close
  • Hu chevron_right

    Au Brésil, on peut assister à un spectacle de cirque en drive-in

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 29 July, 2020 - 09:57 · 1 minute

INSOLITE - Un spectacle de cirque depuis sa voiture, il fallait y penser. Les artistes du cirque d’Estoril au Brésil , où l’épidémie de coronavirus fait rage, ont trouvé la parade pour jouer leur spectacle tout en respectant les gestes barrière. Ils ont mis en place un drive-in inédit depuis quelques semaines. Pour pouvoir assister au show, il suffit de garer sa voiture sous le chapiteau. Installé en périphérie de Rio de Janeiro , le cirque offre une représentation d’environ deux heures du jeudi au dimanche comme le rapporte l’AFP.

Acrobaties, jongles, sketchs. Les spectateurs installés dans leur voiture n’en ont pas perdu une miette. Cette expérience unique les a conquis. Ils n’ont pas hésité à utiliser leur klaxon. Un plaisir partagé par la troupe qui était fière de retrouver la scène. Originaire du Portugal , le cirque Estoril est arrivé au Brésil en 1898 et voyage toute l’année à travers l’Amérique latine.

Au Brésil, les cirques sont fermés depuis quatre mois à cause de la pandémie de coronavirus. Pour les professionnels du secteur, il était urgent de trouver une solution. Le covid19 a lourdement impacté cette industrie.

Avec 88 539 morts, le Brésil est le deuxième pays le plus endeuillé au monde derrière les États-Unis.

À voir également sur Le HuffPost: Des Allemands organisent la première rave drive-in

  • Hu chevron_right

    Paris Plages: le cinéma flottant fait le plein

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 19 July, 2020 - 12:42 · 1 minute

INSOLITE - Elle était l’attraction phare de ce début de “Paris-Plages” et elle n’a pas déçu le public! Une séance de cinéma flottant a été proposée ce samedi 18 juillet sur le bassin de La Villette, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Surfant sur la mode des cinés drive-in pendant l’épidémie de Covid-19 , la ville de Paris a quant à elle décidé d’aller encore plus loin. Le temps d’un soir, 38 bateaux électriques ont été installés pour une projection unique et insolite. Les places étaient à gagner sur le site internet de la ville .

Sur les 70.000 prétendants à cette séance pas comme les autres, seuls 150 d’entre eux ont eu la chance de profiter de leur film au beau milieu de l’eau.

Ces plaisanciers-cinéphiles ont pu regarder un film parfaitement adapté à la situation: la comédie “Le Grand Bain” réalisée par Gilles Lellouche . Par ailleurs, 150 transats étaient également mis à disposition pour permettre aux moins chanceux et à ceux qui souffrent du mal de mer d’assister à la séance en plein air.

L’événement était organisé à l’occasion du lancement de la 19e édition de Paris Plages, qui se déroule jusqu’à la fin du mois d’août. Pour cette nouvelle édition, plus d’une cinquantaine d’animations (culturelles, ludiques et sportives) sont prévues le long du parc Rives de Seine et du Bassin de la Villette.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi les cinémas drive-in ne remplaceront pas les salles obscures

  • Hu chevron_right

    Pourquoi les cinémas drive-in ne remplaceront pas les salles obscures

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 21 June, 2020 - 02:42 · 3 minutes

CINÉMA - Alors que les salles de cinéma rouvrent ce lundi 22 juin , une interrogation subsiste encore: que deviendront ces cinémas drive-in qui ont fleuri aux quatre coins du globe pendant l’épidémie de coronavirus ?

Sao Paulo, Madrid, Dubaï, Athènes... Le concept des drive-in a retrouvé une seconde jeunesse en l’espace de quelques semaines, que ce soit pour des projections de films, des concerts et même une compétition de saut à la perche en Allemagne!

En France, le concept a lui aussi séduit, permettant la reprise des activités culturelles tout en faisant respecter la distanciation sociale. C’est notamment le cas à Bordeaux, où Mathieu Robinet, producteur de films a lancé le 16 mai un festival en drive-in sur la place des Quinconces. À travers cette initiative éphémère, il voulait permettre au public de renouer avec la culture en attendant la réouverture des salles. Il assure au HuffPost qu’à aucun moment il n’a envisagé de pérenniser ce modèle issu du “monde d’avant” d’après lui.

