close
  • chevron_right

    Kiwi Farms : c’est quoi ce forum de harceleurs qui fait même peur à la Russie ?

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Friday, 9 September - 09:00

template-jdg-2022-09-09t095205-549-158x105.jpg Kiwi farms

Kiwi Farms, le forum préféré des harceleurs et des complotistes vient de fermer, et même la Russie n'en veut plus.

Kiwi Farms : c’est quoi ce forum de harceleurs qui fait même peur à la Russie ?

  • chevron_right

    Les harceleurs ne sont pas toujours les autres, c’est nous aussi

    news.movim.eu / Numerama · Sunday, 31 July - 17:46

Les affaires de harcèlement sexiste sur les réseaux sociaux francophones se répètent. Les réactions de surprise ou de soutien ne changent pas non plus. Mais les harceleurs, ce ne sont pas toujours les autres. Parfois, c'est aussi nous, rappelle la journaliste Lucie Ronfaut dans la newsletter #Règle30 de Numerama. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    Roland-Garros: Caroline Garcia et Benjamin Bonzi visés par des insultes après leur défaite

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 3 June - 15:31 · 3 minutes

France's Caroline Garcia reacts after winning a point against Taylor Townsend of the U.S. during their first round match of the French Open tennis tournament at the Roland Garros stadium Tuesday, May 24, 2022 in Paris. (AP Photo/Jean-Francois Badias) France's Caroline Garcia reacts after winning a point against Taylor Townsend of the U.S. during their first round match of the French Open tennis tournament at the Roland Garros stadium Tuesday, May 24, 2022 in Paris. (AP Photo/Jean-Francois Badias)

TENNIS - “J’espère qu’au moment où tu liras ce message tu tomberas du lit et tu te feras les croisées.” Éliminé au premier tour de l’édition 2022 de Roland Garros , le tennisman français Benjamin Bonzi a été la cible de messages injurieux sur les réseaux sociaux. Avec la joueuse Caroline Garcia , battue au deuxième tour et victime des mêmes commentaires, ils sont revenus tous les deux pour L’Équipe Explore sur ce phénomène dont se plaignent de nombreux sportifs.

Pour le documentaire La Quinzaine de la Haine et dont L’Équipe a publié un court extrait sur les réseaux sociaux, les deux Français ont accepté de partager certains messages haineux qu’ils ont reçus dès leur défaite. Dans l’un des messages lus par Benjamin Bonzi, les injures se multiplient. Devant son écran, le tennisman estime que sur les soixante messages qu’il a reçus, quarante comportent des insultes.

“Sale p***, j’espère que ta mère t’a abandonné quand t’es née, va mourir”, a, de son côté, notamment reçu Caroline Garcia. Des messages qu’elle juge “tristes” et “blessants” envoyés par “des gens que tu n’as jamais vu de ta vie”. “Ce sont des choses que les gens ne vont pas dire en face”, ajoute-t-elle, avant de conclure que “maintenant ça fait partie du sport”.

“C’est normal pour vous?”

Ils ne sont pas les premiers joueurs de tennis à dénoncer l’avalanche de messages haineux envoyés après une défaite. Alizé Cornet et Gaël Monfils avaient également décidé de dénoncer ces procédés en dévoilant les insultes qui leur avaient été envoyées.

En avril, c’est le Français Benoît Paire qui avait partagé sur Twitter les missives insultantes qu’il avait reçues , envoyés notamment par des parieurs. “S’il te plaît, meurs” (“please die”), “on va te tuer” (“te vamos a matar”), “gros con, arrête le tennis et va faire de la danse” faisaient partie des messages qui lui avaient été envoyés. “C’est normal pour vous?”, s’était-il interrogé sur le réseau social.

Les auteurs du documentaire sont également allés à la rencontre d’un parieur qui a ouvert un compte Twitter sur lequel il s’en prend aux joueurs de tennis, dont le tennisman français Pierre-Hugues Herbert. Les deux jeunes hommes se sont rencontrés pour la première fois pour L’Équipe Explore .

