close
  • Hu chevron_right

    Loi climat: les opposants gagnent en justice contre le préfet Lallement

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 19:49 · 3 minutes

Didier Lallement et la préfecture de police de Paris ont perdu en justice face à des militants écologistes qui voulaient se rassembler aux abords de l

ENVIRONNEMENT - Des jeunes militants du climat ont obtenu, ce mardi 13 avril, en justice le droit de se rassembler à proximité de l’Assemblée nationale pour interpeller les députés sur le projet de loi “climat et résilience” actuellement en discussion.

La préfecture de police de Paris et le préfet Didier Lallement avaient pris lundi un arrêté interdisant pour toute la semaine les rassemblements statiques de ces quelques dizaines de jeunes sur une place proche du Palais Bourbon, pour réclamer “une loi climat à la hauteur de l’urgence climatique”. L’arrêté invoquait notamment des considérations sanitaires liées à l’épidémie de covid-19 et de manque de forces de l’ordre pour encadrer la manifestation.

Les organisateurs, ainsi que l’ONG “ Notre affaire à tous ”, qui promeut les actions en justice en faveur du climat, avaient contesté cette interdiction en procédure d’urgence (référé) devant le tribunal administratif de Paris.

Le juge des référés leur a donné raison dans un jugement rendu mardi. Il a notamment estimé que le nombre de militants présents, “au maximum une vingtaine de personnes (...) qui se sont engagés à respecter l’ensemble des gestes barrières” et le fait qu’ils “se réuniront de façon statique” sur une place de taille suffisante ne permettait pas d’interdire leur rassemblement “en retenant le motif de l’impératif de protection de la santé publique”. Il a également estimé que la préfecture n’avait pas démontré d’éventuels motifs de “sécurité publique”.

“Victoire pour le dialogue démocratique”

Les requérants se sont félicités d’une “victoire pour le dialogue démocratique”, alors que des députés de gauche et écolos avaient contesté lundi l’interdiction, dénonçant le “zèle” de la préfecture.

“La démocratie n’est pas morte, il est important que des citoyens puissent renouer le dialogue avec leurs représentants et peser sur les décisions comme le font les lobbies industriels”, a déclaré à l’AFP Camille Etienne , une des organisatrices requérantes.

La semaine dernière, ce rassemblement avait provoqué une altercation entre un député insoumis venu à la rencontre de ces jeunes et des policiers, et certains députés, y compris de la majorité, avaient été verbalisés.

À voir également sur le HuffPost : Extinction Rebellion souille la façade de la banque de France pour faire passer un message

  • La chevron_right

    Les oiseaux nous rendent plus heureux que l’argent, montre une étude

    alt.movim.eu / LaReleveEtLaPeste · 09:58

D’autres études avaient aussi montré que les oiseaux ont un impact direct sur notre bien-être. Les chants qui signalent leur présence provoquent notamment une réduction du stress, une régénération éprouvée de l’attention au monde et l’émergence d’émotions positives en nous.

Cet article Les oiseaux nous rendent plus heureux que l’argent, montre une étude est apparu en premier sur La Relève et La Peste .

  • La chevron_right

    La France dépasse 6 des 9 limites planétaires, ces processus qui conditionnent l’équilibre du système-Terre

    alt.movim.eu / LaReleveEtLaPeste · Yesterday - 13:08

« En modifiant les grands cycles chimiques, le cycle de l’azote, du carbone, du phosphore, de l’eau, l’homme a même une influence isostatique », c’est-à-dire sur la tectonique des plaques, souligne Dominique Bourg. « On agit, le système-Terre rétroagit, ajoute celui-ci. On est entré dans une époque où le boomerang nous revient dessus. »

Cet article La France dépasse 6 des 9 limites planétaires, ces processus qui conditionnent l’équilibre du système-Terre est apparu en premier sur La Relève et La Peste .

  • Hu chevron_right

    Au Chili, des algues tueuses détruisent plus de 4000 tonnes de saumons

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 07:35 · 2 minutes

POLLUTION - Nouvel épisode de mortalité massive de saumons au Chili , deuxième producteur mondial: quelque 4244 tonnes de poissons ont été victimes d’algues tueuses dans 18 fermes du sud du pays, a rapporté ce jeudi 8 avril le Service national chilien de pêche et d’aquaculture (Sernapesca).

