close
  • Hu chevron_right

    Otan: la Turquie lève son veto à l'entrée de la Suède et de la Finlande

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 28 June - 20:05 · 2 minutes

Otan: la Turquie lève son veto à l'entrée de la Suède et de la Finlande (Le secrétaire général de l’Alliance atlantique Jens Stoltenberg, le président turc Recep Tayyip Erdogan, son homologue finlandais Sauli Niinisto et la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et leurs ministres des Affaires étrangères respectifs. Par AP Photo/Bernat Armangue) Otan: la Turquie lève son veto à l'entrée de la Suède et de la Finlande (Le secrétaire général de l’Alliance atlantique Jens Stoltenberg, le président turc Recep Tayyip Erdogan, son homologue finlandais Sauli Niinisto et la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et leurs ministres des Affaires étrangères respectifs. Par AP Photo/Bernat Armangue)

INTERNATIONAL - Obstacle depuis la mi-mai à l’entrée de la Suède et de la Finlande dans l’Otan, la Turquie a fini par lever son veto ce mardi 28 juin au soir, ont annoncé l’Alliance et les trois pays.

“Je suis ravi d’annoncer que nous avons un accord qui ouvre la voie à l’entrée de la Finlande et de la Suède dans l’Otan” et qui répond aux “ inquiétudes de la Turquie sur les exportations d’armes et sur la lutte contre le terrorisme”, a déclaré le secrétaire général de l’Alliance atlantique Jens Stoltenberg.

Les pays de l’Otan vont donc pouvoir “inviter” officiellement mercredi ces deux pays nordiques à rejoindre l’Alliance, a-t-il ajouté.

Un ”élan puissant” à l’unité occidentale

Cet accord, confirmé en premier lieu par la présidence finlandaise, est intervenu après plusieurs heures de discussions, dans le palais des congrès où se déroule le sommet jusqu’à jeudi, entre le président turc Recep Tayyip Erdogan , son homologue finlandais et la Première ministre suédoise, avec Jens Stoltenberg comme médiateur.

À l’issue de ces négociations, les trois dirigeants ont signé cet accord en présence du secrétaire général de l’Otan. L’adhésion de la Suède va “renforcer la sécurité de la Suède et du peuple suédois dans cette période trouble”, s’est félicitée la Première ministre suédoise Magdalena Andersson.

Le feu vert turc à leur entrée dans l’Otan donne un ”élan puissant” à l’unité occidentale, a déclaré un haut responsable de la Maison blanche.

Pour le Premier ministre britannique Boris Johnson, “l’adhésion de la Suède et de la Finlande va rendre notre brillante alliance plus forte et plus sûre”.

À voir également sur Le HuffPost: Guerre en Ukraine: Les coulisses du départ des militaires français en Roumanie

  • chevron_right

    « L’OTAN a tout à gagner avec nous » : la Finlande, un champion cyber déterminé à entrer dans l’Alliance

    news.movim.eu / Numerama · Tuesday, 28 June - 09:54

La Finlande est l'un des États les mieux formés au numérique et à la cyber en Europe. Le pays nordique met en avant cet atout dans sa candidature à l'OTAN. Reportage à Helsinki, où Numerama s'est rendu pour comprendre ce qui différencie la Finlande des autres pays dans ce domaine. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    Guerre en Ukraine: Le gaz russe coupé en Finlande, "feu intense" sur le Donbass

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 21 May - 08:43 · 5 minutes

Photo prise le 12 mai 2022 montrant des tuyaux de gaz à l'usine de Gasum à Raikkola en Finlande. Photo prise le 12 mai 2022 montrant des tuyaux de gaz à l'usine de Gasum à Raikkola en Finlande.

GUERRE EN UKRAINE - L’aciérie Azovstal, dernier bastion défendu par les forces ukrainiennes à Marioupol, est passée vendredi sous contrôle russe . Dans le même temps, l’approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu ce samedi 21 mai.