Ce documentaire et ces témoignages viennent à nouveau mettre la lumière sur le cyberharcèlement des sportifs.

À voir également sur Le HuffPost : Ce ramasseur de balles a failli être blessé par Kyrgios, il finit par récupérer sa raquette

  • chevron_right

    Comment repérer un potentiel troll du Kremlin

    news.movim.eu / Numerama · Monday, 2 May - 16:11

Le Royaume-Uni accuse la Russie d'être à l'origine d'une vaste campagne de trolls, destinée à harceler et désinformer les utilisateurs des réseaux sociaux. Plusieurs indices vous permettent d'identifier des profils créés uniquement pour relayer la propagande. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    Comment devient-on victime de harcèlement? - BLOG

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 16 April - 07:00 · 5 minutes

Il ne faut pas oublier que le harcèlement repose avant toutes choses sur un processus de neutralisation et de disqualification du discours de la victime. Il ne faut pas oublier que le harcèlement repose avant toutes choses sur un processus de neutralisation et de disqualification du discours de la victime.

HARCÈLEMENT - Les campagnes de prévention visent à pointer du doigt les fautes commises par les agresseurs , d’alerter les parents , le corps enseignant et les camarades eux-mêmes. Pourtant, mon parcours de praticien, au plus proche des problématiques adolescentes, m’incite à penser que c’est à la personne victime d’abord, d’entamer un travail sur elle-même pour se délivrer de cette forme d’assignation inconsciente à la persécution de ses pairs.

Cette constatation n’évacue évidemment pas la perversion généralisée de notre société, qui favorise, par le biais des réseaux sociaux par exemple, le culte de la normalité à tout prix, tant au niveau physique que psychologique. Malgré des avancées significatives en matière d’inclusion, il ne fait toujours pas bon d’être gros, homo ou noir dans un collège.

Le harcèlement scolaire était le thème de ma dernière performance-débat, “Dans les yeux de Mattéo”, au centre LGBT le 13 mars dernier, avec le concours de PSYgay.e.s, annuaires de psys proposant l’accueil inconditionnel des minorités sexuelles, souvent victimes d’homophobie ou de transphobie dans les lieux de soins.

“Dans les yeux de Mattéo” raconte l’itinéraire d’un garçon de quinze ans, que les autres surnomment Pocahontas en se moquant de sa silhouette chétive et de son allure efféminée. L’indifférence de son professeur principal, le déni forcené de sa mère, préférant critiquer la prise de poids de la voisine plutôt que de s’intéresser aux souffrances morales de son propre enfant, sont évoquées à la travers le spectacle.

Mattéo essaye de répondre à ses agresseurs dans la cour de récré quand ses derniers l’intimident, mais n’y parvient pas. Il se retrouve tétanisé, comme s’il ne pouvait pas leur donner tort au fond de lui-même.

Le syndrome du bouc émissaire

Il ne faut pas oublier que le harcèlement repose avant toutes choses sur un processus de neutralisation et de disqualification du discours de la victime. Sous couvert d’humour, en incluant les autres membres du groupe, l’agresseur l’attaque. Souvent, il est protégé par une cape d’immunité, qui à l’adolescence, s’apparente à une sorte de cote de popularité acquise à partir de critères socioculturels valorisants (pratique sportive, vêtements de marque, attitude transgressive). Nul n’en est dupe autour de lui. Cette cape d’immunité lui autorise certains assauts sadiques que d’autres ne peuvent pas se permettre.

Or, le principal danger guettant la victime est d’adhérer à ce discours dominant en courbant l’échine devant son bourreau. Cette vassalisation inconsciente (“Tu es plus populaire que moi et tu as tous les droits”, “Tes attaques sont légitimes car je ne vaux rien”) correspond à une haine et un dégoût de soi, générateurs de harcèlement.