Cette mortalité est la conséquence de la prolifération d’efflorescences algales nuisibles (HAB), un phénomène qui provoque une réduction de l’oxygène dans l’eau et donc la mort par asphyxie des saumons. Ce phénomène de grande prolifération d’algues provoquant des hécatombes de saumons s’était déjà produit en 2016 au Chili, deuxième producteur mondial après la Norvège avec environ 26% de l’offre mondiale.

Greenpeace affirme que l’épisode actuel est entièrement imputable à la pollution produite par l’élevage de saumons et non au changement climatique, comme le prétend l’industrie selon l’ONG de défense de l’environnement. “Avec la répétition de ce type de crise, l’influence de la pollution produite par l’élevage de saumons est indéniable. Il est prouvé que la présence d’ammonium et d’urée provenant de l’élevage de saumons dans des fjords fermés ou peu fréquentés peut exacerber les proliférations des espèces (d’algues) détectées”, a déclaré Maurico Ceballos, porte-parole de Greenpeace.

La microalgue “H. Akashiwo” a été détectée dans les 6 fermes à saumons touchées dans la région de Los Lagos, et la “Leptocylindrus danicus” et la “Leptocylindrus minimus” dans les 12 fermes de la région d’Aysén, indique la Sernapesca dans un communiqué.

Ces 4244 tonnes représentent “2,7% de la biomasse active totale des zones touchées”, où 70% des saumons morts ont été retirés des immenses parcs dans lesquels ils sont élevés. En 2020, les exportations de saumon ont rapporté 4,4 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros) au Chili, soit une baisse de 14,6% par rapport à l’année précédente, selon les données du Conseil du saumon.

À voir également sur Le Huffpost: En Namibie, des milliers de bébés otaries prématurés retrouvés morts

  • La chevron_right

    Climat : après la plus grande catastrophe agricole due au gel depuis 1950, l’urgence de s’adapter

    alt.movim.eu / LaReleveEtLaPeste · 2 days ago - 10:07

« Nous ne vivons plus une époque de risques climatiques mais de certitudes difficiles. La meilleure assurance pour y faire face pour les viticulteurs, c’est d’avoir du stock mais encore faut-il avoir deux années de suite à peu près correctes. L’an dernier par exemple, nous n’avons pas eu de gel mais des problèmes de sécheresse et de canicules. Heureusement, d’un point de vue agronomique on a réussi à gérer. » analyse Anne Déplaude pour La Relève et La Peste

Cet article Climat : après la plus grande catastrophe agricole due au gel depuis 1950, l’urgence de s’adapter est apparu en premier sur La Relève et La Peste .

  • Hu chevron_right

    La suppression de vols intérieurs en cas d'alternative en train votée à l'Assemblée

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 3 days ago - 21:24 · 2 minutes

La suppression de vols intérieurs en cas d

ENVIRONNEMENT - L’Assemblée nationale a voté ce samedi 10 avril dans la soirée en première lecture la suppression de certaines lignes aériennes intérieures, en cas d’alternatives en train de moins de 2H30, après un débat animé et des divergences jusque dans la majorité.

Cette mesure emblématique du projet de loi climat vise à supprimer des liaisons entre Paris (Orly) et Nantes, Lyon ou Bordeaux, mais prévoit des exceptions pour les trajets en correspondance. La Convention citoyenne pour le climat avait réclamé de renoncer aux lignes intérieures en cas d’alternatives de moins de 4h en train, et non 2h30.

“Nous avons choisi (le seuil en train de) 2H30 car 4H ca vient assécher des territoires souvent enclavés comme le grand Massif central... Ce serait inique sur le plan de l’équité des territoires”, a argumenté le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

Mais la mesure a suscité une levée de boucliers de parlementaires de différents bords, souvent élus du Sud Ouest, territoire d’implantation d’Airbus, à Toulouse, et de nombre de ses sous-traitants.

Paris-Rennes ou Lyon-Marseille?

