close
  • Hu chevron_right

    Mostra de Venise: Canal+ obtient les droits de retransmission

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 26 July - 13:38 · 2 minutes

Canal+ obtient les droits exclusifs de retransmission de la Mostra de Venise pour les deux prochaines éditions. Canal+ obtient les droits exclusifs de retransmission de la Mostra de Venise pour les deux prochaines éditions.

TÉLÉVISION - Si ce n’est pas la Croisette, alors ce sera la Cité des Doges. Canal+ vient d’obtenir les droits exclusifs de retransmission de la Mostra de Venise , et ce pour les deux prochaines éditions, a annoncé la chaîne dans un communiqué ce mardi 26 juillet.

Grâce à un accord avec la RaiCom (partenaire média officiel du Festival depuis 2003), elle devient ainsi l’unique diffuseur en France, “ainsi que dans plusieurs autres pays en Europe et en Afrique”, précise le communiqué.

Avec la Mostra, la chaîne reprend du service dans les cérémonies récompensant le cinéma. Elle aura à Venise un accès exclusif au tapis rouge, ainsi qu’aux cérémonies d’ouverture et de clôture. La chaîne proposera également une émission quotidienne sur l’actualité du festival, présentée par Antoine de Caunes depuis la Sérénissime.

Ce nouvel accord permet à Canal+ de rebondir après l a fin d’un partenariat historique avec le Festival de Cannes . La chaîne cryptée n’était en effet pas présente sur le tapis rouge en mai dernier pour la première fois en 28 ans, laissant l’antenne à France Télévisions et Brut.

Une sélection de haut vol

Cette année, le Festival International du Film de Venise, qui se déroulera du 31 août au 10 septembre 2022, promet un casting de haut vol.

La sélection officielle a été dévoilée ce mardi 26 juillet. Dans les films en compétition, on retrouve Tár, de Todd Field, avec notamment Cate Blanchett mais également Don’t Worry Darling, d’Olivia Wilde, avec Florence Pugh et Harry Styles.

La Mostra marquera le retour de Timothée Chalamet et Luca Guadagnino (le réalisateur de Call me by your name ) pour le film Bones and all. Au programme également: l’avant-première de Blonde, le biopic sur Marilyn Monroe réalisé par Andrew Dominik, et White Noise de Noah Baumbach en ouverture, avec Adam Driver et Greta Gerwig.

Virginie Efira sera aussi du voyage, dans le rôle principal du film français Les Enfants des autres, réalisé par Rebecca Zlotowski.

Le jury de la compétition 2022 sera présidé par l’actrice Julianne Moore. Elle sera notamment entourée par Audrey Diwan, la réalisatrice française qui a remporté le Lion d’or en 2021 pour le film L’Événement .

À voir également sur Le HuffPost : Cannes 2022: les grands vainqueurs du 75e Festival

  • Hu chevron_right

    Jamel Debbouze va revenir avec la sitcom "Terminal" sur Canal+

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 19 July - 18:40 · 1 minute

Jamel Debouze revient avec une sitcom pour Canal+, appelée Jamel Debouze revient avec une sitcom pour Canal+, appelée "Terminal".

TÉLÉVISION - Jamel Debbouze bientôt de retour à la télévision. Invité d’Europe 1 ce mardi 19 juillet à quelques heures de la diffusion du Marrakech du rire sur M6, l’humoriste a annoncé l’arrivée prochaine de sa sitcom appelée Terminal sur Canal+ .

“J’ai une très bonne nouvelle. Je vais réaliser une petite série, une sitcom, exactement comme pour H ”, la série humoristique sur l’hôpital diffusée entre 1998 et 2002 sur la chaîne cryptée et aujourd’hui disponible sur Netflix . “Je suis très très fier et on espère toucher du doigt ce qu’on a pu faire avec H”, a-t-il ajouté. Cette sitcom l’avait révélé auprès du grand public, aux côtés de ses compères Éric Judor et Ramzy Bedia.

Pas de retour de la série “H”

S’il avait déjà évoqué ce projet dans une interview au Monde en juin, l’information était passée plutôt inaperçue. Cette fois, Jamel Debbouze détaille: ″Ça va se passer dans un aéroport, ça s’appelle Terminal . Ça sera filmé en public, avec la nouvelle génération de comiques que vous avez certainement vue sur la scène du Marrakech du rire [le festival humoristique qu’il a créé en 2011, NDLR], entre autres.”

