close
  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 56

    Angélique Andthehord · Friday, 22 July - 18:58 · 1 minute

Quand la petite fille a perdu le premier amoureux de son cœur, son nounours, elle le cherche, toute sa vie, mais ne le retrouve pas forcément. Il y a des garçons qui savent sa détresse et s'en servent pour l'attirer à eux et lui tendre des pièges et elle, elle se laisse prendre au piège parce qu'elle croit retrouver en ces amants l'Amoureux perdu. C'est donc pour protéger toutes les filles qui jouent le rôle de celles qui ont perdu l'Amoureux que les sociétés patriarcales de nos ancêtres ont conçu la figure du mari. À la base, ça ne répond à aucun sentiment de supériorité de la part de l'homme. Le sort de l'Âme Sœur est courageux mais périlleux parce qu'elle est prise entre deux feux, entre deux rivaux, ce qui la rend vulnérable et c'est pour ça que le schéma de la culture ancestrale lui offre une protection continue : à la naissance, l'Époux lui donne pour mission de trouver l'Amoureux et la confie à un père, choisi dans le monde des mortels. Une fois devenue grande, si elle a échoué dans sa mission, elle est confiée à un mari, choisi à son tour par le père dans le monde des mortels. Le mari prend le relais pour la protéger de ses amants et devra répondre de son âme devant l'Époux le jour de sa mort.


extrait de : Le Fantôme


#personnage #trahison #mari #prédateur #destinée #mission #dualité #amour #culture #histoire #légende #quête#homme #rôle #famille #Époux #Amoureux #amant #protection #mariage

  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 54

    Angélique Andthehord · Wednesday, 20 July - 17:12

Mais ne nous emballons pas ! C'est la quête de l'humanité, pas la quête d'une vie à l'échelle des mortels. Si on en est encore là aujourd'hui, c'est que beaucoup ont échoué avant nous. En attendant, la multitude des copains de Dieu venus sur cette terre aider à résoudre l'énigme se sont inventés une multitude de rôles intermédiaires, symbolisés dans la société par les métiers : le boulanger, le charpentier, l'éclaireur…

Le travail est un monde de notre culture mais il en existe d'autres. La famille en est un, c'est même l'essentiel.


extrait de : Les lumières du temple


#personnage #destinée #responsabilité #mission #Dieu #divinité #imagination #culture #histoire #légende #civilisation #quête #humanité #homme #Terre #vie #rôle #travail #famille

  • Hu chevron_right

    Mort de 5 personnes d'une même famille dans l'Ain, le forcené abattu par le GIGN

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 20 July - 13:59 · 1 minute

Depuis ce 20 juillet dans la matinée, les gendarmes du GIGN étaient sur les lieux où le forcené s'était retranché dans une maison familiale. Depuis ce 20 juillet dans la matinée, les gendarmes du GIGN étaient sur les lieux où le forcené s'était retranché dans une maison familiale.

FAITS DIVERS - Un homme d’une vingtaine d’années, retranché dans une maison ce mercredi 20 juillet à Douvres dans l’ Ain , a été abattu par le GIGN après avoir tué cinq personnes. Christian Limousin, maire de cette petite commune voisine d’Ambérieu-en-Bugey, avait auparavant indiqué à l’AFP qu’avant d’être abattu par les gendarmes, l’individu s’en était pris à cinq membres d’une famille, dont trois enfants.

Selon le quotidien local Le Progrès , il s’agirait de plusieurs membres de sa famille: son père, sa belle-mère et trois enfants. Une information que le parquet n’a pas encore confirmée.

Selon une source proche du dossier, cet homme qui s’était retranché dans la maison où réside sa famille a été tué à la mi-journée par les gendarmes qui étaient sur place depuis mercredi matin.

Un large périmètre a été tendu par la gendarmerie autour du centre de ce village d’un millier d’habitants, dont les accès ont été bouclés, a constaté un journaliste de l’AFP.

Plus d’informations à suivre...

À voir également sur Le HuffPost: “Vous devez faire plus”: Joe Biden interrompu par le père d’une victime de fusillade

  • Hu chevron_right

    En Suède, une anecdote sur une vieille "tradition" enflamme le pays

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 9 June - 12:18 · 3 minutes

TRADITION - C’est devenu le “Swedengate” et fait le tour du monde: une histoire virale sur les familles suédoises qui ne servent pas à dîner aux enfants venus jouer à la maison a lancé un vaste débat dans un pays nordique très soucieux de son image.

