close
  • chevron_right

    Sur Facebook, les modérateurs ferment les yeux sur la maltraitance d’enfants

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Friday, 1 April - 08:30

template-jdg-67-158x105.jpgFacebook reconnaissance faciale

Le réseau social est de nouveau pointé du doigt, après qu'une étude révèle que Facebook modère très peu les images montrant de la maltraitance infantile.

Sur Facebook, les modérateurs ferment les yeux sur la maltraitance d’enfants

Bactérie E.coli : deux enfants morts en un mois, voici les consignes de prévention à adopter
  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 70

    Angélique Andthehord · Thursday, 10 February - 04:40

Midi arriva tout de même. Maman se présenta sur le seuil de la porte et je rentrai à la maison avec elle. C'est là que j'appris que cette école de l'enfer était obligatoire sur la terre, que je devais y retourner le tantôt, le lendemain et tous les autres jours ; c'est UNE VIE QUI S'EFFONDRE dont j'ai fait le récit au chapitre quatre.

Tout ce que ma mère trouvait de mieux à me dire à ce sujet, c'est :

« Estime-toi heureuse d'avoir passé à la maison les cinq premières années de ta vie. C'est pas l'cas d'tous les enfants. »


extrait de : J'ai tout vu !


#école #déception #enfer #horreur #tristesse #enfants #reconnaissance

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 67

    Angélique Andthehord · Monday, 7 February - 07:09

En outre, ces messes et repas de famille ou entre amis étaient longs pour les enfants parce qu'ils étaient conçus pour les adultes. Nous (moi, mes frère et soeur, les enfants des gens que nous rencontrions), les partagions avec les grandes personnes parce que nous vivions avec des grandes personnes. C'était pour nous un instant de rencontre avec le monde des adultes et après, c'était fini. Nous retournions à nos vies et occupions notre temps selon notre nature enfantine, qui a besoin de beaucoup plus de mouvement.

Si l'école était conçue pour les enfants, comment se faisait-il qu'ils dussent y ruiner leur nature en restant assis à écouter un blabla non adapté à leur constitution cérébrale ?


extrait de : Assis, pas bouger !


#école #déception #tristesse #classe #enfants #témoignage #paralysie

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 64

    Angélique Andthehord · Thursday, 3 February - 08:36

Les enfants, inhibés, regardaient fixement la maîtresse d'un regard éteint. Était-ce donc la vie qu'ils avaient choisie ? Ce mode de vie les rendait-il heureux ? Depuis quand étaient-ils dans une école comme ça ? Savaient-ils qu'une autre façon de vivre existait ? Depuis quand venaient-ils à l'école ? Se souvenaient-ils de la vie d'avant ? Voulaient-ils rester là et continuer à vivre dans cette inertie ?

Un enfant agita, d'un geste vif, les jambes sous sa chaise et il donna simultanément un coup de rein en avant. Visiblement, quelque chose en lui venait de lui dire :

« Lève-toi, maintenant ! »

Il réprima ce geste, révélant une contradiction entre ce qui lui était demandé et ce qu'il avait envie de faire. Cela ne me parut pas extravagant en soi. Quand on vit avec des grandes personnes, on est souvent amené à devoir obéir à leurs ordres qui vont à l'encontre de ce qu'on a envie de faire. Devoir rester assise un long moment, c'est une contrainte qui m'était familière.


extrait de : Assis, pas bouger !


#école #déception #enfer #horreur #tristesse #classe #enfants #paralysie

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 63

    Angélique Andthehord · Wednesday, 2 February - 05:20

Figée sur cette chaise, je sentis mon cerveau se paralyser de même, tant il était lié à mon corps. Son fonctionnement en était entravé et le flot d'informations dont la maîtresse nous inondait en était d'autant plus impossible à analyser. La réflexion exige des postures appropriées que j'étais habituée à adopter naturellement quand j'étais à la maison. La maîtresse, quant à elle, s'exprimait avec une pleine liberté de mouvement, allant et venant entre les colonnes de tables et d'enfants, retournant s'asseoir à son bureau et s'en relevant à son gré. Ça, je pus l'écrire.

On aurait dit que la dame voulait mettre au fond de moi des affirmations que je n'aurais pas vérifiées au préalable, que je n'aurais peut-être même pas vues passer. Le seul moyen de me protéger était de me déterminer à rejeter systématiquement de mon esprit tout ce que je n'avais pas soumis à l'analyse de ma réflexion comme potentiellement faux. C'est difficile.


extrait de : Assis, pas bouger !


#école #maîtresse #horreur #classe #enfants #vérité #témoignage #intrusion #paralysie

  • Hu chevron_right

    Covid-19: Où en est la vaccination des enfants?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 22 January - 14:34 · 4 minutes

En France, la vaccination des enfants de 5 à 11 ans peine à décoller (photo d

CORONAVIRUS - “Nous devons en particulier faire progresser la vaccination des 5 à 11 ans.” Dans sa conférence de presse du jeudi 20 janvier, le Premier ministre Jean Castex a lancé un nouvel appel à la vaccination contre le covid-19 , reconnaissant notamment que la campagne a démarré “doucement” chez les enfants.

