close
  • Hu chevron_right

    Attaque de policiers à Lyon: Darmanin annonce l'expulsion d'un homme mis hors de cause

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 24 July - 14:33 · 3 minutes

Après l'attaque de policiers à Lyon, Darmanin annonce l'expulsion d'un homme finalement mis hors de cause Après l'attaque de policiers à Lyon, Darmanin annonce l'expulsion d'un homme finalement mis hors de cause

FAITS DIVERS - Une personne interpellée suite à l’attaque de deux policiers mercredi soir dans le quartier de la Guillotière à Lyon a été “totalement mise hors de cause” et libérée, a indiqué ce dimanche 24 juillet le parquet de la ville.

Plus tôt dimanche, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait annoncé sur Twitter qu’un “délinquant étranger” avait été “interpellé (...), placé en rétention et (allait être) expulsé”. “Les délinquants étrangers n’ont pas leur place en France”, poursuivait le ministre.

Sollicité par l’AFP, le parquet de Lyon a indiqué que “la personne placée en garde à vue hier (samedi) dans le cadre de l’enquête ouverte à Lyon du chef de violences à l’encontre de policiers place Gabriel Peri, le 20 juillet au soir, a été libérée ce jour”.

L’homme mis hors de cause, l’enquête se poursuit

“Il s’avère en effet qu’elle a été totalement mise hors de cause dans le cadre des investigations menées. L’enquête se poursuit activement pour identifier, localiser et interpeller les auteurs des faits”, précise le parquet.

Malgré ce retournement de situation, le ministre de l’Intérieur ne s’est pas dédit. “En lien avec les événements ou non, connu pour de nombreuses mises en cause: vol, violences,menace de mort sur personne dépositaire de l’autorité publique, détention de drogues, violences en réunion… Cet individu n’a rien à faire dans notre pays qui est généreux si on le respecte”, a-t-il écrit dans un second tweet publié en début d’après-midi.

Mercredi, un équipage en civil “intervenait pour un vol à l’arraché quand ils ont été très rapidement pris à partie par la foule”, a précisé à l’AFP une source policière, précisant que le suspect en a profité pour prendre la fuite. “Les collègues vont porter plainte pour leurs blessures”, a ajouté la source.

Trois policiers visés par des projectiles et victimes de coups

Sur une vidéo de la scène diffusée sur les réseaux sociaux, relayée par le syndicat Alliance et le site d’information LyonMag , on peut voir trois policiers en civil, deux hommes et une femme, essuyer coups et jets de projectiles devant l’entrée d’une supérette dans le quartier sensible de la Guillotière, au centre-ville. Selon le syndicat Alliance, deux et sept jours d’ITT ont été prescrits pour deux d’entre eux.

Plusieurs responsables politiques de LR et du RN, ainsi que le maire de Lyon Grégory Doucet (EELV) ont apporté cette semaine leur soutien aux policiers. La Première ministre Élisabeth Borne , en déplacement vendredi à Vaulx-en-Velin, avait de son côté estimé qu’il fallait “absolument pouvoir sanctionner ces comportements qui ne sont pas acceptables”.

“Il faut respecter la République et ça, ça passe d’abord par le fait de respecter les policiers. Il y aura des moyens supplémentaires. On va naturellement mettre les moyens qu’il faut et si on a besoin de renforcer dans ces quartiers, on le fera”, avait-elle déclaré.

À voir également aussi sur le Huffpost: À l’Assemblée, cette allusion à Mélenchon a énervé les députés Renaissance

  • Hu chevron_right

    Après la fusillade à Paris rue Popincourt, un mineur mis en examen

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 23 July - 07:00 · 2 minutes

La thèse du règlement de compte reste privilégiée à ce stade de l'enquête, confiée à la brigade criminelle et au 2e district de police judiciaire de Paris. (photo d'illustration) La thèse du règlement de compte reste privilégiée à ce stade de l'enquête, confiée à la brigade criminelle et au 2e district de police judiciaire de Paris. (photo d'illustration)

JUSTICE - Un mineur âgé de 16 ans, soupçonné d’être l’un des auteurs de la fusillade qui a fait un mort et quatre blessés à Paris lundi soir, a été mis en examen et incarcéré, a-t-on appris ce samedi 23 juillet de source judiciaire.