Pays de radins ou signe d’une culture différente? C’est une simple anecdote dans une discussion sur le forum en ligne Reddit qui a mis le feu aux poudres.

Dans un post sur Reddit , un utilisateur demande: “Quelle est la chose la plus étrange que vous ayez eu à faire dans la maison de quelqu’un à cause de sa culture/religion?”. En commentaire, un internaute a expliqué qu’il n’avait pas été convié à table par les parents de son hôte lorsqu’il était jeune. Cette anecdote a mis le feu aux poudres engendrant des réactions étonnées de la part des autres utilisateurs.

La discussion s’est rapidement déplacé sur Twitter où la chanteuse suédoise Zara Larsson a confirmé cette pratique peu connue. Elle est également revenue plus longuement dessus dans une vidéo.

Si certains Suédois ont indiqué ont indiqué n’avoir jamais rien vécu ou entendu de tel, l’affaire a fait le tour des réseaux sociaux. Même le compte Twitter officiel de la Suède a dû répondre à des commentaires railleurs sur le pays.

Les nombreuses réactions suscitées par cette coutume évoquaient toutes ou presque la stupéfaction des internautes pris dans leurs propres cultures où le partage est vécu comme une notion primordiale. Beaucoup racontent que chez eux, en tant qu’hôte, leurs invités sont très souvent conviés à manger à leur table.

Héritage culturel

Pourtant cette pratique, encore fréquente dans les années 1980-90 sans être universelle, a pratiquement disparu de nos jours, assure Richard Tellström, professeur à l’Université suédoise d’Agronomie.

Elle se retrouve également au sein des autres pays nordiques qui s’opposent aux pays du sud de l’Europe, réputés plus hospitaliers. Cette pratique peut s’expliquer par l’importance que les Suédois et les Nordiques accordent à la famille, un espace important où le moment du repas est précieux.

Il existerait également des raisons plus historiques. Quand la Suède était un des pays les plus pauvres d’Europe, les parents qui peinaient à nourrir toutes les bouches envoyaient leurs enfants manger chez des voisins. En héritage de cette période, le simple fait d’inviter un enfant à manger pouvait s’apparenter à une insulte, selon l’universitaire.

Cette affaire aura poussé les Suédois à réaliser leur introspection. Un point de vue extérieur permettant de voir sa propre culture sous un autre œil.

À voir également sur Le HuffPost: Mexique: un pont suspendu s’effondre lors de son inauguration, 25 blessés

  • Hu chevron_right

    Vos barbecues ne seront plus jamais les mêmes après avoir vu ça

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 27 May - 10:19 · 1 minute

CUISINE - Si vous êtes adepte des barbecues , ce compte TikTok va vous faire saliver. Kris Szymanski et Slawek Kalkraut sont deux amis d’origine polonaise installés en Irlande du Nord depuis une dizaine d’années. Ils se sont fait connaître en 2020, pendant la pandémie, grâce à leur compte MenWithThePot , sur lequel ils publient des vidéos de cuisine.

Leur spécialité? Le barbecue en pleine nature, surtout en forêt. Ils préparent toutes sortes de plats à base de viande ou de légumes et même des desserts . Pour ce faire, ils utilisent très peu d’ustensiles. Leur arme favorite? Un grand couteau qui apparaît dans chacune de leurs vidéos. Couteau qui sert même à couper et tailler le bois pour fabriquer des outils.

Dix millions de followers

Leurs vidéos qui ont connu un énorme succès sur TikTok cumulent plusieurs millions de vues sur les réseaux sociaux . Ils sont suivis par presque dix millions de personnes. Grâce à leur communauté grandissante, ils ont été parmi les premiers créateurs à rejoindre le TikTok Creator Fund au Royaume-Uni.

Portés par le succès de leurs vidéos, les deux compères se sont lancés à plein temps dans la création de contenus. Afin d’élargir leurs sources de revenus, ils ont imaginé une gamme de couteaux à vendre, que l’on aperçoit dans leurs vidéos, et publié deux livres reprenant leurs recettes les plus populaires. Aujourd’hui, ils vendent toutes sortes de produits dérivés sur internet, du t-shirt à la tasse. Une affaire qui roule pour les deux amis.

Attention toutefois , si jamais vous voulez vous aussi tenter des expériences similaires. En France, il est “interdit de porter ou d’allumer du feu à moins de 200 mètres d’un espace boisé”, comme le rappelle la Gendarmerie . Pour savoir si vous avez le droit d’allumer votre barbecue dans un lieu public, il est recommandé de “se rapprocher de la mairie pour connaître les dispositions prises et éventuellement s’il existe des matériels mis à disposition”.

