close
  • Hu chevron_right

    Bertrand Chameroy débarque sur RTL, comme Sébastien Thoen et Sandrine Sarroche

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 7 July - 20:00 · 1 minute

Après avoir été mis à l'écart d'Europe 1 pour des propos critiques sur le rapprochement entre la radio et CNews, Bertrand Chameroy va arriver sur RTL à la rentrée (photo d'archive). Après avoir été mis à l'écart d'Europe 1 pour des propos critiques sur le rapprochement entre la radio et CNews, Bertrand Chameroy va arriver sur RTL à la rentrée (photo d'archive).

MÉDIAS - Il rebondit... chez la concurrence. Évincé d’Europe 1 après des critiques sur le rapprochement entre la radio et la chaîne CNews, Bertrand Chameroy va débarquer sur RTL à la rentrée, pour animer une nouvelle pastille d’humour dans la matinale.

C’est ce qu’annoncent nos confrères du Figaro ce jeudi 7 juillet, précisant que ce nouveau créneau humoristique est prévu pour 7h25 et qu’il s’intitulera “RTL sans filtre”.

Une décision qui fait suite, toujours selon le quotidien, au succès rencontré par Philippe Caverivière. Tout au long de la saison, ce dernier a effectivement su arracher aux personnalités politiques de passage à l’antenne des rires remarquables, à l’image d’Emmanuel Macron en avril dernier par exemple, comme vous pouvez le voir ci-dessous:

Aux côtés de ce nouvel arrivant, deux autres recrues débarquent d’ailleurs pour partager cette nouvelle case. Il s’agit tout d’abord de Sandrine Sarroche, qui a déjà tenu par le passé une pastille sur RTL au sein de l’équipe de Stéphane Bern en plus de s’être fait connaître dans l’émission d’Éric Zemmour et Éric Naulleau sur Paris Première.

Le troisième larron de la bande n’est autre que Sébastien Thoen , banni du groupe Canal+ depuis un sketch parodiant Pascal Praud et son émission sur CNews, et qui avait intégré les “Grosses têtes” de Laurent Ruquier l’été dernier.

À voir également sur le HuffPost : À Europe 1, les personnalités mobilisées en plein bras de fer avec Bolloré

  • Hu chevron_right

    C à vous: Quand Valérie Pécresse a un message pour Betrand Charmeroy

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 24 June - 20:35 · 3 minutes

Valérie Pécresse avait un message à faire passer à l'humoriste de Valérie Pécresse avait un message à faire passer à l'humoriste de "C à vous" sur France 5, Bertrand Chameroy.

TÉLÉVISION - Un message inattendu. Afin de clôturer la saison de C à Vous en beauté, l’équipe de l’émission de France 5 a concocté une surprise bien particulière pour l’un de ses chroniqueurs: Bertrand Chameroy . En fin d’émission, ce vendredi 24 juin, Mohamed Bouhafsi a expliqué avoir “une petite surprise” pour son camarade humoriste. Une surprise sous la forme d’un message vidéo, directement adressé à Bertrand Chameroy, qui semblait le premier surpris de cette situation.

Soudain, le visage de Valérie Pécresse apparaît à l’écran, la cible favorite de Betrand Chameroy dans ces chroniques durant la course à l’Élysée. Dans cette courte vidéo, l’ancienne candidate LR à l’élection présidentielle adresse alors un message sans rancune, même si teinté d’une bonne dose de second degré. “Je voulais profiter de cette vidéo pour vous remercier sincèrement pour votre don à ma campagne”, explique alors la présidente du conseil régional d’Île-de-France, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous, à partir de 9min50.

Par la suite, Valérie Pécresse passe à l’humour et explique qu’en tant que “source d’inspiration inépuisable pour vous ces derniers mois et pour vos blagues à deux balles comme vous dites, il n’était pas anormal que vous me versiez quelques royalties”, lâche alors la femme politique, sans masquer son sourire.

“Quand vous êtes en vacances, ça m’en fait aussi!”

Derrière ce drôle de remerciement, la candidate déchue des Républicains opère sa petite vengeance. En effet, dans une interview accordée au Parisien en mai , Bertrand Chameroy avait confié avoir fait un don à Valérie Pécresse, endettée à hauteur de 5 millions d’euros à la suite de son score à l’élection présidentielle 2022.