À l’issue de près de quatre jours de garde à vue, l’ adolescent a été mis en examen vendredi soir pour “assassinat en bande organisée, tentative d’assassinat en bande organisée, acquisition et détention sans autorisation d’ armes de catégories A et B en réunion, et association de malfaiteurs en vue de crimes et délits”, a précisé la source judiciaire.

Le jeune suspect a été placé en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet, Son complice était toujours en fuite samedi, a ajouté une source proche de l’enquête.

Selon cette même source, l’adolescent était déjà connu de la justice. Blessé lors des faits par des témoins qui l’ont maintenu en attendant l’arrivée de la police , il a été hospitalisé, a-t-elle précisé.

La thèse du règlement de compte privilégiée

Lundi vers 21h30, une voiture s’est arrêtée devant un café rue Popincourt, dans le XIe arrondissement de Paris . Deux individus en sont sortis et ont visé avec des armes à feu deux hommes attablés en terrasse.

L’un des deux hommes, âgé de 38 ans, a été tué et quatre personnes ont été blessées mais pas par balles, selon les premiers éléments recueillis par la préfecture de police.

“On a vu une voiture arriver, ils sont sortis avec une arme - j’aurais dit une mitraillette ou une kalachnikov -, ils ont tiré et ils se sont barrés”, avait témoigné auprès de l’AFP Antoine, patron d’un restaurant proche.

“On a entendu des coups de feu et après on a vu un mec qui rentrait dans la voiture (...) partie en trombe. Et là on a entendu des hurlements”, avaient raconté à l’AFP Martin et Lucas qui buvaient un verre en terrasse.

Selon des sources proches du dossier, la thèse du règlement de comptes est privilégiée. Le parquet, qui avait ouvert une enquête préliminaire pour “meurtre et tentative de meurtre en bande organisée” notamment, a requalifié les faits en “assassinat et tentative d’assassinat en bande organisée” lors de l’ouverture de l’information judiciaire vendredi.

La mairie du XIe arrondissement, un quartier marqué par les attentats de janvier et novembre 2015 , a ouvert mardi une cellule d’urgence médico-psychologique pour les témoins de la fusillade.

À voir également sur Le HuffPost: “Vous devez faire plus”: Joe Biden interrompu par le père d’une victime de fusillade

  • Hu chevron_right

    Aux Pays-Bas, elle chevauche une baleine à bec en détresse et indigne

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 22 July - 10:18 · 2 minutes

ANIMAUX - Mais qu’est-il passé par la tête de cette vacancière qui a tenté de chevaucher une baleine à bec sur la plage? C’est ce que la police de Zandvoort aux Pays-Bas tente en ce moment de comprendre.

Mardi 19 juillet un spécimen de cette espèce qui ressemble au dauphin est repéré en situation de détresse sur une plage de Zandvoort, une des principales stations balnéaires du pays qui borde la mer du Nord. Des dizaines de touristes tentent alors d’unir leurs forces dans l’espoir de secourir le mammifère sur le point de s’échouer sur la plage.

Alors que l’animal semblait reprendre le large, une femme s’est approchée de lui avant de lui grimper dessus, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

La scène, largement relayée sur les réseaux sociaux et par la presse locale, a indigné aux Pays-Bas. “Ce n’est que de la cruauté envers les animaux ”, a notamment fustigé la directrice de l’ONG SOS Dolfijn, Annemarie van den Berg.

