close
  • Hu chevron_right

    Les NFT Profiles de Twitter ont mis Elon Musk en colère

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 15:15 · 3 minutes

Après une annonce de Twitter sur les NFT, Elon Musk s

TECHNO - Pour le Béotien, c’est une avancée au mieux parfaitement quelconque... mais pas pour Elon Musk . Jeudi 20 janvier, Twitter a annoncé que certains de ses utilisateurs premium pourraient désormais afficher leurs précieux NFT en guise de photo de profil.

Plus précisément, les utilisateurs iOS de Twitter Blue -une version payante et améliorée du réseau social pour l’heure disponible uniquement dans certains pays anglo-saxons-, pourront montrer qu’ils possèdent l’une de ces œuvres d’art numériques uniques dont le certificat de propriété est stocké de manière inviolable grâce à la blockchain . Un peu comme si vous affichiez la Joconde sur votre porte d’entrée en somme.

Pour ce faire, il leur suffira de connecter leur compte à leur portefeuille virtuel pour afficher comme photo de profil l’image numérique qu’ils possèdent. Laquelle sera affichée dans un hexagone et non plus dans un cercle comme pour le commun des mortels.

De la même manière que certains utilisateurs reconnus du réseau social disposent d’un badge de couleur bleu à côté de leur nom pour certifier de leur identité, ces heureux utilisateurs de Twitter Blue pourront montrer instantanément qu’ils possèdent un ou des NFT (pour Non-Fungible Tokens , ou “jetons non fongibles ” en français).

Une nouveauté relativement logique de la part d’un réseau fondé par l’un des plus fervents défenseurs des cryptomonnaies et de la blockchain , Jack Dorsey. En effet, depuis que ces technologies se développent, Twitter n’a eu de cesse de s’y intéresser.

Et cela n’a pas l’air de plaire à Elon Musk. Le milliardaire, notamment à la tête de Tesla et de SpaceX, connu pour jouer avec les nerfs de certains amateurs des cryptomonnaies en usant de son influence pour en faire varier les cours et pousser une monnaie virtuelle “gag”, a ainsi qualifié l’initiative d’”énervante”.

Dans un second message, Elon Musk ajoute: “Twitter mobilise des ressources en ingénierie pour ces conneries alors que des arnaqueurs spécialisés en cryptomonnaies s’amusent à spammer chaque message?!”

En effet, alors que le marché des cryptomonnaies et par extension des NFT attire de plus en plus de spéculateurs de toutes tailles, les arnaques se multiplient. L’identité d’Elon Musk a notamment été usurpée par des escrocs, qui se sont servi de ce coup pour faire monter le cours de certaines monnaies virtuelles. Selon les autorités boursières américaines , cette manœuvre a coûté des millions d’euros bien réels à ses victimes.

Il n’en reste pas moins que le discours d’Elon Musk sur Twitter a été dénoncé par certains, qui n’ont pas manqué de lui rappeler que sa propre entreprise Tesla accepte désormais les paiements dans une monnaie virtuel, le dogecoin , qu’il a lui-même participé à rendre attractive financièrement.

À voir également sur L e HuffPost : Les NFT expliquées en 3 minutes

  • Hu chevron_right

    Le tunnel anti-bouchons d'Elon Musk a un embouteillage

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 7 January - 14:05 · 1 minute

TRANSPORTS - Claustrophobes, s’abstenir. À Las Vegas, dans le premier tunnel construit par Elon Musk pour “résoudre” les problèmes de circulation à la surface, des images étonnantes ont été capturées par un internaute. Alors que le tronçon se veut représenter la facilité du transport de futur, les usagers se sont retrouvés dans un bouchon, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article .

Le tunnel, long de seulement 1,3 kilomètre, a été construit sous le vaste Convention Center (palais des congrès) en avril 2021, et s’attirait déjà les critiques avant cet épisode. The boring company, l’entreprise créée par Elon Musk pour concevoir les fameux tunnels, a d’avoir promis des navettes ultrarapides, puis des voitures individuelles “tractées” automatiquement, avant de se rabattre sur des voitures Tesla conduites par des chauffeurs qui avancent à seulement 56km/...

