close
  • Hu chevron_right

    Augustin Trapenard présentera bien "La Grande Librairie" sur France 5

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 6 July - 10:04 · 2 minutes

François Busnel passe le relais à Augustin Trapenard, lors de la conférence de presse de France Télévisions le 6 juillet François Busnel passe le relais à Augustin Trapenard, lors de la conférence de presse de France Télévisions le 6 juillet

TÉLÉVISION - Exit “Boomerang”, bonjour “La Grande Librairie”. L’animateur Augustin Trapenard sera bien aux commandes de “La Grande Librairie” à la rentrée de septembre sur France 5 , a annoncé son prédécesseur François Busnel lors de la conférence de France Télévisions ce mercredi 6 juillet, confirmant une information de nos confrères de Télérama .

“C’est ‘La Grande Librairie’ de demain et je suis heureux, Augustin, très heureux, que tu mènes le navire maintenant. Et où bon te semblera”, a lancé François Busnel à Augustin Trapenard, qui ne pouvait cacher son émotion, devant un parterre de journalistes réunis à la Grande Halle de La Villette ce mercredi. Le premier, aux commandes du magazine littéraire phare de France Télévisions depuis 14 ans, avait officialisé son départ à la fin du mois de juin, même s’il en reste le producteur.

François Busnel a indiqué que lorsqu’il avait fait part de son envie de quitter la présentation, “la question s’est tout de suite posée de savoir qui allait incarner une ‘Grande librairie’ de demain”. “La réponse est très vite venue”, a-t-il ajouté, en assurant que le choix d’Augustin Trapenard avait fait l’objet d’un “consensus”.

“C’est un choix dans la continuité: les deux hommes se connaissent bien et partagent une passion pour la littérature”, rappelaient nos confrères de Télérama à la veille de cette annonce. “Augustin Trapenard, normalien et agrégé d’anglais, a d’ailleurs tenu une chronique dans la revue éphémère America, fondée par François Busnel, qui racontait les États-Unis sous Donald Trump.”

Le journaliste culture de 43 ans, qui officiait sur Canal+ jusqu’en 2021, où il présentait les émissions “Le cercle”, consacrées au cinéma, et “21 cm”, sur la littérature, était aussi aux commandes depuis huit saisons de l’émission culturelle “Boomerang”, diffusée le matin à 09h sur la radio France Inter.

Il avait présenté une dernière fois l’émission le vendredi 1er juillet. “J’ai tant aimé être à vos côtés, avec tous ces artistes que je salue d’avoir joué le jeu, au réveil, les yeux encore pleins de sommeil, d’étranges questions, de belles pensées, de folles confessions”, avait-il soufflé à l’antenne. Selon Le Parisien , c’est la journaliste maison Rebecca Manzoni qui va, à la rentrée, reprendre le créneau de l’interview culturelle à 9h30.

À voir également sur Le HuffPost: Dans la bibliothèque d’un amoureux fou des livres, très méticuleux

  • Hu chevron_right

    "C Politique": Karim Rissouli remplacé par Thomas Snégaroff

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 1 July - 08:44 · 1 minute

Thomas Snegaroff, ici sur le plateau de Thomas Snegaroff, ici sur le plateau de "C à Vous", au mois de novembre 2021.

TÉLÉVISION - Karim Rissouli laisse la main à un nom bien connu des téléspectateurs de France 5 . Ce jeudi 30 juin, Télérama a révélé l’identité de celui qui va remplacer l’animateur de toujours de C Politique , et il s’agit de Thomas Snégaroff.

“Malgré plusieurs jours d’hésitation au sein du groupe public, le choix de Thomas Snégaroff, visage familier des téléspectateurs de France 5, n’a finalement rien d’une surprise, souligne l’hebdomadaire . Il présentait déjà la deuxième partie du magazine, C politique la suite , et est le joker de Karim Rissouli.”

L’ancien professeur agrégé d’histoire-géo est un spécialiste des États-Unis. Décrit dans cet autre article de Télérama comme “un homme pressé, un boulimique de travail et d’informations”, Thomas Snégaroff est très sollicité par les chaînes d’info pour ses analyses. Chroniqueur pour Brut, on peut aussi l’écouter dans Regard sur l’info sur France info.

