close
  • Hu chevron_right

    Emmanuel Macron réélu, cette punchline d'Orelsan résonne encore plus

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 25 April - 10:07 · 2 minutes

Orelsan, ici au mois de février 2022. Orelsan, ici au mois de février 2022.

MUSIQUE - Orelsan a été très silencieux au cours de cette campagne électorale, mais une punchline d’un morceau de son dernier album est peut-être plus éloquente que bien des prises de parole, en ce lundi 25 avril.

Et pour cause, le rappeur avait quelque peu prédit les résultats du second tour dans L’odeur de l’essence . “Si l’président remporte la moitié de voix, c’est qu’les deux tiers des Français n’en voulaient pas”, lance-t-il en musique.

Ce dimanche 24 avril, Emmanuel Macron a été réélu à la présidence de la République avec 58,6% des suffrages, contre Marine Le Pen plébiscitée par 41,4% des suffrages. Ces chiffres ont néanmoins la particularité de n’exprimer et de ne représenter que des pourcentages parmi les suffrages exprimés.

Ils ne font pas apparaître par exemple l’abstention, qui a atteint ce dimanche 28%, un record depuis 1969. De la même façon, les pourcentages de victoire et de défaite ne prennent pas en compte les votes blancs ou nuls. Or, comme le souligne le directeur de Mediapart Edwy Plenel, près de deux Français sur trois n’ont pas voté pour Emmanuel Macron.

De quoi faire dire aux Insoumis que le chef d’État est le “président le plus mal élu” de la Ve République. Ceci étant, il s’agit là d’une approximation. En 1969, George Pompidou avait été élu avec 37,5% des voix des votants.

Le morceau d’Orelsan n’avait, déjà au moment de sa sortie, laissé personne indifférent, pas même Emmanuel Macron qui, dans Libération , avait estimé que le travail d’analyse du rappeur tenait de la sociologie. “Est-ce que Macron n’essaierait pas de gratter mon buzz, s’était alors interrogé l’artiste sur le plateau de Quotidien . Je pense qu’il n’a pas dû écouter tout l’album.”

À voir également sur Le HuffPost : Rachida Dati et ses punchlines étaient attendues, elle n’a pas déçu

  • Hu chevron_right

    Les résultats de la présidentielle 2022 par ville en chiffres et cartes

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 24 April - 18:18 · 1 minute

Retrouvez les résultats du second tour de l Retrouvez les résultats du second tour de l'élection présidentielle 2022 dans votre ville grâce à notre carte interactive mise à jour en temps réel.

POLITIQUE - Cinq ans plus tôt, il était élu Président de la République avec 10 millions de voix de plus. Cette fois-ci, l’avance sera bien plus ténue. Ce dimanche 24 avril à l’issue du second tour de l’ élection présidentielle 2022 , les Français ont élu Emmanuel Macron avec 58,2% des voix, selon la première estimation Ipsos pour France Télévision et Le Parisien . Marine Le Pen obtiendrait donc 41,8% des voix. L’abstention grimpe de son côté à 28,2%, son plus haut depuis 1969.

Retrouvez dans la carte ci-dessous les résultats du second tour de la présidentielle dans chacune des 35.000 communes de France . Cette carte est colorée selon le candidat qui y est arrivé en tête. Tapez le nom de votre ville dans la barre de recherche pour l’afficher. Sont également notifiés le taux d’abstention ainsi que les votes blancs et nuls (non comptabilisés dans le score des candidats). Cette carte est pour l’instant incomplète et est mise à jour en temps réel .

Et aussi : les résultats du 1er tour de la présidentielle 2022 par ville

Comme au premier tour , le ministère de l’Intérieur met à jour les voix obtenues par Emmanuel Macron et Marine Le Pen dans chaque commune, minute par minute, à partir de 20 heures ce dimanche 24 avril. Les résultats apparaîtront donc automatiquement sur la carte ci-dessus. Les résultats dans les grandes villes, plus peuplées et dont les bureaux de vote ferment plus tard, seront disponibles dans la nuit de dimanche à lundi.

