close
  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 107

    Angélique Andthehord · Friday, 25 March, 2022 - 16:28 · 1 minute

Lorsque ce fut au point, nos deux heures de répétition journalière étaient écoulées. Ça me laissa le temps de réfléchir, toute seule dans un coin du jardin, à la manière dont j'allais interpréter la réplique suivante. Comme Berthe menaçait de pleurer, Marie acceptait d'aller lui chercher une robe et Berthe précisait vouloir : « la rose avec des petits volants ».

« La rose avec des petits volants » ? Sur quel ton le dire ? Plusieurs options sont possibles, de l'exigence autoritaire à l'humble prière, feignant la tristesse ou la joie. Peut-on dire : « je vais pleurer » et manifester de la joie l'instant d'après ? Oui, c'est possible, j'avais déjà vu des enfants passer instantanément des larmes au rire mais moi, je n'étais pas comme ça. Moi, si je disais : « je vais pleurer » et qu'on m'accordait quelque consolation, mon cœur restait troublé car une consolation, ce n'est pas un cadeau joyeux mais un pansement sur une blessure ouverte. Restait à savoir si Berthe était plutôt comme moi ou plutôt comme les enfants qui passent subitement de la peine à la joie.

Je feuilletai le script dans tous les sens pour essayer d'en savoir plus sur le tempérament de Berthe, sans succès. Quand j'arrivai à la répétition du lendemain, je fis part à ma mère de mes réflexions qui n'avaient abouti à rien, concernant la manière dont je devais dire : « la rose avec des petits volants ».


extrait de : La rose avec des petits volants


#talent #théâtre #spectacle #envie #choix #répétition #compréhension #sentiments #expression #jeu #caprice #sérieux #psychologie #réflexion #ton #interprétation

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 102

    Angélique Andthehord · Sunday, 20 March, 2022 - 18:11 · 1 minute

Mais bon, en discutant avec ma mère pour les besoins de la scène, je voulus bien reconnaître que les grandes personnes ont raison de ne pas céder à tous les caprices parce qu'il faut apprendre à puiser en soi-même la force de faire face aux contrariétés de la vie. Il est plus confortable d'être porté que de marcher soi-même mais, au bout du compte, ce qui est vraiment important, c'est d'être capable de se tenir debout.

En cela, je n'enviais pas Berthe mais je la comprenais. Elle grandissait au milieu d'adultes qui réagissaient tous comme si c'était très grave que la moindre larme puisse lui monter aux yeux, comme s'il ne devait jamais rien se produire susceptible de la faire pleurer. Alors, elle le croyait. Si elle sentait en elle une quelconque envie de pleurer, c'était comme si tout s'écroulait autour d'elle et elle n'y pouvait rien. Seuls les domestiques avaient le pouvoir d'apaiser son désarroi.

C'est pourquoi sur l'estrade, devant ma mère, c'est en étouffant un sanglot avec une mine défaite que j'avais dit, la gorge serrée:

« Je vais pleurer. »


extrait de : Le don du rire


#talent #théâtre #spectacle #envie #choix #répétition #compréhension #sentiments #expression #jeu #caprice #sérieux #psychologie #réflexion #ton #interprétation

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 101

    Angélique Andthehord · Saturday, 19 March, 2022 - 07:35

Ma mère s'était attendu à ce que j'interprète le caprice de l'enfant comme les adultes l'envisagent, c'est-à-dire comme une sorte de mensonge inventé pour embêter les adultes et essayer de leur soutirer quelque chose. Selon cette version du caprice, j'aurais pu dire : « je vais pleurer » d'une voix taquine accompagnée d'un sourire malin, comme une menace à laquelle je savais qu'on serait obligé de céder.

Mais ça, encore une fois, c'est la façon de voir des adultes, la façon de voir des autres, de ceux qui ne sont pas Berthe, qui la jugent de l'extérieur et ne la comprennent pas. Il voient en elle une sale môme capricieuse mais ils n'ont pas la moindre idée de ce qu'elle ressent.

Moi, si je voulais l'incarner, je devais ressentir les choses comme elle. Ce n'était pas compliqué puisque j'avais le même âge qu'elle. Je savais combien je pouvais me sentir malheureuse et angoissée quand on m'accusait de faire un caprice.


extrait de : Le don du rire


#talent #théâtre #envie #compréhension #sentiments #expression #jeu #caprice #psychologie #réflexion #ton #interprétation

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 99

    Angélique Andthehord · Wednesday, 16 March, 2022 - 18:31

Étais-je capable d'apprendre le texte modifié ? Évidemment. Ce n'était pas grand-chose. C'était au moment où j'avais comme réplique : « je vais pleurer », parce que Berthe se voyait refuser un caprice ; réplique qui mettait les domestiques en émoi parce que la faute leur en aurait été imputée s'ils avaient laissé pleurer leur jeune maîtresse. Cette réplique fut conservée mais le caprice fut transformé. Alors que le script d'origine prévoyait que je devais entrer en scène tout habillée et réclamer un truc quelconque, je paraissais en chemise de nuit et réclamais à être habillée. La servante, n'ayant pour seule intention que de remettre Berthe dans son lit afin d'avoir sa soirée pour elle, s'y refusait d'abord. C'est là qu'intervenait la réplique : « je vais pleurer ». Les serviteurs se mettaient dans tous leurs états, Marie acceptait d'aller chercher une robe pour habiller Berthe mais celle-ci en remettait une couche en exigeant qu'il lui fût apporté non pas une simple robe mais… « la rose avec des petits volants ».


extrait de : Détail technique


#projet #théâtre #spectacle #envie #choix #répétition #apprentissage #compréhension #sentiments #comique #amusant #jeu

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 96

    Angélique Andthehord · Sunday, 13 March, 2022 - 17:19

Pourquoi avais-je eu tant de mal à me faire entendre, sur ce coup-là ? Était-ce que mes parents commençaient à me trouver trop exigeante ? Ou bien craignaient-ils que je le devinsse s'ils me laissaient le champ libre ? Je n'allais tout de même pas casser leur plaisir de jouer avec moi en me comportant comme une maîtresse d'école, à réclamer toujours plus, toujours mieux, de sorte qu'on ne puisse plus éprouver qu'un profond dégoût pour tout ce qu'elle touche ! Si la perfection existe, on ne peut l'atteindre sans souplesse.