Il sera aux commandes de l’émission politique du dimanche dàs septembre, succédant ainsi à Karim Rissouli, qui était à la tête du programme depuis son lancement, il y a six ans. Le journaliste a décidé de se retirer de C Politique pour se consacrer à la présentation de C ce soir .

Ce n’est pas la seule nouveauté de France 5 pour la rentrée. En effet, l’animateur star de La grande librairie François Busnel a, lui aussi, décidé de se retirer. Sa dernière émission devant la caméra aura lieu le 6 juillet. Il en restera toutefois le producteur.

À voir également sur Le HuffPost : À quoi servent les 138€ de redevance télé qu’on paie tous les ans?

  • Hu chevron_right

    C à vous: Quand Valérie Pécresse a un message pour Betrand Charmeroy

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 24 June - 20:35 · 3 minutes

Valérie Pécresse avait un message à faire passer à l'humoriste de Valérie Pécresse avait un message à faire passer à l'humoriste de "C à vous" sur France 5, Bertrand Chameroy.

TÉLÉVISION - Un message inattendu. Afin de clôturer la saison de C à Vous en beauté, l’équipe de l’émission de France 5 a concocté une surprise bien particulière pour l’un de ses chroniqueurs: Bertrand Chameroy . En fin d’émission, ce vendredi 24 juin, Mohamed Bouhafsi a expliqué avoir “une petite surprise” pour son camarade humoriste. Une surprise sous la forme d’un message vidéo, directement adressé à Bertrand Chameroy, qui semblait le premier surpris de cette situation.

Soudain, le visage de Valérie Pécresse apparaît à l’écran, la cible favorite de Betrand Chameroy dans ces chroniques durant la course à l’Élysée. Dans cette courte vidéo, l’ancienne candidate LR à l’élection présidentielle adresse alors un message sans rancune, même si teinté d’une bonne dose de second degré. “Je voulais profiter de cette vidéo pour vous remercier sincèrement pour votre don à ma campagne”, explique alors la présidente du conseil régional d’Île-de-France, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous, à partir de 9min50.

Par la suite, Valérie Pécresse passe à l’humour et explique qu’en tant que “source d’inspiration inépuisable pour vous ces derniers mois et pour vos blagues à deux balles comme vous dites, il n’était pas anormal que vous me versiez quelques royalties”, lâche alors la femme politique, sans masquer son sourire.

“Quand vous êtes en vacances, ça m’en fait aussi!”

Derrière ce drôle de remerciement, la candidate déchue des Républicains opère sa petite vengeance. En effet, dans une interview accordée au Parisien en mai , Bertrand Chameroy avait confié avoir fait un don à Valérie Pécresse, endettée à hauteur de 5 millions d’euros à la suite de son score à l’élection présidentielle 2022.

“Si Valérie Pécresse s’est endettée à hauteur de 5 millions, je ne crois pas que ce soit à cause de moi. Même si on en a souvent plaisanté avec moi au bureau. D’ailleurs, j’ai tenu mon engagement en envoyant un don. J’ai fait le calcul: à raison de quarante vannes à deux balles pendant la campagne, je suis arrivé à 80 euros. Je n’ai même pas reçu un merci”, avait alors plaisanté Betrand Chameroy au sujet de la campagne calamiteuse de la candidate LR .

Valérie Pécresse a pu rendre la monnaie de sa pièce à l’humoriste avec ce petit message humoristique. ”Et vous avez vu, je ne vous en veux pas, je ne vous ai pas retourné votre don, ajoute également Valérie Pécresse en référence au don refusé de Nicolas Sarkozy , mais rassurez-vous, vous n’êtes pas pour autant invité à mon anniversaire le 14 juillet”.

Valérie Pécresse conclut même son message par une “confidence” à l’humoriste. ”Vous m’aviez rêvé en Céline Dion et je vous ai un petit peu déçu, alors je vais vous faire une confidence, l’élection présidentielle, ce n’est pas The Voice , et les Français vont bientôt s’en rendre compte. Alors bonnes vacances, parce que quand vous êtes en vacances, ça m’en fait aussi!”, se permet même de conclure Valérie Pécresse face à un Betrand Chameroy encore hilare face aux images qui viennent de lui être présentées.

