close
  • Hu chevron_right

    Cette annonce d'Élisabeth Borne sur EDF s'est immédiatement vue en bourse

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 14:38 · 2 minutes

La bourse a réagi au quart de tour à cette annonce majeure de Borne sur EDF La bourse a réagi au quart de tour à cette annonce majeure de Borne sur EDF

POLITIQUE - L’idée était dans les tuyaux depuis plusieurs mois, elle est désormais confirmée. L’État a l’intention de renationaliser à 100% le producteur et fournisseur d’électricité EDF , a annoncé ce mercredi 6 juillet la Première ministre Élisabeth Borne dans son discours de politique générale.

“Je vous confirme aujourd’hui l’intention de l’État de détenir 100% du capital d’EDF. Cette évolution permettra à EDF de renforcer sa capacité à mener dans les meilleurs délais des projets ambitieux et indispensables pour notre avenir énergétique”, a-t-elle déclaré devant les députés réunis à l’Assemblée nationale.

L’État détient aujourd’hui près de 84% de l’électricien. 1% est détenu par les salariés du groupe et 15% par des actionnaires institutionnels et individuels. Le groupe, déjà fortement endetté , est confronté à de lourdes charges financières, parmi lesquelles le bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement. Il est aussi mis au défi par le gouvernement de lancer le nouveau programme de réacteurs nucléaires annoncé par Emmanuel Macron.

Cette annonce a eu un effet immédiat sur le cours des actions de l’entreprise. En net recul de 5% avant le discours, le titre avait déjà pris 5,56% à 8,28 euros vers 15h45, dans un marché en hausse de 1,86%.

Concrètement, la reprise à 100% de l’entreprise permet d’apporter un gage financier au groupe. Elle fait également espérer aux détenteurs d’actions de pouvoir les revendre à un prix au moins égal et plus probablement plus élevé en cas de rachat total par l’État.

En février déjà, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire n’avait pas écarté une nationalisation à 100% de l’entreprise, assurant que “toutes les options sont sur la table” pour la relancer. Cela lui avait valu, de façon assez inattendue, les compliments amusés du candidat du PCF à la présidentielle Fabien Roussel, qui, pendant sa campagne, avait justement défendu une nationalisation de l’entreprise.

À voir également sur Le HuffPost: EDF nationalisée? Bruno Le Maire n’écarte “aucune option”

  • Hu chevron_right

    L'euro à son plus bas face au dollar depuis près de 20 ans

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 04:00 · 2 minutes

Cela faisait 20 ans que l'euro n'avait pas été aussi bas face au dollar. (photo d'illustration) Cela faisait 20 ans que l'euro n'avait pas été aussi bas face au dollar. (photo d'illustration)

EURO - Journée historique pour la monnaie européenne. L’ euro a touché mardi 5 juillet son plus bas niveau depuis près de 20 ans face au dollar américain, à 1,0298 dollar pour un euro, emporté par les tensions sur l’énergie en Europe et la force du billet vert.

Vers 11h30, le dollar gagnait 1,12% à 1,0305 dollar pour un euro.

“Les craintes croissantes d’une récession font baisser l’euro, tandis que le dollar s’envole”, commente Fiona Cincotta, analyste de City Index. Les cambistes font le pari que la Fed va continuer à relever ses taux d’intérêt de manière agressive pour maîtriser l’inflation, dit-elle.

“Les données PMI publiées (mardi) en Europe ont mis en évidence le risque de ralentissement de la croissance à la fin du deuxième trimestre”, poursuit-elle.

En outre, la croissance de l’activité économique en zone euro a fortement ralenti en juin dans le secteur privé, au plus bas depuis 16 mois, selon un indice, calculé sur la base de sondages d’entreprises et publié par l’agence S&P Global.

La crise énergétique pèse

En zone euro, “la récession semble inévitable” pour Neil Wilson, analyste pour Markets.com. “L’euro est dans une situation désespérée” et ”à moins que la BCE ne se ressaisisse, la parité pourrait bientôt être atteinte”, dit-il.

