close
  • chevron_right

    BLACK LIVES MATTERAprès avoir parlé des discriminations que les...

    comics.movim.eu / LePetitMetalleuxIllustre · Thursday, 30 July, 2020 - 09:58 · 2 minutes

89ada3a600923235bb9df99b31b5804aa47cc4a2.jpg

BLACK LIVES MATTER

Après avoir parlé des discriminations que les femmes et les personnes queers subissent au sein de la scène metal, le prochain gros sujet que je voulais aborder ici, c'est celui des personnes racisées (À comprendre : qui subissent du racisme, tout simplement). C'est d'autant plus pertinent depuis la médiatisation de #BlackLivesMatter.

On va pas se mentir, il y a très peu de personnes noires, d'origine arabe ou asiatique dans notre communauté et c'est avant tout pour un tas de raisons historiques et culturelles, je vais pas m'étendre là-dessus. Mon but n'est pas que l'on force des minorités à venir écouter notre musique parce que “de toute façon, c'est la meilleure du monde” (même si ce serait bien le genre de certains). Ce qui serait déjà merveilleux, c'est que le peu qui s'y intéresse, y trouve leur place. Mais voilà, le peu qui s'y intéresse justement, déserte. En cause ? Le racisme, évidemment. On le sait toutes et tous, il peut prendre des formes très diverses (et pas seulement la violence physique ou verbale) : l'inégalité d'accès à l'emploi, au logement, et tout ce qui en découle de précarité derrière.

Dans le metal, ça peut se manifester de bien des manières aussi. Oui, il y a des remarques et des blagues racistes, comme dans le reste de la société, mais ce qui revient souvent dans les conversations que j'ai eu, dans les articles que j'ai lu : ce sont des regards, insistants. Ce n'est pas toujours malveillants, mais ça créé un sentiment de malaise, d'être un.e intrus. Quand je parlais d'accès à l'emploi, ça englobe aussi toutes les personnes travaillant dans le milieu de la musique (le son, les lumières, la gestion des tournées et aussi les artistes) : par exemple, un festival ou une salle qui refuse d'embaucher une personne à cause de sa couleur de peau, ou qui programme des groupes nazis, racistes ou jouant simplement sur l'ambiguïté pour faire parler d'eux sans en assumer les conséquences. Les conséquences, ce sont les personnes racisées qui les subissent : c'est autant de concerts, de festival où elles refuseront d'aller, par opposition avec les valeurs des groupes, mais surtout par peur pour leur intégrité.

Car oui, il y a en effet beaucoup de gens qui écoutent des groupes racistes sans être en accord avec leur idéologie, mais certains y adhèrent et se sentent poussés des ailes dans ce genre de concert : ça zieg, ça insulte, ça agresse. Et quand il n'y a pas de personnes racisées à prendre pour cible, ça peut être ce mec un peu trop efféminé ici ou cette meuf au “look féministe” là. Aimer un groupe nazi uniquement pour la beauté de la musique et/ou aller le voir en concert est un privilège que beaucoup n'ont pas. On me rétorque souvent que ces groupes sont libres de faire leur musique, je réponds que nous sommes libres de ne pas les promouvoir et ne pas les soutenir financièrement.

Je conviens que ça peut paraître abstrait, mais : notre inconscience et notre laxisme a des conséquences directes sur des gens qui aiment ou auraient pu aimer la même musique que nous. Est-ce que ça ne vaudrait pas le coup de changer quelques habitudes, de réfléchir à nos responsabilités individuelles et collectives pour rendre notre communauté plus vivable et accueillante ?

https://upload.movim.eu/files/7b4a27eed4cd52381dd25ae94920402e838b41d3/2HjYg7flIMEgkmFuvmh3CQKPRPG3LCUNsFArHUJ1/im.jpg
#Toulouse : Nouveau #rassemblement contre les violences policières et le #racisme d’État

Le Comité Vérité et #Justice 31 ainsi que les soutiens réunis en comité de #mobilisation appellent à se réunir jeudi 2 juillet à 18h au square Charles de Gaulle

https://iaata.info/Rassemblement-contre-les-violences-policieres-et-le-racisme-d-Etat-4333.html

#manifestation #antiracisme #police #BLM #ViolencePoliciere #violence-policiere #social #politique #BlackLivesMatter
  • chevron_right

    #BlackLivesMatter : GitHub va abandonner les termes “slave” et “master”

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Wednesday, 17 June, 2020 - 07:00 · 2 minutes

© Markus Winkler – Pixabay

Le mouvement Black Lives Matter, revenu sur le devant de la scène à l’échelle mondiale suite à l’affaire George Floyd, continue de faire des vagues dans tous les milieux, dont certains assez inattendus. Hier, c’était la plateforme dédiée aux développeurs GitHub qui annonçait qu’elle allait revoir sa terminologie : terminés, les vieux termes très connotés de master (“maître”) et slave ” (“esclave”) pour désigner les relations hiérarchiques entre divers éléments informatiques. Pas plus tard que vendredi dernier, la développeuse de Google Chrome Una Kravets postait un tweet repéré par Gizmodo , dans lequel elle défendait l’utilisation de termes “ plus inclusifs” comme main et demandait à GitHub d’en faire autant. Une requête à laquelle Nat Friedman, CEO de GitHub, a répondu avec enthousiasme, qualifiant cette initiative de “grande idée ” et annonçant que ce changement était déjà au programme des prochaines mises à jour.