Mais ce n’est pas tout: comme l’ont fait remarquer de nombreux internautes, en plus de se rapprocher largement d’un tunnel routier tout ce qu’il y a de plus pratique, il est également particulièrement étroit... que les fans de l’américain se rassurent, ce n’est pas la fin des fameux tunnels. La ville de Las Vegas a ainsi validé fin 2021 la construction d’un réseau de 47 kilomètres, avec 51 stations pour accéder aux étroits boyaux.

À voir également sur Le HuffPost: Comprenez comment se forment les bouchons sur l’autoroute grâce à ce simulateur

  • Hu chevron_right

    Elon Musk, personnalité de l'année 2021 du "Time"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 13 December - 16:30 · 4 minutes

ÉTATS-UNIS -  Après le duo vainqueur de la présidentielle américaine en 2021, Joe Biden et Kamala Harris , c’est au tour d’ Elon Musk d’être désigné “Personnalité de l’année” par le magazine américain Time. Pour autant, cette annonce faite le 13 décembre ne va pas faire que des heureux.

“L’homme le plus riche du monde ne possède pas de maison et a récemment vendu sa fortune. Il jette des satellites en orbite et exploite le soleil ; il conduit une voiture qu’il a créée qui ne consomme pas d’essence et a à peine besoin d’un chauffeur. D’un simple mouvement du doigt, la bourse monte en flèche ou s’évanouit. Une armée de fidèles s’accroche à chacune de ses paroles. Il rêve de Mars en chevauchant la Terre, la mâchoire carrée et indomptable” résume TIME au début de son portrait.

Elon Musk désigné

Il faut dire que ce n’est pas chose aisée de condenser la vie d’Elon Musk en quelques signes. Co-fondateur de Paypal, patron du fabricant de véhicules électriques électriques Tesla et de la société d’exploration spatiale SpaceX , le milliardaire de 50 ans a des projets à n’en plus finir.

Et l’année 2021 a été faste pour Elon Musk et ses entreprises. Lui qui prévoit de coloniser Mars dans les prochaines décennies, a d’ores et déjà signé un contrat de 2,9 milliards de dollars avec la NASA pour faire atterrir des astronautes sur la Lune. Un contrat exclusif avec l’agence spatiale américaine, qui n’a pas envoyé d’astronaute sur la Lune depuis 1972.

En septembre, la société a envoyé pendant 3 jours dans l’espace quatre touristes spatiaux à bord d’une capsule Crew Dragon . Baptisée Inspiration4, c’est la première mission orbitale de l’Histoire ne comptant aucun astronaute professionnel à bord. Des plus ambitieux à ceux qui pourraient s’apparenter à de simples trolls , comme ce sifflet vendu à 50 dollars, Elon Musk partage chacun de ses projets à ses 66 millions de followers sur Twitter. Des plans qui divisent régulièrement.

L’opération Mars est-elle crédible?

Connu pour sa personnalité fantasque et coutumier d’envolées sur Twitter , l’entrepreneur d’origine sud-africaine, naturalisé canadien puis américain, n’est pas un personnage consensuel.

“Elon Musk a passé sa vie à défier les jaloux; il semble aujourd’hui être en position de les remettre à leur place”, écrivent les journalistes du Time dans leur portrait consacré à l’entrepreneur milliardaire. Elon Musk est d’un côté idolâtré par sa communauté de fans, et de l’autre relativement critiqué par beaucoup de spécialistes. Et notamment en ce qui concerne ses activités dans le spatial.

Le patron de SpaceX parle par exemple souvent avec enthousiasme de son projet de coloniser Mars au cours des prochaines années. Lui qui annonçait en 2016 son ambition d’envoyer des hommes sur la planète rouge dès 2024, ne manque pas de continuer d’alimenter cette idée sur son Twitter.

Pourtant, il faut bien comprendre qu’il est impossible d’envoyer des hommes sur Mars sans emmener avec eux des milliers de milliards de microbes. Les occasions de contamination seraient légion (fuites d’air etc) et pourraient priver l’Humanité de la potentielle plus grande découverte de toute son Histoire: trouver une forme de vie extraterrestre.