Au 87e jour de la guerre en Ukraine, le Donbass est toujours sous le feu des des bombardements russes et les forces ukrainiennes constatent “des signes d’aggravation”. Le HuffPost fait le point sur la situation.

  • La Russie coupe ses livraisons de gaz à la Finlande

Le géant russe de l’énergie Gazprom a annoncé ce samedi avoir suspendu toutes ses livraisons de gaz à la Finlande , conséquence du refus d’Helsinki de le payer en roubles.

Gazprom n’ayant pas reçu de paiement en roubles de la compagnie énergétique publique finlandaise Gasum à la date butoir du 20 mai, a “complètement arrêté ses livraisons de gaz”, a affirmé le groupe russe dans un communiqué. Le groupe russe indique avoir fourni 1,49 milliard de mètres cube de gaz naturel à la Finlande en 2021 soit les deux tiers de la consommation du pays.

Après le début de l’opération militaire russe en Ukraine le 24 février et l’imposition de sanctions occidentales, le président russe Vladimir Poutine avait réclamé le 31 mars aux acheteurs de gaz russe de pays “inamicaux” de payer en roubles depuis des comptes en Russie sous peine d’être privés d’approvisionnements.

Le gaz naturel ne représente toutefois que 8% de l’énergie consommée en Finlande et le pays nordique a indiqué compter sur d’autres sources d’approvisionnement. Une semaine plus tôt, la Russie avait déjà coupé sa livraison d’électricité à la Finlande, peu de temps après que Helsinki ait officialisé sa volonté d’adhésion à l’Otan dans le contexte de la guerre en Ukraine

  • Le Donbass sous “un feu intense”

Après avoir échoué à prendre Kiev et Kharkiv, la deuxième ville ukrainienne (nord-est), la Russie concentre ses efforts militaires dans l’Est et le Sud. Moscou cherche notamment à conquérir totalement le Donbass , partiellement contrôlé depuis 2014 par des séparatistes prorusses.

“Les forces d’occupation russe mènent un feu intense sur toute la ligne de front”, a déclaré le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense Oleksandre Motouzianyk, ajoutant que la situation “montrait des signes d’aggravation”.

Carte de la situation en Ukraine au 20 mai à 7 heures GMT. Carte de la situation en Ukraine au 20 mai à 7 heures GMT.

“C’est l’enfer” dans le Donbass, où est en cours une bataille d’artillerie lourde, avait déclaré jeudi soir le président ukrainien. Ses services ont signalé vendredi matin des bombardements sur un axe allant du nord-est au sud du pays.

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a de son côté assuré que la conquête de la région de Lougansk, qui avec celle de Donetsk constitue le Donbass, était “presque achevée”.

A Lozova, une ville de l’Est, au moins huit personnes dont un enfant ont été blessées par une frappe de missile russe sur un centre culturel fraîchement reconstruit, ont annoncé vendredi des responsables ukrainiens.

  • Pas une reddition mais un “sauvetage” à Azovstal

Le complexe sidérurgique Azovstal à Marioupol, ultime poche de résistance dans ce port stratégique sur la mer d’Azov, est “passé sous le contrôle complet des forces armées russes” après la reddition des derniers soldats ukrainiens, a indiqué vendredi soir le porte-parole du ministère russe de la Défense, précisant que la nouvelle avait été transmise au président russe Vladimir Poutine.

“Le commandement militaire supérieur a donné l’ordre de sauver les vies des militaires de notre garnison et d’arrêter de défendre la ville”, avait affirmé dans la journée dans une vidéo sur Telegram le commandant du régiment Azov, Denys Prokopenko, un large pansement au bras droit et le gauche tuméfié, depuis ce qui semblait être un local souterrain.

Kiev récuse le terme de reddition, Volodymyr Zelensky évoquant “le sauvetage de nos héros”. L’armée russe a publié vendredi soir des images qu’elle a présentées comme étant celles de la fouille de combattants ukrainiens désarmés par des soldats russes.

