close
  • Hu chevron_right

    Borne visée par une motion de censure de la NUPES

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 2 days ago - 15:18 · 1 minute

La NUPES va déposer une La NUPES va déposer une "motion de défiance" contre le gouvernement Borne

POLITIQUE - La “motion de défiance à défaut du vote de confiance . L’alliance de gauche Nupes à l’Assemblée nationale a annoncé ce mardi 5 juillet le dépôt d’une motion de censure mercredi à 14h30 contre le gouvernement d’Élisabeth Borne , ont indiqué plusieurs de ses membres à la veille de la déclaration de politique générale de la Première ministre.

Ses signataires, pour LFI, le PS, le PCF et EELV, la présentent comme une “motion de défiance” à l’égard d’Élisabeth Borne qui n’a pas prévu de demander un vote de confiance mercredi.

“Cela mettra chacune et chacun face à ses responsabilités”, a affirmé la présidente des députés insoumis Mathilde Panot, devant la presse. Du côté de LR, “nous ne joindrons pas nos voix à celles de LFI”, a d’ores et déjà fait savoir la présidente par intérim de LR, Annie Genevard, sur BFMTV .

Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost : Départs, retours et nouveaux visages... Découvrez le nouveau gouvernement Borne

  • Hu chevron_right

    Législatives 2022: À Paris, le duel entre deux Sandrine Rousseau a dérouté ces électeurs

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 12 June - 17:08 · 4 minutes

La candidate (NUPES) Sandrine Rousseau a affronté une homonyme au 1er tour des législatives 2022 à Paris. La candidate (NUPES) Sandrine Rousseau a affronté une homonyme au 1er tour des législatives 2022 à Paris.

ÉLECTION - Une homonymie qui n’est pas passée inaperçue. Ce dimanche, l’écologiste Sandrine Rousseau , investie par la Nupes (Nouvelle Union populaire, écologiste et solidaire) dans la 9e circonscription de Paris , est notamment opposée à... Sandrine Rousseau. Cette dernière a été investie par  Le Mouvement de la ruralité (LMR), anciennement baptisé Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT) .

Malgré les articles de presse ayant relayé cette curiosité , plusieurs électrices et électeurs ont été déroutés par la candidature de deux femmes portant les mêmes noms et prénoms. “Y’a deux Sandrine Rousseau dans ma circo. Personne me l’avait dit avant que je vote [...]. J’ai donc voté pour Sandrine Rousseau du Mouvement de la ruralité”, déplore sur les réseaux sociaux une personne dont le témoignage est relayé sur Twitter par un soutien de la candidate écologiste. Et ce dernier de dénoncer une candidature “scandaleuse” de la représentante de la ruralité, “dans le but unique de troubler l’élection”.

Sur Twitter, la journaliste Florence Mehrez craint avoir commis “la seule boulette à ne pas faire”. “Je ne vais jamais m’en remettre.”

Rattrapage in extremis

D’autres personnes ont glissé in extremis le bon bulletin dans l’urne. À la mairie du 13e arrondissement de Paris, Laura (le prénom a été modifié) a “failli voter pour la ‘mauvaise’ Sandrine Rousseau”. À l’entrée du bureau de vote, “j’avais pris deux bulletins, je n’étais pas allée au bout”, poursuit la trentenaire, qui se rend compte de son erreur dans l’isoloir. “Je suis ressortie et je suis allée prendre le bon bulletin en expliquant pourquoi à l’assesseure. Elle m’a dit que c’était arrivé plusieurs fois”, explique l’électrice de la NUPES au HuffPost . “Le bulletin de la ‘vraie’ Sandrine Rousseau est vert et reconnaissable. Mais celui de la ‘fausse’ arrivait avant, donc si on ne fait pas gaffe, c’est problématique”, poursuit la fonctionnaire.

“J’avais lu les articles sur le sujet, et j’ai quand même failli me faire avoir”, témoigne également un utilisateur de Twitter. Celui de la candidate écologiste arrive “en dernier”, “ce qui porte à confusion”. Plusieurs autres électrices et électeurs, comme lui, “failli se faire avoir”. “Je suis sûr que certains se feront piéger”, s’inquiète un autre.