La police locale a lancé un appel sur les réseaux sociaux pour que la personne se dénonce. Ce jeudi 21 juillet, elle s’est d’elle-même présentée au commissariat. Soupçonnée d’avoir enfreint la loi sur les animaux, elle a été incarcérée et sera interrogée ce vendredi 22 juillet.

Comme le rappelle le média néerlandais HLB , il est interdit aux Pays-Bas de causer de la douleur ou des blessures à un animal ou de nuire au bien-être d’un animal sans but raisonnable.

L’avocate Simone van der Aart a plaidé “l’enthousiasme” de sa cliente qui “ne ferait jamais de mal consciemment à cet animal” mais voulait simplement “le caresser et le câliner”.

“Situation alarmante”

Au-delà de ce faits divers, la présence de baleines à bec sur la côte néerlandaise inquiète les associations de protection de la nature. Ces spécimens qui appartiennent à la famille des Ziphiidés vivent normalement très loin de côtes.

“Plusieurs baleines à bec ont été aperçues au large des côtes de Zandvoort. Cette situation est alarmante, car les baleines à bec sont de véritables animaux des profondeurs qui ne survivent pas bien dans la mer du Nord”, a écrit sur Facebook l’ONG SOS Dolfijn le 19 juillet, invitant les vacanciers à signaler les animaux échoués pour qu’ils soient secourus au plus vite.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi de plus en plus d’ours polaires entrent dans nos villes ?

  • Hu chevron_right

    Mort de 5 personnes d'une même famille dans l'Ain, le forcené abattu par le GIGN

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 20 July - 13:59 · 1 minute

Depuis ce 20 juillet dans la matinée, les gendarmes du GIGN étaient sur les lieux où le forcené s'était retranché dans une maison familiale. Depuis ce 20 juillet dans la matinée, les gendarmes du GIGN étaient sur les lieux où le forcené s'était retranché dans une maison familiale.

FAITS DIVERS - Un homme d’une vingtaine d’années, retranché dans une maison ce mercredi 20 juillet à Douvres dans l’ Ain , a été abattu par le GIGN après avoir tué cinq personnes. Christian Limousin, maire de cette petite commune voisine d’Ambérieu-en-Bugey, avait auparavant indiqué à l’AFP qu’avant d’être abattu par les gendarmes, l’individu s’en était pris à cinq membres d’une famille, dont trois enfants.

Selon le quotidien local Le Progrès , il s’agirait de plusieurs membres de sa famille: son père, sa belle-mère et trois enfants. Une information que le parquet n’a pas encore confirmée.

Selon une source proche du dossier, cet homme qui s’était retranché dans la maison où réside sa famille a été tué à la mi-journée par les gendarmes qui étaient sur place depuis mercredi matin.

Un large périmètre a été tendu par la gendarmerie autour du centre de ce village d’un millier d’habitants, dont les accès ont été bouclés, a constaté un journaliste de l’AFP.

Plus d’informations à suivre...

À voir également sur Le HuffPost: “Vous devez faire plus”: Joe Biden interrompu par le père d’une victime de fusillade

  • Hu chevron_right

    Ces passagers coincés dans un train Paris-Bruxelles sans clim ont vécu un enfer

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 20 July - 10:47 · 3 minutes

Des passagers ont brisé certaines vitres du Thalys pour pallier l'absence de climatisation Des passagers ont brisé certaines vitres du Thalys pour pallier l'absence de climatisation

CANICULE - Les passagers du train 9469 en direction de Bruxelles vont se souvenir longtemps de leur voyage. Mais pour de mauvaises raisons. Mardi 19 juillet, leur Thalys en provenance de Paris Gare du Nord a été bloqué plus de quatre heures en gare de Saint-Denis. “Tout le monde a commencé à transpirer. Il faisait 45 degrés dans le train”, a expliqué Lydie, une passagère, à nos confrères de 7 sur 7 .

