close
  • chevron_right

    Leica’s new camera puts skill back into focus

    news.movim.eu / ArsTechnica · Sunday, 27 March - 11:30 · 1 minute

Leica’s new camera puts skill back into focus

Enlarge (credit: Leica)

Leica's new M11 digital rangefinder camera may as well come from an entirely different era. Don't get me wrong; the technology inside of it makes it feel plenty modern. The M11 has a high-resolution sensor (a 60-megapixel backside-illuminated full-frame CMOS sensor to be precise), sophisticated metering tools, and even some of the usual digital accoutrements of cameras in our age. But in many ways, it works like the film cameras your parents owned. It thumbs its nose at autofocus, it doesn't capture video, and it's perfectly happy to accept lenses that are decades old.

More than that though, the Leica M11 just feels like, well, an old Leica. The new M11 is very much true to the heritage of the M series camera, which launched in the 1950s and went digital in 2006. It's compact and understated, a box to which you attach a lens.

leica2-640x480.jpg

(credit: Leica)

The M11 is also true to its legacy when it comes to price, which is high. The retail price of $8,995 is more than most of us are ever going to spend on a camera. And that price is just for the camera body; Leica lenses, which range from $2,500 to $12,000, are sold separately. But even for those of us who cannot afford and will never own a Leica M11, I think this is a device we should notice and talk about. It deserves more discussion than a simple product review.

Read 12 remaining paragraphs | Comments

  • chevron_right

    Hubble update: One camera back, more to come

    news.movim.eu / ArsTechnica · Thursday, 18 November, 2021 - 23:27 · 1 minute

Hubble Space Telescope above Earth, photographed during STS-125, Servicing Mission 4, May 2009.

Enlarge / Hubble Space Telescope above Earth, photographed during STS-125, Servicing Mission 4, May 2009. (credit: NASA )

Earlier this month, NASA announced that the scientific instruments aboard the Hubble Space Telescope had been left in safe mode after a series of problems with the timing signals that coordinate their activity. While NASA is still uncertain about the cause of the problem, it has already returned one camera to operations and plans to bring a second online shortly.

Meanwhile, the agency is making plans for updates that would make all instruments less sensitive to failures of the timing signals. But, since it can't figure out the source of the problems, and the problem hasn't recurred recently, it's moving very cautiously.

It’s all in the timing

Each of the Hubble's four major scientific instruments has its own control hardware; to get all of them to play nicely with each other, the telescope uses a synchronization signal to ensure that all activities operate on the same timeline. Late in October, some of these synchronization messages weren't received, which caused the instruments to go into what's called safe mode, meaning they stop collecting data. After the problem recurred, the instruments were left in that mode while controllers tried to discern what was happening.

Read 4 remaining paragraphs | Comments

index?i=UeSb9hC9E34:3oAAl84Tgmw:V_sGLiPBpWUindex?i=UeSb9hC9E34:3oAAl84Tgmw:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Ga chevron_right

    Infinix’s new Zero X series comes with high refresh rate displays and 5x periscope zoom camera - Zoom is probably the next Frontier for Mobile Phone Cameras

    Danie van der Merwe · news.movim.eu / gadgeteerza-tech-blog · Monday, 13 September, 2021 - 15:13

Megapixels are increasing, and we've seen wider angles, but the next differentiator will probably be optical zoom capability, as megapixels can only do so much without real optical capability. Optical zoom, along with really wide angle, and macro capability are what holds mobile phone cameras well back from DSLRs, yet many prefer to use their phones as they always have them close but due to their compact size.

So we see Infinix's Zero X now has a 5x optical zoom, and tomorrow will tell if Apple has made any real differences to their iPhone.

See https://www.xda-developers.com/infinix-zero-x-series-announced/

#technology #cameras #mobilephone #photography #zoom

  • Hu chevron_right

    Pour veiller au port du masque dans les transports, vous êtes filmés

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 11 March, 2021 - 13:50 · 1 minute

À Paris, des Français sur la ligne 13 du métro le plus 4 novembre 2020, portent un masque pour lutter contre le Covid-19

PORT DU MASQUE - Veillez à bien porter votre masque dans les transports... vous pouvez être filmés. Les images d’usagers dans les transports , collectées pour évaluer le taux de port du masque dans le cadre de la pandémie du Covid-19 , ne doivent pas être stockées ou transmises à des tiers, et doivent être “instantanément anonymisées”, rappelle un décret paru ce jeudi 11 mars au Journal officiel.

Lorsque le port du masque est imposé “dans les véhicules ou les espaces accessibles au public et affectés au transport public de voyageurs, les exploitants de services de transport public collectif de voyageurs ainsi que les gestionnaires des espaces affectés à ces services veillent au respect de cette obligation”, rappelle en préambule le texte.

Les systèmes de vidéoprotection utilisés peuvent ainsi servir pour l’”évaluation statistique” concernant le respect du port du masque des usagers afin de freiner l’épidémie de Covid-19, et permettre l’“adaptation des actions d’information et de sensibilisation du public”.

Images transformées en données anonymes

Mais les exploitants et les gestionnaires doivent s’assurer que “les images collectées exclusivement par des caméras fixes situées dans les véhicules ou les espaces accessibles au public affectés au transport public de voyageurs, ne font l’objet ni de stockage ni de transmission à des tiers”, souligne le décret.

“Ces images sont instantanément transformées en données anonymes afin d’établir le pourcentage de personnes s’acquittant de l’obligation de port d’un masque de protection”, tient à préciser le texte.

