close
  • Hu chevron_right

    Pour le réveillon du Nouvel an 2022, ce que vous pouvez faire (ou pas)

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 31 December, 2021 - 14:22 · 5 minutes

Contrairement à l

CORONAVIRUS - Cette année, “fêter” la Saint-Sylvestre, chez vous, chez vos proches ou au restaurant, sera possible, mais avec modération. Si Emmanuel Macron -qui s’exprimera à 20h pour les traditionnels vœux présidentiels au Français- et son gouvernement, ont écarté l’idée d’un couvre-feu comme en 2020, la montée inédite des contaminations liée au variant Omicron a poussé plusieurs préfets à prendre des mesures pour tenter de la limiter. Le tout sans priver donc les Français de toutes les sorties.

En lien avec l’interdiction des grands rassemblements en extérieur, la grande majorité des feux d’artifice, des concerts ou des soirées dansantes organisés par les municipalités, ont été annulés. Le masque est de nouveau rendu obligatoire dans les rues de plusieurs villes (y compris Paris) ou stations de ski et de nombreux bars et restaurants devront fermer leur porte dès 2h du matin.

Pour vous permettre d’y voir plus clair, Le HuffPost fait le point sur les mesures sanitaires en vigueur dans la nuit de ce 31 décembre 2021 au 1er janvier 2022.

“Limiter les grandes fêtes et les grands dîners”

Lors de sa conférence de presse du lundi 27 décembre , ​Jean Castex a une nouvelle fois martelé les recommandations émises par les autorités sanitaires: “Limitons les grandes fêtes et les grands dîners. Portons le masque. Aérons les pièces. Respectons les gestes barrières. Testons-nous”, a-t-il demandé aux Français , les appelant une nouvelle fois à la responsabilité en vue de cette nouvelle soirée festive après Noël.

Vous pourrez donc circuler librement toute la nuit, sans restrictions d’horaires, ni de kilomètres. Aucune jauge n’a été imposée ou recommandée pour les soirées privées, même si le gouvernement et les épidémiologistes appellent les Français à éviter les “grandes soirées” à votre domicile.

En revanche, les rassemblements spontanés dans la rue sont interdits et pour les éviter ou les sanctionner près de 95.000 policiers et gendarmes seront mobilisés ce soir en France, a indiqué ce vendredi le ministère de l’Intérieur. Près de 3.200 militaires de la force Sentinelle s’ajoutent au dispositif sur l’ensemble du territoire.

À Paris, dans l’Hérault ou encore en Gironde, les feux d’artifice sont annulés et la consommation d’alcool sur la voie publique interdite. D’autres départements, comme les Alpes-Maritime ou l’Ille-et-Villaine y ont ajouté des mesures contre la musique en extérieur ou les rave-party . Certains préfets, comme celui du Nord , s’en remettent, quant à eux, “au bon sens de la population”. Dans le Bas-Rhin, un arrêté interdit également la vente et l’utilisation de pétards et de feux d’artifice, très populaires en Alsace et en Allemagne voisine.

Le masque obligatoire en extérieur dans de nombreuses villes

​Le port du masque redevient obligatoire ce vendredi dans les rues de Paris et de plusieurs départements d’Île-de-France pour les plus de 11 ans. Une mesure déjà prise, progressivement depuis la fin novembre, par 34 départements de métropole , selon le recensement de LCI . Il s’agit du Finistère, Côte d’Armor, Morbihan, Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Deux-Sèvres, Orne, Eure, Eure-et-Loir, Val-d’Oise, Yvelines, Loir-et-Cher, Cher, Nord, Aisne, Ardennes, Meuse, Meurthe-et-Moselle, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Territoire de Belfort, Loire, Rhône, Isère, Haute-Savoie, Landes, Tarn, Hérault, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes, Pyrénées-Orientales et Ariège.

Pour rappel, les cyclistes, les usagers de deux-roues ou les personnes “pratiquant une activité sportive” sur la voie publique ne sont pas concernés. La préfecture de Paris a précisé que “des contrôles réguliers et renforcés” seront mis en place et les contrevenants pourront se voir infliger une amende de 135 euros.