Les résultats du second tour en 2017 par commune

Vous vous demandez comment a évolué le vote dans votre ville par rapport à l’ élection présidentielle de 2017 ? Pour en avoir le coeur net, vérifiez le score d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen il y a 5 ans dans la carte ci-dessous. Celle-ci fonctionne exactement sur le même modèle que la carte 2022.

À voir également sur Le HuffPost : comment Jean-Luc Mélenchon enjambe le second tour de la présidentielle

  • Hu chevron_right

    Élection présidentielle: Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont voté au second tour

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 24 April - 13:48 · 1 minute

POLITIQUE - Le président candidat Emmanuel Macron a voté dimanche à la mi-journée en compagnie de son épouse Brigitte au Touquet (Pas-de-Calais) où le couple possède une résidence secondaire, avant de rejoindre Paris plus tard dans la journée pour les résultats du second tour de l’élection présidentielle.

Après avoir glissé son bulletin de vote dans l’urne, il s’est livré à un nouveau long bain de foule au milieu des habitants et des badauds, serrant des mains sous un beau soleil, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en haut de l’article.

De même, Marine Le Pen a voté peu après 11h dans son fief d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) pour le second tour de l’élection présidentielle. La candidate est arrivée à pied au bureau de vote, prenant le temps d’un bain de foule, en compagnie du maire RN de la commune depuis 2014, Steeve Briois, et d’un adjoint de ce dernier, le député Bruno Bilde.

Mme Le Pen devait déjeuner au domicile de M. Briois avant de repartir pour Paris en début d’après-midi. Elle doit ensuite se rendre vers 18h30 à la soirée électorale du Rassemblement national.

Une participation en baisse à la mi-journée

La participation au second tour de l’élection présidentielle s’élève à midi à 26,41%, soit près de deux points de moins qu’en 2017 (28,23%) à l’occasion du même duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, a annoncé dimanche le ministère de l’Intérieur.

Ce chiffre marque également un recul par rapport au deuxième tour des scrutins de 2012 (30,66%) et 2007 (34,11%), et tutoie celui de 2002 (26,19%), quand Jean-Marie Le Pen (FN) affrontait Jacques Chirac (RPR). La participation est en revanche légèrement en hausse par rapport au premier tour il y a deux semaines (25,48%).

À voir également sur Le HuffPost: Présidentielle 2022: Les trois leçons du premier tour

  • Hu chevron_right

    Second tour de la présidentielle: les bureaux de vont sont ouverts en France métropolitaine

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 24 April - 06:01 · 3 minutes

Ouverture des bureaux de vote pour le second tour de la présidentielle 2022. Ouverture des bureaux de vote pour le second tour de la présidentielle 2022.

PRÉSIDENTIELLE - Marine Le Pen, Emmanuel Macron ou vote blanc? Comme plusieurs électeurs d’Outre-Mer ou de Français de l’étranger, les habitants de plus de 18 ans inscrits sur les listes électorales sont appelés aux urnes ce dimanche 24 avril pour départager les deux finalistes de l’élection présidentielle, le sortant Emmanuel Macron et la candidate du RN Marine Le Pen.

Le vote a commencé dès samedi dans les Antilles françaises, en Guyane, à Saint-Pierre et Miquelon (archipel français d’Amérique du Nord) et en Polynésie française (Pacifique Sud). Le dimanche, les bureaux de vote en métropole sont ouverts jusqu’à 19h, voire 20h dans les grandes villes. Traditionnellement, les Français découvrent le visage du président élu sur les écrans de télévision à 20h.

Les deux candidats en lice

Emmanuel Macron, 44 ans, espère devenir le premier président de la Ve République réélu au suffrage universel hors cohabitation. Énarque, ancien banquier d’affaires, ex-ministre de l’Economie de François Hollande, il était devenu en 2017 le plus jeune président de la République, à seulement 39 ans. Au premier tour, le candidat centriste est arrivé premier avec 27,85% des voix.

Marine Le Pen, avocate de 53 ans, en est à sa troisième candidature à l’Elysée. Longtemps élue au Parlement européen, l’opposante d’extrême droite est désormais députée du Pas-de-Calais. Déjà finaliste il y a cinq ans face à Emmanuel Macron, la candidate du Rassemblement national (RN, ancien Front national) avait obtenu 33,9% des voix. Au premier tour, elle s’est classée deuxième avec 23,15%.

