close
  • chevron_right

    Enfants nés sans vie: les parents pourront leur donner un nom

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 4 days ago - 15:57 · 3 minutes

Le Parlement a adopté une proposition de loi qui va permettre aux parents d

PARENTALITÉ - “Ne pas ajouter l’oubli à l’insupportable tragédie.” Le Parlement a adopté ce vendredi 26 novembre une proposition de loi à valeur symbolique visant à permettre de donner un nom de famille aux enfants nés sans vie , après un vote de l’Assemblée dans le consensus.

“L’enfant né sans vie n’est pas rien. Il appartient à la famille” et il s’agit de “ne pas ajouter l’oubli à l’insupportable tragédie”, a souligné avec gravité dans l’hémicycle le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti.

Déjà adoptée en juin au Sénat, la proposition de loi d’ Anne-Catherine Loisier (Union centriste) a été reprise au Palais Bourbon dans une niche du groupe UDI.

Le texte prévoit qu’il sera possible de faire figurer dans l’acte d’enfant sans vie, ”à la demande des père et mère, le ou les prénoms de l’enfant, ainsi qu’un nom qui peut être soit le nom du père, soit le nom de la mère, soit leurs deux noms accolés”. Il précise que cette inscription ne pourra avoir “aucun effet juridique”, afin d’écarter expressément tout éventuel effet en matière de filiation et de succession.

Une décision rétroactive

La mesure vient compléter la reconnaissance symbolique de l’enfant qui n’est pas né vivant (jadis appelé “mort-né”) ou viable, pour lequel les parents peuvent demander depuis 1993 l’établissement d’un acte d’enfant sans vie, inscrit dans le registre des décès. Une circulaire a reconnu aux parents en 2009 le droit de pouvoir choisir un ou des prénoms pour cet enfant. En revanche, selon cette circulaire, “aucun nom de famille ne peut lui être conféré”.

La proposition de loi pourra s’appliquer aux enfants nés sans vie dans le passé: “les actes déjà dressés pourront être complétés” avec un nom de famille, a indiqué le garde des Sceaux. En outre, un décret va prévoir prochainement qu’”à la demande des parents, le livret de famille sera complété”.

La proposition centriste vient apporter “une réponse humaine à l’ensemble des familles”, s’est félicitée la rapporteure Béatrice Descamps (UDI).

Le débat sur l’emploi des mots “père” et “mère” s’était invité dans le débat parlementaire, d’abord assez vivement lors de l’examen du texte au Sénat puis en commission des Lois à l’Assemblée nationale. Préférant le terme plus “neutre” de parents, le PS avait annoncé vouloir déposer un amendement en séance pour revenir sur la rédaction du Sénat “qui ne tient pas compte de la diversité des familles, et exclut notamment les familles homoparentales”. Il n’en a finalement rien été.

À voir également sur le HuffPost : Le premier clip de la campagne “1000 premiers jours” de l’enfant

  • chevron_right

    Des zones non-fumeur près de toutes les écoles, demande de la Ligue contre le cancer

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 31 October - 09:46 · 2 minutes

La Ligue contre le cancer demande au gouvernement de généraliser les espaces non-fumeur à proximité de toutes les écoles de France (photo d

SANTÉ - Une mesure nationale claire. À la veille du début de l’opération “ Mois sans tabac ”, campagne gouvernementale qui veut inciter les fumeurs à réduire voire à arrêter leur consommation, la Ligue contre le cancer demande dans les colonnes du Journal du Dimanche de ce 31 octobre à l’État d’imposer des zones non-fumeur autour de toutes les écoles du pays.

Une mesure qui existe déjà pour interdire cigarette et autres cigares des espaces publics ou des espaces de jeu, mais qui n’est encore aucunement généralisée à l’ensemble du territoire. Au JDD , Yana Dimitrova, chargée de mission prévention à la Ligue contre le cancer, explique ainsi que des communes ont unilatéralement décidé de suivre cette recommandation, mais ajoute qu’elle aimerait un décret l’imposant de manière nationale.

