close
  • Hu chevron_right

    Greenpeace repeint un avion en vert contre le "greenwashing"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 2 days ago - 12:08 · 2 minutes

GREENPEACE - Des membres de Greenpeace ont partiellement repeint en vert vendredi un avion Air France stationné à l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle à Roissy, en accusant le gouvernement de “greenwashing” sur les enjeux environnementaux autour du trafic aérien.

Neuf militants de l’ONG, vêtus de jaune ou de blanc, ont escaladé vers 9h le grillage du tarmac de l’aéroport et se sont déployé autour d’un avion Boeing 777 de la compagnie Air France, stationné au sol et sans passager à bord.

À l’aide d’un rouleau monté sur une immense perche, ils ont repeint en vert pendant une dizaine de minutes une partie de l’appareil.

“Greenwashing”

Par cette action, ils entendaient illustrer le “greenwashing” soit l’utilisation fallacieuse, selon eux, d’arguments faisant état de bonnes pratiques écologiques.

Debout sur une aile, plusieurs militants ont déployé des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: “y a-t-il un pilote pour sauver le climat ?” ou “la solution: moins d’avions”.

La gendarmerie des transports aériens est rapidement intervenue pour interpeller les activistes. Certains, juchés sur le toit ou l’aile, refusaient de descendre.

“On est là aujourd’hui pour dénoncer le “greenwashing” du gouvernement sur les enjeux de régulation et de réduction du trafic aérien et le manque d’ambition du projet de loi climat et résilience ” qui est “une coquille vide”, a déclaré Sarah Fayolle, chargée de campagne transport à Greenpeace France. “Le gouvernement met en avant l’avion vert comme la solution miracle permettant de rendre le secteur compatible avec la crise climatique”, a-t-elle ajouté.

Le ministre chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a réagi sèchement à l’action de Greenpeace sur Twitter, évoquant des “poursuites pénales”.

Convention climat

Le projet de loi pour le climat, qui reprend certaines propositions de la Convention citoyenne pour le climat, sera débattu à l’Assemblée fin mars et en commission spéciale dès lundi.

Dans un communiqué, Greenpeace a demandé aux députés d’aller plus loin, pour ne pas “continuer comme avant, sans remettre en question un modèle de développement basé sur une croissance du trafic sans limites et intenable pour le climat”. L’ONG demande également que l’État soutienne la reconversion des salariés du secteur.

Frappé de plein fouet par les effets de la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19, le secteur aérien a vu son trafic s’effondrer, entraînant dans son sillage une crise sociale inédite.

À l’aéroport Charles-de-Gaulle, cette menace pèse sur les quelque 90.000 emplois directs du premier aéroport européen. Une nouvelle mobilisation intersyndicale y est prévue le 18 mars.

À voir également sur Le HuffPost: Greenpeace remet ses “boulets du climat” 2020 avec un prix spécial à Macron

  • Jo chevron_right

    Selon la NASA, le Soleil ne devrait pas anéantir la Terre avant un milliard d’années

    news.movim.eu / JournalDuGeek · 2 days ago - 12:00 · 1 minute

Le soleil est perpétuelement en fusion.Crédits : Pixabay

L’information vient de la NASA, et elle se voudrait presque rassurante. Selon une équipe de chercheurs, le moment où le Soleil aura consommé tout l’oxygène de la Terre avant de détruire toute forme de vie n’est pas pour demain. Ni même pour cette année. En réalité, et d’après leurs calculs, cela n’arrivera pas avant l’année 1 000 002 021, soit dans un petit milliard d’années. De quoi vous détendre un peu, et revoir vos plans de participer à la première colonie martienne de SpaceX , la société d’Elon Musk. Dans un article publié lundi sur le très prestigieux site Nature , et relayé par le site de The Next Web , l’équipe de la NASA explique ainsi que si les dernières heures de la Terre ne sont pas pour demain, elles résulteront d’une croissance du rayonnement solaire, qui va progressivement atteindre un point de non-retour, et brûler notre atmosphère.