Jamel Debbouze sera à la fois producteur et comédien, mais aucune date de diffusion n’est encore actée. “J’attends le greenlight [le feu vert]”, explique-t-il. En revanche, il exclut à ce stade un reboot de H: “C’est quelque chose que l’on n’a pas envie de déflorer. C’était une série qui correspondait à un moment. J’ai peur que si on remet les costumes ce soit déceptif.”

À voir également aussi sur le Huffpost: L’ironie du Prince Harry vis-à-vis de sa calvitie naissante va parler à beaucoup d’hommes

  • Hu chevron_right

    Contre la vie chère, ils détournent cette scène du Flambeau

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 7 July - 10:08 · 2 minutes

Le portrait d'Annick dans Le Flambeau a été détourné par les internautes pour dénoncer le coût de la vie. Le portrait d'Annick dans Le Flambeau a été détourné par les internautes pour dénoncer le coût de la vie.

SERIES - Les scènes parodiques de La Flamme étaient déjà devenues virales, se transformant en mèmes sur les réseaux sociaux. Celles du Flambeau , série toujours chapeautée par l’acteur Jonathan Cohen , sont en passe de faire de même.

Alors que les derniers épisodes de la pastiche de Koh-Lanta ont été diffusés le 6 juin dernier sur Canal+, certains extraits continuent d’être détournés sur les réseaux sociaux. Parmi eux: le portrait d’Annick - interprétée à l’écran par Laura Felpin - 28 ans et “intervenante cirque” très précaire.

Une scène dont les internautes n’ont pas hésité à se saisir sur Twitter pour dénoncer le coût de la vie , alors que l’inflation a atteint au mois de juin les 5,8% en France.

L’occasion de rappeler notamment que le prix des carburants en France, l’essence et le diesel se situe toujours au-dessus de la barre des deux euros.

Certains internautes ont aussi détourné l’extrait pour dénoncer les faibles rémunérations perçues par certaines professions. “Approchez messieurs-dames, c’est gratuit”, répond en écho Annick dans l’extrait, avec un faux sourire.

D’autres internautes ont, quant à eux, partagé l’extrait pour illustrer la situation financière délicate dans laquelle ils se trouvent et illustrer -satiriquement- comment ils y survivent.

A voir également sur Le HuffPost: Marc du “Flambeau” était partout à la marche des fiertés

  • Hu chevron_right

    La série "Hippocrate" de Canal+ racontait la crise à l’hôpital avant la mission Flash de Macron

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 2 July - 18:00 · 6 minutes

L'acteur Bouli Lanners, dans le rôle du chef de service des urgences Olivier Brun L'acteur Bouli Lanners, dans le rôle du chef de service des urgences Olivier Brun

SÉRIES - Une métaphore sans équivoque d’un “hôpital qui s’abime, se noie”, et de soignants débordés qui ne peuvent “qu’écoper”. C’est avec ces mots que Thomas Lilti, médecin généraliste avant de devenir réalisateur, décrivait la saison 2 de Hippocrate au moment de sa diffusion sur Canal+.

Un an plus tard, alors que les recommandations d’une mission flash sur les urgences hospitalières - commandée par le président de la République - viennent d’être retenues par la Première ministre Élisabeth Borne, on ne peut s’empêcher d’y repenser. Et de conseiller à ceux qui ne comprennent pas l’ampleur de cette crise de regarder les huit épisodes, toujours disponibles sur myCanal.

Car si Thomas Lilti avouait “douter qu’un président de la République déclare un jour: ‘Dis donc, j’ai vu le dernier Lilti, il faut qu’on change tout pour l’hôpital !’”, dans un entretien à Télérama , reste que sa série - très réussie - “peut devenir un outil de dialogue”: “Je reçois des témoignages de soignants qui me disent que leurs proches ont pu avoir une meilleure appréhension de leur travail grâce à mes films (...) C’est déjà beaucoup.”