À voir également sur Le HuffPost: Les résultats de Valérie Pécresse sont les pires à la présidentielle pour la droite

  • Hu chevron_right

    La série “Parlement” illustre le poids des lobbies à Bruxelles

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 9 May - 16:30 · 6 minutes

SÉRIE TÉLÉ - Ce 9 mai est synonyme de journée de l’Europe... et surtout du retour de Parlement. La comédie sur les institutions européennes revient ce lundi avec une saison 2 disponible sur france.tv. Dans le même temps, France 5 diffuse à 21h00 la première saison de la série qui avait séduit plus de 2 millions de curieux sur la plateforme FranceTV Slash en avril 2020.

À cette occasion, Le HuffPost a proposé à Adrien Le Louarn, assistant parlementaire à Bruxelles de décrypter, dans une vidéo à voir en tête de cet article, la série qui met à l’honneur ce rôle crucial des travailleurs de l’ombre. Dans cette co-production franco-allemande, Samy (Xavier Lacaille) incarne un jeune assistant parlementaire du député Michel Specklin (Philippe Duquesne) qui semble tout aussi perdu au Parlement que son nouvel assistant.

Ensemble, ils vont tenter de défendre un amendement interdisant le finning , le découpage d’ailerons de requin. Mais ils vont se frotter aux jeux de pouvoirs et à la pression des lobbies qui défendent des intérêts privés.

Les tractations au “Mickey Mouse Bar” du Parlement

La série rappelle déjà à quel point lobbyistes et parlementaires se côtoient quotidiennement puisque les groupes de pression ont accès au bâtiment s’ils sont inscrits sur le registre de transparence, une liste publique bien réelle qui répertorie les différents groupes de pression à Bruxelles. Ils sont peu plus de 12.000 en date du 9 mai 2022.

Si les rencontres ne se font jamais par hasard, comme c’est le cas dans la série avec Samy, elles se font bien à la cafétéria du Parlement, lieu majeur de l’institution qui porte un nom pourtant hautement improbable.

“Il y a un décalage complet puisque la cafétéria principale du Parlement européen s’appelle le ‘Mickey Mouse Bar’”, ironise Adrien Le Louarn, qui travaille pour la députée Manon Aubry, co-présidente du groupe de la Gauche au Parlement européen. “Derrière ce nom enfantin et sympathique, ce lieu permet en fait à l’industrie du tabac de faire passer ses idées puisque c’est dans ces fauteuils multicolores que les lobbyistes vont discuter de sujets très importants avec les députés.”

“Les amendements clé en main” des lobbies

Dans Parlement , Guido Bonafide (Nicollo Senni), le lobbyiste qui défend les intérêts des pêcheurs, va jusqu’à rédiger des amendements à la place des députés, les soumettant directement à Samy l’assistant parlementaire. Là encore du déjà-vu à Bruxelles.

“Cette scène montre à quel point les lobbyistes sont déterminés pour défendre leurs intérêts en écrivant quand ils en ont besoin, des amendements clé en main à un paquet de députés”, explique Adrien Le Louarn, qui tempère toutefois en précisant que ces lobbies ne peuvent pas agir seuls. “Si ces amendements finissent par être présentés et adoptés, c’est grâce à la complicité de certains députés qui acceptent de les défendre. Sans ce relai dans l’hémicycle le pouvoir des lobbies est nul.”

Ce poids des lobbies sur les votes au Parlement a encore fait l’actualité le 3 mai dernier avec la polémique autour de l’interdiction de la pêche au chalut. L’eurodéputé LREM Pierre Karleskind, président de la commission de la Pêche du Parlement européen, a tout fait pour préserver cette pratique décriée, déposant un amendement visant à n’interdire les techniques de pêche destructrices que dans les zones de protection stricte... Ce qui est déjà le cas en France. Un amendement jugé “hypocrite” par l’ONG Bloom, estimant qu’il s’agissait typiquement ”de celui du lobby de la pêche industrielle chalutière bretonne.”

Le fléau des portes tournantes

Pour influencer la politique au niveau européen, les lobbies peuvent compter sur un levier d’action majeur: les portes tournantes. Une expression pour qualifier les anciens assistants parlementaires, députés ou commissaires européens qui finissent par passer de l’autre côté de la barrière, en devenant lobbyiste. C’est le cas de Rose (Lize Kingsman) dans Parlement , qui défend les intérêts des banques après avoir démissionné de son poste d’assistant parlementaire d’une députée britannique pro-Brexit.