N'importe ! Mes parents ayant été séduits par l'apport que je venais de faire au spectacle, c'est dans la bonne humeur que les pendules furent remises à l'heure. Dorénavant, à l'issue de nos répétitions, nous nous concertâmes et échangeâmes nos impressions, en prenant soin de ne pas heurter les sensibilités.


extrait de : La pinailleuse


#projet #talent #théâtre #spectacle #envie #volonté #énergie #choix #parents #père #mère #répétitions #apprentissage #passionnés #compréhension #sentiments #expression #communication #impression #amusant #jeu

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 95

    Angélique Andthehord · Friday, 11 March, 2022 - 16:10

J'insistai :

« C'est pas grand-chose. Laissez-moi au moins dire c'que j'ai vu qu'allait pas ! Vous verrez bien.

- D'accord, dit !

- … »

Je ne trouvai pas les mots pour expliquer. Alors, je proposai de leur montrer en rejouant ce passage moi-même, avec mon père, à la place de ma mère, deux fois. Je le jouai, la première fois, exactement comme ma mère l'avait joué. Elle convint que c'était bien ainsi qu'elle avait fait. Je le jouai, la seconde fois, à mon idée. Mes parents s'échangèrent un regard enthousiaste. Ils étaient emballés par ma démonstration. Ma mère eut plaisir à remonter sur l'estrade pour mettre ma suggestion en pratique et Nani retourna dans sa chambre potasser ses maths.


extrait de : La pinailleuse


#projet #talent #théâtre #spectacle #envie #volonté #énergie #choix #parents #père #mère #sœur #répétition #répétitions #apprentissage #passionnés #compréhension #sentiments #expression #communication #impression #comique #amusant #jeu

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 92

    Angélique Andthehord · Tuesday, 8 March, 2022 - 17:51 · 1 minute

C'est que, m'expliqua ma mère, sur scène et dans la vie, c'est différent. Dans la vie, il en va de même des sentiments dans le cœur que des pensées dans la tête : ça défile en permanence et on n'a pas utilité à les communiquer, en général. On ne va pas passer ses journées à bondir de joie ou se lamenter tour à tour, pour un oui ou pour un non. Alors, on reste neutre.

Sur scène, en revanche, si on reste neutre, le public s'endort. Chaque réplique doit être un message directement accessible pour le spectateur ; c'est pourquoi il faut, évidemment, parler fort et distinctement sans jamais lui tourner le dos mais aussi exagérer le ton et les mimiques, pour raconter les sentiments du personnage. Le spectacle théâtral est divertissant parce qu'il est facile à comprendre, parce qu'il passe outre la complexité de la nature humaine. Dans la réalité, il peut arriver qu'on dise, par exemple : « allons-y ! » sur un ton monocorde, parce qu'on n'a pas nécessité à donner son avis sur la question ; quand faut y aller, faut y aller. Sur scène, chaque mot doit être utilisé pour en raconter le maximum au public. Si on récite « allons-y ! » sur un ton monocorde, c'est qu'on n'est pas à ce qu'on fait, on a la tête ailleurs et on joue mal… à moins que le scénario ait prévu de laisser planer un doute sur les intentions du personnage.


extrait de : Cœurs obscurs


#talent #théâtre #envie #énergie #choix #apprentissage #compréhension #sentiments #expression #communication #impression

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 91

    Angélique Andthehord · Monday, 7 March, 2022 - 20:12 · 1 minute

Et papa, alors ? Était-ce seulement pour me faire plaisir qu'il se donnait tant de mal ?

« Oh ! non. Ton père est un passionné de théâtre. Il est drôlement fier de remonter sur les planches avec sa propre famille pour se produire devant son frère, au réveillon »

m'assura Maman.

Pourquoi n'arrivais-je pas à m'en rendre compte par moi-même ? Comment ça se faisait que je n'arrivais pas à comprendre toute seule si je rendais les personnes que j'aimais heureuses ou malheureuses ? Moi, quand j'avais dit qu'il fallait que Caki et Nani participent au spectacle, c'était pour leur faire plaisir. Je m'étais trompée. Je n'avais rien compris, rien vu. Même les personnages que mon père et ma mère jouaient devant moi, je n'étais pas sûre de bien les comprendre, alors même que je connaissais l'histoire sur le bout des doigts.

Découragée, je m'en plaignis, à l'issue d'un passage que mon père et ma mère venaient de répéter devant moi.

« Normalement, dans cette réplique, là, t'es pas supposée être joyeuse ? demandai-je à ma mère.

- Oh, si ! elle est joyeuse, Marie, quand èe dit ça.

- Ben on aurait pas dit. J'm'en suis pas rendu compte.

- Ah ? D'accord, j'la refais avec plus d'entrain. »

Mon père et ma mère reprirent le même passage sous mes yeux et, cette fois, les sentiments des personnages qu'ils incarnaient me parurent parfaitement limpides.


extrait de : Cœurs obscurs


#théâtre #envie #énergie #parents #père #mère #répétition #répétitions #apprentissage #passionnés #compréhension #sentiments #expression #impression #jeu