Certains twittos ont réagi à la situation avec humour. En réponse au tweet “A voté” de Sandrine Rousseau , l’un de ses soutiens ironise: “J’espère que vous avez voté pour vous et pas pour Sandrine Rousseau du parti [...] de la soi-disante ruralité.” Dans une circonscription qui, lors de la présidentielle, a placé Jean-Luc Mélenchon largement en tête avec plus de 36% des voix, une chose est sûre: c’est bien la candidate de la Nupes qui est favorite ce dimanche, et non son homonyme du LMR.

À voir également sur Le HuffPost: Vers une abstention record en ce premier tour des législatives ?

  • Hu chevron_right

    Dans son programme, la NUPES a trouvé des solutions pour solder ses désaccords

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 19 May - 12:50 · 5 minutes

Les solutions trouvées par la NUPES pour solder ses désaccords Les solutions trouvées par la NUPES pour solder ses désaccords

POLITIQUE - Ne parlez plus de désaccords, mais désormais de “nuances”. Jean-Luc Mélenchon , Julien Bayou, Olivier Faure, Ian Brossat, Clémence Guetté et plusieurs cadres de la NUPES, la nouvelle alliance des partis de gauche, ont présenté ce jeudi 19 mai leur programme commun pour les élections législatives du mois de juin.

Une feuille de route forte de 650 mesures -et huit axes- qui se veut comme un “contre-projet” aux propositions déjà portées par Emmanuel Macron et les responsables de la majorité. On y retrouve, par exemple le SMIC à 1500 euros, la retraite à 60 ans, ou le référendum d’initiative citoyenne. Tous les marqueurs (ou presque) de l’Avenir en commun, le projet défendu par la France insoumise à la présidentielle sont présents.

A la tribune, ce jeudi, les orateurs, qu’ils soient socialistes, écologistes, insoumis ou communistes, ont loué un travail “collectif”, “historique”, pour aboutir à “cette plateforme d’idées”. Sont-ils d’accord sur tout, pour autant? Pas tout à fait. Malgré cela -et les efforts sémantiques déployés par chacun pour ne froisser personne- plusieurs points sensibles restent à éclaircir. Ou à trancher.

33 mesures débattues

Au total, 33 mesures sont encore en discussion, soit 5% du programme final. Ce sont les “nuances”, a ainsi expliqué Jean-Luc Mélenchon dans son propos introductif, lequel “ne veut pas laisser croire que certains sujets resteraient sous le tapis”.

Alors, pour ne pas remettre en cause “l’essentiel”, ce sur quoi ils sont tombés d’accord, la NUPES promet ainsi une certaine autonomie à toutes ses entités. En cas de victoire, les différentes formations politiques qui forment cette alliance pourront défendre des positions, ou des subtilités, propres.

“Ces 5% (les mesures encore en débat) seront arbitrés par le Parlement”, a ainsi expliqué le leader de la France insoumise, toujours prompt à s’imaginer à Matignon. “En toutes hypothèses, le mandat impératif n’existe pas en France, en toutes hypothèses, tous les parlementaires conservent leur liberté de vote. C’est comme ça, nous n’allons pas en changer”, a-t-il ainsi résumé, avant de marteler: “L’idée n’a pas été d’aboutir dans une fusion idéologique (...) nous ne demandons à personne de renier ses convictions.”

Le nucléaire, sujet toujours radioactif?

En clair: Si la NUPES s’impose en juin prochain et installe une majorité de députés à l’Assemblée nationale, les communistes, par exemple, pourront continuer à défendre le nucléaire dans le mix énergétique. Et ce, même si la majorité des partis de la nouvelle union, les Insoumis en tête, y sont farouchement opposés.

C’est sans doute l’un des dossiers les plus épineux. “Nous sommes d’accord sur l’essentiel, néanmoins il y a un certain nombre de sujets sur lesquels nous avons des nuances, la question du nucléaire, évidemment en fait partie”, a confirmé pudiquement Ian Brossat à la tribune, le porte-parole du PCF qui remplaçait Fabien Roussel, retenu dans sa circonscription. “Nous continuerons à défendre nos convictions”.