Pour Adrien Le Louarn, ce phénomène est l’un des plus grands fléaux du Parlement à l’heure actuelle. “Ces gens-là sortent du public avec un carnet d’adresses et une expérience de comment fonctionne la machine bureaucratique. Ils vont pouvoir mettre au service des intérêts privés toutes ces compétences acquises, comme pour le lobby du tabac, ou des multinationales.”

C’est ainsi que Connie Hedegaard, ancienne commissaire européenne à l’Action pour le climat, a été recrutée par Volkswagen, ou que José Manuel Barroso, ancien président de la Commission européenne a rejoint la banque Goldman Sachs . Le problème est tel que la médiatrice européenne a lancé une enquête autour de ce “pantouflage” à Bruxelles en mai 2021 . À l’heure actuelle les règles sont peu contraignantes et les institutions se reposent beaucoup sur la confiance en leurs commissaires à ne pas aller travailler pour ces groupes de pression.

Parler aux lobbies, une vraie stratégie

Adrien Le Louarn avoue ne pas beaucoup fréquenter de lobbies. Déjà pour une raison très simple: “Je travaille pour un groupe de gauche radicale (...) Les lobbies sont des professionnels, quand il doivent faire passer leurs idées, ils savent qu’ils doivent aller vers ceux qui sont le plus à même de les défendre. Quand on est un lobby de la pêche, on va essayer d’aller voir les groupes libéraux plutôt que ceux de la gauche ou les écologistes.”

Tenter de “draguer” des députés européens c’est aussi se risquer d’être décrédibilisé en public. Manon Aubry répertorie publiquement sur Twitter ce qu’elle appelle les “liaisons dangereuses” avec ces lobbies. Elle avait d’ailleurs lancé en novembre 2021 son “Prix des lobbies”, un prix parodique pour dénoncer les pratiques au niveau du parlement européen. Une récompense décernée à des lobbyistes qui avaient tenté de séduire la députée... en vain.

Toutefois fréquenter les lobbies peut s’avérer être très stratégique. “Parler à des lobbies qui défendent des intérêts opposés aux nôtres est intéressant, car cela nous permet parfois de découvrir l’argumentaire des adversaires et ainsi de mieux nous préparer pour les contrer”, explique Adrien Le Louarn.

Derrière l’étiquette de lobby ne se cachent pas uniquement les multinationales. De nombreuses ONG défendant les droits des femmes ou de l’environnement sont également inscrites sur le registre de transparence. C’est le cas de Greenpeace ou WWF notamment. “On fait une différence entre ceux qui font du lobbyisme et du plaidoyer: ceux qui défendent des intérêts privés et l’intérêt commun”, conclut l’assistant parlementaire, estimant qu’il ne faut pas mettre tous les groupes de pression dans le même panier.

À voir également sur Le HuffPost: “La Casa de Papel” vue par un négociateur du RAID

  • Hu chevron_right

    Aymeric Caron dément défendre "un permis de voter" comme le suggère une vidéo de 2017

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 4 May - 10:21 · 3 minutes

Rattrapé par une vidéo de 2017, Aymeric Caron dément défendre Rattrapé par une vidéo de 2017, Aymeric Caron dément défendre "un permis de voter"

POLITIQUE - “Ce n’est pas ma proposition de candidat à la députation”. Ce mercredi 4 mai, Aymeric Caron , candidat NUPES pour les législatives , s’est expliqué sur le “permis de voter”, après la réapparition sur Twitter d’une vidéo datant d’il y a quelques années. L’extrait a refait surface mardi soir, dans la foulée de l’annonce de la candidature de l’ancien chroniqueur au sein de l’alliance autour de Jean-Luc Mélenchon .

Sur le plateau de C à vous en 2017 , Aymeric Caron est alors interrogé sur le “permis de voter”. “Le citoyen inculte et irresponsable n’aura plus voix au chapitre”, cite Anne-Élisabeth Lemoine en lisant un extrait du livre Utopia XXI (éd. Flammarion, 2017) d’Aymeric Caron. Avant de questionner “C’est une drôle de démocratie quand même...”.