Mode de scrutin

Le chef de l’État est élu au suffrage universel direct, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Il doit recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés en un ou deux tours, quel que soit le taux de participation. Les législatives se dérouleront dans la foulée avec un premier tour le 12 juin et un second le 19 juin.

Le vote blanc

Le vote blanc, qui permet d’exprimer un refus de choix, n’est pas reconnu en France. Depuis une loi de 2014, ces bulletins sont cependant décomptés séparément des votes nuls et annexés au procès-verbal de chaque bureau de vote mais ils ne sont pas pris en compte dans le calcul des suffrages exprimés.

Protocole sanitaire

Le protocole sanitaire élaboré par les autorités ne prévoit aucune restriction. Pas besoin de pass vaccinal ni de test de dépistage et les personnes positives au Covid-19 pourront aller voter. Si le port du masque et les règles de distanciation physique ne sont pas obligatoires dans les bureaux de vote, le port du masque reste toutefois recommandé.

Carte d’électeur et procuration

Au bureau de vote, la présentation de la carte d’électeur est “opportune”, mais elle n’est pas indispensable. En cas de perte, il est possible de glisser tout de même son bulletin dans l’urne après présentation d’un document d’identité comme un passeport ou une carte d’identité.

Le vote par procuration a été assoupli en début d’année: il permet désormais à un électeur de donner procuration à un autre même s’il ne réside pas dans la même commune, mais la personne désignée pour voter ne pourra le faire ailleurs que dans le bureau de vote de celle qui lui a donné ce mandat. Il est possible de donner procuration jusqu’au jour-même de l’élection, mais il est conseillé de s’y prendre à l’avance, compte tenu des délais de traitement.

À voir également sur Le HuffPost:

  • Hu chevron_right

    Mélenchon demande aux Français de l'élire Premier ministre au "troisième tour"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 19 April - 17:40 · 2 minutes

Le leader de la France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon le 5 avril 2022 REUTERS/Pascal Rossignol Le leader de la France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon le 5 avril 2022 REUTERS/Pascal Rossignol

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES - Jean-Luc Mélenchon, éliminé au premier tour de l’élection présidentielle , compte bien mener une nouvelle bataille politique. Invité de Bruce Toussaint ce mardi soir sur BFM , le candidat de la France insoumise (LFI) a demandé aux Français de “l’élire Premier ministre” lors d’“un troisième tour” qu’il voit comme les élections législatives des 12 et 19 juin prochains.

“Vous voulez voir Jordan Bardella Premier ministre? Gérald Darmanin?”, a-t-il également demandé. “Je vais mener la bataille” mais pas forcément en état candidat à la députation car “il faut mener bataille partout et pas dans une seule circonscription”, a-t-il ajouté disant qu’il n’a pas encore tranché sur une éventuelle candidature, à Marseille ou ailleurs, lors de ce scrutin “car ce n’est pas la décision la plus urgente”.

Espère-t-il voir Emmanuel Macron ou Marine Le Pen élu dimanche prochain? “On ne vote pas Marine Le Pen”, a-t-il répété, disant “faire confiance à l’intelligence collective” mais comprenant ses électeurs qui ne souhaitent pas voter pour le président sortant.

De qui espère-t-il être le Premier ministre? “C’est assez secondaire (...) Ce qu’auront décidé les Français je le suivrai”, a-t-il également répondu à la question du journaliste de BFMTV. “Prenez le problème par l’autre bout, si je ne me bats pas pour ce combat, je leur laisse le pouvoir (...) Je ne serai pas Premier ministre par la grâce d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen parce que les Français l’ont voulu”.

“Les deux ne sont pas de même nature (...) ils doivent avoir chacun leur part de qualités ou de défauts”, explique-t-il critiquant plusieurs points du programme de Marine Le Pen, notamment sur le port du voile, et assurant qu’il imposera le blocage des prix sur l’énergie à Matignon. ”La question de savoir qui est président, on s’en fout. À partir du moment on aura la majorité, c’est moi qui passerai les décrets, pas le président”, a-t-il également déclaré.

