close
  • Hu chevron_right

    Face au Covid, danser dans un bar ou un restaurant va être interdit

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 8 December - 13:49 · 2 minutes

La danse dans les bars et restaurants sera interdite jusqu

COVID-19 - Les patrons de boîtes de nuit ont été partiellement entendus. Il sera interdit de danser dans les bars et restaurants en France à partir de vendredi matin jusqu’au 6 janvier inclus, période durant laquelle les discothèques devront fermer leurs portes dans le cadre des nouvelles mesures anti-Covid décidées par le gouvernement français, selon un décret publié ce mercredi 8 décembre .

Les discothèques “ne peuvent accueillir du public jusqu’au 6 janvier inclus” à partir de vendredi 6h, selon le décret qui ajoute que “cette interdiction s’applique jusqu’à la même date aux activités de danse” des bars et restaurants.

Une étude parue en novembre dans la revue médicale The Lancet , l’étude ComCor de l’Institut Pasteur réalisée du 23 mai au 13 août, avait conclu que les boîtes de nuit étaient “des lieux à haut risque de transmission”, car ce sont des lieux clos mal ventilés, où le coronavirus peut rester plus facilement en suspension dans l’air. Les discothèques avaient rouvert en France le 9 juillet, avec pass sanitaire, après 16 mois de fermeture.

Les patrons de boîtes de nuit ont été indemnisés, et vont à nouveau l’être pour compenser les pertes des prochaines semaines, mais ils se plaignent de voir que d’autres lieux festifs allaient pouvoir rester ouverts.

1200 établissements fermés à partir de vendredi

Mardi, un patron de discothèque a interpellé le président Emmanuel Macron alors qu’il déambulait dans le centre de Vierzon (Cher), lui lançant “c’est encore nous que vous fermez, les 1.200 établissements” en France ,“on ne demande pas l’aumône, on veut travailler”.

“Il ne faut pas croire qu’on vous stigmatise”, lui a répondu Emmanuel Macron . Contrairement aux restaurants et aux bars, où “on est assis”, “la plupart du temps on n’est pas autour d’une table” dans les discothèques, a-t-il justifié devant le patron qui se plaignait d’une différence de traitement entre ces établissements.

“On va essayer de rouvrir au plus vite, je m’y engage”, a ajouté le président, en assurant que les discothèques seraient “indemnisées de manière exemplaire pour tenir durant cette période”.

Le Premier ministre Jean Castex avait relevé que le port du masque, qui était devenu obligatoire fin novembre dans tous les lieux fermés en France même avec le pass sanitaire, était “extrêmement difficile (à faire respecter) dans ces établissements”.

À voir également sur Le HuffPost: DJ et boîte de nuit pour la “longue nuit des vaccins” à Berlin

Après les témoignages de <a class=#Balancetonbar, la procureure de Paris ouvre une enquête (Photo by MARTIN BUREAU/AFP via Getty Images)" src="https://img.huffingtonpost.com/asset/5e10d7b8250000041998fc0f.jpeg?cache=epnPOuXk3H&ops=crop_11_371_5557_2906%2Cscalefit_630_noupscale" />

VIOLENCES - Un mouvement né en Belgique et qui trouve un écho en France. Alors que le hashtag #Balancetonbar a été lancé à Bruxelles il y a quelques semaines, les témoignages s’accumulent sur les réseaux sociaux. De ce côté-ci de la frontière, le mot dièse a également pris son essor, à tel point que la nouvelle procureure de Paris, Laure Beccuau, a décidé d’ouvrir une enquête.

“Balance ton bar” est un mouvement invitant à l’ouverture de la parole sur les établissements où plusieurs personnes ont été droguées à leur insu au GHB , aussi appelée “drogue du violeur”, avant d’être victimes d’agressions ou de viols.

Analyses toxicologiques des plaignantes

“Un certain nombre de plaintes ont été reçues au parquet, a annoncé Laure Beccuau sur RTL ce mercredi 17 novembre. Nous avons à l’heure actuelle neuf plaintes”. Ces dernières se concentrent toutes dans le quartier Pigalle à Paris, selon le média.

“Nous avons démarré ces enquêtes depuis le 8 novembre, donc c’est vraiment tout récent. Ce que nous sommes en train d’accomplir ce sont toutes les analyses toxicologiques des plaignantes afin de savoir si elles ont été bien victimes de ce que l’on appelle l’administration de substances de façon non consentie. Ce qui fait que les auteurs peuvent encourir des peines tout à fait importantes”.

L’enquête est, pour le moment, “confiée aux commissariats de police compétents. Mais il n’est pas exclu que les services de police judiciaire, si le phénomène se développe, soient saisis rapidement”, souligne Laure Beccuau.

Cette dernière souhaite aussi “dire aussi à ces jeunes femmes qui fréquentent ces établissements festifs, les bars: ‘méfiez-vous de ces substances qu’on peut introduire à votre insu dans vos verres’”.

