, sept siècles plus tard

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 16 June - 05:30 · 4 minutes

Sept siècles après, on sait enfin d'où venait la peste noire (illustration aux alentours de 1350) Sept siècles après, on sait enfin d'où venait la peste noire (illustration aux alentours de 1350)

SANTÉ - La pandémie de peste noire, qui décima une grande partie de la population européenne au Moyen-Âge , a émergé en Asie centrale, dans l’actuel Kirghizistan, selon une étude mettant fin à près de sept siècles de questionnements.

C’est grâce à de l’ADN humain ancien, extrait depuis un site funéraire du XIVe siècle dans le nord du Kirghizistan, que les chercheurs ont pu remonter à la source. Leurs découvertes, publiées ce mercredi 15 juin dans la revue Nature , tranchent un très vieux débat d’historiens.

L’épidémie de peste noire a atteint l’Europe en 1346 par le bassin méditerranéen, via des navires transportant des marchandises depuis la Mer noire. En seulement huit ans, la “mort noire” a tué jusqu’à 60% de la population d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Et marqué le début d’une longue vague de l’épidémie, qui allait resurgir par intermittence durant 500 ans.

Où est-elle née ? L’une des pistes les plus communément avancées était celle de la Chine, mais aucune preuve robuste n’a pu étayer cette théorie. “J’ai toujours été fasciné par la peste noire, et l’un de mes rêves était de résoudre le mystère de ses origines”, a raconté l’historien spécialiste des catastrophes Phil Slavin, l’un des auteurs de l’étude, lors d’une conférence de presse.

“Mort de pestilence”

Ce professeur à l’Université de Stirling (Écosse) connaissait l’existence de deux sites funéraires médiévaux près de lac d’Issyk Kul au Kirghizistan, qui avaient été fouillés à la fin du XIXe siècle.

Sur plus de 400 pierres tombales, une centaine étaient précisément datées: 1338-1339. Avec une épitaphe mentionnant une elliptique “mort de pestilence”, en ancien syriaque. Autant d’indices d’une surmortalité anormale au sein d’une communauté, sept ou huit ans avant que la peste noire ne frappe l’Europe.

Pour trouver la cause des décès, les chercheurs ont fouillé dans l’ADN dentaire de sept squelettes. “La pulpe dentaire est une source précieuse, car c’est une zone très vascularisée qui donne une forte chance de détecter des pathogènes dans le sang”, a expliqué Maria Spyrou, de l’Université de Tübingen en Allemagne, elle aussi auteure de l’étude.

L’ADN a pu être séquencé -un travail délicat tant il était fragmenté- puis comparé à une base de données contenant le génome de milliers de bactéries. Verdict: les corps avaient été infectés par la bactérie Yersinia pestis, le bacille responsable de la peste noire, transmise à l’homme par les puces des rongeurs. Cette communauté avait donc bien été victime du même fléau que celui qui a frappé l’Europe quelques années plus tard.

Les analyses du génome de Yersinia pestis ont aussi révélé qu’il s’agissait d’une souche ancestrale de la bactérie. Celle qui se trouve à la base de “l’arbre génétique” de la peste. Les scientifiques associent justement l’apparition de la peste noire en Europe à un “Big Bang” génétique au cours duquel les bactéries souches se sont massivement diversifiées.

Au coeur des routes de la Soie

Les souches découvertes au Kirghizistan se trouvent pile “au noeud de cette diversification massive”, survenue vers les années 1330. Confirmant que cette région du monde, le Tian Shan, a bien été le point de départ de l’expansion, selon Maria Spyrou.

De plus, chez les rongeurs vivant aujourd’hui dans le Tian Shan, les chercheurs ont identifié une souche de la bactérie très proche de celle des victimes humaines de 1338-1339, “la plus proche qu’on ait trouvée dans le monde”, a complété Johannes Krause, de l’Institut Max Planck, co-auteur de l’étude.

Il s’agissait de communautés chrétiennes, ethniquement diversifiées (Mongols, Ouïghours...), qui pratiquaient le commerce au long cours selon les objets funéraires retrouvés: perles du Pacifique, coraux de Méditerranée, vêtements de soies.... “Vivant au coeur des routes de la soie, ils ont dû beaucoup voyager, ce qui a joué un rôle dans l’expansion de l’épidémie via la Mer noire”, avance Phil Slavin.