“La société décide de qui peut être médecin, qui peut être avocat. Nous avons, nous-mêmes, crée des instances qui avec des sages, avec les plus avisées des personnes de chacun de ces domaines pour ensuite donner des diplômes aux uns et autres. De la même manière c’est la société qui décide qui peut conduire une voiture”, élabore Aymeric Caron sur le plateau.

Tollé encore 5 ans après

Comme il y a cinq ans, l’expression “permis de voter” a fait vivement réagir. Sur le plan politique, des personnalités d’extrême droite, comme Gilbert Collard ou Florian Philippot ont vivement tancé la séquence, mais aussi à gauche avec des critiques du sénateur PS Rachid Témal ou de Guillaume Lacroix, président du PRG qui tance: “Donc la nouvelle démocratie c’est… Le vote réservé aux élites. Populaire qu’ils disaient”.

Invité de Sud Radio ce mercredi 4 mai, Aymeric Caron assure que ce “permis de voter” n’est “pas du tout une mesure [qu’il] porte dans le cadre de l’alliance que j’ai rejointe”.

“Le permis de voter est une mesure présentée dans mon livre Utopia 21 qui était le préquel du Utopia de Thomas More. (...) J’y faisais un certain nombre de propositions parmi les plus iconoclastes pour proposer des nouveaux modèles de sociétés” explique le candidat aux législatives.

“Cette proposition de permis de voter n’était jamais que le constat que ce permis existe déjà”, décrypte-t-il. Selon lui, l’âge est en effet le “seul critère” mis en place par la législation pour le vote. Aymeric Caron ne le remet pas en cause. Mais il estime que ce critère “est trop limitatif” et “qu’il faudrait un jour revoir” les modalités d’accès au vote.

À voir également sur Le HuffPost: Jean-Luc Mélenchon se voyait déjà gagner les législatives en 2017

  • Hu chevron_right

    "C Jamy" avec Jamy Gourmaud va s'arrêter sur France 5

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 29 April - 11:00 · 1 minute

Jamy Gourmaud, le 29 janvier 2021 dans l Jamy Gourmaud, le 29 janvier 2021 dans l'atelier où était tourné son émission.

TÉLÉVISION - Clap de fin pour C Jamy sur France 5. Le magazine de vulgarisation scientifique présenté par Jamy Gourmaud va s’arrêter prochainement, comme l’a révélé Puremedias ce jeudi 28 avril. Une information confirmée au HuffPost par France Télévisions, sans en expliquer les raisons.

L’ancien présentateur du cultissime C’est pas sorcier animait ce rendez quotidiennement peu avant 17h. Son émission avait été lancée en février 2021, au même moment que les magazines Bel & Bien et Antidote , diffusés sur France 2. Ce dernier, présenté par Michel Cymès avait été déprogrammé au bout de cinq mois en raison des mauvaises audiences.

“C’est une décision de la chaîne qui n’a rien à voir avec la qualité et le succès de l’émission. L’audience n’a cessé de progresser (+30 %) depuis son lancement”, a expliqué à Puremedias Gaël Leiblang, producteur chez Élephant, société qui coproduisait l’émission avec France TV Studio. L’émission qui fédérait en moyenne 280.000 personnes chaque jour devrait s’arrêter fin juin.

Jamy Gourmaud toujours sur France 3

Jamy Gourmaud ne disparaît pas pour autant des antennes de France Télévisions. Le journaliste qui est également Youtubeur sera toujours aux commandes du Monde de Jamy sur France 3 , aux côtés d’Eglantine Eméyé.

Il pourrait par ailleurs présenter d’autres rendez-vous prochainement. “Nous avons déjà d’autres projets avec lui en développement”, a évoqué Gaël Leiblang à Puremedias. De son côté, France Télévisions n’a pas encore annoncé l’émission qui remplacera C Jamy dans la grille des programmes France 5.

À voir également sur Le HuffPost:M6, TF1, France 2... Comment les chaînes télé ont annoncé la réélection d’Emmanuel Macron

  • Hu chevron_right

    "C à vous": Macron ne pouvait s'arrêter de rire pendant la chronique de Chameroy

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 18 April - 22:44 · 2 minutes

Emmanuel Macron face à Bertrand Chameroy dans Emmanuel Macron face à Bertrand Chameroy dans "C à vous" sur France 5, le 18 avril 2022.