La saison 2 d’ Hippocrate s’ouvre sur une catastrophe: c’est l’hiver, les hôpitaux sont submergés, une canalisation saute et inonde le service des urgences de l’hôpital Poincaré. Les soignants comme les malades se replient alors en médecine interne, où travaillent Chloé (Louise Bourgoin), Hugo (Zacharie Chasseriaud) et Alyson (Alice Belaïdi), les jeunes héros de la saison 1.

Écrite et en partie tournée avec la crise de la Covid-19, elle montre “un service au bord de l’implosion. Un hôpital déjà en souffrance où le moindre accroc peut se transformer en catastrophe. C’est violent, douloureux, mais c’est aussi ce qui fait la puissance de ce métier”, assurait Thomas Lilti lorsqu’on le rencontrait en visio en mars 2021. Le réalisme du monde hospitalier, le réalisateur le connaît bien. Avant de se tourner vers le cinéma avec Médecin de campagne ou Première année , il a été médecin généraliste.

Et alors que le premier confinement interrompait brutalement le tournage de cette saison dans une aile désaffectée de l’hôpital Robert-Ballanger à Aulnay-sous-Bois, le cinéaste n’a eu qu’à “pousser deux portes” pour prêter main forte en tant que médecin bénévole. “La première chose à laquelle j’ai assisté quand j’ai repris à l’hôpital, c’est le tri des patients”, racontait-il. ”Ça a été terrible pour moi, et ça l’est pour tous les soignants. Comment on décide? Sur quels critères? Le tri fait partie de la vie hospitalière et ce n’est pas anodin.”

Même si le Covid-19 n’en est pas la raison - l’épidémie n’est évoquée que dans le 8e et dernier épisode réécrit en cours de route - cette lourde tâche du tri des patients est évoquée au travers d’un épisode. Alors que de très nombreuses victimes d’une intoxication au monoxyde de carbone affluent, les internes ne pourront envoyer que trois patients dans un caisson hyperbare, qui permet principalement d’accroître l’oxygénation des tissus. Et ils devront porter sur leurs épaules la charge de ces choix.

Aujourd’hui, parmi les 41 recommandations de la mission flash, le docteur François Braun, chef de pôle au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France, préconise de “réguler les admissions”, soit avec un “triage paramédical à l’entrée” des urgences, soit par une “régulation médicale préalable systématique” par le standard téléphonique du Samu.

Le rapport suggère même de limiter par endroits l’accès aux seules “urgences vitales”, en particulier la nuit, cette “suspension d’activité partielle” devant permettre de “mutualiser les moyens de plusieurs services sur un seul site”.

Karim Leklou (Arben Bascha) et Zacharie Chasseriaud (Hugo Wagner) Karim Leklou (Arben Bascha) et Zacharie Chasseriaud (Hugo Wagner)

Soigner dans “l’urgence permanente”

À part dans le calme oppressant de l’étroit caisson hyperbare - qui est un lieu symbolique de cette saison 2 - le bruit, le stress, l’urgence ne s’arrêtent jamais dans les 8 derniers épisodes de la série. Au flux incessant des patients et au manque de matériel ou de place, s’ajoute un nouveau chef des urgences, le docteur Brun (incarné par Bouli Lanners), médecin investi et charismatique, mais aussi ultra exigeant et au management parfois brutal.

“L’institution va trop vite”, commentait le réalisateur. “Le système fait qu’on n’a pas le droit de ne pas être à la hauteur quand on est jeune médecin. Et la peur de décevoir, de mal faire, de se tromper ont tendance à empêcher le dialogue et la parole”. Et quand l’hôpital est en crise, les conditions de travail sont d’autant plus difficiles: “Ce qui fait souffrir les soignants, c’est surtout de ne pas pouvoir bien faire leur travail. C’est ça le sentiment le plus douloureux”.

À travers les personnages de Hugo ou Igor dont la grande souffrance psychologique les conduit à des drames, Thomas Lilti - qui a déjà signé pour une saison 3 - illustre aussi le mal être des soignants. “L’hôpital public ne prend pas soin de nos soignants”, soufflait-il, “or quand on ne prend pas soin de ses soignants, on ne prend pas soin de ses malades”.