Car au niveau local, la mesure met beaucoup de temps à se mettre en place. À Caen par exemple, l’associative raconte que la Ligue contre le cancer a commencé à négocier en 2015 pour une application quatre ans plus tard. “Comme il s’agit d’une démarche globale de santé publique, tout un tas de services municipaux sont concernés.”

En outre, certains opposants peuvent arguer que l’efficacité d’une telle mesure n’est que toute relative face au tabagisme passif , qui ne représente qu’un danger limité en plein air. Or ce n’est justement pas son objectif premier, qui est davantage de “dénormaliser” le fait de fumer aux yeux des plus jeunes. Karine Gallopel-Morvan, professeure à l’École des hautes études en santé publique, précise à cet égard que pour rendre “moins banals” les comportements tabagiques, l’idée est de faire baisser la “visibilité de la cigarette dans l’environnement”.

Car dans un pays où le tabac est responsable de 75.000 décès par an et où la baisse du tabagisme stagne pour la première fois depuis des années à cause de la crise sanitaire du Covid , la Ligue contre le cancer est convaincue que c’est la multiplicité des actions contre le tabac qui permettra aux phénomène de reculer.

À voir également sur le HuffPost : Voici ce qui se passe dans votre corps lorsque vous arrêtez de fumer

  • chevron_right

    Covid: les États-Unis autorisent le vaccin Pfizer pour les 5-11 ans

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 30 October - 09:25 · 3 minutes

Comme prévu, les États-Unis ont approuvé en urgence le vaccin Pfizer contre le Covid pour les enfants de 5 à 11 ans (photo d

CORONAVIRUS - Ce n’était plus qu’une question de jours au vu des dernières études . Les États-Unis ont autorisé ce vendredi 29 octobre le vaccin contre le covid-19 de Pfizer-BioNTech pour les 5 à 11 ans , ouvrant la voie au lancement imminent d’une nouvelle grande étape de la campagne d’immunisation, qui concerne 28 millions d’enfants dans le pays.

Cette autorisation en urgence de l’Agence américaine des médicaments (FDA, Food and Drug Administration ) a été accordée après le passage en revue minutieux des résultats d’essais cliniques menés par Pfizer sur plusieurs milliers d’enfants .

Une efficacité de 90,7%

“En tant que mère et médecin, je sais que les parents, les soignants, le corps enseignant et les enfants attendaient cette autorisation avec impatience”, a salué dans un communiqué Janet Woodcock, commissaire par intérim de la FDA. “Vacciner les jeunes enfants contre le Covid-19 est une étape supplémentaire vers un retour à la normale”, a-t-elle insisté.

Mardi, un comité d’experts indépendants s’était réuni, et au terme d’une journée de discussions, s’était prononcé en faveur de l’immunisation des 5-11 ans avec ce vaccin. Selon les essais cliniques, le remède a démontré une efficacité de 90,7% pour prévenir les formes symptomatiques de la maladie chez cette tranche d’âge.

Avant que les injections ne commencent, un comité d’experts des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) doit à son tour se réunir en début de semaine prochaine pour rendre son avis. Cette agence de santé publique fédérale publiera ensuite ses recommandations, ultime étape du processus.

Les recommandations de la FDA font souvent référence dans le monde. L’Agence européenne des médicaments est également en train d’examiner une demande d’autorisation du vaccin de Pfizer pour cette tranche d’âge.

Un vaccin sous dosé par rapport aux adultes

Le dosage du vaccin a été adapté à 10 microgrammes par injection (au nombre de deux, administrées à trois semaines d’écart), contre 30 microgrammes pour les groupes plus âgés. Le bouchon des flacons destinés aux enfants sera orange, et ainsi facilement reconnaissable comparé aux bouchons violets des flacons pour les groupes plus âgés.

Jeudi, Pfizer a par ailleurs annoncé que le gouvernement américain avait acheté 50 millions de doses supplémentaires destinées aux enfants, qui seront livrées à partir d’avril 2022. Au total, les États-Unis ont acheté 600 millions de doses.