Surtout que le plan à long terme d’Elon Musk est de créer une colonie “d’un million de personnes sur Mars d’ici 100 ans”. Par ailleurs, 2024 semble être une année très ambitieuse, voire impossible pour diriger une mission habitée vers Mars. Si Musk s’est fait roi dans l’art des fausses promesses, un des piliers de sa stratégie de communication, certaines sont déjà enclenchées et inquiètent tout autant.

La constellation Starlink dans le viseur

Les astronomes sont particulièrement inquiets du lancement par la société SpaceX de la constellation Starlink qui pourra compter jusqu’à 42.000 satellites. Une telle concentration de satellites artificiels dans le ciel perturbera grandement les observations par télescopes .

Il y a la pollution lumineuse qu’ils produisent au crépuscule et à l’aube lorsqu’ils reflètent la lumière du soleil, mais les satellites émettent également des ondes radio qui provoquent des interférences et nuisent ainsi au fonctionnement des radiotélescopes.

En guise de solutions, les scientifiques souhaitent que les industriels spatiaux réfléchissent à concevoir leurs satellites différemment afin de réduire au maximum les nuisances causées à la recherche astronomique. Les astronomes réclament également l’établissement d’une carte de vol des satellites qui permettrait, en temps réel, d’anticiper les perturbations.

À voir également sur Le HuffPost : Le prince William appelle Jeff Bezos et Elon Musk à “sauver la planète” avant tout

  • Hu chevron_right

    La Russie envoie Yusaku Maezawa dans l'espace

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 8 December - 13:30 · 2 minutes

ESPACE - C’est un secteur dans lequel la Russie a perdu du terrain. Le pays signe son retour dans le tourisme spatial en envoyant le milliardaire japonais Yusaku Maezawa dans l’espace . Celui qui a fait fortune dans la mode en ligne a décollé ce mercredi 8 décembre à bord d’une fusée Soyouz , comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.

Le fantasque Japonais, âgé de 46 ans, et son assistant Yozo Hirano ont décollé du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan à 08h38 (heure de Paris), comme prévu. Le vol dans la capsule doit durer six heures, avec un arrimage attendu au segment russe de l’ISS à 14h41.

Dans la matinée, le milliardaire, son assistant et le cosmonaute Alexandre Missourkine, qui pilote le Soyouz, avaient quitté tout sourire leur hôtel à Baïkonour au son d’une chanson soviétique qu’on met traditionnellement pour tous les cosmonautes avant le vol. Cette chanson ― sur les cosmonautes nostalgiques de leur maison ― a été partiellement chantée en japonais.

Les deux touristes spatiaux vont passer 12 jours dans la station orbitale , un séjour que Yozo Hirano documentera pour et avec son patron sur YouTube. Avant cela et pendant de longues semaines, lui et son assistant se sont préparés à la Cité des étoiles, ville construite près de Moscou dans les années 1960 pour former des générations de cosmonautes.

Ruée vers l’espace

Le secteur du tourisme orbital connaît un regain d’intérêt et constitue une potentielle manne financière. Face aux sociétés privées américaines, notamment SpaceX, la Russie s’est largement fait devancer, mais initie ici un retour dans la course.

Signe de la volonté du secteur spatial russe de faire peau neuve, Roscosmos a également dépêché en octobre un réalisateur et une actrice à bord de l’ISS pour y tourner le premier long-métrage de l’histoire en orbite, avant un projet concurrent de Tom Cruise .

Le secteur des vols privés spatiaux, très lucratif, est actuellement dynamisé par les sociétés des milliardaires américains Elon Musk (SpaceX) et Jeff Bezos (Blue Origin), ainsi que celle du Britannique Richard Branson (Virgin Galactic).

En septembre, SpaceX a organisé un vol de trois jours en orbite avec un équipage composé intégralement d’amateurs. Elle prévoit aussi d’emmener plusieurs touristes faire le tour de la Lune en 2023, dont Yusaku Maezawa, qui finance cette opération.

À voir également sur Le HuffPost : Thomas Pesquet devrait retourner dans l’espace, et ce ne sera pas dans l’ISS

  • Hu chevron_right

    Espace: l'Europe veut concurrencer SpaceX avec son lanceur réutilisable

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 6 December - 11:53 · 2 minutes

Le ministre français de l

ESPACE - Les fusées françaises pourraient bien rattraper leur train de retard. Alors que les Américains de SpaceX sont pionniers de cette technologie, l’entreprise ArianeGroup va développer un mini- lanceur réutilisable a annoncé lundi 6 décembre le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire .

Alors en visite sur le site d’ArianeGroup à Vernon, dans l’Eure, Bruno Le Maire était aussi accompagné par Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer. Le déplacement avait pour thèmes principaux la réindustrialisation de la France et sa stratégie spatiale face à des salariés inquiets des retombées des annonces d’ArianeGroup en septembre concernant la suppression de 600 postes en France et en Allemagne.

Et l’endroit n’est pas un hasard. Le site d’ArianeGroup emploie déjà 850 salariés et devrait jouer un rôle central dans le futur spatial français. Plusieurs projets y seront lancés, et en particulier un mini-lanceur réutilisable, qui devrait “pouvoir être opérationnel en 2026”, a affirmé Bruno Le Maire. “Aujourd’hui il y a un peu plus de 800 emplois sur le site de Vernon, à horizon 2025 il y en aura près de 1.000”, a assuré Bruno Le Maire.

L’Europe a “manqué le virage du lanceur réutilisable, nous n’y avons pas cru, nous avons pris du retard par rapport à nos partenaires américains qui ont développé SpaceX et Falcon 9, et ce retard il faut le rattraper”, a concédé Bruno Le Maire, en présentant la nouvelle stratégie spatiale du continent.

Mettre au point des fusées réutilisables accorderait à la France un haut rang en matière de conquête spatiale. Le pays a d’ailleurs récemment fait un énorme bond en avant sur le recueil de renseignements depuis l’espace, en maîtrisant une technologie que très peu de pays possèdent.

Le but de ce projet est bien évidemment de concurrencer la société SpaceX de Elon Musk , pionnière dans cette technologie et largement en avance sur le marché. Parmi les autres projets annoncés sur le site de Vernon: le nouveau moteur Promotheus et un banc d’essai méthane.

Coentreprise entre Safran et Airbus, ArianeGroup prépare actuellement ses futurs lanceurs lourds Ariane 6 , dont le tir inaugural de qualification est prévu au second semestre de l’année prochaine. Vernon sera également le lieu où se développera une production d’hydrogène à partir de sources d’électricité renouvelable, a souligné le ministre.

À voir également sur Le HuffPost: 40 ans de la fusée Ariane: le futur de l’espace se cache juste derrière Ariane 6

  • Hu chevron_right

    Il faudra plus que des coups de com' sur Twitter pour assurer notre survie sur cette planète

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 6 December - 02:24 · 4 minutes

ENVIRONNEMENT - La pandémie de Covid-19 et ses conséquences économiques, additionnées aux conflits et aux effets des changements climatiques, n’en finissent pas d’accroitre les inégalités. Pour la première fois depuis les années 90, le nombre de personnes dans le monde vivant sous le seul de l’extrême pauvreté -soit avec moins de 1,60 euro par jour- est en augmentation, tandis qu’en France, le Secours catholique rapporte que près de 10% de la population française auraient eu recours à l’aide alimentaire en 2020.

Le nombre de catastrophes naturelles quant à lui a été multiplié par 5 sur les 50 dernières années. Et si tous les continents en ont été les victimes, 90% des personnes qui en sont décédées vivaient dans les pays en développement .

Nous ne pouvons plus l’ignorer, l’aggravation des sécheresses et des inondations vont non seulement affecter la production alimentaire mondiale, mais également accroitre le potentiel épidémique de certains virus et la transmission de maladies infectieuses. L’inaction contre le changement climatique tue déjà, sous nos yeux, et la crise du Covid-19 nous prouve qu’il n’est plus possible de penser l’avenir de notre pays sans se soucier de ce qui se passe dans le reste du monde.

“Assurer notre survie sur cette planète”

Pourtant, les échecs des récents sommets du G20 à Rome et de la COP26 à Glasgow nous le rappellent cruellement. Les actions politiques concrètes continuent de se faire attendre, éclairant le poids des intérêts économiques contraires à ce qui répond pourtant aux attentes majoritaires des populations du monde, et plus globalement à l’intérêt général humain le plus élémentaire : assurer notre survie sur cette planète. Triste illustration de de la gravité des crises mondiales face auxquelles il nous revient d’agir et du manque de volonté de ceux qui nous gouvernent aujourd’hui pour s’en donner les moyens.