Pour tenter de déminer ces dossiers au maximum, Jean-Luc Mélenchon a tenté, à plusieurs reprises, de ramener les questions idéologiques à des enjeux plus concrets. “Le mot anti-nucléaire est mal choisi, on essaie de répondre à une situation”, a-t-il par exemple déclaré à la tribune, “que voulons-nous? Produire de l’électricité, c’est ça le sujet.” Conscient des divisions qui parcourent les différentes chapelles politiques, à droite comme à gauche, l’Insoumis se dit prêt à organiser un référendum sur le sujet. Comme il l’avait déjà indiqué dans la campagne présidentielle.

“Suivant le contexte, il peut apparaître que c’est important, parce que ça se dispute beaucoup, de demander son avis au peuple Français. Et de faire un référendum”, a-t-il ainsi lancé, en insistant, malgré tout, sur le fait que “tout le monde est d’accord sur la montée en gamme des énergies renouvelables.”

Et les relations internationales?

Enfin, les différents partenaires de la NUPES ont également trouvé un terrain d’entente sur le chapitre européen, point de discorde fréquent. Comme dans leur accord scellé au début du mois de mai, certains parlent de “désobéir” aux règles quand d’autres préfèrent y “déroger de manière transitoire”, mais tous partagent les mêmes objectifs: “mettre fin au cours libéral et productiviste” de l’Union européenne et appliquer quoiqu’il en coûte leurs 650 mesures.

Le tout, et c’est un ajout significatif, sans prendre part à une logique de “déconstruction” de l’Union. C’est Corinne Narassiguin, la numéro deux du PS qui s’est chargée de faire ce rappel. “La France étant un pays fondateur de l’UE, elle ne peut pas avoir pour politique la sortie de l’Union, ni sa désagrégation ou la sortie de la monnaie unique”, a-t-elle lancé à la tribune.

Ceci dit, reste encore la question ô combien sensible de l’OTAN, dont Jean-Luc Mélenchon -et les Insoumis- sont les premiers pourfendeurs. La sortie de l’alliance n’est pas dans le programme.

“Je vois bien que mon point de vue n’est pas partagé aujourd’hui”, admet désormais l’intéressé... mais “c’est une dissertation hors du réel: aucune décision concernant la sortie de l’Otan ne serait ratifiée par le Président, par conséquent, la question est nulle et non avenue donc je ne vois pas pourquoi je m’en torturerai.” Pratique.

À voir également sur Le HuffPost: L’opposition n’a pas attendu pour attaquer les bilans d’Élisabeth Borne

  • Hu chevron_right

    Législatives 2022: À Besançon, on a suivi le boulanger-candidat Stéphane Ravacley du fournil au tractage

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 17 May - 09:49 · 2 minutes

POLITIQUE - C’est ce grand “silence administratif” durant sa grève de la faim qui l’a convaincu de se lancer dans l’aventure. Les 12 et 19 juin prochains, le boulanger bisontin Stéphane Ravacley, connu pour son combat pour la régularisation de son apprenti guinéen en 2021 , briguera un mandat de député dans la 2e circonscription du Doubs, avec le soutien de la Nouvelle union populaire, écologiste et sociale (NUPES).

Comme vous pouvez le voir dans notre reportage vidéo en tête d’article , nous avons suivi ce candidat atypique à Besançon, dimanche 15 mai, jour de lancement officiel de sa campagne. Le boulanger démarre ses journées à 2h du matin au fournil, avant d’enchaîner en après-midi sur ses déplacements et rendez-vous électoraux. Un rythme d’enfer pour espérer briser un plafond de verre, dans une Assemblée nationale composée aux trois quarts de cadres et de professions intellectuelles supérieures (CSP+), selon l’Observatoire des inégalités.

Je me lance en politique pour que l'Assemblée nationale nous ressemble un peu plus. Stéphane Ravacley, candidat (Nupes) aux législatives

“Le statut de député ne permet pas à des artisans, des ouvriers d’avoir cette ambition. Ils ne se projettent pas sur cette possibilité”, affirme Nabia Hakkar-Boyer, conseillère régionale PS et candidate suppléante de Stéphane Ravacley, au micro du HuffPost.