Le train à grande vitesse est resté à l’arrêt, sans électricité, privant les voyageurs de climatisation. Sur les réseaux sociaux, les voyageurs ont lancé des appels à l’aide, réclamant notamment de l’eau et une prise en charge en urgence.

Un porte-parole a déclaré à VTM Nieuws que le train était tombé en panne à cause de la chaleur. Selon lui, il n’était pas possible d’évacuer si facilement à cause des voies se trouvant à gauche et à droite du train immobilisé. Sollicitée par Le HuffPost pour plus de détails sur les causes de cet incident, Thalys n’avait pas répondu au moment où nous écrivons ces lignes.

Exaspérés par la situation, certains voyageurs ont décidé de briser des vitres du train pour aérer les wagons, alors que les températures dépassaient les 40°C pendant cet épisode de canicule .

Les secours sont finalement intervenus dans la soirée pour libérer les quelque 600 voyageurs du Thalys. Le train ne pouvant redémarrer, environ 200 voyageurs ont dû passer la nuit de mardi à mercredi, a confirmé mercredi un porte-parole de la compagnie de trains à grande vitesse à l’agence Belga.

Nouvelle panne d’électricité

Les naufragés du rail ont dû encore patienter ce mercredi matin avant de prendre la route de Bruxelles. Une panne d’électricité a plongé le poste de commandement des Hauts-de-France dans le noir, interrompant la circulation des TER, TGV, Thalys et Eurostar dans toute la région.

Le minimum de courant a été rétabli afin de permettre une reprise progressive de la circulation des trains à partir de 7h45. Les voyageurs ont finalement pu arriver à destination peu après 10h du matin, soit avec plus de 12 heures de retard.

À voir également sur Le HuffPost: Disneyland Paris a 30 ans et sa métamorphose se voit même depuis le ciel

  • Hu chevron_right

    Fusillade rue de Popincourt à Paris, un mort et 4 blessés

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 18 July - 21:29 · 1 minute

Un homme a été tué par balles et quatre autres personnes ont été blessées (photo d'illustration) Un homme a été tué par balles et quatre autres personnes ont été blessées (photo d'illustration)

FUSILLADE - Les faits ont eu lieu vers 21h30, rue Popincourt dans le 11e arrondissement de Paris . “Deux individus sont descendus d’un véhicule et ont tiré sur deux individus attablés à la terrasse d’un bar”, a précisé la préfecture de Paris dans la soirée de ce lundi 18 juillet. Selon les informations du Parisien et de Actu17 , il s’agit d’un bar à chicha.

Un homme a été tué par balles lors de la fusillade . Quatre autres personnes ont été blessées plus légèrement, avant d’être prises en charge et évacuées à l’hôpital. L’hypothèse d’un règlement de comptes est, pour l’heure, privilégiée par la police.

Un suspect a été interpellé après “avoir été maîtrisé par des clients du bar”, selon le maire de l’arrondissement, François Vauglin, qui a alerté sur les coups de feu sur son compte Twitter, dénonçant un “acte barbare”. Le deuxième suspect “a réussi à prendre la fuite”, a confirmé la préfecture. Il est armé.

Une arme longue automatique, de type kalachnikov a été retrouvée à proximité de la scène de crime. “Une cellule médico-psychologique sera ouverte dès que possible pour les riverains ou témoins”, a indiqué le maire.

Un périmètre de sécurité a été installé autour du lieu du crime.

À voir également sur Le HuffPost: “Vous devez faire plus”: Joe Biden interrompu par le père d’une victime de fusillade

  • Hu chevron_right

    Tiémoué Bakayoko arrêté par erreur à Milan à la place du suspect d'une fusillade

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 18 July - 12:34 · 3 minutes

Tiémoué Bakayoko évolue à l'AC Milan depuis 2021, suite à son prêt par le club de Chelsea. Tiémoué Bakayoko évolue à l'AC Milan depuis 2021, suite à son prêt par le club de Chelsea.