TÉLÉVISION - Invité de l’émission C à vous ce lundi 18 avril, Emmanuel Macron a notamment martelé que, même si les sondages du second tour de l’élection présidentielle sont en sa faveur face à Marine Le Pen ( 55%-45% ), rien n’était joué pour autant.

“Repensez à ce que les citoyens britanniques disaient quelques heures avant le Brexit ou aux États-Unis avant que le vote Trump n’arrive: je ne vais pas y aller, à quoi ça sert? Je peux vous dire que le lendemain ils ont regretté”, a-t-il souligné dans l’émission de France 5. “Donc si vous voulez éviter l’impensable ou quelque chose qui vous rebute, choisissez pour vous-même.”

Dans une séquence beaucoup plus légère ( à voir plus bas ), en fin d’émission, le président a été gentiment “bousculé” par le chroniqueur Bertrand Chameroy, qui est revenu pendant une dizaine de minutes sur certains de ses passages télévisés ne l’ayant pas vraiment mis en valeur, par ses attitudes ou ses éléments de langage.

Président “mis en veille” pendant une conférence de presse avec le Premier ministre belge, “hypnotisé” pendant une intervention de Jacqueline Gourault, brocardé pour sa web-série Le candidat ou encore roi de certaines déclarations émouvantes pendant la pandémie de Covid-19 ... Bertrand Chameroy balaie avec malice les petits moments cocasses du quinquennat d’Emmanuel Macron. Beau joueur, ce dernier a souvent réagi aux images avec amusement entre deux rires.

“La dernière fois que j’avais autant pleuré, c’était devant L’ours , de Jean-Jacques Annaud”, commente à un moment le chroniqueur après quelques sorties émouvantes du président. “Il y avait quand même moins de dialogues!”, lui répond, hilare, Emmanuel Macron. “Et la musique, ça rend pas mal”, ajoute-t-il encore.

La photo de la chemise à moitié ouverte à Marseille

Au début de la séquence, Bertrand Chameroy était revenu sur une photo récente d’Emmanuel Macron, en déplacement pour un meeting à Marseille le 16 avril , où on le voit assis sur un canapé la chemise à moitié ouverte, laissant apparaître son torse poilu ( voir ci-dessous ). “J’ai découvert que vous tentiez de séduire les fans de BHL et Demis Roussos”, lance le chroniqueur.

“Il faisait très très chaud à Marseille, comme vous l’avez vu. Il y a des moments où...”, réagit alors le président-candidat.

“Mais vous l’avez validée (cette photo)?”, demande alors la présentatrice Anne-Élisabeth Lemoine.

“Ben j’ai validé sans doute la série... Celle-là est passée un peu vite, mais si des fans de Demis Roussos nous écoutent, ça peut peut-être avoir de l’impact”, répond-il, avant d’ajouter amusé: “Et on peut peut-être avoir ce que les sociologues appellent le ‘marginal sécant’ de Demis Roussos et de Jean-Luc Mélenchon, c’est peut-être un gros réservoir de voix...”

À voir également sur Le HuffPost : Présidentielle 2022: À Marseille, Emmanuel Macron tente de convaincre la France écolo

  • Hu chevron_right

    Dans "Cinq ans", Benjamin Griveaux évoque l'affaire de la sextape pour la première fois

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 12 January, 2022 - 06:30 · 4 minutes

POLITIQUE - “Février 2020, un scandale sexuel percute la campagne municipale. Pour la première fois, les Français vivent une affaire à l’anglo-saxonne. La vie privée d’un ancien ministre se mue en quasi affaire d’État”. Le documentaire Cinq ans qui a pour ambition de retracer cinq ans d’histoire de France depuis l’élection de Macron revient sur cet épisode de la campagne des élections municipales de 2020 . Produit par Bangumi, il sera diffusé sur France 5 le 16 janvier à 21h.

Les deux réalisateurs, Raphaëlle Baillot et Jerôme Bermyn ont réussi à convaincre l’acteur principal, l’ancien ministre clé d’Emmanuel Macron, de témoigner devant leurs caméras. À l’époque, des vidéos et des captures de messages à caractère sexuel adressés à une jeune femme avec qui il a eu une brève liaison, Alexandra de Taddeo , ont massivement circulé sur les réseaux sociaux. Quarante-huit heures plus tard, le 14 février -ironie des dates- l’ancien porte-parole du gouvernement et candidat En Marche à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux , annonce son retrait de la campagne . Et de la vie politique.

