close
  • Hu chevron_right

    Presque autant d'infanticides que de féminicides: le cri d'alarme de Charlotte Caubel

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 22 July - 09:56 · 2 minutes

Le constat glaçant de Charlotte Caubel sur les infanticides Le constat glaçant de Charlotte Caubel sur les infanticides

POLITIQUE - “Un enfant meurt tous les cinq jours dans son environnement familial dans des conditions de violence”. Voici le constat glaçant dressé ce vendredi 22 juillet, par Charlotte Caubel, secrétaire d’État chargée de l’enfance, qui appelle à “libérer la parole” des enfants victimes mais aussi de leur entourage.

Il faut “une vraie prise de conscience sur la réalité des chiffres qui sont aujourd’hui absolument inquiétants, tragiques. On a pratiquement autant d’infanticides que de féminicides”, alerte Charlotte Caubel au micro de France Inter, déplorant un “un angle mort” dans la lutte contre les violences sur les enfants. “Aujourd’hui, nos enfants sont en danger”, martèle-t-elle.

Les chiffres évoqués par la secrétaire d’État sont ceux de l’Observatoire national de la protection de l’enfance (ONPE) pour l’année 2018, avec 80 infanticides répertoriés.

“Libérer la parole” de l’entourage

Il est à ce jour difficile d’avoir une estimation précise et fiable du nombre d’infanticides, qui peuvent par exemple passer pour des accidents domestiques ou des faits de maltraitance qui, prolongés et jamais dénoncés, finissent par entraîner la mort.

C’est d’ailleurs en ce sens que Charlotte Caubel appelle donc aussi à “libérer la parole (...) des adultes, de l’entourage” pour inciter à signaler des comportements suspects. “Le silence est aussi parfois une violence pour les enfants et surtout le silence peut conduire à des drames”, insiste la secrétaire d’État.

Comme le reconnaissait la directrice de l’ONPE auprès du Monde en 2021, seule “la face émergée du phénomène” est connue, c’est-à-dire les cas ayant donné lieu à une saisie de la justice. Une étude menée par Anne Tursz, épidémiologiste et autrice d’une enquête sur “les morts suspectes de nourrissons de moins de 1 an”, a permis d’établir qu’environ 255 infanticides d’enfants de moins de 1 an ont lieu chaque année.

À titre de comparaison, 146 femmes ont été victimes de féminicides en 2019 et 102 en 2020, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Le collectif féministe contre les violences sexistes et sexuelles #NousToutes a dénombré 113 féminicides en 2021.

Pour endiguer les infanticides, Charlotte Caubel souhaite “renforcer” la formation des personnes en contact avec les enfants, dans le cadre scolaire, péri-scolaire ou médical, soulignant qu’“on ne peut plus se cacher derrière le secret professionnel et le secret médical” pour ne pas signaler des violences.

À voir également sur Le HuffPost: Pour lutter contre la prostitution des mineurs, le gouvernement lance une campagne choc

  • Hu chevron_right

    Avec "L'enfant de personne", Lyes Louffok interpelle le gouvernement

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 15 November, 2021 - 12:59 · 6 minutes

Sur le plateau de Laurent Ruquier, Lyes Louffok, ancien enfant placé, s

ENFANCE - Ce lundi 15 novembre est diffusé sur France 2 un téléfilm qui fait déjà beaucoup parler de lui. Intitulé L’enfant de personne , il narre l’enfer vécu par les enfants placés en foyer ou en famille d’accueil , avec les actrices Isabelle Carré , Andréa Bescond et Nawell Madani.

Le film est tiré de l’histoire vraie de Lyes Louffok, enfant placé, qui a raconté son parcours via le livre Dans l’enfer des foyers , publié chez Flammarion.

L’absence du ministre Adrien Taquet critiquée

Invité sur le plateau de Ruquier et Salamé samedi, le jeune homme, très engagé pour une refonte de la politique en faveur des enfants placés, s’en est d’ailleurs pris au secrétaire d’Etat Adrien Taquet, chargé de l’enfance et des familles. Il déplore son absence du débat qui suivra la diffusion du film, sur le plateau de France 2.