FOOTBALL - Le joueur français prêté à la saison passée à l’ AC Milan, Tiémoué Bakayoko , a fait l’objet d’un contrôle de police début juillet alors que les forces de l’ordre italiennes étaient à la recherche d’un individu impliqué dans une fusillade.

Dans une vidéo partagée en ligne ce lundi 18 juillet, mais dont les faits remontent au 3 juillet, on peut voir le joueur formé à Rennes en pleine interpellation par les forces de l’ordre italiennes . La scène filmée par un automobiliste, montre Tiémoué Bakayoko plaqué contre la voiture des policiers tandis qu’un agent procède à une fouille méticuleuse du footballeur .

Sur ces mêmes images on peut également apercevoir, le passager qui accompagnait Tiémoué Bakayoko braqué par plusieurs autres policiers.

Quelques instants plus tard, un autre policier se dirige vers le joueur passé par Chelsea et le policier qui procède alors à sa fouille. En quelques secondes, la scène change diamétralement de ton lorsque le policier informe son collègue de l’identité du suspect arrêté: Tiémoué Bakayoko, joueur du Milan AC, l’un des plus grands clubs du championnat italien.

La surprise se devine sur le visage du policier qui fouillait le joueur de football lorsqu’il découvre qui il est: “Chi è?” (équivalent de “Qui ça?”, en français) peut-on deviner sur les lèvres de l’agent, dont le visage trahit sa surprise. En quelques secondes, le milieu de terrain -très calme durant toute la fouille- est relâché par les policiers qui s’excusent alors, conscients de leur erreur.

Critiquée, la police italienne répond

Vivement critiqués sur les réseaux sociaux pour leur attitude vis-à-vis du joueur de Serie A, les policiers ont été à la fois accusés de racisme, puis de favoritisme pour avoir aussitôt relâché le suspect après avoir compris qu’il s’agissait d’une star de Serie A.

Des critiques qui ont d’ailleurs poussé la police italienne à réagir sur ce sujet, comme l’indique la Gazzetta dello Sport . “Ces propos sont déplacés, le contrôle a été déclenché car Tiémoué Bakayoko et l’autre passager correspondaient parfaitement, par hasard, aux descriptions, et évidemment il s’est terminé lorsqu’on s’est rendu compte qu’on avait arrêté une personne qui n’avait rien à voir avec la personne recherchée”.

Selon le journal sportif italien, la police était alors à la recherche de suspects impliqués dans une fusillade, entre ressortissants sénégalais, liée à un trafic de drogue. Tiémoué Bakayoko aurait alors été arrêté au volant de son SUV car il portait une chemise verte, comme le suspect recherché, également au volant d’un SUV. Un coup de malchance qui aura toutefois valu un moment plutôt désagréable au joueur français.

À voir également sur Le HuffPost: Florian Thauvin s’excuse “auprès de tous les Marseillais” après des propos hors antenne

  • Hu chevron_right

    Feu d'artifice du 14-Juillet à Cholet: ce que l'on sait du drame

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 15 July - 13:04 · 4 minutes

Jeudi 14 juillet, deux personnes ont été tuées et une autre blessée grièvement à l'occasion du feu d'artifice de la fête nationale à Cholet (photo d'illustration prise à Shanghai, en Chine). Jeudi 14 juillet, deux personnes ont été tuées et une autre blessée grièvement à l'occasion du feu d'artifice de la fête nationale à Cholet (photo d'illustration prise à Shanghai, en Chine).

14-JUILLET - La fête nationale endeuillée. Ce jeudi 14 juillet, alors que des célébrations avaient lieu partout en France pour la fête nationale , celles organisées à Cholet (Maine-et-Loire) ont viré au drame. Le feu d’artifice y a provoqué la mort de deux personnes .

Si, pour l’heure, personne n’a été placé en garde à vue, le procureur de la République a fait savoir qu’une enquête pour “homicide et blessures involontaires” avait été ouverte et confiée à la sûreté départementale du commissariat de Cholet. Avec pour objectif de déterminer les circonstances et les responsabilités dans ce drame. Le HuffPost fait le point sur ce que l’on sait.