Le coordinateur de la lutte contre la pandémie à la Maison Blanche, Jeff Zients, a déclaré mercredi que le gouvernement se tenait prêt, aussitôt l’autorisation de la FDA annoncée, à “envoyer immédiatement des millions de doses” aux quatre coins du pays, ”à des dizaines de milliers de pédiatres, médecins de famille, hôpitaux pour enfants, centres de santé, cliniques rurales et pharmacies”.

Encore faudra-t-il convaincre. Car selon un sondage de la Kaiser Family Foundation fin septembre, environ un tiers des parents déclaraient qu’ils vaccineraient leur enfant dès que possible, un autre tiers qu’ils attendraient avant de prendre une décision, et un quart qu’ils ne le feraient pas vacciner.

Les autorités sanitaires ont tenu à rappeler vendredi que les enfants n’étaient pas épargnés par la pandémie. Chez les 5 à 11 ans, plus de 1,9 million de cas de covid-19 ont été enregistrés depuis le début de la pandémie aux États-Unis, plus de 8.300 hospitalisations, et une centaine de décès, ont-elles souligné.

À voir également sur le HuffPost : “Ne vous faites pas vacciner” la pub choc d’une vraie-fausse entreprise de pompe funèbre

  • chevron_right

    Pass sport: les critères d'accès élargis par le gouvernement

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 26 October - 18:28 · 2 minutes

Créé pour inciter les jeunes défavorisés à prendre une licence dans un club, le pass sport va être élargi à davantage de petits Français (photo d

POLITIQUE - Aller plus loin. La ministre chargée des Sports, Roxana Maracineanu, a indiqué ce mardi 26 octobre aux sénateurs que le pass sport, dispositif d’aide à la prise de licence en club , a bénéficié pour l’instant à 700.000 jeunes et sera ”élargi”.

“Je suis consciente que les modalités sont perfectibles et nous réfléchissons à l’optimiser. Il a vocation à connaitre un élargissement vers plus de structures et à une palette plus large de publics”, a-t-elle expliqué en commission, auditionnée par les sénateurs sur le budget 2022.

Ce dispositif pourra intégrer “les associations agréées en milieu rural” par exemple, comme c’est déjà le cas pour les quartiers prioritaires de la ville, et “aller jusqu’à 30 ans pour les personnes en situation de handicap”, ou encore s’étendre aux “sections babies ” concernant les enfants de moins de six ans. Il sera ouvert jusque “fin février” car certaines disciplines fonctionnent “en année calendaire” comme le ski, a aussi précisé la ministre.

Un tiers des fonds alloués ont été dépensés

Cette aide à la prise de licence d’un montant de 50 euros, annoncée il y a environ un an, est pour l’instant réservée aux enfants bénéficiaires de l’allocation de rentrée scolaire ou de l’allocation de l’enfant handicapé. “Nous avons passé la barre des 700.000 jeunes qui en ont bénéficié”, dont “100.000 de plus en une semaine”, a détaillé la ministre des Sports, sur une cible potentielle de 5,4 millions d’enfants éligibles.

Sur les 100 millions d’euros prévus pour ce dispositif, 35 millions ont été consommés pour l’instant, a-t-elle précisé. Les crédits non consommés “resteront au sport”, a-t-elle assuré, conformément à ce que demandent plusieurs acteurs du sport comme le comité olympique français.

Interrogée par le sénateur PS Jean-Jacques Lozach, qui s’est dit “chagriné” de voir dans les tableaux budgétaires une réduction de “cinq ETP (Équivalents temps plein, ndlr )” à l’Insep, temple du sport de haut niveau français, Roxana Maracineanu a répondu: “on a constaté une sous consommation récurrente”, “on a adapté au besoin”, mentionnant le récent changement de directeur général.

