close
  • Hu chevron_right

    Guerre en Ukraine: Pink Floyd se retire des plateformes en Russie

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 12 March - 19:19 · 2 minutes

Dave Gilmour et Roger Waters, du groupe Pink Floyd, ici en 2005.

RUSSIE - Les fans russes de Pink Floyd vont être déçus. En réponse à la guerre lancée par Vladimir Poutine en Ukraine , le groupe de rock anglais a décidé de se retirer de toutes les plateformes musicales en Russie . Le groupe a annoncé la nouvelle sur Twitter vendredi 11 mars.

“Pour se tenir aux côtés du monde en condamnant fermement l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les œuvres de Pink Floyd , à partir de 1987, et tous les enregistrements solo de David Gilmour sont retirés de tous les fournisseurs de musique numérique en Russie et en Biélorussie à partir d’aujourd’hui (11 mars)”, a écrit le groupe.

Sur Twitter, David Gilmour avait déjà appelé à la paix quelques jours après le début de l’invasion russe, le 1er mars: “Soldats russes, s’il-vous-plaît, arrêtez de tuer vos frères. Il n’y aura aucun gagnant dans cette guerre. Ma belle-fille est Ukrainienne et mes petites-filles veulent visiter et connaitre leur beau pays. Arrêtez cela avant que tout soit détruit. Poutine doit s’en aller”.

Il accompagnait son message du clip de sa chanson “In Any Tongue”, datée de 2016. Cette année-là, il expliquait au Sun : C’est à propos de la futilité de (la guerre). Certaines personnes sont assises au Royaume-Uni ou aux États-Unis et font voler des drones au-dessus d’autres parties du monde. Ils sont assis dans le confort d’une petite salle de contrôle, jouent avec un joystick, (tuent des gens), puis rentrent chez eux et mangent un curry.”

D’autres artistes ont annoncé un boycott de la Russie en annulant des concerts, comme Green Day, Iggy Pop, ou encore Franz Ferdinand. De nombreuses entreprises ont aussi pris la décision de boycotter la Russie , à l’image de McDonald’s , Ikea , Disney, Apple, Coca-Cola ou encore Nike.

À voir également sur Le HuffPost: La star du basket américain Brittney Griner arrêtée en Russie

  • Hu chevron_right

    Maracineanu se rendra aux JO de Pékin malgré les appels au boycott

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 30 January, 2022 - 15:22 · 2 minutes

Ici, la piste de short track pour les JO de Pékin 2022 qui débutent le 4 février 2022. 

JEUX OLYMPIQUES - Contrairement aux États-Unis, au Canada ou au Royaume-Uni, la France se rendra aux JO d’hiver de Pékin . Le secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune , a annoncé ce dimanche 20 janvier que la ministre des Sports se rendra en Chine , malgré les appels à boycotter diplomatiquement l’événement du fait du traitement infligé aux Ouïghours .

“Il y aura une présence de la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, sans doute pas à la cérémonie d’ouverture, mais pour soutenir nos athlètes à un moment pendant ces JO”, a affirmé Clément Beaune, sur la radio RTL.

“La plupart des pays européens (...) ont la même stratégie d’avoir une présence nulle ou raisonnable, c’est-à-dire pas du niveau de chef d’État ou de gouvernement, à la cérémonie d’ouverture. Probablement pour nous, ce sera plus tard que la ministre déléguée aux Sports s’y rendra”, a-t-il poursuivi.

Samedi, une tribune signée par deux candidats à la présidentielle d’avril en France appelait le gouvernement français à n’envoyer aucun représentant aux Jeux olympiques de Pékin. “Personne ne doit aller en notre nom célébrer le régime des camps et des esclaves”, affirmait ce texte.

Un boycott diplomatique des Jeux fonctionne comme un “pistolet à eau pour donner un signal” ayant “très peu d’impact”, a estimé le secrétaire d’État français, qui privilégie d’autres mesures, bien plus “efficaces” ou “puissantes”.

Une résolution dénonçant le “génocide” des Ouïghours

Et de citer “une proposition de loi européenne pour interdire tous les produits issus du travail forcé sur les marchés européens” qui devrait être votée “sous présidence française” de l’UE. “Ça c’est directement concret pour dire aux Chinois non seulement notre mécontentement, mais qu’on arrête avec ces filières commerciales qui permettent le travail forcé des Ouïghours.”

Le 20 janvier, l’Assemblée nationale française a adopté une résolution dénonçant le “génocide” des Ouïghours par la Chine, à l’instar de textes similaires adoptés aux Pays-Bas, au Royaume-Uni ou encore au Canada. Une décision qualifiée d’“ingérence grossière dans les affaires intérieures chinoise” par son ministère des Affaires étrangères.

Des études occidentales, fondées sur des interprétations de documents officiels, des témoignages de victimes présumées et des extrapolations statistiques, accusent Pékin d’avoir interné dans des “camps” au moins un million de personnes , majoritairement ouïghoures, d’effectuer des stérilisations et avortements “forcés” ou encore d’imposer du “travail forcé”.

La Chine dément ces accusations et présente les “camps” comme des “centres de formation professionnelle” destinés à éloigner les habitants de l’extrémisme religieux. Ils seraient désormais fermés car tous les ”étudiants” auraient “achevé leur formation”.

À voir également sur Le HuffPost: Ces réfugiés ouïghours dénoncent le “silence” de la France

  • Hu chevron_right

    Contre les violences sexistes, le mouvement #BalancetonBar appelle au boycott des bars de Bruxelles

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 8 November, 2021 - 15:29 · 3 minutes

Une image d

VIOLENCES - Un collectif féministe appelle à une soirée de boycott des bars et à une manifestation vendredi à Bruxelles , jugeant que la question des agressions sexuelles dans ces lieux de sortie n’est pas assez prise au sérieux, selon un communiqué publié ce lundi 8 novembre.