L’artisan voudrait consacrer principalement son mandat à l’écologie, la ruralité, les petits commerçants et la jeunesse. Il milite notamment pour l’extension de l’aide sociale à l’enfance (ASE) jusqu’à 25 ans. “Je n’ai pas eu une enfance difficile, mais j’ai perdu ma mère à 4 ans. Je connais un peu les difficultés sans maman”, explique celui qui continue aussi de se mobiliser pour les mineurs isolés, à travers son association Patrons solidaires .

S’il est élu, Stéphane Ravacley siégera au sein du groupe EELV , premier parti à lui avoir apporté son soutien, avant d’être investi par la NUPES. Mais l’homme entend bien garder son indépendance et ne pas se laisser transformer par le monde politique. “Je resterai libre”, assure-t-il à notre micro.

À voir également sur Le HuffPost : Législatives: Les candidats LREM visés par la justice peu inquiétés dans leur parti

  • Hu chevron_right

    L'accord EELV-LFI qui crée la NUPES est "une escroquerie" pour ces personnalités écolos

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 8 May - 10:33 · 1 minute

José Bové et Daniel Cohn-Bendit, en 2014 au lancement de la campagne d'EELV pour les élections européennes José Bové et Daniel Cohn-Bendit, en 2014 au lancement de la campagne d'EELV pour les élections européennes

POLITIQUE - Ils ne mâchent pas leurs mots. Samedi 7 mai, dans les colonnes du Monde , trois anciens députés européens membres fondateurs d’ EELV , Daniel Cohn-Bendit, José Bové et Jean-Paul Besset, attaquent violemment la nouvelle union populaire sociale et écologiste ( Nupes ) inaugurée en grande pompe samedi 7 mai à Aubervilliers.

“N’avez-vous pas honte, camarades d’Europe Ecologie-Les Verts? Passer un pacte avec les souverainistes de La France insoumise (...) revient, à nos yeux, à sacrifier l’essentiel: le principe démocratique”, attaquent d’emblée les trois personnalités présentes à la fondation du parti EELV, en 2009.

“Vous avez consacré une infamie sans nom”, écrivent les trois auteurs de cette tribune, à propos de l’accord passé le 1er mai entre EELV et La France insoumise (LFI). “C’est une histoire collective que vous immolez ainsi. (...) Qui vous a donné le droit de disposer de nos consciences, au nom d’obscures tractations électorales?”, poursuivent-ils dans leur diatribe.

C’est la part la plus précieuse de nous-mêmes que vous piétinez. Nous ne pouvons que vous exprimer notre colère et notre dégoût." Daniel Cohn-Bendit, José Bové et Jean-Paul Besset, dans une tribune au Monde.

Parmi les points de désaccords, l’Europe. “Il est vrai que l’Union européenne est une aventure de paix et de coopération, à l’opposé de la mystique destructrice de Poutine dont vous vous faites, factuellement, le complice”, attaquent les trois auteurs.

“Accord indigne”, “colère”, “dégoût”, “compromission déshonorante”... Les mots sont forts et le réquisitoire sans appel. “Avec cet accord indigne, vous exécutez un principe fondateur de nos sociétés, la démocratie et, son extension, l’Europe”. “C’est la part la plus précieuse de nous-mêmes que vous piétinez. Nous ne pouvons que vous exprimer notre colère et notre dégoût”, ont conclu les trois hommes de 75, 77 et 68 ans.

A voir également sur Le HuffPost : Que signifie ce V de la victoire que la Nupes a choisi en logo ?

  • Hu chevron_right

    L'union de la gauche pour les législatives (NUPES) a sa photo de famille

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 7 May - 14:26 · 1 minute

GAUCHE - Qui aurait imaginé voir cette image il y a encore un mois? À l’époque, chaque famille politique soutenait son propre candidat à la présidentielle: la France insoumise Jean-Luc Mélenchon , Europe-Ecologie-Les-Verts Yannick Jadot, le Parti communiste Fabien Roussel et le Parti socialiste Anne Hidalgo.

Quelques semaines plus tard, voici tout ce petit monde réuni sous la même bannière en vue des élections législatives . Celle de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (NUPES).

À l’occasion de l’investiture de tous les candidats, ce samedi 7 mai à Aubervilliers, c’est donc une photo inédite qui a été prise. Elle a été partagée par Adrien Quatennens, numéro 2 de la France insoumise.