Le masque est également obligatoire dans les centre-ville de la plupart des stations de ski de Savoie, de Haute-Savoie, de l’Isère et des Hautes-Alpes.

Les boîtes de nuit fermées, fermeture avancée pour tous les bars et restaurants

Pour la deuxième année consécutive, les 1600 discothèques de France seront fermées ; elles le seront d’ailleurs au moins jusqu’au mois de février . Les bars et restaurants pourront eux rester ouverts, s’ils souhaitent travailler pour cette soirée du Nouvel an. Cependant, ils devront baisser leur rideau et demander à leurs clients de quitter l’établissement dès 2h du matin dans une quinzaine de départements, dont Paris, le Calvados, les Alpes-Maritimes, ou encore la Charente-Maritime. Le Var a même avancé cet horaire de fin à 1h du matin.

Il y sera également, officiellement, interdit de danser. L’interdiction de consommer debout dans les bars et cafés n’entre, elle, en vigueur que lundi 3 janvier.

Passer la soirée entre “covidés”, la fausse bonne idée?

C’est une idée pour le moins surprenante mais qui se propage entre groupes d’amis, vu l’ampleur de la population recensée positive en cette fin d’année, le plus souvent avec peu ou sans aucun symptôme de la maladie: passer le Réveillon entre “covidés” .

Pour la Direction générale de la santé (DGS), contactée par Libération , l’un des risques de ce Nouvel An réside dans la rupture des règles d’isolement. “Se rendre chez des amis positifs pour dîner revient à prendre les transports en commun, des taxis, etc.”, énumère la DGS. Autant d’occasions de propager le virus. L’instance propose plutôt de passer la soirée avec des personnes contaminées... qui font déjà partie de votre foyer, plutôt que de vous déplacer.

Les spécialistes sont, eux, plus partagés mais certains ont décidé d’alerter les Français qui auraient cette idée en tête: Pour Yannick Simonin, maître de conférences en virologie à l’Université de Montpellier, interrogé par Ouest France , “c’est une très mauvaise idée”. “Généralement lorsque l’on est infecté, que l’on soit symptomatique ou non, notre système immunitaire génère une réponse immunitaire qui limite le risque d’une infection par le même virus”, explique-t-il au journal. Cependant , il estime que “les risques de réinfection” notamment chez les personnes “ayant le système immunitaire affaibli” n’est pas à exclure. Elles “pourraient développer une forme plus sévère de la maladie”.

À voir également sur Le HuffPost: Veran illustre par les chiffres le “raz de marée” du variant Omicron en France

  • Hu chevron_right

    Covid: la Réunion sous couvre-feu dès le 1er janvier

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 29 December, 2021 - 15:40 · 2 minutes

La Réunion instaure un couvre-feu dès le 1er janvier  (Un panneau routier à Saint-Denis-de-la-Réunion, sur l

COVID - Le préfet de région de la Réunion, Jacques Billant, a annoncé ce mercredi 29 décembre la mise en place d’ un couvre-feu sur l’île à compter de samedi 1er janvier au soir de 21h jusqu’à 05h, pour trois semaines, en raison de la dégradation de la situation sanitaire provoquée par la flambée du variant Omicron .

“Il nous faut agir pour freiner la circulation exponentielle du virus dans l’île depuis le début de la semaine”, a expliqué le préfet lors d’une conférence de presse pour justifier la mise en place de nouvelles mesures de restriction.

Elles viennent s’ajouter à celles qui s’appliquant sur tout le territoire national et celles déjà introduites sur l’île, comme l’obligation du port du masque dans tout espace public.

“La situation est de nouveau inquiétante”

“La situation sanitaire nous impose de limiter nos interactions sociales dans les semaines à venir” et “l’État d’urgence sanitaire permet de prendre des mesures adaptées de freinage”, a-t-il ajouté.