Des prédictions encore incertaines

Pour parvenir à leurs conclusions, les scientifiques en charge de cette étude expliquent s’être basés sur une simulation de l’évolution de la Terre. Une modélisation à grande échelle répétée plusieurs centaines de milliers de fois, mais qui comporte encore bon nombre d’incertitudes, notamment “sur les évolutions géologiques et biologiques” qui auront lieu entre-temps sur notre planète. Sans parler du r échauffement climatique induit par l’Homme , qui représente à lui seul une menace sur notre existence tout entière, et qui pourrait avoir des conséquences dramatiques pour l’humanité bien avant que le Soleil ne décide de s’en mêler. Avec encore un milliard d’années à passer sur Terre, il serait peut-être temps de résoudre nos problèmes environnementaux actuels pour s’assurer un avenir plus pérenne.

Selon la NASA, le Soleil ne devrait pas anéantir la Terre avant un milliard d’années

  • Jo chevron_right

    Kickstarter : des enceintes connectées à partir des batteries de vélo Lime

    news.movim.eu / JournalDuGeek · 4 days ago - 15:01 · 2 minutes

Crédits : Gomi

« Toujours chercher de nouvelle manière de créer un impact positif grâce à des produits et conception qui repense les déchets et aide à nettoyer notre belle planète » . C’est ainsi que la firme britannique Gomi introduit son nouveau projet. Sur KickStarter, elle lance un appel aux dons pour développer des produits audio d’un nouveau genre. L’entreprise vient de lancer une nouvelle gamme d’enceintes Bluetooth, chacune fabriquée à partir de 100 sacs plastiques usagés et dont 100 % l’énergie provient de batteries de vélos électriques recyclées. En partenariat avec Lime, la société de location de trottinettes et vélos électriques, Gomi utilisera pas moins de 50 000 cellules de batteries provenant de 1 000 anciens vélos. Les batteries usagées seront réparées et testées avant d’être utilisée pour la conception du produit. Lime explique qu’elles sont jugées défectueuses lorsque le cycle de charge tombe en dessous d’un certain niveau, mais que dans le cas des enceintes connectées, cela reste suffisant pour alimenter le dispositif. Pour s’assurer que les enceintes ne seront pas jetées en cas de panne, la marque annonce aussi qu’à l’achat, elles seront livrées avec une garantie réparation à vie. « Nous pensons que la technologie devrait durer toute une vie, sans jamais avoir à se retrouver dans les décharges, il y a vraiment trop de valeur dans ces matériaux pour les gaspiller ».

Plus que 29 jours pour participer

Côté caractéristiques, le haut-parleur mono de 25 W offre 20 heures d’autonomie avec une charge complète. L’enceinte pourra être couplée avec une autre de la même gamme pour obtenir un son stéréo. Concernant la connectivité, elle sera fera par le biais du Bluetooth avec une portée maximale de 10 mètres . Le produit sera proposé en plusieurs coloris, Noir et blanc, Bleu, vert et Birthday Cake. La livraison est prévue pour novembre 2021 pour tous les participants à la cagnotte qui voudrait débourser plus de 129 livres sterling (soit environ 149 euros ). C’est environ 27 % de moins que le prix de vente qui s’élèvera à 179 livres sterling. Il est aussi possible de recevoir deux enceintes pour 278 euros. La campagne se termine dans seulement 29 jours. Pour participer, c’est ici que ça se passe.

Kickstarter : des enceintes connectées à partir des batteries de vélo Lime

  • Hu chevron_right

    Loi Climat: Castex exclut toute "approche ayatolliste"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 5 days ago - 15:47 · 2 minutes

Sur la Loi Climat, Castex exclut toute

CLIMAT - Avec le projet de loi climat , “on n’a pas une approche ayatolliste mais on veut faire bouger les lignes”, a souligné ce mardi 2 mars le Premier ministre Jean Castex devant les députés LREM, selon des sources parlementaires.

“Nous sommes dans la bonne méthode, le bon contenu (...). On n’a pas une approche ayatolliste mais on veut faire bouger les lignes. On n’est pas dans le camp du conservatisme”, a indiqué le Premier ministre lors de la réunion du groupe LREM, selon des propos rapportés.