Récemment, le directeur du Programme alimentaire mondial des Nations Unies a lancé un défi sur Twitter au milliardaire Elon Musk: serait-il cap’ de consacrer à peine 2% de sa fortune personnelle pour lutter contre la faim dans le monde? Ce à quoi le mégalomane a rétorqué que si on pouvait lui prouver que ces 2%, soit 6 milliards de dollars , pouvaient réellement éradiquer les famines, il ferait immédiatement un chèque. Comme si les crises climatiques, les conflits et la fuite des capitaux, créés ou entretenus par un système inégalitaire dont il est le grand gagnant, celui-là même qui lui a permis de bâtir sa fortune, n’entraient pas dans l’équation. Comme si tout s’arrangeait toujours simplement à coup de chèques et de milliards. Comme s’il ne valait même pas la peine de dépenser 2% de sa richesse si ce n’était “que” pour sauver la vie de 42 millions de personnes au bord de la famine.

Comment en est-on arrivé à accepter une société ou les milliardaires s’affranchissent de payer leur juste part d’impôt presque légalement, puis viennent dicter leurs conditions aux institutions internationales qui les supplient publiquement de participer à l’effort collectif pour sortir des populations entières de la misère?

“Les plus grandes fortunes rivalisent d’égoïsme”

Le fossé qui ne cesse de se creuser entre les plus pauvres et les plus riches sur la planète sape la lutte contre la pauvreté et les inégalités, nuit à nos économies et fragmente nos sociétés. Pourtant, loin de prendre leur juste part à cet effort collectif pour notre survie, les plus grandes fortunes et leurs multinationales, soumises aux taux d’imposition les plus bas depuis des décennies, rivalisent encore d’égoïsme.

Mais pour agir efficacement et sur le long terme contre la pauvreté et les inégalités, et permettre d’atteindre en 2030 les Objectifs du développement durable sur lesquels la communauté internationale s’est accordée en 2015, il faudra plus que des coups de com’ sur Twitter. Les multimilliardaires ne sont pas plus légitimes que n’importe quel citoyen français pour demander comment sera dépensé leur argent pour faire face aux grands défis de notre époque.

Un monde plus juste, c’est ni plus ni moins l’ambition de ONE et des citoyens engagés partout en France. Cela doit aussi être celle de nos futurs élus." Najat Vallaud-Belkacem, directrice France de l'ONG One.

C’est pourquoi l’ONG One lance une grande consultation citoyenne avec Make.org et pose la question. “Comment l’État, les entreprises et les associations peuvent-ils mettre fin à l’extrême pauvreté et aux inégalités dans le monde?”.

À quelques mois de l’élection présidentielle, il est temps de mettre en avant les solutions: comment enclencher un processus de réduction des inégalités en France et dans le monde? Que devraient faire nos représentants, nos industries et notre société civile pour lutter contre les flux financiers illicites, le manque d’accès aux soins ou à une éducation de qualité, les inégalités entre les femmes et les hommes, le pillage des ressources naturelles ou encore le manque de représentation des pays pauvres dans les négociations internationales?

Œuvrer pour un monde meilleur là-bas, c’est aussi participer à la construction d’un monde meilleur ici. Un monde plus juste, c’est ni plus ni moins l’ambition de ONE et des citoyens engagés partout en France. Cela doit aussi être celle de nos futurs élus.

À voir également sur Le HuffPost: Le prince William appelle Jeff Bezos et Elon Musk à “sauver la planète” avant tout

  • Hu chevron_right

    Le PDG de Tesla, Elon Musk, lance un sifflet inspiré du Cybertruck

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 1 December - 10:52 · 1 minute

Tesla a mis en vente un sifflet à 50 dollars, inspiré du Cybertruk.