Outre le couvre-feu qui s’appliquera au lendemain du réveillon du 31 décembre, “un choix de confiance”, le préfet a annoncé trois autres mesures nouvelles. D’abord l’interdiction de rassemblements et événements culturels, sportifs, commerciaux sur la voie publique. Ensuite l’interdiction des rassemblements festifs privés dans les salles des fêtes communales ou les gymnases municipaux. Enfin des jauges sont rétablies dans tous les établissements recevant du public, en fonction de la surface des établissements pour l’ensemble des commerces et des marchés.

Les restaurants, bars, cinémas, salles de spectacles, musées, bibliothèques, établissements sportifs seront soumis à une jauge de 75% de leur capacité d’accueil maximale. Les tables sont limitées à 6 personnes dans les bars et restaurants. “La situation est de nouveau inquiétante, comme elle l’était au mois d’août”, a souligné le préfet.

Le taux d’incidence est de 740 cas pour 100.000 habitants, son taux le plus haut depuis le début de la crise. Il y a en moyenne 700 cas par jour.

“On parle désormais de tension hospitalière et de pression sur les services de médecine et de réanimation”, a ajouté Jacques Billant qui précise que sur les 89 lits de réanimation, 84 étaient occupés mardi, dont 37 par des patients Covid.

À voir également sur Le HuffPost: Télétravail, jauges, pass vaccinal... Les annonces de Jean Castex face au variant Omicron

  • Hu chevron_right

    Réveillon du Nouvel An: les recommandations de Jean Castex

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 27 December, 2021 - 18:55 · 1 minute

Happy friends spending holidays together outside

CORONAVIRUS - Pas de couvre-feu le 31 décembre. Ce lundi 27 décembre, à quatre jours du Nouvel An et alors que l’épidémie de coronavirus s’accélère en France, le Premier ministre Jean Castex a écarté cette disposition redoutée d’une partie des Français.

Au sein des scientifiques, plusieurs voix, dont celle de l’ancien directeur général de la Santé William Dab s’étaient élevées en faveur du couvre-feu. Sans que le gouvernement ne la retienne pour autant.

Pour le soir du 31 décembre, Jean Castex a renouvelé les recommandations: déjà émises: “Limitons les grandes fêtes et les grands dîners. Portons le masque. Aérons les pièces. Respectons les gestes barrières. Testons-nous”, a martelé le Premier ministre.

En plus de la fermeture des discothèques, le gouvernement a annoncé l’annulation de toutes les cérémonies de vœux prévues en janvier.

Le nombre de malades du Covid-19 a continué à progresser ce lundi, avec 16.921personnes hospitalisées, contre 16.365 dimanche et  avec 1634 nouvelles admissions, selon les données de Santé publique France. La progression concerne aussi le nombre de personnes soignées dans les services de soins critiques, avec 3333 patients, contre 3299 la veille et 328 nouvelles admissions.

“Une nouvelle vague déferle sur notre continent avec le variant Omicron , avec 100.000 cas par jour”, a mis en garde Jean Castex.

Revivez en intégralité la prise de parole de Jean Castex et Olivier Véran ci-dessous:

  • Hu chevron_right

    Au Nouvel An, un couvre-feu à Strasbourg pour les moins de 16 ans

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 13 December, 2021 - 21:31 · 2 minutes

Au Nouvel An, un couvre-feu pour les moins de 16 ans imposé à Strasbourg (photo à Strasbourg du 12 décembre 2019)

NOUVEL AN - Un couvre-feu pour les moins de 16 ans sera instauré à Strasbourg et dans six villes de son agglomération la nuit de la Saint-Sylvestre , marquée depuis de nombreuses années par des violences urbaines, a annoncé ce lundi 13 décembre la préfecture du Bas-Rhin.

“Des phénomènes de violences et de dégradation urbaines sont régulièrement observés dans l’agglomération (...) la nuit du Nouvel An depuis 1997”, notamment l’usage “d’artifices pouvant entraîner de graves blessures, l’incendie de véhicules et de mobilier urbain” ou encore “des agressions sur les sapeurs-pompiers et les forces de l’ordre”, rappelle dans un communiqué la préfecture.