“Le ministre Taquet refuse de venir sur le plateau lundi soir, et ça, ça me met hors de moi. Parce que c’est aussi dire aux Français à la veille de l’élection présidentielle qu’il n’y a pas de bilan à leur présenter sur le sujet”, déclare-t-il.

“J’espère que d’ici lundi, il changera d’avis, et qu’il viendra débattre avec nous, parce que sa présence est nécessaire”, lance ensuite Lyes Louffok à Gabriel Attal.

Le porte-parole du gouvernement tente de justifier l’absence d’Adrien Taquet au débat qui suivra lundi soir: “Il travaille sur un plan sur la prostitution des mineurs, il n’a pas de problème à débattre”, selon Gabriel Attal.

Mais l’actrice Isabelle Carré, présente dans l’émission de Ruquier, le coupe et enfonce le clou: “C’est quand même un problème que, lors d’un débat sur France télévisions sur un sujet aussi important que celui-là, il n’y ait aucun représentant du gouvernement.”

Depuis ces échanges peu amènes et même s’il ne fait pas allusion à la polémique, Adrien Taquet a rappelé son action en faveur des enfants placés sur Twitter:

Mais le gouvernement, visiblement gêné aux entournures, a fini par dépêcher en urgence une autre secrétaire d’Etat pour le représenter lors du débat de ce lundi soir, comme l’a annoncé Lyes Louffok:

Il va en effet falloir du courage à Nathalie Elimas pour affronter le bilan sévère que dresse Lyes Louffok au sujet de l’inaction du gouvernement en faveur des enfants placés. “En matière de protection de l’enfance, le bilan d’Emmanuel Macron est raté . Tous les enfants placés de plus de 18 ans doivent avoir la possibilité d’être protégés!”, a-t-il dit lors de la même émission.

Qui est Lyes Louffok?

Comment ce jeune homme, Lyes Louffok, est-il arrivé à dresser ce bilan? Placé en famille d’accueil dès ses premiers jours à cause des troubles psychiatriques de sa mère biologique, il est ensuite arraché à cette famille parce qu’elle veut déménager dans le sud. Elle a demandé l’adoption du petit Lyes, mais l’Aide sociale à l’enfance refuse cette requête, afin qu’il reste proche de sa mère biologique. La sœur de sa mère d’accueil reste en contact avec Lyes et se bat pour avoir un droit de visite.

Suivra un tunnel de maltraitances vis-à-vis de Lyes, de la part des familles d’accueil, des adultes dans les foyers d’Aide à l’enfance, des enfants plus âgés de ces mêmes foyers, maltraitances toutes plus atroces les une que les autres, entre violences sexuelles, violences psychiques et ballottage de familles en foyers, de foyers en familles, avant de trouver la sérénité chez une femme que l’histoire prénomme Yasmina. Lyes a alors 14 ans.

“L’État n’a pas été un bon parent”

Une fois adulte, Lyes s’engage férocement en faveur d’une réforme de la protection de l’enfance. Il travaille comme éducateur social, il devient bénévole au sein de l’association Repairs! qui s’adresse aux jeunes sortant de foyers. Et il écrit un livre en 2014, Dans l’enfer des foyers , qui va avoir l’effet d’une bombe. Il multiplie les interviews et finit par avoir l’oreille du gouvernement.

Pour Lyes Louffok, cité dans Le Parisien en octobre, “l’Etat n’a pas été un bon parent”. Selon lui, les enfants doivent pouvoir bénéficier d’une protection dans les établissements d’accueil, afin de vérifier les agissements des adultes, et des enfants les plus âgés envers les plus jeunes. Cette protection doit être réalisée via des contrôles menés par des instances indépendantes.

Protéger les enfants après leur majorité

Lyes Louffok demande également que les enfants soient représentés par un avocat, et ce quel que soit leur âge, dès qu’ils se retrouvent concernés par une procédure judiciaire. “C’est la base d’un Etat de droit”, a-t-il clamé dans l’émission “On est en direct”. “Des enfants de 3 ans se retrouvent confrontés à de longues procédures et ils sont seuls face au juge.”