Des membres du service des forces armées ukrainiennes, qui se sont rendus à l'aciérie assiégée d'Azovstal à Marioupol, assis dans un bus, lors de leur arrivée sous escorte de l'armée pro-russe dans la colonie d'Olenivka dans la région de Donetsk ce vendredi 20 mai.  Des membres du service des forces armées ukrainiennes, qui se sont rendus à l'aciérie assiégée d'Azovstal à Marioupol, assis dans un bus, lors de leur arrivée sous escorte de l'armée pro-russe dans la colonie d'Olenivka dans la région de Donetsk ce vendredi 20 mai.

L’Ukraine espère échanger des prisonniers de guerre mais la Russie a fait savoir, visant implicitement le régiment Azov, qu’elle considérait une partie d’entre eux comme des combattants “néonazis”. Le Comité international de la Croix-Rouge a exhorté les deux parties à lui accorder l’accès aux prisonniers de guerre et aux internés civils, “où qu’ils soient détenus”.

  • Pour Zelensky, la diplomatie comme seul moyen d’arrêter la guerre

La guerre en Ukraine ne peut prendre fin que par des biais “diplomatiques”, a assuré ce samedi 21 mai le président ukrainien Volodymyr Zelensky, alors que les négociations entre Moscou et Kiev sont dans l’impasse. ”La guerre “sera sanglante, ce sera des combats, mais elle prendra fin définitivement via la diplomatie” , a-t-il déclaré lors d’un entretien à une chaîne télévisée ukrainienne.

“Il y a des choses que nous ne pourrons pas atteindre qu’à la table des négociations. Nous voulons que tout revienne (comme avant)”, ce que “la Russie ne veut pas”, a-t-il ajouté, sans donner plus de détails. Mardi, un conseiller du président ukrainien, Mykhaïlo Podoliak, avait indiqué que les pourparlers entre Moscou et Kiev étaient “en pause” , estimant que Moscou ne faisait preuve d’aucune “compréhension” de la situation.

Le lendemain, le Kremlin avait accusé l’Ukraine d’“absence totale de volonté” de négocier avec la Russie pour mettre fin à l’invasion de l’Ukraine, lancée le 24 février.

À voir également sur Le HuffPost: Ce lapsus de George W. Bush entre Irak et Ukraine n’est pas passé inaperçu

  • Hu chevron_right

    Guerre en Ukraine: la Suède va aussi demander à adhérer à l'Otan

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 16 May - 13:27

La Première ministre suédoise Magdalena Andersson, à droite, et le chef du Parti modéré, Ulf Kristersson, lors d'une conférence de presse à Stockhom où le gouvernement suédois a décidé de demander son adhésion à l'OTAN. La Première ministre suédoise Magdalena Andersson, à droite, et le chef du Parti modéré, Ulf Kristersson, lors d'une conférence de presse à Stockhom où le gouvernement suédois a décidé de demander son adhésion à l'OTAN.

GUERRE EN UKRAINE - Stockholm suit Helsinki. La Suède va demander son adhésion à l’Otan , a annoncé officiellement ce lundi 16 mai la Première ministre Magdalena Andersson, évoquant une nouvelle ”ère” pour le pays scandinave dans le contexte de la guerre en Ukraine .

“Le gouvernement a décidé d’informer l’ Otan de la volonté de la Suède de devenir membre de l’alliance”, a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse. “Nous quittons une ère pour entrer dans une nouvelle”, selon la dirigeante suédoise.

Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost : Ukraine: l’armée française ravitaille des avions de l’Otan en plein vol, au-dessus de la Pologne

  • Hu chevron_right

    La Turquie ne bloquera pas l'adhésion de la Finlande à l'Otan

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 15 May - 15:18 · 3 minutes

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, ici en avril 2022, a assuré ce 15 mai que la Turquie ne bloquerait pas l'adhésion de la Finlande et de la Suède dans l'Alliance. Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, ici en avril 2022, a assuré ce 15 mai que la Turquie ne bloquerait pas l'adhésion de la Finlande et de la Suède dans l'Alliance.