Là encore cela fait écho aux recommandations de la mission flash qui, en plus de bras supplémentaires, réclame des efforts budgétaires pour mieux payer les personnels hospitaliers, avec une revalorisation du travail de nuit ainsi qu’une prime pour les équipes des urgences psychiatriques, pédiatriques et gynécologiques. Et idem pour les médecins libéraux à la régulation et en consultation. Élisabeth Borne a depuis confirmé ce “complément de rémunération”.

Parce que ces épisodes d’Hippocrate ”épousent les secousses majeures” subies par l’hôpital ces dernières années, les acteurs Alice Belaïdi, Louise Bourgoin, Karim Leklou ou encore Bouli Lanners assuraient que le tournage leur avait tous fait “prendre conscience de l’urgence permanente” dans laquelle exercent les soignants et “ouvert les yeux sur l’effondrement d’un système”. Pourvu que le ou la future ministre de la Santé, qui doit succéder à Brigitte Bourguignon dans les jours qui viennent, ait déjà fait de même.

À voir également sur Le HuffPost: Ces soignants en ont marre du bla-bla face à la crise de l’hôpital

  • Hu chevron_right

    Bertrand Usclat fait ses adieux à "Broute" en chanson

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 24 June - 13:26 · 2 minutes

Bertrand Usclat a imaginé une chanson pour faire ses adieux à Broute, son format vidéo parodiant le média Brut et l'actualité de manière générale. Bertrand Usclat a imaginé une chanson pour faire ses adieux à Broute, son format vidéo parodiant le média Brut et l'actualité de manière générale.

TÉLÉVISION - Clap de fin pour le format parodique de Canal+ . Présent pendant près de quatre ans à l’antenne et sur les réseaux sociaux , Broute a tiré sa révérence ce vendredi 24 juin.

Bertrand Usclat , créateur du concept parodique singeant l’actualité et les médias, a annoncé la fin de Broute dans une vidéo dont il a le secret: une balade musicale pleine d’humour, reprenant quelques-uns des sujets qui ont alimenté la capsule vidéo depuis 2018.

“C’était fou. C’était une des plus belles périodes de ma vie. Vraiment, merci”, a écrit sur Twitter le créateur de la capsule parodique pour accompagner cette ultime vidéo.

Avec cette chanson de quatre minutes, il en profite pour dire adieu au concept décalé et parfois grinçant de Broute , comme il l’explique lui-même dans les paroles de la chanson: “Si c’est devenu quelque chose, c’est que c’est parti de rien, tout faire pour que ça marche et arrêter quand ça marche... enfin...” Une manière de dire au revoir à son public qui n’est pas sans rappeler Bref , un autre format court de Canal + qui avait prit fin de manière abrupte en 2012.

Une première pause avant la fin définitive

Le format imaginé par Bertand Usclat avait déjà connu un premier coup d’arrêt le 24 décembre 2021 . Un première annonce de pause pour “travailler sur des trucs, et de me reposer sur d’autres”, expliquait alors l’humoriste parisien.

Pendant plus d’un mois, aucune vidéo n’avait été publiée. Et ce jusqu’à la mise en ligne d’une nouvelle parodie orchestrée par Thomas Njigol début février, dans laquelle le comédien se jouait des clichés sur les livreurs de colis.

Six mois après cette première pause, cette fois, c’est bien la fin pour ce format parodique du média Brut , n’hésitant pas à balayer tous les sujets de l’actualité nationale et internationale: des violences policières durant les manifestations de gilets jaunes en passant par la dark kitchen ou encore “The Vote”, caricature du télé-crochet de TF1 , imaginée à l’occasion de l’élection présidentielle française.

Mais Bertrand Usclat n’était pas seul à imaginer et jouer dans ces vidéos. Avec lui travaillaient plusieurs autres membres du collectif Yes vous aime, comme Pauline Clément, Johann Cuny ou Moustafa Benaibout. Un collectif d’humoriste bien connu sur YouTube depuis 2012, où la bande s’était déjà fait remarquer pour son humour, teinté de messages engagés.