″Ça fait partie de la mythologie du cinéma. Le drive-in a disparu pratiquement partout dans le monde; il y en avait encore en Corée et en Allemagne mais c’était plus tôt de l’ordre de la kermesse. C’est quelque chose d’assez dépassé et qui le restera et ça n’a pas vocation à devenir une industrie. Il y avait quelque chose d’un peu iconique de relancer ça , même si on peut légitimement penser que ça fait partie du monde d’avant et tant mieux. L’idée ce n’est pas qu’on passe le restant de nous vies dans des voitures à regarder des films!”

“Pas d’avenir commercial”

Du 16 au 24 mai, les Bordelais ont ainsi pu profiter de cette parenthèse rétro. Pour se faire une toile, ils devaient s’acquitter de 20€ pour deux adultes (par voiture). Mais même avec des places payantes, difficile d’être rentable sur ce type d’évènement. La faute à des besoins logistiques considérables comme la location de matériel (bâche et projecteur) pour la séance qui coûte plusieurs milliers d’euros ainsi que les frais de personnels pour placer les voitures. Dans le cas du Drive-in Festival à Bordeaux , 40 bénévoles ont réalisé cette tâche.

“C’est beaucoup de travail et ça n’est absolument pas réplicable tous les soirs pendant plusieurs semaines avec des charges afférentes”, confie Mathieu Robinet qui souligne qu’à la différence des salles obscures, les drive-in ne peuvent proposer qu’une seule séance à la tombée de la nuit, si les conditions météo le permettent. “Cela rend l’équilibre économique de la manifestation assez incertain. Et en plus c’est techniquement compliqué, absolument pas rentable. Donc ça n’a pas du tout d’avenir commercial.” Ajoutez à cela une qualité d’image et de son moindre par rapport à une salle standard.

Une offre complémentaire cet été

Les cinémas drive-in ne devraient donc pas remplacer vos salles obscures. Mais ils ne retourneront pas pour autant dans les livres d’histoire après la pandémie! Laurent Varden est co-gérant de la société Concept et Technique Cinematographique, prestataire sur le Drive-in Festival de Bordeaux. Il reconnaît avoir plutôt l’habitude de faire des projections en plein air, sans voitures. Toutefois, il s’attend déjà à avoir d’autres commandes pour ce type de manifestations après cette mode du confinement.

“On essaye depuis longtemps de faire des drive-in et de le proposer parce qu’on sait que c’est très convivial”, explique-t-il au HuffPost . “Avec la situation actuelle, il va y avoir un regain d’intérêt pour le drive-in et je pense que cela pourrait donner des idées à certaines villes”. De nombreux cinémas partout en France ont annoncé qu’ils proposeraient des drive-in cet été en complément de l’offre traditionnelle afin de rassurer les clients.

À voir également sur Le HuffPost: Cinéma drive-in: 5 choses auxquelles penser avant votre séance

  • Hu chevron_right

    Cinéma drive-in: 5 choses auxquelles penser avant votre séance

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 20 May, 2020 - 17:12 · 3 minutes

CINÉMA - Si vous êtes amateur du 7e art, les mythiques drive-in présents dans de nombreux films américains n’ont aucun secret pour vous. Avant la réouverture des salles obscures attendues pour le mois de juillet , ces reliques de “l’ancien monde” s’offrent une seconde jeunesse dans l’Hexagone pendant l’épidémie de Covid-19.

Façon de se garer, alternatives au pop-corn, type de véhicule à utiliser... Les spectateurs du “Drive-in Festival” de Bordeaux ont dévoilé au HuffPost leurs meilleures astuces, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

À l’origine de cette initiative, un groupe de bénévoles bien décidé à continuer de faire vivre ce désir de culture pendant la crise du coronavirus . Depuis le 16 mai, une quarantaine d’entre eux sont mobilisés pour organiser des projections sur la place des Quinconces, la plus grande place de France, le long des quais à Bordeaux.

“En cette période de vache maigre ou il n’y a rien, l’idée était de montrer que le cinéma est plus fort que tout et que regarder un film à plusieurs ça n’est pas pareil que le voir tout seul chez soit devant sa tablette”, explique au HuffPost Mathieu Robinet, initiateur de ce projet associatif qui prendra fin dès la réouverture des salles.