Cette dernière avait déjà pris début décembre un arrêté interdisant durant tout le mois la vente et l’utilisation “d’artifices de divertissement”, très prisés en Alsace et en Allemagne voisine lors des fêtes de fin d’année et qui occasionnent régulièrement des blessures graves, voire des morts.

“Chaque année, les mineurs sont particulièrement impliqués dans ces troubles à l’ordre public”, particulièrement ceux âgés de “13 à 16 ans”, selon la préfecture qui souligne que “le contexte sanitaire actuel, avec une circulation importante du virus parmi les jeunes, incite à limiter les rassemblements importants sur la voie publique”.

De 22h00 à 6h00

En conséquence, “la circulation et le stationnement sur la voie publique de mineurs de moins de seize ans non accompagnés par l’un de leurs parents ou d’un représentant de l’autorité parentale sont interdits la nuit du 31 décembre 2021 à partir de 22 heures jusqu’au 1er janvier 2022 à 6 heures” à Strasbourg et six communes proches (Hoenheim, Bischheim, Schiltigheim, Illkirch-Graffenstaden, Lingolsheim et Ostwald), selon le communiqué.

Les mineurs en infraction “pourront être reconduits à leur domicile par les forces de l’ordre” qui informeront le parquet de Strasbourg “de tous les faits susceptibles de donner lieu à l’engagement de poursuites ainsi qu’à la saisine du juge pour enfants”, prévient la préfecture.

L’an dernier, un jeune homme de 25 ans avait eu la tête emportée par un mortier d’artifice lors du réveillon de la Saint-Sylvestre. Quelques dizaines de véhicules avaient également été incendiés mais, en raison du couvre-feu, les incidents avaient été moins nombreux que l’année précédentes quand les forces de l’ordre et les pompiers avaient été pris à partie.

A voir également sur Le HuffPost: 5 conseils pour choisir ses cadeaux de Noël de seconde main

  • Hu chevron_right

    En Martinique, le couvre-feu prolongé pour deux semaines

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 8 December, 2021 - 08:19 · 2 minutes

Mis en place face aux violences liées à l

CORONAVIRUS - Face à une “situation sanitaire qui se dégrade de plus en plus”, les autorités de Martinique prennent des mesures contre le covid-19 . Ce mardi 7 décembre, le préfet a annoncé dans un communiqué que le couvre-feu qui était déjà en vigueur dans le territoire était prolongé “pour deux semaines”

Pour justifier cette décision, le préfet du département ultramarin évoque notamment “des indicateurs épidémiologiques inquiétants” ainsi qu’un “système sanitaire -hospitalier et à domicile- sous tension”.

Fin novembre, la préfecture avait annoncé la mise en place d’un couvre-feu dès 19 heures sur toute l’île, et ce jusqu’à ce mercredi 5 heures du matin. Une mesure exceptionnelle pour répondre alors aux violences nocturnes qui frappaient la Martinique , en marge de la grève générale du 22 novembre et en opposition notamment à l’obligation vaccinale pour les soignants .

La vaccination stagne en Martinique

Mais face à la reprise de l’épidémie sur place, le couvre-feu s’appliquera désormais de 20 heures à 5 heures du matin, sans exception pour les restaurants et salles de spectacle, qui bénéficiaient avant les événements sociaux d’une dérogation jusqu’à 22 heures.

“Tout déplacement devra être justifié d’un motif impérieux d’ordre familial, de santé ou professionnel. En cas de contrôle, l’attestation de déplacement dérogatoire devra être présentée accompagnée d’un justificatif”, précisent les autorités locales. Un dispositif qui pourra être revu et donc éventuellement prolongé d’ici deux semaines.

Dans l’île, la situation sanitaire se détériore avec 618 nouveaux cas de Covid du 29 novembre au 5 décembre, contre 529 la semaine précédente. Les taux de positivité et d’incidence sont en hausse, alors que la vaccination stagne avec près de 40,5% de personnes possédant un schéma vaccinal complet, chez les 12 ans et plus.