À 61 ans, Laure Beccuau, en place depuis un mois, est la première femme à prendre la tête du parquet de Paris, un des postes les plus sensibles de la magistrature. Elle était depuis 2016 procureure de Créteil.

“Vivre sans le poids d’être en danger perpétuellement”

Les militantes à l’origine du hashtag ont interpellé dans un courrier début novembre les 19 bourgmestres de la région de Bruxelles. Elles ont ainsi demandé le soutien du monde judiciaire et du milieu de la nuit pour lutter contre ce qu’elles présentent comme des “violences sexuelles systémiques” dans les bars et clubs de la capitale belge.

“Nous exigeons de vivre sans le poids d’être en danger perpétuellement et en tous lieux. Nous voulons un changement radical et immédiat, car ce fléau sévit depuis de trop nombreux siècles et nous ne pouvons plus le tolérer”, écrit dans cette lettre le collectif baptisé “Union féministe inclusive et autogérée” (Ufia), mêlant associations et activistes défendant les femmes et les minorités de genres (LGBTQIA+).

À voir également sur Le HuffPost: Écarter les candidats auteurs de violences sexuelles? La base, pour ces manifestantes

  • Hu chevron_right

    Contre les violences sexistes, le mouvement #BalancetonBar appelle au boycott des bars de Bruxelles

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 8 November - 15:29 · 3 minutes

Une image d

VIOLENCES - Un collectif féministe appelle à une soirée de boycott des bars et à une manifestation vendredi à Bruxelles , jugeant que la question des agressions sexuelles dans ces lieux de sortie n’est pas assez prise au sérieux, selon un communiqué publié ce lundi 8 novembre.

A l’origine du hashtag #Balancetonbar, qui suscite depuis un mois sur Instagram une vague de témoignages de victimes d’agressions, ces militantes interpellent dans un courrier les 19 bourgmestres (maires, ndlr) de la région de Bruxelles.

Elles demandent le soutien du monde judiciaire et du milieu de la nuit pour lutter contre ce qu’elles présentent comme des “violences sexuelles systémiques” dans les bars et clubs de la capitale belge.

“Nous exigeons de vivre sans le poids d’être en danger perpétuellement et en tous lieux. Nous voulons un changement radical et immédiat, car ce fléau sévit depuis de trop nombreux siècles et nous ne pouvons plus le tolérer”, écrit dans cette lettre le collectif baptisé “Union féministe inclusive et autogérée” (Ufia), mêlant associations et activistes défendant les femmes et les minorités de genres (LGBTQIA+).

“Ce n’est plus tolérable”

Les autorités doivent notamment pouvoir “identifier, ficher et sanctionner systématiquement les établissements et membres du personnel problématiques” dès qu’un signalement de violences sexuelles leur est fourni, estime l’Ufia.

“Ces mouvements nous disent que ce n’est plus tolérable : c’est ça le point de bascule, a réagi auprès du Monde la secrétaire d’Etat à l’égalité des genres, Sarah Schlitz. C’est quand les victimes n’ont plus peur de parler, qu’on avance vers une société moins violente. Et il faut que la réponse sociétale et étatique soit à la hauteur”.

Quant à l’appel au boycott pour vendredi 12 novembre, il est justifié ainsi dans une vidéo où une membre du collectif s’adresse, visage caché, à un patron de bar: “la seule manière de te faire réagir est de toucher à ton précieux porte-monnaie”. Le rassemblement est prévu à 20h vendredi dans le centre de Bruxelles.

Ce mouvement, qui a essaimé en France, est né au début de l’automne en Belgique quand ont été rendus publics plusieurs cas d’agressions contre des femmes dans deux bars d’un quartier étudiant d’Ixelles, non loin du campus de l’Université libre de Bruxelles.

Un phénomène qui dépasse les frontières belges

Car “le phénomène dépasse les frontières de la Belgique”, estime Léa, qui confie au Monde avoir été droguée et violée en 2012 à Barcelone. Dans un article de franceinfo publié ce lundi 8 novembre, plusieurs femmes à travers la France racontent avoir été droguées à leur insu, la plupart au GHB, dite “la drogue du violeur”.

Certaines femmes soupçonnent leur agresseur présumé, barman ou membre du personnel, de les avoir droguées à leur insu avant de passer à l’acte. Et nos confrères assurent que ce phénomène est en hausse: ”À Montpellier, par exemple, 50 témoignages ont été reçus en quelques semaines par l’association générale des étudiants montpelliérains”, assurent-ils.

Plusieurs plaintes ont été déposées, a indiqué le mois dernier le parquet de Bruxelles, qui a ouvert une enquête. Sollicité lundi par l’ AFP , le parquet a refusé de s’exprimer sur les investigations en cours.

Comme pour chaque plainte concernant des infractions sexuelles, les enquêteurs travaillent de manière “approfondie et minutieuse” en respectant la présomption d’innocence du ou des suspects, avait dû se justifier le parquet dans un communiqué le 20 octobre. La justice était alors déjà accusée de ne pas traiter les plaintes suffisamment sérieusement.