INSOLITE - Il fallait y penser. Si le Cybertruck de Tesla “ne ressemble à rien d’autre” comme le résumait Elon Musk en 2019, le Cybersifflet quant à lui est l’image du Cybertruck. Le PDG de la firme a annoncé, ce mercredi 1er décembre sur Twitter le lancement du gadget , avant la mention “Coup de sifflet sur Tesla”.

C’est le moins que l’on puisse dire, si le Cybertruck devait entrer en production à la fin de l’année, laquelle est finalement retardée à 2022, les fans de la firme ont pu se jeter sur la version miniature, surtout si le Cybersifflet est vendue en édition limitée.

Déjà en rupture de stock

L’objet est fabriqué en acier inoxydable de qualité médicale avec une finition polie. Il comprend une également une fonction de fixation intégrée. Le sifflet se trouve dans la rubrique “Style de vie” de la boutique en ligne de Tesla, pas loin de la carafe Tesla à 150 dollars. Il est d’ailleurs déjà en rupture de stock près d’une heure après l’annonce. Pour le plus grand plaisir des revendeurs, qui font grimper les prix en cascade. Sur Ebay , certains espèrent même le vendre à plus de 2000 dollars.

Elon Musk, toujours taquin avec ses concurrents, a également tweeté: “Ne gaspillez pas votre argent avec ce stupide chiffon Apple, achetez notre sifflet à la place!”. Le PDG fait référence ici au chiffon de polissage en microfibre du fabricant d’iPhone, mis en vente le mois dernier à 19 dollars.

Il semble  que l’opération de communication ait fonctionné. Le milliardaire a très bien saisi la portée chacune de ses annonces, y voyant là un moyen très rentable de promouvoir les travaux de ses entreprises.

À voir également sur Le HuffPost : Découvrez “Tesla Bot”, le robot humanoïde d’Elon Musk

  • Hu chevron_right

    Elon Musk a vendu pour 1,1 milliard de dollars d'actions Tesla

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 11 November - 02:01 · 2 minutes

Elon Musk, ici à Berlin en Allemagne, le 13 août 2021.

ELON MUSK - Le fondateur et directeur général de Tesla, Elon Musk , a vendu lundi pour environ 1,1 milliard de dollars d’actions du constructeur de véhicules électriques, après avoir annoncé ce week-end qu’il envisageait de se séparer de 10% de ses titres.

Selon des documents déposés ce mercredi 10 novembre auprès du régulateur américains des marchés, la SEC, l’homme le plus riche du monde a cédé environ 930.000 titres sur la seule journée de lundi.

Samedi, le quinquagénaire avait effectué un sondage , depuis son compte Twitter, pour savoir s’il devait ou non se séparer de 10% de ses actions Tesla . Quelque 57,9% des 3,5 millions de votants avaient répondu favorablement.

Lundi, à l’ouverture de Wall Street, le titre avait dégringolé, lâchant jusqu’à 7,2% alors que le marché craignait que le bouillant patron ne s’exécute et déséquilibre, à lui seul, l’offre et la demande d’actions du constructeur.

La vente enclenchée dès le 14 septembre

Les actions vendues lundi par Elon Musk l’ont donc été à un prix sensiblement moins élevé que s’il les avait cédées avant son tweet, l’entrepreneur perdant, au passage, plusieurs dizaines de millions de dollars de profits non réalisés.

Le document révèle également que le facétieux homme d’affaires avait enclenché la vente dès le 14 septembre et ne s’est donc pas déterminé en fonction du sondage.

À l’issue de l’opération, Elon Musk détenait encore, selon le document déposé auprès de la SEC, 1,22 million d’actions Tesla en libre accès ainsi que 170,4 autres millions logées dans un trust, d’une valeur totale de 183 milliards de dollars au cours de clôture de ce mercredi.

Lundi, le fondateur de Tesla avait aussi exercé 2,15 millions de stock-options, qui lui permettaient d’acheter autant de titres à 6,24 dollars pièce, soit moins de 1% de leur valeur actuelle.

Après avoir encore perdu 11,99% mardi, toujours plombée par l’annonce d’Elon Musk, l’action Tesla a fini par rebondir ce mercredi et clôturé en hausse de 4,34%.

À voir également sur Le HuffPost : Le prince William appelle Jeff Bezos et Elon Musk à “sauver la planète” avant tout