“Si Valérie Pécresse s’est endettée à hauteur de 5 millions, je ne crois pas que ce soit à cause de moi. Même si on en a souvent plaisanté avec moi au bureau. D’ailleurs, j’ai tenu mon engagement en envoyant un don. J’ai fait le calcul: à raison de quarante vannes à deux balles pendant la campagne, je suis arrivé à 80 euros. Je n’ai même pas reçu un merci”, avait alors plaisanté Betrand Chameroy au sujet de la campagne calamiteuse de la candidate LR .

Valérie Pécresse a pu rendre la monnaie de sa pièce à l’humoriste avec ce petit message humoristique. ”Et vous avez vu, je ne vous en veux pas, je ne vous ai pas retourné votre don, ajoute également Valérie Pécresse en référence au don refusé de Nicolas Sarkozy , mais rassurez-vous, vous n’êtes pas pour autant invité à mon anniversaire le 14 juillet”.

Valérie Pécresse conclut même son message par une “confidence” à l’humoriste. ”Vous m’aviez rêvé en Céline Dion et je vous ai un petit peu déçu, alors je vais vous faire une confidence, l’élection présidentielle, ce n’est pas The Voice , et les Français vont bientôt s’en rendre compte. Alors bonnes vacances, parce que quand vous êtes en vacances, ça m’en fait aussi!”, se permet même de conclure Valérie Pécresse face à un Betrand Chameroy encore hilare face aux images qui viennent de lui être présentées.

À voir également sur Le HuffPost: Les résultats de Valérie Pécresse sont les pires à la présidentielle pour la droite

  • Hu chevron_right

    "C à vous": Macron ne pouvait s'arrêter de rire pendant la chronique de Chameroy

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 18 April - 22:44 · 2 minutes

Emmanuel Macron face à Bertrand Chameroy dans Emmanuel Macron face à Bertrand Chameroy dans "C à vous" sur France 5, le 18 avril 2022.

TÉLÉVISION - Invité de l’émission C à vous ce lundi 18 avril, Emmanuel Macron a notamment martelé que, même si les sondages du second tour de l’élection présidentielle sont en sa faveur face à Marine Le Pen ( 55%-45% ), rien n’était joué pour autant.

“Repensez à ce que les citoyens britanniques disaient quelques heures avant le Brexit ou aux États-Unis avant que le vote Trump n’arrive: je ne vais pas y aller, à quoi ça sert? Je peux vous dire que le lendemain ils ont regretté”, a-t-il souligné dans l’émission de France 5. “Donc si vous voulez éviter l’impensable ou quelque chose qui vous rebute, choisissez pour vous-même.”

Dans une séquence beaucoup plus légère ( à voir plus bas ), en fin d’émission, le président a été gentiment “bousculé” par le chroniqueur Bertrand Chameroy, qui est revenu pendant une dizaine de minutes sur certains de ses passages télévisés ne l’ayant pas vraiment mis en valeur, par ses attitudes ou ses éléments de langage.

Président “mis en veille” pendant une conférence de presse avec le Premier ministre belge, “hypnotisé” pendant une intervention de Jacqueline Gourault, brocardé pour sa web-série Le candidat ou encore roi de certaines déclarations émouvantes pendant la pandémie de Covid-19 ... Bertrand Chameroy balaie avec malice les petits moments cocasses du quinquennat d’Emmanuel Macron. Beau joueur, ce dernier a souvent réagi aux images avec amusement entre deux rires.

“La dernière fois que j’avais autant pleuré, c’était devant L’ours , de Jean-Jacques Annaud”, commente à un moment le chroniqueur après quelques sorties émouvantes du président. “Il y avait quand même moins de dialogues!”, lui répond, hilare, Emmanuel Macron. “Et la musique, ça rend pas mal”, ajoute-t-il encore.

La photo de la chemise à moitié ouverte à Marseille

Au début de la séquence, Bertrand Chameroy était revenu sur une photo récente d’Emmanuel Macron, en déplacement pour un meeting à Marseille le 16 avril , où on le voit assis sur un canapé la chemise à moitié ouverte, laissant apparaître son torse poilu ( voir ci-dessous ). “J’ai découvert que vous tentiez de séduire les fans de BHL et Demis Roussos”, lance le chroniqueur.

“Il faisait très très chaud à Marseille, comme vous l’avez vu. Il y a des moments où...”, réagit alors le président-candidat.

“Mais vous l’avez validée (cette photo)?”, demande alors la présentatrice Anne-Élisabeth Lemoine.

“Ben j’ai validé sans doute la série... Celle-là est passée un peu vite, mais si des fans de Demis Roussos nous écoutent, ça peut peut-être avoir de l’impact”, répond-il, avant d’ajouter amusé: “Et on peut peut-être avoir ce que les sociologues appellent le ‘marginal sécant’ de Demis Roussos et de Jean-Luc Mélenchon, c’est peut-être un gros réservoir de voix...”