>> Plus d’informations dans les prochaines minutes...

À voir également sur Le HuffPost: Cette phrase du discours de Mélenchon a inspiré les plus jeunes sur Tiktok

  • Hu chevron_right

    Présidentielle 2022: le programme économique de Marine Le Pen inquiète (toujours) les économistes

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 15 April - 04:45 · 8 minutes

Marine Le Pen promet plusieurs réformes fiscales et économiques qui inquiètent la grande majorité des économistes. La candidate du RN ici photographiée le 13 avril 2022 à Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine. Marine Le Pen promet plusieurs réformes fiscales et économiques qui inquiètent la grande majorité des économistes. La candidate du RN ici photographiée le 13 avril 2022 à Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine.

PRÉSIDENTIELLE - La candidate d’extrême droite a-t-elle réussi à “ dédiaboliser ” aussi son programme économique et à le rendre plus crédible? En axant sa campagne sur le pouvoir d’achat, “la redistribution et la protection sociale”, Marine Le Pen s’est qualifiée, une seconde fois pour le second tour de la présidentielle, rassemblant 23,2% des suffrages exprimés ce 10 avril.

Mais le programme économique et fiscal de la candidate s’attire toujours les principales attaques de la Macronie et les critiques de la grande majorité des économistes. Ces derniers pointent , tour à tour dans la presse , le risque d’un “Frexit” à peine voilé - malgré son reniement sur la sortie de l’euro - et un programme trop coûteux, mal chiffré et non maîtrisé pour les finances publiques et la dette, quand il n’enfreint tout simplement pas la Constitution . En réponse, la candidate martèle que son programme est “travaillé” et ”à l’équilibre” sur le plan budgétaire.

“Son programme nous pousse tout droit vers la sortie de l’Union européenne, c’est une forme de ‘Frexit’ budgétaire, même si elle ne le dit plus”, explique au HuffPost l’économiste Éric Heyer, membre du Haut conseil des finances publiques et directeur du département analyse et prévision à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques).

“Sur le reste, elle fait de l’affichage social, mais on reste en fait sur une ligne libérale, car ses mesures fiscales sur la TVA concernent tous les Français. Elles ne sont pas fléchées et ciblées sur ceux qui en ont le plus besoin. Cela risque de conduire en fait à une économie à deux vitesses, car certains les utiliseraient mieux que d’autres”, résume-t-il, pointant aussi un “risque écologique”.

Une réforme des retraites, mais où est le gage de sérieux budgétaire?

C’est le clivage économique le plus visible entre les deux candidats. Marine Le Pen souhaite ramener l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans pour les Français ayant commencé à travailler avant 20 ans. En tout cas pour ceux qui ont validé au moins 40 annuités. Depuis février, elle a en revanche fait des réajustements pour tous les autres: ceux étant entrés dans la vie active entre 20 et 24,5 ans pourraient partir entre 60 ans et trois trimestres et 62 ans, toujours au niveau de l’âge légal et pas forcément à taux plein. Le système serait inchangé pour les autres, notamment pour ceux qui ont eu des carrières hachées.

Beaucoup de personnes seraient ainsi concernées par une baisse de l’âge possible de départ légal. Selon les statistiques ministérielles , 70% des validations d’un premier trimestre ont eu lieu, en moyenne, à 22,3 ans pour la classe d’âge née en 1982 et qui a aujourd’hui 40 ans. La candidate prévoit par ailleurs de réindexer les retraites sur l’inflation et revaloriser le minimum vieillesse à 1000 euros.

“La candidate propose un retour à la situation d’avant 2003 en matière de mesures d’âges et du nombre de trimestres nécessaires pour obtenir la retraite à taux plein”, résume l’ Institut Montaigne , qui avance un coût très élevé pour cette réforme. Le think tank libéral, réputé proche du patronat, réévalue de 75% le coût de cette mesure, en le faisant passer de 9,6 milliards d’euros par an à 26,5 milliards.