À voir également sur Le HuffPost: Pour des conseils de vie, cette grand-mère de 92 ans est tout ce dont vous avez besoin

  • Hu chevron_right

    Canal+ suspend la diffusion de la chaîne porno Jacquie et Michel TV

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 20 June - 19:46 · 2 minutes

L'entrée du siège de Canal+, à Boulogne-Billancourt, le 16 avril 2021. (photo d'illustration) L'entrée du siège de Canal+, à Boulogne-Billancourt, le 16 avril 2021. (photo d'illustration)

MÉDIAS - Canal+ a suspendu la diffusion de la chaîne porno Jacquie et Michel TV sur ses bouquets après la mise en examen pour complicité de viol vendredi du propriétaire du site du même nom, a annoncé ce lundi 20 juin le groupe.

“Compte tenu des éléments d’actualité concernant le groupe éditant la chaîne Jacquie et Michel TV et dans l’attente d’informations complémentaires, le groupe Canal+ a décidé d’en suspendre la diffusion”, indique ce dernier dans un communiqué.

Cette suspension “est effective en France depuis vendredi 17 juin”.

Sollicité par l’AFP, le groupe Canal+ n’a pas souhaité préciser combien de personnes étaient abonnées à la chaîne. Elle avait été lancée le 23 juin 2020 et était diffusée en exclusivité sur les bouquets de Canal+.

Incluse dans l’offre la plus complète (Intégrale+) et intégrée au sein d’un pack de chaînes pour adultes à 18 euros par mois, Jacquie et Michel TV était également disponible en option seule à 6 euros par mois.

Du contenu de minuit à 5h du matin

Selon le descriptif des offres Canal+, Jacquie et Michel TV était diffusée “tous les jours, de minuit à cinq heures du matin”, et proposait des vidéos amateurs ainsi que des reportages et interviews sur le monde du porno.

Interpellé le 14 juin avec son épouse et trois hommes dans le cadre d’une vaste enquête sur des soupçons de dérives dans le porno amateur, le propriétaire du site Jacquie et Michel, Michel Piron, 64 ans, a été mis en examen vendredi pour complicité de viol et traite d’être humain en bande organisée.

L’avocat du groupe Arès, présidé par Michel Piron et détenteur du site pornographique, a affirmé qu’il était reproché à Michel Piron “des faits -contestés- concernant une seule plaignante, en 2013”.

Fondé en 1999, Jacquie et Michel a bâti son succès sur l’achat à petits prix de vidéos amateur en France, avant de professionnaliser peu à peu sa production pour en venir à concurrencer Dorcel parmi les leaders de l’industrie pornographique.

À voir également sur Le HuffPost : Une boutique Jacquie & Michel à Paris visée par une manif anti-porno

  • Hu chevron_right

    Canal+ va augmenter le prix de certains abonnements

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 13 June - 22:17 · 1 minute

L'entrée du siège de Canal+, à Boulogne-Billancourt, le 16 avril 2021. L'entrée du siège de Canal+, à Boulogne-Billancourt, le 16 avril 2021.

TÉLÉVISION - Le taux de TVA de certaines offres de Canal+ va doubler et entraîner une hausse de ces abonnements, assurent ce lundi 13 juin Les Échos , la chaîne cryptée indiquant seulement qu’elle notifiera “l’impact précis” à ses abonnés.

Canal+ a confirmé à l’AFP “avoir été informé par les autorités fiscales le 21 avril (...) que le taux de TVA applicable à certaines de ses offres serait désormais de 20% et non plus de 10%”.

La chaîne dit analyser “la portée et les conséquences de ce courrier, et notamment les voies de recours possibles”.

Ses abonnés “seront notifiés de l’impact précis sur leur tarif de cette hausse du taux de TVA dans les délais prévus par les conditions générales d’abonnement”, affirme le groupe, sans donner plus de précisions.

Deux euros de plus

Selon Les Échos , la “hausse concerne Canal+, la chaîne cryptée, qui sert ensuite de socle aux offres sports et ciné séries. En moyenne, elle va passer de 20 à 22 euros par mois”.

Ne sont pas concernés, selon le journal, “ Netflix et Disney+ , que Canal distribue, (et qui sont) déjà soumis à une TVA de 20% qui ne change pas”, ni Canal+ Séries. BeIN, “chaîne de sport essentiellement consultée en direct, reste de son côté à 10%”, soulignent Les Échos .

“Pour les abonnés non engagés (qui peuvent résilier à tout moment), la facture va augmenter dans quelques mois quand la mesure entrera en vigueur, de même que pour les abonnés nouvellement recrutés par la chaîne”, ajoutent Les Échos .