Cette absence totale d’estime de soi, voire la volonté de se détruire par le biais des mots et des actes des autres, va entraîner certaines victimes dans une spirale menant à la solitude radicale, la mise au ban de tous leurs pairs. C’est ce qui s’appelle le syndrome du bouc émissaire avec sa somme de dénis collectifs.

Un silence trompeur

Bien souvent, en effet, ce mouvement psychique groupal se fait dans un silence tonitruant, qui trompe les professeurs et les familles. “On n’a rien su”, résume la pensée ambiante, lorsque la petite victime attente à ses jours au bout de longues semaines, voire de longs mois de calvaire

Avec les réseaux sociaux et le règne des pseudos, cette omerta gagne évidemment en intensité. Personne ne se déclare nominativement dans cette déferlante de sarcasmes. Personne n’ose finalement affronter le monde à visage découvert.

Or, très souvent, nous constatons après-coup que la victime elle-même a un ou plusieurs pseudos, qu’elle s’enferre dans un mécanisme mimétique visant à vouloir ressembler à ses agresseurs, dans un désespoir teinté de vide interne et de peur de l’autre. C’est cette aliénation qui l’empêche ensuite de riposter, de dénoncer.

La victime est alors prise dans une forme de dissonance cognitive, c’est-à-dire un sentiment de commettre des actes qui ne correspondent pas à ses pensées, enfermée dans un paradoxe (“Je veux être populaire comme mes bourreaux mais je leur en veux”). Le discrédit commence donc toujours par soi-même. Nous le voyons tous les jours dans nos cabinets: les jeunes victimes vont mieux quand ils n’attribuent plus la même puissance à leurs bourreaux, quand ils parviennent à les entrevoir autrement qu’à travers la lorgnette suprême de la norme.

Les complices inconscients

Ainsi, il s’agit d’aller au-delà de la simple prévention en déconstruisant ce discours normatif dominant, visant à atomiser certains pour en glorifier d’autres.

De quel système est-il le nom sinon celui d’un phallocentrisme impossible pour beaucoup à contourner? Souvent, le corps enseignant et les parents eux-mêmes se font complices, inconsciemment, de ces rapports de force et il ne suffit pas d’une campagne de prévention contre le harcèlement pour les dédouaner.

Ce sont les fantasmes de toute une société qui sont à revisiter, avec la plus grande lucidité possible, afin de nous connaître nous-mêmes et d’échapper aux poncifs discriminants. La bataille n’est pas celle de la bien-pensance des uns et de la méchanceté des autres. Elle concerne tout le monde.

À voir également sur Le HuffPost: Face au harcèlement scolaire, Macron annonce de nouveaux outils

  • chevron_right

    Appels anonymes, menaces de mort : le violent cyberharcèlement des scientifiques depuis le début du covid

    news.movim.eu / Numerama · Friday, 1 April - 06:41

wikipedia-mobile-zero-femme-smartphone

Alors qu’ils étaient chaque soir applaudis aux fenêtres, professionnels de santé et scientifiques œuvrant contre le Covid-19 étaient également insultés et menacés sur les réseaux. Et, ces campagnes de cyberharcèlement perdurent, deux ans après. Nous leur avons donné la parole. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • chevron_right

    Twitter testerait un outil radical contre le cyberharcèlement

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Tuesday, 22 February, 2022 - 11:00

twitter-1-158x105.jpgTwitter

La plateforme serait en train d'expérimenter une nouvelle fonctionnalité pour lutter contre le cyberharcèlement.

Twitter testerait un outil radical contre le cyberharcèlement

  • chevron_right

    Harcèlement : Steam, Discord et Twitch sont une catastrophe pour les internautes

    news.movim.eu / Numerama · Thursday, 10 February, 2022 - 10:50

Une étude de l'institut de sondage Ipsos et de l'association des Féministes contre le cyberharcèlement montre toute l'ampleur de ce phénomène, qui touche une grande partie de la population française. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/