Le texte, présenté comme l’un des derniers projets de loi phares du quinquennat, va être examiné en commission spéciale à partir du 8 mars, puis dans l’hémicycle à compter du 29 mars. Il comprend une batterie de mesures sur les transports, le logement, l’alimentation et la consommation.

Il n’y a “aucune baisse d’ambition”, assure Pompili

Dimanche, la Convention citoyenne pour le climat (CCC), dont les travaux ont pourtant inspiré le projet de loi, a très sévèrement noté la mise en œuvre de ses propositions par le gouvernement, avec des moyennes de 2,5/10 et 3,3/10.

Auditionnée lundi, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a assuré qu’il n’y avait “aucune baisse d’ambition”: “s’il y a eu des bougés par rapport à ce que voulait la Convention citoyenne, ce n’est certainement pas pour en changer l’esprit mais pour faire en sorte qu’on puisse le mettre en œuvre de la manière la plus efficace possible”.

Dans la majorité, Valérie Petit (Agir Ensemble) a ironisé mardi sur les notes de la Convention: “je me suis sentie revenir en CE2”. Elle insiste sur le “dispositif global” depuis le début du quinquennat avec “plusieurs lois”, dont celle sur l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage.

Un “projet de loi qui sonne creux”

Dans l’opposition, le socialiste Guillaume Garot a critiqué un “projet de loi qui sonne creux”. Le groupe PS promet “plus de 300 amendements” pour défendre des “propositions concrètes” comme “l’interdiction de la publicité pour les produits les plus gras et les plus sucrés” .

“Sur la question de la rénovation énergétique des logements, nous ne sommes pas du tout au niveau des investissements nécessaires”, a abondé le communiste Pierre Dharréville.

A droite, le chef de file du groupe LR Damien Abad a dénoncé “le concours Lépine dans la majorité pour déposer l’amendement le plus écolo”, en plaidant pour “une écologie de droite, davantage fondée sur les bonus que sur les malus”.

À voir également sur Le HuffPost: Greenpeace remet les “boulets du climat” 2020 avec un prix spécial à Macron

  • Hu chevron_right

    La Convention citoyenne pour le climat étrille le projet de loi du gouvernement

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 7 days ago - 10:42 · 1 minute

Emmanuel Macron devant les citoyens de la Convention citoyenne pour le climat le 14 décembre (illustration)

POLITIQUE - Un nouveau désaveu pour le gouvernement. Ce dimanche 28 février pour son ultime session, la Convention citoyenne pour le climat a jugé très sévèrement la “prise en compte” de ses propositions par le gouvernement, qui n’a jamais obtenu la moyenne lors d’une série de votes sur les six grands thèmes de mesures. Plutôt embarrassant lorsqu’on se souvient que le texte devait justement être basé sur les travaux de la Convention.

La thématique “se loger” a obtenu une moyenne de 3,4 sur 10, “produire et travailler”, “se nourrir” et “se déplacer” 3,7 chacune, consommer 4 et les propositions sur la gouvernance 4,1, dans une série de votes organisés lors de la dernière session de cette convention, exercice de démocratie participative inédite en France imaginé par Emmanuel Macron.

Cet avis sévère s’ajoute aux critiques faites par les différentes instances sollicitées par l’exécutif, du Conseil national de la transition écologique (CNTE) au Conseil économique, social et environnemental (CESE) en passant le Haut Conseil pour le Climat (HCE).

Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost: Sans filtre? Macron explique l’expression qui met les citoyens de la Convention en colère

  • Hu chevron_right

    À Jacques Séguéla et tous les lobbyistes et publicitaires inquiets devant la régulation climat de la pub!

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 24 February - 15:00 · 2 minutes

Des mesures de diminution de la circulation automobile prises à Paris lors d

Cher Jacques,

Alors que face à l’urgence climatique les citoyens et les membres de la Convention citoyenne pour le climat demandent une régulation de la publicité pour les produits les plus polluants, vous craignez qu’une limitation de la pub ne conduise à sa mort certaine. Préoccupé par votre inquiétude, je veux vous rassurer: keep cool, Jacques!