“Son programme sur les retraites, comme celui de plusieurs autres candidats, n’est pas assez précis pour être évalué. Mais c’est la direction, dans lequel elle veut aller et le signal envoyé qui est plus important”, répond de son côté Éric Heyer. “Comme Emmanuel Macron, Marine Le Pen promet de nouvelles baisses d’impôts, mais pour les financer elle avance notamment une baisse de la contribution au budget européen de 5 milliards qui serait une ligne rouge pour l’UE”.

La candidate propose également d’exclure les étrangers des prestations sociales ou encore en trouver de nouvelles économies dans le budget alloué à certaines agences de l’État pour financer sa réforme. ”À l’inverse, la réforme ( très impopulaire selon les sondages , NDLR ) proposée par Emmanuel Macron est facilement quantifiable. Si on met de côté les impacts possibles sur le chômage ou l’assurance maladie, quand vous augmentez d’un an l’âge de départ à la retraite vous gagnez actuellement 7 milliards d’euros chaque année”, poursuit-il.

“On peut privilégier et s’attaquer à d’autres ressources possibles, comme la lutte contre la fraude fiscale, le problème c’est que c’est plus difficile, car hors radar et gagner 1 milliard, comme sur l’ensemble du quinquennat actuel, cela paraît déjà pas mal. Au-delà de la question politique, quand vous avancez une réforme des retraites, c’est beaucoup moins discutable sur le plan budgétaire”, ajoute-t-il. “C’est aussi une façon de donner des gages de contrôle budgétaire à nos partenaires européens et à l’Allemagne, même si le pacte de stabilité a été mis en parenthèse à cause du Covid et de la guerre en Ukraine”.

Un “quoi qu’il en coûte” flou et pas écolo sur le pouvoir d’achat

C’est l’axe principal de sa campagne et du revirement politique et économique du RN depuis qu’elle en a pris la tête. Marine Le Pen se pose en “candidate du pouvoir d’achat”. Pour appuyer sa position, la candidate propose de baisser la TVA sur les carburants de 20 à 5,5% et de fixer à 0% celle de 100 produits alimentaires et d’hygiène dits de première nécessité. Elle inclut “les fruits et les légumes, le sel, le poivre, l’huile, le pain, les pâtes, les serviettes hygiéniques ou les couches pour les bébés”. Cela sans liste arrêtée, mais avec un manque à gagner pour les caisses de l’État fixé à 3,5 ou 4 milliards d’euros par an, selon la candidate. Mais la proposition était avancée en 2019 pendant la crise des gilets jaunes, un économiste cité par Le JDD chiffrait la mesure à 11 milliards pour seulement 50 produits.

Une dernière proposition, livrée juste avant le premier tour, et réclamée par de nombreux gilets jaunes lors du grand débat de 2019 , qu’elle financerait par une surtaxe sur les entreprises côtés en bourse. Objectifs affichés? Lutter contre l’inflation temps qu’elle dépasse les 1%, “rendre l’argent des Français” et éviter “l’appauvrissement des classes moyennes”, assure-t-elle.

Baisser la TVA à moins de 5% était interdit dans l’UE jusqu’à la fin de l’année 2021 pour éviter le dumping fiscal entre pays membres, même pour les produits alimentaires. Mais une nouvelle directive, signée le 5 avril par les 27 après quatre ans de discussions, permet de fixer ponctuellement des taux réduits sur certains produits. “Le problème c’est que l’essence, le fioul ou le gaz ne figure pas dans cette nouvelle directive parce que ce sont des produits polluants, précise Éric Heyer. Ce serait les plus gros pollueurs qui en profiteraient le plus”, ajoute-t-il.

L’économiste ajoute que “ce n’est pas parce qu’on baisse la TVA que les producteurs vont baisser les prix. Il faut des mesures plus contraignantes ou ciblées sur les ménages ou les entreprises fragiles qui n’ont pas le choix (...) 90% de la baisse de la TVA dans la restauration en 2009 est allée dans la poche des restaurateurs et de leurs salariés et pas aux clients”, argumente-t-il, citant ici une étude réalisée en 2018 par l’Institut des politiques publiques .