INTERNATIONAL - La Turquie a “clairement indiqué son intention de ne pas bloquer” l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan . C’est ce qu’a assuré le Secrétaire général du traité de l’Atlantique Nord Jens Stoltenberg lors d’une conférence de presse ce dimanche 15 mai. Il a aussi dit être “confiant” sur le fait de trouver un compromis avec la Turquie .

Jens Stoltenberg a assuré que l’Otan allait “répondre aux préoccupations de la Turquie”, qui accuse les deux pays nordiques d’être des bases arrières du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Ce dernier est considéré comme une organisation terroriste par Ankara, mais aussi par l’Union européenne et les États-Unis.

“Lorsqu’un allié fait part de ses préoccupations, nous avons montré ces dernières décennies que nous sommes capables de trouver des manières de s’entendre, et c’est ce que nous souhaitons faire”, a souligné le secrétaire générale de l’organisation.

La Turquie a affiché ces derniers jours sa réticence quant à la possible entrée de la Suède et de la Finlande, qui se jugent en danger après l’invasion russe en Ukraine, dans l’alliance militaire occidentale. Vendredi, Ankara avait même menacé de bloquer le processus d’élargissement de l’Otan à ces deux pays nordiques, qui requiert l’unanimité des membres de l’Alliance.

Les frictions persistent avec la Suède

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu s’est montré plus conciliant ce dimanche envers la Finlande, lors des discussions à Berlin sur l’adhésion des deux pays à l’Otan. Il a qualifié Helsinki de “très respectueuse” face aux “inquiétudes” d’Ankara. En revanche, a-t-il estimé, “les déclarations de la ministre des Affaires étrangères de Suède ne sont malheureusement pas constructives. Elle continue de tenir des propos provocants”.

“Nous soutenons depuis toujours la politique de portes ouvertes de l’Otan. (...) Mais le fait que ces deux pays soient en contact avec les membres d’une organisation terroriste, que la Suède leur envoie des armes et qu’ils imposent des restrictions aux exportations de matériel de défense vers la Turquie vont à l’encontre de l’esprit d’alliance”, a affirmé Mevlut Cavusoglu.

“Il faut absolument mettre fin au soutien aux organisations terroristes et lever les restrictions aux exportations vers la Turquie. Je ne dis pas cela comme un élément de marchandage, mais parce que c’est ce que signifie être des Alliés”, a-t-il insisté.

Une intégration de la Suède et de la Finlande “en bonne voie”

Plusieurs pays membres de l’Otan ont néanmoins jugé ce dimanche être “sur la bonne voie” pour trouver un consensus sur l’intégration de la Finlande et de la Suède, Berlin assurant même que leur adhésion pourrait intervenir “très rapidement”.

Un avis partagé par Jens Stoltenberg. “Nous voulons faire en sorte que ce processus soit rapide et efficace. Ensuite, nous voulons parler à la Finlande et la Suède pour convenir d’un protocole d’accession et travailler à une candidature rapide. Cela prendra un certain temps, c’est inévitable mais c’est ce que nous voulons faire pour l’instant”, a-t-il déclaré.

La candidature annoncée de la Finlande et de la Suède constitue la preuve qu’“une agression ne paie pas”, a-t-il ajouté. “Ce serait un moment historique” si les deux pays nordiques demandaient officiellement à adhérer à l’Alliance. “Leur adhésion renforcerait notre sécurité commune, démontrerait que la porte de l’Otan est ouverte et qu’une agression ne paie pas.”