La plateforme, qui proposait déjà de renommer les branches master et slave , devrait donc les supprimer totalement. Elle n’a cependant pas précisé dans quelles conditions se ferait la transition et si elle serait obligatoire.

Une initiative bien reçue mais quelques inquiétudes

Comme lorsque Python avait sauté le pas, on observe déjà des réactions de certains développeurs anxieux de voir évoluer une convention en place depuis des années, avec la peur du breaking change , ces changements d’envergure dans une API où la syntaxe d’un langage force les développeurs à mettre à jour leur code existant, rendu non-fonctionnel par la mise à jour.

Mais ce qui est sûr, c’est que le simple fait que ces questions aillent jusqu’à impacter la terminologie des développeurs en dit long. Cela montre à quel point le problème est devenu systémique, notamment aux États-Unis. GitHub n’était pas la première, et ne sera certainement pas la dernière plateforme à implémenter ce changement. Reste à voir si cette initiative va lancer une vague de révision lexicale dans d’autres corps de métier, ou si GitHub était un cas isolé.

Erst wenn die US-Regierung Regeln aufstellt, wird es Gesichtserkennung von Microsoft geben. Damit folgt der Konzern IBM und Amazon. ( Microsoft, IBM)
  • wifi_tethering open_in_new

    This post is public

    www.golem.de /news/blacklivesmatter-ohne-gesetze-gibt-es-keine-gesichtserkennung-von-microsoft-2006-149050-rss.html

IBMs CEO will gegen diskriminierende Gesichtserkennung vorgehen - zu einem opportunen Zeitpunkt. Von Oliver Nickel ( IBM, KI)
  • wifi_tethering open_in_new

    This post is public

    www.golem.de /news/blacklivesmatter-ibm-stellt-arbeit-an-gesichtserkennung-ein-2006-148970-rss.html

  • chevron_right

    Un bundle de 700 jeux-vidéo à seulement 5 dollars pour soutenir #BlackLivesMatter

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Monday, 8 June, 2020 - 13:23 · 2 minutes

Crédits : itch.io.

Cette vente caritative constitue peut-être “le plus grand bundle de l’histoire.” De multiples secteurs de la société tentent actuellement de lutter contre le racisme et les violences policières en soutenant à leur manière le mouvement #BlackLivesMatter . L’industrie musicale avait, par exemple, initié le “ Blackout Tuesday “, pour inonder les réseaux sociaux de carrés noirs. La communauté vidéoludique a rejoint, elle aussi, les protestations de diverses manières. Sony a annulé sa propre conférence PlayStation 5 la semaine dernière pour donner pleine place au débat sociétal. Call of Duty , de son côté, a envoyé directement un message de soutien du mouvement #BLM à chacun de ses joueurs. Mais la plate-forme de vente de jeux-vidéo en ligne itch.io va encore plus loin. Elle propose en effet actuellement un ensemble de 742 jeux-vidéo proposés par plus de 500 développeurs et créateurs indépendants pour un prix de départ de cinq dollars (ou 4,50 euros environ).

Ce “Bundle pour la Justice raciale et l’Égalité” rassemble des jeux tels que le jeu de plates-formes narratif Night in the Woods , le jeu à labyrinthe de Devolver Digital, Minit , ou encore l’incontournable Super Hexagon . Les 742 jeux compris sont tous disponibles pour un don minimum de 5 dollars (à préciser à la main, à l’achat, pour éviter de payer les dix dollars inscrits automatiquement). Le lot est, à l’origine, d’une valeur de plus de 3 400 dollars. Toutes les recettes de ce bundle seront reversées équitablement au Fond pour l’éducation et la défense judiciaire de la célèbre Association nationale pour la promotion des gens de couleur (NAACP) et le Fond communautaire de libération sous caution (qui regroupe plusieurs associations américaines concernées). A l’heure actuelle, le bundle a déjà réuni plus de 2,36 millions de dollars de dons. Il sera encore disponible jusqu’à la semaine prochaine. A noter qu’une fois l’achat effectué, les jeux sont à télécharger directement depuis itch.io. Pour rappel, en avril dernier, Humble Bundle avait proposé un lot similaire qui réunissait 1 071 dollars de contenus numériques pour seulement 28 euros, dans le but d’apporter une aide financière aux services de santé malmenés par la pandémie de COVID-19.

  • chevron_right

    Pourquoi les fans de K-pop sont-ils si présents dans #BlackLivesMatter ?