Le cabinet indépendant Asterès estime, lui, qu’un taux nul sur 100 produits de première nécessité aurait un effet très modeste sur les portefeuilles des Français: 13 euros par an et par ménage, soit “une progression du pouvoir d’achat de 0,3%” et favoriserait, une nouvelle fois, ceux qui achètent le plus. “La TVA est un mauvais outil de redistribution des revenus”, assurait devant le Sénat en janvier, François Ecalle, ancien rapporteur général de la Cour des comptes.

Pas d’impôt pour les moins de 30 ans, vraiment?

C’est l’autre mesure fiscale majeure avancée par Marine Le Pen: exonérer d’ impôt sur le revenu l’ensemble des Français de moins de 30 ans pour les dissuader de partir à l’étranger. Les plus riches, comme Kylian Mbappé -qui gagne plus de 2 millions d’euros par mois au PSG - ou les traders, seraient donc concernés par la mesure. Là encore problème de taille, la candidate risquerait d’être retoquée par le Conseil constitutionnel au nom du principe d’égalité devant l’impôt entre les citoyens.

Cette égalité n’est ni réelle ni absolue (seuls 43% des Français, selon leur niveau de revenus) mais des dérogations ne peuvent être accordées qu’au seul motif de “l’intérêt général”. Sa mesure aurait de “grande chance” d’être retoquée. Et comme nous l’explique le constitutionnaliste, Jean-Philippe Derosier , passer par un référendum, notamment sur ce sujet, ne réglerait rien, sauf à faire un coup d’Etat constitutionnel. Si elle arrive au pouvoir et qu’elle gagne les législatives de juin, le chemin législatif et économique de la candidate RN s’annonce donc semé d’embûches.

À voir également sur Le HuffPost: Les trois leçons du premier tour

  • Hu chevron_right

    Pour le deuxième tour, l'affiche sobre des Jeunes avec Macron - EXCLUSIF

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 15 April - 04:00 · 2 minutes

Emmanuel Macron photographié lors de son déplacement au Havre le 14 avril Emmanuel Macron photographié lors de son déplacement au Havre le 14 avril

POLITIQUE - Terminé les codes à la Netflix ou les slogans provocateurs . Pour le deuxième tour de l’élection présidentielle 2022 , les Jeunes avec Macron préfèrent jouer la sobriété, alors que le match retour face à Marine Le Pen s’annonce serré, comme le montre notre compilateur de sondages .

Ce vendredi 15 avril, la branche jeunesse du mouvement présidentiel lance sa campagne d’entre-deux-tours avec des visuels bien plus conventionnels, en adéquation avec la solennité du moment. “On n’a pas perdu notre fougue et notre audace, mais dans un premier temps, il s’agit de mobiliser de faire preuve d’humilité au regard des scores”, observe un cadre.

“Pour notre génération, c’est Macron”, peut-on lire sur cette affiche, qui cible directement les jeunes, une catégorie d’électeurs chez laquelle Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête dimanche 10 avril, suivi de Marine Le Pen. Selon nos informations, ces affiches ont été tirées à 100.000 exemplaires, et seront placardées dans une quinzaine de villes où le vote jeune a sanctionné le candidat/président.

Europe, solidarité, écologie au quotidien, apprentissage et emploi... Les Jeunes avec Macron appuient sur le volet social de leur champion, alors qu’une partie de la jeunesse de gauche refuse toujours de choisir entre les deux finalistes. Pour accentuer le message, Emmanuel Macron apparaît entouré d’étudiants.

Affiche Jeunes avec Macron Affiche Jeunes avec Macron

Sur les tracts qui accompagnent cette campagne, les jeunes militants acquis au chef de l’État alertent sur le risque que représente “l’extrême droite de Le Pen” sur des sujets qui parlent à la jeunesse. Comme le fait de “dépenser des centaines de millions d’euros dans le démantèlement des éoliennes et la casse des énergies renouvelables”, la “stigmatisation d’une partie de la société avec notamment l’interdiction du voile, du halal et du casher”, “l’absence de mesure pour l’égalité entre les femmes et les hommes” ou encore la “fin du droit du sol et de la naturalisation par le mariage”.

