close
  • Hu chevron_right

    Lady Gaga a enflammé le Stade de France avec son "Chromatica Ball"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 25 July - 09:41 · 1 minute

MUSIQUE - Moins d’une semaine après Coldplay et son spectacle féerique “Music of the Spheres”, au tour de Lady Gaga d’enflammer le Stade de France. La chanteuse a livré un concert très attendu devant 76.000 “Little Monsters”, comme elle surnomme ses fans, ce dimanche 24 juillet.

Sur scène, Lady Gaga a repris ses plus grands succès, débutant par ceux issus de son premier album The Fame sorti en 2008: Bad Romance, Just Dance et Poker Face.

Celle qui était récemment à l’affiche de House of Gucci de Ridley Scott a ensuite entonné les titres phares de son dernier album, Chromatica , publié en 2020: 911, Rain on Me ou Alice . Elle a par ailleurs repris son incontournable Born this way ainsi que Shallow , la bande-originale du film A Star is Born , de Bradley Cooper.

Deux ans d’attente pour les fans

Celle qui a récemment signé la bande-originale de Top Gun: Maverick était de retour à Paris pour la première fois depuis 2014 et un concert au Palais Omnisports Paris Bercy. Son concert au Stade de France était initialement programmé le 24 juillet 2020, mais il a été reporté à deux reprises en raison de la pandémie de Covid-19.

Lady Gaga a entamé sa tournée mondiale des stades le 17 juillet dernier avec une première date à Düsseldorf en Allemagne. Son Chromatica Ball Tour se poursuivra jusqu’au 17 septembre prochain avec une ultime date à Miami en Floride. D’ici là, elle chantera à Londres, Toronto, New-York et même à Tokyo, où deux dates sont prévues les 3 et 4 septembre.

À voir également sur Le HuffPost: Pour le dernier concert d’Indochine en 2022, Nicola Sirkis en larmes

  • Hu chevron_right

    En concert à Paris, Mick Jagger n'a pas oublié Anne Hidalgo

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 24 July - 18:48 · 1 minute

Mick Jagger à l'hippodrome de Longchamps avec les Rolling Stones le 23 juillet 2022. Mick Jagger à l'hippodrome de Longchamps avec les Rolling Stones le 23 juillet 2022.

CULTURE - “Bonsoir, quoi de neuf?” C’est un Mick Jagger survolté qui a enflammé l’hippodrome de Longchamps à Paris, lors d’un concert pour fêter les 60 ans de carrière des Rolling Stones samedi 23 juillet. Ravi d’être dans la capitale, il n’a pas manqué d’être taquin et de citer... Anne Hidalgo .

“Vous savez comment je suis venu à l’hippodrome de Longchamp?”, demande-t-il à la foule en plein show. ”À vélo, avec Anne Hidalgo”, poursuit-il... sous les huées du public. Face à cette réaction, la star de 78 ans décontenancée hausse les épaules, comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous postée sur les réseaux sociaux.

Malgré ce petit couac, Mick Jagger et les Rolling Stones ont enchaîné les tubes pour le plus grand bonheur des fans, dont le dernier Living in a ghost town , sorti en plein confinement en 2020. Ils ont aussi évidemment ressorti les classiques, tels que You Can’t Always Get What You Want , Miss You, (I Can’t Get No) Satisfaction ou encore Paint it black.

La mini-tournée de 14 dates, baptisée “Sixty” (“Soixante”) prendra fin le 3 août à Berlin. Le groupe des “papys rockers” -deux membres dont Mick Jagger fêteront leurs 80 ans en 2023- ne s’était pas produit en France depuis plus de quatre ans.

À voir également aussi sur le Huffpost: Dans la bande-annonce de “Wakanda Forever”, Chadwick Boseman est partout

  • Hu chevron_right

    Coldplay poursuit sa tournée écolo, mais est-elle si écolo que ça?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 19 July - 18:00 · 6 minutes

Concert de Coldplay à Los Angeles, le 23 octobre 2021. Concert de Coldplay à Los Angeles, le 23 octobre 2021.

MUSIQUE -  Après un week-end haut en couleurs au stade de France, Coldplay enchaine avec deux dernières dates à Saint Denis ces mardi 19 et mercredi 20 juillet. Débutée en mars dernier, le groupe poursuit sa tournée qu’il présente comme “plus durable” que la dernière, remontant à 2016-2017.