À voir également sur Le HuffPost : Présidentielle 2022: À Marseille, Emmanuel Macron tente de convaincre la France écolo

  • Hu chevron_right

    Quand Europe1 détaillait les "sorties de route" de CNews

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 21 June, 2021 - 15:55 · 3 minutes

MÉDIAS - Fin de saison mouvementée à Europe 1. Pour la première fois de son histoire, un mouvement de grève perturbe l’antenne de la radio bleue. Voté en assemblée générale ce vendredi 18 juin, le débrayage a été reconduit jusqu’au 22 juin.

La perspective d’un rapprochement entre Europe1 et CNews inquiète également au plus haut point le personnel de la radio. “En liant son sort à une chaîne qui s’illustre à longueur de journée par un activisme politique fortement ancré à droite, voire parfois à l’extrême droite, Europe 1 va perdre ce qui lui reste de plus précieux : son capital de crédibilité auprès des auditeurs”, s’alarment la Société des rédacteurs et l’intersyndicale de la station dans une tribune publiée dans Le Monde .

C’est aussi la “méthode Bolloré” que ces salariés d’Europe1 disent redouter. Vincent Bolloré, l’homme d’affaires qui vient de s’imposer dans le capital du groupe Lagardère (maison-mère d’Europe 1), est en effet réputé pour imposer ses idées conservatrices et un management par la terreur aux médias qu’ils contrôlent, comme en témoigne notamment un reportage du magazine “Complément d’enquête”.

“Il n’y a aucune synergie imposée par Vincent Bolloré (...) C’est un fantasme qui frôle le complotisme”, tente de rassurer l’héritier du groupe Lagardère, tout en confirmant l’arrivée prochaine sur Europe1 de journalistes estampillés CNews. Et déjà, Éric Zemmour y semble intouchable. La hiérarchie de la radio exerce des pressions pour censurer la moindre critique visant la tête de gondole de la “ Fox News française ”.

Humour sous surveillance

Le 18 juin, il a été ainsi demandé à l’humoriste Christine Berrou d’expurger de son texte une “vanounette” épinglant Éric Zemmour. Quelques jours auparavant “un journaliste a été convoqué par la direction pour un lancement envoyant une petite pique à Éric Zemmour”, raconte à Télérama l’humoriste qui a décidé de quitter sur le champ Europe 1 après sept ans de collaboration. “Si on n’arrive plus à tolérer ce genre de blagues, c’est plus possible”, regrette un journaliste d’Europe1 interrogé par Arrêt sur images.

C’est donc via une pirouette allusive qu’un autre chroniqueur de la station bleue a exprimé sur l’antenne ses craintes de voir Europe 1 bientôt cuisiné à la sauce Bolloré. Sur un ton inhabituellement grave, Bertrand Chameroy a filé la métaphore avec la réouverture des boîtes de nuit, ce vendredi 18 juin. “Ils ont appris que cette boîte allait peut-être changer. Et le changement, ça fait peur. Surtout dans un lieu comme celui-ci, mythique, avec ses valeurs, son esprit. Et si rien n’était plus comme avant ?”, s’est-il interrogé face à Matthieu Belliard, le présentateur bientôt écarté de la matinale. Et de poursuivre l’analogie, toujours sans nommer Europe 1 ni CNews, en déplorant que “la playlist aussi commençait à évoluer. Cela commençait à ressembler à ce qui était arrivé dans la boîte d’en face”. Une allusion au sort réservé début 2017 à I-Télé, la chaîne info du groupe Canal+, transformée en CNews, chaîne d’opinions très droitières.

Des précautions oratoires que Bertrand Chameroy n’avait jusqu’ici pas l’habitude de prendre pour épingler CNews au micro d’Europe 1, comme vous pouvez le voir dans notre montage vidéo . Depuis son retour à l’antenne en septembre 2020, le chroniqueur n’a jamais manqué de relever, avec la distance que permet l’humour, les spectaculaires “sorties de route” d’Éric Zemmour, de s’étonner de la passivité de Christine Kelly face aux infox, de railler les brèves de comptoir des toutologues intervenant dans l’émission de Pascal Praud, et même d’évoquer début juin l’hypothèse que CNews commencerait à “brancher des trucs sur le matériel d’Europe 1″.

À voir également sur Le HuffPost : Pour défendre les procès filmés, Dupond-Moretti se paye CNews (sans la citer)