À voir également aussi sur le Huffpost: Ukraine: l’armée française ravitaille des avions de l’Otan en plein vol, au-dessus de la Pologne

  • Hu chevron_right

    La Finlande annonce qu'elle va demander à adhérer à l'Otan

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 15 May - 10:21

La Finlande annonce qu'elle va demander à adhérer à l'Otan (Le président finlandais Sauli Niinistö lors d’une conférence de presse en février 2022. Seppo Samuli/Lehtikuva/via REUTERS) La Finlande annonce qu'elle va demander à adhérer à l'Otan (Le président finlandais Sauli Niinistö lors d’une conférence de presse en février 2022. Seppo Samuli/Lehtikuva/via REUTERS)

INTERNATIONAL - La Finlande a pris la décision de demander son adhésion à l’Otan , ont annoncé ce dimanche 15 mai le président et la Première ministre du pays nordique, une conséquence directe de l’invasion russe en Ukraine.

“C’est un jour historique. Une nouvelle ère s’ouvre”, a déclaré le président finlandais Sauli Niinistö lors d’une conférence de presse.

>> Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost: Marioupol: Le régiment ukrainien Azov diffuse des images d’enfants réfugiés dans un bunker

  • Hu chevron_right

    La Finlande veut adhérer à l'Otan, la Russie coupe sa livraison d'électricité

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 13 May - 16:27 · 4 minutes

Le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse conjointe avec le président finlandais Sauli Niinisto le 21 août 2019 à Helsinki en Finlande. Le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse conjointe avec le président finlandais Sauli Niinisto le 21 août 2019 à Helsinki en Finlande.

INTERNATIONAL - Première réponse du Kremlin. La Russie va suspendre ses livraisons d’électricité à la Finlande à partir de ce samedi 14 mai, en raison d’impayés, a annoncé ce vendredi 13 mai le fournisseur RAO Nordic Oy, détenu à 100% par l’entreprise russe InterRAO. De son côté, l’opérateur du réseau finlandais assure pouvoir se passer de l’électricité russe.

Cette annonce intervient sur fond d’une montée de tensions entre Moscou et Helsinki , qui a annoncé sa volonté d’adhérer “sans délai” à l’Otan sous l’influence de l’ offensive russe en Ukraine . Une intention vue d’un très mauvais œil par Moscou qui a d’ores et déjà menacé d’une riposte “militaro-technique”.

Basé à Helsinki, RAO Nordic Oy n’a pas reçu de paiement pour l’ électricité fournie à la Finlande depuis le 6 mai, a affirmé ce groupe dans un communiqué, en évoquant un manque de moyens pour payer l’électricité importée de Russie.

“Cette situation est exceptionnelle et a lieu pour la première fois en plus de 20 ans”, selon le communiqué. “Nous sommes donc obligés de suspendre l’importation d’électricité à partir du 14 mai”, explique le fournisseur qui espère “que la situation va bientôt s’améliorer” et que les livraisons en provenance de Russie reprendront.

Pas d’inquiétudes côté finlandais

L’opérateur du réseau électrique finlandais a assuré pouvoir se passer des importations de courant venues de Russie. “Nous étions préparés à cela et ce ne sera pas difficile. On peut gérer avec un peu plus d’importations de Suède et de Norvège”, a déclaré vendredi à l’AFP Timo Kaukonen, un responsable des opérations de l’opérateur Fingrid.

Le président et la Première ministre de la Finlande se sont dit favorables jeudi à une adhésion “sans délai” à l’Otan , précisant que la décision du pays nordique serait annoncée dimanche à l’organisation.

L’entrée de la Finlande à l’Otan serait “assurément” une menace pour la Russie , avait alors réagi le Kremlin. La diplomatie russe a affirmé pour sa part que la Russie sera “obligée de prendre des mesures réciproques, militaro-techniques et autres, afin de mettre fin aux menaces à sa sécurité nationale”, en cas d’adhésion de la Finlande à l’Organisation du traité de l’Atlantique nord.

La Turquie fait (déjà) barrage

Dans ce contexte de rapprochement de la Finlande et de la Suède à l’Alliance atlantique, le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé ce vendredi son hostilité à l’adhésion des deux pays nordiques à l’Otan, au risque de bloquer l’ensemble du processus qui requiert l’unanimité des membres de l’Alliance atlantique.