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Thursday, 4 June, 2020 - 14:40 · 2 minutes

Alors que l’indignation autour du décès de George Floyd se traduit en manifestations virulentes aussi bien aux États-Unis qu’à travers le monde, il semblerait que le mouvement Black Lives Matter ait trouvé un soutien aussi massif qu’inattendu sur les réseaux sociaux : les fans de K-Pop. Depuis le début des protestations outre-Atlantique, les fans de K-Pop ont en effet partagé en masse les publications de Black Lives Matter, multipliant les posts en soutien au mouvement et les tentatives de sensibilisation auprès de leur audience. Plus récemment, les fans de K-pop se sont à nouveau illustrés en contestant en masse des voix alternatives, représentées par les hashtags #BlueLivesMatter ou encore #MAGA (Make America Great Again). Pour ce faire, ils ont partagé en masse des mèmes et autres images qui n’avaient absolument rien à voir avec ces hashtags afin de noyer les publications racistes et les rendre moins pertinentes auprès de l’audience contestant Black Lives Matter.

Les fans de K-pop ont également joué un grand rôle durant le retour des Anonymous sur le devant de la scène. C’est notamment grâce à leurs partages que la vidéo du groupe d’activistes, laquelle dénonce les violences policières et évoque des « représailles » envers les forces de police de Minneapolis, est devenue virale sur les réseaux sociaux. L’anthropologue Gabriella Coleman expliquait alors au Monde que « ce sont eux (les fans de K-pop) qui ont fait de la vidéo l’un des sujets les plus discutés sur Twitter ».

Maintenant la question qui réside est la suivante : pourquoi les fans de K-pop sont-ils si impliqués dans ce mouvement ? Y répondre n’est pas chose aisé, mais quelques pistes demeurent. De nombreuses personnalités du monde de la K-pop, telles que Jay Park, Tiger JK, ou encore Amber Liu ont en effet affiché leur soutien au mouvement sur les réseaux sociaux. Leurs fans se sont logiquement emparés du sujet en utilisant leur large audience sur les réseaux. Par ailleurs, comme le note Michelle Cho, enseignante-chercheuse à l’université de Toronto, au Canada, cette audience semble particulièrement sensible à ce type de thématique. « les groupes de fans de K-pop sont principalement composés de personnes non-blanches, considérablement queer, et très présentes sur les réseaux sociaux. La sensibilisation aux questions raciales et culturelles fait partie des caractéristiques principales autour desquelles tournent les conventions de fans comme la KCON » écrit-elle sur Twitter.

Capture d’écran du résultat du #BLM sur Instagram.

En réaction aux mouvements sociaux qui font actuellement rage un peu partout dans le monde suite aux émeutes à Minneapolis , l’industrie musicale a lancé le concept du “Blackout Tuesday” (et son hashtag éponyme sur les réseaux sociaux). Des maisons de disque ont fermé temporairement leurs bureaux tandis que des sociétés comme Spotify ont marqué plusieurs minutes de silence, en signe d’indignation suite à la mort de l’Afro-Américain George Floyd lors d’une arrestation policière. Plusieurs artistes ont, en parallèle, publié des messages accompagnés d’une image entièrement noire sur les réseaux sociaux. Leur idée est d’encourager le plus de personnes à s’indigner ainsi de la mort de George Floyd et du comportement outrageant des autorités américaines en inondant Twitter, Facebook ou encore Instagram de ténèbres contestataires.

Depuis, des milliers d’images sombres pullulent sur les réseaux sociaux, dont la plupart attachée à des hashtags comme #BlackLivesMatter ou #BLM. Et là elle est le soucis selon The Verge . En effet, depuis le début des émeutes la semaine dernière, beaucoup de personnes utilisent ces hashtags pour rester informées de la situation mais aussi documenter la violence policière envers la communauté noire, soutenir des plans d’aide ou organiser des manifestations. La prolifération d’images entièrement noires induite par le mouvement “Blackout Tuesday” empêche ce système de remplir sa fonction, parfois vitale pour certaines personnes ou médias. De nombreux témoignages recueillis via Twitter par The Verge appellent ainsi les participants à ce “Blackout Tuesday” à ne pas faire figurer les #BlackLivesMatter et #BLM sur leurs publications s’ils veulent montrer efficacement leur soutien au mouvement . Il est enfin à noter que les créatrices du mouvement – Jamila Thomas, directrice marketing chez Atlantic Recordings, et Brianna Agyemang, l’une des dirigeantes du label Platoon – voulaient marquer le coup ce mardi 2 juin mais ne comptent pas limiter cette initiative d’indignation et de protestation politique, surnommée #TheShowMustPaused , à seulement 24 heures. “L’industrie musicale est multi-milliardaire et a profité principalement des arts afro-américains , expliquent les instigatrices du Blackout Tuesday. Notre mission est de rendre responsable l’industrie au sens large, en incluant les grandes corporations et leurs partenaires qui bénéficient des efforts et du succès du peuple noir.”