A l’origine du hashtag #Balancetonbar, qui suscite depuis un mois sur Instagram une vague de témoignages de victimes d’agressions, ces militantes interpellent dans un courrier les 19 bourgmestres (maires, ndlr) de la région de Bruxelles.

Elles demandent le soutien du monde judiciaire et du milieu de la nuit pour lutter contre ce qu’elles présentent comme des “violences sexuelles systémiques” dans les bars et clubs de la capitale belge.

“Nous exigeons de vivre sans le poids d’être en danger perpétuellement et en tous lieux. Nous voulons un changement radical et immédiat, car ce fléau sévit depuis de trop nombreux siècles et nous ne pouvons plus le tolérer”, écrit dans cette lettre le collectif baptisé “Union féministe inclusive et autogérée” (Ufia), mêlant associations et activistes défendant les femmes et les minorités de genres (LGBTQIA+).

“Ce n’est plus tolérable”

Les autorités doivent notamment pouvoir “identifier, ficher et sanctionner systématiquement les établissements et membres du personnel problématiques” dès qu’un signalement de violences sexuelles leur est fourni, estime l’Ufia.

“Ces mouvements nous disent que ce n’est plus tolérable : c’est ça le point de bascule, a réagi auprès du Monde la secrétaire d’Etat à l’égalité des genres, Sarah Schlitz. C’est quand les victimes n’ont plus peur de parler, qu’on avance vers une société moins violente. Et il faut que la réponse sociétale et étatique soit à la hauteur”.

Quant à l’appel au boycott pour vendredi 12 novembre, il est justifié ainsi dans une vidéo où une membre du collectif s’adresse, visage caché, à un patron de bar: “la seule manière de te faire réagir est de toucher à ton précieux porte-monnaie”. Le rassemblement est prévu à 20h vendredi dans le centre de Bruxelles.

Ce mouvement, qui a essaimé en France, est né au début de l’automne en Belgique quand ont été rendus publics plusieurs cas d’agressions contre des femmes dans deux bars d’un quartier étudiant d’Ixelles, non loin du campus de l’Université libre de Bruxelles.

Un phénomène qui dépasse les frontières belges

Car “le phénomène dépasse les frontières de la Belgique”, estime Léa, qui confie au Monde avoir été droguée et violée en 2012 à Barcelone. Dans un article de franceinfo publié ce lundi 8 novembre, plusieurs femmes à travers la France racontent avoir été droguées à leur insu, la plupart au GHB, dite “la drogue du violeur”.

Certaines femmes soupçonnent leur agresseur présumé, barman ou membre du personnel, de les avoir droguées à leur insu avant de passer à l’acte. Et nos confrères assurent que ce phénomène est en hausse: ”À Montpellier, par exemple, 50 témoignages ont été reçus en quelques semaines par l’association générale des étudiants montpelliérains”, assurent-ils.

Plusieurs plaintes ont été déposées, a indiqué le mois dernier le parquet de Bruxelles, qui a ouvert une enquête. Sollicité lundi par l’ AFP , le parquet a refusé de s’exprimer sur les investigations en cours.

Comme pour chaque plainte concernant des infractions sexuelles, les enquêteurs travaillent de manière “approfondie et minutieuse” en respectant la présomption d’innocence du ou des suspects, avait dû se justifier le parquet dans un communiqué le 20 octobre. La justice était alors déjà accusée de ne pas traiter les plaintes suffisamment sérieusement.

À voir également sur Le HuffPost : Macron salue “l’esprit de responsabilité” de l’Église après le rapport Sauvé

  • chevron_right

    Jauge de 50 personnes supprimée

    eyome · Friday, 6 August, 2021 - 12:38

“C’est une catastrophe industrielle pour les éditeurs-distributeurs de films qui avaient fait le pari de relancer le marché cinématographique en plein été, au bénéfice de toute la filière. Ils ont pris tous les risques en investissant dans les œuvres et dans leur promotion, afin de proposer une offre riche et diversifiée à destination de tous les publics”, ajoute la FNEF dans un communiqué mis en ligne ce jeudi.

Tant pis, boycottez comme jamais les endroits où le pass sanitaire est appliqué, votre vie en dépend.

Et ce n’est pas exagéré.

#France, #Politique, #fr, #Covid, #Vaccin, #Boycott, #PassSanitaire.

Boycott.

#Boycott

  • Boycott

    Le boycott ou boycottage est le refus collectif et systématique d'acheter ou de vendre les produits ou services d'une entreprise ou d'une nation pour marquer une hostilité et faire pression sur elle. Le terme boycott peut aussi s'utiliser pour désigner le refus collectif de participer à des élections ou à des événements. Le boycott commercial d'une nation par une autre nation, assimilable à un blocus ou à un embargo, est contraire à la Charte de l'Organisation des nations unies qui le considère comme un acte d'hostilité susceptible de justifier une guerre. Histoire Le terme vient du nom de Charles Cunningham Boycott (1832-1897), intendant d'un riche propriétaire terrien du comté de Mayo, en Irlande de l'Ouest, durant le XIXe siècle : comme il traitait mal ses fermiers, il subit un ostracisme et un blocus de leur part en 1880. Le mot boycott se répandit par voie de presse et « boycottage » fit son entrée en France en 1881, officialisant une pratique qui existait depuis des siècles, puis est devenu « boycott » récemment...