À voir également sur le HuffPost : Macron promet 5000 infrastructures en plus pour le sport amateur avant les JO 2024

  • chevron_right

    Contre les violences éducatives ordinaires, un nouveau spot choc

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 26 October - 12:59 · 2 minutes

ENFANTS - “Et si on imaginait que nos enfants étaient plus forts que nous?” Voici le postulat de base de la nouvelle campagne de StopVEO Enfance sans violence , association qui lutte comme son nom l’indique contre les violences éducatives ordinaires (les fameuses VEO donc), mise en ligne ce mardi 26 octobre.

Dans ce spot d’environ 1′20, que vous pouvez retrouver en tête de cet article , on découvre un père de famille qui s’agace de plus en plus à mesure qu’il découvre d’abord un morceau de biscuit laissé au sol par son fils, puis un premier dessin sur le mur, un second...

Sauf qu’après l’avoir cherché quelques instants, au moment de confronter son fils, il ne se retrouve pas face à petit garçon, mais en face d’un adulte barbu et au regard sombre. Devant cet individu qui continue de dessiner sans paraître intimidé par l’irruption du père, ce dernier retombe rapidement en pression, prenant une voix douce et un rien intimidée pour expliquer à son fils qu’il vaut mieux dessiner sur du papier, et que ses œuvres pourront même être exposées sur les murs.

Une manière d’inviter à réfléchir sur la vulnérabilité de l’enfant qui se trouve en face d’un parent agacé. Car en visualisant un être “plus fort” que lui, le père n’emploie absolument pas les mêmes méthodes que ce vers quoi tendait le début de la séquence, où l’on pouvait aisément imaginer une poursuite des cris, des reproches, voire pire.

Une campagne qui est diffusée depuis ce mardi sur Internet et qui paraîtra ensuite à la télévision dans un format resserré, du mois de novembre à la mi-décembre.

Depuis le 2 juillet 2019 et une adoption par le Parlement de la loi dite “anti-fessée”, les violences éducatives ordinaires sont interdites dans la loi française, qu’elles soient physiques ou psychologiques . Les associations de protection de l’enfance déplorent toutefois qu’elles soient encore trop fréquentes.

À voir également sur le HuffPost : À Nice, l’asso “Les Papillons” et l’école de foot s’unissent pour lutter contre les violences sexuelles sur mineurs

  • chevron_right

    Cette marionnette géante déambule en Europe pour alerter sur le sort des enfants syriens

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 7 October - 08:07 · 2 minutes

SYRIE - Qui est donc cette marionnette géante qui déambule un peu partout en Europe? Vous avez peut-être pu la croiser en Grèce, en Italie, en Suisse ou encore en Belgique. Au tout début du mois d’octobre, elle a aussi passé quelque temps à Marseille, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus .

La marionnette sera présente le 15 octobre prochain au Trocadéro. Cette fillette se prénomme Amal. C’est une enfant syrienne qui a fui son pays pour retrouver sa maman. La fillette haute de 3,5 mètres a été imaginée par la fondation britannique “Good chance Theatre”, avec l’aide de Handspring Puppet Company.

8000 km parcourus au travers de l’Europe

Depuis le mois de juillet, Amal est partie de Gaziantep en Turquie et a pour objectif de parcourir 8000 km au travers de l’Europe. La fondation a souhaité mettre en avant les enfants syriens et leur situation critique. Avec la guerre qui dure depuis une décennie et l’arrivée de la pandémie, le système éducatif s’est fragilisé.

Selon un dossier de l’Unicef , ces enfants sont les premières victimes de la guerre. “Plus de 1300 installations et personnels éducatifs et médicaux ont été pris pour cible. Effectivement, 1 école sur 3 est inaccessible, car, détruite, endommagée, utilisée à des fins militaires ou abritant désormais des familles déplacées”, détaille ce rapport.

“On a voulu représenter une très très grande fillette, car ces enfants ne sont pas assez visibles. On espère par ce contact direct créer de l’empathie et, grâce à l’art, faire bouger les lignes sur le sort de ces enfants qui n’ont plus le droit de l’être et sont sur les routes au lieu d’être à l’école”, précise Claire Béjanin co-productrice de l’événement à Marseille.