Pour présenter leurs initiatives écologiques, les Britanniques ont carrément créé un site internet baptisé Sustainability (“Développement durable”) sur lequel ils prennent le temps de développer leurs différents engagements. Panneaux solaires, sol cinétique pour la fosse, écrans basse énergie ou encore des bracelets à LED 100% compostables pour le public... Coldplay présente de nombreuses propositions plus vertes. Mais cette tournée est-elle totalement louable ou a-t-elle un arrière-goût de greenwashing ?

Le HuffPost a posé la question à Samuel Valensi, responsable culture du Plan de Transformation de l’Économie Française pour le Shift Project . Cette organisation s’est donné pour objectif la décarbonation de nos activités, y compris dans le monde de la culture.

Ralentissement du rythme de la tournée

“Dans la démarche de Coldplay, il y a de bons éléments. Le fait qu’un groupe d’une telle notoriété entame ce travail est louable, et on ne peut pas dire qu’il soit dépourvu de réflexion”, affirme Samuel Valensi. Mais ce dernier vient rapidement nuancer ses propos. Il insiste notamment sur un point: le groupe ne s’attaque pas à certains problèmes centraux, à commencer par leur usage intense de l’avion .

Coldplay promet de réduire de 50% ses émissions de CO 2 par rapport à sa dernière tournée. Cela est notamment dû à une décision importante: ralentir le rythme des concerts. 73 dates à travers 17 pays sont prévues en huit mois de voyage. C’est 49 dates de moins que la précédente tournée, qui était bien plus intense et s’étalait sur 20 mois au total. Le groupe reste également plus longtemps dans chaque ville prévue sur son itinéraire: quatre dates à Mexico et à Paris, cinq à Bruxelles, six à Londres, et même dix à Buenos Aires.

“Même si ce ralentissement n’est pas spectaculaire, cela fait partie des solutions que l’on préconise, ils ont raison de le faire”, approuve Samuel Valensi. Néanmoins, “leur usage de l’avion reste systématique, et leur besoin en pétrole n’a pas du tout été bouleversé”, déplore-t-il.

Coldplay sur les routes, c’est une trentaine de semi-remorques nécessaires pour tout le transport de matériel. Et à chaque fois que le groupe change de continent, il a recours au frêt aérien (transport du matériel par avion, ndrl). “En terme de pollution, il n’y a pas pire que cela”, affirme-t-il.

300.000 spectateurs se déplaceront pour voir Coldplay au Stade de France

En termes d’éco-conception, le groupe a prévu des panneaux solaires, comme cela a également été fait pour le concert de Sting à Chambord le 28 juin dernier. Seulement, leur production représente beaucoup d’émissions à elle seule. “Si ils ont acheté ces panneaux uniquement pour la tournée, ce n’est pas raisonnable. En revanche, si le Stade de France a recours à des panneaux mutualisés à l’échelle de tout l’Île-de-France, c’est déjà bien plus malin”. Seulement cette information n’est pas précisée sur le site .

Toujours est-il, les shows spectaculaires de Coldplay ont un besoin énergétique très important. “La scénographie est très lourde en vidéo, lumières et son. Il y a donc une question d’esthétique qui se pose. En la maintenant telle qu’elle est, ils ne pourront pas réduire drastiquement leurs émissions”, affirme Samuel Valensi.

Autre point, et pas des moindres: les jauges de tous les concerts de Coldplay sont très élevées. Au Stade de France , ce sont quelques 300.000 personnes qui seront réunies au total sur les quatre jours de concerts. Leurs déplacements représentent une empreinte carbone importante, surtout s’ils viennent de loin, et en voiture.

Pour palier à ces déplacements, le Shift Project préconise une réduction des jauges pour le spectacle vivant, combinée à la multiplication des dates sur un même territoire. “Ce n’est pas la peine que je prenne la voiture, voire l’avion, puisque le groupe va bientôt passer près de chez moi”, se diront alors les publics.

Même logique pour les festivals: “Plutôt que de jouer pour un événement à 300.000 personnes dans un lieu très mal desservi, il est plus malin de faire plusieurs dizaines de dates dans un même pays, réunissant quelques milliers de personnes”, explique Samuel Valensi. Le Stade de France, lui, a au moins l’avantage d’être accessible par les transports en commun.

Repenser les tournées mondiales

Les stars internationales commencent petit à petit à questionner l’impact environnemental de leur métier. À titre d’exemple, en 2019, Billie Eilish déclarait à l’antenne de l’émission de radio The Howard Stern Show : “Les avions font énormément de dégâts. Le problème c’est qu’avec mon métier, je ne peux pas les éviter”.

“Je pense que c’est faux”, réagit Samuel Valensi. Selon lui, “un artiste a toujours deux possibilités: soit reproduire les modes de production existants, soit les questionner et les réinventer”, continue-t-il. Concernant l’exportation d’un spectacle à l’international, il mentionne des solutions comme le voyage à très long terme, ou encore la transmission d’une œuvre ou de savoir-faire à une équipe à l’étranger.

Selon lui, les artistes ont une double responsabilité. “Leur notoriété rend leur mode de vie particulièrement suivi. Mais en plus de cela, ils construisent un imaginaire à travers leurs œuvres”, explique-t-il. “Plutôt que de promouvoir la puissance, la vitesse et la force, ils peuvent encourager leur public à prendre le temps, prendre soin des autres et faire attention à l’environnement”, continue-t-il. Mais pour qu’un tel message passe, les artistes doivent produire autrement, et se former aux enjeux climatiques.

“La transition va se faire, qu’ils le veuillent ou non, puisque toutes les productions pétrolières sont en déclin. Le choc d’amenuisement va arriver dans les prochaines années, c’est une certitude. La question désormais c’est: est ce qu’on l’organise ou est ce qu’on la subit?”.

Samuel Valensi mentionne également des engagements facilement envisageables dans les délais qui nous sont impartis, et qu’il applique lui-même avec sa compagnie de théâtre La poursuite du bleu pour leur pièce Coupures présentée au Festival d’Avignon . “Notre passage à un régime alimentaire végétarien pour toute l’équipe s’est fait du jour au lendemain. L’éco-conception d’un décor peut s’installer en un an. Certains changements structurels prennent plus de temps mais la transition s’amorce plutôt rapidement”, ajoute-t-il.

Pour ne pas avoir à gérer un choc trop violent, autant commencer à organiser une autre manière de produire et diffuser dès maintenant. À ce titre, même si la démarche de Coldplay est imparfaite, elle a au moins le mérite de soulever des questions essentielles.

À voir également sur Le HuffPost : À Bercy, Alicia Keys invite Nakamura sur scène pour une reprise de “Djadja”

  • Hu chevron_right

    "Avec Vald, je suis taquin": Booba revient sur le clash avec le rappeur

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 17 July - 19:32 · 2 minutes

Booba aux Francofolies, le 15 juillet 2022. Booba aux Francofolies, le 15 juillet 2022.

MUSIQUE - Un cordon d’une trentaine de CRS avait été déployé, vendredi 15 juillet aux Francofolies , pour éviter toute rencontre entre lui et Vald , alors que la tension ne cesse de monter entre les deux hommes sur les réseaux sociaux depuis plusieurs mois. Ce dimanche, Booba est revenu sur sa relation tendue avec l’interprète de Désaccordé .

“On s’est titillé sur les réseaux mais on n’allait pas faire une opération tabassage dans un festival”, explique le rappeur originaire de Boulogne-Billancourt (Haus-de-Seine) dans un entretien au Parisien . Toute la journée de vendredi, Booba et Vald s’étaient cherchés sur les réseaux sociaux. Même s’il insiste qu’“il n’y a pas de guerre avec Vald”, Booba et son rival ont continué après leurs concerts à La Rochelle à s’envoyer des piques sur les réseaux sociaux.

Le rappeur âgé de 45 ans estime que ce qui s’est passé lors du festival des Francofolies “donne une mauvaise image du rap pour rien”, d’autant plus que ses fans “ont dû m’attendre pendant presque une heure et demie”. Il accuse Vald d’être allé venu au Festival “avec cinquante gorilles”, contrairement à lui qui s’est déplacé avec son entourage habituel.

Vald ”était ridicule”, estime Booba

“Je pense qu’il a eu peur que je lui fasse quelque chose, mais il n’y a pas de raison, assure Booba. Avec Vald, je me moque, je suis taquin, ce n’est pas une vraie guerre.” L’interprète de Scarface ajoute qu’avec le rappeur d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) “on ne boxe pas dans la même catégorie”. “Il était ridicule”, ajoute Booba, réagissant au fait que Vald et ses suiveurs ont attendu pour huer le van de Booba quand il est reparti à 2h du matin, derrière le cordon de CRS.

Sur les origines de leur clash, Booba indique dans l’entretien accordé au Parisien qu’il a “attaqué [Vald] sur ses ventes d’albums, parce qu’il avait fait une première semaine à 74.000 ventes sans chanson dans le top 10”. Le différend entre les deux hommes a commencé sur fond d’accusation de chiffres gonflés d’écoutes sur les plateformes musicales.

Sur le plan musical, les critiques ont estimé que les deux artistes avaient livré vendredi des shows convenus. Un autre rappeur leur a volé la vedette: SCH. L’artiste marseillais a donné au port de La Rochelle des allures de Vieux Port de Marseille.

À voir également sur Le HuffPost : Kendrick Lamar dénonce les lois contre l’avortement aux États-Unis au Glastonbury Festival

  • Hu chevron_right

    Coldplay a mis le feu au Stade de France pour le premier de ses concerts parisiens

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 17 July - 10:21 · 2 minutes

Coldplay a mis le feu au Stade de France samedi soir Coldplay a mis le feu au Stade de France samedi soir

CONCERT - Des étoiles plein les yeux. Le groupe de pop rock britannique Coldplay a fait vibrer le Stade de France (Seine-Saint-Denis), ce samedi 16 juillet, pour la première représentation parisienne de sa tournée Music of the Spheres . Le groupe doit se produire encore trois soirs devant le public français, jusqu’au mercredi 20 juillet 2022. Sur les réseaux sociaux, les images prises par les spectateurs donnent une idée du spectacle grandiose qui leur a été servi.

Il faut dire qu’environ 80.000 personnes étaient au rendez-vous samedi soir, toutes équipées d’un bracelet électronique connecté et lumineux donné à l’entrée du concert par les organisateurs. Et en regardant les images tournées par les fans, on comprend l’intérêt d’un tel gadget. Effet éblouissant garanti.

Certains fans ont également fait part de leur émotion lorsque le chanteur, Chris Martin, a fait une reprise du tube Magic , en Français.

Il semble par ailleurs que les spectateurs aient été interdits de filmer l’une des chansons phare du groupe, A sky full of stars , mais visiblement la tentation a été trop forte pour certains, face au spectacle pyrotechnique et l’ambiance survoltée.

Plus de 260 000 billets avaient été vendus en octobre dernier lors de la mise en vente des quatre concerts de Coldplay au Stade de France . Une expérience que les fans ne sont visiblement pas près d’oublier.

À voir également sur Le HuffPost: Chris Martin de Coldplay ou Justin Trudeau, qui est le plus rock star ?

  • Hu chevron_right

    Coldplay poursuit sa tournée écolo, mais est-elle si écolo que ça?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 16 July - 05:30 · 6 minutes

Concert de Coldplay à Los Angeles, le 23 octobre 2021. Concert de Coldplay à Los Angeles, le 23 octobre 2021.

MUSIQUE - Un week-end haut en couleur se profile au Stade de France. Coldplay est de passage à Saint Denis pour quatre dates dans le cadre de sa tournée Music of the Spheres , ces samedi 16, dimanche 17, mardi 19 et mercredi 20 juillet. Débutée en mars dernier, le groupe la présente comme “plus durable” que la dernière, qui remonte à 2016-2017.

Pour présenter leurs initiatives écologiques, les Britanniques ont carrément créé un site internet baptisé Sustainability (“Développement durable”) sur lequel ils prennent le temps de développer leurs différents engagements. Panneaux solaires, sol cinétique pour la fosse, écrans basse énergie ou encore des b racelets à LED 100% compostables pour le public ... Coldplay présente de nombreuses propositions plus vertes. Mais cette tournée est-elle totalement louable ou a-t-elle un arrière-goût de greenwashing ?

Le HuffPost a posé la question à Samuel Valensi, responsable culture du Plan de Transformation de l’Économie Française pour le Shift Project . Cette organisation s’est donné pour objectif la décarbonation de nos activités, y compris dans le monde de la culture.

Ralentissement du rythme de la tournée

“Dans la démarche de Coldplay, il y a de bons éléments. Le fait qu’un groupe d’une telle notoriété entame ce travail est louable, et on ne peut pas dire qu’il soit dépourvu de réflexion”, affirme Samuel Valensi. Mais ce dernier vient rapidement nuancer ses propos. Il insiste notamment sur un point: le groupe ne s’attaque pas à certains problèmes centraux, à commencer par leur usage intense de l’avion .

Coldplay promet de réduire de 50% ses émissions de CO 2 par rapport à sa dernière tournée. Cela est notamment dû à une décision importante: ralentir le rythme des concerts. 73 dates à travers 17 pays sont prévues en huit mois de voyage. C’est 49 dates de moins que la précédente tournée, qui était bien plus intense et s’étalait sur 20 mois au total. Le groupe reste également plus longtemps dans chaque ville prévue sur son itinéraire: quatre dates à Mexico et à Paris, cinq à Bruxelles, six à Londres, et même dix à Buenos Aires.

“Même si ce ralentissement n’est pas spectaculaire, cela fait partie des solutions que l’on préconise, ils ont raison de le faire”, approuve Samuel Valensi. Néanmoins, “leur usage de l’avion reste systématique, et leur besoin en pétrole n’a pas du tout été bouleversé”, déplore-t-il.

Coldplay sur les routes, c’est une trentaine de semi-remorques nécessaires pour tout le transport de matériel. Et à chaque fois que le groupe change de continent, il a recours au frêt aérien (transport du matériel par avion, ndrl). “En terme de pollution, il n’y a pas pire que cela”, affirme-t-il.

300.000 spectateurs se déplaceront pour voir Coldplay au stade de France

En termes d’éco-conception, le groupe a prévu des panneaux solaires, comme cela a également été fait pour le concert de Sting à Chambord le 28 juin dernier. Seulement, leur production représente beaucoup d’émissions à elle seule. “Si ils ont acheté ces panneaux uniquement pour la tournée, ce n’est pas raisonnable. En revanche, si le Stade de France a recours à des panneaux mutualisés à l’échelle de tout l’Île-de-France, c’est déjà bien plus malin”. Seulement cette information n’est pas précisée sur le site .

Toujours est-il, les shows spectaculaires de Coldplay ont un besoin énergétique très important. “La scénographie est très lourde en vidéo, lumières et son. Il y a donc une question d’esthétique qui se pose. En la maintenant telle qu’elle est, ils ne pourront pas réduire drastiquement leurs émissions”, affirme Samuel Valensi.

Autre point, et pas des moindres: les jauges de tous les concerts de Coldplay sont très élevées. Au Stade de France , ce sont quelques 300.000 personnes qui seront réunies au total sur les quatre jours de concerts. Leurs déplacements représentent une empreinte carbone importante, surtout s’ils viennent de loin, et en voiture.

Pour palier à ces déplacements, le Shift Project préconise une réduction des jauges pour le spectacle vivant, combinée à la multiplication des dates sur un même territoire. “Ce n’ est pas la peine que je prenne la voiture, voire l’avion, puisque le groupe va bientôt passer près de chez moi”, se diront alors les publics.

Même logique pour les festivals: “Plutôt que de jouer pour un événement à 300.000 personnes dans un lieu très mal desservi, il est plus malin de faire plusieurs dizaines de dates dans un même pays, réunissant quelques milliers de personnes”, explique Samuel Valensi. Le Stade de France, lui, a au moins l’avantage d’être accessible par les transports en commun.

Repenser les tournées mondiales

Les stars internationales commencent petit à petit à questionner l’impact environnemental de leur métier. À titre d’exemple, en 2019, Billie Eilish déclarait à l’antenne de l’émission de radio The Howard Stern Show : “Les avions font énormément de dégâts. Le problème c’est qu’avec mon métier, je ne peux pas les éviter”.

“Je pense que c’est faux”, réagit Samuel Valensi. Selon lui, “u n artiste a toujours deux possibilités: soit reproduire les modes de production existants, soit les questionner et les réinventer”, continue-t-il. Concernant l’exportation d’un spectacle à l’international, il mentionne des solutions comme le voyage à très long terme, ou encore la transmission d’une œuvre ou de savoir-faire à une équipe à l’étranger.

Selon lui, les artistes ont une double responsabilité. “Leur notoriété rend leur mode de vie particulièrement suivi. Mais en plus de cela, ils construisent un imaginaire à travers leurs œuvres”, explique-t-il. “Plutôt que de promouvoir la puissance, la vitesse et la force, ils peuvent encourager leur public à prendre le temps, prendre soin des autres et faire attention à l’environnement”, continue-t-il. Mais pour qu’un tel message passe, les artistes doivent produire autrement, et se former aux enjeux climatiques.