“Bilan jeunesse”

Au HuffPost , un responsable des JAM confirme l’ambition de renouer avec les 18/35 ans. “L’idée c’est d’aller convaincre les électeurs qu’on n’a pas réussi à convaincre au premier tour. Espérer le vote utile c’est bien, le faire advenir c’est mieux”, souligne notre source, qui insiste sur le “bilan jeunesse” sur lequel Emmanuel Macron et ses troupes peuvent s’appuyer, comme le dispositif un jeune une solution, ou les 22 millions de repas à 1 euro servis par le Crous.

“Le chômage chez les jeunes n’a jamais été aussi bas depuis 1881”, insiste notre interlocuteur. Puisque les années 80 sont ici évoquées, le slogan choisi par les JAM n’est pas sans rappeler la campagne “Génération Mitterrand” en 1988. Une opération de communication célèbre qui avait accompagné le président sortant vers un second mandat. Reste à savoir si cette formule qui avait réussi à François Mitterrand fonctionnera de la même façon chez Emmanuel Macron.

À voir également sur Le HuffPost: À Strasbourg, ces électeurs de gauche que Macron doit convaincre

  • Hu chevron_right

    APPEL À TÉMOIGNAGES - Vous ressentez une forme de culpabilité depuis le premier tour? Racontez-nous

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 14 April - 15:58 · 2 minutes

The human hand drops the ballot into the box. The human hand drops the ballot into the box.

PRÉSIDENTIELLE - L’entre-deux-tours de l’élection présidentielle 2022 entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen cristallise de nombreuses tensions. Entre les déçus des résultats du premier tour , ceux qui sont critiqués pour avoir choisi des “petits” candidats, ceux qui sont pointés du doigt pour s’être abstenus, ceux qui le seront au deuxième tour, ou encore ceux qui sont bien incapables de dire aujourd’hui pour qui ils voteront entre Le Pen et Macron , crispation, déception, peur, angoisse et culpabilité sont au cœur de ces deux semaines.

Au lendemain du premier tour dimanche 10 avril, vous, lecteurs du HuffPost , avez témoigné de votre inquiétude, parfois de votre colère, face à un duel dans lequel vous ne vous reconnaissez pas. Nous vous en remercions.

Depuis, nous avons vu émerger d’autres ressentis face à cette élection présidentielle. Certains, qui ont donné leur voie à Yannick Jadot ou Anne Hidalgo , ont pu être sévèrement critiqués par d’autres électeurs de gauche, leur reprochant d’avoir contribué à l’échec de Jean-Luc Mélenchon aux portes du second tour. Parmi eux, il y a ceux qui assument leur choix, et ceux qui ressentent une légère pointe de culpabilité de n’avoir pas choisi le candidat le plus à même de passer au second tour.

D’autres ressentent une vive inquiétude, presque une souffrance, quant à l’idée d’adopter une fois de plus l’idée d’un front républicain. Voulant à tout prix éviter ce duel au premier tour, ils se retrouvent aujourd’hui comme pris au piège.

Enfin, pour certains, cette fois c’est sûr: ils ou elles ne voteront pas dimanche 24 avril. Peut-être même plus encore, pour eux, cette élection était celle de trop, à partir de maintenant, ils se détachent de la politique, ou choisissent d’autres manières d’agir.

➡️ Si vous vous retrouvez dans ces situations, votre témoignage nous intéresse!

  • Ressentez-vous de la culpabilité quant au vote que vous avez fait au premier tour?
  • Avez-vous été culpabilisé par vos proches ou collègues quant au choix que vous avez fait au premier tour?
  • Ressentez-vous de la culpabilité à l’idée de voter pour un candidat qui ne représente pas vos idées le 24 avril? Ou à l’idée de vous abstenir?
  • Ressentez-vous une forme de “souffrance démocratique” quant à l’indécision qui pèse sur vos épaules jusqu’au 24 avril?
  • Cette élection vous a-t-elle d’ores et déjà fait perdre tout attachement à la politique?

✍️ Vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante:

Votre témoignage pourra bien sûr rester anonyme si vous nous le demandez. Merci pour votre aide!

À voir également sur Le HuffPost: À Strasbourg, le meeting d’Emmanuel Macron perturbé par plusieurs incidents