Le PS Joël Aviragnet (Haute-Garonne) a fustigé le “coût humain disproportionné” du dispositif et mis en garde contre les pertes d’emplois dans l’aéronautique. Son collègue David Habib a critiqué une mesure de “décroissance” et de “chômage”. A droite, Jean-Marie Sermier et Martial Saddier (LR) ont dénoncé une mesure qui vient “casser une filière d’exception”. En raison du Covid, “on a une filière qui va très mal”, a abondé le MoDem Nicolas Turquois, membre de la majorité.

Le ministre Jean-Baptiste Djebbari a voulu “dédramatiser le débat”, soulignant “la complémentarité des modes” entre avion et train: ”à chaque fois”, le développement des TGV a “asséché très rapidement” les lignes aériennes concernées, a-t-il insisté.

A l’inverse, écologistes et insoumis ont plaidé pour revenir à la proposition initiale de la Convention citoyenne pour le climat, avec le seuil de 4H00. Mathilde Panot (LFI) a critiqué “l’article vide” du projet de loi actuel. Un seuil de 4H00 permettrait de supprimer les lignes “les plus émettrices” de gaz à effet de serre comme Paris-Nice, Paris-Toulouse et Paris-Marseille, a insisté Danièle Obono (LFI).

Un décret devra préciser la mesure et les éventuelles autres lignes susceptibles d’être concernées comme Paris-Rennes ou Lyon-Marseille. Le projet de loi prévoit également une compensation carbone graduelle des vols intérieurs ― Air France l’applique déjà ― et l’interdiction de l’agrandissement des installations aéroportuaires par expropriation si elles entraînent une hausse des émissions.

A voir également sur Le HuffPost: Extinction Rebellion souille la façade de la banque de France pour faire passer un message

  • La chevron_right

    La fonte de la banquise arctique provoque des vagues de froid de plus en plus violentes

    alt.movim.eu / LaReleveEtLaPeste · 3 days ago - 08:55

« Cela signifierait des perturbations dans l’approvisionnement en nourriture, en carburant, la destruction de cultures... », énumère Jeffrey Welker, de l’Université d’Alaska à Anchorage.

Cet article La fonte de la banquise arctique provoque des vagues de froid de plus en plus violentes est apparu en premier sur La Relève et La Peste .

  • Hu chevron_right

    Si les gelées d'avril sont aussi terribles, c'est à cause du réchauffement climatique

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 4 days ago - 17:29 · 5 minutes

En ce mois d

CHANGEMENT CLIMATIQUE - Des viticulteurs en larmes en découvrant leurs vignes dévastées par le gel, des vergers entiers dont on sait déjà qu’ils ne donneront rien cette année et un régime de calamité agricole qui a dû être activé par le gouvernement pour indemniser les cultivateurs. En ce début du mois d’avril 2021, la France fait face à des gelées terribles pour l’agriculture.

Pourtant, ces épisodes de gel au mois d’avril ne sont pas une anomalie exceptionnelle. Ils sont même relativement fréquents. Ce qui explique que la vague de froid soit à ce point destructrice pour les cultures, c’est davantage la chaleur mois de mars qui a précédé ces phases de gel.

Le climatologue Robert Vautard , directeur de recherche au CNRS et à la tête de l’Institut Pierre-Simon Laplace, une institution de référence en matière d’étude des changements climatiques, décrypte le phénomène pour Le HuffPost .

Moins de gel certes, mais un printemps qui débute surtout de plus en plus tôt

“Les plantes sont adaptées à leur environnement quand celui-ci est stable et par conséquent elles sont adaptées au gel tardif, qui est très dangereux pour elles”, précise d’emblée le chercheur. “Leur phénologie (c’est-à-dire le processus par lequel passe la plante au cours de son développement: l’apparition de bourgeons, la floraison etc.) est faite pour résister à ces gels tardifs.”

En clair, tant que le climat suit un cours normal avec des saisons marquées, la plante reste en “sommeil” (on parle de “dormance”) pendant les mois froids, et ne commence sa croissance que lorsque les conditions sont optimales. Elle évite ainsi de se retrouver bourgeonnante ou en fleurs au moment de ces gelées d’avril.