“Nous n’avons pas un avis positif”, a déclaré Erdogan, expliquant qu’il ne “veut pas voir se répéter la même erreur que celle commise lors de l’adhésion de la Grèce”. Le chef de l’État turc a notamment reproché à ces deux pays nordiques de servir d’“auberge aux terroristes du PKK”, le Parti des travailleurs du Kurdistan, considéré comme une organisation terroriste par Ankara, mais aussi par l’Union européenne et les États-Unis.

“Nous suivons actuellement les développements concernant la Suède et la Finlande, mais nous n’avons pas un avis positif, parce qu’ils ont fait une erreur à l’Otan concernant la Grèce auparavant, contre la Turquie ”, a déclaré le chef de l’État à la sortie de la prière du vendredi à Istanbul. “Nous ne voulons pas commettre une deuxième erreur”, a-t-il insisté.

Ankara jette un froid sur l’Otan

Cette déclaration jette un froid immédiat sur un processus appuyé jusqu’ici par la plupart des membres de l’Otan et par le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, qui s’est dit prêt à les accueillir ”à bras ouverts”.

De son côté, Washington “travaille à clarifier la position de la Turquie”, a dit la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki ce vendredi. Les États-Unis cherchent ”à mieux comprendre la position de la Turquie”, a précisé le porte-parole du Pentagone, John Kirby, affirmant que le pays était “un allié précieux de l’Otan” et que cela n’avait “pas changé”.

La Turquie “a été impliquée et efficace pour tenter d’établir un dialogue entre la Russie et l’Ukraine, et elle a apporté une assistance à l’Ukraine”, a-t-il ajouté. “Donc rien ne change quant à sa position dans l’alliance de l’Otan.”

À voir également sur Le HuffPost : Ukraine: l’armée française ravitaille des avions de l’Otan en plein vol, au-dessus de la Pologne

  • Hu chevron_right

    Présidentielle: ce député finlandais n'a pas osé aller au bout de son hommage à Macron

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 25 April - 18:47 · 2 minutes

La photo de Macron chemise ouverte agite la presse britannique (Capture The Times) La photo de Macron chemise ouverte agite la presse britannique (Capture The Times)

POLITIQUE - La photo d’Emmanuel Macron, chemise déboutonnée laissant apparaître ses poils du torse, continue de faire parler d’elle après avoir agité la presse britannique . Petri Honkonen, un député centriste finlandais, a salué la victoire du président français avec un hommage au cliché pris par Soazig de la Moissonnière .

“Je vous présente mes chaleureuses félicitations pour votre réélection, a tweeté l’élu finlandais ce lundi 25 avril. Je suis convaincu que la France et la Finlande continuent à travailler ensemble pour une Europe plus forte.” Petri Honkonen n’a pas manqué d’accompagner ses félicitations d’un clin d’œil à une l’une des images de l’entre-deux-tours qui a fait le tour des réseaux sociaux.

Mais si le député finlandais pose bien avec une chemise blanche, assis avec nonchalance sur un canapé, il n’a semble-t-il pas osé dévoilé son torse contrairement à Emmanuel Macron . Son tweet a, en tout cas, fait rire les internautes.

“Il faisait très très chaud à Marseille”

Emmanuel Macron, réélu ce dimanche 24 avril face à Marine Le Pen, avait déjà inspiré le présentateur du “Tonight Show” Jimmy Fallon dans un sketch hilarant compilant tous les stéréotypes sur les Français. Verre de vin et baguette à la main, béret sur la tête et chemise ouverte sur un torse très velu, il avait poussé la chansonnette dans son émission.

“J’ai découvert que vous tentiez de séduire les fans de BHL et Demis Roussos”, lance le chroniqueur”, s’était également moqué le chroniqueur de “C à vous” Bertrand Chameroy devant Emmanuel Macron . “Il faisait très très chaud à Marseille, comme vous l’avez vu. Il y a des moments où...”, avait répondu le président, alors candidat.

A voir également sur Le HuffPost: La progression de Marine Le Pen depuis 2017 expliquée en cartes