On y voit donc (entre autres) Jean-Luc Mélenchon avec à sa gauche Aurélie Trouvé, présidente du Parlement de l’Union populaire et à sa droite Mathilde Panot, présidente du groupe LFI à l’Assemblée. Derrière le troisième homme de la présidentielle, on aperçoit Elsa Faucillon, députée PCF, entourée de Julien Bayou (secrétaire national d’EELV) et Olivier Faure (premier secrétaire du PS). Quant à Fabien Roussel (secrétaire général du PCF), il se trouve avec sa veste bleue, derrière Adrien Quatennens.

Cet après-midi “historique” comme l’ont qualifié plusieurs responsables de cette NUPES, a été l’occasion de dévoiler le logo de cette union . Il s’agit, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, d’un V vert, mauve, jaune, orange et rouge. Le V de la victoire qui, en grec, se dit “Nu”.

Jean-Luc Mélenchon qui ne sera sans doute pas candidat aux législatives mais espère être nommé à Matignon après les législatives doit prononcer un discours en fin d’après-midi.

À voir également sur Le HuffPost: “Changer la vie”, la nouvelle union de la gauche ressuscite Mitterrand

  • Hu chevron_right

    L'accord LFI-EELV attaqué par la Macronie sur le volet Europe

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 2 May - 11:37 · 1 minute

POLITIQUE - L’angle d’attaque est tout trouvé. Quelques heures après la signature d’un accord qualifié d’“historique” par EELV et LFI en vue des élections législatives , plusieurs membres de la majorité ont dénoncé l’alliance. Et la plupart de leurs accusations visent un point de l’accord en particulier : “la désobéissance” à certaines règles européennes prévues par le texte commun, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article .

Dans les matinales radio/TV et sur les réseaux sociaux, la Macronie est rapidement montée au créneau. “L’Europe, vous venez de la jeter aux orties,” s’est indignée sur Twitter la députée européenne Nathalie Loiseau, tandis que le député Roland Lescure accuse la gauche de s’accorder sur “un Frexit déguisé.”

Jamais nous ne mettrons le doigt dans l’engrenage d’un sortie de l’Europe." Julien Bayou, secrétaire national d'EELV

Alors que l’Europe constituait effectivement un point d’achoppement dans la construction de l’alliance, un compromis a finalement été trouvé dimanche. Le texte commun prévoit en effet la désobéissance à certaines règles européennes “en particulier économiques et budgétaires.”

“Pour appliquer le programme sur lequel on se met d’accord, il y a un certain nombre de règles qui peuvent être un verrou”, explique Manuel Bompard, chef de file des négociations chez les Insoumis. Au point de faire sortir la France de l'Union européenne, comme le disent les macronistes? “Jamais nous ne mettrons le doigt dans l’engrenage d’un sortie de l’Europe (...) En revanche, c’est clair que le statu quo en Europe pose problèmes”, se défend Julien Bayou, le secrétaire national d'EELV, sur BFMTV.

Première étape d’une union de la gauche, le ralliement des Verts aux Insoumis doit désormais être complété par une alliance avec le Parti socialiste et le Parti communiste français . Les négociations doivent reprendre (et se terminer) ce jour.

À voir également sur le HuffPost : Salaires, retraites, urgence écologique, contre Macron...: voici pourquoi ils manifestent ce 1er-mai

  • Hu chevron_right

    Législatives: Accord conclu entre LFI et EELV

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 1 May - 22:20

Jean-Luc Mélenchon, ici à Paris, le 10 avril 2022. Jean-Luc Mélenchon, ici à Paris, le 10 avril 2022.

LÉGISLATIVES - La France insoumise et Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) ont conclu dans la nuit de dimanche à lundi un accord pour les élections législatives, ont indiqué à l’AFP des sources proches des négociations, tandis que les discussions se poursuivent avec le PS et le PCF.

Le Conseil fédéral d’EELV a validé l’accord négocié au cours des deux dernières semaines, par 84 voix pour, 10 contre, 8 bulletins blancs et une personne qui n’a pas participé au vote. Cet accord attribue notamment 100 circonscriptions pour le pôle écologiste, ont affirmé les mêmes sources.

Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost : Mélenchon se voyait déjà gagner les législatives en 2017