À lire également sur Le HuffPost: Sucrer et congeler des raisins, une recette rafraîchissante pendant les fortes chaleurs

  • Hu chevron_right

    La fête des mères, vous en avez marre? APPEL À TÉMOIGNAGES

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 24 May - 15:51 · 1 minute

Que vous soyez mère, grand-mère, enfant ou adulte, si vous en avez assez de la fête des mères, pour quelle raison que ce soit, ou que vous aimeriez qu’elle soit célébrée différemment, écrivez-nous. Que vous soyez mère, grand-mère, enfant ou adulte, si vous en avez assez de la fête des mères, pour quelle raison que ce soit, ou que vous aimeriez qu’elle soit célébrée différemment, écrivez-nous.

PARENTALITÉ - Chaque année, la fête des mères revient inlassablement. Alors que certains s’activent pour faire livrer un bouquet, trouver LE cadeau parfait, fabriquer un collier de nouilles ou réserver des billets de train, cette célébration peut représenter pour d’autres un poids.

Les raisons de boycotter la fête des mères sont multiples: son aspect commercial ou anti-féministe -célébrer les mères une fois par an et pas le reste de l’année-, sa date imposée, le fait qu’elle ne corresponde pas à certains schémas familiaux, qu’elle puisse être une souffrance pour ceux qui n’ont pas ou plus de mère, ou pour celles qui ne veulent ou ne peuvent pas l’être...

Que vous soyez mère, grand-mère, père, enfant ou adulte, si vous en avez assez de la fête des mères, quelle qu’en soit la raison, ou que vous aimeriez qu’elle soit célébrée différemment , écrivez-nous.

Racontez-nous. Votre avis et vos doutes nous intéressent. Nous écrirons, à partir des témoignages reçus, un article basé sur les messages les plus intéressants que nous recevrons. Vous pouvez, si vous le souhaitez, conserver votre anonymat - pensez simplement à nous le dire dans votre mail.

✍️ Vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante: temoignage.election@huffpost.fr

À voir également sur Le HuffPost : Elle redonne vie aux tenues de sa grand-mère, restées 70 ans dans une valise

  • Hu chevron_right

    Homoparentalité: Séverine Tales croque dans sa nouvelle BD "l'ordinaire" d'une vie de famille

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 15 May - 15:00 · 5 minutes

La bande dessinée de Séverine Tales est disponible en librairie depuis le 11 mai. La bande dessinée de Séverine Tales est disponible en librairie depuis le 11 mai.

PARENTS - “A lors que j’avais l’habitude d’une vie où j’avais réussi à tout mettre sous contrôle, mais trois enfants c’était beaucoup plus difficile [...]. Ca a été une sorte d’instinct de survie de dessiner ce que je vivais”, raconte Séverine Tales à propos de sa bande dessinée Chroniques décalées d’une famille ordinaire .

Au travers d’une centaine de planches différentes, elle y décrit son quotidien familial: celui d’une mère avec trois garçons en bas âge, au côté de sa compagne Servane. Après avoir fleuri sur son compte Instagram , les dessins de Séverine Tales font l’objet d’une bande dessinée, disponible depuis ce 11 mai en librairie.

En racontant sa vie familiale, Séverine Tales offre aussi une place à la représentation de l’homoparentalité en France. “C’était important de garder ce contexte où les enfants ont deux mamans. Ce n’est pas le sujet, le sujet c’est la vie de famille mais c’est là et c’est important de montrer que finalement on a les mêmes galères que tout le monde, les mêmes joies et le même quotidien que tous les autres parents”, souligne l’autrice au HuffPost .

“Élever trois petits garçons, c’est quelque chose”

Le point de départ de ces chroniques, c’est en effet l’arrivée dans le quotidien de Séverine et Servane de leurs trois garçons. “On a eu un premier enfant et on a pu continuer notre vie d’avant avec lui en plus. Mais quand les jumeaux sont arrivés, on a voulu faire comme si c’était encore possible de faire toujours pareil. Et en fait, il a fallu s’adapter [...] parce qu’élever trois petits garçons, c’est quelque chose”, explique l’autrice.

Séverine Tales quitte alors son emploi salarié pour travailler à son compte, prend le temps de dessiner avec ses enfants après l’école puis finit par illustrer son nouveau quotidien. “Ce sont mes enfants qui m’ont poussé à dessiner”, plaisante-t-elle. Une façon pour l’autrice de “prendre du recul” sur cette vie familiale et surtout “de prendre encore plus de plaisir à être avec eux”.