À voir également sur Le HuffPost : Macron salue “l’esprit de responsabilité” de l’Église après le rapport Sauvé

  • Hu chevron_right

    Pour la réouverture des terrasses, Bercy précise le protocole

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 12 May, 2021 - 13:49 · 1 minute

DÉCONFINEMENT - Les restaurants ayant une petite terrasse de quelques tables seront exemptés de la jauge de 50% s’appliquant en théorie à partir de la réouverture du 19 mai, mais devront installer des séparations (plexiglas, plantes...) entre les tables, a annoncé ce mercredi 12 mai le gouvernement.

“On ne peut pas faire de jauge quand il y a quatre tables ou six tables, et donc le principe c’est qu’il y ait des séparations entre les tables, séparations physiques, de façon à permettre une protection, donc ça peut être un plexiglas, ça peut être des plantes, peu importe”, a déclaré le ministre délégué aux PME Alain Griset.

Quatre, six tables? Le critère exact n’a pas été défini. Le ministre a aussi dit: “Quand on est en dessous de sept, huit tables, dix tables, on peut considérer qu’il n’y aura pas de jauge”.

“Si vous êtes une toute petite terrasse , que vous avez quatre tables et qu’on vous demande de passer à deux, là j’entends parfaitement les restaurateurs qui nous disent: ça ne vaut pas le coup de rouvrir”, a observé le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, sur CNews.

Le Premier ministre tranchera “dans la journée”, a rapporté ce dernier.

À voir également sur Le HuffPost: En Belgique, la réouverture des bars et restaurants a provoqué des débordements

  • Hu chevron_right

    Déconfinement: les wagons- bars de la SNCF rouvriront le 9 juin

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 11 May, 2021 - 08:12 · 1 minute

La SNCF s

SNCF -  Plus qu’un mois à attendre avant de profiter d’une pause repas dans les TGV de la SNCF. Le directeur général de Voyages-SNCF Alain Krakovitch a annoncé ce lundi 10 mai dans Le Parisien que les voitures-bars rouvriront le 9 juin, alors que la SNCF s’organise pour le déconfinement progressif.

“Nous devons attendre encore un peu, comme l’ensemble des professionnels des métiers de la restauration en France”, a expliqué Alain Krakovitch, rappelant que s’attabler à l’intérieur d’un restaurant sera possible à cette même date ,  avec une jauge de 50%. Pour célébrer la réouverture, “quelques nouveautés à la carte” sont en train d’être élaborées, avec “des chefs tels que Pierre Sang et Philippe Conticini”.

Alors que, la SNCF a suivi “scrupuleusement les directives gouvernementales et leur rythme”, il n’est pas question de relâcher les efforts de lutte contre le virus, qui circulera encore au 9 juin, a précisé Alain Krakovitch dans le quotidien régional.

Le masque même pour les personnes vaccinées

“Distanciation rappelée par des stickers au sol, consommation possible au bar avec jauge de 50 %, port du masque obligatoire en dehors du moment de consommation, gel hydroalcoolique à disposition des clients à l’entrée de la voiture-bar” feront partie des mesures barrières imposées.

Le directeur général de Ouigo a précisé auprès de BFM Business que même si on est vacciné, “les mêmes règles pour le protocole sanitaire à savoir le port du masque obligatoire” s’appliqueront.

Par ailleurs, contrainte de réduire son offre en raison des restrictions sanitaires, la SNCF a mis en place un plan pour encourager les Français à voyager, avec notamment des billets au prix cassé de 39 euros maximum pour un aller simple. Pour les enfants de moins de 12 ans, un tarif unique à 8 euros a été fixé pour l’ensemble de la période, sur toutes les destinations et sans limitation du nombre de billets.

À voir également sur le HuffPost: Finalement, Elisabeth Borne veut nous faire préférer le train à l’avion, un sacré virage sur l’aile

  • Hu chevron_right

    Les terrasses ouvriront le 19 mai mais avec la moitié de leur capacité

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 10 May, 2021 - 18:23

Les terrasses des bars et restaurants limitées à la moitié de leur capacité à partir du 19 mai (Photo d

DÉCONFINEMENT - Les terrasses de restaurants ou de cafés pourront rouvrir à 50 % de leur capacité d’accueil le 19 mai, a annoncé Matignon ce lundi 10 mai. Les tablées pourront comprendre six personnes maximum, assises obligatoirement. L’intérieur des établissements reste fermé.

Aussi, tous les magasins, y compris les centres commerciaux et les commerces dits “non-essentiels”, pourront rouvrir le 19 mai avec une jauge d’un client maximum pour 8 mètres carrés, déjà en vigueur dans la plupart des commerces.

Les magasins seront autorisés à accepter deux fois plus de clients, soit un pour 4 mètres carrés, à compter du 9 juin. Cette jauge doit disparaître le 30 juin, a précisé Matignon.

À voir également sur Le HuffPost: