close
  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 60

    Angélique Andthehord · Wednesday, 27 July - 19:29

- Pourquoi tu l'chasses ? insista mon père sur un ton réprobateur.

- Parce que ! j'en ai marre, moi. Il est tout l'temps méchant. Même, un jour, il a dit que c'est lui qui a fait mourir Pépère et qu'il allait faire mourir toute la famille autour de moi.

- Qu'est-ce que c'est qu'ces histoires ? C'est des bêtises, ça. C'est juste un petit enfant qui raconte n'importe quoi pour se rendre intéressant, pour que tu fasses attention à lui. Tout c'qu'y veut, c'est qu'tu l'écoutes.


extrait de : Le Fantôme


#copain #contrariété #magie #peur #enfant #problème #père #confiance #méchant #émotion #imagination #conflit #Amoureux #fantôme #embêtement #rouspétances #chamailleries #ennui

  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 59

    Angélique Andthehord · Tuesday, 26 July - 16:52

Mon père eut un sursaut en m'entendant imiter la voix du petit Nicolas, regarda fixement dans les airs, à côté de moi, comme s'il y voyait l'enfant en question et me gronda :

« Ben alors, pourquoi tu l'traites de fantôme ? »

comme si cette saleté de Fantôme venait de se plaindre à mon père que je l'embêtais !

« Parce que ! j'en ai marre, à la fin. Il est tout l'temps dans ma chambre. Tous les soirs, avant de m'endormir, j'peux jamais penser tranquillement, toute seule dans ma tête. Faut toujours qu'y la ramène. Alors, moi, j'lui dis : "Tu hantes ma chambre, c'est qu't'es un fantôme. Va-t'en !"


extrait de : Le Fantôme


#contrariété #personnage #enfant #problème #père #imagination #conflit #fantôme #surnom #embêtement #rouspétances #chamailleries #ennui

  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 58

    Angélique Andthehord · Monday, 25 July - 19:31

« Mort, Nicolas ? bredouillai-je. Mais quand ? Qu'est-ce qui s'est passé ? Comment ça s'fait qu't'es au courant ? Tu l'connaissais ?

- Non, moi, j'en sais rien mais si tu dis qu'c'est un fantôme, c'est que tu le perçois comme étant mort, continua mon père sur le même petit ton délicat.

- Mais non ! m'exclamai-je, c'est une blague. J'le surnomme le Fantôme parce qu'il aime pas que j'l'appelle comme ça mais il est pas mort, j'crois pas. J'ai pas l'impression d'le voir dans la mort. Il a l'air en pleine forme, en tout cas. Même, quand il a ses p'tits nerfs, y rouspète : "Chuis pas un fantôme ! J'existe et je m'appelle Nicolas !" »


extrait de : Le Fantôme


#copain #personnage #enfant #problème #père #confiance #émotion #imagination #conflit #Amoureux #fantôme #surnom #embêtement #rouspétances #chamailleries #ennui

  • Le chevron_right

    François Ruffin : « Il y a deux invisibles : les oubliés en bas et les ultra-riches en haut »

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Thursday, 16 June - 16:43 · 21 minutes

Nous nous rendons dans la Somme, sur les pas de François Ruffin et de son équipe. Le candidat y déroule sa campagne effrénée, flanqué du tumulte de ses militants. Porte à porte, poignées de main dans les bars, déambulation, ballons gonflables géants : le député se faufile, parle à tout le monde, attrape les habitants, pour 3 phrases ou 10 minutes. Aux pressés ou aux indifférents, il martèle ses slogans : « n’oubliez pas d’aller voter car les riches, eux, n’oublient jamais ! ». Pendant toute une après-midi, nous le suivons et l’interrogeons, à pied et en voiture, assis sur le bord d’un trottoir. Il nous répond par de longs développements , sans cesse interrompu, sans que jamais la cohérence de son propos en souffre, alternant avec aisance entre le registre du militant et celui de l’analyste. Politique et conflit de classe, désindustrialisation, construction européenne, sociologie électorale, écologie populaire… Nous sommes revenus avec François Ruffin sur les thématiques qu’il n’aura cessé de mettre en avant, dans ses interventions à la tribune de l’Assemblée comme dans ses livres et ses articles. Entretien réalisé par Louis Hervier Blondel et Vincent Ortiz, photographies par Pablo Porlan.

LVSL – Quel bilan tirez-vous de cinq ans de députation ? Vous vous êtes démarqué par vos interventions volontairement polémiques. Certains ont pu vous le reprocher, y compris à gauche, disant qu’on ne construit pas de la politique sur le conflit.

François Ruffin – Au contraire : la politique ne se construit que sur du conflit. La démocratie, c’est du conflit, mais du conflit organisé, organisé pacifiquement. Et le pire, ce sont les moments où l’on tait le conflit, au nom du consensus, dans une fausse démocratie. C’est comme une cocotte-minute : le conflit, étouffé, revient plus tard de manière violente.

Et le conflit qui prévaut, pour moi, c’est le conflit de classe. C’est ce que j’ai tenté de faire il y a cinq ans, en martelant certains slogans – « Ils ont l’argent, on a les gens », « le banquier à l’Élysée, le peuple à l’Assemblée »-, au prix peut-être d’un manichéisme, que j’assume. Cinq ans plus tard, rien n’a changé. Au contraire, le CAC 40 enregistre des bénéfices records : 160 milliards de bénéfices pour 2021 ! C’est supérieur de 60 % à son précédent record [NDLR : en 2007 ]. Ces chiffres, scandaleux, devraient être martelés à la télévision chaque soir. La question, pour nous, c’est comment on met ça en scène ? Comment on le donne à voir ? Avec mes électeurs, j’essaie ça : en sport, lorsqu’on bat un record, c’est d’un centimètre, ou d’un centième de secondes. Pour le CAC 40, c’est une augmentation de 60 % par rapport au précédent record ! Le patrimoine des cinq premières fortunes françaises, sous Macron, a été multiplié par trois : aux gens que je croise, je demande « et vos salaires, ils ont été multipliés par trois ? Vos retraites, vos allocations ? » C’est un contre-argument efficace lorsque quelqu’un me parle des assistés ou des immigrés. Ou alors, on fait un jeu, « comptez avec moi jusque trois… Un… deux… trois… » Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, vient de gagner 10 000 € ! Autant que ma suppléante, Hayat, en un an : elle est accompagnante d’enfants en situation de handicap.

Mon combat, c’est de faire ressentir cette injustice sociale, que les gens peuvent ne voient pas, ou rarement. Comme ils éprouvent tout de même un sentiment d’injustice, celui-ci est canalisé dans d’autres directions : les étrangers, les réfugiés, les assistés . Autrement dit : les plus pauvres qu’eux . C’était déjà ma bagarre il y a cinq ans, mais c’est encore davantage conscient aujourd’hui : il y a deux catégories d’invisibles que je cherche à mettre en lumière. Ceux du bas, bien sûr : les auxiliaires de vie sociale, les agents d’entretien, les ouvriers, etc., qui figurent dans mes films. Mais il y a d’autres invisibles à mettre en lumière : ceux du haut.

L’Union européenne est libérale dans ses fondements. Comparons le mythe fondateur de la nation française à celui de l’UE. Nous avons la Révolution française, l’UE a des traités économiques incompréhensibles pour la grande masse des gens

On vient de passer devant un magnifique château : celui de la famille Saint-Frères, un empire textile, né au XIXème siècle. Les habitants vivaient aux alentours, dans les corons, dans des taudis, dans de la terre battue. Quand ils sortaient de chez eux, ils voyaient où partait leur travail : dans ces superbes châteaux. Aujourd’hui, quand ils sortent de chez Amazon, ils ne voient pas les immenses villas, yachts et jets privés de Jeff Bezos. Alors, il faut donner à voir, à ressentir cette injustice majeure. Si on y parvient, on réactive le conflit de classe, et du vote de classe. Si on n’y parvient pas, ils vont se tourner vers des bouc-émissaires : « pourquoi est-ce que je suis au chômage alors que les immigrés ont un travail ? », etc. Mais c’est une tâche qui a été abandonnée par la gauche depuis longtemps.

Un politiste que j’apprécie, Patrick Lehingue, explique que dans les années 70, la gauche ne faisait pas dans la dentelle : c’étaient des clivages relativement simples, binaires, rustiques, les petits contre les gros, le travail contre le capital, les salariés contre les patrons, etc. Puis, dans les années 80, la gauche arrivée au pouvoir a changé de lexique : les choses devenaient plus « complexes », le marxisme était « dépassé ». Les gens, pourtant, continuaient à ressentir une injustice, le chômage s’amplifiait, les Restaus du cœur ouvraient… Mais puisqu’on ne l’exprimait plus en termes de classes, ils se sont tournés vers d’autres oppositions : les vieux contre les jeunes, les hommes contre les femmes, et surtout, surtout, les Français contre les immigrés. Il faut réactiver ce conflit central du capital contre le travail – avec une nuance, tout de même : il y a davantage de petits patrons, d’indépendants, d’auto-entrepreneurs aujourd’hui qu’hier. C’est une transformation, pas seulement économique, psychologique, majeure.

© Pablo Porlan / Hans Lucas pour Le Vent Se Lève

Il y a cinq ans, dans ma profession de foi, je prévenais mes électeurs : ça n’allait pas être Walt Disney, aucune de mes propositions de loi ne serait acceptée, et peut-être pas même un amendement. De fait, mes amendements ont été rejetés à 99,72 % ! Ce n’est pas à l’Assemblée que se fait la loi, je l’ai déjà dit dans vos colonnes : c’est une hypocrisie de prétendre que le pouvoir législatif s’y trouve alors que, sauf cohabitation, il s’agit de la chambre d’enregistrement des désirs du président.

Ce qui a fonctionné, en revanche, au-delà de mes espérances, c’est la fonction de caisse de résonance du député. En parlant des femmes de ménage ou des auxiliaires de vie sociale, je n’ai pas cherché à faire des coups d’éclat. J’ai cherché à décrire leur vie. Ce fut, pour elles, pour leurs enfants, un geste de reconnaissance. C’est apparu surprenant, presque choquant, que dans un lieu aussi prestigieux et couvert de dorures que l’hémicycle, on vienne évoquer des vies simples. C’est pour moi une source de grande fierté.

LVSL – Je rebondis sur votre volonté de vouloir reconstruire un front de classe. Certains sociologues estiment que la stratégie visant à reconquérir les électeurs des milieux populaires qui votent RN (les « fâchés pas fachos ») est vouée à l’échec. Manuel Cervera-Marzal, en particulier, estime que le rejet de l’immigration étant la priorité numéro 1 des électeurs du RN, il apparaît improbable que l’on puisse les faire basculer vers un vote de rejet de gauche. Il estime également que ce que vous avez réussi en Picardie n’est pas réplicable à l’échelle de la France.

NDLR : lire sur Le Vent Se Lève notre entretien avec Manuel Cervera-Marzal

FR – Tout d’abord : j’en fais un devoir moral aussi bien qu’un devoir électoral. Je refuse d’abandonner ces citoyens, souvent dans des bassins industriels, déjà frappés par la crise, je refuse de les laisser au Rassemblement national. Donc, même si c’était impossible, j’essaierais ! Mais ces sociologues doivent être satisfaits : ils estiment que les ouvriers doivent être abandonnés ? C’est ce que fait la gauche depuis quarante ans ! On le voit encore à ces législatives : malgré le bon résultat national de la NUPES, elle ne réunit même pas 20% du vote des ouvriers, alors que le RN fait, lui, 45%… La gauche, depuis les années 1980, a livré la classe ouvrière au Rassemblement national : la mondialisation a alors tracé comme un fil à couper le beurre entre les vainqueurs et les vaincus.

D’un côté, le textile qui part au Maghreb, puis à Madagascar, en Inde et en Chine. Cela a été particulièrement brutal pour les ouvriers non qualifiés, dont le chômage a triplé en une décennie.

De l’autre côté, les professions intermédiaires ont été relativement protégées, de par leur statut, leurs qualifications, etc. Cela produit ce qu’Emmanuel Todd appelle un passivisme des éduqués . Ainsi, la gauche a accompagné la mondialisation. Je parle bien sûr de la gauche sociale-libérale, celle qui signe les traités européens et de libre-échange, avec Jacques Delors à la Commission et Pascal Lamy à l’Organisation Mondiale du Commerce. Parce que la chute du textile, par exemple, ce n’est pas le fruit du hasard. L’apogée de la production de textile a eu lieu en 1975, mon année de naissance. Dix années plus tard, il ne reste plus rien. Pourquoi ? Parce qu’entre-temps on a signé les accords multi-fibres. Avec à la clé des licenciements par milliers, une véritable déshérence sociale, des tragédies, des suicides.

Mais je parle également d’une partie de la gauche « révolutionnaire », « de rupture », « altermondialiste », qui est passée de l’ « antimondialisation » à l’ « altermondialisation », qui a au fond accepté cette mondialisation – sous le prétexte d’en infléchir le cours. Cette gauche répétait à l’envi « qu’un autre monde est possible » : mais dans combien de temps ? Je pense qu’il faut accepter une perspective anti-mondialiste , ou démondialisatrice. Pour plaire aux classes intermédiaires, on a euphémisé cette approche. Pendant ce temps-là, le RN progressait.

On se focalise, bien sûr, sur le Front national et l’immigration, mais on ne dit rien de son programme économique. Je suis allé fouiller, à la Bibliothèque nationale de France, pour retrouver les premiers tracts du Front National, dans les années 1970. Tel un archéologue, j’ai tenté de retracer l’évolution de son programme économique, de sa fondation jusqu’à nos jours. Que s’est-il passé ? Dans les années 1980, le Front national est ultra-libéral. Il s’inspire de Thatcher et de Reagan. Le FN est en faveur de l’Europe libérale. Ils applaudissent à l’Acte unique et à la construction européenne, car ils voient en l’Europe un rempart contre le bolchévisme. À partir du moment où le mur de Berlin s’effondre, ils changent de perspective. Leur adversaire cesse d’être le bolchévisme pour devenir l’étranger. Le Front national aligne alors son programme économique sur une demande populaire : « il faut se protéger ; il faut protéger notre industrie ; on ne peut pas être livré au vent du libre-échange. »

Face à cela, les deux cœurs de la gauche – celle de gouvernement, et celle de rupture – a ignoré cette demande populaire de protection. En 2001, quand j’ai vu le lave-linge de Whirlpool quitter Amiens, j’ai fait une étude très précise sur le marché du lave-linge, sur les coûts de la main-d’œuvre, de la sous-traitance, des matières premières, etc. À partir de cela, j’ai compris que le choix de délocaliser vers la Slovaquie répondait à une rationalité imparable. Le patron de cette entreprise a simplement veillé à la maximisation de son taux de profit. Non seulement il y gagnait en termes de coût de la main d’œuvre, mais il y gagnait également en termes de coût des pièces sous-traitées et importées depuis les pays de l’Est. Ce processus était parfaitement logique. Si des coûts n’étaient pas ajoutés – soit sur le transport routier, soit aux frontières -, il fallait s’attendre à ce que les délocalisations continuent. Sans surprise, c’est ce qui s’est produit. Dès lors, je suis devenu protectionniste. En 2011, j’ai d’ailleurs publié un livre : Leur grande trouille – Journal intime de mes « pulsions protectionnistes » .

© Pablo Porlan / Hans Lucas pour Le Vent Se Lève

Les sociologues qui justifient l’abandon des ouvriers au RN, ils réactualisent, d’une certaine manière, le fameux rapport de 2011 produit par Terra Nova. Un rapport que j’avais apprécié : au moins, il disait ce que la gauche faisait sans le dire depuis quarante ans ! Les ouvriers doivent être abandonnés, car les reconquérir impliquerait de défendre le protectionnisme et d’abandonner un agenda libre-échangiste.

En 1981, 74 % des ouvriers ont voté pour François Mitterrand, ainsi que les professeurs, très massivement. La mondialisation a opéré un divorce entre ces deux blocs. Mais à côté de ce premier divorce, en est apparu un autre, au sein des classes populaires elles-mêmes

Le vote RN dans ma région n’est pas un vote prioritairement raciste. C’est un vote de rejet de la mondialisation.

LVSL – Vous évoquez la mondialisation et la construction européenne. Le contexte nous conduit à penser que la question européenne va revenir au centre du jeu dans les prochaines années. La BCE a d’ores et déjà annoncé un relèvement de ses taux, ce qui préfigure un retour à l’austérité après une période de relative permissivité. Paradoxalement, on a peu parlé de l’Union européenne et des enjeux européens durant cette campagne présidentielle. Puis l’union de la gauche autour de la NUPES a, par la force des choses, conduit tout un chacun à lisser ses positions sur l’UE. Pensez-vous que la gauche ait intérêt à radicaliser son discours sur la souveraineté nationale et populaire face au cadre européen ?

FR – 2005 est une date fondatrice. 55 % des Français ont dit non à la concurrence libre et non faussée, non à la liberté de circulation des capitaux et des marchandises. 80 % des ouvriers ont voté « non», de même que 71 % des chômeurs et 67 % des employés. C’était un vote de classe marqué.

Je remonte à 2005 car il faut garder à l’esprit qu’aujourd’hui, si l’on reposait la même question à la population, on n’aurait pas 55 % de « non» mais 60 ou 65 % ! Et cela, les dirigeants le savent. Raison pour laquelle depuis 2005 ils mènent leur projet sans le démos , voire contre le démos . Le projet de Macron est un projet minoritaire : la base électorale du « oui» de 2005 ne cesse de se rétrécir. Il se passe de l’avis du peuple pour multiplier les traités de libre-échange : avec le Canada, le Viet-Nâm et le Mexique – en plus des négociations en cours avec la Chine et l’Inde.

C’est ainsi le même projet de mondialisation, de concurrence et de croissance qui se perpétue. Il faut une triple rupture : moins de mondialisation et davantage de protection, moins de concurrence et davantage d’entraide, moins de croissance et plus de répartition. Leur projet est démocratiquement mort et ils le savent.

L’Union européenne semble moins dogmatique depuis la pandémie. Mais au-delà des déclarations des uns et des autres, intéressons-nous à ce que j’appelle le programme caché d’Emmanuel Macron : sa lettre envoyée à la Commission européenne. Il s’engage dedans à une réduction de 3 % des dépenses publiques ! Ce sont encore les hôpitaux et les écoles qui vont en faire les frais. Ces dix dernières années, la Commission européenne a exigé pas moins de soixante-sept fois que les différents États réduisent leurs dépenses de santé ! Si on est arrivé nus face à la pandémie, c’est aussi le produit des injonctions austéritaires de la Commission.

Que faire face à cet état de fait ? Désobéir. L’Union européenne est libérale dans ses fondements. Comparons le mythe fondateur de la nation française à celui de l’Union européenne. Nous avons la révolution française, moment de surgissement du peuple sur la scène de l’histoire. L’Union européenne a des traités économiques, incompréhensibles pour la grande masse des gens. D’où son absence d’ancrage populaire. Une politique de gauche sera amenée à se heurter à l’Union européenne.

LVSL – Face aux lignes de clivages imposées par les médias, la gauche est divisée quant à l’attitude à adopter. Une partie souhaite accepter cette ligne de clivage, et se positionner dans un sens progressiste (défense des minorités , etc), une autre considère qu’il faut sortir du cadre. Où vous situez-vous ? La bonne stratégie politique est-elle ou n’est-elle pas une mise à l’agenda des choses ?

FR – Si on ne veut pas avoir à subir l’agenda du gouvernement, de nos adversaires ou des médias, il faut bien qu’on impose le nôtre. Cela n’a rien d’évident, car le gouvernement et les médias ont d’importants moyens pour imposer leur agenda.

Le paradoxe, c’est que nous avons perdu une élection alors que les thématiques qui étaient à l’ordre du jour étaient en partie les nôtres : l’hôpital, le pouvoir d’achat, les services publics, etc. Pendant le temps de la campagne, on est parvenu à marginaliser la question identitaire. Je fais tout mon possible pour ne pas sauter à pieds joints dans ce piège.

© Pablo Porlan / Hans Lucas pour Le Vent Se Lève

Je parlais tout à l’heure du divorce entre les classes populaires et les classes intermédiaires apparu dans les années 1980. En 1981, 74 % des ouvriers ont voté pour François Mitterrand, ainsi que les professeurs, très massivement. La mondialisation a opéré un divorce entre ces deux blocs. Mais à côté de ce premier divorce, en est apparu un autre, au sein des classes populaires elles-mêmes : les quartiers populaires d’une part, les campagnes populaires de l’autre. Mettre sur la table des questions d’ordre sociétal , culturel ou cultuel fait exploser la possibilité d’un bloc. Mettre l’accent sur les questions économiques et sociales rend possible un rapprochement. Notre objectif doit être de mettre fin à ces deux divorces qui durent depuis des décennies.

LVSL – Quid de l’écologie dans ce bloc populaire à construire ?

FR – C’est l’horizon qu’on doit poser. Mais avec des obstacles sur le chemin. Durant ma campagne, à plusieurs reprises, lorsque je parlais d’écologie, des gens protestaient ! Ah non, pas ça ! Ca semblait un réflexe populaire. Pourquoi ? Parce que l’écologie, ça va m’obliger à changer de voiture, alors qu’elle roule encore, à changer de chaudière, etc. Il faut donc construire une écologie populaire même si l’écologie n’est pas d’emblée populaire.

C’est une nécessité absolue parce que notre survie commune est en jeu. Face au discours de Zemmour et à son « grand remplacement », je réponds aux gens que le grand défi, la grande perte est ailleurs : durant ma vie, la moitié de ce qui vit sur terre, dans les airs et dans les mers a disparu. Quel monde va-t-on laisser à nos enfants ? La sécheresse est déjà là : on a eu trois mois sans eau en Picardie ! Alors, comment on fait du judo avec ça ? Un tableau que j’aime bien montrer dans mon coin, c’est l’empreinte carbone en fonction des classes sociales. Les 50 % les plus pauvres du pays polluent assez peu, les 40 % du dessus légèrement plus, mais pas de manière considérable, tandis que les 10 % du dessus du panier sont les plus gros émetteurs de CO2.

Comment construire une écologie populaire ? Par une écologie de conflits. Une écologie qui ne cherche pas à nier le conflit de classe. J’écoutais ce matin un reportage sur France Inter qui évoquait le coût environnemental de l’avion, et mentionnait le fait que l’avion demeurerait polluant pour longtemps encore. La question de la limitation des vols n’était même pas posée ! La perspective de limiter les vols pour ceux qui prennent l’avion entre Paris et New-York comme je prends le train entre Paris et Amiens n’était même pas évoquée ! C’est pourtant à cette classe qu’il faut remettre les pieds sur terre.

Sur les transports, toujours, plutôt que de chasser la voiture individuelle : Comment faire pour mettre un maximum de marchandises et de voyageurs sur le rail ? Cela nécessite de réduire le coût des billets à un prix abordable et de construire des infrastructures qui soient à la hauteur. La seule loi ferroviaire qui a été votée sous Macron (le « pacte ferroviaire ») contient 87 fois le mot concurrence , tandis que les mots réchauffement, climat ou biodiversité n’apparaissent pas. Bien sûr, on ne s’interroge pas un seul instant sur la manière de démocratiser le rail. Voilà pourtant un biais évident pour rendre l’écologie populaire. J’avais proposé, durant mon premier mandat, que les 1000 premiers kilomètres en train soient gratuits. L’Allemagne vient de lancer le « train illimité à 9 € par mois », avec un immense succès. On doit passer ce message aux gens : « Vous pouvez y gagner ! » Idem sur le logement, autre gros émetteur de gaz à effets de serre.

Les conditions matérielles pour une mise en cause commune de la mondialisation sont là. Mais encore faut-il que notre discours en fasse une priorité, sans bercer les gens d’illusions. D’ailleurs, eux ne s’en laissent pas compter : l’autre monde possible, en l’état, ils n’y croient pas.

L’urgence, là, ça devrait être de mettre fin aux passoires thermiques. Il y a cinq millions de passoires thermiques dans le pays. L’année dernière, 2,500 passoires ont été rénovées. Cela signifie qu’à ce rythme, il faudra deux millénaires pour en venir à bout ! Autant qu’entre la naissance du Chist et aujourd’hui ! Mettre fin aux passoires thermiques serait pourtant une mesure gagnante à bien des égards : gagnant pour les ménages pauvres, avec moins de factures pour leur chauffage à payer. Gagnant pour l’emploi, afin de combattre le chômage par des métiers manuels qualifiés non délocalisables. Gagnant pour la planète, l’évidence. Gagnant pour l’indépendance nationale, enfin, cela nous permettra d’importer moins de pétrole et de gaz. C’est ce que je répète depuis cinq ans à l’Assemblée nationale ! C’est seulement depuis la guerre en Ukraine que notre dépendance à l’égard de ces sources d’énergie apparaît comme problématique…

© Pablo Porlan / Hans Lucas pour Le Vent Se Lève

On peut très bien, en revanche, construire une écologie anti-populaire – et certains, à gauche, savent très bien le faire ! J’ai vu récemment un reportage montrant que le centre-ville d’Amiens, bientôt, ne sera plus accessible aux voitures polluantes. Le même jour, je lis dans le journal que l’on assiste à une explosion de jets privés en France ! On décide donc de réguler les déplacements au ras du sol, d’imposer des obligations à ceux qui prennent leur voiture pour aller au travail, tandis qu’on laisse ceux qui polluent cent fois plus, là-haut, sans aucune contrainte. La priorité, c’est de les faire atterrir ! Je pense, comme Hervé Kempf, qu’il faut consommer moins et répartir mieux . Et consommer moins, cela doit commencer par ceux d’en-haut.

LVSL – L’écologie préoccupe en revanche beaucoup les classes intermédiaires, attachée culturellement au libre-échange… Pensez-vous qu’il soit possible d’unir les classes intermédiaires et les plus populaire à un agenda anti-mondialiste ?

FR – Il y a deux choses qui peuvent aujourd’hui rendre possible la jonction entre les classes intermédiaires et les classes populaires : un facteur social et un facteur écologique. L’européanisation et la mondialisation ont commencé par toucher les ouvriers, puis l’agriculture, et, à présent, s’attaquent aux revenus des classes intermédiaires – qui voient que leur salaire gèle, que leurs enfants sont mis en concurrence avec le monde entier, etc.

La mondialisation, comme dans le combat des trois Horaces contre les trois Curiaces, s’est attaquée à ces groupes sociaux les uns après les autres. Si elle s’était attaquée en même temps à la classe ouvrière, à la paysannerie et aux classes intermédiaires, elle aurait eu face à elle un front uni.

D’autre part, il devient chaque jour plus évident que le libre-échange est incompatible avec la lutte contre le réchauffement climatique. Quelqu’un d’aussi peu radical que Nicolas Hulot affirmait que le problème central était le libre-échange, et que la multiplication des éoliennes n’allait en rien le régler.

Les conditions matérielles pour une mise en cause commune de la mondialisation sont donc bien là. Mais encore faut-il que notre discours en fasse une priorité, sans nous bercer, et sans bercer les gens d’illusions. D’ailleurs, eux ne s’en laissent pas compter : l’autre monde possible, en l’état, ils n’y croient pas.

  • Hu chevron_right

    Tensions Ukraine-Russie: pourquoi Poutine met-il la pression?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 6 December, 2021 - 16:49 · 4 minutes

Vladimir Poutine et Joe Biden à Genève, le 16 juin 2021. 

INTERNATIONAL - Comme un sentiment de guerre froide. Depuis plusieurs semaines, la tension monte entre les États-Unis et la Russie après que cette dernière a massé des troupes à sa frontière avec l’Ukraine . D’après un haut responsable américain au Washington Post , Moscou se préparerait même à lancer début 2022 une offensive impliquant jusqu’à 175.000 hommes.

Disant être en “contact constant” avec les alliés des États-Unis et les Ukrainiens, Joe Biden a déclaré depuis la Maison Blanche être “en train de préparer ce qui sera, je crois, l’ensemble d’initiatives le plus complet et le plus pertinent qui soit pour rendre très, très difficile à M. Poutine de faire ce que les gens craignent qu’il fasse”. Des propos qu’il devrait réitérer lors de son entretien avec Vladimir Poutine prévu mardi 7 décembre.

Mais pourquoi la Russie voudrait-elle envahir l’Ukraine? Depuis l’annexion de la Crimée par Moscou en 2014, l’est du pays est en proie à une guerre entre Kiev et des séparatistes pro-russes soutenus par la Russie. L’Ukraine, dans le giron de l’URSS au temps de la guerre froide, est toujours considéré comme une chasse gardée par Moscou.

L’adhésion de l’Ukraine à l’Otan au cœur des tensions

Le projet russe est toutefois contrarié par les ambitions du pouvoir ukrainien qui souhaite rejoindre l’ Otan depuis 2008. Adhérer à cette alliance internationale permettrait à l’Ukraine d’obtenir une protection de l’Ouest: l’article 5 du traité stipule que les autres pays de l’alliance, États-Unis en tête, seraient tenus d’intervenir militairement pour défendre l’Ukraine en cas d’agression. Hors de question pour la Russie qui, refuse de voir Kiev quitter sa zone d’influence.

La menace russe d’envahir l’Ukraine semble crédible selon plusieurs experts. Vladimir Poutine “ne bluffe plus, il est prêt à une action désespérée. Soit l’Otan fournit des garanties, soit la Russie envahit l’Ukraine”, a estimé la spécialiste en politique russe Tatiana Stanovaya à l’ AFP. Même analyse pour Heather Conley, du Center for Strategic and International Studies. Selon lui, si Vladimir Poutine n’obtient pas satisfaction, alors “il utilisera des moyens militaires pour parvenir à ses objectifs politiques”.

Le contexte est tout cas particulièrement propice pour revendiquer de nouveaux droits sur l’Ukraine, souligne la chercheuse Angela Stent dans Foreign Affairs . Dans le magazine de relations internationales, la chercheuse à l’Atlantic Council rappelle que les États-Unis sont principalement préoccupés par le Covid-19 et par les problèmes politiques en interne, et inquiétés par la Chine sur la scène mondiale. L’Europe se bat aussi contre la pandémie et les tensions à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. À cela s’ajoute le changement de gouvernement en Allemagne, les élections à venir en France et les conséquences du Brexit qu’essayent toujours d’apprivoiser le Royaume-Uni... Laissant presque la voie (presque) libre à Vladimir Poutine.

Moyen de pression sur les États-Unis

D’autres analystes se veulent moins dramatiques. Certains estiment que la menace est surtout censée servir au président russe de moyen de pression, afin d’obtenir un nouveau sommet et des garanties que l’Ukraine ne devienne pas membre de l’Otan.

Cette technique a été utilisée par Vladimir Poutine au printemps dernier, rappelle à Foreign policy Emma Ashford, chercheuse au think tank Atlantic Council: “La Russie a fait la même chose en avril, rassembler des troupes et les utiliser comme lever coercitif contre l’Ukraine.”

Peu après, Joe Biden et Vladimir Poutine se sont rencontrés lors d’un sommet à Genève , ajoute Angela Stent. Lors de cette rencontre, la Russie a pu forcer les Etats-Unis à la table des négociations et obtenu notamment la prolongation des discussions sur la stabilité stratégique et plusieurs engagements bilatéraux.

De plus, estime Emma Ashford, une invasion pure et simple de toute l’Ukraine paraît infaisable. Outre les sanctions que risque le Kremlin, la population ukrainienne pourrait bien se rebeller. “Cela dit, précise-t-elle, la Russie pourrait utiliser la force militaire dans d’autres desseins: pour forcer l’Ukraine à signer un accord de paix peu attractif, pour signaler leur mécontentement après le protocole de Minsk (accord pour mettre fin à la guerre en 2014, NDLR ), ou pour imposer son contrôle direct sur de plus petites parties du pays. C’est cependant un gros risque pour le Kremlin.”

À voir également sur Le HuffPost: Le maillot de l’Ukraine pour l’Euro 2020 ne plaît pas du tout à la Russie

  • Hu chevron_right

    Pêche, sous-marin, immigration: entre Londres et Paris, pourquoi les tensions se multiplient

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 30 October, 2021 - 13:55 · 4 minutes

Boris Johnson et Emmanuel Macron au G7, le 11 juin 2021.

INTERNATIONAL - Que se passe-t-il entre la France et le Royaume-Uni? Ces dernières semaines, les tensions se sont exacerbées sur plusieurs sujets entre les deux pays: la gestion délicate des traversées de migrants, le traité des sous-marins entre Londres, Washington et Canberra (le dossier “Aukus”), le protocole nord-irlandais et les droits de pêche dans le cadre du Brexit ...

Pourquoi autant de frictions? “Il fallait s’attendre à ce que le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne provoque des tensions”, explique Antoine Aurélien, professeur de droit et directeur de l’Observatoire du Brexit , interrogé par Le Huffpost . “L’impact du Brexit n’est pas observable qu’au Royaume-Uni, insiste-t-il. Au-delà de l’Union européenne, ce sont des relations étroites depuis des siècles qui sont touchées.”

Toutefois, ces contentieux -hormis le traité “surprise” annulant le contrat franco-australien colossal sans que Paris soit prévenu- sont en réalité sous-jacents depuis de nombreux mois, rappelle Aurélien Antoine. La question de la pêche avait presque fait craindre une bataille navale entre les deux pays en mai, les traversées de migrants ne sont malheureusement pas une nouveauté, et le Brexit est entré en vigueur il y a 18 mois. “Mais là, tout s’agrège”, explique-t-il. Et en raison d’un agenda bien chargé, surtout du côté français, tout sujet devient politique.

Royaume-Uni et France montrent les muscles

C’est notamment le cas de la pêche, de nouveau au cœur des préoccupations ces derniers jours. Alors que ce secteur représente 0,1% du PIB pour les deux pays, la question des licences accordées aux pêcheurs français, pas assez nombreuses, estime Paris, est devenue un sujet hautement sensible dans lequel France et Royaume-Uni jouent la surenchère à coup de menaces et de mesures de restrictions. “Les Etats veulent montrer leurs muscles, leur souveraineté, notamment en matière de politique économique. La France veut s’affirmer sur la scène européenne et Boris Johnson (le Premier ministre britannique, ndlr) veut donner des preuves tangibles des avantages du Brexit”, explique le professeur de droit.

La France veut s’affirmer sur la scène européenne et Boris Johnson veut donner des preuves avantages des bienfaits du Brexit Aurélien Antoine, directeur de l'Observatoire du Brexit

D’après le ministre britannique de l’Environnement George Eustice, Emmanuel Macron veut aussi jouer sa réélection en gagnant cette bataille de la pêche. Un point de vue partagé par Aurélien Antoine: “On ne peut pas dire que c’est le principal sujet politique, mais la France veut se montrer stricte, parfois à l’excès.” La menace de renforcer des contrôles et d’interdire aux bateaux britanniques de débarquer dans les ports français à partir du 2 novembre a d’ailleurs été qualifiée de disproportionnée de l’autre côté de la Manche. Mais à quelques mois des élections, le spécialiste estime que “l’exécutif veut aussi se positionner en tant qu’allié du monde agricole.”

Autre échéance de taille qui explique la fermeté du ton côté tricolore: la présidence du Conseil de l’Union européenne à partir de janvier 2022. “Emmanuel Macron veut en faire un moyen de relancer l’UE”, ajoute Aurélien Antoine, et mettre un accent sur la défense, mise à mal par le traité Aukus.

Des tensions qui dépassent les deux pays

Cependant, juge-t-il, les tensions actuelles dépassent les deux pays. “Il n’est pas seulement question de relations bilatérales. Le Brexit est un sujet européen, les sanctions ne pourront venir que de l’Europe, la question migratoire a toujours été un problème. Et le traité Aukus montre que les problématiques géopolitiques se déplacent vers la zone indo-pacifique”, une zone où l’influence se joue entre les Etats-Unis et la Chine, avec l’Europe restant au second plan. Une place qu’Emmanuel Macron veut changer: “Sous la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, nous agirons pour renforcer les liens entre Union européenne et Asie du Sud-Est”, a-t-il déclaré au G20 ce samedi 30 octobre.

Outre ces considérations mondiales, le conflit autour de la pêche demeure bien réel et mine les relations franco-britanniques. Après les menaces de sanctions, la convocation de l’ambassadrice de France par le ministère des Affaires étrangères britannique, de nouvelles menaces, puis Emmanuel Macron qui remet en cause la “crédibilité” de Londres dans une interview au Financial Times , une rupture est-elle à craindre? “Non, ce serait exagéré”, estime Aurélien Antoine.

D’ailleurs, le chef du gouvernement britannique n’a-t-il pas encore assuré vendredi 29 octobre: “La France est l’un de nos meilleurs, de nos plus vieux, de nos plus proches alliés, amis, partenaires” et “les liens qui nous unissent, qui nous lient, sont bien plus forts que les turbulences actuelles dans notre relation”? Toujours est-il qu’Emmanuel Macron et Boris Johnson doivent se rencontrer ce week-end en marge de la Cop26 pour évoquer les fritures sur la ligne. Et pour peut-être enterrer les hameçons de la discorde?

À voir également sur le HuffPost : Pêche à Jersey: la France dénonce la décision “inacceptable” du Royaume-Uni

  • Hu chevron_right

    Afghanistan: ce qui attend les talibans désormais seuls aux commandes du pays

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 31 August, 2021 - 16:07 · 4 minutes

Ce qui attend les talibans désormais seuls aux commandes de l

AFGHANISTAN - Les talibans ont gagné la guerre en Afghanistan, mais ils doivent désormais gouverner. Alors que les derniers Américains ont quitté le pays , le mouvement islamiste se retrouve désormais à la tête d’un des pays les plus pauvres du monde, isolé diplomatiquement et qui sort exsangue de plus de quatre décennies de guerre.

Voici les cinq principaux défis auxquels le nouveau régime va être confronté:

Une défiance omniprésente

Une suspicion généralisée entoure les talibans dans la population urbaine et éduquée, et pour une bonne raison. Beaucoup d’Afghans ont encore en mémoire la période 1996-2001 lorsque le mouvement islamiste était au pouvoir et avait appliqué une lecture ultra-rigoriste de la charia, la loi islamique. Les femmes n’avaient plus le droit de travailler et les écoles pour filles étaient fermées. Les opposants politiques étaient exécutés et les minorités ethniques persécutées.

Vingt ans après, les talibans assurent qu’ils entendent mener une politique différente, y compris à l’égard des droits des femmes . Ils ont aussi promis d’établir un gouvernement inclusif. Des contacts ont notamment été établis avec l’ex-président Hamid Karzaï. Ils ont aussi envoyé des représentants parler à la minorité majoritairement chiite Hazara, persécutée par les talibans dans les années 1990.

Si le retour des talibans a été accueilli avec soulagement dans certaines parties rurales du pays, où les habitants aspirent avant tout à la fin de la violence, de nombreux Afghans ont prévenu qu’ils ne jugeraient que sur les actes.

Les femmes dans les villes restent sur le qui-vive, pour une grande partie cloîtrées chez elles, signe de la défiance prégnante . Dans la vallée du Panchir, au nord-est de Kaboul, c’est une vraie résistance qui s’est organisée autour notamment d’Ahmad Massoud, fils du commandant Ahmed Shah Massoud assassiné en 2001 par Al-Qaïda.

Une “catastrophe humanitaire” à venir

L’Afghanistan est l’un des pays les plus pauvres du monde. Après la chute du régime taliban, chassé du pouvoir en 2001, l’aide étrangère avait afflué dans le pays. En 2020, les aides internationales représentaient plus de 40% du PIB.

Mais une grande partie de cette aide est désormais suspendue et les talibans n’ont pas accès aux fonds de la banque centrale afghane, dont la majorité est détenue à l’étranger. Washington a d’ores et déjà fait savoir que les talibans n’auraient pas accès aux avoirs détenus aux États-Unis.

La situation pourrait donc tourner au désastre à l’heure où les talibans vont devoir trouver rapidement de l’argent pour verser les salaires des fonctionnaires et faire en sorte que les infrastructures vitales (eau, électricité, communications) puissent continuer à fonctionner.

Les revenus actuels des talibans, qui viennent principalement d’activités criminelles, sont estimés par l’ONU à entre 300 millions et plus de 1,5 milliard de dollars par an. Une manne financière qui fait figure de goutte d’eau face aux besoins actuels de l’Afghanistan, selon les experts.

Dans ce contexte, l’ONU a mis en garde contre une “catastrophe humanitaire” qui toucherait de plein fouet les Afghans dès cet hiver.

Des talibans arrivent à l

La menace Daech

La prise de contrôle du pays par les talibans n’a pas mis fin à la menace terroriste, comme l’a montré l’attentat commis le 26 août aux abords de l’aéroport de Kaboul , revendiqué par la branche locale de l’État islamique et qui a fait plus de 180 morts.

Tenant d’une ligne sunnite radicale semblable à celle des talibans, l’État islamique au Khorasan (EI-K) diverge toutefois avec ces derniers en terme de théologie et de stratégie. Signe de la forte inimitié qui les oppose, l’EI a qualifié les talibans d’apostats dans plusieurs communiqués et ne les a pas félicités après leur prise de Kaboul le 15 août.

Le défi s’annonce donc complexe pour les talibans: défendre la population afghane face au même type d’attaques que ses propres combattants ont mené durant des années dans le pays.

Fuite des cerveaux et isolement diplomatique

Au-delà de la crise économique, les talibans devront également composer avec une autre pénurie, tout aussi critique et dramatique, celle des cerveaux.

Juristes, fonctionnaires, techniciens... les Afghans qualifiés ont été nombreux à fuir le pays à bord des vols d’évacuation affrétés par les puissances étrangères ces dernières semaines.

Signe de leur inquiétude, les talibans ont exhorté la semaine dernière les Occidentaux à évacuer les seuls étrangers et non les experts afghans, tels que des ingénieurs, nécessaires au pays.

Autre menace, celle de l’isolement diplomatique. Entre 1996 et 2001, le régime taliban faisait figure de véritable paria sur la scène internationale. Cette fois, le mouvement islamiste semble enclin à chercher une reconnaissance à l’étranger , quand bien même la plupart des pays ont suspendu ou fermé leurs missions diplomatiques à Kaboul.

Le groupe a des contacts avec plusieurs puissances régionales, que ce soit le Pakistan, l’Iran, la Russie, la Chine ou encore le Qatar. Mais aucune d’entre elles n’a pour l’heure reconnu le nouveau pouvoir en place à Kaboul et les États-Unis ont prévenu que les talibans devraient “mériter” leur légitimité.

À voir également sur Le HuffPost: À l’aéroport de Kaboul, les talibans paradent en vainqueurs

  • Hu chevron_right

    En Afghanistan, les talibans annoncent une "amnistie générale" des fonctionnaires

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 17 August, 2021 - 12:22