En revanche, précise le journal, “pour les abonnés engagés pour un ou deux ans, qui représentent le gros des abonnés, c’est Canal+ qui absorbera la hausse afin de collecter le bon niveau de TVA pour le Trésor, et ce jusqu’à la fin des contrats de chacun des abonnés”.

À voir également sur Le HuffPost : Avant “Le Flambeau”, Jonathan Cohen s’incruste dans les pubs sur Canal+

  • Hu chevron_right

    Pierre Ménès, accusé d'agressions sexuelles, se décrit comme "un coupable idéal"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 9 June - 07:56 · 3 minutes

Pierre Ménès, accusé de plusieurs agressions sexuelles, se décrit comme Pierre Ménès, accusé de plusieurs agressions sexuelles, se décrit comme "un coupable idéal" (photo du 22 novembre 2019)

JUSTICE - Poursuivi pour des faits d’atteintes sexuelles, l’ancien chroniqueur de Canal+ Pierre Ménès , qui évoque à plusieurs reprises ses soucis de santé , s’est exprimé ce mercredi 8 juin, après le renvoi (annoncé quelques heures plus tôt) de son procès par le tribunal correctionnel de Paris au 8 mars 2023. Il dément les accusations portées à son encontre.

À l’issue du match PSG-Nantes du 20 novembre dernier à Paris, une hôtesse du Parc des princes avait signalé à la police des “attouchements” au niveau de la poitrine et du ventre, sans porter plainte. Une enquête avait toutefois été ouverte le jour même par le parquet de Paris. Pierre Ménès avait porté plainte pour dénonciation calomnieuse.

“Je n’ai pas de version des faits, puisque je ne me suis jamais approché de cette femme, de près ou de loin”, affirme Pierre Ménès qui dénonce “une pure invention” dans un entretien accordé au Parisien . L’ex-figure de Canal+, qui se décrit comme “le coupable idéal”, estime qu’“avec tout ce qui m’est tombé dessus [...] pour aller tripoter le sein d’une nana à la deuxième mi-temps d’un match [...] faut quand même être le roi des irresponsables ou le roi des obsédés”.

“Il n’y a pas un témoin”

Interrogé sur les accusations d’agression sexuelle envers deux femmes dans une boutique d’une célèbre marque de sport à Paris en juin 2018, Pierre Ménès conteste de nouveau les faits qui lui sont reprochés. “J’ai donc fait ce que font les basketteurs, torse contre torse, dans une sorte de ‘check’, explique-t-il. C’est ça que l’on appelle agression sexuelle.” Il se défend d’avoir “peut-être un touché” la première accusatrice par accident “faute de place”, en se faufilant vers les caisses du magasin.

Accusé d’avoir touché les fesses de la seconde femme, il fustige le changement de version de la plaignante, dénonçant un “témoignage branlant”: “Quand elle est venue en confrontation au commissariat du VIIIe, ce n’était plus les fesses, c’était devenu le bas du dos.”

Au cours de l’entretien, Pierre Ménès a également été questionné sur les accusations d’agressions sexuelles envers Isabelle Moreau, Francesca Antoniotti et Marie Portolano. “Pour Isabelle et Francesca, je ne peux pas contester: c’est à la télé”, semble reconnaître l’ex-chroniqueur vedette du Canal Football Club , qui a été contraint de quitter la chaîne le 1er juillet 2021, avant d’avancer que c’est Isabelle Moreau qui l’a embrassé. Quant à Francesca Antoniotti, il qualifie les faits de “connerie” faite “pour déconner”.

Alors que la journaliste Marie Portolano , à l’origine du documentaire J e ne suis pas une salope , l’accuse d’atteintes sexuelles, Pierre Ménès dit ne se souvenir de rien (il avait déjà livré cette version des faits) et assure “qu’il n’y a pas un témoin”. “Je ne dis pas que je ne l’ai pas fait, je dis que je ne m’en souviens pas, et que j’étais trop malade, assure le journaliste sportif qui se rappelle ne pas être “resté à la fin de l’émission”.

À voir également sur Le HuffPost: Ces manifestantes #NousToutes font le bilan de la “grande cause du quinquennat” de Macron