La crise énergétique pèse aussi sur la monnaie unique.

“Les fortes hausses des prix du gaz et de l’électricité font courir un risque important que l’économie de l’UE entre en récession plus tôt que prévu”, affirme Trevor Sikorski, analyste chez Energy Aspects, dans un rapport.

Il y a un risque à la fois de “pénuries d’énergie” et que les ménages, avec un pouvoir d’achat amputé par les tarifs d’énergie, réduisent leur demande, affirme Guillaume Dejean, analyste chez Western Union.

Depuis le début de l’année, le prix du TTF néerlandais, référence du gaz naturel en Europe , a grimpé de près de 150%, atteignant 176,01 euros le mégawattheure mardi.

Avant l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, il évoluait bien en dessous des 100 euros le mégawattheure.

À voir également sur Le HuffPost : À quoi servent les 138€ de redevance télé qu’on paie tous les ans?

  • Hu chevron_right

    Deezer entre en bourse, son action s'écroule

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 2 days ago - 10:44 · 4 minutes

Le directeur général de Deezer Jeronimo Folgueira aux côtés du ministre de l'Economie Bruno Le Maire lors de l'entrée en bourse de la plateforme, le 5 juillet 2022 Le directeur général de Deezer Jeronimo Folgueira aux côtés du ministre de l'Economie Bruno Le Maire lors de l'entrée en bourse de la plateforme, le 5 juillet 2022

BOURSE - La plateforme française Deezer s’écroulait ce mardi 5 juillet au matin pour ses premiers pas à la Bourse de Paris, malgré des conditions jugées pourtant plus favorables pour les acteurs du streaming musical , depuis une première tentative avortée en 2015.

À 10H52, l’action Deezer chutait de 35,06% à 5,52 euros, contre 8,50 euros pour son cours d’ouverture, dans un marché en baisse de 1,12%.

Le concurrent français du groupe suédois Spotify a fait ses débuts ce mardi à la Bourse de Paris, quelques minutes après que son patron a sonné la cloche ouvrant le marché, au côté du ministre de l’Economie Bruno Le Maire , a constaté un journaliste de l’AFP sur place.

“Vous devez croître, conquérir de nouveaux marchés, comme le marché américain”, a déclaré le ministre. “Je n’accepte pas de voir toutes les entreprises américaines venir en Europe, sans voir les entreprises européennes aller aux Etats-Unis pour expliquer à nos amis américains que les entreprises européennes sont les meilleures”, a ajouté Bruno Le Maire.

Quelques jours plus tôt, Jeronimo Folgueira, directeur général de Deezer depuis juillet 2021, avait souligné auprès de l’AFP que pour cette “deuxième tentative” boursière, “la situation est différente de ce qu’elle était en 2015″. “Le streaming musical est vraiment établi, il représente presque deux tiers des revenus de la musique enregistrée, ce qui n’était pas le cas avant”, avait-il expliqué.

“L’état dans lequel se trouve l’entreprise est aujourd’hui bien meilleur qu’il y a sept ans. L’entreprise a changé, le marché a changé: c’est le bon moment pour franchir cette étape et devenir une société cotée”, avait-il complété, tout en reconnaissant que le contexte est “difficile en ce moment” pour les valeurs technologiques sur les marchés financiers.

Pour réussir cette fois-ci, les principaux actionnaires de Deezer – notamment le milliardaire anglo-américain Len Blavatnik qui détient 43% des parts – ont choisi un système d’introduction moins risqué, via un Spac, un véhicule d’investissement.

Le Spac I2PO, fondé par la famille du milliardaire français François Pinault, l’homme d’affaires français Matthieu Pigasse et l’ancienne dirigeante de WarnerMedia, Iris Knobloch, elle aussi présente mardi chez Euronext, a levé des fonds en Bourse pour faciliter la cotation de Deezer et a déjà récolté 143 millions d’euros.