Depuis le 22 décembre , les 5-11 ans peuvent effectivement se faire injecter un vaccin dosé spécifiquement pour eux. Une idée notamment basée sur le fait que le sérum est bien toléré par l’organisme des enfants et que s’il est rare, le risque d’hospitalisation et de pneumonie grave chez l’enfant à cause du Covid est avéré. Surtout, comme le martèle Olivier Véran, le ministre de la Santé, les bénéfices du vaccin sont largement supérieurs au risque d’effets secondaires.

Mais c’est peu dire, pour reprendre Jean Castex, que la campagne débute tout de même “doucement”, comme le montre notre graphique ci-dessous .

Selon le ministère de la Santé et des Solidarités, à la date du jeudi 20 janvier, environ 3% seulement de la population éligible chez les 5-11 ans avaient reçu une date. Un mois donc après l’ouverture de la vaccination à leur classe d’âge seuls quelque 175.000 enfants avaient ainsi été vaccinés.

Localement, nos confrères de la presse régionale rapportent des chiffres similaires dans de nombreux endroits de France: moins de 4% des enfants vaccinés en Picardie au 18 janvier pour France Bleu , entre 3 et 4% du côté de la Marne le 20 janvier, rapporte L’Union .

Plusieurs points de blocage

Plusieurs éléments peuvent expliquer cela, à commencer par une défiance certaine des parents. Peu avant l’ouverture de la vaccination, un sondage livrait un chiffre édifiant: près de 7 parents sur 10 n’avaient pas l’intention de faire vacciner leur enfant, la plupart évoquant des doutes quant à de possibles effets secondaires à long terme et surtout sur les bénéfices réels de la vaccination. D’autant que cette vaccination n’est pas obligatoire et que les enfants de moins de 12 ans ne sont pas soumis au pass vaccinal.

À cela se sont ajoutées des complexités logistiques liées au protocole d’administration, les lieux proposant la vaccination des plus jeunes étant largement inférieurs en nombre à ceux prenant les adultes en charge, tout comme les professionnels habilités à injecter le vaccin. Jusqu’à présent, seuls les centres de vaccination disposant des bons vaccins, les médecins généralistes, pédiatres et spécialistes pouvaient administrer le sérum.

Des ratés pour lesquels Jean Castex avait une réponse lors de sa prise de parole de jeudi. “Nous faciliterons la vaccination en autorisant davantage de lieux et de professionnels, y compris les pharmaciens et les infirmières, à réaliser ces injections”, a-t-il notamment déclaré. Et en effet, le nombre de centre de vaccination proposant aussi de prendre en charge les enfants a rapidement augmenté au cours des dernières semaines . Jean Castex a aussi tenté de rassurer les parents hésitants en ajoutant: Je veux leur dire que les autorités scientifiques sont très claires sur les bénéfices de cette vaccination.”

Accélération aussi pour les ados

Par ailleurs, le gouvernement compte aussi intensifier la campagne de vaccination chez les adolescents, en ouvrant la campagne de rappel à tous les 12-17 ans, et non plus aux seuls ados immunodéprimés ou souffrant de pathologies chroniques. “Je vous annonce que nous allons étendre cette possibilité de rappel pour tous, mais sans obligation, à compter de lundi prochain”, avait déclaré Jean Castex jeudi.

Une information confirmée par une note de la Direction générale de la Santé officialisant l’ouverture de la campagne de rappel à tous, sans obligation, à partir de ce lundi 24. Il est pour ce faire possible de prendre un rendez-vous dès ce samedi 22 janvier.

En revanche, au contraire des adultes, la dose de rappel peut être injectée six mois après la deuxième dose, et non pas trois comme pour les adultes. La DGS l’explique par une “décroissance plus lente des anticorps vaccinaux chez les adolescents que chez les adultes”.

À voir également sur le HuffPost : Face aux anti-vaccins, le sénateur Claude Malhuret a une suggestion

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 53

    Angélique Andthehord · Friday, 21 January - 05:15

Concrètement, ils étaient assis, au lieu d'être debout, devant des tables et, y regardant mieux, il m'apparut qu'ils n'avaient aucune chaîne visible. Pourtant, j'avais vraiment l'impression qu'ils ne pouvaient pas se mouvoir librement, qu'ils étaient condamnés à rester là, alignés les uns derrière les autres, dans l'impossibilité de communiquer entre eux étant donné qu'ils faisaient face chacun à celui qui lui tournait le dos et tournaient le dos chacun à celui qui lui faisait face, dans l'impossibilité de vaquer à leurs occupations réelles et respectives.

Cette vision furtive de l'enfer ne m'inquiéta pas pour moi-même, étant donné que j'avais parfaitement compris du premier coup d'œil que rester dans cette école était pire que la mort, je ne risquais pas de faire ce choix catastrophique.

Une dame était debout face aux enfants. C'était la maîtresse. Était-elle là pour les aider à se sortir de la démence qui les avait conduits à vouloir s'enfermer dans cette triste agonie ? Sans doute, c'est ce que je supposai, pleinement confiante.


extrait de : Résurgence démoniaque


#école #maîtresse #enfer #horreur #tristesse #image #classe #enfants #prisonniers #folie