“Le problème du changement climatique”, reprend Robert Vautard, “c’est d’une part la diminution des gels (il y a de moins en moins de gels tardifs), mais aussi plus de départs de printemps tôt dans l’année”. Si l’on a constaté quelques records de froid en ce mois d’avril , il y a ainsi eu beaucoup plus de records de chaleur battus au mois de mars, comme le notait sur Twitter le chercheur en agroclimatologie Serge Zaka.

“La question pour la plante est donc de savoir qui gagne: est-ce que c’est la disparition des gels ou la précocité du printemps?”, pose Robert Vautard. Car si les gels disparaissent, l’arrivée de plus en plus précoce du printemps ne pose plus aucun problème: les plantes peuvent bourgeonner de plus en plus tôt sans être menacées par le froid.

Des plantes vulnérables quand survient le gel

Sauf que la science montre l’inverse. “Les études montrent que l’apparition des ‘faux printemps’ n’est pas compensée par la diminution des gels tardifs”, décrit le chercheur. “On se retrouve, dans certaines régions, avec une augmentation du gel tardif, c’est-à-dire un gel qui survient lorsque la phase de croissance de la plante est avancée.”

Et c’est exactement ce qui arrive en ce printemps 2021. Les très fortes chaleurs du mois de mars ont poussé les végétaux à se développer tôt dans l’année, et donc à subir la vague de froid actuelle (qui devrait se poursuivre les 12 et 13 avril) à un moment de leur développement où ils sont particulièrement vulnérables. Car “plus le gel intervient tard dans la croissance, plus c’est dangereux pour la plante”, précise encore Robert Vautard.

Or si les agriculteurs sont capables de s’adapter, qu’ils passent même leurs années à s’adapter, ils ne peuvent rien face à l’ampleur des phénomènes observés ces dernières années, en particulier ces printemps toujours plus extrêmes. D’autant qu’ils ne peuvent repousser indéfiniment les semis pour éviter le risque du gel tardif. “Trop retarder la date des semis va poser d’autres problèmes, car les plantes sont certes sensibles aux températures, mais aussi aux pluies, à la lumière...”

Une tendance qui semble s’installer

À cela s’est ajoutée, en ce mois d’avril, une autre difficulté, pointée du doigt par de nombreux agriculteurs: des prévisions trop optimistes sur les températures. “J’ai une admiration sans limite pour le travail qui est fait à Météo France, mais cette fois-ci, les gelées (qui sont extrêmement difficiles à prévoir et dont l’amplitude dépend de la couche très fine de l’atmosphère au-dessus du sol) ont été sous-estimées les 6 et 7 avril”, détaille le climatologue.

“Elles n’ont pas été sous-estimées de beaucoup: prévoir du froid à deux degrés près, c’est très difficile, mais si l’on passe en dessous de zéro, à -1, -2 ou pire, cela change tout pour la plante”, explique Robert Vautard. “En agriculture, on a besoin de prévisions extrêmement fines.”

Autant d’éléments qui expliquent la violence du phénomène en cours pour les agriculteurs français. Et à entendre le chercheur, la tendance au réchauffement climatique ne devrait pas leur simplifier la vie dans les années à venir. En plus des vagues de chaleur extrêmes qui surviennent chaque été, et qui auraient été impossibles sans changement climatique, Robert Vautard est catégorique sur l’évolution des hivers. Au fil des ans, ceux-ci voient le nombre de froids extrêmes reculer de manière notable et la fréquence des gels se raréfier.

“On observe de plus en plus de records de chaleur en hiver, ça devient vraiment fréquent. Cette tendance est directement liée au changement climatique”, explique-t-il. Ce qui signifie que les “faux printemps” vont se poursuivre, laissant les plantes toujours aussi vulnérables en cas d’épisodes de gel en avril.

Découvrez L’enver(t) du décor , le podcast environnement du HuffPost, pour aller contre les idées reçues et apprendre à agir (vraiment) pour l'environnement, dans une discussion décontractée à bâtons rompus.


Abonnez vous sur Apple Podcasts, Spotify ou bien toute autre application de podcast .

Apple Podcasts
Spotify

À voir également sur le HuffPost : Les viticulteurs se démènent pour empêcher leurs vignes de geler et c’est spectaculaire