Rappelez-vous 1979: dans une tribune réagissant à la loi Veil qui limitait la publicité sur le tabac, vous craigniez la mort de la publicité, privée de créativité et réduite à l’état de propagande. Vous affirmiez même que la France sans pub pour la cigarette ne serait plus “ce pays qui a fait la révolution française”. Permettez-moi de constater, mon cher Jacques, que vos craintes étaient infondées: les lois Veil puis Evin n’ont pas entraîné la mort de la publicité, ni d’ailleurs la fin de la liberté à la française!

Vous doutiez à l’époque que la cigarette ait “tué plus de gens que la politique”. On sait aujourd’hui que oui… et on sait aussi que le changement climatique tuera plus de gens que la cigarette et la politique réunies si on n’agit pas vite et bien.

Vous écriviez enfin qu’on ne dépolluerait pas le monde et que peu importait. Heureusement, vous affirmez être depuis devenu plus écolo et je m’en réjouis... Face à Pascal Praud ou dans votre dernier livre, vous le déclarez: l’écologie ne réussira que si elle est prise en main par les Terriens, et nous devons changer nos modes de consommation pour sauver notre planète. Mais il est temps que vous mettiez ces belles déclarations en actes.

Alors, cher Jacques, je compte sur votre soutien pour que le projet de loi climat et résilience ne fasse pas les choses à moitié mais engage une véritable transition écologique de la publicité, ce qui n’est en rien le cas dans la copie actuelle du Gouvernement! Je compte sur votre soutien pour rassurer vos collègues et le Gouvernement, et porter avec moi les deux mesures fortes suivantes:

1. Réguler la pub sur les produits les plus polluants, de manière progressive et concertée sur 10 ans.

2. Former tous les étudiants en communication, publicité et marketing aux enjeux d’une consommation sobre et durable.

Bien à vous,

Matthieu Orphelin

La tribune de Jacques Ségéla de 1979 réagissant à la loi Veil qui limitait la publicité sur le tabac. (Extrait du magazine Stratégies).

À voir également sur Le HuffPost : Le combat de Tran To Nga, victime de l’agent orange, face à l’industrie agrochimique

  • Jo chevron_right

    Smartphones : le renouvellement anticipé bientôt limité en France ?

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Wednesday, 24 February - 12:00 · 2 minutes

Crédits : Daniel Romero via Unsplash

Obtenir un smartphone dernier cri en échange d’un forfait téléphonique avec engagement sur deux ans. L’offre est connue de tous les opérateurs téléphoniques, et elle est généralement avantageuse pour tous les partis. Pourtant, changer de téléphone tous les ans sous couvert de prix avantageux a un bel et bien un coût, et il est environnemental. Selon les informations publiées mardi par Reuters, qui cite une source proche du gouvernement, la France pourrait bientôt encadrer plus fermement cette pratique , afin de limiter l’impact écologique du renouvellement anticipé sur le marché du smartphone.

En effet, et même si l’offre commerciale est alléchante pour l’utilisateur, qui peut bénéficier d’un smartphone dernière génération à moindre coût, ce renouvellement proposé par les opérateurs pousse souvent les clients à se délester de leur ancien téléphone, alors que celui-ci est encore en parfait état . Le projet aurait donc pour but “d’accroître la durée de vie des terminaux” , cite Reuters. On ignore encore comment ce dernier se concrétisera. Ainsi, le gouvernement pourrait par exemple fixer une durée minimale d’engagement à l’acquisition d’un nouveau smartphone inclus avec un forfait téléphonique. Il pourrait aussi limiter les opérateurs dans leurs offres. Dans tous les cas, le projet est en cohérence avec les précédentes actions initiées plus tôt cette année par l’Union européenne. Dans l’espoir de réduire l’impact écologique généré par le marché du smartphone, la Commission européenne a récemment validé l’adoption d’un chargeur universel , ce qui devrait permettre de limiter considérablement la prolifération (et l’obsolescence) des différents chargeurs sur le marché.