“De la colère contre moi-même”

Dans Cinq ans , le candidat Griveaux raconte ce qu’il a vécu à ce moment-là pour la première fois. Il dit comprendre “immédiatement que la campagne s’arrête” lorsque ses équipes l’alertent. “Je ne l’annonce pas d’ores et déjà mais il est évident que je ne pourrai pas continuer à porter une candidature”, explique, face caméra, celui qui a ensuite démissionné de son mandat de député en 2021 pour créer un cabinet de conseil en stratégie dédié aux dirigeants d’entreprises. Il présente également désormais une émission mensuelle de télévision , “Smart & Strat”, sur la chaîne économique B Smart.

J’ai évidemment manqué de vigilance. Ça, c’est la colère du responsable politique.Et puis il y avait la colère du mari et du père de trois enfants, celle- là je la garderais pour moi." Benjamin Griveaux dans "Cinq ans" de Raphaëlle Baillot et Jerôme Bermyn

Ça n’a pas été simple de le convaincre de parler, confie au HuffPost Raphaëlle Baillot. “Votre intimité exposée...Comment on vit ça?” lui demande Jerôme Bermyn pendant leur entretien filmé. Après avoir marqué un temps de silence, l’ex-candidat à la mairie de Paris continue: “C’est d’une très grande violence”, exprime-t-il lentement en hachant ses mots. “La première réaction est de la colère contre moi-même. J’ai évidemment manqué de vigilance. Ça, c’est la colère du responsable politique”, explique-t-il.

“Et puis il y avait la colère du mari et du père de trois enfants, celle- là, je la garderais pour moi”, conclut-il pudiquement. Politiquement, cet épisode montre d’après lui “l’absolue violence à laquelle sont prêts des opposants politiques pour détruire la vie privée, la personne et non les idées des personnes”, avise-t-il, avant de conclure l’entretien: “Ce qui est inacceptable et ce que, je crois, les Français dans leur immense majorité n’accepteront jamais”.

“Petit manuel de l’histoire immédiate de la France”

Cette interview - à retrouver dans l’extrait ci-dessus - et celle du préfet Didier Lallement sur l’usage des LBD lors des répression des manifestations des Gilets Jaunes sont les deux inédits de ce documentaire. Sur trois épisodes d’un peu moins d’une heure chacun, Cinq ans revient sur le dernier quinquennat et ses tempêtes. De la déflagration #Metoo à la vague mondiale de contamination au SARS-CoV-2, en passant par la détonation de l’affaire Benalla et le chaos des Gilets jaunes.

Raphaëlle Gaillot explique que son co-réalisateur et elle-même ont voulu “un format hybride”. “Nous n’avions pas la volonté de faire une enquête ou une analyse, développe-t-elle, mais plutôt de raconter une histoire, de faire un film d’histoire. Une sorte de petit manuel de l’histoire immédiate de la France”. Les commentaires et récits des témoins de cette histoire, comme des membres du gouvernement (Édouard Philippe, Sibeth Ndiaye, François Bayrou, Christophe Castaner), des membres de l’opposition (Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen) ou encore des personnes issues de la société civile (Corinne Masiero, Laurent Berger ou encore Ghislain Coutard, le tout premier gilet jaune) viennent émailler ce récit descriptif et chronologique des évènements.

Le long de la fresque, une reconstitution d’Emmanuel Macron face à la grande horloge du Musée d’Orsay, tel un maître des horloges dépassé par le temps qu’il a tant voulu contrôler. Dans les oreilles, “la petite musique du moment, la bande-son de l’époque”, comme nous dit Raphaëlle Baillot, d’Angèle à Orelsan en passant par Hatik.

“Cinq ans” de Jérôme Bermyn et Raphaëlle Baillot, produit par Bangumi.    Diffusé sur France 5 le dimanche 16 janvier à 21h.

Retrouvez la bande-annonce de “Cinq ans” ci-dessous:

À voir également sur Le HuffPost : Macron “assume totalement” ses propos sur les non-vaccinés