À noter que dans son communiqué, le préfet invite également les Martiniquais à privilégier “dès que possible” le télétravail et les réunions en visioconférence. Il précise en outre que les moments de convivialité liés aux fêtes de fin d’année dans le cadre professionnel et associatif “devront être réinventés”. Un communiqué qui se conclut sur un énième appel à la vaccination, et ce dès l’âge de 12 ans. “C’est la garantie d’une protection rapide et efficace pour cette cinquième vague qui monte.”

À voir également sur le HuffPost : Les images des tensions en Martinique et en Guadeloupe

  • Hu chevron_right

    Antilles: couve-feu prolongé en Guadeloupe, démantèlement de barrages en Martinique

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 2 December, 2021 - 22:22 · 2 minutes

Lors d

ANTILLES - Le couvre-feu est prolongé en Guadeloupe jusqu’au 7 décembre “sur certaines communes”, a annoncé la préfecture ce jeudi 2 décembre, en raison de la poursuite des “troubles” et “barrages” qui bloquent l’archipel, tout comme sa voisine la Martinique , où la gendarmerie a mené une grande opération de démantèlement.

La Guadeloupe et la Martinique connaissent un fort mouvement social, né du refus de l’obligation vaccinale pour soignants et pompiers et qui s’est étendue à des revendications politiques et sociales, notamment contre la vie chère, occasionnant violences, pillages et incendies. Les deux îles sont placées sous couvre-feu .

“Compte tenu de la poursuite des troubles à l’ordre public dans certaines communes de la Guadeloupe avec notamment, l’interpellation d’individus armés, la persistance de rassemblements destinés à barrer les axes de circulation, d’incendies de barrages”, le préfet Alexandre Rochatte, a décidé, “la prorogation du couvre-feu” entre 18h et 5h “jusqu’au 7 décembre”, sur 21 communes, dont Pointe-à-Pitre, explique un communiqué.

“Cette nuit a été marquée par plusieurs tentatives de réinstallation d’obstacles sur les routes”, comme “l’incendie d’un bus de transport scolaire volé (...) dans le but de couper la RN1″, selon la préfecture, précisant que “dix nouvelles interpellations ont eu lieu durant la nuit”.

Les élus guadeloupéens ont de leur côté rencontré pendant quatre heures le “collectif des organisations en lutte” pour tenter de sortir de la crise, mais la réunion a surtout abouti à redemander une nouvelle fois “la venue d’une mission interministérielle permettant d’obtenir des engagements fermes sur les points relevant de la compétence de l’État ou nécessitant son implication renforcée”.

Une grande opération de démantèlement de tous les blocages de ronds-points

“Contrairement à ce que Lecornu (le ministre des Outre-mer, NDLR) dit, la quasi-totalité des points” de la plate-forme de revendication “relève de l’intervention de l’État, au plus haut niveau”, a expliqué à la presse, Elie Domota, porte-parole pour le LKP.

Les négociations avec Sébastien Lecornu, arrivé en Guadeloupe pour une visite express le 29 novembre , avaient tourné court en raison du refus des syndicats de condamner les “tentatives d’assassinat contre des policiers et des gendarmes”.

En Martinique, le ministre a promis d’ouvrir les discussions sur “l’adaptation des modalités d’application de la loi sur l’obligation vaccinale”, déjà reportée du 15 novembre au 31 décembre.

Dans l’île ce jeudi, la gendarmerie nationale a lancé une grande opération de démantèlement de tous les blocages de ronds-points.

Déjà dans la nuit, gendarmes et police nationale étaient intervenus sur les sites de Mahault et de la Brasserie Lorraine, au Lamentin, donnant aux lieux des allures de guérilla urbaine.

Selon la gendarmerie, plusieurs déblocages de ronds-points se sont cependant déroulés dans le calme, notamment celui de Fond-Lahaye, situé sur la commune de Schoelcher, qui coupaient les 20.000 habitants du Nord-Caraïbe du reste de l’île ou encore celui de Rivière-Pilote dans le sud.