Pinces crocodiles et charcuterie

Face à cet écran géant gonflable, 220 voitures ont assisté mardi 19 mai à la projection de “Whiplash” de Damien Chazelle . Dans les voitures, chacun à ses astuces pour profiter au mieux de cette expérience vintage. Au premier rang, Marie-Claire a décidé de transformer le tableau de bord de sa Twingo en table de pique-nique géante. Tapas, fromages, charcuterie et gaspacho viendront accompagner ce moment de poésie sous le ciel étoilé.

La bande son du film est directement diffusée sur l’auto-radio des voitures à l’aide d’un signal FM mis à disposition par la mairie de Bordeaux. Mais gare aux pannes de batterie ! “C’est un problème très récurent en fin de soirée”, explique Clément Collignon, coordinateur général du festival. ” On a les pinces crocodiles et on se retrouve tous autour du moteur pour le  faire redémarrer, ça fait partie du charme de l’événement.”

Recréer du lien

Chaque projection a droit à son lot de péripéties et de souvenirs. “L e premier soir la première voiture qui s’est présentée très en avance, c’était un couple de soignants de 60 ans qui avait passé les deux derniers mois à se battre en salle de garde pour sauver le patients du Covid, ça m’a bouleversé, se souvient Mathieu Robinet. “Ils voulaient être les premiers,  c’était leur première sortie et ça a été un moment très fort. Ensuite, on a eu aussi une date Tinder qui a été concluante d’ailleurs ! Il y a beaucoup de couples car c’est quelque chose d’assez romantique.”

Le “Drive-In Festival” se poursuivra jusqu’au 24 mai à Bordeaux avant de plier bagages pour d’autres destinations en France. Des événements à Marseille et dans les Hauts-de-France sont à l’étude. Ailleurs dans l’Hexagone, d’autres drive-in sont proposés, notamment à Caen, Cannes ou encore aux Sables d’Olonne . Un drive-in concert sera par ailleurs organisé à Albi le 5 juin avec en tête d’affiche le groupe “Boulevard des Airs”.

À voir également s ur Le HuffPost: Ce patron de cinéma a une idée originale pour le déconfinement des écoles

  • Hu chevron_right

    La messe en drive-in, une réponse insolite à la fermeture des églises

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 17 May, 2020 - 17:24 · 2 minutes

RELIGION - Ce dimanche 17 mai, environ 500 fidèles répartis dans quelque deux cents véhicules se sont garés à un mètre l’un de l’autre sur le parking du hall des expositions, en mode drive-in , pour entendre une messe célébrée par l’évêque local.

“Cette messe en voiture, c’est plus qu’un dépannage. C’est une vraie messe. C’est une victoire de la vie”, explique à l’AFP Mgr Touvet, évêque de Châlons, à l’origine de l’initiative. Une première en France selon lui, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus .

C’est en tout cas “une première expérience” plutôt exaltante pour Catherine, une senior, parmi les premières à s’engager dès 9h sur les trois hectares du parking où la messe devait débuter à 10h30. À l’intérieur de l’habitacle, l’autoradio est déjà branché sur RCF Coeur de Champagne, la radio diocésaine qui retransmet la messe en direct pour éviter que les croyants sortent de leur voiture.

À deux ou trois voitures de là, Pascal est venu du sud d’Épernay sans peur aucune à la célébration. “Pourquoi avoir peur ? Il faut vivre ! On va être enfin tous ensemble, ne serait-ce que par la radio”, dit-il.

Feux de détresse pour communier

Au bas de l’estrade improvisée où la croix et une statue de la Vierge trônent en majesté, une dizaine de prêtres et de diacres sont disposés en arc de cercle, leurs sièges soigneusement distants les uns des autres. Ils distribueront les hosties, “3 à 4.000, au cas où”, indique Florent Masson, en charge de la communication au diocèse de Châlons.

“La consigne c’est : si les gens veulent recevoir la communion, ils mettront leurs feux de détresse”, leur avait expliqué peu avant la messe l’un des prêtres en charge de la liturgie.

L’image est singulière: des dizaines de feux de détresse se mettent à clignoter sur le parking. Les prêtres s’avancent entre les rangées de voitures. Des vitres ouvertes se tendent des mains en coupe préalablement passées au gel hydroalcoolique.

“Des mains propres donnent l’hostie, des mains propres le reçoivent”, résume Mgr Touvet. “À situation exceptionnelle, disposition exceptionnelle”, ajoute-t-il.

Négociations corsées avec la préfecture

Pour passer sous les fourches caudines de la préfecture, le diocèse de Châlons a en effet déployé des trésors d’ingéniosité pour rendre possible un événement préparé en plein confinement.