Lyes Louffok insiste aussi sur une mesure qu’il dit avoir espérée de ce quinquennat: “que tous les enfants placés aient la possibilité d’être protégés au-delà de leur majorité, a minima jusqu’à 21 ans. La réalité, c’est qu’à 18 ans, on nous jette à la rue. La réalité, c’est qu’un SDF sur 4 de moins de 25 ans est un ancien enfant qui sort tout droit des foyers et des familles d’accueil.”

Ce lundi soir, on peut s’attendre à un film poignant suivi d’un débat houleux sur France 2.

A voir également sur Le HuffPost: Le couple Fillon fait appel après sa condamnation dans le “Penelope Gate”

  • Hu chevron_right

    Post-partum: Dès 2022, un entretien systématique pour détecter les dépressions

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 28 September, 2021 - 12:52 · 2 minutes

Le secrétaire d’État à l’Enfance Adrien Taquet, ici photographié en mai 2020 à l

MATERNITÉ - Un “entretien systématique autour de la 5e semaine après l’accouchement” sera instauré début 2022 pour repérer les dépressions post-partum , qui toucheraient entre 15 et 30% des mères, a déclaré le secrétaire d’État à l’Enfance Adrien Taquet lors des Assises de la santé mentale, ce mardi 28 septembre à Paris.

“Pour les femmes à risque, il sera suivi d’un second entretien autour de la 12e semaine”, a déclaré Adrien Taquet, selon la retranscription de son discours transmise à l’AFP.

Il sera effectué par des professionnels de santé: médecins traitants ou sages-femmes, qui auront été sensibilisés au repérage des dépressions post-partum , précise-t-on au secrétariat d’État. Si des signes de dépression sont détectés, le parent pourra être orienté vers un psychiatre ou psychologue.

Des épisodes dépressifs fréquents et méconnus

“100.000 femmes par an souffriraient de la dépression du post-partum (15%, je crois que c’est le chiffre couramment admis). Dans un sondage récent, 30% des mères et 18% des pères disent avoir connu un épisode dépressif”, a poursuivi Adrien Taquet.

Mais seulement 5% des mères disent avoir été diagnostiquées par un spécialiste et 78% des parents n’avaient jamais entendu parler de la dépression post-partum lors des rendez-vous médicaux, selon ce sondage réalisé en août 2021 par OpinionWay pour l’entreprise de télémédecine Qare.

Dans le cadre du plan “1000 premiers jours”, lancé en 2019 pour accompagner les familles lors de cette période cruciale pour l’enfant et la création de liens d’attachement solides avec les parents, plusieurs mesures sont mises en place, dont une application “1000 premiers jours” donne des informations aux parents ou futurs parents.

Renforcer la pédopsychiatrie

Un appel à projets a été lancé avec 10 millions d’euros pour “conforter l’offre en psychiatrie périnatale” en “ouvrant 5 à 10 nouvelles unités de soins conjoints parents-bébé et en créant 15 à 20 nouvelles équipes mobiles”, a indiqué Adrien Taquet.

“Depuis ma nomination il y a 2 ans et demi, il n’est pas un déplacement dans lequel les acteurs ne me parlent de la pédopsychiatrie qu’il faut renforcer. Pas un seul déplacement où on ne me parle des 6 à 18 mois d’attente dans les CMP (centres médico-psychologiques) infanto-juvéniles”, a déclaré le secrétaire d’État, jugeant qu’on “ne peut pas se satisfaire des délais d’attente dans les CMP ou de l’impossibilité d’hospitaliser en urgence des adolescents faute de place”.

“Les recours aux urgences pour troubles de l’humeur chez les moins de 15 ans ont augmenté de 40% fin 2020 par rapport à ce qui était observé à la même période en 2018 et 2019”, a-t-il dit.

À voir également sur le HuffPost : Illana Weizman raconte son post-partum et le tabou qui l’entoure

  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 100

    Angélique Andthehord · Wednesday, 4 August, 2021 - 05:55 edit

- Alors, c'est ça qu'y voulait ? C'est ça qu'était prévu : m'empêcher d'aller aux cabinets pour m'obliger à désobéir, pour pouvoir me piéger et dire que j'désobéissais exprès pour qu'y ait des bêtises ?