Une odyssée culturelle baptisée “The Walk”

Ce projet a été intitulé “The Walk”. Il a réuni 250 partenaires dans 65 pays. “De la frontière entre la Syrie et la Turquie jusqu’au Royaume-Uni, “The Walk” rassemblera des artistes célèbres, de grandes institutions culturelles, des groupes communautaires et des organisations humanitaires, créant ainsi l’une des œuvres d’art publiques les plus innovantes et les plus aventureuses jamais réalisées”, précise le site Internet de la marionnette.

Amal finit son périple au mois de novembre à Manchester au Royaume-Uni. La fondation Good chance Theatre est née en 2015 à Calais, dans le camp de migrants.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi la Turquie a décidé d’ouvrir aux migrants sa frontière avec l’Europe

  • chevron_right

    Covid-19: le Conseil scientifique préconise une nouvelle stratégie de dépistage à l'école

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 18 September - 15:55 · 2 minutes

Dans un avis, le Conseil scientifique recommande d

CORONAVIRUS - Le protocole sanitaire mis en place par l’Éducation nationale ne leur convient guère. Ce samedi 18 septembre, nos confrères du Monde révèlent les conclusions (non rendues publiques) d’un avis commun du Conseil scientifique et du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale portant sur les dispositions à prendre en milieu scolaire pour éviter une nouvelle flambée épidémique de covid-19 . Et c’est peu dire que les deux instances sont loin d’être convaincues par celles en vigueur depuis la rentrée.

En effet, alors que la règle actuelle prévoit la fermeture des classes à l’école primaire dès la détection d’un premier cas de Covid, les membres du Conseil scientifique et du COSV recommandent de renvoyer chez eux les élèves contaminés, mais sans fermeture de classe.

À la place, les deux instances suggèrent un recours renforcé au dépistage. Ainsi, elles recommandent à l’école primaire des tests “systématiques et hebdomadaires” au primaire, qui permettraient de renvoyer uniquement chez eux les enfants positifs au virus.

La crainte d’une épidémie qui toucherait surtout les jeunes

Et dans le secondaire, où la couverture vaccinale s’étend au fur et à mesure (environ sept jeunes sur dix dans la classe d’âge 12-17 ans ont reçu au moins une dose de vaccin), leur idée est de dépister, à partir du moment où un cas positif est détecté, au sein de tout le niveau et pas uniquement la classe. Avec là encore pour finalité de n’isoler que les jeunes testés positifs alors que dans le protocole actuellement en vigueur, seuls les ados non vaccinés peuvent être soumis à cette quarantaine quand ils sont cas contacts.

Le résultat d’une telle stratégie serait de diminuer drastiquement les fermetures de classe au primaire, et de ne pas isoler, dans le secondaire, des adolescents non vaccinés qui sont bien souvent issus de catégories de population défavorisées.

En outre, les auteurs de cet avis insistent sur la nécessité de détecter la présence du virus au sein de la population jeune pour se prémunir contre une épidémie qui les toucherait en priorité (raison pour laquelle les États-Unis veulent d’ailleurs vacciner dès 5 ans ).

Dans le document, rapporte encore Le Monde , les scientifiques préviennent ainsi du risque de voir dans les prochaines semaines les mineurs représenter 35% des cas de Covid et 5% des hospitalisations. S’appuyant sur des modélisations, ils assurent en revanche qu’avec leurs recommandations et un dépistage systématique, il serait possible de faire chuter de 30% le nombre de cas chez les plus jeunes.

Reste néanmoins, comme le notent les experts dans leur avis, à avoir l’approbation d’une majorité de la population pour que cette stratégie soit applicable, et que les autorités y consentent également. Or comme le relayait vendredi 17 septembre Le Journal du Dimanche , le ministère de l’Éducation de Jean-Michel Blanquer a clairement affirmé qu’il n’était pas question de faire évoluer le protocole sanitaire dans les semaines à venir.

À voir également sur le HuffPost : 50 millions de vaccinés: la course de graphique qui montre la progression française