Les règles sanitaires étaient drastiques : pas plus de quatre personnes par voiture venue d’un rayon de cent kilomètres autour de Châlons-en-Champagne, masques et gel obligatoires, covoiturage interdit, défense de sortir des voitures...

“Nous n’avons obtenu l’autorisation qu’au début de la semaine dernière après une quinzaine de jours de travail”, signale Florent Passion. Ce dimanche, il peut répondre positivement à la question qui angoissait tant selon lui l’équipe d’organisation: “Est-ce que c’est possible?”.

À voir également sur Le HuffPost : Cette cathédrale inaugure un système de colliers lumineux pour faire respecter la distance sociale

  • Hu chevron_right

    La fédération des cinémas voit les drive-in d'un très mauvais œil

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 16 May, 2020 - 10:32 · 2 minutes

La fédération des cinémas voit d

CINÉMA - Un festival itinérant qui débute ce samedi 16 mai à Bordeaux, où le public regarde le film de sa voiture , fait grincer des dents la Fédération des cinémas pour qui la priorité après le confinement est “la réouverture des salles”.

“La FNCF regrette profondément les dégâts médiatiques et économiques que provoqueront ces manifestations qui détournent les spectateurs, les médias, l’administration locale et nationale du seul combat à mener: la réouverture des salles ”, a-t-elle jugé dans un communiqué qui vise à la fois les drive-in et les projections de films en extérieur classiques.

Alors que les salles sont toujours fermées à cause de l’épidémie de Covid-19, le festival Drive-in démarre samedi à Bordeaux pour 10 jours avant d’aller à Marseille et dans les Hauts-de-France. Le programme est varié: l’oscarisé “Parasite”, la comédie “le Grand Bain”, “Les invisibles”, etc.

Un concept qui se veut ”éphémère”

“On veut simplement proposer une offre culturelle pendant le déconfinement, pas créer une offre commerciale”, a assuré à l’AFP l’un de ses organisateurs, Mathieu Robinet, ancien directeur général de Bacs films, l’un des studios indépendants majeurs en Europe.

Selon lui, “le Drive-In Festival n’a pas de potentiel commercial” car il n’est possible que grâce aux 35 bénévoles de l’association Drive-in festival dont le concept se veut ”éphémère”. Le festival s’arrêtera dès la réouverture des salles obscures, selon Mathieu Robinet.

La FNCF a demandé “l’application extrêmement stricte du dispositif réglementaire en vigueur” pour ce type d’événements. Elle veut une “garantie du respect des conditions sanitaires” avec “un protocole sanitaire précis, à l’identique de l’ensemble des branches professionnelles de notre pays”.

La peur de “mettre en péril les spectateurs et salariés”

“Il n’y a aucune raison que ces initiatives échappent à la règle générale et mettent en péril les spectateurs et les salariés”, poursuit la FNCF, qui réclame aussi un “engagement de la collectivité sur un plan de soutien des salles de cinéma locales”.

Outre la question des drive-in, la Fédération des cinéma appelle à l’interdiction par le CNC (Centre national du cinéma) de toutes les projections traditionnelles en plein air.

Elle fait valoir l’“impossibilité de garantir les règles de distanciation physique lors d’une telle manifestation”.

À voir également sur Le HuffPost: Ce patron de cinéma a une idée originale pour le déconfinement des écoles

  • Hu chevron_right

    Coronavirus en Allemagne: voici la première rave drive-in au monde

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 10 May, 2020 - 15:56 · 1 minute

INSOLITE - Des Allemands ont trouvé un moyen de faire la fête en respectant les gestes barrières indispensables face à l’épidémie de coronavirus . Ce samedi 9 mai, Hoelger Boesch, le gérant du plus grand club allemand a organisé une rave party drive-in, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article .

À Schuttorf, des centaines de clubbers se sont réunis pour faire la fête dans leurs voitures. Car même si outre-Rhin, le déconfinement a commencé plus tôt et se fait plus rapidement qu’en France, les clubs sont toujours fermés.

Le concept rappelle celui des ciné-parc s où les spectateurs viennent regarder un film en plein air et restent dans leur véhicule à l’exception que cette fois, chaque voiture devait se limiter à deux passagers afin de respecter les règles mises en place pendant l’épidémie de coronavirus.

À voir également sur Le HuffPost: Privés de rassemblement, ces écolos allemands ont eu une technique pour manifester