La transition va se faire, qu’ils le veuillent ou non, puisque toutes les productions pétrolières sont en déclin. Le choc d’amenuisement va arriver dans les prochaines années, c’est une certitude. La question désormais c’est: est ce qu’on l’organise ou est ce qu’on la subit?”.

Samuel Valensi mentionne également des engagements facilement envisageables dans les délais qui nous sont impartis, et qu’il applique lui-même avec sa compagnie de théâtre La poursuite du bleu pour leur pièce Coupures présentée au Festival d’Avignon . “Notre passage à un régime alimentaire végétarien pour toute l’équipe s’est fait du jour au lendemain. L’éco-conception d’un décor peut s’installer en un an. Certains changements structurels prennent plus de temps mais la transition s’amorce plutôt rapidement”, ajoute-t-il.

Pour ne pas avoir à gérer un choc trop violent, autant commencer à organiser une autre manière de produire et diffuser dès maintenant. À ce titre, m ême si la démarche de Coldplay est imparfaite, elle a au moins le mérite de soulever des questions essentielles.

À voir également sur Le HuffPost : À Bercy, Alicia Keys invite Nakamura sur scène pour une reprise de “Djadja”

  • Hu chevron_right

    Shawn Mendes met en pause sa tournée pour prendre soin de sa santé mentale

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 10 July - 15:37 · 1 minute

Shawn Mendes met en pause sa tournée pour prendre soin de sa santé mentale (Shawn Mendes le 15 mai 2022 par Arthur Mola/Invision/AP) Shawn Mendes met en pause sa tournée pour prendre soin de sa santé mentale (Shawn Mendes le 15 mai 2022 par Arthur Mola/Invision/AP)

CULTURE - Temps mort pour la tournée de Shawn Mendes . Le chanteur canadien a annoncé sur Instagram vendredi 8 juillet qu’il devait interrompre sa tournée mondiale pendant trois semaines pour se concentrer sur sa santé mentale.

“Cela me brise le cœur d’avoir à dire cela, mais malheureusement, je vais devoir reporter les trois prochaines semaines de spectacles, jusqu’à nouvel ordre”, a-t-il écrit dans un poste.

“Je fais des tournées depuis l’âge de 15 ans et pour être honnête, il a toujours été difficile d’être sur la route loin de mes amis et de ma famille. Après quelques années sans être sur la route, je me sentais prêt à m’y replonger, mais cette décision était prématurée et malheureusement, le fardeau et la pression m’ont rattrapé et j’ai atteint un point de rupture”, justifie-t-il.

Le chanteur précise avoir pris cette décision après en avoir parlé avec plusieurs médecins. “J’ai besoin de prendre du temps pour me soigner et prendre soin de ma santé mentale”, explique-t-il à ses fans. Le planning de report des dates n’a pas été annoncé.

Pour cette tournée, Shwan Mendes et son équipe doivent traverser l’Amérique du Nord jusqu’à l’automne avant de se rendre en Europe en 2023.

À voir également sur Le HuffPost: À Bercy, Alicia Keys invite Nakamura sur scène pour une reprise de “Djadja”

  • Hu chevron_right

    À Bercy, Alicia Keys invite Nakamura sur scène pour une reprise de "Djadja"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 8 July - 04:45 · 1 minute

Alicia Keys, ici lors d'un concert à l'Utilita Arena à Birmingham, le 9 juin 2022. Alicia Keys, ici lors d'un concert à l'Utilita Arena à Birmingham, le 9 juin 2022.

MUSIQUE - Dans le cadre de sa tournée internationale “Alicia - The World Tour”, Alicia Keys était présente sur la scène de l’AccorHotels Arena à Paris jeudi 7 juillet, deux jours après sa date bordelaise.

Et pour le public parisien, la chanteuse américaine a réservé une petite surprise à ses fans, faisant venir sur scène Aya Nakamura pour une reprise en duo de son titre le plus connu: Djadja .

Comme on peut le voir sur les vidéos ci-dessous , certains spectateurs se sont précipités sur leur smartphone pour immortaliser cette performance inattendue, repérée par BFMTV .

Cela faisait deux ans que les fans d’Alicia Keys attendaient son concert parisien, après des annulations en raison du Covid-19 . La date du 1er juillet 2020 avait été initialement reportée, puis celle du 7 juillet 2021.

À voir également sur Le HuffPost : Pour le dernier concert d’Indochine en 2022, Nicola Sirkis en larmes