À voir également sur Le HuffPost : Martinique: +38% ou +100%, on a vérifié l’écart de prix entre l’hexagone et les Antilles

  • Hu chevron_right

    En Martinique, un couvre-feu instauré "jusqu'au retour au calme"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 25 November, 2021 - 22:10 · 3 minutes

Des citoyens détournant la circulation, à Fort-De-France en Martinique, le 24 novembre 2021.

MARTINIQUE - Le préfet de Martinique a décidé ce jeudi 25 novembre d’instaurer un couvre-feu face aux violences urbaines nocturnes dans l’île , qui connait comme sa voisine la Guadeloupe un mouvement de protestation, né d’un refus de l’obligation vaccinale des soignants mais qui a dégénéré en crise sociale.

L’objectif prioritaire de ce couvre-feu établi “de 19h à 5h”, c’est “le retour à une situation apaisée” qui “permet(te) ensuite de dialoguer, de travailler, d’avancer”, mais également “le retour du service public et la réouverture du système scolaire”, a indiqué le préfet Stanislas Cazelle à l’AFP.

La sécurité sera renforcée dès la nuit de ce jeudi à vendredi, a-t-il précisé, “avec un dispositif plus mobile et plus nombreux pour cibler les points les plus difficiles”.

Le blocage de certains axes perdurait ce jeudi sur les deux îles.

Les tensions à l’hôpital de Pointe-à-Pitre depuis le début de la grève générale le 15 novembre commencent à faire sentir leurs effets: une association d’internes a invoqué mercredi le droit de retrait de ses adhérents pour “péril imminent” et des médecins hospitaliers démissionnent.

“Je ne comprends pas que l’action syndicale soit tournée vers des entraves à l’outil de travail (...) vers des intimidations, des insultes, des agressions envers les personnels et particulièrement les médecins”, a déclaré sur la radio RCI Guadeloupe le directeur du CHU, Gérard Cotellon. “Je commence à payer les conséquences de tout ça: ce sont des démissions en chaîne”.

“Si l’objectif était de faire partir les médecins, on y arrive. Et cela va poser des problèmes pour la prise en charge des patients guadeloupéens”, a-t-il déploré.

La direction du CHU de Martinique a pour sa part annoncé que “dans le contexte actuel”, elle était contrainte “d’activer le service minimum sur l’ensemble des sites du CHUM afin de sécuriser les professionnels et les patients”, en raison de “grandes difficultés à assurer les soins dans l’institution”.

Tentatives de conciliation

Les autorités locales comme nationales ont tenté d’ouvrir la porte au dialogue avec les syndicats et les élus sur les deux îles.

Les leaders des 17 organisations syndicales, le préfet et le président du conseil exécutif de la Collectivité territoriale de Martinique, Serge Letchimy, ont participé ce jeudi à une réunion de conciliation à la préfecture. Les participants en sont ressortis au bout de 4 heures, mais aucun n’a souhaité s’exprimer jusque là sur la teneur des discussions.

Par ailleurs, le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a organisé une visioconférence avec les maires de Guadeloupe en présence du préfet, et des membres des cabinets du ministre de l’Intérieur et du ministre des Solidarités et de la Santé, afin de “faire un point sur la situation en Guadeloupe sur les plans sanitaire, sécuritaire et social”, selon le ministère.

Une réunion similaire sera organisée, vendredi à 15h avec le président du conseil régional, le président du conseil départemental et les parlementaires du territoire.

“Lors de ces échanges libres et ouverts, une attention particulière sera portée aux priorités de la jeunesse guadeloupéenne”, assure le ministère dans un communiqué.

Pour apaiser la situation, le Premier ministre Jean Castex avait notamment annoncé lundi la création d’une “instance de dialogue” afin de “convaincre et d’accompagner individuellement, humainement”, les professionnels concernés par l’obligation vaccinale.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a également “décidé de mettre en place une structure qui va permettre de trouver une solution à chacune des 1400 personnes suspendues parce qu’elles ne sont pas en conformité avec cette obligation vaccinale”, a expliqué Sébastien Lecornu.