Il est également rappelé que l’exploitation des données “ne porte que sur le nombre de personnes détectées et le pourcentage de ces personnes qui portent un masque, à l’exclusion de toute autre donnée permettant de classer ou de ré-identifier les personnes”.

À voir également sur le HuffPost: Votre masque chirurgical est trop grand? Une astuce existe

  • chevron_right

    San Diego’s spying streetlights stuck switched “on,” despite directive

    news.movim.eu / ArsTechnica · Friday, 6 November, 2020 - 19:35

Two of San Diego

Enlarge / Two of San Diego's camera-equipped smart streetlights at twilight in August, 2020. (credit: Bing Guan | Bloomberg | Getty Images )

Over the past few years, streetlights in the city of San Diego have become "smart," equipped with a slate of cameras and sensors that report back data on the city and its denizens. Following protests from privacy activists, the city mayor ordered the network disabled for the time being—but it turns out that city staff can't turn the cameras off just yet without plunging the city into literal darkness.

Thousands of streetlight cameras were supposed to be disabled this fall, the Voice of San Diego reports , but there is no software switch for doing so. In lieu of disabling the cameras, the vendor responsible for them at the time instead simply cut off the city's network access to the devices.

The Smart Streetlight project began five years ago, in 2015, when San Diego Mayor Kevin Faulconer announced ( PDF ) a new "partnership" with GE Lighting to deploy "a software-defined lighting technology that will help San Diego solve some of the city's infrastructure challenges."

Read 8 remaining paragraphs | Comments

index?i=evSWLWMwMEI:8SlsDgBAqcs:V_sGLiPBpWUindex?i=evSWLWMwMEI:8SlsDgBAqcs:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Hu chevron_right

    À Paris, les caméras thermiques de la RATP désactivées car trop intrusives

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 22 June, 2020 - 19:59 · 3 minutes

ACTUALITÉS -  Elle ne seront restées qu’un mois et demi. Les caméras thermiques de la RATP destinées à mesurer la température, à vérifier le port du masque , ou à s’assurer du respect de la distanciation sociale , dans le métro parisien, dans le cadre de la lutte contre le Covid-1 , ont été désactivées, a relayé BMTV , ce lundi 22 juin.

Dans un communiqué transmis au HuffPost , la RATP a expliqué que depuis le 12 juin cette dernière “a décidé de suspendre temporairement, l’expérimentation sur la détection du port du masque à Châtelet afin de compléter le dispositif de droit d’opposition tel que demandé par la CNIL ”.

En effet, la régie des transports parisiens a lancé une expérimentation pour évaluer si ses clients portent bien un masque, et les défenseurs des libertés, notamment la Cnil, se sont inquiétés. “Si la Cnil est pleinement consciente de la situation sanitaire, il lui apparaît cependant que certains dispositifs envisagés ne respectent pas le cadre légal applicable à la protection des données personnelles ”, a-t-elle précisé dans un communiqué le 17 juin.

“Leur développement incontrôlé présente le risque de généraliser un sentiment de surveillance chez les citoyens, de créer un phénomène d’accoutumance et de banalisation de technologies intrusives, et d’engendrer une surveillance accrue, susceptible de porter atteinte au bon fonctionnement de notre société démocratique”, a ajouté la commission, reprenant à son compte l’un des arguments des opposants aux technologies de traçage.

Ces dispositifs “conduisent le plus souvent soit à traiter des données sensibles sans le consentement des intéressés (notamment la température), soit à écarter le droit d’opposition”, a prévenu aussi la Cnil, qui demande un “encadrement normatif spécifique”.

“Il ne s’agit pas d’un dispositif de reconnaissance faciale”

Pour Martin Drago, juriste pour l’association La Quadrature du Net pas de doute, “cet algorithme va traiter des données biométriques pour voir si vous avez un masque ou pas”, ce que que le règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne interdit, sauf si les personnes concernées sont consentantes ou si une loi spécifique est adoptée, rappelle-t-il.

La RATP affirme au contraire que son détecteur de masques respecte “scrupuleusement” le RGPD, puisque les images ne sont “ni stockées, ni diffusées”.

“Il ne s’agit pas d’un dispositif de reconnaissance faciale; en effet, l’algorithme n’effectue aucune analyse ou calcul des caractéristiques du visage, mais procède par comparaison d’une image témoin”, fait-elle valoir.

Quel est le dispositif?

Depuis le 6 mai, 6 caméras (et bientôt 12) de la station souterraine Châtelet-Les Halles sont équipées d’un boîtier connecté à une salle de contrôles. “Ces six petits ordinateurs transforment les images en ‘data’ et envoient les informations toutes les 15 minutes”, explique Xavier Fischer, PDG de Datakalab, la start-up parisienne qui a mis au point la technologie.

Un algorithme permet ensuite de détecter le port du masque chez les usagers filmés.  Pourquoi 15 minutes de délai? Pour garantir l’anonymat des usagers. “Si vous passez à 10H12, l’information ne va remonter qu’à 10H27 de façon à ne faire que de la statistique et ne jamais remonter à une personne”, détaille Xavier Fischer. Cryptées via le chiffrement VPN, les données vont être compilées par la RATP qui dit vouloir les utiliser pour “mesurer l’évolution jour après jour du port du masque”.

Contactée par BFM Tech, la société Datakalab n’indique pas encore de quelle manière ses caméras pourront s’assurer du consentement des usagers de la RATP, ni même quand l’expérimentation pourrait reprendre.

À voir également sur Le HuffPost: Face à la remontée des cas, Pékin installe un laboratoire gonflable de dépistage du coronavirus