La peste n’a jamais été éradiquée de la surface de la Terre: chaque année, des milliers de personnes continuent d’être infectées, notamment en Asie centrale. Dans les montagnes du Tian Shan, ce sont les marmottes qui constituent le principal réservoir animal de la maladie.

Une pandémie meurtrière comme celle du Moyen-Âge n’est heureusement pas à craindre: non pas que la bactérie soit moins virulente, mais parce que les conditions d’hygiène et le recours aux antibiotiques n’ont rien à voir avec le passé.

À voir également sur Le HuffPost: En Grèce, une empreinte géante pour dénoncer les destructions écologiques

  • Hu chevron_right

    Des Japonais dansent sur TikTok pour faire connaître leur ville

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 7 June - 16:20 · 1 minute

TENDANCE - Ces quatre quinquagénaires et sexagénaires sont devenus des vedettes de TikTok au Japon, en dansant et en se déhanchant en chemise et cravate . Depuis leur première chorégraphie en février, leurs vidéos ont été visionnées plus de 16 millions de fois et cumulent presque un million de likes.

Elles mettent en avant plusieurs endroits de la ville et des alentours allant de terrains de jeux à des sanctuaires shinto en passant par des bâtiments municipaux dont une école primaire abandonnée.

Les quatre hommes se surnomment “ojiqun”, un mot d’argot utilisé par les jeunes Japonais mêlant “oji-san” qui peut se traduire par “grand-père” ou “homme âgé” et “kyun” qui signifie “bourreau des cœurs”. Ils portent de larges pièces de tissu colorées autour du ventre et gardent un visage impassible, même s’ils s’efforcent, non sans mal, de rester en phase avec la musique.

Encourager les visiteurs

Ce groupe a été créé par Takumi Shirase, entrepreneur dans l’informatique et le jardinage, avec trois amis dans le but de promouvoir leur petite ville de Wake, située dans le département d’Okayama (ouest du Japon), qui connaît un déclin démographique. Selon M. Shirase, il y a de moins en moins d’enfants dans la ville.

La population de Wake est actuellement d’environ 14.000 habitants et son école primaire a fermé faute de demande. Un centre commercial a également disparu et certaines fêtes annuelles ne sont même plus organisées dans la localité. Les quatre hommes espèrent encourager les gens à venir à visiter Wake ou s’y installer comme nouveaux résidents.

Les “ojiqun” bénéficient sur TikTok du soutien d’une communauté bienveillante qui apprécient leurs vidéos et n’hésitent pas à commenter les vidéos avec des cœurs, les qualifiant de splendides et d’adorables.

À voir également sur Le HuffPost: Après une éruption volcanique, cette ville des Philippines est recouverte de cendres

  • chevron_right

    Au Japon, pas d’avortement sans consentement du partenaire

    news.movim.eu / Mediapart · Tuesday, 31 May - 13:37

Si l’avortement est pratiqué dans l’archipel japonais, il reste considéré comme un crime. Pour se protéger d’éventuelles poursuites judiciaires, les médecins exigent la preuve écrite du consentement du partenaire. Au plus grand désarroi des femmes victimes de violences.
  • wifi_tethering open_in_new

    This post is public

    www.mediapart.fr /journal/international/310522/au-japon-pas-d-avortement-sans-consentement-du-partenaire

  • chevron_right

    Jeu de dupes en Chine pour Michelle Bachelet

    news.movim.eu / Mediapart · Monday, 30 May - 17:28

Le régime communiste chinois a salué la première visite de la haute-commissaire des droits humains des Nations unies en Chine depuis 17 ans. Elle s’est rendue au Xinjiang, où les violations des droits des populations musulmanes sont quotidiennes, mais n’a pas réussi à convaincre de la justesse de sa démarche.
  • wifi_tethering open_in_new

    This post is public

    www.mediapart.fr /journal/international/300522/jeu-de-dupes-en-chine-pour-michelle-bachelet

  • chevron_right

    La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques

    news.movim.eu / Mediapart · Sunday, 22 May - 12:35

Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation.
  • wifi_tethering open_in_new

    This post is public

    www.mediapart.fr /journal/international/220522/la-haute-commissaire-de-l-onu-pour-les-droits-humains-en-chine-pour-une-visite-hauts-risques