  • Plusieurs explosions et un départ de feu

Les autorités l’ont annoncé très rapidement après les faits: c’est un “incident de tir” qui a eu lieu au début du feu d’artifice, un peu après 23 heures. Comme l’ont précisé des témoins qui se trouvaient dans le public au moment du drame, ils ont aperçu des flammes sur le pas de tir, quelques secondes avant qu’une fusée n’explose au milieu de la foule.

Une information qu’a confirmée Éric Bouillard, le procureur de la République d’Angers, au cours d’un point presse ce vendredi 15 juillet: “Il y a eu une explosion qui a entraîné un départ de feu.”

Par la suite, certaines fusées ont donc explosé au milieu d’un groupe de personnes. Plusieurs ont été victimes de brûlures et ont reçu des éclats, alors qu’une partie de la foule se pressait pour éteindre les départs de feu provoqués par l’explosion des artifices.

  • Un garçon de 7 ans et une jeune femme de 24 tués

Parmi les personnes atteintes, on compte donc deux morts: un garçon de sept ans et sa sœur de 24 ans.

Un ami de la jeune femme, âgé de 29 ans, a quant à lui été hospitalisé en urgence absolue alors qu’il se trouvait dans un état grave. Grièvement brûlé et pris en charge dans un service spécialisé de l’hôpital de Tours, ses jours ne sont toutefois plus en danger, a fait savoir le procureur de la République, Éric Bouillard.

Par ailleurs, six autres personnes ont été prises en charge par les secours. Quatre blessés plus légers ainsi que les parents des deux victimes, indemnes mais très choqués par le drame.

  • Des personnes qui n’auraient pas dû se trouver là

Selon les éléments livrés par le procureur de la République au cours de son point presse, toutes ces personnes se trouvaient dans une zone où les artificiers ne s’attendaient pas à la présence de spectateurs.

Alors que “la majorité du public était située à 150 mètres et plus du pas de tir”, a précise Éric Bouillard, des dizaines de personnes s’étaient effectivement massées à 30 à 50 mètres du pas de tir, derrière les grillages entourant le stade d’où étaient tirées les fusées. D’après un témoin, une centaine de personnes se trouvaient à cet endroit et ont donc vu exploser plusieurs fusées.

  • Un artificier pourtant habitué à travailler sur ce site

Le maire divers droite de Cholet Gilles Bourdouleix a précisé sur franceinfo que les festivités de jeudi n’avait rien d’extraordinaire. Il a ainsi insisté sur le fait que la municipalité travaillait “depuis des années” avec l’artificier, une entreprise basée à Guichen, en Ille-et-Vilaine, qu’il a qualifiée de “sérieuse” en ajoutant que même s’il n’y avait pas eu de feu d’artifice en 2020 et 2021 à cause du Covid, il n’y avait jamais eu d’inquiétude préalable et qu’un dispositif de sécurité important avait été mis en place.

Il revient désormais aux enquêteurs de déterminer s’il y a eu une faute, une défaillance technique ou des failles en matière de sécurité ou d’application des règles en vigueur. Pour ce faire, les auditions de six des artificiers et des organisateurs ont eu lieu dès ce vendredi matin.

Comme l’a précisé Éric Bouillard, l’enquête cherchera à savoir si “oui ou non toutes les mesures de sécurité, et notamment sur la proximité du public, avec le pas de tir ont été respectées”. Et d’ajouter: “Est-ce que les normes ont été respectées? Est-ce que les règles de l’art ont été respectées? J’attends que des réponses soient données rapidement aux victimes et que la lumière soit faite le plus rapidement possible.”

À voir également sur le HuffPost : Les images du feu d’artifice du 14-Juillet à Paris en 2021, sous pass sanitaire