À voir également sur Le HuffPost : Rentrée scolaire bouleversée en Guadeloupe, cette professeure craint les répercussions sur ses élèves

  • Hu chevron_right

    Covid-19: fin du couvre-feu à La Réunion, confinement prolongé en Nouvelle-Calédonie

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 1 October, 2021 - 10:14 · 2 minutes

Un centre de vaccination en Nouvelle-Calédonie le 16 mars 2021. La vaccination y est obligatoire pour toute personne majeure depuis le 3 septembre.

COVID-19 - Les restrictions liées à l’épidémie de coronavirus se lèvent progressivement à La Réunion. La situation sanitaire s’étant améliorée sur l’île, la préfecture a annoncé ce vendredi 1er octobre une levée totale du couvre-feu et une réouverture des discothèques fermées depuis mars 2020 à compter de ce lundi 4 octobre.

Les mesures de “desserrement” ont été prises par le préfet “au regard des données sanitaires favorables” indique la préfecture dans un communiqué. Le pass sanitaire reste applicable dans les mêmes conditions qu’en France métropolitaine.

La suppression des jauges dans les commerces et la fin de l’obligation de port du masque au sein des établissements recevant du public entreront aussi en vigueur lundi. L’autorisation de regroupements dans l’espace public est, elle, portée de 6 à 10 personnes. La même augmentation est appliquée pour les pique-niques, une pratique très ancrée dans les loisirs locaux.

Circulation du virus “trop élevée” en Nouvelle-Calédonie

Selon les chiffres de Santé publique France, au 27 septembre, le taux d’incidence de La Réunion était de 42,2 cas pour 100.000 habitants. La moyenne nationale était de 55,3 à la même date.

Toutefois, la situation est loin d’être aussi favorable en Nouvelle-Calédonie , où la circulation du virus est jugée “encore trop élevée” par le président du gouvernement local, Louis Mapou. En trois semaines, 129 personnes sont mortes, dont dix au cours des dernières 24h. C’est pourquoi le confinement en vigueur depuis le 7 septembre est prolongé de deux semaines, a-t-il annoncé ce vendredi 1er octobre.

Jusqu’au 10 octobre inclus l’actuel confinement strict -fermeture des écoles et des commerces non essentiels, couvre-feu de 21 heures à 5 heures, déplacements soumis à attestation- sera maintenu.

Ensuite “si les indicateurs évoluent favorablement, des adaptations pour une reprise progressive de l’économie” seront appliquées jusqu’au 17 octobre avant une probable mise en place du passe sanitaire, a-t-il également annoncé.

Le centre hospitalier saturé

“96% des morts étaient non vaccinés, leur moyenne d’âge est de 71 ans et le plus jeune avait 40 ans. 56% sont des Kanaks, 22% des Wallisiens et Futuniens et 22% sont issus des autres communautés”, a précisé Louis Mapou.

Grâce au confinement, le taux d’incidence du virus, qui atteignait 1.200 pour 100.000 habitants il y a dix jours s’établit actuellement à 588, mais la crise “va encore durer de longues semaines”, a averti le chef de l’exécutif collégial.

Par ailleurs, face aux difficultés du centre hospitalier saturé et de son personnel, Patrice Faure, haut-commissaire de la République, a annoncé qu’un “deuxième contingent de 103 soignants” de la réserve sanitaire arrivera la semaine prochaine de métropole et s’ajoutera aux 174 personnels déjà dépêchés sur le Caillou. “La solidarité nationale durera autant que nécessaire”, a-t-il affirmé.

Les deux responsables ont une nouvelle fois exhorté la population à se faire vacciner, dans les nombreux centres ouverts à travers le territoire. Actuellement, 34% de la population dispose d’un schéma vaccinal complet et environ 65% a reçu au moins une dose.

À voir également sur Le HuffPost: Malgré le couvre-feu à La Réunion, ce restaurateur est prêt à tout pour retrouver ses clients