Extrait de Extrait de "Chroniques décalées d'une famille ordinaire".

Afin que chacun puisse s’identifier dans ce quotidien familial, Séverine Tales a ainsi choisi de représenter ses personnages sans traits du visage. “Ça donne un effet miroir, c’est assez universel, tout le monde peut faire un transfert facilement. C’est pas vraiment nous le sujet au final, ce sont les enfants, les parents en général”, appuie l’autrice.

Sur les réseaux sociaux, le public qui suit Séverine Tales est d’ailleurs diversifié. “Je pensais que ça n’allait intéresser que les familles comme moi et en fait ça touche tout le monde. Pas mal de gens se sont abonnés alors qu’ils n’avaient pas d’enfants par exemple. C’est depuis peu qu’il y a d’autres couples de filles ou de familles homoparentales qui se sont abonnées”, détaille-t-elle.

Représenter l’homoparentalité

Si ces chroniques s’adressent à tous, écrire cette bande dessinée a aussi été une façon pour Séverine Tales de participer à la représentation de l’ homoparentalité en France. “Je suis de cette génération où on n’avait pas encore ces modèles [...] et même maintenant, on en voit peu dans le paysage audiovisuel français ou en littérature, pourtant elles sont là”, souligne-t-elle.

La bande dessinée revient notamment sur le parcours PMA du couple, réalisé à l’étranger, car alors pas encore autorisé en France. “La légalisation du mariage gay est arrivée quand l’aîné avait un an”, se rappelle l’autrice.

Extrait de Extrait de "Chroniques décalées d'une famille ordinaire".

“Aujourd’hui, pour nous, on est d’abord une famille, c’est seulement ensuite qu’on est deux filles en couple. Les gens en pensent ce qu’ils veulent mais [...] pour nous, le fait d’être mères ça se passe bien dans notre quartier. Finalement les gens ont changé de discours, il pouvait y avoir un vocabulaire, des questions qui se posaient qui n’ont plus lieu maintenant”, poursuit Séverine Tales.

Dialogues piquants et rire jaune

Parmi les situations ordinaires du quotidien du couple, se glissent néanmoins aussi les remarques homophobes , voire des “maladresses”, entendues au détour de la rue. À ces situations, Séverine Tales répond par le rire: “Sur le coup, c’est un rire jaune, après je rentre à la maison et je le raconte à Servane et elle rit jaune, cette histoire on va la raconter encore et on va finir par en rire et ça passe”.

Lorsqu’elle est avec ses enfants, l’autrice préfère jongler entre patience, malice et tolérance face aux commentaires des uns et des autres. “Je n’ai pas envie qu’ils se baladent dans la rue avec une maman qui s’énerve tous les dix mètres et qui soit en permanence en colère,explique-t-elle. Alors je réagis beaucoup par le rire et mes enfants retiennent la joie”.

Extrait de Extrait de "Chroniques décalées d'une famille ordinaire".
Extrait de Extrait de "Chroniques décalées d'une famille ordinaire".

“Le regard de ces enfants oblige à réagir, on ne peut pas valider certaines réflexions”, estime de fait Séverine Tales. “Mais je le fais toujours par le rire. Ce n’est pas toujours facile à transmettre ce rire jaune mais c’est ce que j’ai essayé de faire au travers de cette bande dessinée”, conclut-elle.

À voir également sur Le HuffPost: “Christophe Beaugrand se confie sur la GPA: “Je me suis senti tout de suite papa”

  • chevron_right

    chapitre 15 Mon choix extrait 128

    Angélique Andthehord · Wednesday, 20 April - 14:51

Nani, ayant remarqué mon égarement, était restée auprès de moi. Elle me mena sur le devant de la scène où nous attendaient notre père, notre mère et notre frère ; sous les applaudissements du public devant lequel nous nous donnâmes la main.

C'est à mon père que revint la fierté de dire :

« La pièce que nous avons eu l'honneur d'interpréter devant vous ce soir est d'Eugène Labiche et s'intitule "La fille bien gardée". »

Nous saluâmes sous les applaudissements nourris d'un public conquis, au réveillon du jour de l'an chez tonton Frédéric, sur le plus beau sommet du bonheur.

Désormais, il ne me restait plus qu'à descendre de la montagne à cheval.

Youpi ! Youpi ! Yé !


extrait de : Réveil au sommet


#théâtre #spectacle #père #mère #sentiments #émotion #fête #réveillon #public #frère #sœur #joie #bonheur #gratitude #famille #confiance #sommet #réussite