Moins de 10 millions d’abonnés

Lancé en 2007, le service français d’écoute musicale par abonnement revendique près de 30% du marché en France, mais ses 9,6 millions d’abonnés ne pèsent que 2% du marché mondial du streaming musical, loin derrière le leader Spotify (31% de parts de marché), Apple, Amazon et Tencent, selon le cabinet MIDiA.

La stratégie de Deezer, qui veut plus que doubler ses revenus d’ici à 2025, est de miser sur la musique, son univers et sa technologie, contrairement à Spotify qui multiplie les lancements de podcasts ou Amazon qui se concentre sur les livres audios.

Pour profiter de la croissance rapide du marché mondial du streaming (+26,4% d’utilisateurs en un an au second semestre 2021), Deezer compte surtout s’allier avec des acteurs déjà implantés dans plusieurs marchés clés pour s’appuyer sur des bases de clients déjà existantes: les opérateurs Orange en France et Tim au Brésil, ou encore le groupe RTL en Allemagne.

“Notre intention est de trouver des partenaires avec lesquels nous pouvons entrer sur de nouveaux marchés, car nous avons un produit extrêmement compétitif et, avec la bonne distribution, nous savons que nous pouvons conquérir des parts de marché et rivaliser avec les grands acteurs”, détaille Jeronimo Folgueira.

Si l’entreprise Believe, spécialisée dans l’accompagnement d’artistes et de labels indépendants, avait levé 300 millions d’euros lors de son introduction en juin 2021 ― une déception face au montant escompté initialement ―, Banijay, géant mondial de la télévision, et Betclic, poids lourd européen du pari sportif en ligne, ont réussi leur entrée en Bourse vendredi à Amsterdam.

Réunis sous le nom de FL Entertainment, groupe piloté par le magnat français de l’audiovisuel Stéphane Courbit, le titre regroupant les deux entités s’est apprécié de près de 5% pour son premier jour de cotation.

À voir également sur Le HuffPost: Drake rejoint les Backstreet Boys en concert et enflamme tout le monde

  • Hu chevron_right

    La "pause" de BTS a déjà des répercussions

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 15 June - 08:52 · 2 minutes

BTS perform during the 64th Annual Grammy Awards show in Las Vegas, Nevada, U.S. April 3, 2022. REUTERS/Mario Anzuoni BTS perform during the 64th Annual Grammy Awards show in Las Vegas, Nevada, U.S. April 3, 2022. REUTERS/Mario Anzuoni

ÉCONOMIE - Le cours en Bourse du label de BTS dégringolait ce mercredi 15 juin dans les premiers échanges à Séoul après que le groupe phare de K-pop a annoncé la veille au soir faire une pause .

L’action du label HYBE chutait de près de 27% à 10H40 (01H40 GMT), quelques heures après l’annonce de cette séparation.

Les sept artistes , qui généreraient de milliards de dollars pour l’économie sud-coréenne, ont dévoilé cette annonce explosive lors d’un dîner retransmis en ligne pour célébrer l’anniversaire du groupe.

L’action, déjà en baisse de près de 60% depuis le début de l’année, se dirigeait vers sa plus faible clôture depuis ses débuts sur les marchés en octobre 2020, réduisant ainsi sa valeur marchande de 1,6 milliard de dollars, selon Bloomberg News.

Le boys band a expliqué sa séparation par les pressions de la célébrité et du succès et une volonté de se concentrer sur des carrières solo.

Le label de BTS a connu une augmentation de ses bénéfices malgré la pandémie de Covid-19 et l’annulation de concerts, grâce notamment à des événements en ligne.

Quatre albums classés numéro 1

Le septuor est le premier groupe entièrement sud-coréen à dominer le classement des meilleurs singles du Billboard aux États-Unis, grâce à Dynamite , leur première chanson interprétée entièrement en anglais.

Ils sont aussi un des rares groupes depuis les Beatles à avoir sorti quatre albums qui se sont classés numéro un aux États-Unis en moins de deux ans.