Vendre, donner, réparer

Même si le projet mené par l’Arcep venait à se concrétiser, il n’empêcherait évidemment pas les utilisateurs de vouloir changer régulièrement de smartphones. À l’heure où des innovations technologiques sont présentées chaque semaine sur le marché de la tech, beaucoup aspirent en effet à posséder les dernières technologies en date, afin de profiter d’une expérience utilisateur optimale. Pour autant, des solutions existent pour limiter l’impact environnemental de ses anciens smartphones. Si ces derniers sont encore en état de marche, il est ainsi possible de les donner, ou de les revendre. À l’inverse, s’ils présentent un problème technique, il est aujourd’hui possible de les faire réparer à moindre coût , ou de les recycler.

MMOBIEL Kit Complet d
1 803 Commentaires
MMOBIEL Kit Complet d'outils...
  • Kit Complet d'outils 21 en 1 pour Ouverture et réparation de Smartphones/Tablettes (iPhone 4 /...
  • Inclus deux spudger en Acier inoxydable, ultrarésistant et ultrafin pour faciliter toutes vos...
  • Également inclus: Aiguille / tige d'éjection pour carte SIM (x1), 50 mètres d'adhésif...
  • Conviens pour la plupart de vos réparations d'appareils électroniques: tous types de...

Smartphones : le renouvellement anticipé bientôt limité en France ?

  • Hu chevron_right

    Zad de Gonesse: écolos et insoumis défendent "un enjeu national symbolique"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 23 February - 16:45 · 3 minutes

Évacuation de la Zad de Gonesse: écolos et insoumis défendent

POLITIQUE - Les écologistes d’EELV et des élus de La France insoumise ont vivement protesté ce mardi 23 février contre l’évacuation dans la matinée de la zone à défendre (ZAD) du Triangle de Gonesse (Val-d’Oise) mise en place contre la création d’une future gare de métro du Grand Paris.

“C’est un enjeu national symbolique”, a souligné le patron d’EELV Julien Bayou lors d’un point presse à la mi-journée. “L’ensemble des forces politiques peuvent promouvoir des discours verts et dans les faits continuer des projets productivistes et destructeurs de terre”.

Selon le candidat à la présidence de la Région Île-de-France, l’annulation du projet pharaonique d’Europa city devait ”éviter artificialisation rampante” mais cette gare, “absolument inutile et non rentable”, va la favoriser.

“Sanctuariser” les terres de Gonesse

La députée des Deux-Sèvres et présidente de Génération écologie Delphine Batho, alliée d’EELV, a pour sa part estimé que “l’urgence en Île-de-France est la remise en état des transports en commun existants” et non la création de nouvelles gares.

Elle a promis des amendements écologistes “pour sanctuariser ces terres de Gonesse” au projet de loi Climat examiné en commission spéciale à partir de mars.

Le maire de Grenoble et potentiel candidat à la primaire EELV, Eric Piolle, était quant à lui en déplacement dans la matinée au Triangle de Gonesse pour soutenir la ZAD, a indiqué son entourage à l’AFP.

Une “question politique qui n’a pas à se traiter au commissariat”

Côté Insoumis, la députée de Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain, était présente devant le commissariat de Cergy où plusieurs militants de la ZAD ont été emmenés.

La présidente de la Région “Valérie Pécresse a saisi les tribunaux au lieu d’assumer le débat démocratique nécessaire sur le Triangle de Gonesse”, a dénoncé Clémentine Autain sur Twitter. “C’est une question politique qui n’a pas à se traiter au commissariat. Je demande un débat public”.

A Gonesse, “promoteurs, spéculateurs, productivistes n’ont rien compris de l’urgence environnementale”, a pour sa part écrit le groupe des parlementaires Insoumis dans un communiqué.

Depuis le 7 février, une poignée de citoyens - et jusqu’à une centaine les week-ends - occupaient ce terrain sur lequel ont été construites des cabanes de fortune.

Ils défendent un projet agricole alternatif et dénoncent l’artificialisation de ces terres, qui doivent accueillir la future gare de la ligne 17 du Grand Paris Express, ainsi qu’une éventuelle zone d’activités aux contours encore flous.

Vendredi, le tribunal de Pontoise avait ordonné l’évacuation sans délai du terrain, propriété de l’Établissement public foncier d’Ile-de-France.

À voir également sur Le HuffPost: Sénatoriales 2020: écologistes et socialistes s’accusent mutuellement de ne pas avoir joué l’union