- Oh, non ! crois pas ça d'Olivier. Il est gentil, tu sais, il adore les enfants mais c'est un gamin : y voit pas plus loin qu'le bout d'son nez. Il avait pas réfléchi aux conséquences. Il est le plus jeune d'entre nous, il a à peine vingt ans. Alors, quand il a voulu prendre cette mesure, d'interdire les WC jusqu'à nouvel ordre, on trouvait pas ça bien malin mais on l'a laissé faire pour qu'il se sente responsable.

- Alors, c'est le diable qui a voulu me piéger. C'est le diable qui a parlé à son oreille pour me tendre un piège.

- Tu penses ça, toi ? »

demanda ma monitrice, amusée.


extrait de : UN PIÈGE DIABOLIQUE


#cabinets #enfance #punition #explication #moniteur #compréhension #interdiction #obéissance #dialogue #inquiétude #bêtise #tourment #peur #monitrice #piège

  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 99

    Angélique Andthehord · Tuesday, 3 August, 2021 - 05:46

- Alors, c'est ça qui était prévu, qu'on désobéisse ? Et moi, si j'avais désobéi comme les autres enfants, qu'est-ce qu'y s's'rait passé ? Parce que là, d'jà, le moniteur Olivier prétendait que j'allais aux cabinets exprès pour que les garçons fassent des bêtises. J'vais aux cabinets parce que chuis malade, j'm'enferme bien, avec le verrou, dans les cabinets et on m'accuse, moi, de vouloir qu'y ait des bêtises !

- Mais non, il t'a pas accusé…

- Et si j'étais allée derrière les arbres, là où tout l'monde aurait pu m'voir, y s'rait pas v'nu dire que j'le faisais exprès pour qu'y ait des bêtises ?

- Ben… si, p't-être…


extrait de : UN PIÈGE DIABOLIQUE


#cabinets #enfance #punition #explication #moniteur #compréhension #interdiction #obéissance #dialogue #maladie #inquiétude #garçons #bêtise #tourment #peur #monitrice #piège

  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 98

    Angélique Andthehord · Monday, 2 August, 2021 - 05:47

Une fois que le moniteur Olivier eut pris congé de moi, ma monitrice revint dans le dortoir, s'assit de nouveau sur la chaise à côté de moi et me demanda très innocemment :

« Pourquoi t'étais pas allée faire derrière les arbres, si tu pouvais pus t'retenir ?

- C'est pas interdit ?

- En principe, si mais tu crois qu'ys s'sont gênés, les autres ? Depuis qu'Olivier a fermé la porte des WC, l'après-midi, tous les enfants font leurs besoins derrière les arbres et nous, les monos, on fait comme si on voyait rien. On va tout de même pas les gronder alors qu'ys peuvent pas faire autrement.


extrait de : UN PIÈGE DIABOLIQUE


#cabinets #enfance #punition #explication #moniteur #compréhension #interdiction #obéissance #dialogue #bêtise #monitrice

  • chevron_right

    chapitre 14 Créons le mouvement ! extrait 97

    Angélique Andthehord · Saturday, 31 July, 2021 - 05:52

Rassurée par les mots du moniteur, la lumière se fit dans ma tête et je protestai :

« Mais non, j'veux pas qu'y ait d'bêtises. Moi, si j'vais aux cabinets, c'est parce que j'ai besoin d'y aller.

- T'es sûre ? »

Décidément, ce moniteur, il est comme ma mère : si on lui met pas les points sur les i, y comprend rien.

« Non, j'veux pas qu'y ait d'bêtises. C'est Éric, mon amoureux. Les autres, ys ont pas l'droit d'faire des bêtises.

- Bon, d'accord, répondit le moniteur. Dans ce cas, y a pas de problème. Moi, j'veux bien qu'y ait des histoires d'amour pendant les vacances. C'qu'y s'passe entre ton copain et toi, je ne m'en mêlerai pas. Moi, tout ce qui me préoccupe, c'est les WC… »

qui furent rouverts le jour même.


extrait de : MALSAIN


#cabinets #enfance #explication #moniteur #compréhension #dialogue #bêtise