Les artistes sud-coréens avaient été invités le 31 mai par le président Biden à la Maison Blanche pour dénoncer le racisme visant les personnes asiatiques aux Etats-Unis.

BTS, qui a sorti ce lundi 13 juin un album anthologie (“Proof”), avait déjà annoncé des “pauses” en 2019 et 2021.

À voir également sur Le HuffPost: Au concert de BTS en Corée du Sud, le public n’avait pas le droit de chanter

  • chevron_right

    Malgré son crash à 50 milliards, la tête brûlée de la crypto Do Kwon relance la machine Terra

    news.movim.eu / Numerama · Wednesday, 25 May - 05:35

[Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • chevron_right

    Une bataille sur Reddit a contribué à tuer un hedge fund

    news.movim.eu / Numerama · Friday, 20 May - 07:36

WallStreetBets Reddit

Un hedge fund, qui avait parié sur la mort d'une enseigne de jeu vidéo, est en train de disparaître. Le fonds d'investissement, qui avait subi de lourdes pertes après une vaste mobilisation d'internautes sur Reddit, n'a pas réussi à remonter la pente. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • chevron_right

    La série noire continue pour Rivian : Ford a vendu pour 400 millions d’actions en 7 jours

    news.movim.eu / Numerama · Monday, 16 May - 14:28

De l’introduction en bourse la plus flamboyante à une chute qui ne semble plus s’arrêter, Rivian semble cumuler les mauvaises nouvelles. Ford s’est séparé d’un volume d’actions important, ce qui n’est pas sans conséquence sur le cours de bourse de Rivian. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    Elon Musk suspend la procédure de rachat de Twitter

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 13 May - 10:29 · 2 minutes

Elon Musk, à Washington le 9 mars 2020 (photo d'archives). Elon Musk, à Washington le 9 mars 2020 (photo d'archives).

RÉSEAUX SOCIAUX - Signaux contradictoires. Le patron de Tesla et homme le plus riche de la planète, Elon Musk , a indiqué ce vendredi 13 mai suspendre le rachat de Twitter dans l’attente de détails sur la proportion de faux comptes sur le réseau social. Il a cependant ajouté 2 heures plus tard qu’il était “toujours engagé dans l’acquisition” du groupe.

Après avoir perdu jusqu’à près de 25% à la mi-journée, l’action du réseau social remontait largement dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de Wall Street.

Sur son compte Twitter, le magnat avait indiqué que l’accord était suspendu “dans l’attente de détails soutenant le calcul selon lequel les spams/faux comptes représentent effectivement moins de 5% des utilisateurs”. Contacté par l’AFP, Twitter n’a pas réagi dans l’immédiat.

Le conseil d’administration du réseau social aux gazouillis a accepté fin avril une offre de rachat de 44 milliards de dollars formulée par le fantasque dirigeant d’origine sud-africaine. Elon Musk avait alors promis de débarrasser Twitter des spams, d’authentifier les utilisateurs et de renforcer la transparence sans préciser comment il comptait mettre en œuvre ce projet.

L’entreprise a indiqué début mai, lors de la présentation de ses résultats trimestriels, compter en moyenne 229 millions d’utilisateurs quotidiens dit monétisables, c’est-à-dire exposés à de la publicité. Elle avait estimé à cette occasion que moins de 5% d’entre eux étaient des spams ou de faux comptes.

Elon Musk a également affirmé vouloir faire de la plateforme un bastion de la liberté d’expression et s’est dit prêt à réintégrer l’ancien président américain Donald Trump, dont le compte a été suspendu définitivement après l’attaque du Capitole en janvier 2021.

Depuis l’offre d’acquisition du patron de Tesla et SpaceX, la valeur boursière de Twitter a fondu de plusieurs milliards de dollars. Le titre s’échangeait vendredi à un peu plus de 36 dollars, bien en-dessous du prix d’achat de 54,20 dollars par action proposé par le milliardaire.

À voir également sur Le HuffPost: En 20 ans, SpaceX n’a pas toujours été l’entreprise à succès que l’on connaît